AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 
Bienvenue sur Influenza, faites attention à vos fesses, les rôdeurs sont affamés !
N'hésitez pas à jeter un coup d'oeil à nos postes vacants

Nous sommes en août 2018. L'épidémie a commencé en octobre 2010. Plus d'information sur l'épidémie { + }

Découvrez la playlist officielle d'Influenza !

Nous sommes actuellement en pénurie de Miners, merci de bien vouloir privilégier ce groupe { + }

Partagez | 
 

 bless this acid house (Dario)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: bless this acid house (Dario)   Ven 1 Déc - 19:57




Dario & Suzy
« bless this acid house »

Les brises qui annonçaient l’hiver venaient lui mordre les joues qu’elle avait laissé à l’air libre, lui donnant une petite teinte rosée causée par la morsure de la baisse des températures. Suzy se mouvait aisément dans les rues sinueuses de la carrière, la terre humide du début de matinée s’écrasant mollement sous ses semelles, la rosée encore présente sur les toits vainement réchauffée par les rayons sans chaleur du début du mois de décembre, tombait ci et là en quelques gouttes glacées que la magicienne de la carrière évitait avec précaution. Elle avait laissé sa petite échoppe entre les mains de sa nièce, moins experte que les siennes mais les badauds du coin savaient bien qu’il ne servait à rien d’essayer d’abuser la gamine puisque les yeux et les oreilles de Suzy étaient partout dans la carrière, qu’elle était assez estimée pour être crainte. Elle zigzaguait entre les différentes cabanes colorées d’Auspex, saluant ci et là quelques un de ses voisins ou autres connaissances, avant, d’enfin, apercevoir la silhouette qu’elle était venue chercher. « Dario ! » Un sourire vint illuminer son visage, le ton de sa voix, empli de chaleur et de surprise, en laisserait penser qu’elle serait presque surprise de tomber sur son ancien acolyte qui, pourtant, était là où il devait être, dans sa zone. Elle s’approcha de lui pour déposer sa main sur le haut de son bras, exerçant une faible pression de ses doigts avant de les recroiser sur le creux de son ventre pour ne pas rester trop longtemps à la merci du froid, manière sobre qu’elle avait de saluer les gens qu’elle estimait, moins impersonnel qu’un simple hochement de tête, plus distant que les accolades étouffantes qui s’étaient imposées avant que tout ne s’effondre mais plus doux que les poignées de main qui se voyaient encore parfois au détour des rues. « Tu es occupé aujourd’hui ? J’avais pensé à aller faire un tour au mall de Stonebriar, voir si les nettoyeurs n’ont pas oublié quelques trésors derrière eux. » L’endroit avait été vidé il y a quelques mois déjà, d’abord nettoyé des rôdeurs que les jackals y avait parqué comme des bêtes, puis surtout, des pièges que les anciens habitants avaient truffé à tous les étages pour se protéger, et, enfin, des quelques biens de valeurs qui auraient pu y rester. La plupart des aventuriers avaient fini par se lasser de ce nouvel endroit enfin abordable, persuadés de l’avoir retourné de fond en comble – et l’échoppe de Suzy, il en est vrai, s’était retrouvée submergée  de nouvelles choses toutes plus intéressantes que les autres – pourtant, si quelqu’un pouvait encore trouver des trésors dans les murs déjà éventrés, s’était bien la douce Suzy.

Revenir en haut Aller en bas
Quarries + le club des clochards
avatar
Quarries + le club des clochards
Hurlements : 617
visage : Viggo Mortensen
crédit : crack in time (signature)
survit depuis le : 12/10/2017
capsules de troc : 1966

MessageSujet: Re: bless this acid house (Dario)   Jeu 14 Déc - 2:32


Suzy Dario
« bless this acid house »

Un léger mal de crâne lui cognait les tympans, en ce début de matinée curieusement fraîche ; sans doute fallait-il l’imputer à la fatigue, au manque d’un vrai repos, mais les insomnies ces derniers temps lui étaient fréquentes sans qu’il ne puisse vraiment se l’expliquer – quoique l’ouragan en était partie fautif en ce qu’il n’avait pas laissé que des traces visibles, sillons creusés à travers le territoire de la carrière, et que l’angoisse, même assumée irrationnelle, qu’un tel évènement puisse de nouveau se reproduire alors qu’ils s’en relevaient à peine était encore palpable, suffisait parfois à lui garder les yeux ouverts et les pensées occupées, tourbillonnantes, inquiètes. Dario, fidèle à ses habitudes, se levait aux aurores après un passage parfois trop bref entre les bras de Morphée tandis que sa nuit avait plutôt été dépensée à quelques bricolages, vieille manie autant que passe-temps consistant à essayer de réparer quelques bricoles avec les moyens pour son loisir ou à la demande d’autres.
La voix fraîche de Suzy lui tira le nez d’un vieux moteur et il s’en détourna pour apercevoir son amie, sourire sincère fleurissant sa bouche et contact léger contre son bras. Son visage sembla s’éclairer davantage tandis que leurs regards se croisaient et qu’il lui rendait son salut d’un léger hochement de tête, l’expression déjà bien moins austère une fois sa concentration abandonnée à côté des travaux qui l’occupaient encore quelques instants plus tôt. « Je suis toujours occupé, Suzy. Tu le sais bien. » Ça, depuis que Diggs l’avait nommé à ce poste, il était clair que l’ancien garagiste n’avait plus guère le temps de se tourner les pouces, et ce d’autant plus vu comme il prenait à cœur son job. Mais même sans ça, il n’avait jamais été de nature à chômer ses journées, et Dieu savait qu’on ne manquait jamais de quoi faire ici. La réplique, néanmoins, ne s’était pas voulue reproche, simplement remarque sur le ton léger d’une conversation bénigne. « Et tu sais aussi que j’ai toujours du temps pour toi. » Il lui devait trop, et l’appréciait trop, pour avoir le culot – ni même l’envie – de lui refuser une faveur alors qu’elle ne lui demandait pratiquement jamais rien. Et même si l’idée d’une excursion au mall de Stonebriar ne semblait pas, à première vue, être une randonnée des plus passionnantes, l’aura de terreur qui imprégnait encore les lieux et les mémoires n’était désormais plus qu’un vestige qu’il lui serait peut-être bon d’affronter – c’était, ainsi, une manière de constater visuellement que oui les lieux étaient désormais bel et bien vides de leurs anciens habitants, que cette menace-là ne pesait plus sur les épaules de personne (et même si, en théorie, elle ne les avait jamais vraiment nargué mais, tout alliés éphémères qu’ils eussent pu être avec Diggs, Dario les avait toujours plus redoutés qu’appréciés), un problème de moins pour eux et c’était toujours ça de gagné. « T’as réussi à te dégoter d’autres paires de bras pour le voyage, ou ça sera juste toi et moi ? Tu veux partir quand ? » Il y avait tout de même une bonne douzaine de kilomètres pour s’y rendre et s’ils devaient s’attarder là-bas à remuer les détritus mieux valait s’assurer de ne pas avoir à rentrer à la nuit tombée – ou pire, à devoir y passer la nuit. Les fantômes étaient tenaces, et sûrement encore trop frais pour être déjà apaisés. Dario ne se considérait pas comme un lâche, mais il y avait tout de mêmes certaines choses qu’il préférait éviter de faire s’il n’y était pas obligé et un camping en plein cœur de l’ancien mouroir des chacal figurait en assez bonne position sur cette liste.

● ● ● ● ●


J'vais aller m'asseoir sur le rebord du monde, voir ce que les hommes en ont fait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
bless this acid house (Dario)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ki manti sa -a ???- Rapport de Freedom House /sujet fusionne
» Young Haitian MD named White House fellow
» God Bless America;Happy fourth of july .
» Tofs' Bless
» [UPTOBOX] House of Fury [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Influenza :: the kids' playground :: Archives d'Influenza :: RP Archivés-
Sauter vers: