AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 
Bienvenue sur Influenza, faites attention à vos fesses, les rôdeurs sont affamés !
N'hésitez pas à jeter un coup d'oeil à nos postes vacants

Nous sommes en septembre 2017. L'épidémie a commencé en octobre 2010. Plus d'information sur l'épidémie { + }

Découvrez la playlist officielle d'Influenza !

Partagez | 
 

 i want to break free (willa)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Olympians + le monde qui est le mien
avatar
Olympians + le monde qui est le mien
Hurlements : 145
survit depuis le : 27/05/2017
capsules de troc : 266

MessageSujet: i want to break free (willa)   Lun 17 Juil - 0:03


✰ ✰ ✰
- Ryan Havener & Willa Yates  -



Dans l’obscurité naissante, Ryan parcourait les abords d’Olympia. Il marchait doucement, essayant de ne pas se faire repérer par la tour de guet et les éventuels rondes. Une fois arrivées à l’endroit qui l’intéressait, il regarda une montre qu’il avait trouvé il y a quelques années et qui semblait à l’heure, ou plus ou moins précise. Il regarda aux alentours, dans un bon rayon de quelques mètres, scrutant le sol, les feuillages et les coins d’arbres. Ca devait arriver si c’était pas encore arrivée. Puis il entendu un petit bruit près de lui, suivi d’un léger rebond. Il s’avança à l’endroit du bruit pour y trouver l’objet de sa convoitise : une balle. Une simple balle de tennis ouverte avec un papier coincé dans la brèche. La date du rendez-vous, dans la forêt des Pedernia Falls, près de la grotte où ils se sont pour la première fois rencontrés, et ou ils se donnent souvent rendez-vous. Ryan enlève le papier de la balle, signe de son approbation et lance la balle par-dessus le mur. Système ingénieux, un peu enfantin certes, mais efficace. C’est Ryan qui avait eu l’idée, afin de pouvoir communiquer avec elle par-dessus ses grands murs, sans avoir à devoir entrer dans Olympia, ou il ne pouvait de toute façon certainement pas rentrer. Ryan rebrousse alors prudemment son chemin, afin de ne toujours pas se faire repérer. Pour l'instant, il avait préféré taire sa relation avec Willa, en raison du statut important de sa soeur, et de son statut à lui. Jackal. Pauvre merde. Meurtrier. Ordure qu'il valait mieux dégager de ses terres. Le lendemain, il embarque donc de ses réserves, bien cachées dans sa modeste étale qui lui sert de chambre dans le centre commercial jackal, une petite bouteille de vin, probablement médiocre, trouvée récemment. S’il ne la boit pas maintenant, il la boira probablement jamais. Il savait que Willa était amatrice d'alcool, depuis l'Influenza on pouvait pas faire la fine bouche et tout alcool trouvé était un cadeau tombé du ciel. Il met ça dans son sac ainsi qu’une arme ou deux et un vêtement chaud et se tire pour se rendre à l’endroit du rendez-vous. Le lieu semble plutôt calme aux alentours, dans les hauteurs du lieu, près de la grotte, il repère Willa, déjà présente. Il échappe un sourire. Forcément, quand on est enfermé tout le temps comme elle, on trouve le moyen de s’extirper assez vite. Il descend doucement la cote en contre-bas qui la sépare de lui. Elle est de dos, et s’approchant d’elle à pas de loup, il pose ses mains sur les yeux de la femme. « C’est qui ? » dit-il d’une voix grave, tentant vainement de masquer sa réelle voix probablement reconnaissable. Si la manoeuvre est complètement inutile et que Willa va probablement le reconnaître en deux secondes, le jeu n’en reste pas moins amusant aux yeux de Ryan.  « Va quand même falloir que tu tendes l’oreille Yates, je sais que les rôdeurs traînent pas trop dans le coin mais enfin tu devrais faire gaffe. » Pas qu’il s’inquiète pour elle, mais enfin un peu quand même, car si c’est ce qui fait son charme, c’est-à-dire son côté un peu enfantin et déjanté, c’est aussi ce qui pourrait causer à sa perte, surtout depuis qu’elle a perdu l’habitude de trop sortir d’Olympia.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Olympians + le monde qui est le mien
avatar
Olympians + le monde qui est le mien
Hurlements : 77
survit depuis le : 21/03/2017
capsules de troc : 158

MessageSujet: Re: i want to break free (willa)   Jeu 27 Juil - 23:52

Ryan & Willa
« We're soaring, flying, There's not a star in heaven that we can't reach
Willa a toujours eu une faible pour les bad boys. Quand elle était ado, Han Solo était l’homme idéal à ses yeux, le filou au grand cœur, qu’elle voulait protéger coûte que coûte. Sauf qu’elle a grandi et que visiblement les bad boys aussi. Et ils se sont trouvé un nom, les Chacals. Maintenant, Willa ne les aime plus tant que ça. Les chacals pillent, détruisent, tuent, juste pour le plaisir, parce que ça les fait rire. Ça lui donne envie de vomir. Quand elle pense à Halloween, à ce qu’ils ont fait à Olympia, elle est prise d’une haine si profonde, si viscérale... Mais Willa a aussi toujours détesté les généralités. Et dans son petit cœur d’Olympienne utopiste, elle n’a jamais pu se résoudre à croire que tous les Chacals étaient pourris jusqu’à la moelle. Il y en a forcément qui sont là contre leur gré. Il y en a forcément qui n’ont pas le choix. C’est pour ça qu’elle accepte de le voir. Ryan. Parce qu’il n’a pas le choix. Il ne peut pas en être autrement.

C’est difficile au début. Faire le premier pas vers l’extérieur. Elle lui a donné rendez-vous hier soir, et même s’il n’a jamais manqué une de leurs rencontres secrètes, elle a toujours peur qu’il ne vienne pas et qu’elle se retrouve seule hors d’Olympia. Elle retient sa respiration sans s’en rendre compte. Elle passe les portes et le monde s’arrête pendant quelques secondes. Elle reste là, sans bouger, pendant un instant interminable. Elle regarde le portail se fermer et Noah lui lancer un sourire. Ils pensent tous qu’elle va faire un tour de garde. C’est ce qu’elle est sensée faire. Ses petites excursions pourraient coûter cher à Olympia. Et s’ils savaient, que diraient-ils ? Si des chacals attaquaient la ville pendant son absence et si… Mieux vaut ne pas y penser. Mieux vaut ne penser à rien. Willa prend une grande inspiration et jette un coup d’œil rapide de chaque côté d’elle. Elle sait bien que sa peur de l’extérieur est absurde. Elle a arpenté la région tant de fois, elle la connaît par cœur et pourtant... Elle voit des ombres partout, derrière chaque arbre. Ce n’est que quand elle arrive au point de rendez-vous qu’elle peut souffler. Et puis de toute façon, elle est trop loin maintenant pour rentrer en courant dans les jupes de sa sœur. Quel bébé…

Elle ne l’entend pas arriver. Soudainement, quelque chose lui touche son visage et Willa sursaute. Elle se fige sans crier, véritablement apeurée avant de réaliser qu’il s’agit de Ryan. Elle se détend, soupire et esquisse un sourire. Phobie à la con ! « Johnny Depp, c’est toi ? » Elle retire les mains de Ryan de son visage et se retourne boudeuse. « Oh… C’est toi Ryan. » Ajoute-t-elle faussement deçue. Avec lui, elle a dix ans. À Olympia, Willa n’est peut-être pas connu pour sa maturité, mais ici c’est différent. Il n’y a pas de jugement. C’est un exutoire en quelques sortes. Elle hausse un sourcil quand il commence à jouer les professeurs d’auto-défense. Elle ne lui laisse pas le loisir de finir de parler. « T’es là pour me donner des leçons ou pour manger les merveilleux mets que j’ai dans mon sac ? » Elle connaît déjà la réponse. Ni une, ni deux, Willa attrape son sac à dos à ses pieds tout en se décalant pour laisser une place à Ryan. « Prends ça, tu n’as que la peau sur les os mon pauvre petit. » Lance-t-elle avec une voix de grand-mère malade tout en tendant une miche de pain à son ami. Pourquoi ? Parce que ça l’a fait marrer. Dans son sac à dos, en plus du pain, il y a un pot de pâté végétal, qu’elle a confectionné elle-même (l’absence du vrai pâté aurait été trop remarquée) et... c'est tout. « Merde j’ai oublié le couteau… » Toujours la tête ailleurs. Elle a bien le poignard qui pend à sa ceinture, mais vu le nombre de rôdeurs qu’elle a éventré avec elle n’a pas tellement envie de manger avec !
Spoiler:
 


● ● ● ● ●

Think about the times when you're happy, think about the times when you're sad, think about the life you're living, think about your life and be glad. You are living. You are in the world. And your life belongs to you. You are living. You are of the earth. And the earth is of you, too. There'll be times when you're lonely. There'll be times when you're down. There are times when you remember with a smile or a frown, You are living
Ten Years After
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Olympians + le monde qui est le mien
avatar
Olympians + le monde qui est le mien
Hurlements : 145
survit depuis le : 27/05/2017
capsules de troc : 266

MessageSujet: Re: i want to break free (willa)   Dim 13 Aoû - 19:07


✰ ✰ ✰
- Ryan Havener & Willa Yates  -


Avec elle, Ryan était léger. C’était étrange. Il n’arrivait pas à se convaincre qu’il n’avait pas de plans machiavéliques, pas d’intentions à son égard. Peut-être constituait-elle un agréable passe-temps à ses yeux. Comme lorsque plus jeune, il traînait parfois avec des enfants et qu’il s’amusait pendant une petite heure avec eux. Mais Willa n’était pas un enfant. Elle en avait peut-être conservé miraculeusement l’âme, mais cela n’en faisait pas pour autant une petite gamine. Elle était souvent cloîtrée à Olympia, protégée, surveillée par sa soeur, chef qu’il n’avait jamais vu de ses propres yeux jusqu’à présent. Ils se connaissaient depuis quelques temps déjà. Rencontrés lors d’un énième et habituel raid du jeune homme. Elle était en fâcheuse posture. Il l’en avait débarrassé. Il aurait pu la tuer. La voler. Ou la torturer comme il l’avait fait avec tant avant elle. Mais sa verve un peu détachée et éparpillée l’avait amusé. Sa démarche un peu perdue l’avait fait rire. Il l’a épargné. S’est surpris à rire à gorge déployée avec elle. A monter dans les arbres pour parfois jeter des cailloux à des rôdeurs et les tourner en bourrique comme si c’était de simples animaux stupides. A s’enivrer avec elle de vins médiocres et de saveurs alcoolisés un peu trafiquées et sommaires. Elle lui raconta son histoire dans les grandes lignes. Il fit de même en évitant les passages un peu controversés sur son passé de pilleur et pirate des terres sans âmes. Ainsi que celui sur son ancien métier de passeur qui tourna au vinaigre avec les cartels à sa porte. Ainsi que celui sur son bref passage chez les néo-nazis comme refuge des cartels qui vinrent frapper à sa porte. Ainsi que sur sa participation à la dernière attaque d’Olympia. Enfin bref, il mentit un peu par omission sur à peu près les quinze dernières années de sa vie. Dans sa tête, cela ne comptait pas vraiment comme un mensonge, puisque tout cela était derrière lui. Mais cela l’était-il vraiment ? Ryan se disait qu’avec elle, il pouvait laisser les démons de côté. Peut-être qu’elle avait une sorte d’aura qui les empêchait de sortir. Elle constituait un étrange garde-fou, puisque la plupart du temps, c’est lui qui la sortait de situations délicates. « Tu as presque l’air déçue. Je ne pense pas que Johnny Depp soit un aussi bon pirate qu’il le fait croire. Désolé de te le dire, mais je pense que Jack Sparrow a clamsé y’a un moment. » Ryan avait croisé peu d’anciennes célébrités depuis que l’épidémie avait éclaté. Il faut croire que sans richesses, la plupart avaient dû clamser après la fin des zones de quarantaine. Ca vaut bien deux minutes de se faire passer pour un super-héros ou un Terminator, quand l’apocalypse arrive vraiment, y’a plus personne. « Hmm.. ça dépend. C’est toi qui a cuisiné ? Autant jeter une pièce tout de suite sur pile ou face pour savoir si ça va être bon, j’ai pas oublié ta tentative la dernière fois de faire un gâteau comestible... » Gâteau qui lui avait cracher sa bile et bien plus. Willa était une assez bonne cuisinière.. la plupart du temps. « Merci vous êtes bien brave Madame. » fait-il mine de répondre avec une voix de vieillard fébrile, pour la suivre dans son jeu. Ryan sort alors de son côté la bouteille de vin médiocre qu’il a trouvée y’a quelques temps déjà. « J’ai de mon côté un excellent vin, cuvée Stonebriar depuis 2013. Très bons avis sur trip-épidémie-advisor.com » Face à l’absence de couteau de Willa, il sort un couteau suisse de sa poche et fait une tartine pour lui et Willa. Toujours avec ce couteau suisse équipé d’un mince tire-bouchon, il parvient à ouvrir sa bouteille de vin. S’asseyant sur un tronc d’arbre, il boit au goulot une gorgée de vin, avant de faire mine de l’analyser en bouche en faisant vibrer le vin dans sa bouche avant de l’avaler d’un coup sec. « Pas trop bouchonné. Goût plutôt doux bien qu’absolument merdique. Je lui mets un 8/10. » Il tend alors la bouteille à Willa avant de croquer dans la bouchée de pain et pâté végétal. Cela ne semble pas trop mauvais, plutôt goûtu, on oublierait presque qu’il n’y a pas de pâté en fait. « Bon alors, raconte-moi, comment vont les choses à Olympia ? Toujours à te tirer la bourre avec ta soeur ?  » Dans les grandes lignes, Ryan comprenait leur relation assez fusionnelle, bien qu’il n’eut jamais de frères ou de soeurs pour vraiment saisir la profondeur de leur relation. Avec sa soeur en charge d’Olympia, il se doutait que les choses ne devaient pas être faciles tous les jours, surtout vu le caractère de la blonde…

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Olympians + le monde qui est le mien
avatar
Olympians + le monde qui est le mien
Hurlements : 77
survit depuis le : 21/03/2017
capsules de troc : 158

MessageSujet: Re: i want to break free (willa)   Mar 12 Sep - 23:00

Ryan & Willa
« We're soaring, flying, There's not a star in heaven that we can't reach
À Olympia, Willa n’est que la sœur délurée de Peyton. Elle ne sait pas bien si ce rôle lui est tombé malencontreusement sur le dos ou si elle s’y est mise toute seule, mais pendant ses sorties avec Ryan elle peut oublier, même si ce n’est que pour quelques heures, qu’elle n’est qu’un animal de cirque aux yeux des Olympiens. Vous me direz, organiser une course de rôdeurs en les tentant avec du poulet, ne montre pas plus de maturité, ni plus de sérieux que ça. Mais que voulez-vous, Ryan et Willa on l’amour du jeu et puis l’Olympienne a gagné une couronne de lierre (faute de laurier) ce jour-là grâce aux exploits de son rôdeur Usain Bolt, alors au diable les jugements, ça en valait la peine. En fait, la Willa d’Olympia et la Willa de Ryan est exactement la même, mais loin de la ville, un poids tombe de ses épaules et elle peut enfin respirer. « Merci de briser mes rêves Ryan… » Siffle-t-elle en roulant des yeux. Un petit sourire se dessine au coin de ses lèvres alors qu’elle se met à rêver. « Même zombifié, j’suis sûr qu’il a su garder la classe ! » Qu’est-ce que je disais… Exactement la même.

« Hey hey hey hey, je te permets pas ! On avait dit qu’on ne reparlait pas du gâteau. Je suis une cuisinière de génie ! C’pas ma faute si j’suis obligée de te refourguer les invendus… » Rétorque Willa, pas si faussement outrée que ça. Toutefois, Ryan prend la nourriture sans émettre d’autres craintes. « J’aime mieux ça ! » Il sort une bouteille de vin. Willa n’a jamais été une grande fan de cette boisson, trop distingué pour elle, mais en temps d’apocalypses, on prend ce qu’il y a. Et puis il n’y a aucun complexe à avoir face à la vieille bouteille sortie du fin fond du centre-commercial. Pour la classe et la distinction, on repassera. « Oh, j’ai également entendu dire que c’était un excellent cru. Servez-moi mon cher, je vous en prie. » Continue-t-elle, faisant mine d’être dans un cinq étoiles. Elle prend la bouteuille et bois une gorgé à son tour. Ouep… C’est bien ce qu’elle pensait, carrément immonde. « Franchement, on sent presque pas l’arrière-goût de pourriture, c’est absolument fameux ! » Elle glousse, pose la bouteille et commence à se préparer une tartine.

« Ah ! Olympia… Rien ne change vraiment à Olympia. Tout comme Peyton. Enfin en ce moment ça va. Elle est occupée avec les Crimsons. Enfin un Crimson en particulier. » Willa fait la moue. Elle a porté Abel dans son cœur fut un temps, peut-être un peu trop même, mais maintenant, elle ne ressent pas grand-chose de positif à son égard. Willa n’arrive pas à savoir s’il fait du bien ou du mal à sa sœur et tant qu’elle n’aura pas tiré ça au clair, elle ne sera pas sereine. Elle chasse ces pensées rapidement, pas besoin de parler de choses sérieuses avec Ryan. À vrai dire, le but de leurs escapades est justement d’éviter le sérieux de la vie post-apocalyptique. « Oh, ça me fait penser ! » Elle donne sa tartine à Ryan puis elle reprend son sac sur ses genoux. Elle commence à farfouiller à l’intérieur. « Je sais que c’est pas dans votre culture tout ça… » Le nez toujours rivé dans son sac, elle montre d’un geste distrait l’allure de Ryan, que l’on pourrait qualifier gentiment de débraillée. « Mais… » Elle sort triomphalement une petite boite en fer et la tend à Ryan. Elle récupère sa tartine et croque dedans. « Ouvre. » Dit-elle la bouche pleine. Elle regarde le chacal attraper la boite en fer en se retenant de dire quoi que ce soit avant qu’il découvre ce qu’il y a à l’intérieur. « Ok le prends pas mal hein, mais tu pus. Beaucoup. » Elle ricane gentiment. « Mais bon si t’es pas très savon, tu peux toujours le revendre à la Carrière. C’est juste… Ouais, nan, tu chlingues, c’est… difficilement vivable. Même là, tu vois, je suis à une distance respectable et ça me coupe l’appétit. » Elle fait exprès d’en rajouter. Il manquerait plus qu’il pense que ce savon est un cadeau. Comme si Willa était du genre à préparer un savon en plus exprès pour le donner à Ryan plus tard. Pfft, vraiment ça n’aurait aucun sens. Désireuse de changer de sujet rapidement elle s'enquit « Bon et toi ? Raconte les nouvelles ! »

● ● ● ● ●

Think about the times when you're happy, think about the times when you're sad, think about the life you're living, think about your life and be glad. You are living. You are in the world. And your life belongs to you. You are living. You are of the earth. And the earth is of you, too. There'll be times when you're lonely. There'll be times when you're down. There are times when you remember with a smile or a frown, You are living
Ten Years After
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Olympians + le monde qui est le mien
avatar
Olympians + le monde qui est le mien
Hurlements : 145
survit depuis le : 27/05/2017
capsules de troc : 266

MessageSujet: Re: i want to break free (willa)   Ven 15 Sep - 19:36


✰ ✰ ✰
- Ryan Havener & Willa Yates  -



Willa lui rappelait son ancienne vie. C’était peut-être ça, la raison pour laquelle ils traînaient souvent ensembles et qu’il l’appréciait. Elle lui rappelait ses après-midi de glande avec ses amis, lorsqu’ils s’amusaient sur les terrains vagues des banlieues mal famées. Lorsqu’il fallait bien s’occuper lors d’un samedi ensoleillé ou d’un dimanche grisonnant plutôt que de rester chez soi à se morfondre de l’ennui et de sa condition modeste. Qu’il fallait inventer différents jeux et des distractions fait à base de deux bouts de bâton ou d’une bouteille médiocre volée chez les parents. Des temps plus simples, ou l’ennui était la seule cause de réelle mal-être, que la sensation de faim et de peur constantes étaient absentes. Que l’inexistence de projets ou de perspectives d’avenir n’avait pas encore pris sens. Que la survie n’était pas un problème en somme. Une vie révolue ou Ryan n’avait pas besoin de tuer à tout bout de champ, ou ses démons étaient contenus et bien muselés, ou sa seule arme était la vanne et la répartie en permanence. C’était ce Ryan-là qu’il retrouvait non sans plaisir avec la blonde. « M’ouais, pas sûr qu’il diffère vraiment du Jack Sparrow puant et dégueulasse qu’on avait l’habitude de voir. Question de perspectives. » Ryan se mettait alors à imaginer un vagabond Jack Sparrow en mode zombie débarquer, avec ses dreadlocks et son foulard rouge, y’a pas à dire, si Ryan arrivait à le trouver et le buter, il garderait le foulard mythique pour sûr. « Les invendus ? Tu veux plutôt dire les expériences ratées de votre superbe potager à Olympia. » N’empêche que ça devait être sympa de pouvoir être autosuffisant. Ryan ne croisait que très peu d’Olympiens depuis qu’il était arrivé dans le coin. Et c’était probablement à juste raison. Pourquoi s’emmerder à sortir et risquer sa vie quand on peut tout faire chez soi peinard ? « N’hésite pas à me solliciter si un jour vous faites une foire au vin à Olympia, je serais ravi d’y apporter ce superbe cru. » Lorsqu’il avait participé au raid contre la ville il y a quelques temps, il avait été impressionné par les vestiges bien conservés des infrastructures et par le nombre de personnes actuellement présents en son sein. Il s’était imaginé une vingtaine de pélos un peu froussards et qui avaient bien anticipé la folie de l’épidémie, en réalité, c’était une toute autre société à part. Un petit microcosme que Ryan avait quelque peu envié. Son statut de jackal et le fait qu’il avait participé au raid contre cette ville ne facilitait pas la confiance, mais au moins sa participation au raid ne pouvait pas se vérifier, ce qui était déjà une bonne chose pour sa relation avec Willa. Cette dernière détailla d’ailleurs les dernières nouvelles de la ville, notamment avec sa soeur, visiblement affairée et amourachée d’un rider. Cela ne devait pas être facile pour la leader d’Olympia d’en pincer pour quelqu’un d’un autre clan, ni même pour quelqu’un au sein de son propre clan à vrai dire. Au premier conflit d’intérêt, la crédibilité de sa soeur pourrait être remise en cause. « Tu ne sembles pas approuver son choix ? Les riders sont souvent des impétueux bornés, mais bon, si ta soeur est la putain de boss d’Olympia, elle a dû y réfléchir avant et faire un choix raisonnable… non ? » Ryan n’en revenait pas. Il commençait à donner des conseils amours 101 à WIlla, alors que lui n’était pas forcément un expert en la matière de son côté. Cela n’avait aucun sens, m’enfin, si cela pouvait un peu apaiser les inquiétudes de Willa à ce sujet, c’était déjà ça de pris. Après tout, les soucis de coeur devraient être les moins importants en ces temps de survie et de mort à tous les coins ou qu’on aille.

Willa change alors de sujet comme de chemise, comme elle a l’habitude de le faire, pour sortir quelque chose de son sac. Intrigué, Ryan se contente de rester silencieux, avec elle, il ne sait jamais à quoi s’attendre. Elle lui tend alors une petite boîte en fer en plutôt bon état. Il la prend, perplexe, tentant de sonder son regard pour savoir ce que cette boîte abrite. Il s’attendait à des cigares, il trouva un savon. C’est vrai qu’être jackal n’était pas exactement gage d’une bonne hygiène de vie.Mais bon, Ryan pensait bien s’en sortir quand même. « C’est à cause de gens comme toi qu’on a mauvaise réputation, figure-toi que je trouve le moyen de me laver. Ce n’est pas de ma faute si je n’ai pas de l’huile de jojoba ou de la fleur d’eucalyptus sur moi…  Je suis sûr qu’il y a des gens à la Mine plus sales que moi ! » se défendit-il, un sourire au coin des lèvres.  «Mais merci, je suppose. J’en ferai bon usage… ou marchandage. » ajouta-t-il quand même, l’attention lui faisait plaisir. Plus personne ne se faisait des cadeaux aujourd’hui. Surtout pour offrir quoi ? Une demie-jambe de lapin pas contaminée ? Autant s’en passer et ne rien dire. Willa demanda alors de ses nouvelles de son côté. Ryan ne savait pas vraiment quoi dire. Il ne se passait pas un jour chez les jackals sans qu’il y ait de nouvelles aventures, exécutions, tortures ou écarts de conduite de ses résidents, mais de là à trouver un truc vraiment intéressant à raconter, qui en vaille la peine, c’était plus compliqué. « Pas grand chose, les Rosario sont toujours aussi tarés et tendus du string, il nous demande de préparer parfois des trucs sans grand intérêt selon moi, mais j’essaye de me tenir en dehors de ça et de plutôt faire business avec la carrière. Je protège quelques convois contre des vivres, ça occupe mes journées et ça permet de voir autre chose, donc c’pas plus mal.  » Ca l’occupait c’est vrai, et surtout, il avait l’impression de retrouver son business de passeur avant l’épidémie, avec cette petite sensation de puissance. Malgré les réticences du début, les convois qu’il protégeait commençaient à lui faire confiance et il avait acquis une certaine crédibilité et influence qui ravivait son égo et lui donnait enfin un léger sens à sa vie depuis qu’il était arrivé dans les environs seul et sans groupe à diriger. Il ne pouvait pas rester cloîtré dans le centre commercial comme certains, il avait besoin de bouger. Et il était d’ailleurs étonné que Willa ne fasse pas de même. Il osa alors poser une question un peu plus personnelle et qu’il n’avait jamais posée : « Et toi, pourquoi tu sors jamais d’Olympia ? Notre système est amusant, mais ça te fait pas chier de devoir faire le mur comme si t’avais quinze ans ? T’as fait une mauvaise rencontre en sortant un jour ou t’as juste toujours voulu rester gardienne de la paix à Olympia ?  » Elle qui semblait vive, Ryan l’imaginait mal rester à gérer les cacas nerveux de chacun à Olympia. Lorsqu’il l’avait rencontrée la première fois et avait décidé de l’épargner, il ne pensait pas qu’il avait affaire là à un oiseau rare qui ne quittait jamais le nid, et il espérait d’ailleurs que ce n’était pas à cause de lui qu’elle se retrouvait souvent cloîtrée à Olympia…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: i want to break free (willa)   

Revenir en haut Aller en bas
 
i want to break free (willa)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» I want to break free!
» [FB 13 Janvier 1623] I Want To Break Free ♪
» Byeol Sun Joo + break free
» i want to break free | ariara
» Break free ♠ Jacinth Priest

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Influenza :: Let's wander the woods :: Pedernales Falls :: Forêt de Pedernales Falls-
Sauter vers: