AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 
Bienvenue sur Influenza, faites attention à vos fesses, les rôdeurs sont affamés !
N'hésitez pas à jeter un coup d'oeil à nos postes vacants

Nous sommes en juin 2018. L'épidémie a commencé en octobre 2010. Plus d'information sur l'épidémie { + }

Découvrez la playlist officielle d'Influenza !

Nous sommes actuellement en pénurie de Miners, merci de bien vouloir privilégier ce groupe { + }

Partagez | 
 

 (II) i don’t forget you + caden

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Olympians + le monde qui est le mien
avatar
Olympians + le monde qui est le mien
Hurlements : 1303
visage : bryce dallas howard.
crédit : riddermark (avatar) astra (sign)
survit depuis le : 28/09/2016
capsules de troc : 3149

MessageSujet: (II) i don’t forget you + caden   Mar 6 Fév - 18:39



Lighten up, just enjoy life, smile more, laugh more, and don't get so worked up about things.
+++

Le moins que l’on puisse dire, c’est que la relation entre Abel et Peyton ne tend qu’à se dégrader ces derniers temps. Ils sont bloqués, ils tournent en rond, chacun campant sur ses positions. Peut-être qu’ils n’en sortiront pas indemne cette fois-ci, même si elle n’apprécie pas le moins du monde cette pensée. Alors forcément, voilà de nombreux mois qu’elle boude le ranch. Par peur de croiser l’aîné des Rhodes, de devoir affronter son regard d’acier, ses remarques sarcastiques ainsi que son jugement. Sans oublier bien évidemment, sa jalousie ultra maladive risquant de pointer le bout de son nez s’il savait qu’elle attend depuis des lustres une quelconque absence de sa part afin de rendre visite à Caden. Leur dernière rencontre remonte à… beaucoup trop longtemps. Elle s’est inquiétée pour lui lorsqu’il a pris ses distances avec la Crimson Valley, entreprenant une virée en solitaire. Elle l’a cru mort pendant un moment. Peut-être parce qu’elle ne l’imaginait pas capable de survivre seul en dehors de l’enceinte protégée du ranch. Elle se trompait lourdement et elle en est d’ailleurs ravie. Elle ne sait pas vraiment pourquoi elle a toujours eu ce besoin de veiller sur le cadet de la fratrie. Malgré l’apocalypse, malgré la distance s’étant creusée entre eux, ce besoin perdure encore. On ne chasse pas les vieilles habitudes. Et, maintenant, voilà trop longtemps qu’elle passe à côté de lui. Peut-être qu’elle l’a fait exprès, après tout, elle a balancé ses conseils aux oubliettes, fait abstraction de ses paroles et la voilà enceinte jusqu’aux yeux et indéniablement seule. Oui, elle aurait dû l’écouter, trop tard. Quoi qu’il en soit, en apprenant l’absence d’Abel sur ses terres, elle n’a pas tardé à s’engouffrer dans une voiture, prenant la direction de la Crimson Valley. Elle a besoin de le voir, de décrocher, de se vider la tête.

Une fois les terres du ranch foulée, elle se plie aux éternels protocoles de sécurité. Abandonner ses armes, se soumettre à une fouille plus ou moins approfondie (pas trop approfondie cependant, surement que les gardes ont eu des recommandations spécifiques la concernant) et se faire escorter jusqu’à la demeure familiale. D’un pas confiant, elle s’avance sur le perron, accompagnée d’un molosse dont la tête ne lui revient pas. Elle frappe, trois coups, et attend patiemment. Le silence est de plomb jusqu’à l’ouverture de la porte d’entrée. Elle reste encore sans voix quelques instants tandis qu’une tête blonde lui ouvre la porte et que deux soucoupes brunes la fixent sans sourciller. Mini Rhodes en puissance. « Peyton. » Qu’il constate. Il a de qui tenir concernant les accueils chaleureux en tout cas. Aucun doute concernant la paternité d’Abel au sujet de Silas. La scène est plutôt déroutante. Franchement, elle ne sait ni quoi dire ni quoi faire, parce que dès qu’un enfant est dans les parages, elle est comme tétanisée. « Silas… » Awkward. Peut-être qu’elle est soudainement prise de l’envie fugace de faire demi-tour. « Il n’est pas là. » Il est vraiment vraiment flippant si vous voulez son avis. Pourvu que mon marmot ne soit pas aussi creepy, prie-t-elle intérieurement. « Je suis venue voir Caden. » Immédiatement, le petit hausse un sourcil perplexe et suspicieux. Elle s’apprête presque mentalement à subir un interrogatoire de la part d’une gosse de huit ans (ou un truc du genre elle n’est plus tellement sûre). Heureusement, Caden apparaît dans l’entrebâillement de la porte, une petite fille d’un peu près trois ans – à en juger par sa taille et sa démarche approximative - entre les pattes. Il est visiblement de corvée babysitting. « Salut étranger, je peux rentrer ? » Elle esquisse un sourire enjoué, plutôt heureuse de le retrouver après des mois qu’elle ne compte plus. « Il faudrait que tu me sauves du garde collant. » Immédiatement, le garde en question grogne et lâche son bras. Ce n’est pas trop tôt. Elle ne l’aime pas trop lui. « À moins que tu n’aies pas de temps à m’accorder. » Machinalement, elle prend sa mine de chien battu, un air qu’elle maitrise parfaitement.

egotrip




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Riders + j'peux pas j'ai poney
avatar
Riders + j'peux pas j'ai poney
Hurlements : 772
visage : James McAvoy.
crédit : freesia (avatar)
survit depuis le : 21/08/2016
capsules de troc : 1274

MessageSujet: Re: (II) i don’t forget you + caden   Mar 13 Fév - 16:01

Il y a deux types de personnes pour Caden sur terre. Il y a ceux qui passent leur temps à agir et qui réfléchissent après, ceux qui naturellement prennent des décisions, bonnes ou mauvaises mais ne les remettent jamais en question. Et il y a ces gens qui sont tellement pétris d’indécision et de doutes qu’ils s’introspectent parfois juste pour tuer le temps. Ces gens qui ne savent pas arrêter de réfléchir, qui ne posent jamais leur cerveau. Ces éternels insatisfaits s’étonnent ensuite d’être malheureux, ils s’étonnent également de toujours trouver quelque chose de mauvais en eux. C’est parce qu’ils passent trop de temps à chercher leurs démons qu’ils finissent par les trouver. Tout le monde a ses démons, tout le monde vit perclus de doutes et d’incertitudes malgré ce qu’ils croisent. Caden ne sait pas, ou du moins n’a pas conscience, que tout le monde dans le fond vit des remises en question, certains donnent juste mieux le change que d’autres. Certains se trompent même suffisamment bien pour avoir l’impression qu’ils sont heureux bercés qu’ils sont par l’illusion d’une vie parfaite. Ils se complaisent en réalité dans un orgueil mal placé pour une existante tout autant, si ce n’est plus plate, que la moyenne. Pendant les mois qu’il avait passé seul Caden avait eu le temps de remettre énormément de choses à plat. L’une d’elle concernait la jeune femme qui se trouvait à présent dans son champs de vision. Peyton, Peyton le fantasme inassouvi et à peine avoué, Peyton, la douceur et la gentillesse, Peyton la grâce et la beauté, Peyton la femme d’Abel jamais la sienne. Ses sentiments à propos de la jeune femme avait toujours été tiraillé  entre la jalousie latente quasi-pathologique qu’il ressentait envers son frère et une très profonde amitié qui s’était ancrée avec les années. Pourtant, s’il y avait bien une chose que l’homme n’avait pas pu faire c’était se décider à admettre qu’il ressentait quelque chose. Cette flopée de pensées étaient remontées d’un coup dans son esprit en une fraction de secondes alors qu’il avait reconnu la voix qui parlait et que son cœur, comme toujours depuis vingt et un ans, avait loupé un battement.

Chloé dans son sillage, il était venu pour l’accueillir. Elle était là toujours aussi belle, à la fois accessible et pourtant inatteignable.  Il esquisse un sourire en coin en l’entendant parler ainsi de Silas. Il faut dire que c’est pas un gamin facile à comprendre. Peyton n’a rien de la mère, elle est plutôt mal à l’aise et ça se perçoit. « Merci Silas, je vais m’occuper de notre invitée » dit-il tranquillement permettant à l’adolescent de retourner faire dieu seul savait quoi. Vu que c’était le fils d’Abel il avait une possibilité pour qu’il aille tirer à la carabine sur les rongeurs qui trainaient dans le coin. Avec ce gosse, allez savoir. Le mieux c’était encore de ne pas trop se poser de questions et de suivre le mouvement. Caden s’approche de la jeune femme et machinalement, sans doute parce qu’il n’y a pas Abel dans le coin, il  passe une main affectueuse sur son épaule alors qu’il se penche pour lui faire la bise. « ça m’a fait plaisir de te voir. Ça fait bien longtemps j’ai l’impression. » Il lui sourit tranquillement. Il n’est pas encore habitué à ce calme relatif qui arrive parfois à faire son chemin dans son esprit. Il n’est plus aussi crispé qu’avant le vétérinaire. Parfois il a presque l’air calme et de temps en temps si on l’observe à la bonne seconde on pourrait presque dire qu’il est heureux. Ils s’installent ensemble dans le salon alors qu’il ramène du thé, une des rares choses qu’on trouve encore pas trop difficilement dans l’apocalypse, s’installant en face d’elle. « J’ai toujours du temps pour toi. J’ai cru comprendre que tu étais venu me parler, qu’est-ce que je peux faire pour toi ? » demande-t-il simplement avec un sourire chaleureux dans la voix. Elle lui avait manqué, il s’en rend compte quand il constate que parfois ses pensées se perdent dans la contemplation de son visage.
Spoiler:
 

● ● ● ● ●


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Olympians + le monde qui est le mien
avatar
Olympians + le monde qui est le mien
Hurlements : 1303
visage : bryce dallas howard.
crédit : riddermark (avatar) astra (sign)
survit depuis le : 28/09/2016
capsules de troc : 3149

MessageSujet: Re: (II) i don’t forget you + caden   Mar 27 Fév - 15:27



Lighten up, just enjoy life, smile more, laugh more, and don't get so worked up about things.
+++

Silas lui adresse une dernière œillade perplexe et tourne les talons sans mot dire. Elle ne peut s’empêcher de réprimer un léger sourire face à la situation. Il est indéniablement le portrait presque craché de son père, du moins pour ce qui est des expressions faciales. Elle se surprend à imaginer la défunte épouse du cavalier. En tout cas, il a hérité du fameux petit air fier d’Abel et Jenna, c’est sûr et certain, typiquement Rhodes même. Enfin, le garde relâche la pression exercée contre son bras et elle s’extirpe de son emprise, tendant la joue à Caden avant de pénétrer au sein de cette demeure qu’elle connait presque par cœur. « Pratiquement un an même. » Donc oui, leur dernière rencontre remonte à un sacré paquet de mois. En même temps, ils avaient tous les deux leurs problèmes à gérer. Elle doit aussi avouer qu’Abel monopolise la plupart de son temps au ranch, d’ailleurs ce n’est pas pour lui déplaire ou plutôt, ce n’était pas pour lui déplaire. Elle s’en veut peut-être un petit peu d’avoir négligé ses autres relations. Alors autant y remédier, il vaut mieux tard que jamais, n’est-ce-pas ? Machinalement, elle se dirige vers le salon, s’installant confortablement dans un des canapés. Elle soupire de satisfaction, bien heureuse de pouvoir s’asseoir, le bébé commence sacrément à lui peser. Elle pose instinctivement une main bienveillante sur son ventre rebondi, esquissant un sourire sincère alors que le cadet des Rhodes la rejoint, une tasse de thé à la main. Peyton le remercie du regard, humant les arômes de thym et de gingembre. « Tu peux éventuellement faire un lavage de cerveau à Abel. » Afin qu’il soit moins con et emmerdant. Impossible malheureusement. Elle rit légèrement. Plutôt rire que pleurer de la situation actuelle. « Non, en fait, je suis venue prendre de tes nouvelles. » Tout simplement. Elle hausse les épaules, se délectant d’une gorgée de thé. Caden a l’air surpris, en même temps, ce n’est pas étonnant. Qui prend désormais le temps de rendre de simples visites de courtoisie ? « Je voulais constater par moi-même que tu ne t’étais pas transformé en homme des cavernes suite à ton périple en solitaire. » Il a été sacrément courageux et suicidaire si vous voulez son avis. Malgré les circonstances, malgré ses relations tendues avec sa fratrie ou encore la perte de la femme qu’il aimait apparemment, c’est tout bonnement irréfléchi et stupide de se tirer de la sorte, sans même songer aux répercussions. Surtout en connaissant les notions relatives de survie de Caden. « Et puis, j’ai eu connaissance de ta soudaine paternité plutôt inattendue. » C’est certain que c’est plutôt un choc, de se découvrir soudainement père, d’un enfant de trois ans qui plus est. Si seulement Abel pouvait également prendre ses responsabilités, songe-t-elle un peu dépitée par sa propre situation. Plus le temps passe et moins elle a le sentiment que les choses vont rentrer dans l’ordre, s’apaiser entre eux. « Donc, je viens voir si… tu survis. » Aussi, elle avait besoin de quitter Olympia. Elle est à la fois heureuse d’être ici, mais également tétanisée à l’idée qu’Abel puisse débarquer. Elle n’imagine même pas sa réaction, elle ne préfère pas. Peut-être que ça aurait le mérite de le faire réagir. Non, il ne faut pas penser à Abel. Elle se l’est promis, elle doit tourner la page, le rayer de sa vie. Plus facile à dire qu’à faire bien sûr. De toute façon, elle n’est en l’occurrence pas ici pour les beaux yeux et le sale caractère de l’aîné des Rhodes. Non. Elle est ici pour Caden, pour passer un agréable moment sans dispute, sans piques salées et sans regards noirs.

egotrip




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Riders + j'peux pas j'ai poney
avatar
Riders + j'peux pas j'ai poney
Hurlements : 772
visage : James McAvoy.
crédit : freesia (avatar)
survit depuis le : 21/08/2016
capsules de troc : 1274

MessageSujet: Re: (II) i don’t forget you + caden   Sam 12 Mai - 17:45


« Je pense que tu serais étonnée du nombre de personnes qui m’ont déjà demandé ce genre de choses. » Et pourtant, pourtant, ça n’était pas Caden le favori. En général, c’était toujours le second. Il avait moins d’amertume à l’admettre depuis son retour mais il était fasciné par ce fait. Son frère était une personne plutôt détestable par bien des aspects et pourtant il avait autour de lui des gens dévoués qui l’aimaient sincèrement. Des personnes qui étaient des milliers de fois meilleures que lui. Le cadet réalisait lentement mais sûrement que lui avait soigneusement repoussé toutes les personnes qui s’approchaient un tant soit peu de lui. Il ne percevait pas pour autant la différence de comportement entre son frère et lui. Il avait beau se prendre la tête souvent, il ne parvenait pas à comprendre ce mystère. Comme à son habitude, il tergiversait encore et toujours dans son esprit. Il avait remarqué cette tendance certaine chez lui à toujours se poser des questions et se remettre en doute. Pour un peu, il comprenait pourquoi son père l’avait toujours trouvé « sensible ». Il tenait presque plus de la jeune fille que Jenna selon les dires de l’ancien. On ne pouvait pas nier au père Rhodes son humour décapant. « Il y a des gens bien plus rustres ici que moi. » Cette remarque était directement pour le manque de subtilité de son frère. Il poussait de plus tellement de grognements que pour un peu on aurait pu le croire sorti tout droit d’une grotte préhistorique. Il se fendit d’un petit sourire pour montrer qu’il avait bien une idée en tête sur l’identité des « rustres » dans le coin. Il évitait la plupart du temps de nommer des gens dans ses blagues pour que ça ne lui retombe pas dessus plus tard. Son humour avait encore largement besoin de faire ses preuves car il était évident en tous les cas qu’il ne faisait pas l’unanimité.

« Ouais, il semble que je ne sois pas le seul à avoir vécu quelques aventures cela dit. » dit-il en regardant assez clairement le ventre de la jeune femme. « Je suppose que tu pourrais aussi me raconter cette histoire. J’avoue que de mon côté, il n’y a pas tant de choses que cela à dire. Malini me déteste mais ça ne pouvait pas en être autrement. Les choses sont revenus rigoureusement les mêmes avec Abel, comme si je n’étais jamais parti. Ma fi..lle ne voit en moi qu’un inconnu bizarre et je suis incapable de lui dire de vive voix que je suis son p…ère. Tout parait à la fois plus étrange et plus normal. Je ne sais pas bien ce que je peux raconter plus en détail. » En vérité, il n’aurait sans doute pas eu assez de milliers de mots pour expliquer ce qu’il ressentait tellement c’était compliqué et mélangé dans sa tête. Il soupira un long moment. Comme toujours lorsqu’il exprimait un minimum de sentiments, il avait parlé d’une traite sans reprendre sa respiration et relativement vite. Sa voix s’était faite plus basse comme si ça lui coûtait physiquement de se mettre à nu devant quelqu’un. « Je crois pas avoir ce qu’il faut pour être un bon père… » se contenta-t-il d’ajouter en prenant une tasse dans sa main pour en boire le contenu. Peut-être espérait-il que ça lui donne contenance. En tous les cas, il eut du mal à avaler l’eau qui s’y trouvait et s’en étonna lui-même.





● ● ● ● ●


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Olympians + le monde qui est le mien
avatar
Olympians + le monde qui est le mien
Hurlements : 1303
visage : bryce dallas howard.
crédit : riddermark (avatar) astra (sign)
survit depuis le : 28/09/2016
capsules de troc : 3149

MessageSujet: Re: (II) i don’t forget you + caden   Mar 12 Juin - 0:37



Lighten up, just enjoy life, smile more, laugh more, and don't get so worked up about things.
+++

C’est certain même, il existe bien plus rustre que Caden Rhodes, au sein de cette demeure elle peut citer au moins un exemple illustrant ce fait. L’allusion à peine voilée à Abel lui arrache un sourire moqueur. Elle ne sait pas pourquoi elle a le don de s’attacher sans cesse à l’aîné des Rhodes. Peut-être qu’il s’agit d’une malédiction. Oui, c’est exactement cela, elle est maudite. Il a beau se montrer odieux, complètement irascible, sans parler de ses excès de colère, elle est toujours et inlassablement amenée à se retrouver aux côtés d’Abel, dans ses bras. Mais, peut-être que cette fois-ci est différente. Elle en doute tout de même mais elle peut rêver. Cependant, il a été trop loin. Il l’a repoussée alors qu’elle est enceinte, qu’elle porte son enfant. Il la délaisse au pire moment, il s’obstine à s’éloigner d’elle alors qu’elle sait pertinemment qu’il a des sentiments à son égard. Le problème des sentiments, des émotions, c’est qu’ils le rendent humain. Il préfère sans conteste conserver son image d’homme froid et impassible. Elle comprend son point de vue, l’intérêt qu’il a de se détacher d’elle, ce n’est pas pour autant que ça ne l’atteint pas. Au final, elle est presque toujours indubitablement meurtrie par les actes du leader du Ranch. Mais, pour une fois, elle n’est pas ici pour lui. Elle est rassurée de le savoir loin de la Crimson Valley. À vrai dire, elle redoute une énième confrontation. Elle ne veut pas penser à lui, pas maintenant, elle souhaite simplement vivre l’instant présent, en compagnie de Caden.

Elle sourit à la remarque du cavalier, la main caressant avec affection son propre ventre arrondi. Elle hoche simplement la tête. En effet, ce bébé est une sacrée aventure, surtout connaissant l’histoire et la relation de ses parents. Le sourire s’estompe tandis que Caden lui expose ses doutes. Elle ne s’imaginait pas à quel point il pouvait être tourmenté. Elle pensait que les morceaux étaient recollés au sein de la fratrie, que le retour de Caden avait apaisé les esprits, que la découverte de sa paternité l’enchanterait, lui donnerait désormais un but. Mais non, ce n’est rien de tout ça. Le roseau est toujours plus vert dans le marais d’à côté, du moins jusqu’à ce que la réalité nous rattrape, jusqu’à ce que l’illusion se brise et qu’on prenne conscience que ce n’est qu’un absurde mensonge. « Il te faut du temps pour trouver ta place. Tout comme il faut du temps à ta fille pour voir en toi un père. Mais, ce n’est qu’une enfant, elle ne te tiendra pas rigueur de ton absence non souhaitée au cours des premières années de sa vie. De plus, c’est beaucoup plus intelligent qu’on ne le pense, si tu es présent à ses côtés, elle assimilera rapidement la situation. » Elle sait que les mots ne sont pas suffisants pour apaiser le chaos animant Caden. Mais, elle ne peut s’empêcher de tenter de le réconforter, de lui apporter une once de soutien. « Je suis certaine que tu n’es pas seul. Je sais que ce n’est pas facile, mais je pense que tu peux faire confiance à ta famille. Je ne sais pas où en est ta relation avec Jenna, dans mes souvenirs c’était loin d’être parfait, mais je suis persuadée qu’elle est prête à t’aider s’il s’agit de Chloe. » Elle se lève finalement pour rejoindre le cavalier, posant une main rassurante sur la sienne. « Si, tu as besoin d’aide, de compagnie, tu peux toujours passer à Olympia. Je ne suis pas sûre d’être la mieux placée niveau conseils parentaux, mais il parait que je ne suis pas de trop mauvaise compagnie. Enfin, actuellement, Abel dispose probablement d'un autre point de vue concernant mes propos. » Puisqu’il fuit littéralement sa compagnie, il a décidé de couper les ponts, de prendre ses distances, de ne pas s’impliquer outre mesure avec elle, dans cette grossesse. À ses yeux elle est complètement stupide, dénuée d’intérêt et impotente de surcroît.

egotrip



● ● ● ● ●

❝ strong is fighting ❞ it's hard and it's painful and it's every day. it's what we have to do, and we can do it together, but if you're too much of a coward for that, then burn.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: (II) i don’t forget you + caden   

Revenir en haut Aller en bas
 
(II) i don’t forget you + caden
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Why Haiti Can't Forget Its Past
» People who say they sleep like a baby usually don’t have any.
» Damon Moon - "It's time to forget about the past"
» ENEYA • « never forget where you came from »
» ♥ - Forget Your Past

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Influenza :: survivors' last heaven :: Crimson Valley :: Demeure Familiale-
Sauter vers: