AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 
Bienvenue sur Influenza, faites attention à vos fesses, les rôdeurs sont affamés !
N'hésitez pas à jeter un coup d'oeil à nos postes vacants

Nous sommes en janvier 2019. L'épidémie a commencé en octobre 2010. Plus d'information sur l'épidémie { + }

Découvrez la playlist officielle d'Influenza !

Nous sommes actuellement en pénurie de Miners & Carrières, merci de bien vouloir privilégier ces groupes { + }

Partagez | 
 

 i talk to god but the sky is empty (nino)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Miners + on pioche tic toc
Billie Trager
Miners + on pioche tic toc
Hurlements : 1417
visage : katie mcgrath
crédit : calvaries & sign by beylin
survit depuis le : 04/08/2016
capsules de troc : 3378

MessageSujet: i talk to god but the sky is empty (nino)   Lun 14 Jan - 14:54


nino weaver billie trager
«i talk to god but the sky is empty. »
2 décembre 2018

Quelques jours à peine s'étaient écoulés depuis la triste prise d'otage qui ébranlait encore la Mine toute entière. On se méfiait les uns des autres et Anita interrogeait tout le monde sur ses agissements, remettant tout en question. A tort ou à raison. Sans doute plutôt à raison. Billie elle-même douter de tout et n'importe quoi. A commencer par la gestion de la Mine et son existence. Elle av ait repoussé autant que possible ses idées de départ. Un brin trop loyale, une once d'espoir persistante. Il y avait toujours quelqu'un ou quelque chose pour la retenir. Toujours une bonne excuse pour remettre ses plans à plus tard, les laisser dans un coin. Mais elle y revenait toujours, ses pensées bloquées sur cette idée toute simple et pourtant bien compliquée à mettre en place. D'abord parce qu'elle ne parvenait pas à s'y résoudre, ensuite parce qu'Anita ne la laisserait pas filer aussi facilement. Encore moins pour battre en retraite sur la ville d'Olympia. Si les liens qui l'unissaient à la ville n'était pas franchement un secret, ses motivations la guidant jusque là bas lui étaient propres. Elle avait appris à connaître la ville et ses habitants, à voir au-delà de ce qu'on en disait, au-delà des vieux clichés hippies qu'on voudrait leur coller sur le dos. Olympia était forte et tenue par des têtes bien pensantes. Loin d'avoir encore de véritables amis là bas, elle avait néanmoins noué quelques liens solides. Et puis il y avait Aaghen. Des non dits lourds de sens, des regards appuyés, des étreintes qui n'en finissaient plus, comme une prière, une requête silencieuse qu'elle choisissait d'ignorer. Incapable d'être entière, trop effrayée à l'idée de commencer quelque chose de réel. Elle a parfois l'impression de ne pas vivre sur le même plan que les autres. La tête résonnant de mille fantômes, Billie se perd et ne parvient pas à choisir le bon chemin. A supposer qu'il y en a ait un meilleur que l'autre.

Alors plutôt que de ressasser tout ça seule au fond de son lit, elle préfère gagner la salle commune où le brouhaha général l'éloigne de ses tracas. Non pas qu'il y ait plus d'agitations que d'ordinaire, mais le calme de son dortoir contraste radicalement avec les conversations qui ont cours ici. Elle soupire longuement avant de s'asseoir à une table, ouvrant un livre qui ne lui appartient pas et ne l'intéresse finalement pas vraiment. Son exemplaire du Seigneur des Anneaux manquait à l'appel et elle devait bien s'occuper l'esprit avec quelque chose. Pas franchement d'humeur bavarde, elle avait volontairement évitée l'infirmerie et son atmosphère pesante. Le pronostic vitale de Douglas était désormais engagé et personne ne savait dire ce qu'il adviendrait de lui. Voir Ryce en détresse lui fendait le cœur et forçait Billie à s'attarder, aussi bien auprès d'elle que dans la Mine en général. Enfin, l'espace de la salle commune lui permettait de respirer. La Mine étant en état d'alerte maximale, les sorties étaient encore interdites et Billie ne faisait pas partie de la liste privilégiée d'Anita Jones. Elle allait devoir attendre et patienter. Prendre une décision finale. Peut-être. Mais alors qu'elle pensait à sortir, une silhouette sombre vient s'asseoir face à elle, l'obligeant à lever les yeux de son bouquin. « J'peux t'aider Weaver ? » Elle l'avait entendu venir sans vraiment saisir ses paroles, fainéant la concentration dans l'espoir qu'on ne vienne pas l'importuner. Raté. Au moins pouvait-elle avoir une conversation censée avec Nino. Elle devrait remercier le ciel de ne pas lui avoir envoyé Almaze. Ou Uzo. Ou pire, Anita. Elle n'était vraiment pas d'humeur pour des remontrances ou un quelconque sermon. « Hé Trager, t'as passé ton petit entretien déjà ? » Elle tourne la tête de l'autre côté de la pièce, regard noir braqué sur un garde à la langue trop pendue au goût de Billie qui lui offre un beau doigt d'honneur en réponse. « Et toi t'as fais vérifier tes hémorroïdes ? » Quelques rires et huées fusent et Billie roule des yeux, fatiguée, se disant qu'elle aurait mieux fait de rester au fond de son lit. « J'espère que tu viens m'annoncer que jpeux enfin sortir prendre l'air ? » Loin de ces abrutis, loin de ce trou qui empeste la mort.


● ● ● ● ●

❝ stay frosty. ❞ release the demons inside of me. break through the ice, scars on my sleeve. nothing's gonna be the same. we can't go back.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Miners + on pioche tic toc
Nino Weaver
Miners + on pioche tic toc
Hurlements : 246
visage : bob morley.
crédit : riddermark.
survit depuis le : 24/07/2018
capsules de troc : 653

MessageSujet: Re: i talk to god but the sky is empty (nino)   Jeu 17 Jan - 12:20



2 décembre 2018 + Depuis l’attaque de l’infirmerie, un climat d’insécurité régnait à la mine poussant chaque habitant à une parano angoissante. Chacun se mettait doucement à douter de ses voisins, de ses alliées et de ses amis, sûrement encouragés par le comportement peu raisonnable d’Anita. Même s’il préférait ne pas critiquer la manière de faire de leur chef, Nino n’appréciait pas vraiment les interrogatoires et les suspicions incessantes qu’elle pouvait avoir au sujet des propres membres de sa communauté. A ses yeux, l’entraide aurait été un meilleur remède face à cette situation de crise, et même si tout le monde semblait vouloir trouver un coupable, l’éclaireur lui s’inquiétait pour l’avenir de la mine. Bienveillant, et soucieux du bien-être de son groupe, Nino tentait comme il pouvait de redonner le sourire aux gens, mais aussi de les rassurer face aux derniers événements. Seulement, avec les portes de la mine fermées, les esprits commençaient sérieusement à s’échauffer et un sentiment de ras-le-bol dominait les lieux. Loin de blâmer les moins optimiste, l’éclaireur souhaitait simplement voir les choses s’améliorer pour son groupe, et de préférence avec le moins de casse possible.


Malheureusement pour lui, Anita n’était pas réputée pour sa sagesse et sa douceur, et si la situation venait à durer, il sera sûrement obligé de lui faire comprendre qu’elle allait finir par perdre la confiance de tous les membres de la mine. D’ailleurs, à force de parler avec les gens, Nino avait rapidement compris que l’opinion publique n’était déjà pas en faveur de la leader, et qu’une partie ne serait pas contre un changement radical. Moins extrême et surtout conscient que diriger un groupe de cet ampleur ne devait pas être aisé, l’éclaireur refusait de blâmer Anita sans rien proposer de l’autre côté et c’était d’ailleurs pour cette raison qu’il avait accepté de devenir conseiller pour cette dernière. Néanmoins, malgré ses tentatives multiples pour lui faire comprendre que les habitants peinaient à vivre en paix, l’ancien moniteur de snowboard ne se sentait pas très écouté. Pas forcément du genre à s’imposer aux autres, Nino commençait cependant à se demander s’il ne ferait pas mieux d’hausser un peu le ton et ainsi la mettre face à la réalité.

Une réalité qui se lisait d’ailleurs sans la moindre difficulté sur les visages des miners entassés dans la salle commune, à défaut de pouvoir sortir tranquillement. Dans cette ambiance étouffante, Nino ne savait plus vraiment où donner de la tête, persuadé que tout le monde aimerait pouvoir se faire entendre à sa juste valeur. Malheureusement, loin d’être un surhomme, le conseiller ne pouvait pas écouter les plaintes des habitants à longueur de journée, d’autant plus que la fatigue s’installait doucement sous ses yeux. Bien décidé à souffler un peu, le trentenaire cherchait du regard une table avec ses amis pour se changer un peu les idées, avant d'apercevoir la chevelure sombre de Billie. Membre incontournable de la mine, elle oeuvrait à sa manière au bon fonctionnement de cette dernière. Un dévouement qui malheureusement se heurtait une lassitude assez extrême, qui pourrait bien se traduire par un départ si rien n’allait en s’améliorant. Nino, comme beaucoup connaissait ses relations avec Olympia et se doutait assez bien que l’idée de changer de groupe lui avait déjà traversé l’esprit.

D’un pas hésitant, il s’avança vers elle, avant de finalement se poser en face avec un petit sourire sympathique.  « Comment tu vas ? » Une question simple qui lui semblait essentielle à cet instant, même si quelque part il se doutait un peu de la réponse. Alors qu’il regardait la couverture de son livre, un homme au loin s’amusa à jouer les trouble-fêtes avec un subtilité déconcertante. Coriace et surtout pas du genre à se laisser marcher dessus, la brune ne tarda pas à lui renvoyer une réplique clinquante qui amusa légèrement l’éclaireur. « Fais pas attention, le manque de lumière commence à taper sur le système de tout le monde. » Si c’était seulement le manque de lumière qui rendait les gens ainsi, la situation serait bien plus gérable, mais malheureusement c’était un enchaînement d’événements plus tragiques les uns que les autres, qui rendait les survivants de la mine si exécrable.  

Pas moins agacé, la brune semblait aussi impatiente que tout le monde à l’idée de sortir et ce n’était pas l’éclaireur qui allait dire le contraire. Né dans les montagnes, Nino détestait rester enfermé de cette manière sous-terre, et commençait lui aussi à tourner en rond dans les dédales de la mine. « On peut toujours tenter de sortir, mais je suis pas certain que les autres apprécient cette petite injustice. » Avec leur ancienneté et leurs postes, le brun savait que les gardes les laisseraient sûrement sortir sans rien dire, mais il imaginait assez bien l’ambiance au retour. Non seulement les habitants de la mine s’agaceraient de ce manque de justice, mais surtout Anita la première les blâmerait pour avoir enfreint le règlement.
egotrip



● ● ● ● ●
☾ well sometimes you can't change and you can't choose, and sometimes it seems you gain less than you lose. now we've got holes in our hearts, yeah we've got holes in our lives, well we've got holes, we've got holes but you carry on.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Miners + on pioche tic toc
Billie Trager
Miners + on pioche tic toc
Hurlements : 1417
visage : katie mcgrath
crédit : calvaries & sign by beylin
survit depuis le : 04/08/2016
capsules de troc : 3378

MessageSujet: Re: i talk to god but the sky is empty (nino)   Ven 18 Jan - 12:36


nino weaver billie trager
«i talk to god but the sky is empty. »
2 décembre 2018

Elle a toujours détesté les débuts de conversation. Les bonjour un peu gênant suivi de cette question encore plus gênante. La plupart des gens mentent en prétendant que tout va bien. Un bref ça va qui coupe court à la discussion. Personne ne veut entendre que ça ne va pas. Personne ne veut entrer dans une conversation déprimante, à s'interroger sur la vie et se lamenter sur sa propre personne. Alors on ment, un sourire accroché aux lèvres. C'est tellement plus facile. Billie laisse la question en suspens, se demandant sincèrement comment elle va. Et pendant de longues secondes le silence s'installe entre eux. Elle ne va pas bien et ça se lit probablement sur son visage, dans chacun de ses mouvements. Elle est fatiguée, les nerfs à vifs. Elle a besoin de liberté, de prendre la fuite. Ça ne lui ressemble pas franchement. Loyale à en crever, elle a tout donné à la Mine. Même après la mort de son père, même quand tout semblait perdu, qu'elle ne se voyait plus continuer, Billie est restée. Elle s'est reconstruite avec eux. Pour eux. Mais aujourd'hui elle avait l'impression d'avoir atteint le point de non retour. « Ça pourrait être pire hein ? » qu'elle soupire. Ça peut toujours être pire. Elle ne veut pas trop s’apitoyer sur elle-même. D'abord parce qu'elle a connu pire, qu'elle a vécu des situations plus difficiles. Ensuite, parce qu'il y a bien pire que sa situation dans ce monde, qu'elle n'a pas trop à se plaindre. « Mais je préfère pas te mentir en te disant que tout va bien. » Ils sont au-delà de ça tous les deux. Même si ils ne voient pas toujours les choses du même œil, que Billie trouve Nino trop gentil, prêt à trop de sacrifices, elle lui reconnaît des qualités indéniables. Dont sa loyauté sans faille, ses conseils avisés, toujours réfléchis et sa capacité d'écoute. « C'est quoi le plan ? Nous faire devenir dingue un par un ? » Parce que ça fonctionne. Garder enfermés des individus assez longtemps, et vous les verrez s’entre tuer. Dans le meilleur des cas.

Son regard s'attarde un instant sur les abrutis de l'autre côté de la pièce. Si il devait y avoir du grabuge, Billie était prête à parier que ça commencerait avec eux. Roulant des yeux, elle pose son livre sans prendre la peine de marquer la page qu'elle n'avait pas encore lue. En étudiant Nino, elle pouvait se rendre compte que le manque de sommeil l'avait lui aussi gagné. Un trait qu'ils partageaient. Mais contrairement à lui, Billie avait peut-être moins de soucis à se faire. Après tout, elle n'avait pas à écouter les doléances quotidiennes des habitants de la Mine, ni à supporter le caractère difficile d'Anita. Si on se demandait parfois pourquoi elle avait refuse le poste de conseiller, il suffisait de regarder Nino Weaver pour comprendre. Elle soupire en s'enfonçant dans son siège. « On serait suffisamment loin avant que ça ne dégénère. » Qu'elle murmure, un sourire en coin, à moitié sérieuse. « Faudra bien partir en raid tôt ou tard. » Et le plus tôt serait le mieux. Si la Mine est capable de survivre un certain temps sans ressources extérieures, elle ne peut pas vivre de la sorte indéfiniment. Sans parler des besoins scientifiques, des ressources qu'Olympia a en sa possession concernant le virus et l'antiviral. « Anita n'envoie personne au Ranch ? » Elle baisse la voix, préférant garder cette conversation privée, consciente que ça ne ferait pas beaucoup de bien si on les entendaient. Des éclaireurs avaient dû partir en secret avertir le Ranch. Elle s'en persuadait comme elle pouvait.


● ● ● ● ●

❝ stay frosty. ❞ release the demons inside of me. break through the ice, scars on my sleeve. nothing's gonna be the same. we can't go back.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Miners + on pioche tic toc
Nino Weaver
Miners + on pioche tic toc
Hurlements : 246
visage : bob morley.
crédit : riddermark.
survit depuis le : 24/07/2018
capsules de troc : 653

MessageSujet: Re: i talk to god but the sky is empty (nino)   Lun 21 Jan - 23:34



2 décembre 2018 + Sans surprise, le moral de la plus âgée n’était pas au beau fixe et pour dire vrai, l’éclaireur n’avait même plus la force de la rassurer sur l’état de la mine. Assez bien placée pour connaître les rouages et le fonctionnement des lieux, Billie savait pertinemment que la situation dépendait uniquement du bon vouloir d’Anita, avec qui elle ne semblait pas vraiment en bon terme. Loin d’être stupide, Nino comprenait l’agacement de la brune, et pour dire vrai, il commençait lui aussi à perdre patience devant autant de non sens. Cette mise en quarantaine ressemblait étrangement à un début de dictature et si les choses ne venaient pas à rentrer dans l’ordre rapidement, les habitants allaient sûrement finir par s’entretuer. « Je ne sais pas, ça ne me plait pas vraiment non plus. » S’il le pouvait, l’ancien moniteur de snowboard serait sans aucun doute le premier à lever à rouvrir l’accès à la mine, afin de laisser les habitants souffler un peu chacun de leur côté. En quelques mois, la mine avait traversée bien des emmerdes, alors inutile d’en faire baver encore plus aux survivants qui s’y trouvaient. Certes, il était essentiel d’enfin mettre la main sur ses troubles-fêtes qui leur menaient la vie dure, mais ce n’était pas pour autant qu’il fallait détruire le semblant d’unité qui subsistait à dans la communauté.

Le comportement d’Anita ne lui plaisait pas forcément plus qu’à la jeune femme, et même s’il lui trouvait encore des excuses valables, Nino savait qu’une conversation finirait tôt ou tard par arriver. Loin de souhaiter une embrouille avec cette dernière, l’éclaireur tenait seulement à lui faire comprendre l’urgence de la situation, tout en lui proposant des idées pour retrouver un semblant de normalité. « Bah justement, je comptais lui proposer de partir avec quelques personnes pour le ranch. » Renouer le contact avec les autres groupes lui semblait indispensable, d’autant plus avec le Ranch qui aux dernières nouvelles était encore leur allié. « De toute manière, faudra bien le faire, inutile de traîner trop longuement. » Voir une membre aussi importante pour la mine que Billie abattue par l’ambiance générale lui donnait encore plus envie de faire des efforts, même si cela sous-entendait se mettre à dos leur supérieur.

Pas vraiment du genre à mettre les poings la table pour se faire entendre, Nino doutait soudainement d’avoir réellement la carrure pour son nouveau poste. Etre conseiller aurait sûrement mieux convenue à sa voisine de table, qui par la force des choses savait s’imposer d’elle-même. Des qualités qu’il n’estimait pas avoir, et ce malgré son véritable désir d’aider les autres. « Je pourrais te mettre sur la liste des gens pour le ranch à la limite ? » Même s’il savait que ce détail ne redonnera pas le sourire à la brune, Nino essayait comme il pouvait de l’intégrer à la vie de la mine, et surtout à son éventuelle relance. Perdre Billie serait sans aucun doute un désastre pour la mine, et même s’il savait que les dés étaient sûrement déjà lancés, l’éclaireur espérait encore raviver un semblant de flamme chez-elle.
egotrip



● ● ● ● ●
☾ well sometimes you can't change and you can't choose, and sometimes it seems you gain less than you lose. now we've got holes in our hearts, yeah we've got holes in our lives, well we've got holes, we've got holes but you carry on.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: i talk to god but the sky is empty (nino)   

Revenir en haut Aller en bas
 
i talk to god but the sky is empty (nino)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Bill Clinton : Talk is Money (al konprann se piyay!)
» How to talk with me.
» Blabla Dodo / Sleep Talk
» Mandat kont Aristide - No DYOL to talk!
» 05 - I need to talk ♥ Saphira

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Influenza :: survivors' last heaven :: Hamilton's Mine :: Salle Commune-
Sauter vers: