AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 
Bienvenue sur Influenza, faites attention à vos fesses, les rôdeurs sont affamés !
N'hésitez pas à jeter un coup d'oeil à nos postes vacants

Nous sommes en septembre 2017. L'épidémie a commencé en octobre 2010. Plus d'information sur l'épidémie { + }

Découvrez la playlist officielle d'Influenza !

Partagez | 
 

 (I) If you dont hate me yet, don't worry...your time + malini

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Riders + j'peux pas j'ai poney
avatar
Riders + j'peux pas j'ai poney
Hurlements : 842
survit depuis le : 15/04/2016
capsules de troc : 1151

MessageSujet: (I) If you dont hate me yet, don't worry...your time + malini   Mar 1 Aoû - 14:59

Malini & Jenna
« If you dont hate me yet, don't worry...
your time .
AVRIL 2017 >
Jenna n’aime pas Malini. Malini n’aime pas Jenna. Au moins, elles sont sur la même longueur d’onde, pas de malentendu. La cohabitation est tout simplement impensable, impossible. Elle ne peut pas, elle ne veut pas, coexister avec Malini. Ce serait un affront à la mémoire de Cirilla, jamais elle n’aurait souhaité la voir aussi proche de Chloe, jamais elle ne l’aurait toléré. D’ailleurs, elle non plus, elle ne le tolère pas, ne le supporte pas. Hors de question qu’elle évolue au sein de la demeure familiale, hors de question qu’elle continue son manège grotesque. Peut-être qu’elle mène tout le monde en bateau, malheureusement pour elle, elle n’arrivera pas à la berner, non, elle n’est pas dupe contrairement au reste du monde. Elle ne comprend pas ce qui a bien pu se passer, se produire, pour qu’elle accède aux lieux. C’est comme si Cirilla n’avait jamais existé, comme si Caden lui avait immédiatement trouvé une remplaçante. Elle disparaît et, du jour au lendemain, la recruteuse investit les lieux sans aucune gêne, aucune honte, aucun remords. Nul doute que Caden s’est laissé diriger par sa peine, son chagrin, mais tout de même, elle ne peut s’empêcher de lui en vouloir. Sans parler d’Abel qui abdique, mais ce détail, il ne l’étonne pas réellement. Cependant, force est d’admettre qu’elle a bien mené son jeu, la cavalière, elle a choisi le moment idéal, le moment parfait, pour abattre ses cartes. Le niveau de manipulation est sacrément élevé, elle s’en voit impressionnée et répugnée à la fois. Ça l’enrage, vraiment, ça la rend folle, de le savoir ici, aussi proche. Elle semble intouchable, indélogeable. Plus pour longtemps. Elle compte bien mettre Abel au pied du mur, de toute façon, c’est Malini ou elle, elle n’a pas l’intention de lui laisser le choix. Elle n’a pas non plus l’intention d’ignorer la jeune femme, d’oublier son existence, c’est ce qu’elle fait depuis son retour, depuis trois semaines, elle est à bout, à bout de faux-semblants, elle n’arrive plus à conserver les apparences. Trop c’est trop, elle a largement atteint ses limites.

Ce n’est pas qu’elle cherche absolument le conflit, du moins, dans la mesure du possible, elle l’a évité, pour l’instant. Mais, force est de constater que la recruteuse est constamment dans son chemin, pourtant ce n’est pas l’espace qui manque, même au sein de la demeure familiale. Preuve en est encore aujourd’hui. Le silence est de marbre tandis qu’elle pénètre dans la cuisine, Malini déjà sur les lieux. Elle retient un soupir agacé, s’emparant de quelques fruits trônant au milieu de la table. Garde ton calme, Jenna, respire, s’intime-t-elle, entreprenant la concoction du quatre heures de Chloe et Silas. Jenna, tante édition deluxe. Pour sûr, l’ambiance est tendue, pour ne pas dire glaciale. En même temps, aucune d’entre elles ne cherche à y mettre du sien, à faire des efforts. Ce qui serait, de toute évidence, une perte de temps. « Tu comptes encore rester combien de temps ? » Elle ne relève pas la tête, regard fixé sur ses mains, gestes appliqués, s’obstinant à couper les fruits en morceaux, à paraître détachée. « Caden est parti, je ne vois pas ce qui te retient, ce que tu fais encore là. Tu peux arrêter ton manège, non ? » Ce n’est pas une question, pas vraiment, il s’agit plutôt d’un ordre. Prunelles cette fois plantées dans les iris de son interlocutrice, elle aimerait y trouver des réponses. Elle n’arrive pas à la comprendre, à interpréter ses intentions, à appréhender ses actes. Tout ce qu’elle sait, c’est que c’est le chaos, qui règne dans la caboche de Malini. Elle n’a rien de stable, rien de sain. Elle ne la veut pas aussi proche de sa famille, c’est trop risqué. Elle n’a pas besoin d’un élément toxique de plus au sein de sa vie.


● ● ● ● ●

the past it's done, move on + Change, we don’t like it. We fear it but we can’t stop it from coming. We either adapt to change or we get left behind. It hurts to grow, anybody who tells you it doesn’t is lying but here’s the truth, sometimes the more things change, the more they stay the same and sometimes, oh, sometimes change is good. Sometimes change is everything.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Riders + j'peux pas j'ai poney
avatar
Riders + j'peux pas j'ai poney
Hurlements : 625
survit depuis le : 26/10/2016
capsules de troc : 1031

MessageSujet: Re: (I) If you dont hate me yet, don't worry...your time + malini   Lun 14 Aoû - 20:25

Malini & Jenna
« If you dont hate me yet, don't worry...
your time .
AVRIL 2017 >
3 semaines, 21 jours et 504 heures. Ça pourrait être le titre d'un vieux roman de gare narrant l'amour fugace mais intense deux adolescents vivant aux antipodes et se retrouvant sur une place en Italie. A bien y réfléchir, Malini est presque sûre que cette histoire existe. Mais non, ces trois semaines sont le compte lent et pesant du temps qui est passé depuis que Jenna Rhodes est revenue au ranch après beaucoup de remue ménage. L'inimitié entre les deux femmes a bien entendu naturellement repris. Si elles font l'effort de s'ignorer plus ou moins courtoisement, des piques se perdent parfois et la tension est d'une densité écrasante. L'on murmure que leur désamour profond est même la cause du mauvais temps récent.
Les derniers jours plutôt pluvieux ont coincé la recruteuse en manque d'air frais de Pedernales à l'intérieur du ranch où elle doit consumer son énergie en ménage frénétique de la maison ou en squattage des écuries avec Beckett à veiller sur son rétablissement. Se concentrer sur le cavalier est d'ailleurs la seule chose qui permette à son esprit de ne pas s'égarer complètement dans ses contrées intérieures les plus sombres. Malini est comme animal en cage. Cette pseudo captivité la rend hargneuse et prête à mordre et sa mauvaise humeur ne l'aide pas du tout à calmer le jeu dans la demeure familiale. Au lieu de supporter le regard noir de Jenna, elle préférerait arpenter tout Pedernales à la recherche de Caden.

Sur ces dernières pensées, le mouvement de frottement s'intensifie. Son bras est fatiguée d'astiquer les plans de travail, mais elle n'a rien d'autre à faire que de faire briller les meubles de la cuisine. Un regard désespéré vers la fenêtre lui apprend que la pluie n'a pas cessé son spectacle. Mais en même temps, il n'y a rien d'autre à nettoyer dans la maison et elle devra s'occuper autrement pour la suite. Dépitée, elle se laisse tomber sur une chaise et pose deux coudes ennuyés sur la table et c'est évidemment à ce moment – comme orchestré dans un soap opera – que Jenna fait son entrée. Le visage de la recruteuse perd toute substance, reprend son air impassible, comme sculpté dans le marbre. Elle pose un regard indifférent sur son ventre d'abord, pointant vers l'avant dans ses derniers mois de grossesse. Puis, son regard noisette la détaille, l'observe s'affairer et l'ignorer en même temps. Alors Malini joue aussi la carte, retourne à la contemplation de la pluie dont les gouttes dessinent des motifs inconnus sur la vitre.
Puis les mots de Jenna tranchent l'air, se posent comme la goutte en trop dans un vase déjà plein de l'agacement de la recruteuse. Son regard assombri revient sur la jeune femme qui coupe ses fruits sans prêter plus d'attention à la conversation dangereuse qu'elle commence, comme s'il ne s'agissait que d'une conversation pour passer le temps. Enfin, leurs yeux se croisent et se mesurent, se sondent avec attention. Jenna a bien des choses à lui reprocher et ça se voit dans ses iris pleines de ressentiment. Ce que Malini a à reprocher à Jenna en retour ? Principalement d'exister. Ensuite ? De parader dans le ranch comme une princesse, de croire que tout peut passer par son jugement final, de se croire elle-même plus valeureuse que tous les autres juste parce qu'elle a été graciée ici du nom de Rhodes.

Sur le même ton, la recruteuse répond à son tour avec hostilité. "J'aide à faire tenir cette maison debout. Voilà ce que je fais encore là." Si elle n'avait pas insisté pour que Chloé reste, si elle n'avait pas pris les devants pour bien des choses dans cette maison, si elle n'avait pas été pour essayer de relever Caden et pour servir de terrain neutre entre Abel et lui, alors il y a longtemps que le ciel leur serait tombé sur la tête et que la maison aurait fini en feu. Bon, peut-être qu'elle exagère les conséquences, mais l'idée était bien là, sa présence avait été utile dans cette maison et elle l'est toujours, peu importe l'avis de Jenna. "T'étais pas là pendant un moment, je te rappelle. Pendant que tu foutais le bordel ailleurs, j'essayais d'arranger celui qui se passait ici." Qu'est-ce qu'elle croyait ? Que tout gravitait forcément autour de ses bonnes volontés ? "Donc je resterai jusqu'à ce que ton frère n'ait plus besoin de moi." Le point final montre bien envers quel Rhodes va son allégeance et de qui seulement elle prendra des ordres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Riders + j'peux pas j'ai poney
avatar
Riders + j'peux pas j'ai poney
Hurlements : 842
survit depuis le : 15/04/2016
capsules de troc : 1151

MessageSujet: Re: (I) If you dont hate me yet, don't worry...your time + malini   Dim 10 Sep - 23:49

Malini & Jenna
« If you dont hate me yet, don't worry...
your time .
AVRIL 2017 >
Les paroles de Malini ne tardent pas à faire écho aux siennes. Un léger rire s’étouffe au fond de sa gorge, réprimé avec vigueur. Loin d’elle l’envie de se montrer puérile malgré les propos de la recruteuse. Comme si le monde allait s’écrouler sans la présence de cette dernière, comme s’il allait soudainement se mettre à tourner à l’envers. Elle veut bien admettre que Malini ait pu se montrer utile, il fut un temps, ce n’est désormais plus le cas, à son sens du moins. Cependant, de là à prétendre que les murs de la demeure familiale tiennent encore debout grâce à ses soins, il ne faut tout de même pas exagérer. Elle veut bien se montrer de bonne foi, mais il y a des limites. Ils n’ont pas besoin d’elle pour survivre. Ils se sont très bien débrouillés jusqu’à maintenant. Enfin, très bien, elle avoue que le choix des mots est un peu démesuré. Soit. Elle ne rétorque pas immédiatement, bien que l’envie soit sacrément présente. Un minimum de politesse tout de même, elle ne va pas interrompre une si jolie tirade à son encontre. La suite n’est pas plaisante, pas du tout. Un bordel, comme si ce bordel en question n’était autre que de sa faute. Elle reconnait sa part de responsabilité, bien que briser l’alliance et foutre la pagaille entre Aaren et Abel n’était destiné qu’à un seul et unique but : protéger son enfant à naître. Il ne faut pourtant pas oublier que les initiateurs du bordel ne sont autres que son abruti de frère, sans parler du fameux roi de la carrière. Elle n’aurait jamais quitté le ranch de son plein gré. Imaginer le contraire, c’est vraiment mal la connaitre. Son regard n’a pas quitté celui de la recruteuse, pas même une seule seconde, tandis qu’elle conclut sur une note contrariante à souhait. Elle l’a bien compris, elle n’est pas stupide, la solution à son problème n’est autre qu’Abel. Il est la clef, le seul à pouvoir la foutre à la porte. « Debout ? » qu’elle s’enquit presque immédiatement, reprenant son occupation pause quatre heures non sans hausser un sourcil perplexe. « Caden est introuvable, il ne se doute même pas de sa paternité. Abel est à cran, il vient d’essuyer une tentative de meurtre. J’admets cependant, la demeure n’a jamais autant brillé, belle utilité. » Peut-être que son résumé improvisé de la situation est bref et de mauvaise grâce, il n’en reste pas moins un minimum fidèle et réaliste. Ce sont les faits, ni plus ni moins. « Pour ce qui est de mon bordel, au moins a-t-il le mérite d’avoir engendré des négociations apparemment fructueuses entre la mine et le ranch. » D’accord, ce n’était pas volontaire de sa part, elle n’a jamais songé pouvoir initier un contact entre Abel et Anita, le fait est que ça a été le cas, ses écarts de conduite disposent donc de bons côtés. Il n’empêche qu’elle jalouse Malini. Elle aurait préféré être aux côtés des siens, au chevet de son défunt père, à la place d’être cloîtrée à Hamilton, à la place de retrouver des semaines plus tard une famille dissoute, complètement en cendres. On peut bien lui reprocher tous les maux du monde, elle tient plus que tout à sa famille, jamais elle n’a souhaité cette pagaille. « Pour ce qui est de mon frère, ne t’inquiètes pas, je compte bien m’entretenir avec ce dernier, nous serons bientôt fixées. » Pas une menace, une simple vérité. La recruteuse ou elle. Le choix est aussi simple que ça. Elle n’envisage pas d’être mise à la porte du ranch, malgré qu’elle garde un souvenir douloureux de son arrivée à Crimson Valley, de son ainé lui claquant la porte au nez, lui hurlant de déguerpir. Peut-être qu’elle n’est pas à l’abri. Alors, oui, elle a peur de moins compter que l’autre cavalière, mais elle ne reculera pas, quitte à devoir vider les lieux de sa présence.


● ● ● ● ●

the past it's done, move on + Change, we don’t like it. We fear it but we can’t stop it from coming. We either adapt to change or we get left behind. It hurts to grow, anybody who tells you it doesn’t is lying but here’s the truth, sometimes the more things change, the more they stay the same and sometimes, oh, sometimes change is good. Sometimes change is everything.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Riders + j'peux pas j'ai poney
avatar
Riders + j'peux pas j'ai poney
Hurlements : 625
survit depuis le : 26/10/2016
capsules de troc : 1031

MessageSujet: Re: (I) If you dont hate me yet, don't worry...your time + malini   Mer 13 Sep - 22:19

Malini & Jenna
« If you dont hate me yet, don't worry...
your time .
AVRIL 2017 >
Une exclamation de mépris lui échappe alors que Jenna présente son cas. Comme toujours, elle explique les choses comme si elle savait tout mieux que tout le monde. Elle ignore peut-être que lorsqu'elle était absente, ses deux frères passaient leur temps à se disputer et la seule chose qui les empêchait de se sauter à la gorge, c'était Malini. Elle avait passé son temps à jouer le garde fou et c'était un travail épuisant.
Elle ne répond rien, laisse ses yeux qui roulent au ciel parler à sa place. La suite des propos de la Rhodes sont bien plus drôles. Sur un ton qu'elle estime sûrement légitime, elle annonce qu'au moins, les conséquences de son bordel sont positives, comme si ça suffisait à tout rééquilibrer. Bien sûr qu'elle le pensait vraiment, quand on était Jenna Rhodes, la petite princesse chérie du ranch, on pouvait bien tout faire de travers et être quand même pardonnée. "Mais oui, parce que la vie fonctionne comme ça hein ? On peut faire toutes les conneries qu'on veut, mais si quelque chose de positif en sort, hey tout va bien n'est-ce pas ?"

La langue que ces deux-là parlaient était le sarcasme. Celui qui tranche, celui qui ne laisse aucun doute planer, celui qui ne se cache même pas derrière un peu d'hypocrisie. Et dire que les raisons pour lesquelles elles se détestent ne sont même pas directes. Tout ça, c'était un coup de Cirilla encore. Malini, elle peut pas s'empêcher de penser que si elle n'avait jamais atterri au ranch, rien de tout ça ne serait arrivé. Elle aurait pu avoir une relation plus saine avec Caden, elle aurait même plus apprécié Jenna... C'est qu'elles ne sont pas fondamentalement opposées, elles auraient pu trouver un terrain d'entente. Mais maintenant la graine était plantée et elles récoltaient toutes les deux les raisins de la colère. "Et tu lui diras quoi à Abel ? Que tu veux qu'on me mette dehors juste parce que ma tête te revient pas ?" Un rictus tord les lèvres de la recruteuse alors qu'elle se relève pour s'adosser à la table, bras croisés. L'air provocateur collé au visage, elle lance : "Laisse-moi deviner. T'es le genre de nana qui n'a pas d'arguments rationnels et préfère employer du chantage affectif pour arriver à ses fins ?"
Mais derrière, il y a quand même un sentiment d'appréhension. Elle le sait très bien que si Abel était mis au pied du mur et devait choisir entre Jenna et Malini, il irait évidemment pour sa soeur enceinte. Oh, bien sûr il trouverait un stratagème et argumenterait pour présenter les choses à la recruteuse de façon à ce qu'elle ne riposte pas, mais Malini, elle savait très bien que sa place ici était bancale. Mais elle ne se laisserait pas démonter pour autant. "Tu peux pas m'effacer de cet endroit, même si tu essayais de toutes tes forces." Abel, Caden, Silas, pour ne citer qu'eux, ils seraient forcément tous affectés d'une façon ou d'une autre par son départ.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: (I) If you dont hate me yet, don't worry...your time + malini   

Revenir en haut Aller en bas
 
(I) If you dont hate me yet, don't worry...your time + malini
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Love me now or hate me forever!
» Reparlons de ce dont nous avons parlé... [PV]
» Sometimes I hate you so much [pv Lysandre]
» « Il n'y a point de mal dont il ne naisse un bien... »
» [Terminé] You hate me, I know ... [Nathan]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Influenza :: Let's wander the woods :: Flashback-
Sauter vers: