AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 
Bienvenue sur Influenza, faites attention à vos fesses, les rôdeurs sont affamés !
N'hésitez pas à jeter un coup d'oeil à nos postes vacants

Nous sommes en janvier 2018. L'épidémie a commencé en octobre 2010. Plus d'information sur l'épidémie { + }

Découvrez la playlist officielle d'Influenza !

Partagez | 
 

 everything is going to be okay (meera)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Wanderers + j'suis seul au monde
avatar
Wanderers + j'suis seul au monde
Hurlements : 15
survit depuis le : 10/01/2018
capsules de troc : 38

MessageSujet: everything is going to be okay (meera)   Mer 10 Jan - 21:48



« Tell me your story
please tell me everything »

Meera Pratibha Kapoor


Nom & Prénom Meera Pratibha Kapoor, ce qui signifie prospère, lumière, talent. Manifestement, ses parents fondaient beaucoup d'espoir en sa personne. Naissance Le quatre novembre 1983 (34 ans), en Alabama à Millbrook (USA). Vie avant l'épidémie Professeur d'histoire et géographie, à la tête d'une association visant à aider les mères célibataires et livrées à elle-même, Meera a toujours été une femme dévouée et engagée. Aînée de sa famille, elle a sans cesse pris soin de sa mère et de sa sœur, s'impliquant également dans la vie et l'éducation de sa nièce, la prunelle de ses yeux. Avant que le monde ne parte en vrille, elle avait décidé de songer un peu à elle, de s'accorder du temps, une fois officiellement en ménage avec son fiancé de l'époque, elle envisageait de fonder une famille dans un futur proche. Futur qui n'arrivera jamais. Vie aujourd'hui Ancienne leader d'une communauté à Millbrook, Meera passe la flambeau à la mort de son mari. Elle retrouve sa sœur, Malini, perdue de vue au début de l'Influenza, qu'elle suit par la suite au Texas. (désormais solitaire mais sous peu →) Elle intègre les rangs de la Crimson Valley afin d'être auprès de cette dernière qu'elle n'a plus l'intention de perdre. Tout naturellement, elle accepte de s'occuper des enfants du ranch, un poste sur mesure, qui lui convient parfaitement. Elle souhaite cependant convaincre sa cadette d'abandonner les cavaliers au profit des olympiens. Meera n'est pas vraiment séduite pas les idéologies du ranch encore moins par Abel Rhodes, elle préférerait largement évoluer au sein d'Olympia, ville qui correspond beaucoup mieux à ses convictions. Elle ne peut pas abandonner Malini pour autant, alors elle serre les dents. Nombre de rôdeurs tués Elle comptait, au début, ce n'était qu'une perte de temps, maintenant le nombre est bien trop important pour tenir les comptes à jour.  Nombre d'humains tués Meurtrière par nécessité et non par choix, les regrets pèsent sur sa conscience. Ils sont au nombre de dix, dix âmes arrachées au monde des vivants. Pas par vengeance, pas par erreur, parce qu'elle le devait. Pour abréger des souffrances, enrayer des transformations. Un devoir comme un autre, un devoir coûteux. Arme(s) de prédilection Un colt 45, celui de son défunt fiancé, une faucille dégotée dans une ferme quelconque et un couteau de poche appartenant autrefois à son beau-père.
Caractère du personnage L’ancienne Meera, la nouvelle, les deux se confondent. Comme tout un chacun, elle a évolué, elle a changé, pour autant elle ne s’est pas le moins du monde transformée en une version radicale d’elle-même, elle reste fidèle à ses principes malgré le monde ravagé dans lequel elle se doit de survivre à présent.
Investie et réfléchie, la jeune femme est une personne organisée. Elle se donne corps et âme pour ceux qu’elle aime, pour les causes qui lui tiennent à cœur, pour ce qui compte réellement. Elle n’est pas du genre tête brûlée, elle réfléchit, cogite, analyse avant d’agir, peut-être trop parfois. Mais, c’est ce qui lui a sauvé la vie plus d’une fois. Du moins, ça et son organisation à toute épreuve. L’improvisation, très peu pour elle. Elle est du genre à calculer le moindre risque, prendre en compte chaque détail, chaque facteur, tout. L’organisation est son maitre-mot, elle sait de quoi elle parle après avoir été à la tête d’une communauté importante, sans ordre le chaos s’immisce bien trop rapidement.
Meera est généreuse, elle a le cœur sur la main. Souvent trop magnanime et beaucoup trop empathique pour son propre bien, elle croit aux deuxièmes chances. Cependant, elle n’est pas une bonne poire. Briser sa confiance à deux reprises et ce sera fini de son éternel douceur.
Dynamique et serviable, elle a du mal à tenir en place. Elle déteste se sentir inutile, elle a besoin d’apporter son aide, de prouver sa valeur. Pas question pour elle de se résoudre à l’inactivité. Elle est partout à la fois, ce qui la rend souvent dispersée.
L’obstination débordante, elle peut se montrer agaçante. Elle n’abandonne pas, elle campe bien souvent sur ses positions, du moins lorsque les arguments allant à son encontre ne sont que piètres. D’ailleurs, elle a la franchise aux bords des lèvres, ce qui est sacrément à double tranchant. Mais, c’est aussi ce qui fait d’elle une excellente conseillère, bien que son comportement directif peut en irriter plus d’un.
Enfin, Meera n’est autre qu’une grande idéaliste. Elle croit en l’humanité, elle ne perd pas espoir. Une qualité comme un défaut. Elle tombe souvent de haut, elle se relève pourtant à chaque fois. Elle sait faire face aux situations douloureuses, dangereuses. Elle sait prendre les décisions nécessaires et parfois dures. Elle n’en reste pas moins incroyablement utopiste, surement que ça lui coûtera un jour la vie.

Derrière ton écran
Prénom & pseudo Laura/crimson tiger. Âge vingt-trois. Pays spéculoos et cuberdons. Où as-tu trouvé le forum ? dans les boobs de mali. Mot de la fin cœur, amour et ken sur vous. Mon personnage est un scénario. Crédit marley smith (avatar)
Code:
<impann>+</impann> [url=http://influenza.forumactif.org/u377]<pris>FREIDA PINTO</pris>[/url] ㅡ [i]meera kapoor[/i]


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wanderers + j'suis seul au monde
avatar
Wanderers + j'suis seul au monde
Hurlements : 15
survit depuis le : 10/01/2018
capsules de troc : 38

MessageSujet: Re: everything is going to be okay (meera)   Mer 10 Jan - 21:49



« Tell me your story
please tell me everything »

(2001, Coosada)
La mort. Un concept plutôt abstrait lorsqu’on y est confronté pour la première fois. Blottie entre sa mère et sa sœur, bien droite face au cercueil, elle enserre aussi fort que possible les mains de ces dernières. Duncan était comme un père. Une figure paternelle de substitution. Peut-être qu’il n’était pas de son sang, pour autant elle l’aimait, il faisait partie intégrante de sa vie, de sa famille. Elle ferme les yeux, soupire profondément, les larmes perlant le long de ses joues. Elle ne sait pas de quelle façon combler l’absence, la perte d’un être cher. Elle se doit d’être forte, elle le sait. Pour sa mère, pour Malini. Elle doit garder la tête froide, reléguer la peine dans un coin son esprit embrumé par le deuil. Elle n’a pas le droit de se laisser abattre ou de baisser les bras. C’est son rôle : épauler les siens, soutenir sa famille, les tenir sur le bout chemin. En somme, maintenir le bateau à flot. Parfois, ou plutôt souvent, elle se sent submergée. Surtout maintenant. Elle se sent prise en piège entre ses obligations familiales et ses nouvelles études à l’université. Elle a la sensation de suffoquer, de se perde, de n’avoir aucune minute pour elle-même, pour respirer et se vider la tête. Elle ne se plaint pas, ce n’est pas vraiment son genre, elle le garde pour elle. Elle a peur d’avoir des regrets mais peu importe, la famille avant tout, elles ont besoin d’elle. Pas le temps de penser à soi, pas le temps pour l’égoïsme. Elle ouvre enfin les yeux, se détache de Malini et Sana, le ventre noué, la gorge serrée. Meera s’avance de quelques pas, s’approche de la tombe. Le cœur lourd, la main empoigne la terre fraîchement retournée avant de jeter cette dernière dans les abîmes. Il faut avancer, tourner la page.

(2002, Millbrook)
Meera n’a jamais tenu d’aussi près un bébé, bien que la réalité du fait ne saute nullement aux yeux, surement qu’elle est naturellement faite pour s’occuper d’enfants. En tout cas, elle l'espère. « Elle est superbe. » Pour un bébé. Elle sourit au poupon désormais paisiblement endormi dans ses bras. Nisha Kapoor. Elle a toujours pensé qu’elle serait la première à donner la vie, elle se fourvoyait largement. Elle n'est pas jalouse, bien au contraire, elle appréhende tout de même ce changement au sein de leurs vies. « Quoique tout de même fripée. » Qu’elle enchaîne, le sourire toujours rivé aux lèvres, adressant un regard amusé à Malini. Elle ne dit que la vérité, ni plus ni moins. « Elle est parfaite, c’est une Kapoor. » Pas faux, elle marque un point. Elle se lève finalement, redéposant délicatement la petite au creux de son lit. La situation lui semble en quelque sorte irréelle, elle ne réalise pas, pourtant elle a eu neuf mois pour se préparer à la naissance de Nisha. Il n’empêche qu’elle craint pour sa sœur, pour l’avenir de cette dernière, pour celle de de sa nièce. Rien n’est simple, rien n’est joué d’avance, les Kapoor ne roulent pas sur l’or. Elle est aussi triste d’un côté, triste de savoir que Malini renonce à sa bourse, à ses rêves. Mais, ce n’est qu’un mal pour un bien. « Tu as complètement raison, c'est un argument imparable. » Elle rejoint sa cadette, s’allongeant à ses côtés sur le lit d’hôpital. Elle doit se sentir terriblement seule, du moins, c’est ce qu’elle imagine, elle n'est pas dans sa tête. Bien qu’elle ne le soit certainement pas. Elle est là, tout comme leur mère. « Comment tu vas, toi ? » Elle vient de mettre un bébé au monde, alors probablement que la question n’est pas franchement la bienvenue. Surement qu'elle a connu mieux. « J’ai l’impression d’être passée sous un rouleau compresseur, mais je suis heureuse. » Doucement, ses doigts s’entremêlent aux cheveux de Malini, le geste et sa présence se voulant rassurants, apaisants. Tout ira bien. « On va gérer. Tu vas gérer, j'en suis persuadée. » Elle en est même intimement convaincue. Malini est forte, les Kapoor sont soudées, il ne peut en être autrement. Ce sont elles contre le monde et ses aléas.

(2008, Montgomery)
La pancarte tendue dans les airs avec vigueur, Meera est bien décidée à faire entendre sa voix. Elle a toujours lutté contre les injustices, défendu les causes qui lui tiennent à cœur. Alors forcément, elle ne pouvait manquer à l’appel, pas cette fois, pas quand ça concerne les droits de la femme. La jeune femme n’a pas grandi et évolué au sein d’un climat favorable. L’Alabama berceau du racisme ou presque du moins. Elle débutait mal dans la vie, entre sa condition de femme et sa couleur de peau reflétant ses origines indiennes, elle n’a pas vraiment eu de répit. Pourtant, elle ne s’est jamais réellement laissé atteindre. Garder la tête haute, croire en ses convictions, avancer en rabâchant le clapet d’imbéciles, c’est ce qu’elle a toujours fait ou du moins ce qu’elle s’est toujours efforcé de faire. La pancarte cogne avec fracas le sol tandis qu’elle se rattrape de justesse à un parfait inconnu. Elle n’a pas le temps de remercier ce dernier que deux mains puissantes lui agrippent les épaules. « Lâchez-moi ! » qu’elle s’époumone, décochant un coup de pied dans le tibia de son assaillant. Pourtant, il n’a de cesse de la secouer comme un prunier, tout en vociférant des insanités quasiment incompréhensibles. Il n’est manifestement pas sensible aux droits de la femme ce connard. Elle s’apprête à faire elle ne sait trop quoi au juste, crier, s’agiter, cogner ou même un savant mélange des trois, pour autant l’étau autour de ses épaules se desserre. Elle respire à nouveau, s’éloigne machinalement de quelques pas. Lorsqu’elle relève les yeux, le connard est par terre, vociférant toujours autant mais cette fois en se tordant de douleur. « Tout va bien ? » Elle sursaute, pas certaine de comprendre ce qu’il vient tout juste de se dérouler sous son nez. « Je ne suis pas une demoiselle en détresse. » rétorque-t-elle du tac au tac sans aucune raison particulière si ce n’est par fierté mal placée d’avoir été secourue par un homme. « Tant mieux, parce que je ne me prétends pas prince charmant. » Elle réprime un sourire. Au moins, les choses sont claires entre eux. « On se partage ma pancarte ? Elle n’est pas aussi parlante que la votre mais je suis certain qu’elle fait son petit effet. » Un rapide coup d’œil à la foule lui permet de comprendre que l’autre connard s’est vengé sur sa pancarte certes criante mais néanmoins véridique. « Je pense que ça fera l’affaire. Merci. » Elle lui enjoint le pas, regagnant les autres manifestants, agréablement surprise par cette nouvelle rencontre. Et, ce n’est que le début d’une idylle, la leur.  

(2010, Montgomery)
« Tu as des nouvelles de Malini et Nisha ? » John. La jeune femme sursaute, porte une main à son cœur, surprise par cette intrusion soudaine. Elle jette un coup d’œil à l’imposante horloge murale trônant fièrement au-dessus du sofa. Dix-sept heures. Il ne devrait pas être rentré, pas encore. « Elles vont bien. Il parait que leur quartier est sécurisé. » Elle le cache plutôt bien, mais dans le fond, ça la tue de les savoir aussi loin, de ne pas pouvoir leur prêter main forte. Elle prie intérieurement pour la sécurité de sa cadette ainsi que celle de sa nièce. « Qu’est-ce que tu fiches ici ? Je pensais que tu ne serais pas de retour avant dix-neuf heures. » Non pas qu’elle ne soit pas heureuse de l’avoir à ses côtés, bien au contraire. Elle s’avance de quelques pas, lui volant un baiser au passage, avant de disparaître dans leur chambre. « La situation se dégrade au fil des heures, c’est la panique en ville. Tu as terminé nos bagages ? » Elle n’aime pas le ton qu’il emploie, la nervosité qui anime sa voix. Elle n’a pas osé allumer la télévision aujourd’hui, ni même la radio. Elle ne supporte plus vraiment le flot continu de mauvaises nouvelles. « Presque. » Elle enfourne un t-shirt quelconque au fond du sac à dos. Bouteilles d’eau, boites de conserve, vêtements, trousse de secours, médicaments. Elle liste mentalement tout ce qui pourrait leur être utile dans les semaines ou mois à venir, en espérant que ces semaines ou mois ne se transforment pas en années. « Qu’est-ce qu’il s’est passé ? T’as l’air… bouleversé. » Quelque chose cloche. Il est plutôt bon comédien pourtant, à l’exception près que ça ne fonctionne pas avec elle. Elle s’empare de ses mains, pressant ses paumes contre les siennes. « Liam est mort. » Elle accuse le coup, reste de marbre. Elle comprend mieux son attitude. Liam, son collègue, ami de longue date, partenaire de coup foireux. Elle l’appréciait tout autant qu’elle le détestait pour lui voler son fiancé presque tous les vendredis soir. « Je suis désolée. » Elle ne demande pas comment, pourquoi, évite les questions, elle ne préfère pas remuer le couteau dans la plaie. Et puis, elle a entendu certaines rumeurs à propos d’un symptôme du virus incluant le cannibalisme. « Il faut qu’on rejoigne ta mère maintenant. Il faut absolument quitter la ville le temps que ça se calme. » Elle hoche la tête, inspire un grand coup. Tout part en vrille. « Je termine les sacs. » Elle lui fait confiance. Elle doit avouer qu’elle a également hâte de retrouver sa mère, de la savoir saine et sauve. Elle ne s’exécute cependant pas tout de suite, enserrant son fiancé de ses bras frêles, la joue posée contre son buste, elle ferme les yeux, écoute les battements de son cœur, lui insuffle du réconfort, s’insuffle à elle-même du courage pour la suite.

(2012, Millbrook)
La vie reprend son cours ou du moins, c’est ce qu’elle s’imaginait. Après avoir rejoint Coosada et sa mère, l’armée n’a pas tardé à flancher, traçant sa route. Elle n’en veut pas vraiment à ces hommes et femmes autrefois dévoués à leur nation. Après tout, tout s’est effondré, le gouvernement, les forces de l’ordre, … Chacun pour soi donc. Pourtant, le groupe est resté soudé, même après le départ de ceux qui étaient supposés les protéger. La solidarité a vaincu, fait étonnant. La communauté a donc migré vers Millbrook, le berceau de sa petite enfance. C’est certain qu’entre les diverses ressources déjà présentes sur les lieux sans parler de la proximité avec la ville, leurs chances de survie étaient décuplées. Un semblant de civilisation s’est réorganisé de manière pour le moins harmonieuse, elle en est elle-même surprise. Elle s’est trouvé une place dans cette nouvelle communauté, tout comme sa mère, tout comme son fiancé. Elle a continué à prendre soin des autres, à enseigner, à s’occuper des plus jeunes. Elle a appris à vivre sans aucune nouvelle de Malini et Nisha, gardant espoir malgré tout. Peut-être qu’elle est trop optimiste, surement même. Et puis, son monde, trop beau, trop parfait par les temps qui courent, s’est effiloché. Son modèle, sa mère, malade. La grippe ou une connerie du genre. Une maladie anodine autrefois. Elle n’y a pas survécu. La main de John pressant son épaule, elle ferme les yeux, assise au côté du corps inerte de sa mère. Elle n’est plus. « J’ai besoin d’être seule. » Une larme parmi tant d’autres perle le long de sa joue alors qu’elle observe à nouveau le visage sans vie de cette femme qu’elle aime, qu’elle aimait, plus que tout. « Il faut… » Meera secoue la tête. Elle sait. Pas besoin d’instruction. « Je sais, laisse-moi. » Elle s’en veut de se montrer dure et distante avec John. Elle n’arrive tout simplement pas à faire semblant. Il s’éclipse dans le silence. Les minutes défilent, à moins que ce ne soit des heures, sans qu’elle ne quitte sa mère. Elle n’arrive pas à lui dire au revoir, c’est trop éprouvant. Alors, elle attend, elle attend son réveil, le moment où la réalité surgira brusquement. Il faut qu’elle se la prenne en pleine face, elle en a besoin pour avancer. La transformation s’apparente à une éternité. Finalement, les doigts s’animent, un grognement sourd s’échappe du corps soudainement ravivé, les yeux vitreux l’observent et, la lame s’enfonce presque immédiatement dans le crâne. Tout est terminé. Elle s’effondre, et elle pleure, elle pleure jusqu'à épuisement.

(2015, Montgomery)
« Je t’avais bien dit qu’on aurait dû éviter le Maxwell Boulevard et couper par les petites ruelles, ça nous aurait évité d’être pris entre deux hordes et de devoir camper dans cette vieille bâtisse aux allures de film d’horreur. » Les bras croisés contre sa poitrine, un sourire railleur rivé au visage. Elle a raison, il a tort, d’ailleurs il en a parfaitement conscience. John roule des yeux avant de s’introduire dans la demeure d’un pas prudent. Aucun signe de mordeurs au premier abord. « Tu es agaçante. » qu’il rétorque à voix basse, le ton moqueur. Elle le reconnait, elle est agaçante certes, mais cependant elle n’en reste pas moins ingénieuse et organisée. « Je vais vérifier l’étage, je te laisse le rez-de-chaussée. » Elle s’élance dans les escaliers en marbre – quel luxe ! -, pas le moins du monde effrayée. Elle y est habituée, aux morts, aux claquements de dents, à la puanteur, la chair putride, ça ne lui donne plus de haut-le-cœur, plus maintenant. « Oui, Maître Yoda ! » Elle soupire, amusée par la voix s’élevant dans son dos. Il est impossible. Elle ne tarde pas à fouiller l’étage. Rien à signaler, si ce n’est un corps déjà achevé, le travail a été mâché. La paume toujours fermement enserrée autour de la faucille lui servant d’arme de prédilection, elle reprend calmement la direction des escaliers après une fouille rapide de l’armoire à pharmacie pratiquement vide trônant dans la salle de bain. Soudain, un cri suivit d’un brouhaha indéfinissable. Il n’en faut pas plus pour qu’elle entreprenne une course effrénée en direction des bruits de lutte. Elle dévale les escaliers, bifurque à gauche, s’engouffre dans une grande pièce ouverte faisant office de cuisine/salle à manger. John est allongé sur le sol, les phalanges enserrant la gorge du putréfié, la seconde main cherchant à tâtons son couteau de chasse. Elle comble la distance les séparant en moins d’une seconde. Le bras levé, l’arme s’abat fermement, perçant le crâne du cadavre s’effondrant mollement sur son fiancé. « Qu’est-ce que tu ne ferais pas sans moi ! » Deux points pour Meera Kapoor, zéro pour John Mayfair. Il rumine, repousse sans ménagement le cadavre tandis qu’elle se moque. « Je serais perdu. Ou bien mort. Ou encore un semi-mort prêt à te croquer. » Véridique. Elle acquiesce en silence alors qu’il s’empare de sa main, la poussant à le suivre. Ils déambulent au cœur des larges couloirs, atterrissent finalement dans un grand bureau au sein duquel deux corps gisent, baignant dans leur sang au beau milieu de la pièce. Ils sont côte à côte, une balle dans la tête de chacun. Suicide, charmant. « Merci pour ce spectacle, c’est vraiment très romantique. » Du véritable romantisme post-apocalyptique. Elle ne saisit pas tout de suite, pourtant il l’oblige à s’approcher un peu plus encore. « Regarde leur annulaire. » Elle s’exécute, la mine perplexe. Puis, l’illumination. « Des alliances. » Elle esquisse un sourire. D’accord, elle comprend mieux. Depuis qu’ils se sont mariés il y a quelques semaines de cela, sous le regard bienveillant d’un ancien pasteur, John ne pense plus qu’à leur dénicher des alliances. « Tu sais, il y a une chance sur dix qu’elles nous aillent. » Et, la chance ne fût pas de leur côté, pour autant ça ne les a pas empêchés de porter ces deux anneaux autour de leur cou, un symbole comme un autre.

(2017, Millbrook)
Et, son monde s’écroule, vole en éclats. Meera Kapoor est vide, creuse, ou presque. Elle aimerait ne rien ressentir, n’être qu’une simple enveloppe charnelle sans aucune émotion ou faire partie de ces personnes dont le cœur est si froid qu’ils n’éprouvent aucune peine. Ce n’est pas le cas, c’est loin de l’être. Elle a l’impression d’être incomplète. Il lui manque quelque chose, il lui manque lui. Elle ferme les paupières, pinces ses lèvres. Elle n’arrive plus à refouler les sanglots ni même les larmes. Elle est paumée, perdue. Elle est quoi sans John ? Elle est quoi sans Sana, sans Malini, sans Nisha ? Pas grand-chose, une vieille relique d’elle-même. Machinalement, elle triture son alliance, repense aux bons moments. Plus jamais elle ne reverra son sourire. Plus jamais elle n’encaissera ses blagues lourdes. Plus jamais elle ne l’entendra lui murmurer des mots tendres. Elle s’enlise ici, sans lui. Elle se relève finalement, se plaçant face à un miroir presque intact. Triste reflet. Les joues creusées de larmes, le regard éteint. Elle serre les poings, détache ses iris de cette image d’elle qu’elle ne veut plus croiser. Elle n’en veut plus, de son poste de leader, de son statut de conseillère, de cette communauté, de ces responsabilités qui représentent à présent un poids. Meera sans John, sans sa famille, sans ses repères, ce n’est plus la même personne, ce n’est plus elle. Le poing s’élève, rencontre avec fracas l’image dont elle ne veut plus, fissure le miroir. Elle a besoin que son existence reprenne sens, elle ne peut pas abandonner, jamais.

Spoiler:
 


● ● ● ● ●
❝ Fall seven times, stand up eight. ❞ Whether you choose to move on and take a chance in the unknown or stay behind, locked in the past, thinking of what could've been. I don’t want to live in the past anymore. I’m so lonely here, there’s nothing for me here anymore.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wanderers + j'suis seul au monde
avatar
Wanderers + j'suis seul au monde
Hurlements : 15
survit depuis le : 10/01/2018
capsules de troc : 38

MessageSujet: Re: everything is going to be okay (meera)   Mer 10 Jan - 21:49


● ● ● ● ●
❝ Fall seven times, stand up eight. ❞ Whether you choose to move on and take a chance in the unknown or stay behind, locked in the past, thinking of what could've been. I don’t want to live in the past anymore. I’m so lonely here, there’s nothing for me here anymore.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wanderers + j'suis seul au monde
avatar
Wanderers + j'suis seul au monde
Hurlements : 42
survit depuis le : 07/01/2018
capsules de troc : 85

MessageSujet: Re: everything is going to be okay (meera)   Mer 10 Jan - 22:09

Ce choix d'avatar de malade *w*

Rebienvenue ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wanderers + j'suis seul au monde
avatar
Wanderers + j'suis seul au monde
Hurlements : 51
survit depuis le : 08/01/2018
capsules de troc : 113

MessageSujet: Re: everything is going to be okay (meera)   Mer 10 Jan - 22:16

Re-bienvenue par ici
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Riders + j'peux pas j'ai poney
avatar
Riders + j'peux pas j'ai poney
Hurlements : 823
survit depuis le : 26/10/2016
capsules de troc : 1364

MessageSujet: Re: everything is going to be okay (meera)   Mer 10 Jan - 22:28

T'ES LA T'ES LA T'ES LA :elanor:
Et t'es trop belle.

Spoiler:
 

Je meurs de bonheur et d'amour, merci d'avoir pris mon scénario, il pouvait pas tomber dans de meilleures mains.

PS : Maintenant t'es obligée d'être gentille avec moi avec au moins un de tes persos.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Miners + on pioche tic toc
avatar
Miners + on pioche tic toc
Hurlements : 136
survit depuis le : 25/09/2017
capsules de troc : 240

MessageSujet: Re: everything is going to be okay (meera)   Mer 10 Jan - 23:34

Encore toi

Re-bienvenue chez toi

Freida est à tomber, quel choix (je n'irai pas jusqu'à mignonne pour l'heure mais qui sait !) Je doute pas que tu t'éclates avec Malili en lien principal Ni que tu nous pondes encore une petite merveille qu'on se le dise Bon courage pour la rédaction
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Invité
Invité

MessageSujet: Re: everything is going to be okay (meera)   Mer 10 Jan - 23:54

Rare image de tous les comptes de Pey réunis :
Spoiler:
 

Rebienvenue chez toi
Revenir en haut Aller en bas
Olympians + le monde qui est le mien
avatar
Olympians + le monde qui est le mien
Hurlements : 1282
survit depuis le : 14/10/2016
capsules de troc : 1762

MessageSujet: Re: everything is going to be okay (meera)   Jeu 11 Jan - 0:12

La seconde plus belle La seconde plus merveilleuse Je suis ravi de te voir céder à la belle-soeur-trop-belle Pis Oly Faut attirer Malini maintenant
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Miners + on pioche tic toc
avatar
Miners + on pioche tic toc
Hurlements : 930
survit depuis le : 04/08/2016
capsules de troc : 1759

MessageSujet: Re: everything is going to be okay (meera)   Jeu 11 Jan - 6:43



● ● ● ● ●
 
BLOOD IN MY EYES
SAVE ME FROM THIS DARKNESS



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Miners + on pioche tic toc
avatar
Miners + on pioche tic toc
Hurlements : 1921
survit depuis le : 10/10/2016
capsules de troc : 2992

MessageSujet: Re: everything is going to be okay (meera)   Jeu 11 Jan - 14:37

Tu es partout avec toutes tes personnalités
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Olympians + le monde qui est le mien
avatar
Olympians + le monde qui est le mien
Hurlements : 521
survit depuis le : 04/08/2016
capsules de troc : 800

MessageSujet: Re: everything is going to be okay (meera)   Jeu 11 Jan - 20:53

Comment t'arrive à gérer tous tes comptes, omg
Mais une Kapoor, c'est que du bon (viens on ken stp)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Olympians + le monde qui est le mien
avatar
Olympians + le monde qui est le mien
Hurlements : 386
survit depuis le : 24/07/2017
capsules de troc : 819

MessageSujet: Re: everything is going to be okay (meera)   Jeu 11 Jan - 22:18

Bienvenue sur Influe. I love you Quand tu veux on ken, tébelle.
Dépêche-toi de finir cette fiche ou je te carre mon pied dans ton cul.

(ps : si tu as des questions n'hésite pas à contacter le staff. )


Spoiler:
 

● ● ● ● ●
nos âmes, aux frontières du chaos
©crack in time
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wanderers + j'suis seul au monde
avatar
Wanderers + j'suis seul au monde
Hurlements : 33
survit depuis le : 06/01/2018
capsules de troc : 77

MessageSujet: Re: everything is going to be okay (meera)   Lun 15 Jan - 14:48

Re-bienvenue dans le coin alors ! tongue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wanderers + j'suis seul au monde
avatar
Wanderers + j'suis seul au monde
Hurlements : 15
survit depuis le : 10/01/2018
capsules de troc : 38

MessageSujet: Re: everything is going to be okay (meera)   Mer 17 Jan - 18:00

Adel & Roman, merci à vous deux I love you Et oui du coup, le (re)bienvenue est de mise, je suis ici en tant que cinquième identité (et dernière, normalement)

Malini, je suis certes obligée d'être gentille, mais peut-être que du coup ce sera deux fois pire sous Jenna Je ne te remercie pas pour avoir créé ce scénario, tu pues, déjà que j'ai plus de vie Mais, d'accord, j'avoue, ça me change un personnage gentil et moins chiant que les autres (a priori) Et puis, on est bonne

Douglas, tu veux juste pas avouer que je suis mignonne tu ne veux pas me complimenter voilà tout Pour la merveille, rien n'est moins sûr, les fiches c'est saoulant quand même Arrow

Arte, cette image est parfaite, je trouve que tous mes personnages sont en beauté là-dessus Bon, maintenant je t'attends sous ton autre personnage, je suis dans tous les groupes alors on trouvera forcément un lien pour faire le deuil du Artenna

Bass, la seconde ? Et, Elsie alors ? Je me sens trahie, tu me mérites pas ni en sœur ni en belle-sœur voilà #drama Mais merci quand même vieux barbu, par contre je t'ai trahi aussi du coup, ce sera d'abord rider

Billie d'amour,

Casey, je veux dominer le monde, c'est pour ça

Mina, je n'ai aucune réponse à ta question, je ne pense pas vraiment que j'y arrive, je patauge toute l'année Peut-être que maintenant je vais carrément me noyer (allez, ok pour le ken, histoire de faire le deuil de reese :winobel: )

Adam, c'est trop gentil pour être sincère tout ça Tu devrais d'abord t'occuper de ken Peyton et Jenna et ensuite seulement, on causera de comment tu auras éventuellement la possibilité de ken Freida Pinto Fuck Fuck Fuck
Spoiler:
 

Raylan, merci sexy barbu

● ● ● ● ●
❝ Fall seven times, stand up eight. ❞ Whether you choose to move on and take a chance in the unknown or stay behind, locked in the past, thinking of what could've been. I don’t want to live in the past anymore. I’m so lonely here, there’s nothing for me here anymore.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Riders + j'peux pas j'ai poney
avatar
Riders + j'peux pas j'ai poney
Hurlements : 823
survit depuis le : 26/10/2016
capsules de troc : 1364

MessageSujet: Re: everything is going to be okay (meera)   Mer 17 Jan - 19:03




« we're all gonna die »
Tu es parfaite. Je t'aime. Sois gentille avec moi. Aime-moi.

Sinon plus sérieusement, c'est impeccable, j'adore Meera sous ta plume.


Et te voilà officiellement validé/e ! Pour commencer, il te faut remplir ton profil, afin que les membres en sachent plus sur toi et ce, d'un simple coup d'oeil. On t'invite ensuite à revendiquer ton titre tes responsabilités, si tu en as. Et, si ce n'est pas déjà fait, pense à t'inviter dans le flood ou sur la chatbox, question d'intégration.

Pour bien démarrer, tu peux poster une fiche de liens (en pensant bien à la tenir à jour) et en demander aux autres, créer un scénario si tu as des besoins précis ou un pré-lien s'ils le sont moins. On rappelle qu'il faut impérativement poster un sujet d'activité et que les Wanderers doivent intégrer un groupe dans le mois qui suit leur validation.

Tu peux maintenant gambader librement sur le forum et surtout RP.

Et tout le staff d'Influenza te souhaite un bon jeu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Wanderers + j'suis seul au monde
avatar
Wanderers + j'suis seul au monde
Hurlements : 15
survit depuis le : 10/01/2018
capsules de troc : 38

MessageSujet: Re: everything is going to be okay (meera)   Mer 17 Jan - 19:04

Je vais essayer I love you

● ● ● ● ●
❝ Fall seven times, stand up eight. ❞ Whether you choose to move on and take a chance in the unknown or stay behind, locked in the past, thinking of what could've been. I don’t want to live in the past anymore. I’m so lonely here, there’s nothing for me here anymore.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: everything is going to be okay (meera)   

Revenir en haut Aller en bas
 
everything is going to be okay (meera)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Meera Reed
» „ et ma vie pour tes yeux, lentement s'empoisonne” MEERA
» ça meera ou ça meera pas (lol)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Influenza ::  :: What's Your Name Man :: Fiches Validées-
Sauter vers: