Fermeture définitive de Influenza ! two strangers in a strange land 1614057932 Un grand merci à tous pour ces moments de partage I love you

Partagez
 

 two strangers in a strange land

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Adam Redfield
Olympians + le monde qui est le mien
Adam Redfield
Olympians + le monde qui est le mien
Hurlements : 1523
visage : Tom Hiddleston.
crédit : 12 K.O. (paroles)
survit depuis le : 24/07/2017
capsules de troc : 3775

two strangers in a strange land Empty
MessageSujet: two strangers in a strange land   two strangers in a strange land EmptyMer 17 Avr - 22:38


(Redfield)²
« two strangers in a strange land »
début avril


C’est la première fois qu’Adam revient ici depuis que la Mine a été annexée à son bidonville et que Diggs tient les rênes de l’ensemble. Et ça lui fait un peu drôle, même si une partie de lui est soulagée à l’idée qu’ainsi, il est désormais entièrement débarrassé d’un pan délicat de son passé. Sans Jones pour risquer de lui demander des comptes si l’on venait à le reconnaître, il n’a plus guère de crainte de traîner à la Carrière – quoi qu’il ne s’en est pas non plus privé au cours des années passées, même s’il y a toujours eu quelques pensées peu sereines dans son esprit à chacun de ses passages.
C’est drôle comme l’endroit a changé tout en étant resté exactement le même. Quelque chose dans l’air, sûrement, et puis dans l’ambiance sans le moindre doute. Il ne saurait décider si c’est en bien ou en mal mais, du moment que tout le monde se tient sage… bah, ce ne sont pas ses affaires après tout. Et en parlant de celles-ci, il a deux ou trois petites choses à aller régler avant de s’octroyer un peu de bon temps ici le temps d’une après-midi.
Cela, au moins, n’a pas changé : Rayna est toujours là, et leur petit commerce marche encore malgré les quelques soucis liés à l’éviction d’Amalia en janvier dernier. Leurs petites habitudes commencent à être bien rodées, à un point qu’il se demande parfois si tout ne va pas trop bien et qu’un retour de karma ne l’attend pas au détour d’un virage.
Mieux vaut ne pas y penser.

Une heure plus tard, il est attablé au caveau avec quelques connaissances forgées au fil du temps et de ses venues dans le coin. Un véritable bol d’air frais – quoique légèrement renfermé – loin d’Olympia, ça lui fait un bien fou. Pas qu’il se sente mal là-bas – au contraire, il ne s’estime pas à plaindre et puis est bien heureux d’être dans un clan à même de soigner le virus Lazarus – mais, de temps en temps, et surtout au cours des derniers mois, il a par trop souvent l’impression d’étouffer derrière les murs.
En dehors, bien sûr, des moments qu’il passe sous l’emprise de l’Angélus.
Pourtant, aujourd’hui, quelques bribes d’une autre conversation attrapée au vol viennent entacher sa bonne humeur, sa détente apparente. Un prénom, surtout – un qu’il n’est pas du genre à oublier, ni maintenant… ni jamais.
Soudainement débarrassé de ses propos légers, Adam redevient sérieux et pose quelques questions très intéressées, à un point qu’il finit même par se prendre quelques remarques à tendance graveleuses face à son intérêt subit pour la gonzesse qui vient de devenir, à son insu, le centre de la conversation. Des remarques auxquelles il n’oppose rien sinon un vague rictus un peu faux, et puis l’olympien termine son verre cul sec avant de se lever, essuyer encore quelques plaisanteries et tourner les talons en laissant les trois autres à leur imagination débordante.

Dehors, Adam s’arrête un moment pour prendre le temps de réfléchir à ce qu’il vient d’apprendre. Casey est revenue ? La nouvelle lui paraît presque irréaliste tellement il l’avait sortie de ses pensées, et il ne sait pas vraiment s’il lui faut s’en réjouir ou pas – inutile de s’inventer en dernière seconde une affection spontanée pour elle mais, il n’empêche qu’il s’agit de sa sœur et, à défaut d’avoir été complices, ils ne se détestaient pas non plus à l’époque.
A l’époque… cela remonte à tellement de temps que ça en devient absurde. Que sont-ils l’un pour l’autre maintenant, de toute façon ? Ils ne se connaissent plus, auraient peut-être même pu se recroiser sans se reconnaître si les circonstances avaient été différentes.
Adam, néanmoins, garde une image très nette de cette seule et unique fois où il l’a aperçue à Olympia, il y a de cela plus d’un an : il ne risque pas de la confondre avec une autre.

Parce qu’il n’est pas question de se défiler cette fois-ci, Adam va piocher quelques renseignements supplémentaire auprès des personnes qu’il sait à même de le renseigner au mieux et puis, avec un semblant d’indications dans les mains, se met en quête de Casey. Et vu le monde ici, cela revient presque à chercher une aiguille dans une botte de foin. Presque. Parce qu’il lui faut moins de temps qu’escompté pour finalement atteindre son objectif.
Même si elle lui tourne le dos, il ne lui faut que peu de secondes pour la reconnaître, s’approcher d’elle. Poser une main sur son épaule, puis se reculer vivement d’un bond tandis qu’elle se retourne vers lui avec l’air de quelqu’un qui va lui sauter à la gorge. « Hey ! », il proteste tout en levant les mains à hauteur de ses épaules, paumes ouvertes vers l’avant pour bien montrer qu’il n’est pas armé – et donc, pas dangereux. En théorie.
Quelques longues secondes passent tandis qu’ils s’affrontent du regard en silence et puis il finit par se détendre un peu et baisse les bras, retrouvant une attitude plus tranquille. « Salut, Casey. », il lâche enfin, à défaut de trouver une phrase d’introduction plus accrocheuse. Qu’est-ce qu’on est supposé dire à quelqu’un à qui l’on n’a pas causé depuis bien vingt ans ? Il ne sait même pas si elle l’a reconnue…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous

two strangers in a strange land Empty
MessageSujet: Re: two strangers in a strange land   two strangers in a strange land EmptyJeu 18 Avr - 14:01



Redfields
« Two strangers in a strange land»


Ce retour aux sources ne s’était pas passé comme prévu. Certes, elle n’avait pas prévu quoi que ce soit mais de là à faire face à autant de mauvaises nouvelles… Dès lors, Casey n’avait su quoi faire pour digérer les nouvelles. C’était bien ça le but de survivre ? Pouvoir avancer. Et pourtant, ses pensées restaient figées. Errer dans la carrière – enfin le royaume, voilà son activité de ces derniers temps. Trouver une place ou repartir, elle n’en savait rien. Elle n’avait réussi à prendre aucune décision concernant son avenir. La blonde n’avait même pas trouvé le courage de s’aventurer à la périphérie de la mine, trop de souvenirs. Un vieux réflexe aurait voulu qu’elle se noie dans l’alcool mais elle n’en avait clairement pas les moyens. Sa seule monnaie d’échange était des lanières de viandes séchées et autant dire qu’elle en avait besoin pour d’autres priorités. La première était de racheter des pointes et des empennages pour ses flèches. Les trois misérables qui lui restaient ne dureraient pas ad aeternam. Tant qu’elle trouverait les moyens de subvenir seule à ses besoins, elle ne serait pas trop dépendante de la carrière. Par ailleurs, elle ne pouvait pas repartir avec ce qu’elle avait. Le chemin du retour lui avait bouffé la plupart de ses ressources. Même plus une balle correcte dans le chargeur de son flingue, c’est pour dire.
Alors qu’elle allait de marchand en marchand pour trouver ses précieux, Casey sentit la présence avant le contact physique. En sentant cette main sur son épaule, sa première pensée fut portée vers l’autre connard du caveau. Elle se retourna, cette fois, bien décidée à ne pas réagir aussi calmement que la fois précédente mais ce qu’elle vu… A son tour, elle fit un pas en arrière pour mieux détailler l’homme qui se trouvait en face d’elle. Plusieurs secondes s’écoulèrent avant que son cerveau n’arrive à traiter l’information. La ressemblance était frappante même si ses traits étaient plus fins et il était plus jeune. Ça ne pouvait pas être son père. Et si ce n’était pas lui, il ne restait qu’une seule option : Adam. Ses traits de décrispèrent pour laisser place à un visage neutre et quasi-hébété. Casey continuait de le détailler de la tête aux pieds passant en revue les différentes scènes qui s’offraient à elle. Elle se voyait mal se jeter dans ses bras en pleurs, crier de joie ou lui foutre son poing dans la gueule. Ils n’avaient jamais été assez proches pour l’une ou l’autre de ces options.

"Adam."

Lui répondit-elle mais il s’agissait plus de verbaliser pour le rendre réel que de le saluer en retour. De toutes les personnes qu’elle aurait aimé retrouver, Adam était sûrement le dernier dans la liste. A vrai dire, elle avait fini par penser que ce n’était qu’un mensonge de Caden puis de Ryan pour sauver leur peau et si ce n’était pas le cas alors qu’elle avait raté l’occasion de le revoir lorsqu’elle était partie. Casey fit deux pas dans sa direction pour l’examiner de plus près, impossible de lire sur son visage le moindre indice des intentions de son frère. Au vu des derniers évènements, elle restait méfiante. Toutefois, elle arqua un sourcil et un semblant de sourire s’afficha sur ses lèvres.

"T’es bien le seul mort tellement obstiné qu’il revient à la vie."

Même si elle se refusait à l’admettre, une partie d’elle était rassurée de voir un visage aussi familier. Un ancrage à un passé lointain pas forcément merveilleux mais pas aussi pourri que maintenant. Casey se rapprocha légèrement et leva la tête – toujours aussi grand le Redfield, à croire que la génétique n’avait pas été en la faveur de Casey sur ce point. Elle lui tendit la main. Si des étreintes chaleureuses n’étaient pas à l’ordre du jour, elle voulait au moins faire un geste en sa faveur même s’il ne s’agissait que d’une poignée de mains. Par ailleurs, une odeur de l’alcool émanait légèrement de son frère. Dans un coin de sa tête, elle se demanda s’ils étaient faits du même (mauvais) moule sur la boisson.

"Tu lui ressembles."

Adam avait toujours été plus proche de son père qu’elle et elle pensait qu’il prendrait ça pour un compliment alors qu’il ne s’agissait que d’une observation. Son père… la pseudo-mort d’Adam… L’espace d’une seconde, les sourcils de Casey se froncèrent. Il y avait pas mal de zones d’ombre à expliquer.

"Tu… Des exp…"

Elle bégaya un début de phrase sans aucun sens avant de lâcher prise dans un soupir et de reprendre une attitude neutre. A quoi bon ? La mine n’était plus.

"Contente de te voir en vie malgré tout. Tu vis à la carrière ? Enfin au «royaume»."

Impossible de s’y faire. L’amertume qu’elle mettait à prononcer le royaume ne laissait planer aucun doute sur ses sentiments à l’égard du lieu.
Revenir en haut Aller en bas
Adam Redfield
Olympians + le monde qui est le mien
Adam Redfield
Olympians + le monde qui est le mien
Hurlements : 1523
visage : Tom Hiddleston.
crédit : 12 K.O. (paroles)
survit depuis le : 24/07/2017
capsules de troc : 3775

two strangers in a strange land Empty
MessageSujet: Re: two strangers in a strange land   two strangers in a strange land EmptyLun 22 Avr - 0:05


(Redfield)²
« two strangers in a strange land »
Voilà c’est acté, elle s’est retourné vers lui, l’a reconnu et… et maintenant, quoi ? Ce n’est pas exactement comme s’ils vont se tomber dans les bras ou partir s’attabler dans un coin à se raconter toutes leurs (més)aventures survenues depuis qu’ils se sont perdus de vue. Pourtant la curiosité avait été au rendez-vous, à le démanger tant et si bien qu’il n’avait eu d’autre choix que d’agir de la sorte. C’est donc bien qu’il doit y avoir quelque chose à tirer de tout ça, non ?
Incapable de trouver autre chose à dire, ou du moins autre chose qu’une amorce de conversation terriblement bateau et maladroite, Adam se confond dans un silence un peu gêné tandis que son regard ne décolle pas d’elle. Casey. La seule famille qui lui reste, dans ce putain de monde – ou, à tout le moins, la seule famille de sang. Et c’est elle qui finit par rompre la lourdeur de son mutisme, d’ailleurs, d’un trait qui lui arrache une grimace où l’amusement est discernable. « On doit pas vivre dans le même monde, alors… » Parce que ces putains de cannés qui refusent de crever tout à fait, c’est pas exactement la denrée la plus rare du continent à ce qu’il sache. Et de mémoire, ça n’a jamais vraiment été non plus une cause de réjouissance…

Casey lui tend la main et le geste, il l’avoue sans peine, le prend au dépourvu quelques secondes avant qu’il ne lui retourne la pareille. Une poignée ferme, cependant, mais la scène lui paraît d’un grotesque presque ridicule. Ils marchent sur des œufs, en plein dans l’incertitude d’une relation qui n’a jamais vraiment été définie et que le temps a tellement étiolée qu’il lui paraît presque plus absurde, maintenant, d’assumer que celle qui se tient en face de lui est sa sœur… plutôt que l’inverse.
La mention à son père lui fait crisper les mâchoires, geste presque imperceptible mais trahit cependant la tension que réveille en lui toute allusion à son géniteur – ces dernières s’étant faites heureusement fort rares avec les ans, peu de survivants ayant connu le bonhomme, encore moins pour s’en souvenir et quant à ceux qui avaient eu vent de leur lien de parenté… Adam ne répond pas, acquiesce simplement d’un léger hochement du menton qui peut bien vouloir dire n’importe quoi entre le merci et le je sais. Et puis un sourcil se hausse légèrement face à ce qu’il devine être une question avortée, comme pour l’encourager à continuer sur la voie bien que peu certain d’avoir envie de retourner fouiller parmi les squelettes de son placard juste pour elle.

« Non. » Au final, c’est presque un soulagement de pouvoir se raccrocher aux branches de quelques banalités. Comme si cela permettait de normaliser cette rencontre, de la transformer en échange lambda entre deux personnes qui s’accrochent pour la première fois. « Olympia, ça va faire deux ans bientôt. » Depuis la chute de Stonebriar. Depuis sa désertion d’un nouveau clan, encore. A croire que c’était son truc, hein ? Mais elle lui plaît, la ville qui lui a ouvert les portes en toute ignorance de ses quelques mois passés parmi les chacals. Il a bien l’intention d’y rester, cette fois, du moins tant qu’on le lui permettra – et pourtant il a dans son sac, présentement, quelques petites choses qui lui vaudraient bien une punition exemplaire si on venait à le savoir.
Fort heureusement, les gardes et la corruption font un mariage ancestral que la fin du monde n’a pas entaché pour un sou… « Et toi alors, il relance. On te pensait morte, après l’ouragan. » Disparue, plutôt. Parce que c’est ce que l’on dit toujours pour accepter les faits sans avoir à s’encombrer de remords ou d’un deuil illusoire : elle a disparue. Et le mot n’est rien de plus qu’un putain d’enjoliveur pour cacher une réalité autrement plus crue mais sur laquelle tout le monde s’accorde tacitement de fermer les yeux.
Pourtant, force est d’admettre que Casey est tout sauf morte, à moins qu’un petit plaisantin se soit amusé à faire infuser du puff dans son verre tout à l’heure. Pourquoi pas, tiens… Mais il n’est pas assez bourré pour envisager sérieusement l’hypothèse.
« Enfin, il reprend encore, disons que ça coïncidait bien avec ton silence radio alors que t’avais l’air de tenir à ce rendez-vous. » Celui que Ryan avait arrangé sans qu’il ait trop son mot à dire et qui avait été tué dans l’œuf par cette tempête dévastatrice. « J’ai cherché un peu après ça, par curiosité. Mais personne avait rien à me dire sur toi. » Bon, et il n’avait pas non plus remué ciel et terre avec acharnement, certes. Toutefois, la liste des victimes et des disparus était suffisamment longue pour qu’y glisser le nom de sa sœur ne lui paraisse pas si aberrant que cela. « Et tu sors de nulle part comme ça, après tout ce temps. » Comme un diable de sa boîte, mais la frayeur en moins. Et il se demande, déjà, de quelle manière cela va impacter sa vie – parce qu’il ne peut pas en être autrement, hein ? Il ne peut pas vraiment croire qu’elle soit revenue comme ça, par hasard, cela reviendrait à admettre qu’elle aurait tout aussi bien pu vivre planquée juste sous son nez depuis tout ce temps.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous

two strangers in a strange land Empty
MessageSujet: Re: two strangers in a strange land   two strangers in a strange land EmptyLun 29 Avr - 18:23



Redfields
« Two strangers in a strange land»

Effectivement, ils ne vivaient pas dans le même monde. Adam et Casey ne s’étaient pas vus depuis des lustres et chacun avait fait sa vie de son côté. La seule différence c’est que la blonde était au courant de certains agissements de son frère, notamment vis-à-vis de la mine. Elle ne les comprenait pas et c’est sûrement ce qui renforçait cette fracture entre leur monde respectif. Toutefois, c’était clairement plus agréable de revoir Adam en vie plutôt qu’en tas de chairs décomposées galopant pour la bouffer… pour le moment en tout cas.
La légère réaction d’Adam, voire même l’absence de réaction plus explicite, quant à la mention de leur père la laisse perplexe. Est-ce de la peine ? De la frustration ? De la culpabilité ? Elle ne savait rien d’eux, de comment leur relation avait évolué après l’apocalypse. Et encore une fois, revenait ce moment crucial où l’un était mort et l’autre avait survécu sans que personne ne connaisse les détails de cette curieuse affaire. Excepté Adam.
Sa bouche s’entrouvrit et se referma. Comment ça Adam vit à Olympia depuis deux ans ? Les points se lièrent rapidement dans son esprit. Lorsqu’elle y était pour se mettre en chasse de Ryan, que ce même homme a passé un arrangement pour sa vie en échange de la rencontre avec son frère disparu… En réalité, Casey était peut-être à quelques centaines de mètres de son objectif. Dans un coin de son esprit, elle se maudit pour – encore – avoir été aussi naïve avec l’autre connard. Son attention se reporta sur son interlocuteur à la mention de sa mort. Elle hocha simplement les épaules avant de rétorquer sur un ton léger :

"C’est de famille faut croire."


A vrai dire, elle n’avait pas songé à cette possibilité. Peut-être trop égoïste pour cela. Elle était partie comme une voleuse mais Anita avait été avertie de son intention. En effet, elle était revenue pour se protéger de l’ouragan mais de là à rester à la mine… Elle secoua quelque peu la tête comme si ça pouvait lui permettre de vider ses pensées de souvenirs trop douloureux.

"Donc t’as été mis au courant de ce fameux rendez-vous…"

Ben oui, c’était à se demander ce qui était vrai ou non avec Ryan. Même s’il avait raison sur le fait que son frère était en vie, il avait clairement menti sur d’autres choses. Une autre conclusion à tirer c’est que Ryan et Adam vivant à Olympia, se parlant pouvait sous-entendre une relation plus que de politesse. Etrangement quand son regard se reporta sur ce dernier, elle le voyait différemment. Trop de questions sans réponse poussait à la précaution. Au moins, il avait été honnête sur une chose « il a un peu cherché ». Nul doute qu’il n’avait pas mené une investigation poussée. Tout comme elle qui n’avait pas cherché à le retrouver avant de repartir.

"Je comprends. On n’a jamais été proche."

Autant énoncé les choses clairement. De plus, elle sentait une gêne, ou ce n’était peut-être que la sienne, vis-à-vis de leurs retrouvailles. Tout être humain aurait été ravi de retrouver quelqu’un de sa famille mais eux… Si quelqu’un assistait à la scène, il ne se douterait sûrement pas que la dernière fois qu’ils s’étaient vu remontait à une bonne quinzaine d’années. Etrange.

"Puis ce n’est pas comme si tu pou… t’avais pu aller voir Anita pour lui poser des questions. Ou d’autres Miners j’imagine."

Et voilà, c’était dit. Du moins, c’était le début d’une conversation qu’elle voulait avoir. Pour elle, un abcès avait été crevé quelques secondes plus tôt et maintenant voilà qu’elle en remettait un autre sur le feu. Malgré son « errance » mentale (et physique) à cause des dernières informations qu’elle devait assimiler, elle voulait des réponses. Cela lui permettait de se raccrocher à quelque chose.

"Ça te dérange que je sois sortie de « nulle part » ?"

En dépit des propos précédents, la question ne contenait aucune amertume ou aucune agressivité. C’était juste une interrogation sortie naturellement.  

"On a pas mal de choses à rattraper tant que je suis dans le coin. Enfin, je crois... Si ça peut te rassurer, je ne pense pas rester très longtemps. La… nouvelle configuration d’Hamilton ne me rend pas spécialement à l’aise."

Dit-elle en poussant un soupir lourd de sens. Elle se doutait bien que Ren ferait des tentatives pour prendre le pouvoir mais de là à réussir… Un problème à la fois, d’abord Adam, ensuite la géopolitique.

"J’ai l’impression de me retrouver comme plusieurs années auparavant, m’attendant à revoir des personnes que je connais et ils sont tous morts. Sauf qu’il y a quelques années, c’était toi et notre père que je pensais voir et ce n’était pas le cas. Ces derniers jours ce n’était sûrement pas toi que je m’attendais à voir… Et voilà l’ironie."

Casey était partagée entre ses pensées le concernant mais aussi ses émotions. Rien n’avait de sens depuis des jours et voilà qu’un autre mystère refaisait surface. Néanmoins, elle ne pouvait nier que revoir son frère, cette grande brelle familière, lui faisait plaisir.

Revenir en haut Aller en bas
Adam Redfield
Olympians + le monde qui est le mien
Adam Redfield
Olympians + le monde qui est le mien
Hurlements : 1523
visage : Tom Hiddleston.
crédit : 12 K.O. (paroles)
survit depuis le : 24/07/2017
capsules de troc : 3775

two strangers in a strange land Empty
MessageSujet: Re: two strangers in a strange land   two strangers in a strange land EmptyJeu 16 Mai - 23:00


(Redfield)²
« two strangers in a strange land »
La mention d’Anita, des miners, lui arrache un petit rictus amer dont il ne cherche pas à se cacher. Elle imagine plutôt bien, Casey, et le fait qu’elle aborde ce point en particulier lui rappelle qu’il ignore tout de ce qu’elle sait au sujet de ces vieilles histoires. Néanmoins, il n’a pas vraiment à se justifier devant elle pour ses actes passés, quoique le sujet lui soit à présent bien plus facile à aborder maintenant que le règne de Jones n’est plus. En dissipant les zones d’ombres que les années n’avaient pas réussi à balayer complètement, sa mort et la chute de son empire ont ôté à Adam un poids certain de ses épaules. Il n’a plus à redouter, désormais, qu’un de ses anciens camarades le reconnaisse : même s’il y en a encore pour se souvenir de lui (sans doute qu’ils doivent se compter sur les doigts d’une seule main), il n’y a plus rien qu’on puisse lui faire pour peu qu’on se soucie encore d’un passé poussiéreux. Et puis, les clans sont alliés à présent…

« Pourquoi ça devrait me déranger ? il rétorque avec cette même sincérité franche. J’ai jamais souhaité ta mort, j’suis content de te savoir en bonne santé. » C’est vrai : même si les années qu’ils ont passé à grandir ensemble n’ont jamais vu grandir entre eux une relation brillant d’une complicité exceptionnelle, Casey est et sera toujours sa sœur. Et si la penser morte ne l’a pas spécialement plongé dans un chagrin profond, apprendre que ce n’est en fait pas le cas lui apporte un peu de baume au cœur. Ils ne sont pas tous morts. « Je comprends. » Il lui tire un sourire en coin un peu pâlichon, imaginant sans peine ce que cela peut bien faire à sa compagne de se retrouver au sein du nouveau royaume dirigé par celui qui a éparpillé et annexé son ancien clan : à sa place, il n’aurait sans doute pas spécialement l’envie de rester ici.
Sauf qu’il ne l’est pas, à sa place, et que contrairement à elle il n’a jamais été fidèle à l’ancienne leader.
Chacun à leur manière, ils ont tous les deux abandonné Jones et la Mine, voilà qui devrait au moins leur faire un point commun non ? « Mais, en ce qui me concerne, tu peux bien rester autant qu’il te plaira. » A moins qu’elle compte lui planter des bâtons dans les roues ? Il en doute, bien qu’elle pourrait parfaitement avoir un motif caché pour ce faire.
Du reste, il ne pense pas que la présence de sa frangine ici chamboule toute sa vie du jour au lendemain : pour eux qui n’ont jamais vraiment été proches, il y a très peu de chances qu’ils deviennent subitement unis comme les doigts de la main.

L’ironie, Adam y goûte sûrement tout autant qu’elle, et il hoche doucement de la tête à ses dernières paroles. « Il nous fallait au moins ça, hein ? Une bonne fin du monde, pour te donner envie de nous revoir. » Il parle avec cynisme mais sans méchanceté, parce qu’il n’a jamais nourri aucune rancœur à son égard. Leurs chemins respectifs n’étaient juste pas faits pour s’entremêler et, si l’apocalypse a au moins eu un effet positif sur lui, c’est de lui avoir changé considérablement sa vision des choses. Beaucoup plus pragmatique qu’avant, beaucoup moins obtus également.
Preuve que les miracles existent…
« Tu crois qu’il y aurait eu quoi, il reprend après une courte pause, si tu nous avait trouvé tous les deux bien vivants à l’époque ? Un terrain d’entente ? » Quelque chose qu’ils n’avaient jamais eu avant tout ce beau bordel. Peu probable cependant, bien qu'envisageable. « Peut-être que l’épidémie et tout ce que ça implique aurait réussi là où on a toujours échoué avec brio : faire de nous une famille. » La moquerie traîne dans sa voix de telle sorte qu'on ne saurait trop deviner s'il pense réellement ce qu'il vient de dire, ou s'il s'agit là d'une simple plaisanterie peu sérieuse. Mais, ça n’est pas arrivé parce qu’il était déjà trop tard quand Casey s’est pointé à la Mine. A présent leur père et mort et lui, bah… sûrement qu’il ne tardera plus trop à suivre ses traces, avec cette connerie de virus dans son sang. « Enfin, si tu veux rattraper le temps perdu, il continue, on va pas rester planté là comme deux piquets. » Au vu et au su de tous, à la merci de n’importe quelle oreille un tant soit peu curieuse ? Non merci. Bien qu’ils n’aient sûrement pas des secrets d’état à se partager, l’olympien aspire tout de même à un peu plus de tranquillité s’il s’avère qu’il leur prenne l’envie de passer plus que cinq minutes à se côtoyer. « T’as des questions, j’en ai aussi… bref, suis-moi. » Il se met en branle là-dessus, lui administrant au passage une légère tape sur l’épaule tandis qu’il la dépasse pour la guider vers un recoin du Royaume où ils seront plus à même de converser à leur aise.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous

two strangers in a strange land Empty
MessageSujet: Re: two strangers in a strange land   two strangers in a strange land EmptyLun 20 Mai - 19:55



Redfields
« Two strangers in a strange land»

Au moins c’était une bonne nouvelle, Adam n’avait jamais souhaité sa mort. Ces derniers jours il lui en fallait vraiment peu pour la réconforter. Néanmoins, il avait raison sur une chose, il n’avait aucune crainte à avoir sur sa présence ici et l’impact que ça pourrait avoir. Après tout, la mine n’était plus. De fait, même si sa trahison arrivait au grand jour, dans le pire des cas, il deviendrait le meilleur copain de Ren. Quel beau tableau !
Casey ne comprend pas tout de suite cette phrase sur l’envie de les revoir. C’est la suite qui l’éclaira. Elle n’avait jamais discuté avec Adam des rapports familiaux qu’ils pouvaient entretenir dans cette vieille baraque du Texas. Elle n’avait donc jamais envisagé le point de vue qu’il adoptait. De ce qu’elle comprenait, la mauvaise dynamique de la famille était du fait de Casey. La blonde ne put s’empêcher de froncer les sourcils devant son discours. Clairement leur vision des choses était divergente sur la question. Elle resta silencieuse en se demandant si c’était effectivement sa faute. Tous les souvenirs qu’elle se remémorait semblaient indiquer que non. Ça avait toujours été le père et le fils, leur monde, leur manière. Bref tout allait bien si on était un homme mais hélas pour Casey, ce n’était pas le cas.

"Effectivement, j’ai été stupide de croire que mon sang pouvait m’apporter un peu de réconfort ou de protection. On est stupide quand on est jeune."


C’était sûrement ce qu’elle cherchait à l’époque lorsqu’elle s’était enfin décidée à rejoindre le Texas pour les revoir Cette remarque ne manquait pas d’une dose d’amertume teintée d’ironie. Sûrement qu’il la prendrait sur la rigolade et grand bien lui fasse mais au fond, elle était sincère. Était-ce si illogique de demander ça ? Un soupir agacé sortit de sa bouche. De toute façon, elle ne l’avouerait jamais plus franchement que ce qu’elle avait fait à l’instant. Elle regrettait déjà d’avoir dévoilé sa pensée de l’époque. Lorsqu’elle allait rajouter quelque chose, il lui fit la proposition de bouger d’ici. Dommage, planter comme des piquets lui allait plutôt bien.

"On ne le saura jamais de toute façon!"

Dit-elle tout en se mettant en marche à son tour. La famille Redfield restera ce qu’elle est : pas grand-chose. Autant mettre de côté cette histoire de famille, ça ne servait plus à rien d’en débattre maintenant. De plus, elle sentait que la colère montait en elle. Le rappel de ces engueulades chroniques avec son père et l’absence de soutien de son frère avaient marqué son enfance mais elle savait qu’au fond la colère ne venait pas que de là. Toute cette foutue situation actuelle, le déroulement de ces dernières années, ses choix, tout ça la mettait en rage et si elle se lâchait sur Adam, ça ne serait que par catharsis.

"Ah bon ?"

Au moins la surprise de sa remarque lui permis de passer à autre chose. Comment ça des questions à lui poser ? Qu’elle en ait, c’est normal avec tous les tours de passe-passe qu’Adam avait réalisé : trahison, mystère avec les Riders et lien avec ce cher Ryan. C’était putain de légitime mais non, lui aussi avait des questions. Depuis quelques minutes, c’était vraiment le monde à l’envers pour Casey.

"Si tu veux que je te fasse une autobiographie de ce qui s’est passé ces dernières années, tu vas être drôlement déçue, c’est plutôt chiant."

A moins que… Ryan. S’ils étaient en lien, peut être qu’il savait pour les années qu’elle avait passé auprès de lui. Avec le temps, elle avait réussi à assumer – à minima, mais que son frère le sache la mettait mal à l’aise. Peut-être parce qu’elle se sentirait diminué par rapport à lui. C’était lui le plus salaud de la famille dans son monde à elle, pas question que ça change.

"Toi et Ryan vous vous connaissez comment ?"

Autant y aller franchement. Ça résoudrait déjà un mystère concernant leur relation et ça permettrait à Casey de se positionner. Ryan étant l’extrême à éviter, si Adam était proche de lui, elle saurait de quel genre de personne il s’agissait. Comme quoi, on pouvait juger les gens sur bien peu de chose. Elle regarda son interlocuteur d’un œil nouveau et se demanda qui était l’homme à côté d’elle. Jusqu’à présent seuls le passé et les histoires qu’elle avait entendus avait formé son jugement. Si c’était une menace, elle était mal barrée à le suivre on en sait où…

"J’espère que tu m’emmènes au moins boire un verre."

L’alcool, le seul salut de ce monde. Ou au moins le sien.
Revenir en haut Aller en bas
Adam Redfield
Olympians + le monde qui est le mien
Adam Redfield
Olympians + le monde qui est le mien
Hurlements : 1523
visage : Tom Hiddleston.
crédit : 12 K.O. (paroles)
survit depuis le : 24/07/2017
capsules de troc : 3775

two strangers in a strange land Empty
MessageSujet: Re: two strangers in a strange land   two strangers in a strange land EmptyDim 26 Mai - 16:07


(Redfield)²
« two strangers in a strange land »
« C’est une longue histoire, il élude alors qu’elle le questionne à propos de Ryan, se doutant déjà à cet instant que l’autre Olympien risque fort d’être un point important dans ce qu’il a à lui dire tout aussi bien que dans ce qu’il attend d’elle. Ça commence à faire quelque temps maintenant. » L’information ne risque pas de rassasier Casey, surtout que cela ne doit sûrement pas représenter une grande nouveauté pour elle.
Un léger sourire affleure à ses lèvres face à l’espoir de sa frangine. Deux points communs, donc. Finalement, sont peut-être plus proche que ce qu’ils ont toujours cru ? « Pourquoi pas, rétorque-t-il tout en infléchissant légèrement sa course afin de s’orienter plutôt vers le caveau. A la santé de nos retrouvailles. » Un petit rire s’échappe mais il ne rajoute rien de plus. Pourvu que l’endroit ne soit pas plein à craquer, et c’est peu probable vu l’heure, ils ne seront pas emmerdés là-bas.
Du reste, ils n’ont pas à discuter de sujets confidentiels, juste d’avoir un peu de calme pour discuter en toute tranquillité. Quel meilleure endroit pour ça, de fait, que le bar artisanal du royaume ?

Conformément à ses présomptions, le recoin souterrain n’abrite pas grand monde en son sein lorsqu’ils débouchent dans la salle après une volée de marches. L’olympien se dirige aussitôt vers le comptoir, fouillant ses poches à la recherche d’une monnaie d’échange pour deux bières et, une fois les deux partis satisfaits, s’en vient rejoindre Casey à la table où elle a pris place, dans un coin du caveau. Il pose les deux verres face à eux, en fait glisser un devant elle avant de se tirer un tabouret branlant et se laisser choir dessus. « J’crois bien que c’est la première fois que je t’offre un truc, il commente non sans un soupçon amusé. Un jour à marquer d’une pierre blanche, faut croire. » De là à croire qu’il leur serait possible de tout reprendre sur de meilleures bases… mieux vaut ne pas sauter sur les conclusions trop vite.
S’emparant de sa boisson, Adam ne tarde pas à venir y tremper ses lèvres pour s’en envoyer une bonne giclée dans le gosier. Longtemps qu’il a appris à ne plus froncer la tronche devant l’amertume fort prononcée du breuvage : à force de n’être habitué qu’à ça, on en finit par oublier ce que ça goûtait avant. Voire même à en apprécier la saveur pour le moins… unique ?

Et pendant tout ce temps, le silence est revenu s’installer entre eux deux comme un invité indésirable choisissant de s’incruster tout en sachant pertinemment qu’il dérange. Dans cet inconfort presque palpable, Adam se décide finalement à sauter le pas le premier. Il se racle la gorge, repose le verre devant lui et semble chercher encore un peu ses mots avant d’enfin l’ouvrir : « Ryan m’a ramassé sur le bord de la route, en quelque sorte. J’étais revenu dans le coin après… un long temps. » Meaning : ses déboires avec la Mine, sa captivité au sein du Ranch et puis sa fuite, la peur aux tripes de se faire rattraper et buter avant d’avoir eu le temps de creuser un écart suffisant entre la Crimson Valley et lui. Après quelques années passées loin de la terre qui l’avait vu naître et grandir, cependant, il en était venu à estimer que le danger s’était amoindri : on l’aurait oublié, on avait d’autres chats à fouetter. Et lui n’était pas si important qu’on se souvienne encore de ses actes tant de temps après.
Or, Adam souhaitait revoir son père, et était prêt à prendre quelques risques pour ça.
« Bref, il reprend après une courte pause. Je savais pas trop où aller. J’ai épié un peu les clans et tenté de me remettre à l’ordre du jour, mais j’suis tombé sur lui avant de décider quoi que ce soit. Trop heureux de plus être seul, je suppose… » Trop de jours d’errances, et de nuit à pas fermer l’œil de peur de plus jamais le rouvrir. Trop de repas sautés et de fatigue accumulée menaçant de lui faire friser la folie à force ne pas savoir reposer son esprit. « On a bien accroché, il m’a ramené dans son groupe. Tout simplement. » Est-ce qu’il a envie de lui dire qu’il a vécu à Stonebriar quelque temps ? Personne ne le sait ici, en dehors de Ryan, Wyatt et de quelques chacals installés au royaume et qu’il évite soigneusement à chacune de ses venues ici. Depuis qu’Olympia lui a ouvert ses portes, le secret a toujours été bien gardé, on pourrait dire qu’il y a prescription depuis le temps mais l’olympien n’a pas bien envie de tenter le diable pour autant. « Avec le recul, c’était sûrement pas la meilleure décision que j’ai pu prendre mais à choisir entre ça ou finir par canner en solitaire, hein… » Adam reprend une gorgée de sa bière, conscient qu’elle réalise certainement qu’il lui planque le plus gros des détails. Mais, d’un autre côté, il ne lui doit rien alors ça devrait lui suffire, non ? « J’lui ai jamais vraiment parlé de toi mais je suppose qu’il avait déjà compris depuis un bon moment, quand j’ai fini par piger qu’il te connaissait aussi. » Une sacrée putain de coïncidence, tout de même. Une que Ryan avait préféré garder secrète.

● ● ● ● ●
La route est longue et encore, faut trouver la bonne.
C'est pour ça que bien souvent au bout y'a plus personne.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous

two strangers in a strange land Empty
MessageSujet: Re: two strangers in a strange land   two strangers in a strange land EmptyVen 31 Mai - 14:15



Redfields
« Two strangers in a strange land»


Adam ne semblait pas très coopératif. Donner des réponses claires et précises, c’était pas son truc manifestement. S’il cherchait à la frustrer encore plus, c’était gagné. Faute de satisfaire pleinement sa curiosité, il satisferait au moins son besoin de boire un coup. Une partie de ses nouvelles habitudes s’étaient envolées lorsqu’elle avait rencontré Billie. Se noyer dans l’alcool, littéralement, ne lui avait jamais semblé être une aussi bonne idée qu’en ce moment. Néanmoins, elle ne pouvait se le permettre. Non pas seulement à cause de ses finances mais aussi à cause de son frère qu’elle n’arrivait toujours pas à catégoriser dans l’une ou l’autre des catégories : amis ou ennemis.
Casey le suivit au caveau, à croire que c’était son nouveau lieu de prédilection. Au moins cette fois, il n’était pas envahi de carrières.

"Je suis sûre que non. T’as bien dû m’offrir un raton-laveur crevé une fois…"


Un vague souvenir de l’animal crevé dans son lit refit surface. Si aujourd’hui, elle le prenait avec légèreté, ce n’était pas du tout le cas à l’époque. C’était peut-être une blague, en tout cas, la petite Casey ne l’avait pas du tout pris comme ça. Adam avait toujours nié devant leur père – et ce dernier l’avait, bien sûr, cru. Mais franchement qui d’autre ça aurait pu être ?
Plongée dans la contemplation de l’endroit et du peu de personnes qui y étaient, elle laissa le soin à Adam de briser le silence. A son grand étonnement, il apporta quelques réponses à ses interrogations sur Ryan. La description de l’autre taré comme un pseudo-sauveur de son frère la mettait quelque peu mal à l’aise. De plus, Casey ne put retenir un froncement de sourcils lorsqu’il lui parla de son groupe. C’était quoi ce bordel ? Adam et Casey se seraient manqués de peu sans le savoir ? Ce qui l’inquiétait aussi c’est justement ce groupe et sa moralité plus que douteuse. Si Adam en avait fait partie, il avait forcément assisté et fait des choses regrettables. A savoir maintenant si pour lui, c’était acceptable ou non.

"Sûrement qu’il ne savait pas encore si tu serais d’accord avec sa décision de me buter ou non."

Un sourire amer se dessina sur son visage et le regret de ne pas avoir assouvi sa vengeance à Olympia lorsqu’elle le pouvait, lui serra les tripes.

"Tout comme toi, il m’a ramassé au milieu de la route mais il n’a pas beaucoup apprécié que je quitte le groupe sans sa permission."

Dit-elle pour clarifier un peu l’histoire. Casey regarda son verre et caressa le rebord du bout du doigt pendant qu’elle se remémorait cette partie de sa vie. Elle jeta un rapide regard vers Adam et essaya de connecter les points entre les personnes de ce groupe, Ryan et lui.

"Je ne pensais pas que toi tu t’entendrais aussi bien avec ce psychopathe…"

Mais qui était-elle pour juger ? C’était clairement pas Adam qui avait couché avec Ryan - enfin…qui sait ? Pour le moment, il était impossible de voir clair sur l’homme qu’était son frère.

"Il est toujours vivant je suppose…"

C’était plus une affirmation qu’une question, c’était toujours les pires qui réussissaient à survivre. Après tout, les cafards pouvaient bien résister à une apocalypse nucléaire. Sa main saisit enfin le verre et elle but une gorgée de l’alcool. L’odeur était toujours aussi mauvaise mais ça sentait toujours meilleur qu’un raton-laveur crevé. Elle aurait bien enchainé les culs secs mais elle devait rester lucide. Cas’ se laissa aller contre le dossier de sa chaise et fixa Adam avant de sortir de but en blanc :

"T’as quelque chose à voir avec l’attaque de la mine par les carrières ?"

Il y avait trop d’interrogations sur Adam, la vie qu’il avait mené et surtout les choix qu’il avait fait. Elle poussa un soupir et haussa les épaules comme une espèce d’excuse non-verbale puis elle reprit :

"Si je te demande ça, c’est que je n’ai jamais compris ce qui t’a poussé à trahir la mine."


Cette fois, même si c’était formulé sous la forme d’une affirmation, la question sous-jacente était belle et bien présente. C’était parti pour crever les abcès, heureusement l’alcool était là pour désinfecter – façon de parler.

"Je vais être honnête, ça me rassure pas de t’imaginer avec ce timbré et d’imaginer ce que vous avez pu faire. Je ne sais pas quoi penser de toi, ni qui tu es. Si on s’était revu comme prévu avant l’ouragan, les choses auraient été différentes, je ne me serais posée aucune question, je t’aurais sûrement sauté dessus pour te frapper avant de te trainer devant Anita pour des explications. Aujourd’hui, c’est différent, tout a changé…"


Elle aurait voulu rajouter qu’elle ne savait plus quoi penser ni quoi faire mais elle se refusait de lui montrer cette faiblesse. Casey secoua la tête en signe de négation avant de reprendre son verre pour boire. Si elle avait vu Adam comme un ennemi de la mine fut un temps, aujourd’hui, elle le voyait juste comme son frère impossible à cerner.

Revenir en haut Aller en bas
Adam Redfield
Olympians + le monde qui est le mien
Adam Redfield
Olympians + le monde qui est le mien
Hurlements : 1523
visage : Tom Hiddleston.
crédit : 12 K.O. (paroles)
survit depuis le : 24/07/2017
capsules de troc : 3775

two strangers in a strange land Empty
MessageSujet: Re: two strangers in a strange land   two strangers in a strange land EmptyMar 18 Juin - 20:27


(Redfield)²
« two strangers in a strange land »
De toute évidence, Casey et Adam ont connu l’ancien jackal sous deux jours radicalement différents. Un psychopathe. Il hausse les épaules et ce geste à l’apparente nonchalance peut tout aussi bien vouloir dire soit qu’il trouve le qualificatif exagéré, soit que, de toute manière, Casey n’a jamais vraiment pensé grand-chose à son sujet alors pourquoi se prétendre surprise maintenant ? Peut-être que le fond de sa pensée rassemble un mélange des deux et, s’il ne se voile pas la face quant à ce que Ryan pouvait bien foutre lorsqu’il faisait encore partie des timbrés de Stonebriar, force lui est d’admettre que son camarade a beaucoup changé depuis qu’il a été accepté en ville. Et si ce n’est rien de plus qu’une illusion afin de maintenir les apparences… eh bien, il se débrouille rudement bien dans l’art de flouer son monde. « Et toi alors ? rétorque-t-il. Il m’a dit ce que vous avez fait ensembles, tu sais. » Une étincelle de défi passe brièvement dans son regard, un peu du style tu te prends pour qui à me faire la leçon là-dessus alors que tu vaux pas mieux mais sa voix ne s’est pas élevée d’un iota ; c’est à peine si elle s’est parée d’un petit accent insolent.
En plus, il ment. Ou plutôt, il ne lui sert qu’une demi-vérité : Ryan ne lui a jamais donné de détails et c’est même plutôt tout l’inverse qui s’est produit lorsqu’Adam l’a confronté. A l’époque, ça lui suffisait. Et même aujourd’hui, il n’est pas vraiment curieux d’en apprendre davantage : les casseroles qu’elle se traîne ne sont pas ses oignons.

Une gorgée de bière plus tard, il hoche la tête en un signe tranquille d’acquiescement. Bien sûr qu’il est toujours vivant. A son avis, Ryan appartient à cette espèce qui ne se laisse pas crever facilement, plus coriace qu’on ne pourrait le croire au premier abord et surtout, plein de ressources – il a déjà eu l’occasion d’en avoir quelques aperçus, avec Malini par exemple.  
Et puis sans crier gare, voilà que Casey saute soudainement du coq à l’âne et, balayant le sujet Havener sur un coin de la table, aborde un problème d’une toute autre envergure. Surpris par ce qu’il ne sait pas trop s’il faut l’interpréter comme une accusation ou rien de plus qu’une simple question, Adam s’étrangle à moitié avec sa boisson et laisse ainsi à son interlocutrice le temps de préciser le fond de sa pensée.
Finalement, lorsque l’olympien repose son verre sur la table, il a sur les traits un rictus dont on ne sait pas trop s’il est vaguement triste ou simplement empreint d’amertume. Aujourd’hui c’est différent, tout a changé… Mais on dirait bien que son vieux fantôme de la Mine continue de lui courir après, en tout cas. « Je suppose que je dois m’estimer heureux que Jones soit morte alors, il répond d’abord d’un ton plein de cynisme. Puis : Enfin, ça me rassure au moins sur un point. Moi qui avait peur que tu veuilles me revoir pour… je sais pas, parce qu’on est de la même famille. Alors qu’en fait c’était juste parce que t’étais pas rassurée. » Il lui décoche un petit sourire indéchiffrable et, tandis que ses mains s’enroulent autour de son verre en terre cuite, il s’accorde une petite poignée de secondes afin de réfléchir à ce qu’il va lui dire.

Subitement, Adam comprend qu’il n’a aucun intérêt à continuer de nourrir le secret ici, en ce que la mort de l’ancienne leader du complexe minier a emporté avec elle tout ce qu’il avait à craindre venant de ce côté. Ce n’est pas tant qu’elle mérite de savoir, mais plutôt qu’il n’a plus rien à gagner dans le mensonge. Dès lors, pourquoi s’obstiner ?
« J’ai pas trahi la Mine. Comment tu peux trahir un clan auquel t’as jamais été fidèle ? » Adam a une drôle d’expression sur le visage, tandis qu’il se remémore ces vieux souvenirs encore très clairs dans sa mémoire. « J’étais lié aux Rhodes à l’époque, je devais récolter des informations pour eux et je m’y suis appliqué pendant trois mois. Y avait aucune raison que ça se passe mal, sauf que personne avait prévu que je tombe sur un os dès le début : Papa. » Il reprend une gorgée de sa boisson, le visage de leur père lui revenant à l’esprit, son expression à cet instant précis où ils s’étaient rendus compte, chacun, de qui était l’autre. « Bon, je te passe les détails mais j’ai voulu concilier ma mission sans risquer de le mettre en danger, le Ranch a attaqué la Mine – je suppose que t’en as entendu parler – et on m’a sorti de là. » Doux euphémisme vu la manière dont il avait été récupéré et ce qui s’était passé ensuite… Il se racle la gorge, continue : « Enfin bref, la suite tu connais. » Échec sur toute la ligne : Rhodes s’était mangé un mur dans la gueule et quant au pater Redfield, mieux valait ne pas en parler. « Voilà pour tes explications. Quant à ce qui s’est passé récemment, j’ai rien à voir dedans. J’essaye de me reconstruire un semblant de vie depuis que je suis à Olympia, c’est pas pour tout foutre en l’air encore une fois. » Il a assez de morts sur la conscience. Assez d’erreurs, de remords, de regrets. « Satisfaite ? » L’ironie est plus mordante qu’escompté mais bon qu’elle le soit ou non, satisfaite, ça ne changera rien à ce qui s’est passé de toute manière.

● ● ● ● ●
La route est longue et encore, faut trouver la bonne.
C'est pour ça que bien souvent au bout y'a plus personne.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

two strangers in a strange land Empty
MessageSujet: Re: two strangers in a strange land   two strangers in a strange land Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
two strangers in a strange land
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Influenza :: the kids' playground :: Archives d'Influenza :: RP Archivés-
Sauter vers: