AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 
Bienvenue sur Influenza, faites attention à vos fesses, les rôdeurs sont affamés !
N'hésitez pas à jeter un coup d'oeil à nos postes vacants

Nous sommes en octobre 2017. L'épidémie a commencé en octobre 2010. Plus d'information sur l'épidémie { + }

Découvrez la playlist officielle d'Influenza !

Partagez | 
 

 Don't touch my spaghetto!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Riders + j'peux pas j'ai poney
avatar
Riders + j'peux pas j'ai poney
Hurlements : 325
survit depuis le : 29/12/2016
capsules de troc : 674

MessageSujet: Don't touch my spaghetto!   Mar 16 Mai - 22:23

Winona Jamie
Don’t touch my spaghetto !


Un raid chanceux, c’est tout ce qu’il avait fallu pour trouver l’objet de ces derniers fantasmes. Au moins, son séjour chez les Olympiens avait eu du bon. Certes, il avait dû négocier durement pour avoir son bien mais ça en valait la peine. Il était revenu au ranch depuis mais il avait gardé précieusement son trésor et attendait une occasion particulière pour en profiter. Comme dirait un certain Dexter : tonight is the night. La chasse avait été bonne, du moins la récolte des pièges. Trois écureuils avaient eu le malheur de se faire avoir. Jamie avait passé une bonne partie de la fin d’après-midi à préparer la viande correctement. Faire des boulettes avec de la viande d’écureuil s’avérait beaucoup plus compliqué que l’on ne l’aurait cru. L’heure du repas venait enfin… ENFIN ! C’était l’heure de l’orgie gustative. Le blond prit tous ses ingrédients et se dirigea vers un vieux feu de camp. La plupart avait aménagé leur cabanon pour pouvoir cuisiner à l’intérieur mais s’étant sédentarisé au ranch depuis peu, il ne vivait pas encore dans ce luxe. Le jeune homme allumait le feu, le regardait prendre de l’ampleur, mit les boulettes d’écureuil dans une des casseroles puis attendit avec impatience que l’eau boue dans l’autre. Il tournait autour du feu comme un lion en cage. "Bordel allez !" Il aurait pu shooter dans la casserole s’il n’avait pas eu un minimum de rationalité. En plus, être exposé comme ça à l’extérieur, à la vue de tous, ils allaient finir par venir sociabiliser, voir ce qu’ils faisaient, pire sentir les odeurs qui allaient émaner de la casserole… Lui voler son précieux… Jamie se frotta les yeux et respira un bon coup pour se détendre, préférant regarder le ciel que cette casserole qui mettait trop de temps à faire ce qu’on lui demandait. Le doux son de l’eau en ébullition apparu. C’était donc le moment pour utiliser son précieux. Il arracha le sachet de pâtes et versa la moitié dans la casserole. Ses yeux devaient briller comme ils ne l’avaient pas fait depuis longtemps. Avant cette foutue apocalypse, il aurait pu passer sa vie dans un restaurant italien, aujourd’hui trouver des pâtes qui n’étaient pas dans une conserve était quasi-mission impossible. Mais ce soir son fantasme de spaghettis à la bolognaise façon écureuil allait assouvir ses plus profonds désirs. Encore une fois, il fit le tour du feu, fixant son repas puis s’assit, faisant passer le temps en coupant une pauvre tomate puis une deuxième. Se démerdant avec les moyens du bord, il finit par égoutter les pâtes avant de mélanger tous les ingrédients. L’odeur qui émanait de la casserole aurait pu le faire baver s’il n’avait pas su se tenir correctement. Alors qu’il fixait son plat en train de mijoter, il entendit une branche craquer derrière lui. Surpris, il fit un bon et se retourna vers la perturbatrice de son matage de spaghettis. "Hein? Quoi ?" Il était plus surpris qu’agressif mais il ne tarderait pas à l’être si elle lorgnait sur son précieux.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Riders + j'peux pas j'ai poney
avatar
Riders + j'peux pas j'ai poney
Hurlements : 264
survit depuis le : 20/04/2017
capsules de troc : 430

MessageSujet: Re: Don't touch my spaghetto!   Dim 21 Mai - 18:11




jamie & winona
« don't touch my spaghetto !

Encore une soirée à se demander comment ce crétin de Bishop avait pu rater sa cible. L'affaire n'était pourtant pas compliquée. A croire qu'il faut tout faire soi-même. Mais ce genre de basse besogne, très peu pour Winona Jackson. Le plan échafaudé, elle avait dispatché ses hommes. Ce n'est pas de sa faute si ils sont incapables de faire les choses bien. Après une énième journée passer à sourire et à faire semblant, elle est ravie de retrouver la tranquillité de sa modeste cabane. Pas de gâteries ce soir, elle ne veut pas d'Ivan dans son lit. Claire et ferme sur le sujet, elle ne changera pas d'avis. Alors, le gamin est parti la queue entre les pattes (presque littéralement). Allongée dans son lit, elle pense à demain et aux prochaines étapes. Toujours un coup d'avance. Son ventre crie famine, pas rassasié de sa maigre ration de poissons. Deux petites créatures pas plus grandes que la main, pas épaisses non plus. Elle avait cru, presque naïvement, que cela ferait l'affaire. Foutaises ! La vérité c'est qu'elle crève la faim maintenant. Que ne donnerait-elle pas pour un pot de beurre de cacahuète. N'importe quoi pourvu que ce soit sucré. Et en grande quantité. Elle soupire, constat amer de ce qui lui manque dans la vie. Des petites choses simples auxquelles on ne porte aucune attention. Jusqu'à ce qu'elles vous manque pour de bon. Elle est presque décidée à rester allonger, à ruminer le passé, à imaginer un futur meilleur, quand une odeur incongrue vient lui chatouiller les narines. Sourcils froncés, elle se relève, tient en équilibre sur ses coudes et juge que, non, son odorat ne lui joue pas un mauvais tour. Quelqu'un dehors se concocte un joli petit quelque chose et elle ne va pas laisser passer cette opportunité.

Elle se faufile discrètement hors de sa cabane et marche lentement en direction des odeurs qui envahissent ses narines, prennent possession de ses sens. L'heure n'est pas si tardive mais déjà le camp est vidé de ses occupants, chacun vacant à sa petite vie. Bientôt, ses yeux perçoivent des flammes timides dansant sur fond d'obscurité et ses oreilles entendent presque distinctement le feu qui crépite. Elle sourit en s'approchant, aussi discrète qu'une lionne chassant sa proie. Il n'y a rien pour la trahir qu'une branche qui craque sous ses pieds. « Détend toi Ferguson, tu vas nous faire une attaque. » Sourire amusé sur les lèvres, elle s'approche encore tandis qu'il lui jette un regard noir, sans doute prêt à lui sauter à la gorge. « Alors c'est toi qui cuisine aussi bien ? » Elle croise les bras sur sa poitrine, le regard vissé sur lui plutôt que sur sa modeste marmite qui mijote tranquillement sur le feu. Il n'a visiblement aucune envie de partager ses trouvailles. Dommage. Elle est de bonne compagnie. Et ça sent vraiment très bon.


● ● ● ● ●
IN HER DREAMS SHE IS FREE.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Riders + j'peux pas j'ai poney
avatar
Riders + j'peux pas j'ai poney
Hurlements : 325
survit depuis le : 29/12/2016
capsules de troc : 674

MessageSujet: Re: Don't touch my spaghetto!   Sam 3 Juin - 17:10

Winona Jamie
Don’t touch my spaghetto !


Son sourcil s’arqua devant le commentaire de Winona qui venait d’apparaître derrière lui. Elle s’était pris pour Casper le fantôme à débarquer de cette façon ? D’habitude sociable, ce soir, il ne voulait pas l’être, il voulait rester en tête à tête avec son précieux. Il aurait dû installer une pancarte avec interdiction de passer ou des fils barbelés tout autour du feu de camp… Trop tard, une charogne s’était déjà avancée sur son territoire et son regard ne mettait aucun doute sur la raison de son apparition : ses spaghettis. Jamie retint le grognement qu’il voulait lui adresser en guise de réponse. "Peut-être…" Le blond ne la connaissait pas particulièrement et n’avait pas envie de la connaître. S’il avait pu, il l’aurait embarqué sur son dos et l’aurait attaché à l’arbre le plus proche mais ça aurait pu être mal pris. La blonde avait beau être une chieuse – du moins c’était la réputation qu’elle avait, il était sûr qu’elle ait quelques sympathisants au sein du clan. Alors entre donner un spaghetto avec une femme et devoir nourrir tout le ranch… le choix était vite fait. Mais même un spaghetto c’était sacré… Surtout quand on avait attendu aussi longtemps pour préparer ce fantasme culinaire."Je suppose que tu n’es pas là pour profiter de la chaleur du feu." Jamie poussa un soupir sans se cacher et s’approcha de la casserole pour remuer la préparation. Son regard en biais était clair : interdiction de toucher. Il était en dissonance, il ne savait pas quelle stratégie adoptée pour l’éloigner. "Dommage pour toi, j’ai pas de deuxième assiette." C’était vrai, il avait ramené son espèce d’assiette en bois et uniquement celle-là. Il pensait qu’aussitôt que le repas était prêt, il aurait pu s’enfuir dans son cabanon et avoir son orgasme culinaire seul ! Les orgasmes à plusieurs c’était pour d’autres activités et ce n’était certainement pas prévu ce soir. Sa priorité était son ventre et son fantasme d’enfin manger SES spaghettis. "Puis j’ai pas prévu assez non plus. Donc si tu veux aller lorgner sur le repas de quelqu’un d’autre, je te serai reconnaissant. Je suis sûr que t’es une femme pleine de ressources et que tu sauras trouver ton bonheur ailleurs." Jamie afficha son plus beau sourire. Avec tous les arguments en béton qu’il lui avait donné, elle n’allait quand même pas s’imposer à son diner improvisé ? Bien sûr que non… Surtout que les deux riders ne se connaissaient réellement alors partager un trésor tel que celui-ci ne se faisait pas. Enfin si on avait un minimum d’éducation. Tournant le dos à Winona, il commença à vider la casserole pour remplir son assiette. Rien d’étonnant qu’un charognard se soit approché, ça sentait tellement bon, il aurait pu en baver.  

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Riders + j'peux pas j'ai poney
avatar
Riders + j'peux pas j'ai poney
Hurlements : 264
survit depuis le : 20/04/2017
capsules de troc : 430

MessageSujet: Re: Don't touch my spaghetto!   Lun 12 Juin - 19:59




jamie & winona
« don't touch my spaghetto !

Nope, petit Jamie ne veut pas partager son dîner. Vilain Jamie. Sa mère ne lui a jamais appris qu'il faut partager avec ses camarades ? C'est moche. Mais ça ne l'étouffe pas. Winona campe ses positions, garde son sourire et ses yeux passent furtivement sur ce qui mijote contre le feu. N'en déplaise au petit Ferguson, Winona a bien l'intention de rester tout près et de déguster un bout de son repas. Il ne saurait lui refuser cette petite faveur. Elle sait y faire. Tôt ou tard, il abdiquera. Comme tous les hommes. « Je préfère la chaleur humaine. » Et sans y être invitée, elle prend place pas loin de lui. Juste assez de distance entre leurs deux corps pour ne pas le faire fuir à tout jamais. Pas assez pour qu'elle ne distingue pas clairement ce qu'il mijote dans sa casserole de fortune. « Oh j'en aurai pas besoin. » Non. Parce qu'elle compte bien picorer dans la sienne, lui voler une boulette au passage. Rien qu'une, histoire de se faire plaisir. Et d'emmerder son monde surtout. Jamie est finalement une distraction plus que bienvenue pour la jeune femme. Elle n'a pas envie de discuter des récents événements, encore moins de se torturer l'esprit avec. Elle y a déjà trop pensé, n'arrive pas à s'en débarrasser. Cette petite conversation innocente, et amusante, c'est tout à fait ce qu'il lui faut. Elle n'a rien de mieux à faire, personne d'autres à embêter. Jamie ne voulant clairement pas de sa présence, ça la pousse naturellement à rester. Un petit challenge, un jeu fort amusant pour la belle blonde. Beaucoup moins pour lui. Tant pis ! Victime toute désignée, il devra faire avec. « Oh je pourrais oui. Mais ça sent tellement bon ici, pourquoi aller voir ailleurs ? » Elle lui adresse un clin d’œil un peu provocateur et fait mine de se chauffer auprès du feu. Elle n'a pas vraiment froid, la soirée ne fait que commencer. Mais le feu a toujours un effet réparateur, quelque chose de rassurant. « Oh aller fait pas cette tête Ferguson ! Je n'suis pas un monstre, je mange à ma faim. J'vais pas te dépouiller de ton délicieux repas. » Elle pourrait. Juste pour voir ce qu'il serait prêt à faire pour défendre son butin. Pour foutre la merde aussi. Surtout. Ça la défoulerait. Et puis si ça pouvait créer une quelconque diversion, tourner les pensées de tout le monde loin de Bishop... pourquoi pas ! Mais au fond, elle n'a pas vraiment envie de se battre contre lui. Ni contre qui que ce soit. Pas ce soir. Elle a juste besoin de se changer les idées, de rester loin de ceux qu'elle côtoie tous les jours. Elle a aussi un peu besoin de tester Jamie, de tâter le terrain. Après tout, ils ne se connaissent pas si bien que ça. Pas du tout pour ainsi dire. Ils se croisent, se saluent poliment, se jauge du regard. Rien de plus, rien de moins. A peine quelques mots échangés. Ils n'ont rien en commun. Ou du moins, n'ont jamais essayé de le savoir. « On pourrait ptet simplement bavarder. Tu seras ptet plus enclin à partager après. » Elle lui offre un demi sourire, pas sincère pour un sou, joueuse.


● ● ● ● ●
IN HER DREAMS SHE IS FREE.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Riders + j'peux pas j'ai poney
avatar
Riders + j'peux pas j'ai poney
Hurlements : 325
survit depuis le : 29/12/2016
capsules de troc : 674

MessageSujet: Re: Don't touch my spaghetto!   Dim 25 Juin - 14:39

Winona Jamie
Don’t touch my spaghetto !


Gneuh ? C’était quoi cette remarque sortie de nulle part ? Jamie la dévisagea avec des yeux ronds. Ce n’était pas le moment de flirter, il avait d’autres choses plus importantes à faire, comme déguster ses pâtes par exemple. Dans d’autres circonstances, il aurait accepté de jouer avec plaisir mais là, non, non et non ! Si Winona pensait arriver à ses fins de cette manière, elle ne savait pas à qui elle avait affaire. Le jeune homme lui jeta un regard suspicieux lorsqu’elle lui dit qu’elle n’aurait pas besoin d’une assiette. Mouais. De fait, il vida toute la casserole dans son assiette, il y en avait bien assez pour deux personnes moyennes mais il fallait nourrir la grande bête qu’il était. A la fin du repas, il n’aurait plus qu’à rouler vers son cabanon pour digérer, c’est tout.  "Parce que je suis sûr que t’as mieux à faire ?" Presque, son clin d’œil lui arracha une grimace. Déconcertée, il valait mieux qu’il se concentre sur son plat, son précieux. Dire que l’autre blondasse venait gâcher toute sa joie de la réalisation de son fantasme. "En effet, ça se voit." Dit-il alors qu’il détaillait le corps de Winona de façon exagéré, le sourire aux lèvres. Certes, elle était loin d’être grosse mais il voulait la titillait un peu pour l’éloigner de son précieux et il savait bien que les femmes ne supportaient pas qu’on fasse des remarques sur leur physique. Il n’allait donc pas se gêner pour tenter de la faire fuir. Jamie voulu abandonner ses accessoires de cuisine pour se diriger vers son cabanon, trouver la paix pour savourer son repas mais son interlocutrice lui barrait le chemin et elle semblait plus que motivée pour taper la discute. "Je ne parle pas la bouche pleine mais si ça peut te faire plaisir de parler pendant que je mange, pourquoi pas !" Autant lui laisser cette victoire, Jamie alla s’installer sur un des tronc d’arbre qui entouraient le feu. Ce n’était clairement pas ce qu’il avait prévu pour ce soir, il manquerait plus qu’un autre pique assiette débarque et le squatte aussi. Le blond décida de laisser ses détails de côté pour savourer autant que possible son plat. Au pire, il lui restait des spaghettis dans son cabanon, il pourrait se refaire un repas dès qu’il en aurait envie mais cette fois, il penserait à bien s’isoler au milieu des bois pour ne pas être dérangé. "Essaye de parler d’un truc sympa, distrayant histoire de pas me couper l’appétit." En parlant d’appétit, il était temps d’attacher les spaghettis sacrés. S’armant de sa fourchette, il prit une première bouchée du plat et ce qui se passa sous son palais était comparable à un orgasme gustatif. C’était encore meilleure que dans ses souvenirs même si le bœuf avait été remplacé par de l’écureuil. Laissant quelques secondes de silence s’installer pour ce moment d’exception, ses lèvres affichèrent un sourire béat. Lors de quelques secondes, il oublia la présence agaçante de l’autre blonde ainsi que son regard insistant sur son plat. Hélas, il fallait revenir à la réalité. "Si tu me racontais une histoire, ça te changera les idées, comment t’es arrivée ici et tout et tout." Demanda-t-il avec un sourire avant de reprendre une autre bouchée. Il prenait un peu la jeune femme pour père Castor. Autant la lancer sur quelque chose qui lui demande de réfléchir et surtout de se concentrer sur autre chose que son précieux. Par ailleurs, l’idée qu’il se faisait de Winona était plutôt du type égocentrique alors la lancer sur sa propre vie devait être une stratégie adéquate. Puis qui sait, peut-être que sa vie s’avèrerait un minimum intéressante. "Et tu sais quoi, je veux bien te laisser une bouchée si t’arrives à me faire rire." Autant pimenter un peu les choses.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Riders + j'peux pas j'ai poney
avatar
Riders + j'peux pas j'ai poney
Hurlements : 264
survit depuis le : 20/04/2017
capsules de troc : 430

MessageSujet: Re: Don't touch my spaghetto!   Mar 4 Juil - 11:30




jamie & winona
« don't touch my spaghetto !

Elle ne lâche plus Jamie et son petit plat des yeux, comme un prédateur prêt à sauter sur sa proie. Ce qu'elle n'est pas. Du moins pas encore. Elle n'a pas vraiment décidé de la suite des événements. Ce qui est sûr, c'est qu'elle n'enlèvera pas son joli sourire de son visage. Et ça doit sérieusement agacer Jamie de la voir tourner autour de lui comme ça. Elle ça l'amuse. « Malheureusement non. C'est calme à en crever. » Le pire c'est que c'est vrai. Rien à faire dans l'immédiat. Elle s'ennuie Winona. Elle tourne en rond dans sa petite cabane, ressasse sans arrêt les derniers événements. La même cassette tourne en boucle dans sa tête et ça va finir par la rendre folle. C'est pour ça qu'elle est sortie prendre l'air, qu'elle s'est isolée. Et qu'elle est finalement tombée sur Jamie et ses spaghettis. Pas de chance pour lui. Surtout qu'elle ne va pas lâcher l'affaire. Même si elle n'obtient rien à se mettre sous la dent, elle aura au moins pu éteindre son cerveau l'espace de quelques instants. Ça la distraie et la fait sourire. C'est pas rien ! Les mains posées sur ses hanches, elle arque un sourcil en le voyant la détailler de la tête aux pieds. Il croit vraiment pouvoir la déstabiliser avec une remarque aussi ridicule ? Elle a envie de rire mais ce n'est qu'un ricanement nasale qui quitte son corps. Elle a toujours adoré son corps. Elle n'a pas à s'en plaindre, même si certaine filles au lycée lui trouvait des cuisses trop grosses. Elle savait leur faire fermer leurs clapets à ces mégères. Et aujourd'hui, son physique, c'était bien la dernière chose qui comptait pour Winona. Même si elle en usait au quotidien. « Merci. Donc tu vois, faut que j'entretienne tout ça. » Elle fait claquer ses mains sur son petit ventre plat qui ne crie pas famine. Tout ça n'est qu'un jeu pour Winona. Et finalement, peut-être que Jamie va y adhérer. En tout cas elle va s'asseoir sur son propre tronc à côté de lui, à un mètre, pas plus. La distance idéale si il décide de partager son repas après leur conversation. Et puis de cette manière, elle ne lui offre aucun répit. Éternel vautour qui vole au-dessus de sa proie. « Je voudrais pas te voir vomir tes boulettes. » Ce serait franchement dommage. Pas pour Jamie mais pour les dites boulettes. A en juger par sa mine et le silence qui suit sa première bouchée, il se régale.

Elle continue de l'observer, le silence s'installant peu à peu entre eux, jusqu'à ce qu'il décide qu'elle devrait être celle à parler. Pourquoi pas. Elle veut bien rentrer dans son jeu. C'est un moyen comme un autre de se dévoiler. Elle espère bien qu'il lui rendra la pareille pour qu'elle sache sur quel pied danser avec lui. Faut bien commencer quelque part. Et avec ce Ferguson, elle n'est nulle part. Elle n'en sait pas assez sur son compter pour juger. Elle se prête donc volontiers au jeu des confessions autour du feu. Mais qu'est-ce qu'elle peut bien lui dire ? « J'accepte le challenge. » Voilà. Ça lui laisse un peu de temps pour réfléchir. Elle aurait pu lui dire « Tu veux rire ? Okay. Devine qui est derrière la tentative d'assassinat d'Abel ? Hé ouais mon vieux ! Tu l'a pas vu venir celle-là hein ? » Ça l'aurait pas fait rire longtemps. Parce qu'il aurait cherché à savoir si elle était sérieuse ou non. Elle n'aurait sans doute pas eu de mal à le convaincre qu'elle plaisantait. Mais elle aurait, du même coup, semait une graine dans son esprit. Et ça, c'est résistant. Elle aurait eu beaucoup de mal à s'en débarrasser. Sauf en éliminant purement et simplement Jamie de l'équation. « J'suis originaire du Kentucky. Un bled qui pue la merde. » Ça ne va pas le faire rire mais à Winona ça lui arrache un sourire plein de nostalgie. « Tout l'monde a cru que j'allais mal tourner. Finir comme ma mère au mieux. Me marier avec un d'ces connards de la mine, faire dix gamins et mourir d'une cirrhose. » C'est ça la triste réalité d'Harlan. Soit t'en sors, soit t'y meurt comme une sous merde que tu es. Parler comme ça de sa réalité, ça lui fait tout drôle. Parce que personne ne sait qui est Winona. D'où elle sort, ce qu'elle a fait avant que le monde parte en vrille. « J'en suis sortie tu vois. Et j'ai failli finir à la Maison Blanche. » C'est pas faux. Jamie pourra bien penser ce qu'il veut, elle s'en fout. « Pas mal pour une grosse blonde nan ? » qu'elle dit, sourire aux lèvres, le rire coincée au fond de son ventre.


● ● ● ● ●
IN HER DREAMS SHE IS FREE.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Riders + j'peux pas j'ai poney
avatar
Riders + j'peux pas j'ai poney
Hurlements : 325
survit depuis le : 29/12/2016
capsules de troc : 674

MessageSujet: Re: Don't touch my spaghetto!   Dim 13 Aoû - 14:06

Winona Jamie
Don’t touch my spaghetto !


A force de regarder son précieux de cette façon, Winona allait finir par attraper un strabisme. Tout ça pour des spaghettis. M’enfin, libre à elle de reluquer ce qu’elle voulait et de prendre rendez-vous chez le vétérinaire – faute d’ophtalmo – pour se faire remettre les yeux à leur place initiale. Sa main s’arrêta alors qu’il portait une autre bouchée à ses lèvres lorsqu’elle parla de vomir les boulettes, il lui jeta un regard noir. Qu’est-ce qu’il avait dit déjà ? Ne pas le dégouter. "Ça serait du gâchis." Il se retint de rajouter qu’elle aurait très bien pu récupérer les restes de cette façon histoire de ne pas se dégouter encore plus. Reprenant sa concentration sur son petit plaisir du soir, il avala une autre bouchée, faisant fi des images dégueulasses qu’elle avait insinué dans son esprit. Au moins, elle acceptait de le faire rire… restait plus qu’à voir ce dont elle était capable. Et ce n’est certainement pas Jamie qui allait lui faciliter la tâche. Il jeta un œil vers elle pendant qu’elle réfléchissait et se demandait si elle cherchait une blague vaseuse à lui débiter. Heureusement, elle joua le jeu et commença à raconter sa vie. Vie loin d’être marrante. L’espace d’un instant il se demanda si elle avait bien compris la demande. Le blond resta impassible devant l’histoire familiale malgré la curiosité qui pointait le bout de son nez au fin fond de son esprit. De fait, il préféra regarder le fin fond de son plat pour ne pas se laisser aller à des questions. Le précieux était plus important de toute façon. Il s’arrêta de mâcher quelques secondes pendant qu’il analysait cette histoire de maison blanche puis la dévisagea en arquant un sourcil. En temps normal, il aurait souri à sa dernière remarque mais il le noya à travers ses mâchouillements. Winona à la maison blanche ? Mais pourquoi faire ? Cette fois, il ne pouvait retenir sa curiosité."C’est ça ta blague ? Ou sur le fait que t’es grosse ? Je sous entendais juste que t’étais déjà bien nourrie." Dit-il avec une pointe d’ironie et un regard amusé. Pourtant, il resta à la fixer en essayant de l’imaginer dans cet environnement. Certes, il n’avait vu que la maison blanche à la télévision mais il pouvait se faire une image (étrange) de son interlocutrice dans ce lieu. "Et là tu me sors que tu voulais être présidente des Etats-Unis aussi ? C’est vrai que ça ferait une bonne blague." Il reprit une autre bouchée et se dit qu’à ce rythme, elle était mal barrée pour ne serait-ce qu’avoir un aperçu de la magnificence de son diner. Imaginer Winona en leader du monde libre s’avérait tout de fois amusant. Vu ses déplacements constants pour travailler à droit et à gauche, Jamie n’avait pas souvent l’occasion de regarder la télévision et la jeune femme aurait pu être une sénatrice ou la vice-présidente qu’il n’aurait pas su le dire. "Plus sérieusement, t’as passé sous silence toute la partie entre la période Kentucky des alcooliques et ton épisode maison blanche. T’étais une politicienne ou un truc du genre ? Ou c’était juste pour servir le café que t’as « failli » te retrouver à D.C. ? Sans parler de comment tu t'es retrouvée au Texas. Faute de me faire rire, peut être que tu pourras m’intéresser avec ton histoire." Jamie lui adressa un clin d’œil, laissant son appétit de côté, le temps d’écouter ce qu’elle avait à dire. Il ne pouvait nier que son histoire semblait intéressante et en réalité, à cet instant, il la voyait différemment.  

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Riders + j'peux pas j'ai poney
avatar
Riders + j'peux pas j'ai poney
Hurlements : 264
survit depuis le : 20/04/2017
capsules de troc : 430

MessageSujet: Re: Don't touch my spaghetto!   Ven 25 Aoû - 10:16




jamie & winona
« don't touch my spaghetto !

Elle ne se fait plus vraiment d'illusions quant à ces délicieuses boulettes. En ces temps de pénuries, tout le monde devient étrangement égoïste, même le plus doux des agneaux. Jamie ne lui laissera rien, pas même un peu de sauce à suçoter du bout des doigts. Qui oserait l'en blâmer ? Winona n'est pas prête à lui jeter la première pierre. Sûrement pas elle dont l'égoïsme pulse sans interruption dans ses jolies veines violettes. Néanmoins, elle doit bien se féliciter d'avoir failli dégoûter le petit Jamie. A en croire sa mine, il résiste à l'idée de délaisser son repas et surtout à penser à ce qu'elle vient de dire. Sourire aux lèvres, elle ne le quitte pas des yeux son joujou du jour. Surtout pas quand elle lui offre son petit discours. C'est là que tout se joue. Là qu'elle peut analyser Jamie et ses expressions. Le fait qu'il cesse tout mouvement durant quelques secondes en dit long. Elle l'intéresse Winona avec ses drôles d'histoires où vérité et mensonges peuvent s'entremêler dans une danse obscène. Il faut être malin pour lire entre les lignes. Et si Winona prend un risque, il est déjà calculé dans sa tête. Elle l'écoute, avec ce sourire aux lèvres dont elle ne se débarrasse plus. Parce que la situation l'amuse. Parce que Jamie et son air incrédule l'amuse. « On t'as jamais parlé de l'ironie ? » Elle avait bien compris son sous-entendu. Elle sait bien qu'elle n'est pas grosse comme les mecs d'antan l'entendaient. Difficile de l'être de nos jours. « Une bonne blague ouais. Mais pas assez pour t'faire rire. » C'est tout ce qu'elle retient. Elle ne s'enfonce pas d'avantage, ne s'avance pas vers la pente glissante. Pas suicidaire. Une lueur éclaire son regard : le feu qui danse mais aussi le souvenir d'une vie meilleure. Elle soupire et ses yeux quittent finalement Jamie pour plonger dans les flammes. Rien qu'un petit instant. Un répit d'une minute avant de reprendre la parole, de relever la tête vers lui. Son joli sourire à moitié effacé. « Qu'est-ce que jpeux dire ? J'ai fais des études comme d'autres. » J'ai gravi les échelons, creusé mon trou auprès de petites et grandes gens, passé la petite porte à l'arrière de la maison. « Faut bien bouffer hein ? » Ironie quand tu nous tiens. Elle passe tout ça sous silence. C'est sans intérêt. Du moins, ça n'en a aucun pour Jamie. Mais si ça l'intéresse, si il persiste dans cette voie, elle pourrait bien lui en dire plus. Pour passer le temps. « Ouais, politicienne, un truc du genre. » Elle reprend volontairement ses mots afin de rester vague, de conserver une inconnue dans l'équation. Tout dévoiler à ce stade ce n'est pas bon pour elle. Clin d’œil à l'appuie, son sourire lui revient. « Comment jsuis finalement arrivée dans ce trou ? Longue histoire. » Mais bon, ils ont le temps. Y a que ça à faire ici. Elle se passe une main dans les cheveux. « A force de marcher on tombe tous quelque part un jour. Moi ça a été ici. Comme toi non ? » Est-ce qu'il veut vraiment les détails de son voyage ? Il croit vraiment se marrer avec ça ? Il va plutôt vomir ouais, si elle lui avoue tous ses crimes. « J'suis partie du Wisconsin, atterrie dans un camp de réfugiés qui, évidemment, s'est fait prendre. Avec Madison et d'autres on a fini par trouver cet endroit. » Sauf que les autres sont jamais arrivés à destination. Ou ont préféré un autre camp. Elle se fout de savoir si ils sont en vie. Elle l'est et ça lui suffit. « C'est un trou comme un autre. » Et ici au moins elle retrouve un semblant de pouvoir, peut prétendre s'élever. Bientôt. Très bientôt.


● ● ● ● ●
IN HER DREAMS SHE IS FREE.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Riders + j'peux pas j'ai poney
avatar
Riders + j'peux pas j'ai poney
Hurlements : 325
survit depuis le : 29/12/2016
capsules de troc : 674

MessageSujet: Re: Don't touch my spaghetto!   Sam 26 Aoû - 12:15

Winona Jamie
Don’t touch my spaghetto !


"Nope." L’ironie ? C’était quoi ça ? C’était ce que ta tête de blasé lui fit comprendre par ce simple mot. Si elle croyait que c’était elle qui allait lui faire un cours sur l’ironie, elle le connaissait mal. Dans un grognement de dédain, il reprit son activité du moment : déguster le précieux. Il allait falloir qu’elle s’applique un peu plus la petite dame si elle voulait mériter une demi-boulette. Oui, parce qu’à l’heure actuelle, Jamie ne se voyait pas lui octroyer une meilleure récompenser qu’une moitié de boulette d’écureuil. Elle avait sûrement dû être meilleure dans les études que dans l’humour.  "C’est pas à moi que tu vas l’apprendre." Un peu amère par les souvenirs de ses galères pour trouver de l’argent, il n’avait pas eu l’occasion de faire des études. Apprenant sur le tas, se débattant dans une famille sans argent avec un ainé incapable de se gérer, il avait fait comme il avait pu pour trouver ce qu’il fallait pour nourrir la famille. Enfin, sa mine ne garda pas cette expression, préférant esquiver toute curiosité possible de la part de son interlocutrice. En temps normal, le jeune homme aurait bien partagé sa vie, il savait que pour obtenir, il fallait souvent donner le premier mais quelque chose dans sa façon de se comporter, de raconter son histoire, même dans son regard, mettait ses sens en alerte. Peut-être sur un plan, Winona et lui, jouaient dans la même cour. Cette suspicion prit le pas sur le peu d’appétit qu’il lui restait. Il s’était déjà enfilé les trois quarts de l’assiette, le blond préféra donc l’écarter et la poser près du feu. Un os pour un chien. Néanmoins, un autre appétit venait d’apparaître : le goût du challenge que la femme venait indirectement de faire naître en lui. "Peut-être. J’étais ici avant que « ça » arrive." Se passant bien de raconter son exil au kenada. Jamie la fixait alors qu’elle parlait de trous à toutes les sauces. A croire qu’elle avait besoin d’un palace et de la télévision par satellite pour considérer autrement un endroit. Le ranch n’était pas la maison blanche mais il valait bien plus que toutes les installations qu’il avait pu voir au cours de ses excursions."T’as l’air de dire qu’il y a mieux ailleurs ? On est pas mal logé dans ce « trou »." Dit-il avec un sourire amusé alors qu’il enjambait le tronc pour se mettre face à Winona. L’assiette était toujours chaude et l’odeur continuait de s’inviter dans la discussion. Tant mieux. "Enfin y a des hauts et bas mais de ma propre expérience et de ce qu’on peut voir ailleurs dans le Texas, c’est pas dégueulasse. Puis on bouffe bien." Son sourire s’élargit, autant par provocation que par amusement."Qu’est-ce que tu pouvais bien faire dans le Wisconsin ? Y a pas plus trou paumé que là-haut, je crois que même ton Kentucky peut pas rivaliser. Je vais finir par croire que t’aimes les trous paumés." Quoi que… Le Wisconsin était loin d’être l’état le plus sympathique qu’il avait pu voir mais c’était sa terre natale et il avait toujours ressenti une certaine affection dès qu’on l’évoquait. "C’est clair que tout ça doit changer de la Maison Blanche ! D’ailleurs, tu fais quoi ici ? Te vexe pas mais vu l’image que j’ai des politiciens, je les vois mal mettre les mains dans le crottin." Ce qui était bien au ranch, c’est que même si ses compétences passées n’avaient rien d’utile à la survie, on trouvait toujours du boulot à donner. Néanmoins, Jamie commençait à suspecter que Winona avait acquis d’autres compétences durant son séjour ici, sans pour autant se délester des anciennes…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Riders + j'peux pas j'ai poney
avatar
Riders + j'peux pas j'ai poney
Hurlements : 264
survit depuis le : 20/04/2017
capsules de troc : 430

MessageSujet: Re: Don't touch my spaghetto!   Dim 3 Sep - 12:39




jamie & winona
« don't touch my spaghetto !

Manger des boulettes ce ne sera pas pour aujourd'hui. Elle a définitivement tiré un trait sur ce petit délice. Au fond ça ne la gêne pas plus que ça. La conversation qu'elle tient avec Jamie est, presque, plus intéressante qu'un bon repas. Ça change du quotidien. Ça fait passer le temps. Et ça l'amuse beaucoup surtout. Jamie, lui, a l'air bougon. Surtout quand elle parle d'ironie. Sourire narquois aux lèvres, elle observe les changements sur son visage. Elle le suit du regard quand il délaisse son assiette pas tout à fait finie. L'art et la manière de narguer son adversaire. Un bien joli coup. Elle ne s'attarde pas sur les boulettes qui traînent désormais à la merci de tous. C'est toujours le visage de Jamie qui l'intéresse. Sans oublier sa répartie. La nourriture n'était finalement qu'une excuse comme une autre. Quoiqu'elle ne rechignerait pas à l'idée de lui piquer ses restes. Elle l'observe tandis qu'il change de place pour venir se positionner en face d'elle, prenant enfin le temps de la regarder. Il ne s'occupe plus de son dîner, à croire qu'elle a fini par l'intéressé avec tout son blabla qu'il juge pourtant pas très drôle. Il a l'air plutôt terre à terre avec ses histoires de confort. Et de bouffe. Encore et toujours. Il ne pense qu'à ça le gamin. « C'est pas faux. Y a toujours pire ailleurs. » Mais y a forcément mieux. Olympia par exemple. Si on élimine les chiens galeux, les utopistes à deux balles et les brebis trop faibles, l'endroit est pas si mal. Y a l'eau chaude. Un semblant de vraie vie. Elle peut difficilement se plaindre. Elle qui a été privilégié par ses relations avec Abel. Des relations tendues, compliquées depuis que Bishop a merdé sur toute la ligne. Mais quand même. La vie au ranch n'est pas si mal quand on s'appelle Winona Jackson. « On a pas trop à se plaindre. Surtout quand on a vécu sur les routes. » Comme elle. Comme tous les autres presque. Elle sourit. Peut-être bien que ça lui plaît vraiment ces trous remplis de connards. Ça l'a fait se sentir supérieure. « Je bossais pour un sénateur à la con. » Elle a un rire étouffé au souvenir de ces années à trimer pour ces hauts fonctionnaires. Tout ça pour quoi ? Pour que le monde parte en vrille et que ses rêves de grandeur s'envolent en quelques minutes. « Ouais. Ptet bien que j'aime ça. Ou ptet que j'ai juste jamais eu de chance. » Un peu des deux sans doute. On va la où la vie a besoin de nous. Winona a toujours voulu échapper à son destin. Finalement, elle ne s'en est jamais vraiment détaché. La vie l'a mené en bateau, lui a fait miroiter monts et merveilles. Et voilà qu'aujourd'hui elle était une fois de plus dans un trou à rats à se battre pour sa vie. Belle ironie du sort. Elle pourrait en rire à gorge déployée si l'envie y était. Au lieu de ça, elle se contente de soupirer, le regard traînant entre Jamie et son assiette abandonnée. Elle se passe une main dans les cheveux alors qu'il assume des choses fausses à son compte. Comme tout le monde. Elle apprécie être sous-estimée. La chute de ses adversaires n'en n'est que plus amusante. « T'as raison. La merde c'est pas le rêve. » Elle a tout fait pour s'en éloigner. En vain. « Mais bon, j'ai grandi dans une ferme donc j'my connais. » Elle a complètement sa place au sein du ranch. Elle sait ce qu'elle fait de ses dix doigts. Et surtout, elle sait ce qu'elle fait avec son joli cerveau de blonde.


● ● ● ● ●
IN HER DREAMS SHE IS FREE.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Riders + j'peux pas j'ai poney
avatar
Riders + j'peux pas j'ai poney
Hurlements : 325
survit depuis le : 29/12/2016
capsules de troc : 674

MessageSujet: Re: Don't touch my spaghetto!   Dim 3 Sep - 16:12

Winona Jamie
Don’t touch my spaghetto !


Apparemment, l’assiette avait perdu de son attirance pour la jeune femme. Incompréhensible, comment pouvait-elle ne même pas poser un regard d’envie sur ses magnifiques spaghettis à l’écureuil. Winona avait réussi à monter un peu dans son estime mais là, elle descendait de quelques échelons. Même si c’était une preuve de résistance, il était presque vexé dans sa fierté, que son plat soit si vite relégué en arrière-plan. Etrangement, il ne voyait pas la jeune femme se trimballait toute seule sur une route, elle semblait faire partie de cette espèce qui ne vit qu’en groupe. Peut-être était-ce l’image qu’il venait de se faire d’elle à cause de son orientation professionnelle.  Néanmoins, son interlocutrice restait bien trop vague sur des pans de sa vie pour qu’il prenne l’assurance de se former une impression complète sur elle ou l’arrogance de croire qu’il avait cerné la personne en face de lui. C’était agaçant quelque part. "Jamais ?" Jamie était-il le seul à voir la chance qu’ils avaient d’être en sécurité quelque part, être bien logé, bien nourri et ne pas avoir à se soucier de survivre jour après jour ? Pourtant, à l’inverse d’elle, il n’avait sûrement pas passé autant de temps sur les routes. A l’exception de son excursion au Canada. "T’es d’un pessimisme Jackson ! Ça m’étonne pas que t’arrives pas à me faire rire, c’est plutôt une corde qu’il me faudrait là." Il poussa un long soupir de dépit et aperçut – enfin – le regard de Winona se poser sur l’assiette, il ne cacha pas le sourire narquois qui s’affichait sur ses lèvres. "Une fermière qui finit politicienne puis dépressive. Ça ferait un bon thème de roman de gare. S’ils existaient encore…" Laissant transparaître son manque d’intérêt pour la jeune femme, il se remit dans sa position initiale, face au feu. "Prends-la cette assiette, tu me fais de la peine." Dit-il en levant les yeux au ciel. Comme toujours, il suivait son principe : donner pour obtenir par la suite. Son précieux valait tout l’or du monde mais pour lui seulement, même s’il ne doutait pas un instant qu’elle pourrait savourer l’honneur qu’il lui faisait. Enfin si le pessimisme de la jeune femme ne venait pas entacher le goût du plat.  "Pourquoi t’es ici ?" Ça avait le mérite d’être direct. Après tout le discours qu’il lui avait servi, on aurait dit que Winona ne s’était pas adaptée à leur mode de vie ou du moins, n’en était pas satisfaite. Les Riders étant bien avec tous les autres camps, il n’était pas difficile d’en changer. Du moins, avec une raison valable. "A part pour te lamenter comme une âme en peine qui cherche encore sa destinée." Sa voix prit une tournure faussement mélodramatique. Un roman de gare, c’était vraiment ça.  "Tu dois bien éprouver de la satisfaction dans certaines choses. Et me dis pas te plaindre parce que je retire ma proposition pour la bouffe." Il eut un sourire en coin avant de reprendre :  "Ça t’arrive de t’amuser, de profiter de la vie ? Bon vu le niveau de tes blagues, ça doit pas être de cette façon déjà." Jamie lâcha totalement la bride à sa curiosité. S’il ne pouvait avoir des informations sur son interlocutrice de façon détourner, autant y aller franchement. Jusqu’à maintenant, elle était beaucoup trop abstraite dans ses propos – c’était souvent le cas de personne qui cherchait à cacher quelque chose. Mais peut être qu’elle cherchait juste à faire la femme mystérieuse ou simplement, elle avait des problèmes de confiance.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Don't touch my spaghetto!   

Revenir en haut Aller en bas
 
Don't touch my spaghetto!
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» I can't wait to kiss the ground, wherever we touch back down. [PV Willy]
» Rick Ross - Touch 'N You ft. Usher
» Japan Touch Haru
» A TOUCH OF EVIL
» HLM ◮ OH, You Touch my Tralala ... mmh, my Ding Ding Dong

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Influenza :: Survivors' last haven :: Crimson Valley :: Campement-
Sauter vers: