AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 
Bienvenue sur Influenza, faites attention à vos fesses, les rôdeurs sont affamés !
N'hésitez pas à jeter un coup d'oeil à nos postes vacants

Nous sommes en novembre 2018. L'épidémie a commencé en octobre 2010. Plus d'information sur l'épidémie { + }

Découvrez la playlist officielle d'Influenza !

Nous sommes actuellement en pénurie de Miners & Carrières, merci de bien vouloir privilégier ces groupes { + }

Partagez | 
 

 Can faith really moves mountains? | Wyatt & Andrea

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Riders + j'peux pas j'ai poney
avatar
Riders + j'peux pas j'ai poney
Hurlements : 164
visage : Giza Lagarce
crédit : Astra
survit depuis le : 07/11/2018
capsules de troc : 475

MessageSujet: Can faith really moves mountains? | Wyatt & Andrea   Mar 27 Nov - 3:45

Can faith really moves mountains?


« Wyatt et Andrea »

«Promenons nous dans les bois, pendant que le loup n’y est pas. » J’avance doucement, sur le bout des pieds. Je passe entre les troncs, évitant les racines et les branches trop craquantes. J’adopte une démarche furtive, complètement silencieuse si ce n’est des paroles que je fredonne, mais il s’agit uniquement d’un réflexe. En ce moment, je me fiche bien d’être découverte. Je viens de finir la tournée des mes pièges et je n’ai rien attrapé. Et je déteste revenir bredouille au camp. Alors, plutôt que de chasser, j’ai décidé d’explorer un peu. Je me suis éloignée un peu plus qu’à l’habitude dans l’espoir de trouver quelque chose d’assez important pour les Crimsons. « Car si le loup y était, il nous  mangerait. » Je hoche lentement la tête, sur le rythme de la comptine ridicule. Outre le fait que Dany la chantait souvent, je n’ai aucune idée pourquoi j’ai cette chanson coincée dans la tête. Sans trop réfléchir, j’aurais tendance à croire qu’il s’agit simplement d’une réaction aux rôdeurs qui pourraient sortir de n’importe où pour venir me dévorer. Mais ce n’est pas mon genre. Moi, j’ai tendance à trop penser. Je m’imagine un million de possibilités, un milliard de tournures probables et un trillion de conséquences potentielles. Avant, je me lançais avant même d’avoir une idée. Mais j’ai changé et voilà où ça me mène. Au milieu des bois à pousser la chansonnette en pensant à Erin et aux derniers mois. Je l’ai cherché comme une folle, ma Erin. Les nuits suivant son départ, je guettais ma fenêtre. J’attendais le moment où sa chevelure dorée apparaîtrait. C’est la douleur causée par ce manque qui m’a fait réaliser tout l’amour que je portais pour elle. Et, lorsque cette révélation m’a frappée quelques jours plus tard, j’ai tout fait pour la retrouver. J’ai multiplié mes sorties, dans l’espoir de la trouver perdue quelque part. Mais au bout d’un mois, j’ai du baisser les bras. Je n’avais plus aucun signe d’elle. J’ai accepté le fait qu’elle soit morte, bien qu’une part de moi refusait d’y croire. J’ai commencé à faire mon deuil. J’ai rencontré quelqu’un . Avec lui, les flammèches sont différentes, bien plus dangeureuses. Je ne suis pas forcément bien, mais je ne peux pas m’empêcher de retourner dans ses bras. Même au moment où j’ai appris les rumeurs sur Erin. Le soir où on m’en a parlé, j’ai couché avec lui. Encore. Peu importe ce que je fais, j’ai l’impression de toujours déraper. Je me mets sans cesse les pieds dans les plats. Je suis maladroite, mais pas tant que ça en fait. Ce ne serait pas une raison plausible pour expliquer le départ d’Erin. Tout allait bien entre nous. Ma personnalité ne doit pas être responsable de sa disparition. Mais si rien ne lui déplaisait chez moi, pourquoi serait-elle partie sans prévenir? Plus j’y réfléchis, plus mes pensées s’emmêlent. Au bout d’un kilomètre, je commence à avoir un mal de crâne horrible. Alors, je décide de m’arrêter dès que l’occasion se présente. J’avance, toujours, en fredonnant, jusqu’à ce que je tombe sur un petit village. Un endroit peu prometteur. Il doit déjà avoir été fouillé de fond en comble vu sa taille. Je décide d’y aller malgré tout, attirée par la croix qui perce l’horizon. Une église. Je suis surprise d’en trouver une, mais bien heureuse. Ma mère m’y amenait souvent petite et je crois qu’être dans un endroit vaguement familier pourrait m’aider à y voir plus clair. Le fait d’être loin du campement et de mon entourage aide aussi. Ravie de pouvoir étirer mon moment de solitude, je franchis les portes sans même vérifier s’il y a des rôdeurs à l’intérieur. L’erreur aurait pu être fatale, car au moment où je mets le pied à l’intérieur du bâtiment, je remarque une sillouette masculine. J’essaie de rebrousser chemin subtilement, mais il est trop tard. Probablement alertée par ma voix plus ou moins mélodieuse, l’homme se retourne. Je constate, avec soulagement, qu’il s’agit seulement de Wyatt. Je pousse un long soupire, puis je vais m’asseoir à ses côtés. « C’est paisible ici. On dirait presque qu’il n’y a pas eu d’apocalypse. » Je jette un coup d’œil à notre environnement, détaillant chaque recoin du lieu sacré.  « Enfin… Si on ignore les chandelles renversées, le vitrail brisé et euh… ça. » Je penche la tête vers le corps près de l’autel. Un rôdeur vêtu d’une robe noire. Merde. Finalement, je suis chanceuse que Wywy ait trouvé l’endroit avant moi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Riders + j'peux pas j'ai poney
avatar
Riders + j'peux pas j'ai poney
Hurlements : 1109
visage : Tom Hardy
crédit : Valkyries & Anaphore
survit depuis le : 13/08/2017
capsules de troc : 3956

MessageSujet: Re: Can faith really moves mountains? | Wyatt & Andrea   Lun 10 Déc - 10:04


Can faith really moves mountains ?
Novembre | Andrea & Wyatt

« - Tu nous as bien roulé dans la farine, hm ? » Son reniflement peu impressionné et maussade résonne à outrance entre les murs de l’église. Un peu comme un blasphème. Est-ce qu’il avait déjà pu s’asseoir aussi près de l’autel ? Les souvenirs de l’enfance sont troubles. Auréolés. Il se rappelle les vitraux qui diapraient leurs lumières colorées comme des manèges, sur les champs de blés dorés dehors. Il se rappelle avoir été jaloux de ses parents, qui le laissaient tout seul sur son banc de bois quand ils allaient communier. Il se rappelle la communauté qui échangeaient les accolades et les gâteaux après la messe et qui l’avaient oublié, après le drame. Il se souvient des prières qu’il ne comprenait pas et des dessins au catéchisme. La certitude d’être aimé et qu’il y avait une limite claire entre les bons et les mauvais, et qu’aller au paradis dépendait de ce qu’on faisait (pas de ce qu’on était malgré soi).  « - L’apocalypse a eu lieu, et les foutus chrétiens évangéliques, les putains de dealers, les pédales et tout le bataclan ont survécu. C’était ça ton dessein, d’amour et de lumière ? » Maintenant, Wyatt est au-deuxième rang et il rive un regard peu amène au Jésus qui attend toujours qu’on le descende de sa croix.

Maintenant, il a des boots de cowboys littéralement crottées de sang et de crottin avec un surplus de boue et une feuille morte collée sous la semelle, et les pieds sur le dossier du banc de devant. Les jambes croisées, il regarde Jésus, avachi contre le dossier de sa rangée, son chapeau de cowboy enfoncé jusqu’aux yeux. On dirait qu’il est mort ou qu’il fait une sieste, si c’est l’arc posé en travers de ses jambes et le claquement de sa langue qui résonne à intervalles régulier.
On pourrait attendre de la hargne ou du sarcasme mais c’est de la moquerie pure, désabusée, celle de l’orphelin abusé qui surnage dans la voix de l’homme adulte. Cela n’a jamais été son genre, la solitude et pourtant il est bien loin du ranch. Il est parti à l’aube. Il espère que lorsqu’il reviendra, les traîtres n’auraient pas embrasé le ciel. Il avait besoin de s’entendre penser, loin de la cacophonie du ranch. Il n’aime pas vraiment ce qu’il entend, c’est tout, et pour meubler le silence absolu des lieux saints, il parle à voix haute. Comme s’il plaignait la statue crucifiée qu’il a sous les yeux. « - Par amour fraternel, soyez pleins d'affection les uns pour les autres; par honneur, usez de prévenances réciproques. » Récite Wyatt, le doigt sur la ligne, la Bible trouvée dans l’église ouverte sur tes cuisses (il y a du sang et un impact de balle, mais il n’a pas trouvé le rôdeur qui allait avec, pas encore).  « - Tu es censé nous aimer. Pas nous mettre sans cesse face à des choix impossibles. » Wyatt tique et froisse la page de papier fin entre ses doigts, rompus d’ampoules quand il entend soudain la porte de l’église s’ouvrir.

Le son résonne et il s’est relevé d’un bond. La Bible tombe au sol dans un claquement semblable à la colère divine, il paraît, suivie du chapeau. Wyatt enlève sa main du couteau de combat qu’il porte à la taille en reconnaissant Andrea. Il soupire lourdement et se rassoit, reposant son cul sur le banc et les pieds sur le dossier.  « - Toujours aussi plein de jugement de silence, son regard n’a pas changé. » Il devrait ressentir de la paix ici. Le silence et le lierre qui grimpe par le vitrail cassé. Personne pour venir l’emmerder, pas un rôdeur à la ronde depuis qu’il a libéré l’âme du pauvre prêtre. Mais le silence bourdonne à ses oreilles.
Wyatt se redresse et tire sur son sweat, machinalement. Comme si la présence d’Andrea lui rappelait qu’il était dans une église, et qu’il se sentait jugé. Il glisse un bras le long du dossier de bois, et fait la moue avant de confesser, comme une confidence, cherchant à reprendre contenance, sans savoir ce qu’elle a entendu. « - Il n’y a plus de vin de messe, j’ai vérifié. » Il n’a jamais pu goûté, jamais communié, au final. Il irait en enfer de toute façon.

code by bat'phanie

● ● ● ● ●


I don't need therapy



I just need new friends
ANAPHORE

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Can faith really moves mountains? | Wyatt & Andrea
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Faith will move mountains
» Un rendez-vous sanglant. [Faith]
» Shopping Trip [Faith]
» Factory of faith ♦ demande en attente
» Factory of faith ♦ demande en attente

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Influenza :: let's wander the woods :: Zones Urbaines Désaffectées-
Sauter vers: