AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 
Bienvenue sur Influenza, faites attention à vos fesses, les rôdeurs sont affamés !
N'hésitez pas à jeter un coup d'oeil à nos postes vacants

Nous sommes en mai 2018. L'épidémie a commencé en octobre 2010. Plus d'information sur l'épidémie { + }

Découvrez la playlist officielle d'Influenza !

Partagez | 
 

 (I) you can't go back in time (intrigue 01/2018) + ren

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Riders + j'peux pas j'ai poney
avatar
Riders + j'peux pas j'ai poney
Hurlements : 1211
visage : phoebe tonkin.
crédit : lolitaes (avatar) astra (sign) eli (gif)
survit depuis le : 15/04/2016
capsules de troc : 2107

MessageSujet: (I) you can't go back in time (intrigue 01/2018) + ren   Dim 4 Fév - 21:43



You can't change what's done, you can't go back in time, you can't try to change the hurt feelings or mend the broken hearts. All you can do is learn from your mistakes, and hope you will never regret anything else.

+++

Jenna doit bien admettre que la reconversion du centre commercial n’est autre qu’un succès. Les lieux sont pratiquement méconnaissables, sans parler de cette nouvelle ambiance imprégnant l’endroit, c’est assez indescriptible. L’ère des Rosario est donc bel et bien achevée. Un frisson lui parcourt l’échine rien qu’à l’évocation de ce nom, de cette époque révolue. Elle a du mal à y croire, peut-être que ce n’est pas réel, peut-être qu’elle rêve. C’est un mirage, c’est ça ? Parce que ça lui semble beaucoup plus probable que ce tout nouveau lieu d’échanges. Elle aimerait presque qu’on la pince, histoire de vérifier qu’elle n’est pas en train de délirer. Quoi qu’il en soit, peu importe cette journée pour le moins divertissante, peu importe les éclats de voix, la bonne humeur et tout le reste, rien n’efface jamais les mauvais souvenirs, les démons enfouis et enterrés profondément. Elle a l’impression de suffoquer soudainement. Elle ne peut pas oublier, faire comme si tout allait bien, pas alors qu’elle a vécu un véritable cauchemar ici, des tortures pratiquement dignes de la saga horrifique Saw. Elle n’aime pas y songer, se replonger dans le passé, surtout quand il est désastreux et éprouvant. Elle secoue la tête, comme si ça suffisait à tout effacer, au fond il n’en n’est rien.

Elle n’en peut plus de jouer la comédie, d’ignorer ce nœud à l’estomac, alors elle fausse compagnie à Winona, profitant de son inattention pour se glisser au cœur de la foule, direction la sortie. Elle est presque certaine que la blonde va jurer, la maudire et refréner l’envie de l’égorger pour l’avoir ainsi semée. Elle s’avance franchement, le regard obstinément rivé à l’escalier principal dans lequel elle ne tarde pas à s’engouffrer afin de regagner l’étage inférieur et bientôt la liberté. Autant patienter en compagnie des chevaux, elle en a bien assez vu pour aujourd’hui et ce n’est pas demain la veille qu’elle risque de remettre les pieds dans le coin, pas tant qu’elle n’aura pas chassé ses vieux démons. Encore quelques pas, quelques mètres. Bientôt. Peut-être qu’elle s’empresse trop, peut-être que c’est de sa faute, mais lorsqu’elle manque de trébucher, subissant de plein fouet un coup d’épaule malvenu, elle ne peut retenir sa colère fugace. « Putain, tu ne pourrais pas faire attention ou avoir la décence de t’excuser, espèce de… » Le nom d’oiseau reste bloqué dans sa gorge dès l’instant où elle croise les prunelles sombres de l’individu. Espèce de connard, peut-être pas, Roi de mes deux – comme elle aime le surnommer – est plus approprié aux circonstances. Sincèrement, il ne manquait plus que ça. « Ren. » Constat évident. Actuellement, tout ce qu’elle souhaite, tout ce que son corps peut bien lui crier, se résume en un mot : cours. Oh oui, elle aimerait prendre ses jambes à son cou. Elle ne sait pas quoi dire, quoi faire, elle est comme tétanisée. « Je… Il faut que j’y aille. » Peut-être qu’il s’en contentera ou pas, en tout cas, elle tourne déjà les talons.

egotrip



● ● ● ● ●

❝ one day or day one. you decide. ❞ Always go with the choice that scares you the most, because that's the one that is going to require the most from you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Quarries + le club des clochards
avatar
Quarries + le club des clochards
Hurlements : 203
visage : jon bernthal.
crédit : rogers & eli.
survit depuis le : 28/01/2018
capsules de troc : 473

MessageSujet: Re: (I) you can't go back in time (intrigue 01/2018) + ren   Mer 7 Fév - 20:21




Aaren Diggs & Jenna Rhodes
« can't go back in time »



Sa journée était finalement passée assez vite. En la compagnie de Suzy entres autres, il avait flâné dans le vaste mall aux différents étages et stands, et une fois qu’il avait fait le tour, avait décidé de partir. Il avait vu des stands assez intéressants de certains des membres de la Carrière. Il était heureux pour eux. Qu’ils aient une plateforme plus vaste que la Grande Place à la Carrière. Certes, peut-être que moins de monde viendrait à la Carrière par conséquent. Ils iraient au mall lors des grandes réunions et ça s’arrêterait là. Mais au moins, la Carrière deviendrait plus calme et gérable. Et puis, le mall permettra d’augmenter le rayonnement de la Carrière et de ses membres, en montrant les objets rares qu’ils vendent. Aaren prenait assez plaisir dans le fait que la population de la Carrière était une population hétéroclite, parfois capable du pire comme du meilleur. Cela faisait de lui un leader à la lourde responsabilité de gérer et d’unifier une population si variée. Il quitta donc les quelques connaissances avec lesquels il se trouvait pour prendre direction de la sortie. La journée était loin d’être finie pour certains, mais il avait le sentiment d’avoir vu tout ce qu’il avait à voir et il préférait rentrer tout de suite que de partir avec la masse. Il était en train de contempler les une ou deux babioles qu’il s’était laissé acheter lors de cette visite fructueuse lorsque quelqu’un qui paraissait pourtant de plus petite taille que lui tapa son corps. Aaren avait le physique d’une armoire à glace, on ne pouvait pas exactement le rater, donc quand la personne offusquée commença à l’insulter, ça l’agaça fortement. Il avait besoin de place pour avancer, c’était comme ça, aux autres de se pousser et de le laisser passer. Seulement, quand il comprit à qui appartenait la voix de la peste, son corps se raidit légèrement. Jenna. Leurs regards se croisèrent au même moment, soudain gênés. Aaren ancrait ses prunelles dans les siennes. Longtemps qu’il n’avait pas revu son visage. Il se réappropriait chacun de ses traits, qu’il avait adoré puis fini par détester. La brune se mit alors à bafouer quelques mots embarrassés avant de tenter de prendre la fuite. Aaren serra la mâchoire. Ca n’allait pas se passer ainsi. Pas cette fois-ci. Il n’allait pas encore la laisser filer on-ne-sait-où, ou retourner se terrer au ranch, puisqu’elle savait très bien qu’Aaren n’y mettrait plus jamais les pieds - sauf pour une guerre. Si elle se glissa dans la foule un premier temps, il parvint finalement du bout de son long bras et de son épaisse main à lui attraper le bras et la stopper net dans sa course. « Jenna putain ! » dit-il d’une voix ferme et agacée. Les passants, comprenant bien qu’il ne fallait mieux pas rester là, s’écartèrent de leur chemin et bientôt Aaren put la tirer contre son gré à part dans un coin moins piéton. Aaren resta pensif quelques instants, attendant de voir si elle avait quelque chose à lui dire, mais puisqu’elle restait silencieuse, il prit la parole en premier. « Un an. Quasiment un an qu’on s’est pas vus. J’ai compté. A peu près. Un an que t’as disparu du jour au lendemain, sans même laisser un mot. Et tu comptes te tirer comme ça ? » Il est désarçonné. Défait qu’elle ne comptait même pas s’excuser ou lui expliquer. Même un salut ça va un peu nonchalant lui aurait davantage plu que sa tentative de fuite. « Pour quelqu’un à l’habituel tempérament de feu, tu as certainement beaucoup changé. » Son ton est froid et sincère. Même son visage a changé. Il ne reconnaît plus ses traits. Elle semble étrangère, comme si un autre être était venu prendre possession de son corps. Il attend désormais des explications et s’il doit lui tenir le bras dans tout le centre-commercial comme une laisse à un chien pour en avoir, il le fera sans hésitation.    

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Riders + j'peux pas j'ai poney
avatar
Riders + j'peux pas j'ai poney
Hurlements : 1211
visage : phoebe tonkin.
crédit : lolitaes (avatar) astra (sign) eli (gif)
survit depuis le : 15/04/2016
capsules de troc : 2107

MessageSujet: Re: (I) you can't go back in time (intrigue 01/2018) + ren   Lun 12 Fév - 2:27



You can't change what's done, you can't go back in time, you can't try to change the hurt feelings or mend the broken hearts. All you can do is learn from your mistakes, and hope you will never regret anything else.

+++

Elle fuit. Elle fuit parce qu’il s’agit de l’unique échappatoire s’offrant à elle. C’est son mécanisme de fonctionnement instinctif qui se déclenche lorsque le fameux roi de la carrière est dans les parages, elle n’y peut rien, c’est plus fort qu’elle. Après tout, il lui suffit de se faufiler au sein de la foule, de se montrer plus rapide et habile, ainsi le tour est joué. Elle a l’avantage de sa petite carrure et de son corps menu. Du moins, elle avait, c’était sans compter sur l’obstination débordante d’Aaren Diggs. Freinée nette dans son élan, elle peste, elle réprime même un grognement d’agacement alors qu’il la traîne sans ménagement, la main enserrant fermement son bras. Loin de la foule, légèrement éloignés du brouhaha de cette dernière, le silence s’abat sur eux, la tétanisant sur place. Elle ne sait pas quoi dire, elle ne sait pas par où commencer, ni même comment combler le fossé entre eux. Avant, elle n’était pas comme ça. Elle n’arrive pas à mettre le doigt dessus, à savoir pourquoi désormais elle préfère tenir sa langue face à lui alors que moult tirades sarcastiques se bousculent dans son esprit. Peut-être parce qu’avant, ce n’était pas aussi compliqué entre eux. Oh bien sûr, leur relation n’a jamais été évidente, mais en l’occurrence elle s’apparente essentiellement à un amas de nœuds farouchement entremêlés.

Elle l’écoute, le regard vissé au sien, la mine farouche traduisant son mécontentement. Elle n’aime pas se sentir prise au piège. D’ailleurs, ce qu’elle aime encore moins, c’est cette pointe de culpabilité lui nouant un instant la gorge. Un an, déjà. Un an qu’elle ment, un an qu’elle triche, un an qu’elle se paye sa tronche. Plus le temps file et moins elle a l’impression de pouvoir se délivrer de ses mensonges. Elle serre les dents, contracte la mâchoire, alors qu’il se permet de mentionner sa façon d’agir. Tout le monde change, mais s’il pense sincèrement qu’elle en a perdu son mordant, il se fourre le doigt dans l’œil. « Je suis navrée que mon comportement te déçoive, pourtant je pensais qu’après un an, tu aurais eu l'occasion de t’y habituer. » De s’accommoder de sa fuite, de son absence, de son silence, de son ignorance. Elle ne sait pas exactement pourquoi elle est tout à coup autant sur la défensive, peut-être parce qu’il a immédiatement touché un point sensible. Tout ce flot de mensonges, ça l’a changé. « Si tu veux tout savoir, je n’ai pas franchement eu le temps ni même l’occasion d’écrire mes états d’âme noir sur blanc, alors que j’étais enceinte et que la carrière se trouvait accablée par la mort et la maladie. » Elle n’a pas médité son départ, elle ne l’a pas anticipé, elle a pris la décision sur un coup de tête, parce qu’elle se sentait menacée. « Il fallait que je protège mon bébé. Contrairement à ce que tu peux bien songer je n’ai pas rejoint la Mine par pur instinct de rébellion, ce n’était pas un acte voué à te foutre dans la merde ou à briser l’alliance. » Elle le conçoit, elle peut largement se comporter comme la dernière des garces, comme une véritable connasse même, mais pas à ce point. Elle a toujours tenu aux Diggs, que ce soit le père ou ses mômes, elle a vite regretté la situation dans laquelle elle a fourré Archer.

egotrip



Spoiler:
 

● ● ● ● ●

❝ one day or day one. you decide. ❞ Always go with the choice that scares you the most, because that's the one that is going to require the most from you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Quarries + le club des clochards
avatar
Quarries + le club des clochards
Hurlements : 203
visage : jon bernthal.
crédit : rogers & eli.
survit depuis le : 28/01/2018
capsules de troc : 473

MessageSujet: Re: (I) you can't go back in time (intrigue 01/2018) + ren   Dim 18 Fév - 15:48




Aaren Diggs & Jenna Rhodes
« can't go back in time »



Aaren était pantois, partagé entre la colère et la déception. Il n’aimait pas son attitude. Elle paraissait suffisante et ne semblait absolument pas se sentir coupable de sa fuite qui avait bien mis tout le monde dans la merde, son fils en premier. N’avait-elle réellement aucun remord ? Il fit la moue en serrant les dents. Il avait l’impression d’être en décalé. De ne pas comprendre ses motifs. Son regard reste planté dans le sien, même si la brune détourne pas mal son regard à droite à gauche. Il est comme ça Aaren, il cherche la vérité dans le regard et il n’a pas peur du contact visuel. C’est aussi là qu’il trouve son charisme et qu’il convainc le plus. Pas nécessairement dans les mots ou les belles paroles, bien que cela puisse être le cas, mais aussi dans ses geste et son regard. Les paroles peuvent trahir et mentir, mais les yeux ne mentent pas. Quelque chose cloche. Mais il n’arrive pas à savoir quoi. « De m’y habituer ? Mais j’ai jamais pu te parler ou même te croiser, j’étais censé accepter et te laisser partir tout à l'heure comme si j’en avais rien à foutre ? C’est pas parce que ça fait un an que je veux pas des explications. » Ca paraissait relever du bon sens selon lui. Bien sûr, entre temps, il s’était renseigné, il avait appris sa grossesse. Chose qu’il avait déjà vécu comme une trahison, apprenant qu’elle fricotait aussi avec son désormais feu bras droit. Il s’était probablement douté qu’elle avait rejoint la Mine au moment où la Carrière vivait des moments difficiles et de maladie, par instinct de préservation pour elle et le nouvel être humain qu’elle portait dans son ventre. Mais c’était son silence radio qu’il avait agacé et rendu fou. Ses raisons étaient logiques, Aaren aurait probablement compris. Ce qu’il n’avait pas compris, c’était sa lâcheté. De ne pas aller le voir. Lui expliquer. L’affronter. S’il y avait bien quelque chose qu’Aaren détestait, c’était la lâcheté. « Tu me prends pour un idiot ou quoi ? Tu penses que je n’aurais pas compris et que je t’aurais empêché de partir ? Pourquoi ça tu n’es pas venue me le dire en face ? T’avais peur de quoi au juste ? » Son ton monte et il se rapproche d’elle. Il cherche à la pousser dans ses retranchements. Pas parce que ça lui fait plaisir d’être dans une position de pouvoir. Mais parce qu’il flaire quelque chose, un truc qu’elle ne lui dit pas. « Et tu parles de l’alliance mais tu devais vraiment en avoir rien à foutre de mes enfants et moi pour foutre Archer dans une merde pareille en te barrant comme ça. C’était du vent en fait c’est ça ? Tu t’es rapprochée de moi et de mon bras droit, histoire de faire d'une pierre deux coup ? Tu te fiches complètement de moi, de mes enfants, de mon clan ? » Il se rapproche encore d’elle, jusqu’à ce le dos de la brune ne vienne taper contre un mur, l’empêchant de reculer davantage. Sa tête est baissée vers elle, sondant toujours son regard, sa bouche près de son oreille alors que sa voix grave était venue se rapprocher de son oreille. Il ne voulait pas réellement l’intimider, mais ses airs et sa froideur l’agaçait. Il voulait la sortir de ses gonds. Pour enfin connaître ses vraies intentions derrière son discours probablement bien rôdé.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Riders + j'peux pas j'ai poney
avatar
Riders + j'peux pas j'ai poney
Hurlements : 1211
visage : phoebe tonkin.
crédit : lolitaes (avatar) astra (sign) eli (gif)
survit depuis le : 15/04/2016
capsules de troc : 2107

MessageSujet: Re: (I) you can't go back in time (intrigue 01/2018) + ren   Mar 20 Fév - 22:14



You can't change what's done, you can't go back in time, you can't try to change the hurt feelings or mend the broken hearts. All you can do is learn from your mistakes, and hope you will never regret anything else.

+++

D’habitude, Jenna est téméraire, elle ne fuit pas le regard des autres, elle ne se détourne pas. Mais, en l’occurrence c’est différent, tout est différent. Elle a peur qu’il décèle la vérité au travers ses prunelles fuyantes. Ce n’est pas qu’à la base elle souhaitait lui cacher continuellement et sur le long terme l’existence de Lou et leur lien de parenté pour le moins… Important. C’est surtout qu’elle s’est tellement empêtrée dans ses propres mensonges qu’elle a désormais bien trop la frousse d’affronter la réalité et surtout, la fameuse vérité. Elle n’aime pas lui mentir. Après tout, elle a des sentiments pour lui, c’est certain qu’ils sont partagés désormais et qu’ils ne sont pas du tout clairs. Avant, c’était plus simple, elle se savait attirée par lui ainsi qu’en proie à des sentiments disons amoureux, même si elle n’aime pas l’admettre. Puis, il y a eu le pacte, l’échange, la grossesse, la fuite, le flot de mensonges. Et, maintenant, tout est flou et vague. Ils sont des inconnus avec un passé commun, des souvenirs partagés et des sentiments ébréchés.

Instinctivement, elle recule d’un pas. Il veut des explications. Elle lui doit des explications. Elle n’y arrive pas, pas totalement, elle n’arrive pas à se livrer, à libérer le poids comprimant sa conscience. Le ton grimpe d’un cran tout comme la tension. Elle reste figée, alors qu’il se laisse bercer par l’incompréhension et la colère. Non, elle ne le prend pas pour un idiot. Non, elle n’a jamais eu l’intention de se payer sa tête. Pourtant, c’est ce qu’elle fait, n’est-ce-pas ? Il la pousse, il veut qu’elle soit à bout, mais ça ne fonctionnera pas, pas tout de suite du moins. Elle se mure dans le silence, bouche close. Oui, elle avait peur. De quoi ? Peut-être de sa réaction, tout simplement. Certes, il n’est pas un monstre, mais elle n’avait plus assez confiance en lui à l’époque pour lui avouer son fardeau, lui avouer sa grossesse. Quelque chose s’est brisé depuis l’alliance loupée entre la Carrière et le Ranch. Bientôt, elle se retrouve calée entre le mur et lui, la mâchoire contractée, les poings serrés. Il va trop loin, il sait que c’est faux. Elle s’est démenée pour faire sortir Archer, elle s’est mouillée pour lui. Si, Abel le découvre… Mieux vaut ne pas y songer. « Tu ne veux pas la fermer ou alors arrêter de débiter des conneries ? » Elle relève le menton, croisant les prunelles glaciales du roi. « J’ai fait ce que je pouvais pour sortir Archer du ranch. Je tiens à lui, tout comme je tiens à Ari. Alors, ne dit pas que je n’en ai rien à foutre, c’est faux. » Elle a toujours été proche des progénitures Diggs, elle ne permet pas qu’on remette en doute son affection pour ces derniers. « Et puis, tu divagues complètement ! Je n’ai jamais rien éprouvé pour Zed. D’ailleurs, je te rappelle que tu t’es servi de moi et de ton propre fils pour mener à bien une alliance. Donc, de quoi j’avais peur à ton avis ? De toi. » De lui, de sa réaction du climat, d’Abel, de tout. « Tu devrais peut-être te remettre en question. Ah non, j’oubliais, le fameux roi de la Carrière est irréprochable et touché par la grâce de Dieu, au temps pour moi ! » Elle n’est pas la seule fautive de cette pagaille, ce serait trop simple. Peu à peu, elle se sent imploser, elle n’aime pas ça, c’est souvent sous le coup de la colère qu’on commet des bourdes, comme par exemple : révéler la vérité.

egotrip



● ● ● ● ●

❝ one day or day one. you decide. ❞ Always go with the choice that scares you the most, because that's the one that is going to require the most from you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Quarries + le club des clochards
avatar
Quarries + le club des clochards
Hurlements : 203
visage : jon bernthal.
crédit : rogers & eli.
survit depuis le : 28/01/2018
capsules de troc : 473

MessageSujet: Re: (I) you can't go back in time (intrigue 01/2018) + ren   Sam 3 Mar - 14:32


Aaren Diggs Jenna Rhodes
« can't go back in time »


Ca faisait si longtemps qu’il ne l’avait pas vu qu’il avait Presque oublié l’agréable sensation qui parcourait son corps lorsqu’il s’approchait d’elle. Ce doux picotement qui venait traverser ses muscles et ses veines quand il sentait son souffle à proximité de son visage. Pourquoi était-elle si belle, même lorsqu’elle se murait dans le silence ? Il espérait bien la faire sortir de ses gonds car il ne comptait pas continuer à gueuler tout seul encore très longtemps. Heureusement, une réponse enfin à la hauteur de sa personnalité sortit enfin de sa bouche. Aaren aimait les femmes de caractère, qui n’ont pas peur de donner leur opinion, qu’elles aient tort ou raison. S’il aimait prendre des decisions et avoir le dernier mot, il appréciait néanmoins aussi le débat avant une decision ou un choix. Il appréciait que les choses soient dites. Que toutes les cartes soient posées sur la table pour qu’il ne subsiste pas de malentendu. Et il savait que des malentendus, entre Jenna et lui, il devait certainement en y avoir. En dépit de la rigidité de son ton qu’il aurait mouché dans d’autres circonstances, il se tut et l’écouta pour sa première réponse. Elle semblait sincère mais il nota habilement qu’elle se garda de parler de lui. Elle tenait à Aaren et Arianna. Point barre ? « Et moi ? Je fais pas partie des Diggs auxquels tu tiens c’est ça ? » Sachant qu’ils n’étaient que trois aux dernières nouvelles, la chose était un peu insultante. Mais bon, il devait s’en douter. Peut-être qu’il représentait un trophée à ses yeux, une stratégie de plus du ranch. Mais d’un autre côté, elle avait raison : qu’il souhaite l’admettre ou non, il s’était servi d’elle et de son fils. A l’époque, il ne l’avait pas vraiment vu ainsi, la chose lui semblait pratique et preuve de bonne foi. Il serra les dents ainsi que ses poings à la mention de cet épisode passé, pas sûr de quoi pouvoir lui répondre. Il avait déconné c’est vrai. «  J’ai vu une opportunité et je l’ai saisie. Ton frère n’a eu aucun problème à conclure cette alliance donc si j’étais toi c’est plutôt à lui que je demanderai des comptes, même si je suppose que tout est arrangé désormais et que c’est moi qui porte le chapeau de tout ce merdier tout seul. » Forcément, le complexe du sauveur était parfois associé à celui du martyr lorsque ce qu’il entreprenait se soldait par un échec. Touché dans son égo, il était difficile d’admettre qu’il avait tort. Mais s’il le fallait pour qu’ils aient enfin un semblant de conversation, il était prêt à le faire. Il s’éloigna à la dernière réplique de la brune, mettant fin à cette proximité embarrassante. Il avait les bras ballants qu’il levait, agacé : « Alors oui, t’as raison, j’aurais peut-être pas dû faire ça. J'aurais dû t'en parler. A toi et à Archer. Mais je pensais que t’allais être heureuse ici, excuse-moi d’avoir été optimiste. Je n’avais pas réalisé que pour tromper l’ennui, t’irais jusqu’à coucher avec mon bras droit avant de te barrer, désolé. » Il ne savait pas si le désolé était ironique ou s’il excusait vraiment pour encore avoir remis Zed sur le tapis. Idiote jalousie ou réel sentiment de trahison, il ne saurait vraiment le dire. Ses mains viennent se poser sur ses hanches, contemplant son interlocutrice. « Je ne vois pas ce que t’attend de moi. Que je t’oublie ? Que je te foute la paix ? Visiblement t’as eu aucun problème à vivre ta petite vie sans penser aux conséquences de tes actes jusqu’à présent, mais tu m’excuseras, pour moi la pilule est plus dure à avaler. » Il ne sait pas pourquoi ça l’énerve autant, ça fait un an, ce n’est pas le premier coup de couteau qu’il reçoit ou qu’on tente de lui infliger. Et pourtant la plaie est ouverte, béante, et elle ne veut pas se refermer.

● ● ● ● ●
★I want to shine on in the hearts of men. I want a meaning from the back of my broken hand. Another head aches, another heart breaks. I am so much older than I can take. Over and again, last call for sin. While everyone's lost, the battle is won. With all these things that I've done 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Riders + j'peux pas j'ai poney
avatar
Riders + j'peux pas j'ai poney
Hurlements : 1211
visage : phoebe tonkin.
crédit : lolitaes (avatar) astra (sign) eli (gif)
survit depuis le : 15/04/2016
capsules de troc : 2107

MessageSujet: Re: (I) you can't go back in time (intrigue 01/2018) + ren   Lun 5 Mar - 21:59



You can't change what's done, you can't go back in time, you can't try to change the hurt feelings or mend the broken hearts. All you can do is learn from your mistakes, and hope you will never regret anything else.

+++

Ce serait délibérément mentir que de prétendre qu’elle n’a pas volontairement éludé la question d’Aaren, préférant plutôt continuer sur sa lancée, lui crachant une infime partie de son venin et surtout de son exaspération à la figure. Et lui ? Lui, elle n’y pense pas. Elle ne souhaite pas répondre à cette question, de toute façon, elle ne sait tout bonnement pas quoi répondre. Peut-être qu’elle serait capable d’y trouver une réponse si elle ravalait son ego et sa fierté. Or, c’est bien trop compliqué. Tout le monde sait pertinemment qu’il est plus facile de haïr une personne, ou du moins tenter de la haïr, plutôt que de réfléchir aux réels sentiments que l’on peut bien éprouver pour cette dernière. Alors, elle s’est cantonnée à la carte de l’indifférence – qu’elle a d’ailleurs très bien jouée pendant près d’un an – et maintenant, elle se cramponne à celle de la fausse antipathie et de l’aigreur. Mais, elle a bien conscience que tôt ou tard, elle se devra d’affronter la réalité. Que ce soit la réalité des faits ou de ses propres sentiments contradictoires. Peut-être qu’il sera dès lors trop tard.

Elle se renfrogne un peu plus à la mention de son frère. Non, elle n’a pas tout pardonné. Mais, il est de son sang, qu’est-ce qu’elle peut faire d’autre si ce n’est lui accorder une énième chance ? Rien. Parce que dans un cas contraire, elle se retrouverait dés lors aux portes du ranch. Et puis, de toute évidence, Abel est probablement le seul homme au monde qui peut la blesser sans subir sa rancune éternelle. Elle respire un bon coup une fois son venin déversé, ses épaules se relâchent légèrement tandis qu’Aaren s’écarte d’un pas, brisant leur proximité. Elle est tiraillée entre une sensation de soulagement et d’appréhension. Elle sait qu’il en faut plus pour faire fuir le fameux roi et qu’elle n’est donc pas sortie de ce foutu pétrin. Pas du tout. Jenna ouvre la bouche, la referme aussitôt, manquant de déclarer de but en blanc qu’elle n’a pas couché avec Zed. La belle bourde, elle aurait été sacrément dans la merde suite à cette révélation. Jusqu’à preuve du contraire, Lou n’est pas l’immaculée conception. Pour autant, elle n’en reste pas moins blessée, tout comme elle a envie de lui rire au nez. Depuis quand est-ce qu’une femme est supposée être heureuse d’être le fruit d’un accord entre clans ? N’importe quoi. Sans même parler du fait qu’elle venait d’apprendre sa grossesse au moment de l’échange, quitter la sécurité du ranch pour la carrière ne l’enchantait donc pas du tout. D’accord, ça, il ne pouvait pas le savoir. Elle croise les bras contre sa poitrine, s’efforçant de l’écouter sans interruption, mais pas de bonne foi cependant. Fait chier. Est-ce qu’il sait qu’il la prend soudainement par les sentiments ? Jenna est partagée entre l’envie de détaler, de le secouer et celle de se flageller mentalement pour ses propres conneries. « Tu devrais sincèrement revoir ta conception de l’idée que tu te fais de rendre une femme heureuse. » Elle soupire, un peu mauvaise. Elle sait que l’attaque n’est pas la meilleure des solutions, mais c’est son moyen de défense, sa façon de fonctionner. « J’attends de toi que tu… » D’accord, elle n’en a aucune idée. L’oublier ? Pourquoi cette option la fait grimacer ? Elle repousse cette question dans un coin de son esprit. « Ecoute, je n’ai pas de comptes à te rendre, mais sérieusement ? Tu crois que ma vie est toute rose et parfaite ? Non, bien sûr que non. J’ai longtemps ressassé les conséquences de mes actes, même si encore une fois, Abel et toi avez autant de choses que moi, si ce n’est plus, à vous reprocher. » Elle ne sait pas vraiment où elle veut en venir, ni ce qu’elle veut dire, elle a l’impression de ramer, à moins qu’elle ne se noie… « Et non, je ne t’excuse pas, je n’excuse rien du tout ! » Sans le vouloir, le ton grimpe. Elle a saisi l’ironie de la perche qu’il lui a tendue afin de faire éclater ses propres frustrations. « Tu as tout foiré, tout autant que moi ! Alors, arrête ton petit numéro de martyr ! » Eux, leur relation, tout est foiré. Elle jette un regard assassin aux quelques badauds qui semblent apprécier le spectacle, priant pour qu’aucun cavalier n’assiste à cette scène. Loin d’elle l’envie qu’Abel lui colle aux basques, enfin, elle n’est plus à ça près.

egotrip



Spoiler:
 

● ● ● ● ●

❝ one day or day one. you decide. ❞ Always go with the choice that scares you the most, because that's the one that is going to require the most from you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Quarries + le club des clochards
avatar
Quarries + le club des clochards
Hurlements : 203
visage : jon bernthal.
crédit : rogers & eli.
survit depuis le : 28/01/2018
capsules de troc : 473

MessageSujet: Re: (I) you can't go back in time (intrigue 01/2018) + ren   Dim 11 Mar - 16:31


Aaren Diggs Jenna Rhodes
« can't go back in time »


Cela semblait être le point de paroxysme de leur discussion. Il avait bien l’impression qu’il l’avait poussé dans ses retranchements. Il avait vu ses yeux divaguer, ses lèvres trembler à l’évocation de son attachement pour lui. Il avait beau ne pas être un expert lorsqu’il s’agissait de plaire à une femme, et pourtant il savait qu’elle ne pouvait pas nier ce qui les avaient unis. Il avait posé ses cartes sur la table. Il s’était excusé. Il lui avait dit ce qui lui reprochait à elle et à son frère. Son silence. Le poids qui avait pesé sur ses épaules après son départ. Les heures passés à ressasser son temps ici, comment il aurait pu faire autrement les choses bien qu’il ne voyait pas mille solutions possibles. Elle semble vouloir répliquer et puis finalement elle reste silencieuse, ce qui fait échapper un petit soupir agacé au roi de la Carrière. Il ne comprend vraiment ce qu’elle peut bien avoir peur de lui dire. Il reste là, bras croisés, pas sûr de savoir ce qu’il peut bien ajouter. Elle commence à s’exprimer, visiblement aussi hésitante sur ce qu’elle attend de lui. Il aimerait pouvoir lui parler. Prendre sa main et embrasser sa paume. Lui dire que c’est du passé et qu’ils pourraient éventuellement repartir de zéro. Mais il sait très bien que cela ne fonctionnera pas. Car il aura toujours peur qu’au moindre souci elle décampe au ranch et qu’elle ne cause un nouveau conflit. Car il sait très bien que sa confiance envers la brune s’est brisée et qu’il n’a jamais été aisé de regagner la confiance du quarantenaire. Et puis tout simplement car elle a changé et qu’elle ne semble pas vouloir avoir grand chose à faire avec lui désormais. Il se gratte la tête. « Evidemment que j’ai des responsabilités et que tout ce que je fais finit par déplaire à quelqu’un. Mais contrairement à toi, j’assume les conséquences de mes actes. Je me barre pas comme une malpropre et j’affronte ceux que j’ai ou qui m’ont offensé. » Il pointe du doigt vers le sol, comme pour donner de l’impact à ses paroles. Il pince ses lèvres et se retient de crier lorsqu’elle ne semble pas disposée à l’excuser et qu’elle en rajoute une couche. Ses mains serrent ses hanches jusqu’à les faire pâlir. « Donc quoi, t’as une meilleure idée pour la suite ? Tu me détestes à vie et toutes mes excuses ne pourront rien y changer ? Tu vois pas que je fais un effort ? » Il n’est pas habitué à ce qu’on lui résiste. En tant que Roi de la Carrière, il pourrait décider d’éliminer tous ceux en travers de son chemin ou en désaccord avec lui, mais il s’estime suffisamment juste et tolérant pour pouvoir les écouter et arriver à un compromis. Donc forcément, quand on rejette même ses tentatives, ça l’agace et il se trouve désemparé. La critique de martyr lui revient en pleine gueule aussi évidemment et il ouvre la bouche pour tenter de dire quelque chose mais il ne sait même pas quoi. « Tu ne sais pas ce que… » Il n’est pas sûr de vouloir s’engager sur ce terrain, ce terrain plus personnel qui n’est pas relatif au pacte. Qui n’est relatif qu’à eux. « Tu sais combien de fois j’ai eu envie de me rendre au ranch pour te voir ? Je savais que ça fouterait le bordel mais je m’étais dis que c’était le seul moyen de te voir. J’avais besoin de te voir tu comprends ça ? » finit-il par ajouter, ayant l’impression d’un peu se jeter à l’eau face au mutisme de la brune. « Il n’y a donc plus rien qui nous unit si je te suis ? Chacun de son côté du chemin c’est ça ? » La question était peut-être anodine et sa réponse évidente mais il avait besoin de l’entendre dire. Après ce qu’il venait de lui confesser, il avait besoin de l’entendre dire qu’ils n’avaient plus rien à faire ensembles pour qu’il s’écarte définitivement de sa route.

● ● ● ● ●
★I want to shine on in the hearts of men. I want a meaning from the back of my broken hand. Another head aches, another heart breaks. I am so much older than I can take. Over and again, last call for sin. While everyone's lost, the battle is won. With all these things that I've done 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Riders + j'peux pas j'ai poney
avatar
Riders + j'peux pas j'ai poney
Hurlements : 1211
visage : phoebe tonkin.
crédit : lolitaes (avatar) astra (sign) eli (gif)
survit depuis le : 15/04/2016
capsules de troc : 2107

MessageSujet: Re: (I) you can't go back in time (intrigue 01/2018) + ren   Sam 17 Mar - 18:11



You can't change what's done, you can't go back in time, you can't try to change the hurt feelings or mend the broken hearts. All you can do is learn from your mistakes, and hope you will never regret anything else.

+++

La suite. Elle ne veut pas y réfléchir, parce qu’elle tout bonnement trop compliquée, à ses yeux du moins. La suite c’est la vérité ainsi que Lou. Et, franchement, qu’il le veuille ou non, elle ne voit pas tellement comment est-ce qu’il pourrait bien faire partie de la vie de leur fille. Déjà, il n’est pas question qu’elle la déloge du ranch. Ensuite, Abel ne permettra jamais à Aaren de franchir les limites de la Crimson Valley. Puis, elle a peur de représailles, ça va de soi. Elle n’arrive même pas à concevoir la réaction de Diggs. Donc non, elle ne veut pas y penser, elle ne veut pas remarquer les efforts du roi de la carrière. Elle souhaite juste reprendre son quotidien, aussi jonché par les remords soit-il. C’est plutôt con, mais c’est comme ça, bien qu’à l’heure actuelle elle n’est plus tellement certaine de pouvoir aussi bien continuer à se voiler la face qu’auparavant, pas après cette rencontre, pas alors que quelque chose n’est clairement pas terminé entre eux.

Elle ne sait pas exactement à quel moment précis leur conversation a pris ce tournant, celui des sentiments. Jenna, elle voulait simplement l’énerver, parce que c’est un terrain qu’elle connait, qu’elle n’appréhende pas et qui lui aurait évité de devoir s’ouvrir un peu trop. Elle se mord la lèvre inférieure alors qu’il lui jette ses états d’âme sans crier gare, ce qu’il a ressenti, ce qu’il a vécu sans elle, après la trahison du pacte. Elle est à la fois agacée, touchée et confuse. Elle n’aime pas vraiment ça. Elle a l’impression qu’une alarme clignote dans sa caboche et qu’une petite voix lui dicte haut et fort de fuir illico. Elle s’abstient. Elle le comprend, parce que ça n’a pas été facile pour elle non plus, et qu’il n’a certainement pas arrangé les choses lorsqu’il a accepté de recueillir les chacals. Bref, un détail qui n’a fait que tout envenimer. Les questions fusent et le silence perdure encore. D’un côté, elle a envie de rire, tous les unis, que ce soit Louise ou des sentiments tout cabossés. De l’autre, elle a encore plus envie de prendre ses jambes à son cou. Elle pourrait, mais ce serait mesquin, puis elle n’est pas franchement certaine qu’il la laisserait encore une fois s’adonner à son passe-temps favori en ce qui le concerne. « Je n’ai pas dit ça. » Immédiatement, elle fronce les sourcils à l’entente de sa propre réponse. Elle se fustige mentalement, prenant tout à fait conscience qu’elle vient de louper sa meilleure porte d’issue. Il lui aurait suffi de balancer : non, on n’a plus rien à faire ensemble. Toujours réfléchir avant de parler. « Je veux dire, oui, ce serait plus simple chacun de son côté. » Comment se rattraper lamentablement. Elle se décolle légèrement du mur, souffle d’irritation tout en passant une main dans ses cheveux en évitant soigneusement le regard du carrière. « Enfin, je ne dis pas qu’il n’y a rien, je dis juste que c’est trop tard ! » Elle ne sait pas vraiment pourquoi elle élève la voix, si ce n’est pour la simple et bonne raison qu’il la pousse dans ses retranchements et que franchement, ça la fait royalement chier ! Il ne pouvait pas se contenter de lui crier dessus, non ?

egotrip



● ● ● ● ●

❝ one day or day one. you decide. ❞ Always go with the choice that scares you the most, because that's the one that is going to require the most from you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Quarries + le club des clochards
avatar
Quarries + le club des clochards
Hurlements : 203
visage : jon bernthal.
crédit : rogers & eli.
survit depuis le : 28/01/2018
capsules de troc : 473

MessageSujet: Re: (I) you can't go back in time (intrigue 01/2018) + ren   Dim 25 Mar - 14:57


Aaren Diggs Jenna Rhodes
« can't go back in time »


L’avait-il un jour vraiment connue ? Aaren n’en savait plus rien. Elle le déconcertait. Le rendait fou. De quoi ? Il ne savait pas trop non plus. Lui qui avait l’habitude de tout savoir. D’être au courant de tout. Forcément, la chose n’était pas aisée pour lui. Beaucoup de rancoeur mais aussi beaucoup de non-dits traînaient dans leur conversation. Pour un homme qui valorisait l’honnêteté, la chose le faisait rager. Bouillonner. Oui, les choses auraient été plus simples s’ils se crachaient à la figure avant de s’ignorer royalement pour le reste de leur existence. Mais ce n’est pas comme ça qu’Aaren fonctionnait. Il avait été attaché à elle. Il l’était probablement toujours d’une certaine façon. Il ne pouvait pas simplement continuer sa route. Ne pas se rendre au ranch avait déjà été difficile. Continuer à l’ignorer semblait désormais impossible. Quelque chose restait. Quelque chose de pesant. Il n’arrivait pas à poser les mots dessus mais il la sentait. Cette tension. Il avait d’ailleurs du mal à tenir en place. Il n’arrêtait pas de bouger ses pieds, ne savait pas quoi faire de ses mains et n’arrêtait pas de toucher son visage ou ses cheveux. Il était nerveux. Il s’était excusé. Cela lui avait coûté, mais il l’avait fait. Donc il ne comprenait pas pourquoi cela ne réglait pas la situation. Dans quoi s’était-il encore embarqué ? Alors qu’il s’attendait à une réponse de la brune qui scellerait enfin leur relation et lui permettrait de vivre sa vie sans remords, voilà qu’elle ne souhaite pas lâcher le morceau. Aaren ricane nerveusement. « T’es une sacrée affaire Rhodes. » Paradoxale surtout. Capable de se murer dans le silence pendant presque un an, capable de s’enfuir pour éviter ne serait-ce qu’un mot à son égard, mais à côté de ça, incapable de lui donner ce qu’il veut. La paix. Incapable de le laisser partir peut-être. Ou peut-être que c’est encore lui qui se fait des idées de gamin idiot qui n’entend que ce qui l’arrange. « Si on pouvait arrêter les dramas d’adolescents et qu’on commençait à parler comme des adultes, ça m’arrangerait. » Il a quarante trois ans merde ! C’est ce qu’il se dit. Il est trop vieux pour ces conneries. Elle continue à jouer au ni-oui-ni-non pendant quelques instants, se perdant et perdant Aaren dans ses propos qui s’apprête à la recadrer. Mais il n’a pas le temps de le faire puisqu’un des membres de la Carrière les approche soudainement. « Aaren, désolé mais on a besoin de toi, y’a des rôdeurs qui traînent dehors et il faut organiser nos troupes avant que ça parte en sucette. » Aaren pique du nez avant de regarder son vaillant Carrière. En effet, il faudrait peut-être y aller même si ça ne l’arrange pas. Il sait que Jenna va probablement essayer de se défiler et qu’il n’est pas prêt de la revoir s’il ne prend pas l’impulsion, mais il en fera son affaire. Il donne un signe de tête à l’homme pour lui faire comprendre qu’il les rejoint au plus vite. Puis il se tourne vers Jenna en la pointant du doigt d’un air déterminé. « Ce n’est pas fini. Que tu le veuilles ou non. » Il ne savait pas vraiment de quoi il parlait. De leur discussion, de leur histoire, d’eux ? Il transperça son regard du sien quelques instants avant de finalement s’éloigner d’un pas agacé. Peut-être que démonter un zombie ou deux allait lui faire du bien en définitive.

● ● ● ● ●
★I want to shine on in the hearts of men. I want a meaning from the back of my broken hand. Another head aches, another heart breaks. I am so much older than I can take. Over and again, last call for sin. While everyone's lost, the battle is won. With all these things that I've done 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: (I) you can't go back in time (intrigue 01/2018) + ren   

Revenir en haut Aller en bas
 
(I) you can't go back in time (intrigue 01/2018) + ren
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Influenza :: let's wander the woods :: Zones Urbaines Désaffectées :: Stonebriar Mall-
Sauter vers: