AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 
Bienvenue sur Influenza, faites attention à vos fesses, les rôdeurs sont affamés !
N'hésitez pas à jeter un coup d'oeil à nos postes vacants

Nous sommes en octobre 2018. L'épidémie a commencé en octobre 2010. Plus d'information sur l'épidémie { + }

Découvrez la playlist officielle d'Influenza !

Nous sommes actuellement en pénurie de Miners & Riders, merci de bien vouloir privilégier ces groupes { + }

Partagez | 
 

 enter the kingdom | lenny

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Riders + j'peux pas j'ai poney
avatar
Riders + j'peux pas j'ai poney
Hurlements : 138
visage : amber heard
crédit : riddermark / sial & marveloushunts
survit depuis le : 23/07/2018
capsules de troc : 300

MessageSujet: enter the kingdom | lenny   Mar 2 Oct - 23:14



lenny fran
«but watch who you bring home»
Elle n’en pouvait plus de tourner en rond. Pourtant les indications que cette foutue carte lui donnait étaient claires, mais l’aiguille de la boussole la faisait tourner en bourrique depuis plusieurs minutes et maintenant les minutes commençaient à s’empiler pour se rapprocher dangereusement de l’heure. Non, Francesca n’était pas perdue. Elle était simplement folle de colère.

Et qu’on ne vienne pas lui dire que balancer une boussole contre un arbre risquait de l’abîmer et de la dérégler. Ces machins-là n’étaient juste pas résistants, à vrai dire c’était de la merde. Et quand elle se rappelait que c’était elle qui avait réussi à se fournir son propre matériel, la rage croissait encore plus vite et une seule pulsion lui venait en tête : écraser le cadran de plastique d’un bon coup de pied pour achever la destruction de cet engin de malheur.

L’aiguille tordue vira de gauche à droite, tremblotant plus qu’une grand-mère atteinte de Parkinson, et la cavalière finit par insulter de dépit ces maudits points cardinaux qui ne voulaient plus s’arranger convenablement. De toute façon elle était toute seule et donc bien en peine pour s’en prendre à quelqu’un d’autre afin de défouler ses nerfs tendus. Encore un bon point pour sa mauvaise humeur : être la seule âme qui vive à des mètres à la ronde dans cette forêt à la con. A bout de nerfs et surtout agacée par la perte de temps considérable de cette sortie qui était tout sauf une bonne idée, Fran opta pour une pause. Elle ouvrit son sac, en vidant une partie pour chercher sa gourde dont elle délesta un peu du contenu – une eau tiédasse qui la fit grimacer. Le goût n’était pas plus désagréable que l’absence totale de sensation d’hydratation.

Le mieux, c’était encore de tout reprendre depuis le début. Alors qu’elle dépliait la carte pour tenter d’y voir plus clair sur son chemin, un mouvement furtif dans les feuillages détourna son attention. Quelque chose avait froissé l’air, une branche avait craqué, une racine avait grincé.

Les sens de Fran s’éveillèrent comme aspergés par une eau glaciale. Ses yeux fouillèrent frénétiquement la végétation, sa main reprit fermement le manche de sa batte et elle replia sa carte en un rien de temps de sa main libre pour la fourrer en vrac dans son bazar. S’il y avait une menace dans les parages, elle préférait d’abord l’annihiler avant de s’inquiéter de savoir comment elle rentrerait ce soir au Ranch sans encombres.

A nouveau des bruits se firent entendre, de plus en plus proches, de plus en plus distincts. Quelqu’un fonçait droit vers elle et elle lui préparait un comité d’accueil aux petits oignons. Alors qu’elle relevait un peu plus la batte dans l’air et s’avançait vers la source des sons perçus, la silhouette transperça les fougères et les feuillages pour sortir de nulle part, nouveau-né échoué d’une autre traversée forestière. Pourtant l’individu n’était pas inconnu à son bataillon pour son plus grand déplaisir. « Toi ! » Sa voix avait rugi, lionne en furie qui dévisageait l’ennemie en voulant lui signifier tout le ressentiment qu’elle éprouvait envers elle. Tous ses pores recrachaient à son encontre un profond mépris qu’il n’était pas bien difficile d’interpréter. « Qu’est-ce que tu branles ici ? Tu veux encore me faire chier ? » C’était le passe temps principal de Lenny, alors elle ne devait pas être bien loin de la vérité. Cela dit le hasard et une dose de malchance bien quantifiée l’avaient sûrement amenée jusqu’à elle en réalité et la forêt n’appartenait pas plus à l’une qu’à l’autre ; mais la Crimson s’en souciait autant que du premier walker dont elle avait éclaté le crâne. « La dernière fois t’as eu de la chance, t’étais à domicile. » Son esprit lui rappela qu’elle avait réussi à l’atteindre d’un bon coup de pied dans les tibias avant d’être interrompue – mais que ce n’était rien comparé à la blessure faite à Jack il y a de cela six ans.

● ● ● ● ●

☽☽ Will you take my soul in the midnight rain, while I'm falling apart, while I'm going insane ? Can you break my bones ? will you tear my skin? Can you taste my lust ? Can you feel my sin ? See, I'm a waste of life

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Olympians + le monde qui est le mien
avatar
Olympians + le monde qui est le mien
Hurlements : 179
visage : rosa salazar
crédit : ©️ mite
survit depuis le : 24/07/2018
capsules de troc : 327

MessageSujet: Re: enter the kingdom | lenny   Jeu 4 Oct - 21:59

i'm headed straight to the castle
+ Elle avançait, s’enfonçant un peu plus dans la forêt ㅡ son regard balaya rapidement l’endroit avant de continuer à avancer, ne remarquant aucune forme immédiate de danger. Lenny avait trouvé un prétexte pour s’éloigner quelques heures loin d’Olympia ; elle ne savait plus quelle excuse elle avait sorti à Leon exactement : probablement une visite à son frère, tout juste retrouvé. L’essentiel étant que cela avait fonctionné et qu’elle était maintenant en dehors des remparts de la ville. Elle avait bien précisé être de retour dans la journée ; peut-être même avant la tombée de la nuit. Il lui restait contre quelques heures de liberté et Lenny ne savait pas quoi en faire. Elle avait réellement l’intention d’aller voir Nino, à la base ; mais à la moitié du chemin, elle s’était rendu compte que quand bien même elle appréciait la présence de son aîné, elle avait envie d’être un peu seule avec elle-même. Elle avait dépassé la mine et poussé son chemin jusqu’à la forêt, gardant un oeil sur les heures pour ne pas risquer des représailles de la part du shérif.

Les quelques branches sèches sur les sol ne lui permettaient pas d’être extrêmement discrète. Elle avait réfléchir à chaque pas, cela n’empêchait pas quelques brindilles de craquer sous sa botte. Néanmoins, elle comptait sur la présence de quelques animaux sauvages dans les parages pour masquer ses erreurs. Tendant l’oreille au moindre mouvement, elle continuait à s’avancer parmi les arbres ou le silence régnait, interrompue par quelques craquements et…  des jurons ?
Son regard s’arrêta sur une silhouette, qui lui semblait humaine, ce qui allait avec la voix qu’elle avait entendue peu de temps avant ㅡ Lenny plissa les yeux, se baissant un peu dans les feuillages pour masquer sa forme et observer ce qui avait piqué sa curiosité. Il s’agissait peut-être uniquement d’un autre survivant : la forêt représentait un des principaux territoires de chasse de la région, ce ne serait pas si étonnant de tomber sur quelqu’un. L’olympienne serra un peu ses doigts sur son arme, pour s’assurer qu’elle était prête à toutes éventualités. Elle s’avança encore un peu mais au même moment où elle s’apprêtait à sortir de sa cachette, Lenny comprit rapidement en face de qui elle se trouvait. Et la principale intéressée, qui brandissait son arme, prête à l’accueillir, avait l’air d’avoir compris également.  « Je pourrais te poser la même question ! » réagit-elle immédiatement. Elle n’abaissa pas son arme en distinguant complètement le visage de la blonde. Non mais qu’elle comptait réellement l’abattre comme ça ; mais si cela avait pour effet de la dissuader de lui asséner un coup de batte sans sommation, alors tous les moyens étaient bons. Lenny n’était pas d’un naturel violent. La violence n’était pas sa réponse immédiate ㅡ mais avec Fran, c’était différent. Elle n’aurait pas pu expliquer avec des mots cohérents pourquoi la blonde provoquait chez elle l’irrésistible envie d’en venir aux mains, mais pourtant, c’était le cas. Pas d’histoire d’être “la plus mature” et d’agir “comme une adulte” avec elle. Heureusement pour la blonde, l’olympienne avait encore un peu de self-control, assez pour ne pas se jeter sur Fran immédiatement. « Te faire chier ? » C’était la meilleure, celle-là. Lenny eut un rire faussement amusé avant de reposer son regard sur la jeune femme. « Le monde tourne pas autour de toi, tu sais, j’ai d’autres préoccupations, moi. » rétorqua-t-elle en insistant sur le dernier mot, plantant son regard dans celui de Fran. Pour qui se prenait-elle, exactement, Lenny se le demandait bien.

Elle renifla d’un air moqueur. Elle faisait la maline, aujourd’hui, mais ça n’avait pas toujours été le cas. « C’est toi qui as eu de la chance. » marmonna-t-elle en s’éloignant un peu de la blonde. Ce n’était que parce qu’on était venue les séparer que Fran avait pu s’en sortir sans trop de mal ; sans ça, Lenny lui aurait bien fait comprendre sa façon de voir les choses. « Maintenant, t’as pas d’autres trucs à faire ? » D’autres personnes à faire chier, à tenter d’arnaquer peut-être. « J’ai pas le temps pour tes conneries. » Elle s'apprêta à contourner la blonde sans lui adresser un regard de plus, ajustant sa prise sur son arme.
code by EXORDIUM.

● ● ● ● ●
i find it very, very easy to be true. i find myself alone when each day is through, yes, i'll admit that i'm a fool for you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Riders + j'peux pas j'ai poney
avatar
Riders + j'peux pas j'ai poney
Hurlements : 138
visage : amber heard
crédit : riddermark / sial & marveloushunts
survit depuis le : 23/07/2018
capsules de troc : 300

MessageSujet: Re: enter the kingdom | lenny   Sam 6 Oct - 12:36



lenny fran
«but watch who you bring home»
Jacter, jacter, c’était sa seule activité et son unique talent. « Blablabla. Tu me casses déjà les oreilles au bout de trente secondes, hallucinant. » Fran était extrêmement bien placée pour tenir ce genre de réflexions mais ça, c’était une autre histoire. Et puis elle n’avait pas besoin vraiment d’autres prétextes réels pour ne pas blairer Lenny. Sa tête ne lui revenait plus depuis belle lurette, c’était suffisant pour lui reprocher tous les torts possibles – de l’Influenza à chaque merde qui pouvait lui arriver, il n’y avait qu’un pas.

Elle éluda sans complexe sa question – à vrai dire, il y avait quatre-vingt-dix-neuf pourcents de chance que la brune se foute complètement de la raison de sa présence en ce bas monde. Et fort heureusement Lenny apportait de l’eau à son moulin, loin de rester passive et de laisser couler sur elle les remarques agressives de la cavalière. C’était peut-être aussi un peu pour ça qu’elle ne cesserait jamais de lui rentrer dedans : parce qu’elle savait pertinemment qu’elle aurait toujours du répondant en face.

Et elle pouvait jouer les grandes dames civilisées, aux yeux de la blonde, ce n’était qu’une pimbêche qui jouait les survivalistes alors qu’elle n’avait sûrement aucun mérite. Bon, ça aussi, c’était le genre de présomptions que la mécano aimait faire sans aucun fondement. Mais cette nana lui donnait des envies de meurtres avec ses j’ai d’autres occupations. « J’ai bien le temps pour t’en mettre plein la gueule, ouais. » Non, non, la discussion n’allait pas s’arrêter là. Fran s’avança d’un pas menaçant vers la jeune femme. « J’ai aussi le temps de … » Sur le coin droit, juste là, en train de pousser sans conscience les branches derrière elle. Deux mordus, juste là, qu’elles avaient très fortement rameuté avec leurs beuglements de bonnes femmes aigries. Ils ne les avaient peut-être pas encore vus. Peut-être qu’il allait juste faire demi-tour.

Le seul réflexe qu’elle eut fut d’attraper sans ménagement aucun l’Olympienne par le bras pour la forcer à se plaquer au sol avec elle dans les herbes humides et les fougères vaseuses. Avant même que l’autre proteste, elle la fusilla du regard et souffla de colère. « Ta gueule. Y a des walkers. » Du regard elle désigna la direction où il se trouvait. « Si tu l’ouvres et qu’ils nous voient, c’est terminé. » Et quand bien même elle aurait souhaité la voir crever sans ménagement, elle n’avait aucunement envie d’y passer avec elle.

Ce que Fran n’avait sûrement pas prévu, c’était de jeter un petit coup d’œil derrière elle. Juste au cas où, comme ça. Histoire de vérifier s’il n’y en avait pas aussi dans leurs dos.

● ● ● ● ●

☽☽ Will you take my soul in the midnight rain, while I'm falling apart, while I'm going insane ? Can you break my bones ? will you tear my skin? Can you taste my lust ? Can you feel my sin ? See, I'm a waste of life

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Olympians + le monde qui est le mien
avatar
Olympians + le monde qui est le mien
Hurlements : 179
visage : rosa salazar
crédit : ©️ mite
survit depuis le : 24/07/2018
capsules de troc : 327

MessageSujet: Re: enter the kingdom | lenny   Dim 14 Oct - 19:28

i'm headed straight to the castle
+ Fran ne reculait pas. C’était toujours la même chose ; à quoi bon essayer d’être au dessus quand Fran revenait toujours à la charge, l’usant et l’exaspérant jusqu’à ce qu’elle cède ? Lenny leva les yeux au ciel, puisant au plus profond d’elle-même la force nécessaire pour ne pas se retourner immédiatement pour en découdre avec la blonde. Elle entendait bien le pas lourd de Fran vers elle et serrait déjà les poings, prête à riposter à la seconde où la cavalière la toucherait. Au moins, Lenny pouvait se rassurer d’une chose : elle ne commencerait pas la dispute, elle ne ferait que se défendre, légitimement. « Ah ouais ? J’aimerais voir ça. » marmonna Lenny sans se retourner vers elle. Elle fronça un peu les sourcils alors que Fran se coupait dans sa phrase ㅡ quoi, elle battait déjà en retraite ? Ce n’était pas son genre.  

La réalité était toute autre. Elle étouffa une exclamation de douleur et Lenny grimaça lorsque son dos heurta le sol, heureusement amorti par quelques plantes, ce qui lui empêcha d’avoir le souffle coupé. Elle avait l’impression d’être souvent plaqué contre diverses surfaces ㅡ si, en temps normal, la situation était telle que Lenny ne se plaignait pas vraiment, cette situation là ne lui plaisait pas vraiment. Elle s’apprêtait d’ailleurs à affubler Fran d’une ribambelle d’insultes toutes plus colorées et imagées les unes que les autres mais la cavalière la pris de court avec un regard. Les explications, d’ailleurs, ne tardèrent pas. Elle suivit des yeux la direction indiquée par l’autre, mais d’ici, elle n’entendait que les grognements caractéristiques sans avoir de visuel. C’était bien sa veine, ça. De toutes les personnes avec qui elle pouvait se trouver coincée avec des mordus, il fallait que ce soit Fran.

Un mouvement et un bruit l’alerta : mais pas dans la direction que la blonde lui avait indiqué, ce qui lui fit froncer les sourcils. Elle réagit rapidement, sans prendre le temps d’expliquer : il fallait agir vite si elles ne voulaient pas finir en casse-croûte. D’un coup de pied, Lenny repoussa le rôdeur que Fran n’avait sûrement pas remarqué. Cela ne l’arrêterait sûrement pas, cela le ralentirait à peine ㅡ mais c’était tout ce qu’elle pouvait se permettre dans cette position, au sol et surtout sans risquer attirer l’attention de tous les walkers de la zone, Dieu sait combien ils étaient. Un coup de feu ferait sûrement plus de bruit qu’une lutte à mains nues dans les buissons, ou du moins, Lenny l’espérait.
Sans la ménager, elle dégagea Fran et se tortilla pour attraper la lame qu’elle gardait toujours sur elle et parvint à la planter dans le crâne du rôdeur qui peinait à se remettre du coup de pied. C’était certes un de moins, mais elles étaient bien loin d’être tirées d’affaire et le grabuge qu’elle venait de faire en l’achevant n’était pas discret, comme elle le craignait. Elle ne songea pas à demander à Fran si elle allait bien alors qu’elle repoussait le corps inanimé du walker. « T’en as vu combien ? » souffla-t-elle à l’adresse de la blonde, gardant un oeil sur les précédents rôdeurs. Oubliée, leur dispute futile, lorsqu’il s’agissait de survivre. L’idée de coopérer avec elle pour s’en sortir ne lui plaisait pas forcément, mais il n’y avait pas lieu de chipoter. Si elles s’en sortaient indemnes, elles auraient tout le temps du monde pour continuer à se battre comme des chiffonniers. « Faut pas qu’on reste là. » S’ils étaient trop nombreux, elles risquaient vite de se faire submerger et leurs chances de survie diminuaient drastiquement. Plus vite elles mettaient de la distance entre eux, plus elles avaient de chance de rentrer chacune chez soi en un seul morceau.  
code by EXORDIUM.

● ● ● ● ●
i find it very, very easy to be true. i find myself alone when each day is through, yes, i'll admit that i'm a fool for you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: enter the kingdom | lenny   

Revenir en haut Aller en bas
 
enter the kingdom | lenny
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Kit pour Jonathan(RIP, Kero's kingdom)
» [Forum RP] Kingdom Hearts Heaven !
» The cave you fear to enter holds the treasure you seek. (23/07, 16h00)
» Kingdom Hearts News Adventures RPG
» Kingdom

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Influenza :: let's wander the woods :: Pedernales Falls :: Forêt de Pedernales Falls-
Sauter vers: