AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 
Bienvenue sur Influenza, faites attention à vos fesses, les rôdeurs sont affamés !
N'hésitez pas à jeter un coup d'oeil à nos postes vacants

Nous sommes en novembre 2018. L'épidémie a commencé en octobre 2010. Plus d'information sur l'épidémie { + }

Découvrez la playlist officielle d'Influenza !

Nous sommes actuellement en pénurie de Miners & Carrières, merci de bien vouloir privilégier ces groupes { + }

Partagez | 
 

 This place is about to blow (Malibitch)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: This place is about to blow (Malibitch)   Mar 27 Fév - 14:58

Caden essayait désespérément de découvrir comment on devenait père comme ça du jour au lendemain. S’il avait été dans le monde pre-apocalypse, ça aurait été l’équivalent de découvrir qu’on est père sur facebook. Il se trouvait démuni face à cette petite chose haute comme trois pommes mais qui lui en faisait voir de toutes les couleurs. C’était bien simple pour le moment, il n’avait pas encore trouvé comme lui annoncer de but en blanc qu’il était son père. Ça lui semblait si irréel. En plus, il culpabilisait parce qu’il n’avait pas pris le temps de la connaître auparavant et qu’il ne l’aurait sans doute jamais fait si les choses ne s’étaient pas précipités ainsi. Sauf que voilà, le vétérinaire il n’avait aucune connaissance sur comment s’occuper d’un enfant. Enfin, il connaissait les basiques, les règles factuelles mais pas comment lui parler ou comment lui annoncer qu’il était son père. Il tournait en rond alors qu’il observait la petite en train de l’ignorer superbement avec ses cubes dans un coin du salon. Il soupira une énième fois alors qu’il finissait par lui parler comme si la petite était une adulte.

« Non mais vraiment, je sais que tu me comprends pas mais on pourrait pas essayer de discuter non ? Comme des ad... ouais bon oublie. » la gamine lui jeta un regard interrogateur et recommença à jouer avec ses cubes. L’homme soupira déjà un peu vaincu par ce bouchon. La communication n’était pas son fort. Lorsqu’il essayait ça finissait toujours par lui qui monologue sans jamais parvenir à se faire comprendre. Il se retrouve juste à se sentir con parce qu’il sent qu’il s’enfonce et que sa pensée était beaucoup plus simple et beaucoup plus courte dans son esprit. Au final c’était le vétérinaire qui avait envie de crier « Occupe toi de moi, fais attention ». Ce qui en soit était plutôt ironique. Au lieu de d’exprimer le fond de sa pensée digne d’un enfant de trois ans et demi, il se contentait de l’observer comme un adolescent qui ne sait pas comment demander aux autres garçons s’il peut jouer au ballon avec eux. Il se rapproche un peu maladroitement mais se tient tout de même à deux mètres de distance comme si d’une manière ou d’une autre, la petite pouvait représenter une quelconque menace. Qui sait peut être que quelqu’un avait placé un détonateur qui ferait exploser toute la pièce s’il osait poser une main sur les cheveux d’or de la jeune fille.
Revenir en haut Aller en bas
Olympians + le monde qui est le mien
avatar
Olympians + le monde qui est le mien
Hurlements : 1199
visage : Priyanka Chopra
crédit : smmg (avatar) - ANESIDORA (signature) - VOCIVUS (icons)
survit depuis le : 26/10/2016
capsules de troc : 2106

MessageSujet: Re: This place is about to blow (Malibitch)   Ven 2 Mar - 17:36

Métamorphosée. C’est au bas mot ce que certaines personnes ont commencé à murmurer depuis que Malini Kapoor était revenue de son absence de presque deux mois en compagnie de son compagnon et de sa sœur. Sa sœur. L’aînée Kapoor passait ses premiers jours à s’acclimater au campement, à tiquer à chaque fois qu’on parler d’Abel – son opinion était apparemment déjà bien formée concernant le chef des lieux. C’est qu’elle avait eu sa propre façon de gérer tout un camp et que les méthodes brutales du Rhodes ne coïncidaient pas vraiment avec la personnalité plus juste et conciliante de Meera. Premier choc. Et puis il y avait le choc aussi de changer d’état, de quitter l’endroit où elles avaient pourtant grandi pour vivre une autre aventure. Est-ce que c’était un choix judicieux ? Il était trop tôt pour dresser le bilan, Elles en discuteraient plus tard. Mais de toute façon, elles n’étaient pas rentrées les mains vides. Les sœurs Kapoor avaient ramené avec elle des albums de famille, des souvenirs de leurs maisons et Malini avait ramené quelques affaires de Nisha dont des jouets et des livres qu’elle hésitait à donner à Chloé. C’est que Jenna veillait bien souvent à ce que Malini n’approche pas de la petite et que les seules moments qu’elle arrivait à voler, c’était souvent un peu sous couverture, à se faufiler grâce à Silas et parfois Caden. Alors la benjamine Rhodes serait certainement réticente à laisser sa nièce s’amuser avec le moindre objet qui ait pu appartenir à Malini. Du moins c’était ce que la recruteuse s’imaginait, habituée à diaboliser la mesquinerie de Jenna.

La cabane de Malini, qu’elle partageait maintenant avec sa sœur avait désormais une toute nouvelle décoration, qui lui réchauffait le cœur à chaque fois qu’elle posait les yeux sur les photos et bibelots qui la liaient à sa famille. C’est sûrement cet air serein et ce sourire radieux qui inquiète les cavaliers. Wyatt avait passé tout l’entretien de sécurité à la regarder bizarrement, comme si sa joie le mettait mal à l’aise. Auraient-ils tous perdu la recruteuse revêche, solitaire et insensible ? Pas totalement. Mais elle ne pouvait pas nier qu’elle goûtait à nouveau à quelques parts de l’humanité avec délice. Elle ne craignait plus farouchement ses émotions, car maintenant, elle avait des raisons d’être heureuse. Était-ce le début d’un deuil repoussé de sept ans ?
Elle tripote nerveusement un sac contenant des vêtements des jouets et des livres d’éveil et d’imagerie qui avaient un jour fait le bonheur de son enfant. Après un soupir, elle se motiva à récupérer son audace légendaire pour l’embarquer avec elle en direction de la maison des Rhodes. Elle n’y était plus aussi libre d’entrée qu’autrefois, mais les gardes étaient moins enclins à la questionner sur ses motifs de visite. Elle restait tout de même proche du chef, malgré les divers scandales. Ils ne posèrent donc pas de question quand elle donna le motif de la visite et avaient confirmé que Jenna n’était pas là. Ça laissait un peu de temps à l’Indienne pour discuter, prendre des nouvelles de la petite et de Caden par la même occasion. Depuis leur séparation, leur entente était assez variable. Si elle était largement passée à autre chose et qu’elle pouvait à nouveau avoir des conversations avec lui sans s’énerver ou l’envoyer chier, elle n’en demeurait pas moins un brin distante. Ils ne retrouveraient jamais leur complicité, et elle ne le souhaitait pas : on ne l’abandonne qu’une fois.

Elle retrouve son chemin dans cette maison qu’elle connaît par cœur, traverse la cuisine pour entrer dans le salon où la scène qui l’attend ne l’étonne pas le moins du monde : Caden circonspect devant sa fille de deux ans avec qui il a encore du mal à créer des liens. Quelque part elle le comprend, il n’était pas préparé à la paternité, n’avait jamais lu de livre sur le sujet, n’avait que pour seule expérience la vision lointaine de son frère qui élève son gosse, et Abel n’était pas non plus un modèle de parenté. Malgré tout, elle a un sourire presque tendre aux lèvres. Presque. La petite est la première à l’apercevoir au-delà de l’épaule de son père et elle se lève précipitamment pour la saluer d’un « Mali ! » enthousiaste. La recruteuse salue l’enfant d’un grand sourire puis ajoute. «Bonjouuur toi ! Ça fait longtemps ! Je t’avais demandé de pas grandir pendant mon absence et regarde-toi !» Elle soulève la gamine et la fait tourner dans les airs avant de la reposer pour saluer Caden. “Les gardes m’ont laissé entrer sans demander, j’espère que ça te dérange pas !” Elle agite le sac devant elle pour montrer le motif de sa visite. «J’ai ramené des vêtements, quelques jouets et des livres d’éveil que j’ai trouvé. Je me suis dit que ça pourrait plaire à Chloé si tu es d’accord.» Elle ne préférait pas mentionner la provenance des dits trouvailles. Si Caden comprendrait, elle ne le soupçonnait pas assez intuitif pour le garder pour lui.

● ● ● ● ●
† Tryna reign, tryna rain on the thunder, tell the storm I'm new. I'ma walk, I'ma march on the regular, painting white flags blue.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: This place is about to blow (Malibitch)   Mar 10 Avr - 10:10

La jalousie, la traîtresse meilleure amie de Caden n’est jamais loin. Tapie au fond de son cœur, elle fait partie de ces démons qui s’accrochent à la vie comme autant de cafards qui survivent à une explosion nucléaire. S’il y est habitué, Caden n’aime pas ce sentiment de haine sourde qui tapisse encore son cœur de gerbes fulgurantes de haine. A la jalousie se lie l’envie parce que ça a l’air si facile pour Malini et ça lui semble impossible à lui. Depuis toujours, il n’avait pas aimé se retrouver à ne pas savoir faire quelque chose. C’était une chose encore plus frustrante si quelqu’un à côté de lui y arrivait parfaitement. Or entre Malini et Jenna, il se sentait comme la dernière roue du carrosse. C’était un sentiment indescriptible que d’avoir eu l’impression un court instant de sortir la tête de l’eau pour se rendre compte au final qu’on replongeait encore plus certainement dans les abysses de ses propres névroses. Pourtant, l’homme ne dit rien de tout cela. Depuis qu’il n’a plus Malini, il ne parle pas beaucoup de ce qu’il ressent. Pour être honnête, le vétérinaire évitant lui-même d’y penser, le brun s’interdisait d’y penser. « Ça a l’air si facile quand tu le fais » dit-il d’un ton doux-amer. Ce n’est pas une agression envers Malini c’est plus un aveu de faiblesse quant à la situation. La femme a l’air d’aller bien mieux sans lui et ça, ça lui rappelle sans cesse que bien qu’il ne soit pas d’une nature aussi ingérable que son frère, il n’en reste pas moins toxique. Comme un serpent qui étouffe lentement mais sûrement sa proie. « Ça ne me dérange jamais mais fais attention à ne pas croiser les personnes que ça pourrait importuner. » Il acquiesce à la remarque de la jeune femme en voyant toutes les choses qu’elle a ramenés pour sa fille. Ce genre de denrées sont devenues rares. Personne ne prend plus la peine d’écrire des livres. Le nouveau contenu n’existe plus et la civilisation se meurt petit à petit dans ses souvenirs. Alors, il est heureux que sa fille puisse goûter à de la nouveauté de temps en temps. C’est devenu si rare. Elle apprendra bien assez vite que la vie n’est pas juste et l’est encore moins dans ce monde ci qu’elle ne l’était dans le précédent.« Chloé t’aime en tous les cas. Elle ne sait même pas que j’existe la moitié du temps » confesse-t-il les yeux baissés. Il est trop embarrassé, trop lui face à ce petit bout dont il ne s’est jamais occupé. Peut-être qu’il culpabilise de ne pas avoir compris et d’avoir sciemment ignoré la petite pendant tout ce temps. Qui pouvait vraiment savoir avec lui ? En tous les cas, pas lui.
Revenir en haut Aller en bas
Olympians + le monde qui est le mien
avatar
Olympians + le monde qui est le mien
Hurlements : 1199
visage : Priyanka Chopra
crédit : smmg (avatar) - ANESIDORA (signature) - VOCIVUS (icons)
survit depuis le : 26/10/2016
capsules de troc : 2106

MessageSujet: Re: This place is about to blow (Malibitch)   Sam 21 Avr - 2:50

Il y a des choses qui ne changent jamais. Et peu importe la force avec laquelle on veut s'éloigner des vieilles habitudes, elles reviennent toujours nous hanter comme des gestes fantômes ou des paroles qui sortent plus vite qu'on ne le voudrait. Aussi, malgré les mois passés loin de lui, malgré sa défection qui a été comme une claque des plus violentes, Malini se retrouve encore une fois à essayer de rassurer Caden. "Tu oublies que je suis déjà passée par là, ça aide évidemment." Toujours à essayer de le ménager, de ne pas lui dire les choses en face, de ne pas le vexer plus que de raison. Il fallait toujours amener les choses en douceur, suggérer mais jamais imposer et elle se rend compte à quel point elle a passé du temps à marcher sur des oeufs autour de lui alors qu'elle avait juste envie d'enfoncer des portes. Avec Bass, rien de tout ça. Il donnait toujours l'impression de pouvoir tout entendre, même les choses les plus cinglantes. Et bon sang, ce qu'ils ont pu s'en balancer, des choses glaçantes.
"T'inquiète, j'ai bien vérifié qu'elle n'était pas là avant de venir. Il y a une limite à ce que je peux supporter." Et elle était bien évidemment Jenna Rhodes, fervente militante anti-Malini qui avait tout fait pour jeter la recruteuse de la maison. Et même si la décision ne la contrariait plus du tout après autant de mois passés et autant d'événements écoulés, il y avait toujours une énorme rivalité entre les deux femmes quand elles se retrouvaient dans un périmètre beaucoup trop restreint.

La conversation aurait pu s'arrêter là. Il y avait toujours une petit gêne entre eux, quelque chose qui ne s'effacerait jamais elle suppose, quelque chose qui restait ancré dans le regard du cadet Rhodes et qu'elle fuyait en observant Chloë qui déballait déjà les trouvailles du sac et n'accordait plus d'attention aux conversations adultes. Avec un soupir, la recruteuse dut se résigner. "Laisse-lui du temps. Il s'est passé tellement de changements. On n'a beau croire qu'ils ne comprennent pas, mais ils en voient plus et se souviennent de plus de choses qu'on ne pourrait croire." Malini se souvenait parfaitement de Nisha à son âge, de sa vivacité d'esprit déjà aiguisée. "Et puis faut voir ce que tu lui dis aussi. Si tu ne t'ouvres pas à elle, elle ne va pas venir non plus. Les enfants sentent ces choses-là aussi." Et surtout les enfants en mal d'amour. Cette petite avait perdu sa mère et même si elle ne savait pas exactement ce qui s'était passé ou ne saisissait pas forcément les tenants et aboutissants de la situation, elle savait tout de même qu'il manquait quelque chose de crucial et elle avait du mal à s'en défaire. Malini se souvient très bien des nuits sans sommeil parce que Chloë pleurait sa mère et que celle-ci ne pouvait pas revenir.
"Et elle ne me voit pas tous les jours, donc forcément, elle a l'air enthousiaste. Mais dans cinq minutes, je serai aussi invisible que toi. Donc arrête de te miner le moral, tu t'en sors bien." Sous entendu, mieux que ce à quoi elle s'attendait en tout cas. Mais elle avait une part de responsabilité là-dedans, elle avait travaillé à le former dans cette direction. Si seulement elle avait eu un peu plus de temps, elle aurait pu transformer Caden en père parfait. Mais si elle avait vraiment eu plus de temps, elle aurait perdu Bass et n'aurait jamais retrouvé sa soeur et elle aurait été coincé dans une relation obsessionnelle à imiter une famille parfaite avec des pièces assemblées qui ne pouvaient pas fonctionner ensemble. "Et à part ça, tu racontes quoi ? J'ai pas trop eu l'occasion de prendre de tes nouvelles depuis que je suis rentrée..."

● ● ● ● ●
† Tryna reign, tryna rain on the thunder, tell the storm I'm new. I'ma walk, I'ma march on the regular, painting white flags blue.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: This place is about to blow (Malibitch)   Mer 6 Juin - 12:28

Il y a encore pas si longtemps, il aurait cru que Malini risquait de l’éventrer. Pas de soucis sur cela, il savait l’avoir amplement mérité. Pour quelqu’un qui passait sa vie à s’occuper des autres, il avait mené une existence plus qu’égoïste en ne se souciant jamais de ce que la femme pouvait ressentir. Elle était là, et elle s’occupait de lui. Et en retour ? En retour, rien de plus qu’une coquille pleine de ressentiments et de faux problèmes. En retour, la gifle qu’on se prend en tendant l’autre joue. Le joug par ailleurs n’avait plus lieu d’être et les deux protagonistes comme libérés d’un charme s’observaient comme deux inconnus embarrassés. Des inconnus qui se connaissaient trop bien et pas assez en même temps. « Je trouverais une solution, ne t’inquiètes pas pour ça. » Il en a assez le vétérinaire de toujours dépendre de quelqu’un d’autre pour ses problèmes. Tout le monde occupait un rôle précis dans ce ranch et l’homme se refusait à continuer de conserver le sien plus longtemps. Cela lui était apparu évident que ça avait été se complaire éternellement dans un reflet qui l’arrangeait bien. « M’ouvrir ? » Il eut un rire mauvais envers lui-même. Caden était un homme tellement incapable de s’ouvrir qu’il avait compris qu’il aimait Ciri que lorsqu’elle l’avait quitté. Il avait préféré vivre dans le mensonge d’une relation de confort avec Malini plutôt que de se retrouver seul. Le paroxysme avait été atteint lorsqu’incapable d’assumer les sentiments contradictoires qu’il ressentait à la mort de Ciri, il avait fui lâchement pendant plusieurs mois faisant fi de toutes ses obligations et responsabilités. « Je ferais au mieux, je lui dois bien ça. » Difficile de savoir, et ce même pour lui, s’il évoquait la petite ou la femme disparue. Probablement un peu des deux. « Tu sais que tu es en train d’ouvrir la vanne de l’émission spéciale « les problèmes du petit Caden ? »  Est-ce que tu es sûre de vouloir entendre tout cela ? » il a un demi-sourire malgré tout. Trace d’une vieille habitude certainement. « Y’a pas grand-chose à dire. On a une ou deux bêtes malades. Abel fait toujours ce que bon lui chante. Jenna est de pire en pire à mesure que son terme avance et moi je parle toujours beaucoup trop. Mais.. j’ai cru comprendre que de nous deux c’ était toi qui avait les histoires les plus intéressante à raconter. Je ne sais presque rien de tout ce qui s’est passé dans ta vie et j’aimerais bien en apprendre plus sauf si cela te dérange évidemment. »
Revenir en haut Aller en bas
Olympians + le monde qui est le mien
avatar
Olympians + le monde qui est le mien
Hurlements : 1199
visage : Priyanka Chopra
crédit : smmg (avatar) - ANESIDORA (signature) - VOCIVUS (icons)
survit depuis le : 26/10/2016
capsules de troc : 2106

MessageSujet: Re: This place is about to blow (Malibitch)   Dim 19 Aoû - 18:26

Chloé était déjà passée à autre chose, complètement préoccupée par les nouveautés dénichées par la recruteuse lors de son voyage. La conversation était donc entièrement laissée aux adultes, du moins autant que possible quand il s’agissait de Caden et de ses insécurités rampantes. Il avait grandi effectivement, après avoir quitté le ranch et entamé un voyage solitaire. Malini, elle n’avait plus ce goût amer dans la bouche quand elle y repensait, car elle avait elle-même vécu ce besoin de partir, de sortir des murs, des contingences et d’elle-même, pour mieux se retrouver. La grande différence, c’est qu’elle ne l’avait pas fait dans le dos des autres, consciente que les conséquences pour elle seraient bien plus terribles que la tape sur la main que Caden avait eu en retour.  
Mais il n’y avait plus d’aigreur. Encore moins alors qu’elle l’écoutait parler de ses problèmes, les mêmes qu’elle s’appliquait à résoudre autrefois quand il venait s’en plaindre. Sa situation n’avait pas l’air d’avoir tant changé que ça alors qu’elle, elle avait vécu mille vies avant de revenir. « Me dis pas que tu pensais que les choses pouvaient changer quand ton frère et ta sœur sont tellement têtus qu’on se demande au campement si mauvaise foi n’est pas leur deuxième prénom ! » Une caractéristique qui n’avait pas non plus épargné le cadet des Rhodes, mais qu’il exprimait différemment, avec moins de violence. Il était simplement coincé dans le syndrome de l’enfant du milieu, l’éternel invisible. Malini le lui avait pourtant dit de nombreuses fois : il serait un très bon leader s’il s’en donnait la peine, et il ne devrait pas complexer de celui qui règne par la terreur. Mais les centaines de discours pour le requinquer n’étaient jamais parvenus à l’aider à croire en lui. Dire que s’il était resté quelques mois plus tôt, elle serait restée elle aussi et ils auraient été coincés tous les deux à tourner en rond dans une relation de confort qui se transformait peu à peu en piège. Finalement, les explications de Caden qu’il lui avait servi en rentrant de son exil improvisé gagnaient du sens.
 
« Hmm oui, il m’est arrivé pas mal de trucs, mais le plus important à retenir, c’est que Meera est vivante et elle a accepté de me suivre jusqu’ici. Évidemment, ton frère lui a fait une excellente impression… » Le ton grinçant laisse entendre toute l’ironie de ses propos. Meera avait détesté Abel dès les premières minutes et la recruteuse ne pouvait certainement pas le lui reprocher. « Il l’a acceptée uniquement parce que je l’ai demandé et maintenant il n’arrête pas d’insister là-dessus comme s’il était le grand sauveur à qui on devait baiser les pieds. » Malini soupire, plus qu’agacée par la situation, gênée à l’idée d’éprouver de la sympathie malgré elle pour un individu que sa sœur abhorre autant. Elle avait raison en tout point quand elle désignait ses défauts et ses torts, et la cadette des Kapoor ne trouvait rien à opposer à son aînée, si ce n’est l’irrationnel sentiment d’être à sa place au ranch quand tous les chemins semblent pourtant la guider vers Olympia. Tous les chemins étant Meera et Bass, évidemment. « On a prévu un week end à Olympia pour que je lui fasse visiter et j’ai peur qu’elle aime tellement la vie là-bas qu’elle ne revienne plus et moi… » Moi je n’aurais pas d’autres choix que de partir aussi alors, pour la famille.
 
Des yeux, elle cherche la petite tête blonde pour éviter de croiser le regard de Caden et y revivre les quatre dernières années au ranch, avec tous les liens que cela implique. « C’est dingue, là-dehors. On a croisé la route de pas mal de survivants et c’est assez amusant de tracer les parallèles entre ici et ailleurs. Les petites rivalités, les types de personnes et de communautés… En traversant le Mississipi, on est tombés sur une communauté entièrement féminine même. Et elles n’ont rien à envier aux Amazones, ces femmes étaient plus que bien équipées. Mais le plus fou, c’est le nombre de cultes là-dehors. Plus la situation est folle, plus les gens ont besoin de l’empirer… »
Et puis il y a les mots plus durs, les choses plus compliquées à dire et qui restent coincées au fond de sa gorge. Elle observe le sol un moment, pesant le pour et le contre. Y avait-il toujours un ami à l'intérieur de Caden, quelqu'un capable d'écouter ses mauvaises nouvelles ? « Coosada n'a pas changé. La maison dans laquelle j'ai grandi est quasiment intacte. Mais... ma mère est morte. Il n'y a plus que ma soeur et moi... »

● ● ● ● ●
† Tryna reign, tryna rain on the thunder, tell the storm I'm new. I'ma walk, I'ma march on the regular, painting white flags blue.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: This place is about to blow (Malibitch)   

Revenir en haut Aller en bas
 
This place is about to blow (Malibitch)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le Harem de Sigmar - Les soeurs sont dans la place !!
» Place de l'unité à Montréal bientôt une réalité
» La place d'Haïti dans le monde
» Qui va à la chasse perd sa place [Pinsk Town-Thriller Bark, Rang D, Chasseurs de Prime, Balayage de zone]
» J'aurai tant aimé être à sa place [PV : Nami]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Influenza :: the kids' playground :: Archives d'Influenza :: RP Archivés-
Sauter vers: