AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 
Bienvenue sur Influenza, faites attention à vos fesses, les rôdeurs sont affamés !
N'hésitez pas à jeter un coup d'oeil à nos postes vacants

Nous sommes en juin 2018. L'épidémie a commencé en octobre 2010. Plus d'information sur l'épidémie { + }

Découvrez la playlist officielle d'Influenza !

Nous sommes actuellement en pénurie de Miners, merci de bien vouloir privilégier ce groupe { + }

Partagez | 
 

 (III) disappointment hurts more than pain + Adam

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Riders + j'peux pas j'ai poney
avatar
Riders + j'peux pas j'ai poney
Hurlements : 1253
visage : phoebe tonkin.
crédit : hershelves (avatar) astra (sign) eli (gif)
survit depuis le : 15/04/2016
capsules de troc : 2184

MessageSujet: (III) disappointment hurts more than pain + Adam   Mar 26 Déc - 22:35



disappointment (n) sometimes the memory of someone is better than the reality of them.
+++

Trop beau pour être vrai. Il faut croire qu’elle est sans cesse confrontée à cette fatalité, toujours rattrapée par cette dernière. Trois mois, trois pauvres mois. C’est le maximum qu’elle peut espérer, après ça, place aux mauvaises surprises ainsi qu’à la déception. Elle n’en revient pas qu’Adam ait pu jouer à l’autruche avec elle, faire comme si de rien n’était, alors qu’il partage son quotidien avec un chacal, alors qu’il connait – dans les grandes lignes du moins – son passif avec ces derniers, ce qu’elle a dû affronter à cause de ce groupe de pourritures. Peut-être que c’était une erreur d’accorder à nouveau un semblant de confiance à un homme. Un peu d’honnêteté, est-ce trop espérer ? Il faut croire que oui. Certains diront qu’elle en fait tout un plat, qu’ils n’ont pas de comptes à se rendre. Après tout, ils ne sont rien l’un pour l’autre, pas officiellement. Pas même un couple, peut-être une distraction. Ils n’ont jamais réellement abordé le sujet. En même temps, puisque tout allait bien, qu’aucun obstacle ne semblait obscurcir leur nouvelle relation sans nom, pourquoi mettre des mots sur ce qu’ils vivent actuellement ? Pas nécessaire. Pourtant, encore une fois, elle a le sentiment d’avoir le mauvais rôle. Celui de la fille à laquelle on se permet de mentir, avec laquelle on se permet de tricher. Elle ne veut pas être cette femme, elle a trop donné. Pour autant, elle n’a pas l’intention de fuir, elle ne peut pas, elle veut entendre ses explications, comprendre éventuellement bien qu’elle doute que ce soit possible. Elle compte bien prendre la situation en mains, faire face et affronter la réalité ou plutôt, le confronter à ses mensonges.

Ryan Havener, un nom parmi tant d’autres, qui ne lui évoque rien de particulier jusqu'à présent en tout cas, il ne saurait tarder pourtant. Par contre, pour ce qui est de son visage, de cet air familier, c’est autre chose. Une sensation étrange, comme de déjà vu, qui lui triture l’esprit depuis quelques semaines déjà. Un fantôme du passé en réalité et du présent également. Puis, finalement, le morceau a été lâché, par Elanor, une Olympienne de laquelle elle s’est rapprochée dernièrement, plus exactement depuis ses visites répétitives à Olympia. Ryan Havener, un chacal, son sang n’a fait qu’un tour. Mais pas uniquement. Tout lui revient à présent, d'abord ses jeunes années, il a été son crush de l'époque, ensuite halloween 2016, l’attaque de la ville. Elle était éclaireuse ce soir-là, pour sûr elle a entraperçu Ryan se pavaner au cœur des décombres et cendres. Surement que ce léger détail a dû échapper à Yates et son conseil, comme au reste de la population Olympienne apparemment. Elle se tait, elle prend sur elle, contrôlant ses nerfs face à une Elanor perplexe. Pour autant, elle n’arrive pas le moins du monde à digérer cette révélation. Adam cohabite avec un ancien jackal ayant participé à l’attaque sournoise et atroce de 2016. Elle a du mal à le supporter. Tout comme elle a du mal à imaginer que cet homme appartenant à son passé, cet homme avec qui elle traînait autrefois, puisse être tombé aussi bas. « Je crois qu’ils sont enfin rentrés de raid. » La nouvelle ne lui échappe pas. Elle se relève, brusquement, sautant sur ses deux jambes. Pas trop tôt, voilà deux heures qu’elle patiente, dont une heure qu’elle rumine, en attendant le retour d’Adam, heureusement qu'elle se trouvait en bonne compagnie, la moindre des choses. Pour sûr qu’elle compte confronter Ryan, mais d’abord c’est au tour de l’ex cavalier. Question de facilité,
si elle sait quel comportement adopter envers Adam, tout est en moins sûr quand il s'agit de Ryan. « Merci pour la limonade, les cookies, et la compagnie surtout, à plus tard. » Qu’elle lâche avec empressement, adressant tout de même un dernier sourire à son hôte, avant de s’éclipser sur un signe de main.
Le chemin entre la demeure d’Elanor et d’Adam est comblé en deux minutes à peine. Pas de temps à perdre. Elle pénètre au cœur de la bâtisse sans crier gare, trop sur les nerfs pour ne serait-ce qu’envisager de toquer. Un regard au salon vide avant de se diriger vers la cuisine, la silhouette de l’Olympien s’esquissant peu à peu, lui tournant le dos. Elle se stoppe, prenant appui contre le chambranle, dans l’encadrement de la porte. « Tu comptais me le cacher encore combien de temps au juste ? » Ni bonjour, ni merde, elle attaque le vif du sujet, Jenna Rhodes n’a pas vraiment pour habitude de prendre des gants, pas son genre. Les bras croisés contre sa poitrine, l’attitude fermée, elle ne compte rien laisser passer. « Tu me prends vraiment pour une conne. » Elle soupire, excédée. Quand est-ce qu’il comptait lui en parler ? Jamais ? Il a toujours été secret Adam, trop même. Peut-être qu’elle l’acceptait autrefois, maintenant c’est terminé.

egotrip



Spoiler:
 

● ● ● ● ●

❝ one day or day one. you decide. ❞ Always go with the choice that scares you the most, because that's the one that is going to require the most from you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Olympians + le monde qui est le mien
avatar
Olympians + le monde qui est le mien
Hurlements : 666
visage : Tom Hiddleston
crédit : Eilyam
survit depuis le : 24/07/2017
capsules de troc : 1565

MessageSujet: Re: (III) disappointment hurts more than pain + Adam   Sam 20 Jan - 20:07


Jenna Adam
« disappointment hurts more than pain »

Plus par nécessité que par envie, il arrivait à Adam de se joindre aux groupes envoyés en raid, mais force était admettre qu’il n’appréciait pas spécialement quitter l’enceinte d’Olympia. Pas par couardise : il savait combattre, était plutôt doué par la survie (forgé par ses errances au cours des sept dernières années) mais, tout simplement, ne tirait aucun plaisir des pillages, du danger que l’on pouvait éviter et des rôdeurs à planter avant qu’ils ne vous plantent. L’ancien ouvrier n’était pas un féru d’adrénaline et, puisqu’il savait tout aussi bien se rendre utile à l’intérieur des murs, préférait largement payer sa contribution à la ville de cette manière et économiser ses rendez-vous avec le reste du monde autant qu’il le pouvait. Ces dernières années passées sur les routes l’avait fatigué à un point tel qu’il lui avait fallu des mois dans cette nouvelle sécurité pour sérieusement reprendre du poil de la bête, laisser aller une partie du stress et de la tension et cesser de vouloir plonger dans l’ombre, lame au clair, au premier bruit capté dans son dos : il appréciait ce confort retrouvé, même sommaire, même précaire et sans jamais oublier la probabilité qu’il ne soit que temporaire (ne restait qu’à espérer que l’échéance soit encore lointaine), appréciait cette confiance qu’il avait doucement gagnée à la sueur de son front et qui lui permettait parfois, s’il le voulait, de sortir seul de la ville (rares étaient les occasions où il en profitait toutefois) mais, plus que tout, appréciait de ne pas être obligé de devoir se confronter, encore, à une lutte quotidienne dans les décors macabres d’une civilisation délabrée afin de trouver de quoi passer la nuit, survivre un jour de plus.

Au moins les heures passées sous le soleil quelque peu refroidi de l’hiver texan avaient-elles été fructueuses. Fatigantes, certes, mais ils n’étaient pas retournés au campement les mains vides et c’était tout ce qui comptait. Comme à son habitude dans ces moments là, Adam ne s’était pas attardé parmi ses pairs, préférant plutôt filer à sa maison avec ce foutu besoin qu’il n’avait pas encore réussi à dégager, de devoir s’assurer que tout était encore bel et bien là et pas une simple fantaisie de pensées détraquées par un monde devenu fou.
Le silence dans l’habitation ne lui donna aucun indice quant à la présence – ou absence – de son colocataire mais il s’en fichait, Ryan et lui partageaient peut-être un toit mais ne vivaient pas non plus collés l’un à l’autre ; Adam se contenta donc de se guider vers la cuisine et se délesta enfin du harnais sanglant ses armes contre son corps, qu’il ne tarda pas à abandonner sur la table. D’abord la machette, puis la hache : routine à laquelle il ne se soustrayait jamais, le nettoyage soigneux des lames qui lui permettaient d’être encore vivant à l’heure actuelle, tachées par le sang noirâtre des quelques rôdeurs tombés aujourd’hui, infime part ôtée au fléau qui continuait de ravager leurs terres.

La porte ouverte puis refermée aussitôt le fit sursauter, la main se resserrant à l’instinct autour du manche de sa hachette militaire avant qu’il ne force les doigts à se détendre, ses épaules à se décrisper. Ryan, plus que sûrement. Ou pas, le détrompa le bruit des pas, et il se rappela que Jenna était supposée venir, ou bien était-ce demain ? Qu’importe, passer un peu de temps avec elle lui ferait plaisir et, il avait bien besoin de se changer les pensées de toute manière.
La voix le cueillit néanmoins par surprise et lorsqu’il se détourna finalement de sa tâche, ce fut pour la trouver face à lui et l’air aussi peu avenant que ses propos. Au temps pour la détente. Perplexe d’abord, il la considéra un instant, sourcils froncés et visage fermé, n’appréciant pas spécialement l’agression subite à laquelle elle venait de le soumettre sans crier gare. Si un léger sourire était peut-être apparu lorsqu’il avait deviné de qui il s’agissait, il n’en restait plus la moindre trace depuis qu’elle avait ouvert la bouche et que les mots avaient retenti dans la pièce. « Bonjour à toi aussi », il se décida enfin, toute trace de chaleur radiée de son visage. « On joue aux énigmes ? » Machinalement, le ton de sa voix s’était calqué sur celui de Jenna alors que les regards se soutenaient, qu’il l’épiait comme si la réponse allait soudain s’inscrire sur son visage. « Ou bien, il serait peut-être possible pour toi d’être plus claire ? » Non pas qu’il y ait plusieurs choses que je t’ai cachées mais… oh, attendez, si en fait. « J’ai pas spécialement l’envie de jouer aux devinettes vu la tronche que tu tires et, non, je ne vois pas de quoi tu parles. » Il n’était, en revanche, pas bien à l’aise face à cette accusation obscure, conscient d’être coupable, conscient d’avoir passé sous silence pas mal de choses importantes et pas désireux de se trahir en avouant une faute qu’elle ne lui reprochait pas (encore). « Alors, quitte à me faire juger comme ça, j’aimerais au moins savoir de quoi il retourne. » Qu’il puisse savoir quelle ligne de conduite à adopter et quitter cette attitude défensive, en même temps que l’arme qu’il réalisa soudain tenir encore entre ses mains, et qu’il posa enfin sur le plan de travail à côté de lui.  


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Riders + j'peux pas j'ai poney
avatar
Riders + j'peux pas j'ai poney
Hurlements : 1253
visage : phoebe tonkin.
crédit : hershelves (avatar) astra (sign) eli (gif)
survit depuis le : 15/04/2016
capsules de troc : 2184

MessageSujet: Re: (III) disappointment hurts more than pain + Adam   Dim 21 Jan - 23:27



disappointment (n) sometimes the memory of someone is better than the reality of them.
+++

Non seulement, il s’est permis de lui mentir mais de plus, il joue à l’autruche. Et donc, il met à mal ses nerfs et son sens du contrôle tout à fait relatif. Ce genre de comportement, ça l’exaspère au plus haut point. Elle fronce les sourcils, croisant ses bras contre sa poitrine. Déjà qu’elle se sentait telle une conne, maintenant c’est pire. Vraiment, il la prend pour une débile, elle ne voit pas d’autres explications. À moins que l’ancien chacal ne soit qu’un de ses multiples secrets qu’il se contente de garder pour lui. Le pire, ce n’est pas franchement le mensonge en lui-même. Elle aussi, elle préserve son jardin secret, elle n’est pas entièrement honnête. Mais, sincèrement, elle s’est confiée sur son passif la liant aux chacals et pourtant, il se permet de lui cacher qu’il cohabite avec une de ces pourritures. Déjà que Ryan n’était que peu fréquentable avant l’Influenza, alors maintenant elle doute qu’il ait changé, surtout après son petit séjour au centre commercial. Peut-être qu’il voulait la préserver, peut-être que cette cachotterie partait d’une bonne intention, peut-être qu’il souhaitait tout bonnement éviter ce genre d’esclandre. Il la connait assez bien pour envisager ses réactions et bien que les années se soient enchaînées sans qu’ils ne se recroisent, elle n’a pas vraiment changé. Toujours aussi explosive, toujours aussi impulsive. Elle démarre au quart de tour, a tendance à se braquer. Et, c’est exactement ce qui est sur le point de se produire, parce qu’elle sait déjà que rien n’atténuera sa colère et sa déception. Pas maintenant, pas aujourd’hui.

« Donc, tu vas adopter cette ligne de défense ? » Faire comme s’il n’avait rien à se reprocher, comme si elle fabulait, comme s’il ne voyait réellement pas de quoi elle parle. C’est faux. Du moins, il doit s’en douter, de ce qui la taraude à cet instant, en avoir ne serait-ce qu’une esquisse d’idée. « Tu me caches beaucoup de choses ou tu joues simplement à l’autruche ? » Presque immédiatement, elle balaye les questions d’un geste de la main. Ce n’est pas important, elle ne veut pas savoir. Ce qui l’est en revanche, c’est Ryan. Elle ne sait pas vraiment si elle est bien placée pour lui faire des reproches, mais c’est plus fort qu’elle. Dès que ça touche de près ou de loin aux chacals, elle ne peut s’empêcher de sortir de ses gonds. La corde sensible. Elle en cauchemarde encore souvent, de ses nuits au centre commercial, de ses rencontres avec le bourreau. Jonas. Il est sa crainte, sa peur, la plus enfouie. « Ryan. » Le prénom claque dans les airs, le ton sonne presque comme celui d’Abel. Elle se revoit des années en arrière, alors que son aîné s’obstinait à lui faire la morale au sujet du désormais tout nouvel Olympien. « Je te parle de Ryan. » Sincèrement, aveuglée comme elle l’est par la colère, il vaut mieux pour lui qu’il ne soit pas présent actuellement, elle serait capable de lui sauter à la gorge. Déjà que parler à Adam n’est pas la meilleure des idées, pas tant qu’elle n’a pas eu l’occasion de laisser la vérité révélée décanter. « C’est assez clair, maintenant ? » Elle ne sait pas vraiment ce qu’elle souhaite entendre, ce qu’il va bien pouvoir lui dire. De toute évidence, rien qui ne risque de lui plaire. « Je pensais que, connaissant brièvement mon passé avec les chacals, tu aurais eu la décence de m’avouer que tu cohabitais avec l’un d’eux. » Elle se trompait largement. Elle devrait être habituée à ce qu’on lui mente, c’est monnaie courante. Question de facilité, il est souvent plus simple d’avoir recours au mensonge qu’à la vérité.

egotrip



Spoiler:
 

● ● ● ● ●

❝ one day or day one. you decide. ❞ Always go with the choice that scares you the most, because that's the one that is going to require the most from you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Olympians + le monde qui est le mien
avatar
Olympians + le monde qui est le mien
Hurlements : 666
visage : Tom Hiddleston
crédit : Eilyam
survit depuis le : 24/07/2017
capsules de troc : 1565

MessageSujet: Re: (III) disappointment hurts more than pain + Adam   Lun 22 Jan - 21:05


Jenna Adam
« disappointment hurts more than pain »

En soit, qu’elle ne lui laisse pas le temps d’en placer une, ni même l’occasion de répondre à ses questions, l’arrangeait plus qu’il n’était convenable de l’assumer. Parce qu’il ne faisait pas l’autruche, non, pas exactement le genre de la maison, mais lui avouer cash que oui, il avait effectivement quelques squelettes dans son placard dont il ne lui avait jamais parlé, ne lui semblait pas la meilleure ligne de défense dans l’immédiat, et surtout vu l’état de la benjamine Rhodes. Enfermé dans son mutisme, Adam n’eut toutefois guère longtemps à patienter avant qu’elle ne crache enfin le morceau, que le prénom de son colocataire résonne dans la cuisine, clair et tranchant. Ryan, évidemment. En fait, il aurait pu s’y attendre, aurait dû, même, parce qu’il était pratiquement étonnant qu’elle n’ait jamais rien entendu sur le dos de l’olympien qui partageait la même maison que lui, avec le nombre de fois où elle était venue ici. Il répondit à la dernière question d’un infime hochement du menton, mâchoires contractées, très clair oui, et il était soulagé que ce ne soit que ça au final, parce que qui sait sur quoi d’autre elle aurait pu tomber ? Wyatt était au courant de son propre passage chez les chacals après tout, et même s’il faisait confiance au cavalier peut-être qu’il n’était pas le seul à être au courant, au final. « … Pour te voir réagir exactement comme ça ? » il daigna enfin répliquer maintenant qu’elle lui permettait de l’ouvrir. « Non, j’ai pas jugé utile de t’en informer en effet. » Et même maintenant, même confronté à cette omission de la pire manière possible, il ne regrettait pas ce choix. C’était peut-être une erreur compte tenu du passif de Jenna mais, de toute manière, il était trop tard pour revenir en arrière, non ? « On lui a accordé une seconde chance ici alors le but, c’était pas de crier sur tous les toits ce qu’il a bien pu foutre avant de se retrouver là. »
Et puis, ce n’était pas comme si les deux avaient eu quoi que ce soit à faire ensemble, ils ne s’étaient jamais trouvé au mall en même temps alors elle n’avait aucun reproche concret à l’égard de son colocataire sinon qu’il avait fait partie de ce groupe… et, auquel cas, elle n’était pas au bout de ses (mauvaises) surprises, puisqu’Adam n’y était pas étranger non plus. « Ryan a été accepté par Olympia, est-ce que ça ne devrait pas te suffire ? Pourtant, chacun des citoyens de cette foutue ville a autant de raisons que toi de le vouloir mort, ou au moins loin d’ici. » Et encore Adam parlait-il en toute ignorance de cause, pas au courant de la présence de Ryan lors de l’attaque mais, de ce point de vue-là, cela mettait Jenna sur un pied d’égalité avec le reste des olympiens, en ce que dans tous les cas l’ancien chacal était innocent (croyait-il)... et pourtant il vivait encore là, entre les murs d’une ville que ceux de Stonebriar avaient contribué à piétiner. « Donc, dis-moi, qu’est-ce que ça aurait changé que je t’en cause ? Tu te serais montrée plus tolérante, peut-être ? A t’entendre maintenant, j’ai pas l’impression… » Et, oui, pour être parfaitement honnête, il avait voulu profiter de cette relation tout juste retrouvée, rabibochage un peu étrange après des années de séparation sans la moindre promesse, plutôt que de se prendre la tête sur des sujets dont il avait pu deviner dès le départ qu’ils allaient être épineux. Pour ça qu’il ne lui avait rien dit concernant Ryan, pour ça aussi qu’il ne lui avait rien dit en ce qui le concernait lui, surtout, et maintenant, voilà qu’il se retrouvait mis au pied du mur et l’air d’avoir fait quelque chose de terrible ; avis qu’il était bien loin de partager. 


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Riders + j'peux pas j'ai poney
avatar
Riders + j'peux pas j'ai poney
Hurlements : 1253
visage : phoebe tonkin.
crédit : hershelves (avatar) astra (sign) eli (gif)
survit depuis le : 15/04/2016
capsules de troc : 2184

MessageSujet: Re: (III) disappointment hurts more than pain + Adam   Jeu 25 Jan - 23:32



disappointment (n) sometimes the memory of someone is better than the reality of them.
+++

Le coup est rude. Il n’est même pas désolé. Elle ne le pensait pas comme ça. Encore une fois, elle se trompait lourdement. De toute évidence, ses choix en matière d’homme ne sont qu’une succession d’échecs et de déception. Elle ne sait pas pourquoi elle s’obstine à chercher du réconfort et de la chaleur dans les bras de ces derniers. On peut bien dire des femmes, mais les hommes ne sont également qu’un enchaînement d’ennuis permanents. Lèvres pincées, elle n’a plus envie de l’écouter, elle ne sait pas si elle doit hurler, pleurer ou tourner les talons. Réagir comme ça. Réagir comment exactement ? Réagir comme une personne qui déteste les chacals ? Réagir comme une personne dont le camp a été attaqué à maintes reprises par ces pourritures ? Réagir comme celle qui a été séquestrée et torturée par ces monstres ? Elle ne voit pas, non, en quoi sa réaction est excessive, en quoi sa réaction cloche ou pose problème. Cette dernière est plus que normale, complètement légitime. Pourtant, il la remet en doute. Elle ne l’interrompt pas cependant, le laisse parler, plaider la cause de son ami. De toute façon, elle est beaucoup trop bouleversée pour rétorquer avec son assurance caractéristique, elle encaisse le coup. Elle n’en revient pas. À l’entendre, on dirait qu’elle est folle, excessive, intolérante et bien d’autres. Ce n’est pas vrai. Il a tout simplement pris parti, il est braqué, il ne peut pas la comprendre ou ne serait-ce que comprendre sa détresse ou sa rancœur. Il faut croire qu’elle n’a donc rien à foutre ici, si ce n’est mettre les choses au clair une seule et dernière fois.

« Je ne peux pas te dire ce que ça aurait changé puisque tu as loupé le coche d’être honnête sur ce point. » Maintenant, c’est à lui de se la fermer, parce qu’elle aussi, elle a des choses à dire, elle n’accepte pas qu’il la considère comme une putain d’intolérante, insensible et inflexible. « Tu me parles d’une deuxième chance, moi je pense qu’il s’agit d’une seconde chance basée sur un mensonge. Probablement qu’il a omis d’avouer un sacré lot de détails, dont un plutôt majeur. » Parce qu’elle est presque certaine que Yates et aucun autre Olympien n’auraient accepté ou même ne serait-ce que toléré la présence d’un ancien chacal ayant participé au massacre du trente et un octobre 2016, aucune chance. Alors, c’est bien beau, de prôner les deuxièmes chances, encore faut-il que ces dernières soient basées sur la vérité. Elle est loin d’être certaine que Ryan se soit repenti de ses crimes envers les survivants d’Olympia. « Et, je ne te permets pas de dire que j’ai moins ou autant de raisons que telle ou telle personne de détester Ryan et ses putains de compatriotes. Tu ne sais rien, Adam, strictement rien. » Vraiment, ça l’enrage. Et, elle déteste resonger à son petit séjour à l’ombre au sein du centre commercial. Elle en cauchemarde encore après de nombreuses années. La blessure psychologique et émotionnelle est toujours à vif, pas le moins du monde cicatrisée. « Tu n’y étais pas, dans ces foutus sous-sols, tu n’as pas supporté la présence de Jonas Armistead matin et soir pendant deux mois, tes proches ne t’ont pas laissé pourrir entre les mains de ces pourritures, t’en cauchemarde pas la nuit de cet événement à ce que je sache ! » Alors, lui et ses convictions, lui et son ami, lui et son jugement à deux balles, ils peuvent aller se faire foutre. Il ne sait rien, il ne peut pas comprendre, il ne comprendra jamais. Elle frissonne rien qu’à imaginer les mains poisseuses de son bourreau contre sa peau. Machinalement, elle frotte ses bras, soupirant. « Alors, excuse-moi, si ma réaction te semble injustifiée et excessive. Excuse-moi d’avoir quelques problèmes avec les deuxièmes chances. » Elle ne s’est jamais autant livrée, même si on peut parler surtout d’un survol du sujet, même pas à Cirilla. De toute façon, c’est bien simple, depuis sa fuite, depuis presque deux ans, elle n’a plus jamais abordé le sujet de sa détention au sein du mall.

egotrip



Spoiler:
 

● ● ● ● ●

❝ one day or day one. you decide. ❞ Always go with the choice that scares you the most, because that's the one that is going to require the most from you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Olympians + le monde qui est le mien
avatar
Olympians + le monde qui est le mien
Hurlements : 666
visage : Tom Hiddleston
crédit : Eilyam
survit depuis le : 24/07/2017
capsules de troc : 1565

MessageSujet: Re: (III) disappointment hurts more than pain + Adam   Mer 31 Jan - 21:52


Jenna Adam
« disappointment hurts more than pain »

C’était vrai, il ne savait rien, ils n’avaient jamais réellement discuté de ce qui s’était passé là-bas hormis lorsqu’elle le lui avait appris, le premier jour de leurs retrouvailles. C’était vrai, encore, qu’il n’avait par la suite jamais cherché à aborder le sujet, à la pousser à la confidence sur le sujet, à en savoir plus sur ce morceau de sa vie pour lequel “difficile” n’était qu’un faible euphémisme. Et c’était vrai, enfin, qu’en choisissant ainsi de faire l’autruche Adam avait probablement sous-estimé le traumatisme, la rancœur ou la haine qu’elle pouvait bien nourrir encore à l’égard de chaque personne ayant un jour fait partie du groupe de ses geôliers. Facile de reléguer ce genre d’épisode en arrière plan si l’on ignorait réellement ce qui était arrivé, pas vrai ? Difficile, sous cette lumière, de ne pas prétendre qu’il avait volontairement préféré ignorer cette partie-là du passé de Jenna. Maintenant que tout la vérité lui arrivait en pleine tronche avec le même effet qu’une giclée d’eau glacée, l’olympien se voyait bien forcé de reconsidérer un minimum le début d’agacement qui l’avait investi tandis qu’il la contemplait, face à lui et les yeux pleins de ces souvenirs terribles. Il eut envie, brièvement, de franchir la distance qui les séparait pour la prendre dans ses bras, mais la certitude de se faire repousser arrêta l’ébauche de son geste, ce n’était pas aussi facile, rien ne l’était jamais de toute manière.

Le silence se glissa entre eux deux lorsqu’elle arrêta de parler, parce qu’Adam n’avait rien à rétorquer à ça. Bien sûr qu’il pouvait l’excuser, devait l’excuser, même et malgré l’ironie contenue dans sa dernière remarque, pour autant il refusait toujours d’admettre avoir fait une erreur en estimant pouvoir lui cacher le passif de Ryan avec les chacals. L’avis de Jenna, bien qu’il fût plus à même de le comprendre à présent, continuait de diverger avec le sien, parce que son colocataire était d’abord son ami et qu’il avait une dette envers lui alors oui, il n’avait pas envie de faire partie de ceux continuant à parler de lui comme un ancien de Stonebriar, de continuer à lui coller cette affiche sur la gueule alors qu’il avait déjà bien assez de mal à s’en débarrasser. Il accordait une importance indéniable à ce que son compagnon s’intègre dans cette société qui l’avait rejeté parce qu’en dehors du personnage, il cherchait surtout la preuve que c’était possible, qu’on pouvait encore se permettre de la donner, cette foutue deuxième chance parce que lui-même en avait désespérément besoin. Vis-à-vis des cavaliers, ou des mineurs, parce qu’il y en aurait forcément dans le lot pour le reconnaître un jour, et qui ne lui seraient pas forcément aussi sympathique que ceux qu’il avait déjà croisé, mais aussi vis-à-vis de son autre foyer, celui dont Wyatt – et Ryan – étaient seuls à savoir qu’il était passé par là.

Adam finit par baisser les yeux, attaquant machinalement l’intérieur de sa joue alors qu’il semblait en pleine réflexion. Une bonne idée de tout lui dire maintenant ? Pas sûr, non, pas sûr du tout même. Mais, d’un autre côté et s’il en jugeait d’après sa réaction d’aujourd’hui, mieux valait qu’elle apprenne tout ce qui avait un rapport à Stonebriar maintenant parce que si elle se rendait compte qu’il avait malgré tout continué à lui cacher quelque chose… eh bien, il ne donnait pas bien cher de sa peau. Quitte ou double, alors, mais au moins aurait-il sa conscience lavée – de ce détail-là en tout cas. « Jenna, il commença tout en relevant le regard vers elle, tu sais comment on se connaît, Ryan et moi ? » Question purement rhétorique, il ne lui en avait jamais causé donc elle ne risquait pas d’être au courant de ce sujet. « Il m’a ramassé sur la route y a quelques mois quand je suis revenu dans le coin. J’avais pas vraiment d’endroit où aller, je savais rien du mall ni de ses occupants alors je l’y ai suivi sans me poser de questions. Pour moi, tout ce qui importait, c’était la sécurité d’un groupe. » Et, il avait eu largement le temps de regretter cette décision prise à la va-vite ensuite, trop las de la solitude, quand il avait découvert de quoi il retournait réellement à Stonebriar. Oh, il s’était adapté, bien sûr, de la même manière qu’il avait dû s’adapter à chacun des groupes auxquels il avait appartenu tout au long des sept dernières années ; il avait fait certaines choses dont il n’était pas fier – mais il n’était pas non plus un agneau avant d'atterrir ici – et avait tenté d’éviter les pires et puis, au milieu de tout ce chaos, il était malgré tout resté proche de Ryan. Ça l’avait foutrement bien aidé, d’ailleurs. « Après… eh bien, on ne quitte pas simplement Stonebriar comme ça. Alors, l’attaque de la coalition a été pour moi une occasion rêvée. C’est comme ça que Wyatt m’a retrouvé. » Et pourtant lui aussi avait choisi de taire ce détail quand il avait informé Jenna de la présence d’Adam dans les parages. « Quand je suis arrivé ici, Ryan n’a rien dit, quand rien ne lui aurait été plus facile que me dénoncer alors, je lui en dois une belle tu vois. Mais, dis-moi, est-ce que ça fait de moi le même genre de raclure que tes bourreaux ? Est-ce que je mérite aussi d’être affiché en place publique ? Pas de deuxième chance pour moi aussi si je comprends, hein ? » Et la lueur de défi s’était rallumée au fond du regard alors qu’il se tenait bien droit devant elle et dans l’expectative de sa condamnation à venir – ou pas.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Riders + j'peux pas j'ai poney
avatar
Riders + j'peux pas j'ai poney
Hurlements : 1253
visage : phoebe tonkin.
crédit : hershelves (avatar) astra (sign) eli (gif)
survit depuis le : 15/04/2016
capsules de troc : 2184

MessageSujet: Re: (III) disappointment hurts more than pain + Adam   Dim 4 Fév - 23:01



disappointment (n) sometimes the memory of someone is better than the reality of them.
+++

Elle n’aime pas vraiment le ton qu’il emploie, elle ne peut que redouter la suite, c’est évident. Les bras toujours fermement croisés contre sa poitrine, elle se referme encore un peu plus, instinct de préservation. Elle ne l’écoute pas, pas vraiment, ou plus du moins. Elle sait pertinemment calculer A+B, elle n’est pas stupide. Il s’efforce de prendre des gants, un ton prudent, une expression neutre, mais le fait est qu’elle a déjà compris. Elle se tait, parce qu’elle ne veut plus continuer cette entrevue, parce qu’elle n’arrive pas à assimiler l’information beaucoup trop abstraite à ses yeux. La sécurité. Elle pourrait sourire, en rire même ! La sécurité du mall. Elle a le sentiment qu’elle n’est pas au bout de ses surprises, elle a presque envie de faire la sourde oreille, faire comme si cette scène n’était pas justement en train de se dérouler. Elle est incroyablement démunie cette fois, que ce soit face à la situation, face aux révélations, face à ses propres émotions. C’est le fouillis le plus complet dans sa caboche, un putain de bordel ! Elle ne sait même plus si elle doit hurler, pleurer, rire, tourner les talons. Toutes les options se valent pour le coup. Le fait est qu’elle arrive à se positionner face à Ryan, face à son passé. Pour ce qui d'Adam, il s’agit d’une tout autre histoire, une histoire beaucoup moins évidente. Peut-être qu’elle peut faire du cas par cas, à l’exception près que cela décrédibiliserait son raisonnement de base, elle ne veut pas. Mais, il dispose de circonstances atténuantes, non ? On ne quitte pas Stonebriar comme ça. C’est sûr et certain. Il n’avait pas le choix, il n’était pas totalement conscient de l’endroit dans lequel il mettait les pieds. Elle secoue vivement la tête, se rappelant à l’ordre. Adam est un ancien chacal, ni plus ni moins, qu’elle se répète en boucle, inlassable cacophonie. Il se tait enfin et le temps se suspend. Elle pince les lèvres, incapable de trancher alors que trois questions se posent à elle. Elle n’a pas envie d’y répondre, pas maintenant, elle ne dispose pas du recul nécessaire. Et puis, il y a cette fichue fierté qui pointe le bout de son nez. Il lui a menti délibérément, il l’a blessée, alors est-ce qu’il mérite une deuxième chance ? Difficile à déterminer, surtout dans son état. Elle est paumée dans un flou gargantuesque.

Elle se sent prise au piège, fusillée sur place par le regard de défi qu’il lui impose et qu’elle soutient forcément, pas question de détourner les yeux. « Merci d’avoir pris le temps de m’en avertir en tout cas. » Trop tard cependant. Le timbre de sa voix est difficilement déchiffrable, on a du mal à y démêler la sincérité, de la déception et de l’ironie pointante. Il est plutôt culotté. Il lui ment, il profite de son ignorance et maintenant il ose la défier, il se permet de la provoquer, de la pousser dans ses retranchements, d’ébranler ses convictions. « Trop tard par contre. » Elle s’est confiée à lui, bien que brièvement, et pourtant elle a la douloureuse sensation qu’il s’est joué d’elle. Elle ne sait pas vraiment pourquoi est-ce que le destin s’acharne sur elle, mais elle en a plus qu’assez. « Je pense que tu as commis une erreur, que j’aurais pu éventuellement me détacher de cette sale habitude à mettre tout le monde dans le même panier. » Elle ne sait pas vraiment pour être honnête, mais elle aurait pu le comprendre, le pardonner. Maintenant, c’est compliqué, ce n’est pas pareil. La déception est beaucoup trop omniprésente. « Mais, encore une fois, c’est trop tard. Parce que tu m’as menti en connaissance de cause, parce que tu as préféré profiter de mon ignorance. » Et, franchement, ça la tue à petit feu d’enchaîner les déceptions, d’encaisser coup sur coup. Elle est lassée. Peut-être qu’elle devrait se contenter de sa famille, de ses frères, de ses neveux, de sa fille et tirer un trait sur le reste. « Alors, concernant la deuxième chance, je n’en sais trop rien, j’aurais tendance à dire que tu as loupé le coche. » Ce n’est pas facile pour elle de prononcer ces quelques mots, c’est lui qui l’y pousse. Elle n’est pas qu’une espèce de monstre sans état d’âme et sans cœur. Toute cette histoire, ça ne lui fait pas rien, pourtant elle aimerait.

egotrip



Spoiler:
 

● ● ● ● ●

❝ one day or day one. you decide. ❞ Always go with the choice that scares you the most, because that's the one that is going to require the most from you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Olympians + le monde qui est le mien
avatar
Olympians + le monde qui est le mien
Hurlements : 666
visage : Tom Hiddleston
crédit : Eilyam
survit depuis le : 24/07/2017
capsules de troc : 1565

MessageSujet: Re: (III) disappointment hurts more than pain + Adam   Mar 27 Fév - 21:08


Jenna Adam
« disappointment hurts more than pain »

Il n’avait pas envie que ce moment arrive, Adam, tout en ayant pertinemment conscience de ne pas pouvoir y échapper éternellement. Et ce n’était pas force de s’y être essayé, pourtant, d’avoir systématiquement repoussé l’échéance de cette fatalité à chaque fois qu’ils se revoyaient. A chaque rencontre où le mensonge perdurait, c’était un pas de plus vers le point de non retour mais peut-être qu’une partie de lui avait espéré, un peu stupidement, que son secret resterait bien gardé entre les mains de Ryan et celles de Wyatt. Aujourd’hui, ils avaient atteint ce fameux point de non retour.
Trop tard. Le constat dans la bouche de Jenna était amer, résonnait durement à ses oreilles. Bien sûr qu’il était trop tard. Il avait été trop tard à partir du moment où il avait sciemment choisi de ne rien lui révélé après qu’elle l’eut retrouvé chez lui, après les révélations concernant son emprisonnement au sein des chacals. En soit, il avait toujours été trop tard, même quand Adam s’obstinait encore à penser qu’il était trop tôt. Il existait de ces secrets pour lesquels il n’y avait tout simplement pas de bon moment propice à leur divulgation.

« Profiter de ton ignorance ? C’est comme ça que tu vois ça, Jenna ? C’est comme ça que tu considères tout le temps qu’on a passé ensemble depuis que tu as décidé de venir foutre les pieds dans ma baraque ? » En ce qui le concernait, il ne croyait pas avoir loupé le coche pour ce qu’il n’y avait jamais eu de putain de coche à louper. « C’est toi qui a décidé de revenir t’immiscer dans ma vie, pas l’inverse ! Toi qui t’es pointé sans prévenir alors que j’avais décidé de te foutre la paix, de laisser le passé derrière nous. J’ai jamais demandé à Wyatt qu’il te dise quoi que ce soit à mon sujet, merde ! » Mais elle s’était ramenée comme une fleur, invitée dans son propre salon en son absence et toutes ses bonnes intentions s’étaient envolées au moment où il avait réalisé qui se tenait en face de lui. Cette après-midi qu’ils avaient passée ensemble, teintée des souvenirs d’un vieux passé supposément enterré, Adam ne l’aurait rendue pour rien au monde. Peut-être qu’il aurait pu lui dire quelque chose, si tout ne s’était pas passé aussi bien, si les retrouvailles ne s’étaient pas achevées dans son lit et qu’il n’avait pas retrouvé chez elle un éclat de la femme qu’il avait aimé jadis. Mais, alors que la complicité entre eux avait semblé resurgir de nulle part, l’olympien s’était simplement trouvé démuni, incapable de prononcer les mots qui auraient sûrement amenés la cavalière à tourner les talons sans demander son reste, après tout elle ne le connaissait plus, elle aurait pu croire qu’il avait changé au point de devenir l’un de ces allumés. Il n’avait pas voulu prendre ce risque, pas voulu voir cette porte entrouverte se refermer dans un claquement sec. « Comment tu voulais que je te parle de ça ? Tu serais repartie avant d’avoir eu le temps de trouver une raison pour rester ici. Moi, j’avais pas envie de ça, juste celle de te retrouver. » Pas envie de se prendre la tête, non, pas envie d’en arriver là où ils étaient finalement rendus aujourd’hui. « Et puis, je t’ai pas menti… » Quoique, c’était plutôt jouer sur les mots. Il avait omit de lui préciser un “détail”, disons, le problème était que celui-là s’avérait au final peser franchement lourd dans la balance. « C’est du passé, merde ! Tu crois pas que je le regrette, d’avoir été là-bas, d’avoir côtoyé des mecs tellement barrés que tu te demandes si tu risquerais pas moins à camper à la belle étoile à dix mètres d’une horde ? Je voulais pas que ça se sache, pour éviter précisément ce genre de réaction. Je voulais pas que qui que ce soit l’apprenne. » Wyatt l’avait bien compris, puisqu’il avait fermé sa gueule à ce sujet. Ryan aussi. Ryan était, en ce qui le concernait, particulièrement bien placé pour comprendre le problème de son colocataire. « Putain Jenna, on en fait tous, des conneries et des mauvaises décisions, et crois-moi si je te dis que j’en ai déjà payé le prix fort pour ça. » Son père avait payé le prix fort pour ses choix, pourtant à l’époque Adam avait cru bien faire. Grossière erreur. Et à trop vouloir ménager la chèvre et le chou il avait tout perdu, s’était retrouvé exilé et privé à la fois de ses amis et de sa famille. Zéro pointé sur toute la ligne, en somme. « Mais, vas-y. Balance-moi ton venin à la gueule, tu peux bien m’accabler de tout ce que tu veux juste parce que j’ai été à Stonebriar, ça changera rien à ce qui s’est passé de toute façon. Comme tu l’as si bien souligné, c’est trop tard. Et si c’était à recommencer, je referai exactement la même chose. » Juste pour pouvoir garder ces moments, précieux, qu’elle lui avait accordé après qu’ils aient retrouvé leurs marques. Il avait apprécié chaque minute du temps qu’ils s’étaient accordés, ici à Olympia, il n’en sacrifierait pas la moindre au profit d’une révélation qui ne pouvait tout simplement pas avoir une retombée positive.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Riders + j'peux pas j'ai poney
avatar
Riders + j'peux pas j'ai poney
Hurlements : 1253
visage : phoebe tonkin.
crédit : hershelves (avatar) astra (sign) eli (gif)
survit depuis le : 15/04/2016
capsules de troc : 2184

MessageSujet: Re: (III) disappointment hurts more than pain + Adam   Lun 26 Mar - 0:09



disappointment (n) sometimes the memory of someone is better than the reality of them.
+++

Jenna ne sait plus quoi faire ni même quoi penser. En règle générale, tout est tranché à ses yeux, tout est blanc ou noir, point barre. Peut-être qu’il s’agit d’une vision du monde assez restrictive, mais cette dernière lui permet d’avancer, de faire le tri dans sa vie. Mais, en l’occurrence, c’est beaucoup plus compliqué que prévu. Elle aurait préféré que cette conversation se cantonne à Ryan Havener. Pourtant, le déni, elle n’aime pas trop ça, mais actuellement la vérité est bien trop difficile à encaisser. Elle aimerait sincèrement en vouloir à Adam autant qu’à Ryan, ça règlerait le problème. Le fait est que ce n’est pas le cas et que ça a foutrement le don de la contrarier, de la mettre en rogne contre elle-même. Elle l’écoute, Adam, mais les informations ont du mal à transiter jusqu’à son cerveau. Elle se renfrogne toujours plus, moyen de défense comme un autre, les paroles de l’Olympien ne l’aide franchement pas à se détendre, à la mettre dans de meilleures dispositions. D’accord, peut-être qu’elle n’aurait pas dû revenir à sa rencontre, peut-être qu’elle aurait tout simplement dû nier les propos de Wyatt. Mais, à ce qu’elle sache, ce n’est pas un crime de vouloir prendre des nouvelles d’une personne ayant autrefois compté à ses yeux. Elle n’avait pas non plus prévu de remettre le couvert, de se laisser à nouveau tenter par les charmes d’Adam et le réconfort insoupçonné qu’il a bien pu lui apporter ces derniers temps. Elle lui en veut n’empêche. Il aurait dû se montrer un peu plus honnête. Peut-être qu’elle aurait tourné les talons, peut-être qu’elle aurait eu le temps de méditer, peut-être qu’elle serait tout de même revenue au final. Beaucoup de peut-être c’est certain. Il a beau dire ce qu’il veut, qu’il regrette, que c’est du passé, que tout le monde fait des conneries, elle n’arrive pas à laisser passer le coche. Jenna est comme ça, bornée à souhait, pas prête de changer sa vision du monde. Putain de tête de mule.

Le silence s’installe un moment. Elle soupire, se massant machinalement les tempes. Elle a le sentiment de se retrouver face à un véritable calvaire. « Tu as raison, je serais repartie. » Il s’agit de la supposition la plus prévisible, la plus plausible. Ils n’auraient pas pu se retrouver. Est-ce que le mensonge valait donc le coup ? Aucune idée. Elle aurait tendance à dire non, mais en réalité elle est en proie à un profond conflit interne. « La vérité nous aurait précisément évité ce genre de situation. » Elle balaie le vide d’une main, comme si de toute façon plus rien ne compte. Ce qui est fait est fait, on ne revient pas en arrière, c’est impossible. « Ne te fais aucun souci, je ne compte pas révéler ton petit secret. » Le ton est lointain, las. Si, elle n’a pas l’intention de faire chanter Adam, ce n’est pour autant pas le cas de Ryan. « Je n’ai plus de venin à cracher, Adam, je suis fatiguée. » Éreintée par les mensonges, ceux de l’Olympien, les siens aussi. Parfois, elle a l’impression qu’elle n’a droit à aucun répit de plus ou moins longue durée. Elle va vraiment finir par perdre espoir, se consacrer uniquement à Lou, peut-être que c’est ce qu’elle devrait faire, oublier tout le reste. « Je crois que j’ai eu ma dose de drames, de mensonges, de disputes et d’illusions. Pas toi ? » Une dose pour une vie entière. Elle n’en peut plus de cumuler les déceptions. Elle est maudite ou quoi ? « Peut-être que ça valait le coup, peut-être pas… Je préfère éviter de me plancher là-dessus. De toute façon, ce qui compte, c’est le présent, et je pense qu’à ce degré de déception je serais incapable de continuer à te regarder en face. » Peut-être qu’elle est dure, après tout elle n’est pas une blanche colombe. Mais en réalité, c’est la tristesse qui parle.

egotrip



Spoiler:
 

● ● ● ● ●

❝ one day or day one. you decide. ❞ Always go with the choice that scares you the most, because that's the one that is going to require the most from you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Olympians + le monde qui est le mien
avatar
Olympians + le monde qui est le mien
Hurlements : 666
visage : Tom Hiddleston
crédit : Eilyam
survit depuis le : 24/07/2017
capsules de troc : 1565

MessageSujet: Re: (III) disappointment hurts more than pain + Adam   Lun 26 Mar - 6:13


Jenna Adam
« disappointment hurts more than pain »

Fatigué, il l’était tout autant Adam, pas du genre querelleur en temps normal, les prises de tête avaient la fâcheuse tendance à l’insupporter et face à Jenna c’était pire, pour toute l’affection qu’il avait à son égard et qui se voyait en cet instant présent balayée comme si elle n’avait jamais eu d’importance, comme si elle ne valait rien. Fatigué de se chercher des justifications qu’elle allait rejeter en bloc, puisque de toute évidence son sort avait été scellé à partir du moment où elle avait pris conscience de ce qu’il lui avait caché concernant Stonebriar, concernant Ryan. Si elle se refusait à tolérer ça, ni même à chercher à le comprendre, alors la conversation se heurtait à un mur qu’aucun des deux n’était en mesure de détruire. Peut-être le dernier recours d’Adam consistait-il à lui présenter ses excuses, mais elles ne seraient pas sincères quels que soit les torts qu’il avait dans cette foutue histoire, et il le savait. Et puis il y avait son putain d’ego, aussi, pour refuser qu’il écrase devant elle et ce peu importe la légitimité que la cavalière pouvait bien avoir dans sa rancœur face à toutes ces cachotteries exposées au grand jour. Au moins n’avait-elle pas l’intention de révéler quoi que ce soit à son sujet, l’olympien pouvait toujours s’accrocher à ça pour faire passer le reste. Mais ce face à face lui laissait un arrière-goût amer dans la bouche, particulièrement désagréable. Il aurait aimé, pour sûr, qu’ils n’aient jamais besoin d’en arriver là. Pourtant, il ne pouvait que lui admettre la véracité de ses propos en ce que rien de ceci n’aurait eu une chance de se produire s’il avait choisi l’honnêteté dès le début. Parce qu’il aurait fallu être parfaitement stupide pour croire qu’elle aurait pu rester dans l’ignorance éternellement.
Un rire sans joie fit écho à la question de la benjamine Rhodes, tandis qu’il y acquiesçait d’un très léger hochement de la tête, les yeux baissés. Pour sûr qu’il l’avait eue lui aussi, sa propre dose, et plutôt deux fois qu’une à vrai dire. Il aurait parfaitement pu se passer d’une couche supplémentaire, d’autant plus qu’il pressentait n’être pas au bout de ses peines ici, même une fois le facteur Jenna écarté de l’équation. Les dernières paroles frappèrent un coup dur, s’engouffrant en lui comme dans une plaie ouverte et loin de le laisser de marbre mais, hé, qu’est-ce qu’il pouvait y faire au juste ? Il n’allait pas lui courir après, ni la supplier de le pardonner. Alors il se contenta simplement d’encaisser en silence le dernier coup qu’elle était encore en mesure de lui porter, pinçant les lèvres tandis que son regard revenait sonder celui de son interlocutrice, quoiqu’ignorant cependant ce qu’il souhaitait y trouver. « Bon eh bien comme ça tu es fixée désormais. » Le ton sonnait un peu faux toutefois, après ce mutisme un peu lourd qui avait suivi la conclusion de sa compagne. « Ecoute, je t’aurais bien proposé de manger un bout pour que tu n’aies pas fait le trajet jusqu’ici pour si peu de choses, mais j’ai autre chose à faire. » Il força un sourire sur son visage, renfermant ses sentiments quelques peu écorchés sous un masque à l’amabilité feinte. Comme si elle aurait pu avoir envie de s’attarder ici, de toute manière. Mais cet espèce de trait d’humour n’avait été là que pour lui permettre, à lui, de se redonner un minimum de contenance. « Inutile, du coup, de t’infliger l’obligation de me regarder en face. » Une pointe de sarcasme perça finalement la couche, tandis qu’il se détournait d’elle pour retourner aux affaires qui l’occupaient avant qu’elle ne fasse irruption dans la pièce. « Bref, lâcha-t-il en guise de conclusion par-dessus son épaule, je ne te retiens pas plus. Tu connais la sortie, inutile de te montrer le chemin je suppose… » Remarque implicite quant au fait qu’elle s’était parfaitement invitée toute seule tout à l’heure ; dans le même temps, il récupéra son arme et en reprit le nettoyage là où il l’avait stoppé, affectant de ne plus lui prêter la moindre attention alors que c'était exactement l'inverse. Pas vraiment la fin qu’il avait imaginée, mais au moins y avait-il une fin cette fois, ça valait toujours mieux qu’une vieille histoire laissée en désordre et inachevée.  


| terminé


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: (III) disappointment hurts more than pain + Adam   

Revenir en haut Aller en bas
 
(III) disappointment hurts more than pain + Adam
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» une recette bonne et pas chere...le pain de viande
» Shawn Adam Maxime Séregon [Vagabond]
» LOU PAN GROUMAND (pain gourmand)
» I'm PERFECT. [Adam Carter]
» Crise du Pain !!!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Influenza :: the kids' playground :: Archives d'Influenza :: RP Archivés-
Sauter vers: