AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 
Bienvenue sur Influenza, faites attention à vos fesses, les rôdeurs sont affamés !
N'hésitez pas à jeter un coup d'oeil à nos postes vacants

Nous sommes en mai 2018. L'épidémie a commencé en octobre 2010. Plus d'information sur l'épidémie { + }

Découvrez la playlist officielle d'Influenza !

Partagez | 
 

 (I) underneath it all, we’re just savages + roman & adel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Quarries + le club des clochards
avatar
Quarries + le club des clochards
Hurlements : 338
visage : adam driver.
crédit : Morrigan (avatar) astra (signature) radamdriver (gifs signature) gaël faye (citation signature).
survit depuis le : 17/01/2018
capsules de troc : 630

MessageSujet: (I) underneath it all, we’re just savages + roman & adel   Sam 3 Fév - 20:52

❝ We're just animals, still learning how to crawl ❞ Were we born to abuse, shoot a gun and run or has something deep inside of us come undone ? Is it a human trait, or is it learned behavior ? Are you killing for yourself, or killing for your savior ?

Somewhere ㅡ At some point « Alby, je peux pas te laisser dire ça. » La femme pose ses mains sur ses hanches, agacée. « Clairement, si on le laisse là, il va trouver un moyen de s’échapper. C’est pas vrai ? » Elle se tourne vers Arlo pour s’enquérir de sa réponse. Il hoche de la tête, peut-être trop calmement étant donné les circonstances. « Tu vois. Faut le tuer tout de suite. » Alby roule des yeux et secoue la tête avec désapprobation. « Oui, mais comme j’arrête pas de te le répéter Lydia, on va pas avoir le temps de le faire sécher avant qu’Erwin arrive. Et sérieux si je dois encore faire du ragoût moi ça m’saoule. » C’est bizarre, s’ils étaient pas le point de le tuer et de le cuisiner, ces deux-là auraient presque l’air sympathique. Arlo s’imagine facilement passer quelques jours sur les routes avec eux à parler de tout et de rien et à chanter. Ça serait facile d’oublier la réalité du monde en débattant avec Alby et Lydia de la meilleure façon de cuisiner le lapin. Sauf que bah… Ouais, ils vont le tuer là. Et leur viande de prédilection n’a pas exactement l’air d’être le lapin.

C’est une histoire trop conne. Hier soir, Arlo s’est endormi sur le toit d’un bâtiment d’une petite zone industrielle sans réaliser que des gens s’étaient également installés dans les étages en dessous. Quand il s’est réveillé, il était attaché à une chaise de bureau, toujours sur le toit, les mains menottées. Une erreur de débutant en somme. Heureusement, ou pas, il semblerait qu’Alby et Lydia soient seuls. Mais pas pour longtemps, car si Arlo a tout bien compris, un troisième bonhomme, Erwin, devrait arriver dans les prochains jours. Il n’a pas la moindre idée de combien de temps il faut pour faire sécher de la viande, mais ça doit bien prendre quelques semaines non ? Et comme l'arrivée d’Erwin est sensée être trop proche pour permettre la préparation d’Arlo-snacks, et oui il s'est inspiré de Scoubi-Doo pour trouver le nom, Erwin pourrait arriver à peu près n’importe quand.

« Bon, alors qu’est-ce qu’on fait ? » Pendant qu’ils continuent de se disputer, Arlo, comme il l’a avoué à Lydia un peu plus tôt, cherche un moyen de se libérer, en gardant le visage le plus impassible possible. « Bah, déjà, il va bien falloir qu’il tienne jusqu’à ce soir, le matos est pas près. » Lydia soupire. « Parce que faut qu’on aille le chercher en plus ? » Alby hoche de la tête sérieusement. « Ok bah attache le là-bas, alors... » Alby passe derrière la chaise et commence à rouler Arlo vers des tuyaux qui entrent et sortent du toit du bâtiment. Arlo lève la tête, surpris. « Vous me tuez pas du coup ? » Lydia lève les bras et les laisse tomber avec dépit sur ses cuisses comme pour dire, je sais, c’est triste. « Nan, c’est chiant, on n'a pas c’qui faut. Puis t’es pas petit aussi, on va pas te traîner sur deux étages en un seul morceau, juste pour te faire plaisir... » La façon dont elle en parle laisse Arlo sans voix. Un sentiment entre l’hébétement et la peur de ces deux personnages. Alby l’attache aux tuyaux et ils s’en vont. Quand il les voit monter dans une voiture garée sur le parking du bâtiment, Arlo est soulagé. Il est en sécurité, mais pour combien de temps ? Sans un miracle, ce soir, il passe à la casserole et pas dans le bon sens du terme.

Il est sur le point d’abandonner et de trouver le moyen de couper une de ses mains pour se libérer quand il entend des voix. Des voix d’hommes. D’habitude, il se serait montré méfiant, mais Arlo n’a plus grand chose à perdre. « Hey ! Hey ! Vous deux en bas ! » Il appelle du haut du petit bâtiment. Ils le cherchent du regard, étonnés de tomber sur quelqu'un dans un lieu aussi déserté. Ils parlent entre eux et Arlo commence vraiment à craindre pour sa vie. Il continue : « Ok, je vois bien que vous hésitez et je comprends carrément. Si je vous dis que deux cannibales sont sur le point de revenir pour me bouffer, vous m’aidez ou pas ? » S'il vous plaît, ne soyez pas des cannibales, je vous en supplie, il se répète à lui-même.

Spoiler:
 

● ● ● ● ●

❝ tôt le matin ❞ Entendre le son des vagues lorsqu'elles s'agrippent à la terre ferme, cultiver le silence, tout est calme, plus rien n'interfère, rechercher la lumière, un jour peut-être trouver la clarté, en nous le bout du monde, faire de son cœur une île à peupler.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Olympians + le monde qui est le mien
avatar
Olympians + le monde qui est le mien
Hurlements : 175
visage : Sebastian Stan
crédit : Avatar : shellhead | Signature : bat'phanie
survit depuis le : 08/01/2018
capsules de troc : 437

MessageSujet: Re: (I) underneath it all, we’re just savages + roman & adel   Dim 4 Fév - 16:56



Underneath it all, we’re just savages
Evil on your mind, trouble at your feet, living by the gun.The Devil's got you beat.
Ils n'ont pas eu le choix et leur pas les mènent vers une petite zone industrielle, d'une petite ville minable. Sans doute entièrement ravagée comme toutes les autres. Les jours se suivent, se ressemblent et Roman en a plein le cul de toute cette merde. En même temps, le russe est en mode blasé sur tout ce qui peut l'entourer, enfin presque, il n'y a que sur un point où ne l'est pas. Ou plutôt avec une seule personne, l'homme qui marche à ses côtés depuis tant d'années. Le seul qui arrive à le faire réagir de manière positive et bien plus facilement qu'autrefois. Le reste, Roman s'en contrefout totalement, les morts ou les vivants c'est devenu du pareil au même pour lui. Les lieux où ils passent, ne sont là que pour voir s'ils peuvent trouver des ressources ou se reposer un jour ou plus. Il n'a pas changé au fil des années le russe, il est même devenu presque pire d'un certain côté, il n'y a bien qu'Adel pour le garder en ligne, pour l'empêcher de dérailler à la moindre contrariété. Tout comme il n'y a qu'avec Adel qu'il est capable de communiquer normalement, cela fait même des années qu'il a cessé de repousser son compagnon et de se montrer distant. Qu'il veuille parler, qu'il veuille un câlin ou un baiser, oui Roman a cessé de feindre l'indifférence depuis longtemps, il prend même les devants par moments. C'est peut-être pas énorme pour n'importe qui mais pour le russe ça veut tout dire. Et surtout c'est important de le préciser pour ce qui va se passer par la suite.

Ils en sont là à approcher de cette zone industrielle et ils discutent à voix haute, sans pour autant gueuler, de ce qu'ils doivent essayer de trouver en priorité. De la bouffe certes, mais ce n'est pas ici qu'ils risquent d'en trouver et ils ont encore de quoi faire pour quelques jours. Non, plutôt voir de quoi ils peuvent vraiment besoin et qui ne peut attendre, il faut dire qu'après ce dernier groupe tombé en ruine, il leur manque pas mal de chose. Mais ils abordent aussi la question de voir à trouver un lieu pour dormir cette nuit, ce qui est à peu près toujours au cœur de leur préoccupation. Du moins celle de Roman parce que là dessus, il continu de penser pour deux, de tout prévoir d'avance. Enfin autant que possible. Il échange juste plus facilement avec Adel sur ce qu'ils peuvent faire ou ne pas faire. Même si le russe reste à guetter les éventuels dangers, il ne sort son arme et ne fait sauter la sécurité qu'en entendant cette voix sortie de nul part. Forcément il en cherche la source avant de lever la tête pour apercevoir un homme sur le toit d'un petit bâtiment non loin d'eux. Ah.

C'était obligé qu'en le voyant, Roman lève son arme par pure précaution avant de marmonner.

- Putain c'est quoi encore que ce truc.

Bon l'autre semble ne pas être armé voir même être attaché sur ce fucking toit et comment dire que ce n'est absolument pas le souci du russe. Sauf que si l'autre est ligoté là haut, ça veut dire qu'il y a d'autres vivants pas loin pour l'avoir fait ou donner l'air de l'avoir fait. Parce que oui forcément, Roman pense directement que ça peut être un piège pour les attirer là. Finissant par se tourner vers Adel et connaissant son compagnon.

- Non, on ira pas le "sauver" Adel. Rien ne nous dit qu'il est pas là haut volontairement...

Roman a beau savoir qu'Adel va protester et vouloir se jeter directement la gueule en avant pour l'aider, cela va aussi vouloir dire, une longue conversation entre eux, enfin normalement...Et l'autre qui en rajoute une couche, des cannibales ? Vraiment ?

- Vas-y prend nous pour des abrutis ducon. Je peux te loger une balle dans le crane d'ici, pas la peine d'essayer de nous attirer vers toi.

Est-ce que Roman à gueulé à l'adresse de l'inconnu ? Mais oui totalement. Est-ce que ça va déplaire à son homme ? Oui aussi.
code by bat'phanie

● ● ● ● ●
Such a funny thing for me to try to explain how I'm feeling and my pride is the one to blame. And I still don't understand just how your love could do what no one else can.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Olympians + le monde qui est le mien
avatar
Olympians + le monde qui est le mien
Hurlements : 121
visage : Chris Evans.
crédit : ROGERS. (avatar) & Astra (signature)
survit depuis le : 07/01/2018
capsules de troc : 205

MessageSujet: Re: (I) underneath it all, we’re just savages + roman & adel   Mer 14 Fév - 18:39


underneath it all, we’re just savages
adel, arlo & roman

« I'm only human. Maybe I'm foolish. Maybe I'm blind
Thinking I can see through this and see what's behind. Got no way to prove it, so maybe I'm blind, but I'm only human after all. »
Ses mains sur les sangles de son sac-à-dos, les pouces en dessous, comme pour soutenir avec ses bras car son dos commençait à morfler. Mais il ne se plaignait pas, il se contentait juste d'avancer en songeant à quand ils trouveront de quoi s'installer pour la nuit.

Quand Roman amorçait la conversation, conversation des plus basiques et habituelles sur ce qu'ils allaient faire, il ne s'attendait pas à ce qu'ils soient dérangés. Honnêtement, avec les années, voir des cadavres ambulants ne le dérangeait plus, il savait qu'ils étaient tout deux plus rapides que ces corps déambulant et que les voir au loin ne changerait rien. Blasé, oui, c'était le mot. Mais il ne s'attendait pas à être hélé. Hein ? Il cherchait l'origine du bruit en regardant autour d'eux. Qu'est-ce que ...?

Mais, qui irait se mettre là-haut volontairement ...?

Réponse qui lui venait juste après avoir posé la question. On vivait dans une époque de fous alors... Il soupirait. Roman l'avait contré un peu trop vite, il le connaissait surtout un peu trop bien et ça l'agaçait. Il n'avait guère le temps de protester que, comme d'habitude, Roman prenait les devants et se montrait assez vulgaire.

Chéri...

Il lui avait mis un petit coup de coude.

Comment tu veux qu'il s'attache là haut avec le temps qu'il fait ? C'est un coup à morfler.

Oui même après tout ce temps, Adel restait sacrément naïf. A s'avancer d'un pas, puis d'un autre malgré les indications de Roman.

On devrait aller l'aider, ou au moins jeter un coup d'oeil...

Bon, il avait dit que d'autres allaient revenir donc, pas le temps de s'éterniser.

Puis d'autres vont bientôt rappliquer, il aurait pu ne rien dire aussi s'il voulait nous chopper, non ?

Si naïf, le Adel. Tellement naïf.
(c) DΛNDELION

● ● ● ● ●
NOTHING ELSE MATTERS
i can do it, as long as you are by my side.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Quarries + le club des clochards
avatar
Quarries + le club des clochards
Hurlements : 338
visage : adam driver.
crédit : Morrigan (avatar) astra (signature) radamdriver (gifs signature) gaël faye (citation signature).
survit depuis le : 17/01/2018
capsules de troc : 630

MessageSujet: Re: (I) underneath it all, we’re just savages + roman & adel   Jeu 15 Mar - 13:16

❝ We're just animals, still learning how to crawl ❞ Were we born to abuse, shoot a gun and run or has something deep inside of us come undone ? Is it a human trait, or is it learned behavior ? Are you killing for yourself, or killing for your savior ?

Somewhere ㅡ At some point Arlo ne s’attendait pas forcément à ce que les deux gars accourent pour le sauver avec de grands sourires chaleureux, mais il doit bien avouer que quand un d’eux, le brun, braque son arme sur lui, il a un mouvement de recul de surprise. Un mouvement pas très grand puisqu’il est attaché, mais quand même. Il se détend en se disant qu’à cette distance, il y a peu de chance qu’il tire dans le mille. Quoi que… Il a pas l’air commode le garçon.

Ils parlent entre eux et l’attitude du deuxième homme, le blond, donne un peu d'espoir à Arlo. Ils ne sont visiblement pas d’accord. Arlo ne peut pas entendre ce qu’ils disent, mais avec un peu de chance, le blond est en train de négocier sa libération. Quelques minutes passent, durant lesquelles il regrette vraiment de ne pas avoir appris à lire sur les lèvres. Des minutes durant lesquelles il réalise aussi qu’il n’a aucune envie de quitter ce monde. Ca lui donne le vertige rien que de le l’imaginer. S’il s’était retrouvé dans cette position il y a quelques semaines, il n’aurait peut-être pas crié à l’aide, mais aujourd’hui ? Il n’a pas envie de mourir. C’est un sentiment étrange quand la mort a été votre meilleure amie pendant des mois, mais c’est la réalité. Arlo veut vivre. Longtemps. Et heureux.

Mais qu’est-ce que ces deux gars en ont à faire ? Finalement, le brun relève la tête vers Arlo et beugle « Vas-y prend nous pour des abrutis ducon. Je peux te loger une balle dans le crâne d'ici, pas la peine d'essayer de nous attirer vers toi. » Ok… Il est visiblement sérieux et Arlo ne voit pas exactement comment il pourrait prouver sa bonne foi. Quand il y pense, il ne sait pas trop s’il se viendrait en aide à leur place. Cela dit “ducon” c’est un peu exagéré.

Mais mourir maintenant ça serait vraiment trop con. Pas après tout ce qui s’est passé. Pas maintenant qu’il a la tête hors de l’eau (métaphoriquement, parce qu’avec la chaleur, quelques gouttes commencent à perler sur ses tempes). « Hey, je doute pas de tes talents de tireur mec, si je pouvais lever les mains en l’air, je le ferais, mais bon... Voilà. » Il bouge les mains dans son dos pour illustrer son propos et continu. « J’vous demande pas de tuer les autres tarés pour moi. Si vous acceptez de me détacher, on est même pas obligé de parler. J’me casse et dans quelques semaines vous m’aurez complètement oublié. » Il a les yeux rivés sur le brun en disant ça. Il veut le rassurer, lui montrer qu’il ne deviendra pas un boulet dont il aura à s’occuper ou une quelconque menace. Encore mieux, qu’ils n’auront même pas besoin d’avoir la moindre interaction sociale après aujourd’hui. Il espère que ça fera son petit effet. Et puis une fois qu’il s’est expliqué, il pose son regard sur le blond avec un sourire qui se veut amical, comme pour dire : mais si tu veux qu’on soit pote, j’ai rien contre. Cela dit, c’est pas sûr que le message soit très lisible à cette distance.


● ● ● ● ●

❝ tôt le matin ❞ Entendre le son des vagues lorsqu'elles s'agrippent à la terre ferme, cultiver le silence, tout est calme, plus rien n'interfère, rechercher la lumière, un jour peut-être trouver la clarté, en nous le bout du monde, faire de son cœur une île à peupler.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Olympians + le monde qui est le mien
avatar
Olympians + le monde qui est le mien
Hurlements : 175
visage : Sebastian Stan
crédit : Avatar : shellhead | Signature : bat'phanie
survit depuis le : 08/01/2018
capsules de troc : 437

MessageSujet: Re: (I) underneath it all, we’re just savages + roman & adel   Sam 17 Mar - 18:07



Underneath it all, we’re just savages
Evil on your mind, trouble at your feet, living by the gun.The Devil's got you beat.
Quand il dit qu'il connaît Adel par cœur, qu'il peut anticiper ses réactions dans à un peu près toutes les situations. Il a bien fait de prendre les devants, encore une fois, même si le russe sait que ça ne va pas en rester là. Et puis l'autre là haut qui en rajoute une couche, de quoi agacer Roman un peu plus encore. Ah ben il l'avait dit ça aussi que la manière dont il a parlé à l'inconnu n'allait pas plaire à son homme. Lâchant un petit « Eh » au coup de coude d'Adel, juste histoire de râler pour le principe alors qu'il n'est pas du tout contrarié par ce mouvement. Il n'y a bien qu'avec son compagnon que Roman est malléable, chose qu'ils savent parfaitement tous les deux. D'ailleurs, des fois le russe se demande si Adel n'en profite pas un peu, beaucoup.

Est-ce que pour la suite, il se retrouve à se faire un facepalm mental ? Non, depuis le temps, il n'est plus surpris de voir son homme être aussi gentil pour ne pas dire naïf, tellement naïf même. Va t-il devoir quand même lui expliquer le pourquoi du comment ça peut être un piège ? Et l'inconnu qui en rajoute une couche, comme si ce qu'il pouvait bien dire risquait d'influencer Roman, le russe en a strictement rien à foutre de sa gueule.

- Dans quelques minutes je t'aurai oublié, ne te donnes pas autant d'importance.

Au moins, il arrive à ne pas ajouter de « politesse » à ses paroles et encore uniquement parce qu'Adel est à côté et que son homme vient de lui rappeler qu'il n'aime pas ça. Adel qui commence à s'avancer, et merde, Roman ne sait pas si son compagnon vient de voir le regard de l'inconnu mais lui oui et c'est un « Vas-y regarde le de trop près et t'es mort. » qui lui passe en tête. Rattrapant son homme, pour l'attirer contre lui en l'entourant d'un bras, le stopper pour qu'Adel lui fasse face et lui parler à voix basse.

- Garde juste en tête que ça peut être un piège, qu'il a peut-être ses copains pas loin qui l'ont attaché là pour nous attirer. On va aller jeter un coup d'oeil, d'accord, mais au moindre mouvement de travers, je n'hésiterai pas.

Ce qu'Adel sait parfaitement, mort ou vivant, Roman n'a jamais montré la moindre hésitation à tirer et s'en débarrasser. Ni regrets, ni remords, il en avait déjà pas avant cette apocalypse, ça n'a pas changé. Et ils ont trop vu et vécu de choses pour que ça commence maintenant.

- Toi et moi, c'est tout ce qui importe.

Une manière pour le russe de dire à son homme qu'il l'aime, une manière peut-être tordue et illogique mais la sienne. Preuve en est, Roman vient l'embrasser juste derrière ses mots, avant de relâcher son homme. Libre à Adel de dire à l'autre qu'ils arrivent ou de dire quoi que ce soit, libre à lui aussi de prendre les devants pour aller dans ce bâtiment mais Roman va rester collé à lui autant que possible.
code by bat'phanie

● ● ● ● ●
Such a funny thing for me to try to explain how I'm feeling and my pride is the one to blame. And I still don't understand just how your love could do what no one else can.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: (I) underneath it all, we’re just savages + roman & adel   

Revenir en haut Aller en bas
 
(I) underneath it all, we’re just savages + roman & adel
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Influenza :: let's wander the woods :: Flashback-
Sauter vers: