AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 
Bienvenue sur Influenza, faites attention à vos fesses, les rôdeurs sont affamés !
N'hésitez pas à jeter un coup d'oeil à nos postes vacants

Nous sommes en novembre 2018. L'épidémie a commencé en octobre 2010. Plus d'information sur l'épidémie { + }

Découvrez la playlist officielle d'Influenza !

Nous sommes actuellement en pénurie de Miners & Carrières, merci de bien vouloir privilégier ces groupes { + }

Partagez | 
 

 Life is only a long dream whose death awakens us (april)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Life is only a long dream whose death awakens us (april)   Jeu 9 Aoû - 21:53



« Tell me your story
please tell me everything »

April J. Andrews


Nom & Prénom Andrews, nom hérité de son père, porté depuis des années, et des années. Héritage colossale. Celui de sa mère, elle ne s'en rappelle pas des masses. April, choisi par sa mère. Pas très original, lorsque que l'on connait son mois de naissance. June, second prénom, choix de son père, cette fois-ci. Faut croire qu'il était en adéquation, ces parents. Et qu'il avait un truc avec les mois de l'année. Naissance 21 balais. Ou 21 fardeaux. A voir selon l'angle dans lequel on se pose. C'est pas 21 années qu'elle retiendra. Elle préfère se projeter dans l'avenir. De ce qu'on lui raconte, elle est né un 15 avril, en Alaska. Mais. C'est ce qu'on dit. Elle n'a aucun souvenir de ce jour, alors ça pourrait n'être qu'un tissu de mensonge. Vie avant l'épidémie Elle n'avait que treize ans, lorsque le virus s'est propagé. Jeune. Elle était au collège. Cinquième, elle s'en rappelle. Une année qui restera à jamais dans sa tête. Le passé, le temps d'autrefois, sans épidémie, elle s'en rappelle pas des masses. Ça lui semble si. Loin. Huit ans. Mais. C'est banal, en comparaison d'aujourd'hui. Sans compter que sa vie était assez commune. Quelques éléments, quand même. La perte de son frère cadet en couche. Une souffrance énorme pour sa mère, et elle. C'est qu'elle ne l'a pas connu, ce frère tant espéré. Mais déjà dans le ventre de sa mère, elle le chérissait. Histoire qui n'a pas manqué de disloquer sa famille, un temps. Quelques mois. Une mère incapable de remonter la pente. Un père qui ne supportait pas cette faiblesse interminable. Mais. Ça a fini par s'arranger. Certains diront que c'est une chance. D'autres, une erreur. Elle, elle reste mitigée. Une vie pas très intéressante, en somme. Vie aujourd'hui Sa vie, après le virus, ça a commencé par un long chemin. Très long chemin, pour partir loin de chez elle. Ce besoin de se créer une nouvelle vie. D'oublier. Ou du moins, à défaut de pouvoir oublier un passé si dramatique, s'écrire une nouvelle histoire. Et ça commence avec un renouveau. Le chemin, entre l'Alaska, et le Texas, c'est avéré long. Tumultueux. D'abord partie avec rien d'autre qu'un sac à dos avec le strict nécessaire, ses pieds, et ses armes. 400 kilomètres, à peu près. Puis. Bonheur. Une moto. Abandonnée. Une chance qu'elle se trouve être fan de mécanique. Passion partagée avec fût son père. A cheval sur sa moto, le reste du chemin n'en a pas été moins éprouvant. Les rôdeurs ont été nombreux sur son chemin. La hache de guerre c'est abattu plus d'une fois. Et enfin. Son arrivée au Texas. Délivrance. Elle s'est recluse dans un centre commercial, c'est là qu'elle s'est intégré aux Jackals. Un groupe d'individu libre. C'est ce qu'elle cherchait. De quoi avoir des appuis, mais conserver sa liberté. Obtenu. Mais ça n'a guère duré longtemps. Peu de temps après son arrivée, la coalition s'est montré nécessaire, et voilà qu'elle s'est retrouvé comme beaucoup d'autres, obligé de se joindre aux Hamilton's Quarriers, groupe où elle n'arrive pas à trouver sa place. Groupe où elle n'arrive pas à se sentir chez elle. La fuite. C'est ce qui l'anime. La solitude.  Nombre de rôdeurs tués Un bon nombre. Une cinquantaine ? Une centaine ? Aucune idée. Elle s'était tenue à un décompte, au premier abord. Qu'elle n'a pas tenue très longtemps. C'est que des rôdeurs, ça manque pas. Et lorsque l'on se retrouve face à l'un d'entre eux. C'est vous. Ou lui. Pas d'autre choix. Nombre d'humains tués Neuf. Ce chiffre, elle ne l'oublie pas. Et elle espère, chaque jour, ne pas avoir à l'augmenter. Mais hélas, elle n'a pas toujours le choix. En revanche, elle n'a jamais tué quelqu'un de sang froid. Du moins, pas humain. Neuf personnes. Neufs malades. Neufs contaminés. La première étant sa mère. D'autres ont suivis sur son chemin. C'est son fardeaux. Tuer ces personnes au futur déplorable. Arme(s) de prédilection Une petite hachette, pas très pratique à transporter en toute circonstance, ça limite la sociabilité, mais ça évite aussi les faux amis. Ça impressionne. Ça dissuade. Un canif glissé dans sa poche de jean, au cas où, toujours pratique. Et des couteaux de lancés qu'elle cache dans ses inséparables bottes de cuirs noires.
Caractère du personnage Un caractère de feu. Imprévisible. Y'a pas plus simple, comme résumé. Douce d'apparence, bien plus sauvage en réalité. C'est le virus, qui l'a rendu comme ça. Un peu folle, rebelle, indomptable. Une femme qui n'écoute rien. Têtue. Elle possède un objectif louable. Vaincre l'épidémie. Mais sans doute une cause trop importante pour une femme aussi jeune. Malgré cela, elle n'abandonne pas. C'est ce qui la rend aussi farouche. La haine. Et la vengeance. D'une nature indisciplinée, elle est dans une idéologie personnelle. Elle ne rendra aucun compte, à personne. Libre. C'est ce qu'elle entretiendra jusqu'au bout. Qu'elle amènera dans sa tombe. Sa liberté. Rebelle, et libre. C'est son refrain. L'amour, la douceur, et toutes sensations, tous sentiments s'en rapprochant à quitté son corps, son être, depuis la perte de sa famille. Huit ans, voilà huit années qu'elle n'a rien connu d'autre que la haine, et le sang. Elle n'est que passions funestes. Son avenir se trouve dans la vengeance. Dans cette attitude qui mènera cette jeune femme à une fin néfaste. Sa persévérance est son pire défaut. L'abandon n'est pas dans son vocabulaire. Elle ira jusqu'au bout.  


Derrière ton écran
Prénom & pseudo .ASHES  Âge 21 ans. Pays France. Où as-tu trouvé le forum ? Bazzart si ma mémoire est bonne. Mot de la fin     . Mon personnage est inventé Crédit ava : lilousilvert,gif : aplyfic
Code:
<impann>+</impann> [url=URL DU PROFIL]<pris>PYPER AMERICA SMITH</pris>[/url] ㅡ [i]april j. andrews[/i]

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Life is only a long dream whose death awakens us (april)   Jeu 9 Aoû - 21:54



« Tell me your story
please tell me everything »


janvier 2008 : Fausse couche. Neuf mois d'attente, pour un frère qui ne viendra jamais. James. Son prénom, c'était ensemble, avec sa mère, que le choix s'était décidé. Son père ne s'incombait pas avec ce genre de détail. « Quelle importance ? » disait-il. Désintérêt total. Mais c'était comme ça. Toujours comme ça avec son père. Après ce jour, c'était pire que jamais. La perte de ce bébé a mené sa mère vers une dépression certaines. Remise en question totale. Que son père n'a pu accepter. Cette perte. C'était une fin. La fin d'un espoir. La fin d'une vie de couple. La fin d'une vie de famille. Son père a bouclé ces valises. Et du jour au lendemain, sa mère et elle, ont fini seules. Entre femme. C'est April, qu'à porté la dépression de sa mère sur ses épaules. April qui s'est battu pour remonter la pente. Redonner à cette mère perdue, le goût de vivre. Alors qu'elle n'était âgé que de 11 ans. C'est jeune pour prendre une telle responsabilité.

septembre 2008 : A l'école, April n'a pas d'ami. C'est son entrée au collège. Mais. La jeune fille d'onze ans qu'elle est devenue, possède des responsabilités que d'autres jeunes de son âge ne comprennent pas. Elle est toujours seule. Et elle s'enferme dans sa solitude. Pas désagréable. Elle aime ça, la solitude. Elle prend goût, à être seule. Seule. Toujours. Un soir, elle rentre du collège. Cinq kilomètre à pied. Chemin qui vide sa tête. Pousse la porte. Et découvre des valises dans l'entrée. Une voix masculine. Son père est de retour. Pourquoi ? Comment ? Elle n'aura jamais d'explication. Mais. Son père est là. Sa mère semble mieux. Une nouvelle vie de famille se construit. April n'a pas envie de causer de désaccord. Alors, elle se réfugie dans son monde de solitude. Garde ses convictions pour elle. Bien qu'elle garde une rancœur certaine pour son père. Ce lâche.

décembre 2010 : Le virus. Sa vie changera. Perte de sa famille. Treize ans. Juste treize. Alors qu'elle aurait dû mené une vie de collégienne normale. Que sa seule préoccupation aurait dû être ses notes pour assurer son futur passage en quatrième, elle se retrouve de nouveau face à des choix, qu'elle n'aurait jamais préférer prendre. Son père fût le premier contaminé. A l'époque, personne n'avait compris les enjeux. Les symptômes étaient là. Mais le diagnostic, bien loin de la vérité. Son père était mourant. Mais. Ce qu'aucun médecin avait prédis. C'était que c'était bien pire que ça. April s'est montrée forte, une fois encore. Pour sa mère. Quand la perte de son père a frappé. Aucun espoir pour lui. Mais. A treize ans, personne n'est prêt à affronter la suite. A voir son père se relever des morts. A voir son père attaquer sa propre famille. Vouloir la dévorer. Voir son père, d'une laideur terrible. Hideux. Zombie. Cette image ne s'effacera jamais de sa tête. Malgré sa force d'aujourd'hui, il lui arrive encore d'en faire des cauchemars. Mais y'a pire encore. Voir sa mère devoir puiser dans son courage, pour abattre son mari, l'être aimé, pour protéger sa fille. Pour la protéger, elle, la jeune April. Vision horrible. Souvenir horrible. Les larmes ont coulé. Sur les joues de la jeune fille. De la mère. Elles ont pleuré. Se sont lamentées. Et April se souviendra toute sa vie les paroles de sa mère, après ça. « Ma chérie, si cette chose se propage, je veux que t'agisse. N'ais aucun scrupule. Pas même pour ta mère. Si cette chose m'atteint. Tues-moi. » Elles n'en n'ont jamais reparlé.

janvier 2011 : L'horreur n'en fini plus. Le virus se répand toujours d'avantage. Et aucune solution n'est trouvé. Quelques jours plus tard, sa mère tombe malade. April s'efforce de ne pas paniquer. Fatigue. Vertige. Fièvre. C'est peut-être autre chose. C'est autre chose. Mais l'état de sa mère ne s'arrange pas.P Pire. Il s'aggrave. Nausée, pâleur, frisson, douleur.. La blonde ne souhaite pas voir la vérité en face. Son père est parti ainsi. Sa mère, se serait trop. Mais sa mère l'a compris elle. Et, cette dernière ne manque pas de lui rappeler cette promesse faîte, un mois plus tôt, lors de la perte de son père. April se retrouve face à un mur. Voir sa mère subir la même fin funeste que son père. Ou achever ces souffrances dès aujourd'hui. Les larmes ont coulé à grand flot, ce jour là aussi. Trouver le courage d'abattre sa mère n'a pas été facile. Lâche, elle n'a pas eu le courage d'abattre la femme qui l'a élevé comme un chien. Alors. Minable, elle l'a poussé à prendre une grosse dose de médicaments. Et la petite April, elle est restée au côté de sa mère, jusqu'au bout. Même lorsque l'inconscience à pointé son nez, elle n'a pas fait demi tour. C'est que lorsque la respiration a cessé, lorsque son cœur n'a plus battu, qu'elle s'est tirée de la maison familiale. Entendre la suite était trop compliqué. C'est là, que sa péripétie pour rejoindre le Texas à commencé.  

de 2011 à 2017 : Après avoir quittée la demeure familiale, à presque quatorze ans, la première chose à faire à été de se décider sur la suite. Quoi faire ? Rester en Alaska, c'était se tirer une balle dans le pied. C'était impossible pour elle. Mauvais souvenirs. Perte de son frère. Perte de son père. Perte de sa mère. Il ne lui restait plus rien ici. Elle devait prendre la fuite. Son ascension à commencé. Sans avoir de point de chute. D'abord à pied, elle n'a jamais eu aussi mal aux pieds. Puis, sur le chemin, une moto abandonnée. Une chance, que la petite April est toujours été très attiré par la mécanique. Que son père ai passé des années à lui apprendre toutes les ruses. A conduire n'importe quel engin. Et malgré son air chétif sur cette grosse moto, c'est ainsi qu'elle a traversé le pays. A quatorze ans, sur une moto. A moitié affamé. A moitié assoiffé. A quatorze ans, elle a mené un combat pour sa survie. Elle s'est parfois retrouvé face à des malades. Parfois face à des rôdeurs. Et. Plus elle grandissait. Plus elle comprenait la rudesse de la vie. Si. La première année, elle n'a fait que prendre la fuite face à l'ennemi, les années suivantes, elle n'a pas hésité à abattre ces monstres. C'était eux. Ou elle. Malgré l'horreur. Malgré la douleur de devoir abattre une personne qui fût un jour, comme elle. Elle n'a jamais plus versé une larme depuis la perte de sa mère.

2017 : Une arrivée au Texas, qui ne se sera pas faite en douceur. Alors qu'elle trouve un centre commercial, elle n'a qu'une idée en tête, s'en faire un refuge. Une cachette improvisée contre ces rôdeurs. De quoi avoir le dessus sur eux. Elle n'était pas prête à ce qui l'attendait derrière les grandes baies vitrées à moitié détruite. C'est un groupe entier d'individu qui résidait ici. Et, le moins que l'on puisse dire, c'est qu'il se s'agissait pas d'agneaux. Bien loin de la vérité. Bien loin de la réalité. La première fois qu'elle s'est retrouvé face à eux.. Le doute s'est imposé à elle. Ces gens. Ces hommes. Ces femmes, reclus de la société était pire que les rôdeurs. C'était des monstres. Des monstres. Elle se rappelle son corps nu être passé de main en main, sous des regards limitent baveurs.  Pire que des chiens errants. Elle se rappelle la douleur. Elle se rappelle l'humiliation. Le viol. La fuite aurait dû être son échappatoire. Mais. C'est être, aussi infâme fussent-ils, lui ont montré la survie, la force de caractère, mieux que personne n'aurait pu le faire. Bien qu'elle en gardera une trace indélébile dans sa tête. Son arrivée chez les Jackals, fût aussi terrible, que bénéfique.

2018 : Son combat pour sa survie continue. Après avoir vécu une vie de liberté, elle s'est résolue. Accueilli à la carrière, l'amabilité lui arrache la gueule. Mais elle n'a pas grand choix. Elle apprend à vivre avec. Alors que son objectif est toujours le même. Survivre. Et anéantir ce virus. Anéantir les rôdeurs.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Life is only a long dream whose death awakens us (april)   Jeu 9 Aoû - 21:55

Bienvenue mon chat. Je suis tellement content d'avoir réussi à t'attirer ici. Finis vite cette fiche que je puisse maltraiter April.
Revenir en haut Aller en bas
Olympians + le monde qui est le mien
avatar
Olympians + le monde qui est le mien
Hurlements : 732
visage : boyd holbrook.
crédit : avengedinchains.
survit depuis le : 27/05/2017
capsules de troc : 2910

MessageSujet: Re: Life is only a long dream whose death awakens us (april)   Jeu 9 Aoû - 21:57

Des nouveaux qui attirent des nouveaux, j'aime ce cercle vertueux

Bienvenue par ici & bonne chance pour la suite de ta fiche !

● ● ● ● ●
★ I ain’t no scholar, I don’t write no books. And all this shit keeps piling up and tryin’ to hang me. leave me here to pour another drink on the rocks. I ain’t got no savior, I ain’t got no time. All I wanted, was some peace and quiet, to take me out of here before I start a riot.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Quarries + le club des clochards
avatar
Quarries + le club des clochards
Hurlements : 698
visage : christian serratos
crédit : myself & sign by astra
survit depuis le : 30/10/2017
capsules de troc : 2607

MessageSujet: Re: Life is only a long dream whose death awakens us (april)   Jeu 9 Aoû - 22:14

Bienvenue parmi nous
En cas de soucis, n'hésite pas à contacter le staff !

(et remplis vite cette fiche )

● ● ● ● ●

❝ dying is simple. ❞ The people around you dying, that’s the hard part. What you should be scared of is living knowing that you didn’t do everything you could to keep them here.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Life is only a long dream whose death awakens us (april)   Jeu 9 Aoû - 23:03

Tout ce mystère me tue J'ai hâte de découvrir ce que tu nous concoctes Et j'approuve pour le cercle, un vrai plaisir de voir de nouvelles têtes
Bienvenue par ici en tout cas Je te souhaite de t'éclater parmi nous, bon courage pour la rédaction
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Life is only a long dream whose death awakens us (april)   Jeu 9 Aoû - 23:38

J'aime beaucoup la bouille de ta demoiselle
Bienvenue parmi nous et bon courage pour la rédaction de ta fiche.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Life is only a long dream whose death awakens us (april)   Ven 10 Aoû - 0:17

Bienvenuuue
Bonne rédaction de fiche
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Life is only a long dream whose death awakens us (april)   Ven 10 Aoû - 12:18

Bienvenuuue je veuuux en savoir davantage amuse toi bien dans cet univers de méchants rôdeurs en tout cas
Revenir en haut Aller en bas
Riders + j'peux pas j'ai poney
avatar
Riders + j'peux pas j'ai poney
Hurlements : 190
visage : amber heard
crédit : (c) riddermark ; (c) sial & (c) tumblr?
survit depuis le : 23/07/2018
capsules de troc : 405

MessageSujet: Re: Life is only a long dream whose death awakens us (april)   Ven 10 Aoû - 23:07

Bienvenue mademoiselle I love you je ne connaissais pas l'avatar qui est plutôt sympa ! Bon courage pour boucler ta fichette

● ● ● ● ●

☽☽ Don't you know I'm no good for you ? I've learned to lose you, can't afford to tore my shirt to stop you bleeding but nothin' ever stops you leaving

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Life is only a long dream whose death awakens us (april)   Mer 15 Aoû - 11:06

@Sören I. Mäkinen Toi ? Tu m'as attiré ici ? C'est pas pour toi que je suis venue, si ? scratch Bon, peut-être que si, mais chut Merci
ET CESSE DE VOULOIR DÉJÀ MALTRAITER APRIL Ma pauvre choute !

MERCIII à tous J'espère que la rédaction de ma fiche aura pas été trop longue pour votre attente. Et que l'histoire vous plaira
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Life is only a long dream whose death awakens us (april)   Mer 15 Aoû - 11:11

La meuf elle passe de l'Alaska au Texas, posée...

Bon courage pour survivre à la chaleur, bravo pour ta fiche et bienvenue !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Life is only a long dream whose death awakens us (april)   Mer 15 Aoû - 11:33

@Dagni Stewart Périple pleins d’embûche Sacré trotte, lui a fallu quand même sept ans, pour parvenir à la fin de se voyage, et bien des escales C'est une folle

Merci pour l'accueil
Revenir en haut Aller en bas
Quarries + le club des clochards
avatar
Quarries + le club des clochards
Hurlements : 709
visage : Viggo Mortensen
crédit : crack in time (signature)
survit depuis le : 12/10/2017
capsules de troc : 2088

MessageSujet: Re: Life is only a long dream whose death awakens us (april)   Sam 18 Aoû - 12:54

Bonjour, tu as besoin d'un délai pour terminer ?

● ● ● ● ●


J'vais aller m'asseoir sur le rebord du monde, voir ce que les hommes en ont fait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Life is only a long dream whose death awakens us (april)   Sam 18 Aoû - 16:30

@Dario Mendoza Comme prévu, j'ai rajouté une partie de l'histoire, pour 2017, quand elle était chez les Jackals. J'espère que ça ira !
Revenir en haut Aller en bas
Miners + on pioche tic toc
avatar
Miners + on pioche tic toc
Hurlements : 431
visage : Zoe Saldana.
crédit : /
survit depuis le : 24/03/2018
capsules de troc : 996

MessageSujet: Re: Life is only a long dream whose death awakens us (april)   Dim 19 Aoû - 19:08




« we're all gonna die »

Merci pour tes modifications, c'est tout bon comme ça (même s'il faut quand même être un peu arrachée du bulbe pour trouver ce genre de passage chez les chacha "bénéfique" mais bon au moins elle y a survécu ! C'est pas le cas de tout le monde). Je te souhaite de bien t'amuser dans le coin avec ta blondie.


Et te voilà officiellement validé/e ! Pour commencer, il te faut remplir ton profil, afin que les membres en sachent plus sur toi et ce, d'un simple coup d'oeil. On t'invite ensuite à revendiquer ton titre tes responsabilités, si tu en as. Et, si ce n'est pas déjà fait, pense à t'inviter dans le flood ou sur la chatbox, question d'intégration.

Pour bien démarrer, tu peux poster une fiche de liens (en pensant bien à la tenir à jour) et en demander aux autres, créer un scénario si tu as des besoins précis ou un pré-lien s'ils le sont moins. On rappelle qu'il faut impérativement poster un sujet d'activité et que les Wanderers doivent intégrer un groupe dans le mois qui suit leur validation.

Tu peux maintenant gambader librement sur le forum et surtout RP.

Et tout le staff d'Influenza te souhaite un bon jeu.

● ● ● ● ●
I don't want fifteen minutes want a whole lot more, don't want to suffer the fools and the spoils of war. I don't want fifteen minutes, or a reason why. I want a stainless steel road stretching off to the sky.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Life is only a long dream whose death awakens us (april)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Life is only a long dream whose death awakens us (april)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Live your life to death (Featuring Nayki)
» Norah - Draw, Dream and Dead... Hey No Dead. Life !
» Dream of Ewilan
» Life in UCLA
» Hollywood Dream Boulevard

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Influenza :: the kids' playground :: Archives d'Influenza-
Sauter vers: