AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 
Bienvenue sur Influenza, faites attention à vos fesses, les rôdeurs sont affamés !
N'hésitez pas à jeter un coup d'oeil à nos postes vacants

Nous sommes en janvier 2018. L'épidémie a commencé en octobre 2010. Plus d'information sur l'épidémie { + }

Découvrez la playlist officielle d'Influenza !

Partagez | 
 

 (III) disappointment hurts more than pain + Adam

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Riders + j'peux pas j'ai poney
avatar
Riders + j'peux pas j'ai poney
Hurlements : 1066
survit depuis le : 15/04/2016
capsules de troc : 1755

MessageSujet: (III) disappointment hurts more than pain + Adam   Mar 26 Déc - 22:35



disappointment (n) sometimes the memory of someone is better than the reality of them.
+++

Trop beau pour être vrai. Il faut croire qu’elle est sans cesse confrontée à cette fatalité, toujours rattrapée par cette dernière. Trois mois, trois pauvres mois. C’est le maximum qu’elle peut espérer, après ça, place aux mauvaises surprises ainsi qu’à la déception. Elle n’en revient pas qu’Adam ait pu jouer à l’autruche avec elle, faire comme si de rien n’était, alors qu’il partage son quotidien avec un chacal, alors qu’il connait – dans les grandes lignes du moins – son passif avec ces derniers, ce qu’elle a dû affronter à cause de ce groupe de pourritures. Peut-être que c’était une erreur d’accorder à nouveau un semblant de confiance à un homme. Un peu d’honnêteté, est-ce trop espérer ? Il faut croire que oui. Certains diront qu’elle en fait tout un plat, qu’ils n’ont pas de comptes à se rendre. Après tout, ils ne sont rien l’un pour l’autre, pas officiellement. Pas même un couple, peut-être une distraction. Ils n’ont jamais réellement abordé le sujet. En même temps, puisque tout allait bien, qu’aucun obstacle ne semblait obscurcir leur nouvelle relation sans nom, pourquoi mettre des mots sur ce qu’ils vivent actuellement ? Pas nécessaire. Pourtant, encore une fois, elle a le sentiment d’avoir le mauvais rôle. Celui de la fille à laquelle on se permet de mentir, avec laquelle on se permet de tricher. Elle ne veut pas être cette femme, elle a trop donné. Pour autant, elle n’a pas l’intention de fuir, elle ne peut pas, elle veut entendre ses explications, comprendre éventuellement bien qu’elle doute que ce soit possible. Elle compte bien prendre la situation en mains, faire face et affronter la réalité ou plutôt, le confronter à ses mensonges.

Ryan Havener, un nom parmi tant d’autres, qui ne lui évoque rien de particulier jusqu'à présent en tout cas, il ne saurait tarder pourtant. Par contre, pour ce qui est de son visage, de cet air familier, c’est autre chose. Une sensation étrange, comme de déjà vu, qui lui triture l’esprit depuis quelques semaines déjà. Un fantôme du passé en réalité et du présent également. Puis, finalement, le morceau a été lâché, par Elanor, une Olympienne de laquelle elle s’est rapprochée dernièrement, plus exactement depuis ses visites répétitives à Olympia. Ryan Havener, un chacal, son sang n’a fait qu’un tour. Mais pas uniquement. Tout lui revient à présent, d'abord ses jeunes années, il a été son crush de l'époque, ensuite halloween 2016, l’attaque de la ville. Elle était éclaireuse ce soir-là, pour sûr elle a entraperçu Ryan se pavaner au cœur des décombres et cendres. Surement que ce léger détail a dû échapper à Yates et son conseil, comme au reste de la population Olympienne apparemment. Elle se tait, elle prend sur elle, contrôlant ses nerfs face à une Elanor perplexe. Pour autant, elle n’arrive pas le moins du monde à digérer cette révélation. Adam cohabite avec un ancien jackal ayant participé à l’attaque sournoise et atroce de 2016. Elle a du mal à le supporter. Tout comme elle a du mal à imaginer que cet homme appartenant à son passé, cet homme avec qui elle traînait autrefois, puisse être tombé aussi bas. « Je crois qu’ils sont enfin rentrés de raid. » La nouvelle ne lui échappe pas. Elle se relève, brusquement, sautant sur ses deux jambes. Pas trop tôt, voilà deux heures qu’elle patiente, dont une heure qu’elle rumine, en attendant le retour d’Adam, heureusement qu'elle se trouvait en bonne compagnie, la moindre des choses. Pour sûr qu’elle compte confronter Ryan, mais d’abord c’est au tour de l’ex cavalier. Question de facilité,
si elle sait quel comportement adopter envers Adam, tout est en moins sûr quand il s'agit de Ryan. « Merci pour la limonade, les cookies, et la compagnie surtout, à plus tard. » Qu’elle lâche avec empressement, adressant tout de même un dernier sourire à son hôte, avant de s’éclipser sur un signe de main.
Le chemin entre la demeure d’Elanor et d’Adam est comblé en deux minutes à peine. Pas de temps à perdre. Elle pénètre au cœur de la bâtisse sans crier gare, trop sur les nerfs pour ne serait-ce qu’envisager de toquer. Un regard au salon vide avant de se diriger vers la cuisine, la silhouette de l’Olympien s’esquissant peu à peu, lui tournant le dos. Elle se stoppe, prenant appui contre le chambranle, dans l’encadrement de la porte. « Tu comptais me le cacher encore combien de temps au juste ? » Ni bonjour, ni merde, elle attaque le vif du sujet, Jenna Rhodes n’a pas vraiment pour habitude de prendre des gants, pas son genre. Les bras croisés contre sa poitrine, l’attitude fermée, elle ne compte rien laisser passer. « Tu me prends vraiment pour une conne. » Elle soupire, excédée. Quand est-ce qu’il comptait lui en parler ? Jamais ? Il a toujours été secret Adam, trop même. Peut-être qu’elle l’acceptait autrefois, maintenant c’est terminé.

egotrip



Spoiler:
 

● ● ● ● ●

❝ one day or day one. you decide. ❞ Always go with the choice that scares you the most, because that's the one that is going to require the most from you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Olympians + le monde qui est le mien
avatar
Olympians + le monde qui est le mien
Hurlements : 386
survit depuis le : 24/07/2017
capsules de troc : 819

MessageSujet: Re: (III) disappointment hurts more than pain + Adam   Hier à 20:07



jenna & adam

« disappointment hurts more than pain »


Plus par nécessité que par envie, il arrivait à Adam de se joindre aux groupes envoyés en raid, mais force était admettre qu’il n’appréciait pas spécialement quitter l’enceinte d’Olympia. Pas par couardise : il savait combattre, était plutôt doué par la survie (forgé par ses errances au cours des sept dernières années) mais, tout simplement, ne tirait aucun plaisir des pillages, du danger que l’on pouvait éviter et des rôdeurs à planter avant qu’ils ne vous plantent. L’ancien ouvrier n’était pas un féru d’adrénaline et, puisqu’il savait tout aussi bien se rendre utile à l’intérieur des murs, préférait largement payer sa contribution à la ville de cette manière et économiser ses rendez-vous avec le reste du monde autant qu’il le pouvait. Ces dernières années passées sur les routes l’avait fatigué à un point tel qu’il lui avait fallu des mois dans cette nouvelle sécurité pour sérieusement reprendre du poil de la bête, laisser aller une partie du stress et de la tension et cesser de vouloir plonger dans l’ombre, lame au clair, au premier bruit capté dans son dos : il appréciait ce confort retrouvé, même sommaire, même précaire et sans jamais oublier la probabilité qu’il ne soit que temporaire (ne restait qu’à espérer que l’échéance soit encore lointaine), appréciait cette confiance qu’il avait doucement gagnée à la sueur de son front et qui lui permettait parfois, s’il le voulait, de sortir seul de la ville (rares étaient les occasions où il en profitait toutefois) mais, plus que tout, appréciait de ne pas être obligé de devoir se confronter, encore, à une lutte quotidienne dans les décors macabres d’une civilisation délabrée afin de trouver de quoi passer la nuit, survivre un jour de plus.

Au moins les heures passées sous le soleil quelque peu refroidi de l’hiver texan avaient-elles été fructueuses. Fatigantes, certes, mais ils n’étaient pas retournés au campement les mains vides et c’était tout ce qui comptait. Comme à son habitude dans ces moments là, Adam ne s’était pas attardé parmi ses pairs, préférant plutôt filer à sa maison avec ce foutu besoin qu’il n’avait pas encore réussi à dégager, de devoir s’assurer que tout était encore bel et bien là et pas une simple fantaisie de pensées détraquées par un monde devenu fou.
Le silence dans l’habitation ne lui donna aucun indice quant à la présence – ou absence – de son colocataire mais il s’en fichait, Ryan et lui partageaient peut-être un toit mais ne vivaient pas non plus collés l’un à l’autre ; Adam se contenta donc de se guider vers la cuisine et se délesta enfin du harnais sanglant ses armes contre son corps, qu’il ne tarda pas à abandonner sur la table. D’abord la machette, puis la hache : routine à laquelle il ne se soustrayait jamais, le nettoyage soigneux des lames qui lui permettaient d’être encore vivant à l’heure actuelle, tachées par le sang noirâtre des quelques rôdeurs tombés aujourd’hui, infime part ôtée au fléau qui continuait de ravager leurs terres.

La porte ouverte puis refermée aussitôt le fit sursauter, la main se resserrant à l’instinct autour du manche de sa hachette militaire avant qu’il ne force les doigts à se détendre, ses épaules à se décrisper. Ryan, plus que sûrement. Ou pas, le détrompa le bruit des pas, et il se rappela que Jenna était supposée venir, ou bien était-ce demain ? Qu’importe, passer un peu de temps avec elle lui ferait plaisir et, il avait bien besoin de se changer les pensées de toute manière.
La voix le cueillit néanmoins par surprise et lorsqu’il se détourna finalement de sa tâche, ce fut pour la trouver face à lui et l’air aussi peu avenant que ses propos. Au temps pour la détente. Perplexe d’abord, il la considéra un instant, sourcils froncés et visage fermé, n’appréciant pas spécialement l’agression subite à laquelle elle venait de le soumettre sans crier gare. Si un léger sourire était peut-être apparu lorsqu’il avait deviné de qui il s’agissait, il n’en restait plus la moindre trace depuis qu’elle avait ouvert la bouche et que les mots avaient retenti dans la pièce. « Bonjour à toi aussi », il se décida enfin, toute trace de chaleur radiée de son visage. « On joue aux énigmes ? » Machinalement, le ton de sa voix s’était calqué sur celui de Jenna alors que les regards se soutenaient, qu’il l’épiait comme si la réponse allait soudain s’inscrire sur son visage. « Ou bien, il serait peut-être possible pour toi d’être plus claire ? » Non pas qu’il y ait plusieurs choses que je t’ai cachées mais… oh, attendez, si en fait. « J’ai pas spécialement l’envie de jouer aux devinettes vu la tronche que tu tires et, non, je ne vois pas de quoi tu parles. » Il n’était, en revanche, pas bien à l’aise face à cette accusation obscure, conscient d’être coupable, conscient d’avoir passé sous silence pas mal de choses importantes et pas désireux de se trahir en avouant une faute qu’elle ne lui reprochait pas (encore). « Alors, quitte à me faire juger comme ça, j’aimerais au moins savoir de quoi il retourne. » Qu’il puisse savoir quelle ligne de conduite à adopter et quitter cette attitude défensive, en même temps que l’arme qu’il réalisa soudain tenir encore entre ses mains, et qu’il posa enfin sur le plan de travail à côté de lui.  


Spoiler:
 

● ● ● ● ●
nos âmes, aux frontières du chaos
©crack in time
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
(III) disappointment hurts more than pain + Adam
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» une recette bonne et pas chere...le pain de viande
» Shawn Adam Maxime Séregon [Vagabond]
» LOU PAN GROUMAND (pain gourmand)
» I'm PERFECT. [Adam Carter]
» Crise du Pain !!!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Influenza ::  :: Olympia Town :: Habitations-
Sauter vers: