AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 
Bienvenue sur Influenza, faites attention à vos fesses, les rôdeurs sont affamés !
N'hésitez pas à jeter un coup d'oeil à nos postes vacants

Nous sommes en janvier 2019. L'épidémie a commencé en octobre 2010. Plus d'information sur l'épidémie { + }

Découvrez la playlist officielle d'Influenza !

Nous sommes actuellement en pénurie de Miners & Carrières, merci de bien vouloir privilégier ces groupes { + }

Partagez | 
 

 love to love you baby (beckett)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Olympians + le monde qui est le mien
Ryan Havener
Olympians + le monde qui est le mien
Hurlements : 776
visage : boyd holbrook.
crédit : blondie.
survit depuis le : 27/05/2017
capsules de troc : 3010

MessageSujet: love to love you baby (beckett)   Dim 25 Mar - 16:57



Ryan Havener Beckett Willis
« love to love you baby »
C’était un grand jour. Tous les convives étaient présents. Les petits plats dans les grands comme on dit. Sa mère était là, avec son beau-père. Ses amis aussi. Il avait réservé un superbe hôtel à Miami. Ryan ne sait même pas comment ils avaient eu les moyens de se payer ça. Pour ça, il devait remercier les ressources de son futur époux. Même si de son côté, il avait économisé avec quelques ristournes. Une liposuccion par là, une rhinoplastie par ici. Même s’il n’était encore qu’assistant, il espérait secrètement que le sexagénaire qui lui servait de patron et de dirigeant finisse par crever à force d’utiliser trop de Viagras et de faire trop de rails de cocaïne dans des soirées de la jet-set. Il faut dire qu’il couchait avec une pseudo star d’une téléréalité locale à qui il avait accordé un geste commerciale sur ses premières injections et un implant mammaire, donc maintenant il avait accès à des soirées complètement tarées. Ryan ne perdait pas espoir. Un jour, il reprendrait le cabinet et à lui la belle vie où il pourrait raconter à Beckett les derniers scandales et qui parmi les stars du moment est passé par chez lui. La réception brillait par son exclusivité mais cela plaisait à Ryan : fontaines à champagne et une à chocolat, un orchestre immense, des activités aussi farfelus les unes que les autres. Il arriva dans son costume bleu avec des paillettes, doté de chaussures blanches avec des traits roses et d’un noeud papillon rouge. Assis au bord de la piscine ou flottaient diverses fleurs romantiques, il contemplait son annuaire encore vide qui serait bientôt comblé par un beau bijou. Il avait réussi. Réussi à séduire le brun ténébreux et peu loquace. Il ne savait pas trop comment. Probablement avec son humour et sa détermination. Ils avaient l’air de deux bourrus et paraissaient plus souvent pour des amis que pour un couple. Pourtant, Ryan était bel et bien fou du quinquagénaire avec lequel il était déjà depuis quatre ans. Quatre ans qui était passé comme une lettre à la poste pour le blond. Une amie vint voir le blond près de la piscine. « Alors comment tu te sens ? En tout cas cette fontaine est géniale mais très risquée quand on porte une robe blanche. T’as pas peur que ça dégénère quand les gens auront un coup ou deux dans le nez ? » « Ah je t’ai pas dit que j’avais des penchants scatophiles et que c’est précisément avec cette intention qu’on a pris cette fontaine ? » répond-il, au tac-au-tac pour amuser son invitée. Il finit par se lever, attraper une coupe de champagne avant de faire le tour de la réception et de regarder sa montre. La cérémonie devait bientôt commencer et Ryan chercha son homme du regard. Où pouvait-il bien être encore ? Pas que Ryan s’inquiétait, il avait parfaitement confiance en Beckett, mais il espérait simplement qu’il n’était pas coincé dans le trafic ou qu’il avait eu un incident qui pouvait retarder sa présence. Ce jour devait être et serait parfait pour eux deux. Il avait simplement hâte de le retrouver et de l’enlacer tendrement, effleurer de sa joue sa barbe brune qui l’aimait tant. Ou était-il bon sang ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Olympians + le monde qui est le mien
Beckett Wills
Olympians + le monde qui est le mien
Hurlements : 842
visage : Keanu Reeves
crédit : schizophrenic (avatar) selfservice (signature)
survit depuis le : 18/02/2017
capsules de troc : 1110

MessageSujet: Re: love to love you baby (beckett)   Sam 24 Nov - 23:21



Ryan Beckett
« love to love you baby »
Il se regardait dans le miroir avec une certaine anxiété, tirant sans arrêt sur sa manche droite qu'il trouvait trop remontée par rapport à la gauche, sans vouloir se rendre à l'évidence que son esprit lui jouait des tours, lui cherchait des excuses pour rester encore un peu en retrait de la foule et de l’événement à venir. Beckett n'avait jamais vraiment pensé qu'il se marierait un jour, ou alors, pas aussi bien. Il s'était plutôt imaginé finir comme tout les culs-terreux qui l'avaient entouré pendant son enfance, à se trouver une fille du coin pas trop moche qui perdrait son peu de charme avec l'âge, qu'il finirait par malmener à cause d'une vie qui ne lui plaisait pas et qu'il essayait d'oublier à coup de bières premiers prix dans les étendues vertes sans fin du Kentucky. Mais non. Il était à la ville, dans un costume qui avait fait un beau trou dans son portefeuille, comme le reste de la cérémonie organisée avec parcimonie par la wedding planneuse survitaminée qu'il avait embauché, pourtant il avait l'impression que rien n'était assez bien. Que Ryan allait être déçu en le voyant. Que les invités lui lanceraient des regards en coin, pensant qu'il n'était pas assez bien pour se tenir à côté de lui à l'hôtel. Il soupira en ajustant sa cravate, resserrant le nœud avant de se dire que, finalement, il lui serrait trop la gorge, pour ensuite le trouver trop lâche. Son garçon d'honneur toquait à la porte – un des rares qui sera assis de son côté à l'hôtel de ville, un ami de longue date qu'il s'était fait en arrivant ici, et que les mauvaises soirées dans les bars avaient contribué à rapprocher, les galères des petits boulots à créer de véritables liens. Beckett n'avait pas invité grand monde, sans doute parce qu'il n'avait pas trop d'amis, même si la vie avec Ryan l'avait forcé à avoir une vie sociale plus développée qu'il ne s'en pensait capable, et aucun membre de sa famille n'était là, il n'avait pas eu de contact avec eux depuis au moins une vingtaine d'années, et n'avait pas eu le courage d'annoncer à sa mère qu'il fréquentait – et allait épouser – un homme, se disant qu'il s'en voudrait s'il causait la mort de la vieille femme fragile du muscle cardiaque. Elle aurait tout gâché, de toute façon. Et il faisait assez confiance à Ryan pour inviter du beau monde, enfin, au moins, du monde. « J'arrive. » Il se regarda une dernière fois dans le miroir, soupira, incapable d'être satisfait de son apparence, tout en passant une main dans ses cheveux-longs. J'aurais dû les attacher pensa-t-il avant de quitter la pièce.

Sur place, l'endroit grouillait de monde, de visages plus ou moins connus pour lui, déjà on lui tapait l'épaule avec camaraderie tout en lui serrant la main, alors que l'affaire n'était pas encore conclue. Il aurait pu prendre ses jambes à son cou, là, devant tout le monde, changer de vie et oublier cette histoire dont il ne se sentait pas capable, mais au lieu de ça, préféra demander où il pouvait bien trouver Ryan, avec la volonté d'écraser sa main dans la sienne pour tenter de s'apaiser en entendant des cris de douleur émaner de son futur époux. Après tout, c'était de sa faute, tout ça, c'était lui qui était venu le premier soir, qui avait insisté, l'avait fait tomber amoureux avec ses loufoqueries et ses blagues toutes plus nulles les unes que les autres. Ils n'allaient pas du tout ensemble, leurs habits du jour pouvait en témoigner. Beckett, sobre dans son costume noir, ses chaussures assorties, et Ryan, dans l’exubérance, brillant de mille feux bleus pailletés qui mettaient en valeurs ses yeux. « La photographe va te tuer. » Il aurait pu l'imaginer râler en essayant de prendre le blond en photo sans se retrouver avec une forme luisante à cause de la réfraction du flash sur les paillettes, mais il était trop occupé à admirer son fiancé pour ça. Il était beau. Il aurait pu le dire à voix haute, mais trop de gens les observaient pour ça, alors il avait balancé un compliment bien à lui à la place, que Ryan serait sûrement prendre pour ce qu'il était. Ryan prenait tout bien, après tout.

● ● ● ● ●

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
love to love you baby (beckett)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Love, only love can break down the wall someday [Christopher]
» I don't love you like I loved you yesterday ۴ ISIS
» Alex » i can't change, even if i try, even if i want it to, my love, my love, my love, she keep's me worm (macklemore - same love)
» oh baby, you should go and love yourself.
» Absolarion Love.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Influenza :: let's wander the woods :: Réalité alternative-
Sauter vers: