AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 
Bienvenue sur Influenza, faites attention à vos fesses, les rôdeurs sont affamés !
N'hésitez pas à jeter un coup d'oeil à nos postes vacants

Nous sommes en avril 2018. L'épidémie a commencé en octobre 2010. Plus d'information sur l'épidémie { + }

Découvrez la playlist officielle d'Influenza !

Partagez | 
 

 intrigue générale (12/17) : panique au ranch.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
gotta catch them all
avatar
gotta catch them all
Hurlements : 1052
crédit : aerin.
survit depuis le : 15/04/2016
capsules de troc : 2270

MessageSujet: intrigue générale (12/17) : panique au ranch.   Mar 5 Déc - 17:39






Intrigue générale :

panique au ranch

« le début de la fin. »

Les quelques survivants qui avaient accepté de se faire vacciner au mois de novembre par le groupe de scientifiques mené par Lazare, avaient été placé en isolation jusqu'à nouvel ordre. Aucun contact avec eux n'étaient autorisés, seuls les médecins du ranch étaient autorisés à les voir.

Malheureusement, depuis hier, certains patients sont atteints de divers symptômes allant des vertiges aux vomissements, en passant par des tremblements et des toux douloureuses. Aujourd'hui, la cabane isolée est remplie des vaccinés et de leurs proches inquiets. Parmi les malades, on compte Beckett Wills et Ivan Vaughn qui vomissent du sang.

C'est la panique chez les Crimson Riders. Entre les patients dont les symptômes varient et inquiètent, les proches à gérer et les survivants paniqués à l'idée qu'une nouvelle épidémie se propage... Abel Rhodes et ses fidèles cavaliers, ont du pain sur la planche !


Déroulement de l'intrigue


Nous sommes au début du mois de décembre et le vaccin proposé par Lazare et ses hommes commencent à faire effet. Le problème ? Il n'a pas l'air de fonctionner... Au contraire, il rend plus malade qu'autre chose !

Comme toujours, afin de permettre une avancée rapide, veillez à ne pas dépasser les 400 mots grand maximum, pas d'ordre de passage, faites-vous plaisir.  Chaque poste compte comme un véritable rp dans l'activité du forum, alors lâchez-vous !

Le staff interviendra régulièrement avec le compte PNJ pour pimenter l'action, personne n'est jamais à l'abri.

Si vous mentionnez un personnage, joué ou non joué, inscrivez son pseudo entre les balises correspondante :
Citation :
Code:
<cri></cri>


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Riders + j'peux pas j'ai poney
avatar
Riders + j'peux pas j'ai poney
Hurlements : 134
crédit : milles rêves (avatar)
survit depuis le : 07/02/2017
capsules de troc : 297

MessageSujet: Re: intrigue générale (12/17) : panique au ranch.   Mer 6 Déc - 13:07

Elle avait laissé les volontaires se faire vacciner, sans toutefois approuver l’idée. C’était idiot. Aucun d’entre eux ne connaissait les effets réels de ce vaccin. Elle n’était pas assez naïve pour croire la team Lazarre – surtout pas après l’échec terrible de leur démonstration, ayant eu pour conséquence la mort de leur cobaye en plein direct. L’émeute qui avait suivi n’avait pas été une partie de plaisir. Elle s’était réfugiée dans un coin, pour finalement retrouver les autres cavaliers un peu plus tard. Le retour au ranch avait été calme mais l’inquiétude était perceptible. La mort violente de Kathy avait marqué les esprits et Mercy ne cessait de se repasser la scène en boucle.

Pendant plusieurs semaines, la vie avait repris son cours, même si les personnes fraîchement vaccinées avaient été placées en quarantaine, par précaution. Pour Mercy, il s’agissait d’un nouvel échec et elle était désormais prête à partager son envie de retraite avec Abel. Elle ne voulait plus partir, elle voulait désormais une vie paisible. Dehors, c’était se confronter à la réalité, à un éventuel espoir – les rumeurs de vaccin n’ayant pas disparues malgré la tragédie de la vaccination. Elle pensait que tout serait plus calme désormais. Encore une fois, elle se trompait. Elle prenait régulièrement des nouvelles de ses compagnons en isolation. Ce jour-là, les nouvelles n’étaient pas bonnes, la poussant à se rendre à la cabane, déjà entourée par les proches des malades. Elle ne pouvait pas faire grand-chose, n’ayant aucune information à leur partager. Elle chercha un responsable du regard : un membre de la famille Rhodes, le chef de la sécurité, un médecin, n’importe qui capable de la tenir au courant. Elle entendait l’inquiétude de cette foule qu’elle traversait avec peine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Riders + j'peux pas j'ai poney
avatar
Riders + j'peux pas j'ai poney
Hurlements : 679
crédit : Avengedinchains & Frimelda
survit depuis le : 13/08/2017
capsules de troc : 1531

MessageSujet: Re: intrigue générale (12/17) : panique au ranch.   Mer 6 Déc - 22:00

Je vous l’avais bien dit, pensa fortement Wyatt quand il rapporta que Beckett crachait du sang. Non, il ne l’avait pas dit, puisqu’il ne s’était pas rendu au spectacle de Lazare, mais son visage fermé et ses remontrances prononcées entre ses dents serrées à leur retour, à leur annonce l’avait indiqué. Bien sûr, un vaccin serait une bonne chose. Mais en tant que papa poule chef de la sécurité, Wyatt ne voyait pas l’intérêt que le ranch se porte volontaire. Il devait assurer leur sécurité – difficile quand ils s’injectent des choses inconnues dans le corps ! Wyatt soupire, attrape son fusil, son arc et ses flèches, installant les sangles sur ses épaules en se rendant au cabanon isolé, accompagné de quelques gardes En se rapprochant, ses pas s’allongent, et sa grosse voix gronde, au-dessus des questions : « - Qu’est-ce qu’on vous a dit ? » Depuis la mise en quarantaine, il passait plus de temps à faire la police pour empêcher les proches des malades de venir leur tenir compagnie qu’à faire son véritable job. La quarantaine était la meilleure façon de régler ça en attendant d’en savoir plus, il ne fallait pas être un génie pour en être sûr. Après tout, Abel et Wyatt étaient, miracle, d’accord. Les grondements du pitbull le précèdent et il fend la foule sans trop de difficultés pour se planter devant la porte, les bras écartés – retenant difficilement un soupir las. « - La situation est sous contrôle. » Vrai, elle l’était : les malades était sous surveillance. Soit ils mourraient, soit le vaccin fonctionnait, dans un cas comme dans l’autre, le problème ne sortirait pas du cabanon, et ce n’était plus entre les mains de personnes à partir du moment où les cavaliers étaient rentrés vaccinés. Il rive son regard à la foule, calmement : « - Les docs s’en occupent. Ils ont besoin de calme, et de temps. Pour une fois, il ne serait pas contre laisser Abel gueuler un coup ( et être le méchant, comme d’hab ) bien qu’il porte un regard compatissant sur les proches. Oui, l’inquiétude était légitime. Mais s’assembler autour du cabanon ne servait à strictement rien. " - On vous tient au courant."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Riders + j'peux pas j'ai poney
avatar
Riders + j'peux pas j'ai poney
Hurlements : 676
crédit : schizophrenic (avatar) selfservice (signature)
survit depuis le : 18/02/2017
capsules de troc : 1278

MessageSujet: Re: intrigue générale (12/17) : panique au ranch.   Ven 8 Déc - 3:42

S’il avait su que son acte d’inconscience le propulserait à l’isolement pour un temps inderterminé, sans doute que Beckett y aurait réfléchi plus d’une fois avant de se laisser injecter la substance inconnue. Jusque là, de ne pas voir les autres irrascibles du ranch ne l’avait pas dérangé, et la compagnie d’Ivan était tout de même appréciable, bien que Beckett ne soit pas plus loquace que d’habitude, un peu de conversation en fin de journée faisait toujours un peu de bien. Le temps commençait à être long, et l’enfermement commençait à lui peser, lui qui aimait tant rester dehors des jours entier pour sentir l’air sur son visage. C’était une sensation qui lui manquait. Puis, la vieille, les symptômes sont apparus. D’abord, légers, quelques vertiges qui le dérangèrent dès qu’il voulait se lever, marcher, puis, s’affirmant, les sensations d’ivresses légères se sont transformées en réels tournis qui l’empêchèrent de se remettre sur ses deux pieds sans tomber. Puis, en début de matinée, assis sur son lit, les vomissements ont débuté. Du sang, liquide et en caillots, la seule chose que les contractions de sa gorge réussissaient à lui faire régurgiter, du sang et le vide de son ventre alors qu’il n’avait pas déjeuner. Dehors, il pouvait entendre quelques riders s’agglutiner, murmurer, et la voix grave de Wyatt pour dire que rien n’allait mal, rien n’allait bien non plus. Beckett se demanda un court instant comment il pouvait être encore stupide avec toutes les péripéties que son manque de réflexion avait pu lui causer. Il se demanda aussi si on prendrait la peine d’enterrer son corps, d’habiller sa tombe ou si on le brûlerait vulgairement comme les autres rôdeurs abattus sans y réfléchir, qu’on mettait à brûler sans sentiments. Lui qui n’avait jamais cru en rien se rêvait à penser d’une tombe à fleurir pour qu’il continue à vivre dans les mémoires, entre deux vomissements. Si on l'oublierait dans longtemps, si on penserait à se souvenir de lui, ou si dans la tristesse, les seules personnes qui l'estimaient se tairaient pour oublier. Il allait encore faire pleurer Elanor. Puis, comme traversé par une once de clareté, il releva la tête vers son camarade, en aussi mauvais état que lui, et se contenta de dire, sans s’agiter, « j’crois qu’on va crever à cause de cette merde. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Riders + j'peux pas j'ai poney
avatar
Riders + j'peux pas j'ai poney
Hurlements : 355
crédit : idontgiveaf0x & asilversnake
survit depuis le : 08/10/2017
capsules de troc : 1193

MessageSujet: Re: intrigue générale (12/17) : panique au ranch.   Sam 9 Déc - 16:36

Alexandra est bien contente de ne pas s'être fait vacciner. Elle préfère être à l'extérieur et non pas en quarantaine. Elle avait raison de s'en méfier. Ce qui n'a pas changé grand-chose à ses activités par la suite, bien qu'un peu plus surveillée. Elle s'en accommode, bien contente de ne pas être elle aussi enfermée juste au cas. Ce qui aurait été stupide, car, à ce qu'elle sache, les vaccins ne sont pas contagieux. Quoique avec lui, on ne sait pas vraiment. Elle se sent bien, cela doit être un assez bon signe. Elle espère tout de même que le tout se règle rapidement, c'est de la main d'œuvre prise inutilement. Que ce soit ceux mis de côté par prévention, que leurs proches. Elle se dit qu'ils pourraient se changer les idées en faisant n'importe quoi d'utile, rester là, ne va rien changer à la situation actuelle. Elle ne fait pas vraiment dans les sentiments. Elle ne passe pas son temps à faire le piquet, elle ne verrait pas en quoi cela pourrait aider la situation.

Pourtant, il y a Ivan qui s'est fait vacciner. Elle ne sait toujours pas trop où se situer au niveau de leur relation, mais elle ne le déteste pas. Le savoir en isolation ne l'empêche pas de continuer à poursuivre ses activités. La Terre n'a soudainement pas arrêté de tourner car ils sont enfermés. Elle croise deux personnes, pleurant, indiquant que les vaccinés se sont mis à vomir du sang. Elle savait qu'ils ne sentaient pas bien depuis la veille, mais là, c'est vraiment plus inquiétant, même pour elle. Elle s'approche donc afin d'essayer d'avoir plus d'information. Wyatt est encore là, tentant de calmer ceux qui veulent avoir des informations, ceux qui veulent entrer. Elle se faufile parmi elles, se rapprochant du cabanon. « Tu veux un coup de main en plus ? » demande-t-elle au chef de la sécurité. Elle n'est peut-être pas une garde, mais empêcher les personnes d'aller plus loin, elle devrait y arriver.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Riders + j'peux pas j'ai poney
avatar
Riders + j'peux pas j'ai poney
Hurlements : 469
crédit : cahdmus & sign by astra
survit depuis le : 20/04/2017
capsules de troc : 1190

MessageSujet: Re: intrigue générale (12/17) : panique au ranch.   Lun 11 Déc - 17:24

Si elle avait su qu'Ivan voulait s'en aller vers Austin avec le reste des Cavaliers pour découvrir ce que Lazare et ses hommes avaient à dire, aucun doute : Winona l'en aurait vivement empêché. L'idée était stupide et dangereuse. Les rumeurs d'un supposé vaccin la laissait de marbre, persuadée qu'il n'y avait déjà plus rien à faire pour leurs âmes condamnées à mort. Engluée dans le présent, perdue dans des rêves d'avenir, elle n'a que faire d'un vaccin qui pourrait les sauver tous. Elle ne veut pas être sauvée. Alors en découvrant qu'Ivan s'était joint à la troupe d’encensés partit tôt ce matin, elle avait perdu son sang froid. Son état ne s'était pas arrangé en apprenant de la bouche de son amant qu'il avait pris le fameux vaccin. Mis en quarantaine avec Beckett, les deux hommes étaient depuis hors d'atteinte et Winona devenait folle. Lionne en cage privée de son petit prince, elle attendait un quelconque verdict des médecins.

La situation allait de mal en pis et quand Wyatt lui rapporta les dires provenant de la cabane, la jeune femme campa devant, bien décidée à en savoir plus. Elle avait beau détester cet élan de sentiments, cette peur qui lui tordait le ventre, elle ne pouvait pas l'ignorer. Loin d'être la seule dans cet état, elle s'approche de Wyatt et d'Alexandra qui se crispe en voyant la blonde. « Du temps ? Putain si ils comprenaient quelque chose à ce merdier, ça ferait longtemps que nos bonhommes seraient sorti nan ? » Son calme, il y avait bien longtemps qu'elle l'avait perdu. Planté devant ses acolytes riders, elle ne regarde pas directement la jeune femme, mais du coin de l’œil elle la voit s'agiter, prête à ouvrir la bouche. Alors Winona l'en empêche d'un regard et de quelques mots venimeux. « T'étais là-bas non ? Tu peux rien nous dire sur cette merde qu'ils se sont injectés ? » Elle n'a pas envie de jouer, pas le temps d'attendre un miracle. Et, de toute évidence, Ivan, Beckett et les autres victimes malheureuses de ce vaccin non plus.

● ● ● ● ●

wild beasts wearing human skins.there's blood on my hands, like the blood in you. qome things can't be treated, so don't make me, don't make me be myself around you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Riders + j'peux pas j'ai poney
avatar
Riders + j'peux pas j'ai poney
Hurlements : 679
crédit : Avengedinchains & Frimelda
survit depuis le : 13/08/2017
capsules de troc : 1531

MessageSujet: Re: intrigue générale (12/17) : panique au ranch.   Lun 11 Déc - 20:50

Wyatt aperçoit enfin Alexandra et lui adresse un signe de tête, l’invitant à le rejoindre. « - Ce n’est pas de refus. Il faut les garder à distance. » mumure-t-il entre ses dents serrées, ses mâchoires crispées. La situation est épuisante depuis des jours, il est las, et il sent que son calme va finir par lui manquer si la situation a envie de dégénérer aujourd’hui. Son regard pétille, une dizaine de secondes, en apercevant Winona qui les rejoint, dépassant Mercy qui observe. Une demi-seconde en voyant l’expression peinte sur ses traits, et en réponse le visage du chef de la sécurité s’assombrit légèrement. Il roule pourtant des yeux et s’efforce de garder un ton calme et détendu – Winona et son amie, et s’il apprécie son aptitude à se plaindre en cachette, comme des complices, il craint d’autant plus sa capacité à foutre la merde en s’opposant à lui. « - Ca s’appelle une quarantaine, quarante jour, tu sais compter, non ? » Il tend le bras pour intercepter sa question à Alexandra et la fusiller du regard. « - Elle n’est pas docteur, ceux qui sont utiles ceux à l’intérieur, ceux qui ne le sont pas feraient mieux de retourner à leurs tâches » Qu’est-ce qu’elle veut faire de plus ? Ils faut attendre que les vaccinés meurent ou tiennent le choc, point. Il est désolé de rencontrer son angoisse, il est désolé qu’elle tienne à Ivan, mais il reste ferme, et baisse la voix, juste pour elle, doucement :« - Rend pas ça plus difficile, Wino, personne ne peut rien faire pour l’instant. S’il te plaît. » Son sixième sens, son radar spécial Abel lui font détourner les yeux de Winona, adresser un léger signe de tête à ses gardes et Alex pour finir par se redresser d’aplomb sur ses talons, une main sur ses hanches et …une ombre de sourire sur son visage fermé. Il éprouve un soulagement partiel – ce n’est plus à lui de prendre la grosse voix et avoir une certaine d’autorité pour gérer ça est toujours un plus. Mais, cela va définitivement mal tourné.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Riders + j'peux pas j'ai poney
avatar
Riders + j'peux pas j'ai poney
Hurlements : 41
crédit : -
survit depuis le : 25/10/2017
capsules de troc : 116

MessageSujet: Re: intrigue générale (12/17) : panique au ranch.   Mer 13 Déc - 0:19

Ivan ne se rappelait plus pour quelle raison il avait accepté d’être le cobaye de cette stupide expérimentation chimique. Etait-ce encore son altruisme qui lui avait joué des tours, en le poussant à être cette victime plutôt que les autres Riders ? Etait-ce dû à cet accès de jalousie et de colère froide, deux sentiments qui le rongeaient et le tenaillaient impitoyablement depuis qu’il avait appris pour Winona et Abel ? Etait-ce pour mettre fin à la folie qu’était devenue ce monde ? Ou alors, tout simplement, était-ce sa conscience coupable qu’il ne supportait plus d’avoir comme partenaire de vie ?

Cherchait-il à punir toutes ces personnes qui comptaient sur son altruisme ou Winona qui le pensait constamment acquis comme un objet ; ou à se punir pour être ce benêt idiot au service de chacun sans rien attendre ou encore ce criminel qui a tué de sang-froid pour couvrir un plan encore plus affreux et anarchique (ou tyrannique) ?

Quel que soit la réponse, la question restait la même dans le fond : « pourquoi ». Une question qu’il retournait dans tous les sens, sans en trouver une quelconque logique ou un mécanisme ordonné et rigide, obéissant à une règle naturelle et mathématique.

- J’crois qu’on va crever à cause de cette merde.

Beckett
s’était paré un court instant de la parure de l’Ange de la Mort, annonçant une fin qui ne pouvait être évitée. Ivan gardait le silence, mais la tête basse. L’honneur devrait le pousser à assumer son acte, mais la peur l’en empêchait. La vérité était qu’il souhaiterait bien sortir d’ici, pleurer, trembler et crier au monde qu’il ne voulait pas mourir.

- On aurait dû s’en dout…

Une phrase interrompue par une giclée de sang ayant fait route de son estomac à sa bouche, en passant par l’œsophage.

- Tu voudrais faire quoi, si tu devais vraiment mourir ?


La mort ? Il refusait de la reconnaître, ou de l’accueillir. Soudainement, il se fichait de punir ou d’être puni. Il ne désirait qu’une chose : vivre, même s’il ne méritait pas…

Quant à la demande, elle était faite d'une voix rauque et fébrile, cette voix fantomatique et rugueuse que l'on adopte quand on vomit, qu'on a la bouche déshydratée au possible et qu'on ressent plus que jamais que notre corps est composé en grande partie de sang, et d'eau...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Riders + j'peux pas j'ai poney
avatar
Riders + j'peux pas j'ai poney
Hurlements : 3054
crédit : ANESIDORA (signature), Tam (gif profil)
survit depuis le : 06/08/2016
capsules de troc : 5192

MessageSujet: Re: intrigue générale (12/17) : panique au ranch.   Jeu 14 Déc - 3:51

Quand ce n’était pas la grippe pour coucher ses hommes, ils fallaient que ceux-ci aient l’idée judicieuse de s’injecter une substance dont on avait pas la moindre idée de son efficacité. Envoyer un petit groupe de cavalier à Austin s’informer de cette histoire de vaccin n’avait pas, en soit, été une mauvaise idée – après tout, on n’était jamais à l’abri d’un miracle – mais, si Abel avait su que certains allaient faire preuve d’autant d’inconscience, sans doute aurait-il révisé son opinion. Un cobaye pour vérifier les dires de ce prétendu Lazare et toute sa clique, pourquoi pas, mais du personnel dont il avait l’usage ici ? Ça ne l’avait pas mis en joie lorsqu’il l’avait appris, et ça ne le mettait certainement pas en joie maintenant qu’on lui avait annoncé le virage brusque qu’avaient pris les survivants confinés dans la zone de quarantaine établie pour l’occasion. Non seulement il y avait la possibilité qu’ils ne s’en sortent pas – et il n’avait certes pas besoin de ça, pas en ce moment, pas après les pertes humaines et matérielles de l’ouragan, et de l’hiver dernier –, mais en plus c’était là une distraction pour les autres, les proches inquiets et ceux qui étaient juste curieux de savoir ce qui allait arriver dans les prochaines heures (il préférait écarter l’hypothèse supplémentaire d’une contagion possible, espoir qu’il s’efforçait de conserver vaillant, parce que personne et certainement pas lui n’avait envie de revivre ce qui était arrivé lorsque la grippe avait pris ses quartiers au sein du campement). Lorsqu’un garde était venu lui annoncer l’attroupement autour de la cabane où officiaient les médecins et leurs aides, il s’était résigné à se bouger à son tour tout en sachant très bien ce qui allait se passer, et l’idée le faisait grincer des dents d’avance.
Le sourire de Wyatt n’augurait rien de bon : ce n’était jamais pour une bonne raison, qu’il était content de le voir en règle générale. Silencieux alors qu’il se faufilait entre les curieux – ou plutôt, termes plus adéquats : écartait d’une poigne vigoureuses ceux qui n’avaient pas le réflexe de le faire eux-même –, le leader du ranch alla flanquer le chef de la sécurité devant l'accès à l'infirmerie, le regard quelque peu contrarié pour juger ceux qui s’attroupaient ici. « Que les choses soient claires : personne ne rentre si ce n’est pas pour se rendre utile à l’intérieur. C’est pas en s’agglutinant autour des malades que vous allez faciliter le boulot des médecins, et ils sont plus habilités que vous à gérer la situation. » Restait à savoir qui, en premier lieu, avait laissé filtrer l’information concernant l’aggravation de l’état de santé des vaccinés ; acte peu judicieux s’il en était, il n’en résulterait rien de bon sinon un potentiel mouvement de panique.

● ● ● ● ●

about today
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
gotta catch them all
avatar
gotta catch them all
Hurlements : 1052
crédit : aerin.
survit depuis le : 15/04/2016
capsules de troc : 2270

MessageSujet: Re: intrigue générale (12/17) : panique au ranch.   Jeu 14 Déc - 19:56





Intrigue générale ;


panique au ranch.

« le début de la fin. »
Le vaccin, tout le monde n'a que ce mot à la bouche. Clef de la guérison ou arnaque foireuse ? La deuxième option semble pour l'instant primer. L'infirmerie sommaire regorge de malades aux symptômes divers et variés. Chaque patient est unique, personne ne semble assimiler et réagir à la vaccination de la même façon. C'est surement ce qui est le plus effrayant dans l'équation. La santé de beaucoup de survivants se détériorent au fil du temps et ce n'est que le commencement, sans parler des esprits qui s'échauffent.

(+) Malgré les conseils, les survivants s'agglutinent, certains inquiets pour leurs proches, d'autres tout simplement curieux et à la fois paniqués : est-ce que c'est contagieux ? est-ce qu'il existe un risque de contamination ? est-ce que le ranch est en danger ? Les questions s’enchaînent et agitent la foule qui s'échauffe. Bientôt les cavaliers se bousculent, hurlent, et la pagaille prend rapidement place. En plus des malades, voilà qu'une émeute éclate.

(+) Alors que la pagaille règne en maître à l'extérieur, l'état d'Ivan Vaughn semble se stabiliser, les douleurs - bien que toujours présentent - diminuent, ce qui n'est pas le cas de Beckett Wills sur le point de littéralement se noyer dans son propre sang et régurgitations (sexy).

(+) Certains survivants sont autorisés à pénétrer au sein de la quarantaine afin d'aider Arte McMahon et Caden Rhodes clairement en sous-effectif.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Riders + j'peux pas j'ai poney
avatar
Riders + j'peux pas j'ai poney
Hurlements : 968
crédit : faust (avatar) - ANESIDORA (signature)
survit depuis le : 26/10/2016
capsules de troc : 1639

MessageSujet: Re: intrigue générale (12/17) : panique au ranch.   Jeu 14 Déc - 22:51

Elle a perdu le fil du temps dans cette cabane. Il pouvait s'être écoulé dix minutes comme dix heures, tout s'enchaînait tellement vite depuis les premiers symptômes. Seules les protestations à l'extérieur et la grosse de voix de Wyatt braillant à tout le monde de s'écarter lui donnait une idée de la situation et de son évolution.
Malini, elle y était depuis ce matin dans cette zone de quarantaine, en tant que bénévole. Et ça n'avait pas été difficile de faire jouer ses relations pour pouvoir entrer et surveiller l'état de Beckett - comme quoi, être l'ex de Caden et ne pas être détestée par Arte pouvait jouer en sa faveur.  Et puis c'est pratique d'avoir quelqu'un qui a l'estomac bien solide pour pouvoir supporter la vision d'autant de vomi et de sang et de malades. Et depuis ce matin, elle peste entre ses dents, engueulant à moitié Beckett et son côté vieux-désespéré-suicidaire et préparant déjà dans sa tête la façon dont elle allait engueuler Bass pour avoir pensé, même l'espace de cinq minutes, à prendre ce satané vaccin.

C'est dans l'illusion d'un moment d'accalmie - en fait c'était juste un des gardes qui avait arrêté de pleurer pour finalement s'endormir dans un demi-sommeil, demi-coma - qu'elle entend un bruit inquiétant du côté du quinquagénaire. Malini s'approche, prudente, inquiète, pas prête mentalement à ce que les choses virent au drame, et elle se crispe immédiatement quand elle comprend que ça ne va vraiment pas du côté de Beckett et que ses compétences en premiers secours ne sont d'aucune utilité dans une situation aussi grave. Elle lui met une bassine sous le nez, crachant avec violence : "Ah non, tu me fais pas ça maintenant putain. Tu restes avec nous." Et la violence rejoint le geste quand le plat de sa main vient frapper le dos du maréchal ferrant à cinq reprises, avec l'espoir un peu naïf que cette première étape suffirait. C'est qu'elle redoute un peu la méthode Heimlich : la dernière et unique fois qu'elle a dû le faire, c'était bien dix ans en arrière sur un mannequin en plastique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Riders + j'peux pas j'ai poney
avatar
Riders + j'peux pas j'ai poney
Hurlements : 679
crédit : Avengedinchains & Frimelda
survit depuis le : 13/08/2017
capsules de troc : 1531

MessageSujet: Re: intrigue générale (12/17) : panique au ranch.   Sam 16 Déc - 1:18

Ils étaient d'accord, et faisaient front commun, l'un à côté de l'autre. Pour une fois. Les paroles d’Abel étaient un écho de celles de Wyatt et du bon sens – tous ces visages inquiets étaient inutiles à l’intérieur. Rentrer ne leur apporterait rien de plus, à moins qu’ils ne veuillent attirer la mort sur l’un des vaccinés. Wyatt serra un peu plus les dents, aux côtés d’Abel, une main sur la crosse de son revolver – il n’avait aucune envie de gâcher ses munitions, contre ses propres voisins, contre ceux qu’il devait protéger. Mais l’arc dans son dos n’était pas ce qu’il fallait, alors que le périmètre de sécurité autour de la cabane se réduisait.
Un instant, un bref instant, au silence qui suivit l’apparition d’Abel et les regards qui n’osaient pas croiser celui du maître des lieux, Wyatt espéra que, à défaut, de parvenir à les renvoyer tous chez eux,  la situation se calme. Qu’ils parviennent à se faire entendre, à donner même quelques nouvelles. Mais d’autres, peut-être plus éloignés des gardes, en arrière, s’agitaient, et la foule se remit en mouvement à corps et à cris. Le passé de flic de Wyatt agissait comme un sixième sens ou instinct de survie – être face à une foule, un début d’émeute, dos au mur… Il savait ses gardes capables de garder leur calme ( ou plutôt craignant autant ses engueulades que celles d’Abel ) et Mercy et Alex devaient avoir un minimum de bon sens. Winona ? Il serait blessé de la voir se retourner contre la logique. Mais, les jambes de Wyatt agissent avant lui – il s’interpose entre un homme et Abel, se plaçant entre eux pour le saisir par le vêtement et le repousser le plus calmement possible – mais l’homme résiste, exige des comptes, et le retour de sa femme. Le sang bat à ses tempes, mais la voix qui sort de sa gorge, bien que sombre, est calme. « - Doucement. On recule. » Il le saisit à bras le corps, les talons enfoncés dans le sol pour l’empêcher de le mettre au sol.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Riders + j'peux pas j'ai poney
avatar
Riders + j'peux pas j'ai poney
Hurlements : 676
crédit : schizophrenic (avatar) selfservice (signature)
survit depuis le : 18/02/2017
capsules de troc : 1278

MessageSujet: Re: intrigue générale (12/17) : panique au ranch.   Sam 16 Déc - 3:39

Il pouvait entendre le bruit dehors, les quelques voix et échos de pas s’agglutiner autour de la cabane de quarantaine, et il aurait préféré entendre du silence plutôt que l’inquiétude de la foule. Il n’avait d’ailleurs pas besoin de plus pour répondre à la question entrecoupée de hauts-le-cœur d’Ivan, « clamser dehors, à l’air frais, sans tous ces guignols autour, avoir la paix, un peu. » Ne pas être une bête de foire, lui qui s’était évertué à bien rester à l’écart, être celui qui vit dans son coin, même dans les tréfonds de l’apocalypse et du survivantisme. Ça l’embêterait de rendre son dernier souffle entouré d’yeux qui ne veulent savoir qu’une seule chose – l’efficacité du vaccin – et rien d’autre, quand lui voulait un peu de paix, que le silence et le calme de la quarantaine l’accompagne jusqu’à l’air frais avant que tout ne s’arrête. Pourtant, personne n’entend ses prières, ou alors on veux lui faire un mauvais tour, puisqu’au fil des minutes ce sont des éclats de voix qu’il entend, peut-être même quelques éclats de corps, et sa vue qui se trouble, son front qui semble se tremper plus qu’il ne l’est possible de sueur et de fièvre. Ivan en face de lui ne semble pas aller mieux, disons qu’il ne semble pas aller pire qu’il ne l’était déjà quand Beckett lui, flanche, sursaute de la présence de Malini, crachote sous l’impulsion des tapes dans le dos qu’elle lui inflige. Est-ce qu’il ne donnait pas déjà l’impression d’être déjà à l’article de la mort pour qu’elle vienne l’embêter ainsi ? « Je suis désolé je sais pas si je vais pouvoir... » Il vomit, encore une fois, un caillot dégueulasse, peut-être bien un bout de quelque chose plutôt qu’un conglomérat de sang, il n’en sait trop rien. Il a chaud. Il a froid. Il ne sait plus où il est, et dans un réflexe stupide il attrape la main de Malini dans la sienne, moite et tremblotante, et il la serre, sans savoir si c’est peut-être la dernière chose qu’il fera. « J’arrive plus à respirer Malini, j’étouffe, j’ai plus d’air. » Sa bouche est pâteuse, et il ne pense qu’à une chose, c’est de supplier pour sortir dehors, pour avoir le vent sur son corps ruisselant de fatigue, la chaleur du soleil pour contrer les sueurs froides qui lui secouaient la nuque. Il veut être libre, comme il a toujours cherché à l'être, et partir sans que la dernière vision de ses pupilles éclatés sur le sol ne soit celle d'un vieux toit en bois.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Riders + j'peux pas j'ai poney
avatar
Riders + j'peux pas j'ai poney
Hurlements : 134
crédit : milles rêves (avatar)
survit depuis le : 07/02/2017
capsules de troc : 297

MessageSujet: Re: intrigue générale (12/17) : panique au ranch.   Dim 17 Déc - 20:44

Mercy n’était pas suffisamment idiote pour risquer sa vie en mettant ne serait-ce qu’un orteil dans la zone de quarantaine. Elle allait se contenter d’aider en restant dehors, merci bien. Elle allait faire demi-tour pour vaquer à ses occupations quand elle se retrouva soudainement encerclée puis poussée par la foule. Des cris de mécontentement raisonnaient autour d’elle, tandis qu’elle était trimballée de gauche à droite. Elle joua des coudes pour se sortir de là, se dirigeant tant bien que mal vers Wyatt. Ou du moins, dans la direction où elle l’avait aperçu pour la dernière fois. Pas facile de voir quoi que ce soit en étant secouée comme un sac à patate. Finalement, elle trébucha, expulsée de la foule avec force, se retrouva à genoux sur un sol boueux. Elle se releva en grimaçant, son regard examinant rapidement la situation jusqu’à tomber sur un Wyatt aux prises avec un type aux traits déformés par la colère et la douleur. Elle comprenait les sentiments de ce pauvre homme. Mais c’est lorsqu’elle vit Abel près du chef de la sécurité qu’elle commença à voir rouge. Mode chien de garde activé. Elle se plaça rapidement aux côtés de Wyatt, attirant l’attention de l’homme en colère sur elle. « Ca suffit Drake. T’es pas le seul à avoir quelqu’un là-dedans, si tu veux pas que ta femme crève pour de bon, laisse les médecins faire leur boulot. C’est pas en créant une émeute qu’elle va revenir. » Sauf que le Drake en question semblait s’en battre totalement les cacahuètes de ses paroles – pour une fois – pleines de sagesse. Il tenta de repousser Wyatt, ce qui exaspéra totalement la jeune femme. « T'as vu, j'ai fait un effort. J’ai le droit de frapper, maintenant ? », lui demanda-t-elle innocemment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Riders + j'peux pas j'ai poney
avatar
Riders + j'peux pas j'ai poney
Hurlements : 469
crédit : cahdmus & sign by astra
survit depuis le : 20/04/2017
capsules de troc : 1190

MessageSujet: Re: intrigue générale (12/17) : panique au ranch.   Lun 18 Déc - 17:31

Elle pourrait étranger Wyatt sur le champs. Si elle écoutait son cœur qui battait à tout rompre contre ses tempes, si elle écoutait cette petite voix dans sa tête, elle lui sauterait à la gorge. D'abord parce qu'elle n'apprécie pas la façon qu'il a de s'adresser à elle. Ensuite, parce qu'il se permet de la prendre de haut, s'imagine qu'elle va être bien sage et fermer sa grande bouche. C'est mal la connaître. « Alors quoi on les laisse crever ? Fout le feu à la baraque tout de suite dans ce cas ! » Non elle ne se taira pas, non elle ne restera pas inactive ! Hors de question. C'est au-dessus des ses forces. Ce n'est pas qui elle est.

Du coin de l’œil, elle voit approcher Abel et sait d'avance qu'elle va devoir s'écraser. Le leader n'a pas envie de rire (comme d'habitude). Elle l'écoute, bras croisés sur la poitrine, prête à bondir, lionne en cage qui ne supporte pas cette situation, cette inactivité dont tout le monde fait preuve. Une inactivité de façade, une bulle de calme relatif qui finalement explose. Évidemment. C'était trop beau pour durer. Les éléments perturbateurs se font entendre et la masse s'approche dangereusement des gardes mais surtout d'Abel. Ce serait le moment idéal pour supprimer le leader. Mais bien sûr, Winona n'a rien organisé, rien préparé. Elle ne peut pas s'approcher, le poignarder dans le dos en toute discrétion. Pas maintenant. Alors elle fait face, fait front avec Wyatt, Mercy, Alexandra et tous les autres. Elle jette un œil vers Drake qu'elle juge drôlement excité et qui, en temps utile, pourrait s'avérer être un atout majeur dans l'élimination d'Abel. Winona profite d'être libre de ses mouvements pour sortir son arme, la braquer vers le ciel comme un avertissement silencieux. Prête à tirer sur le premier qui approcherait d'un peu trop près.

● ● ● ● ●

wild beasts wearing human skins.there's blood on my hands, like the blood in you. qome things can't be treated, so don't make me, don't make me be myself around you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Riders + j'peux pas j'ai poney
avatar
Riders + j'peux pas j'ai poney
Hurlements : 355
crédit : idontgiveaf0x & asilversnake
survit depuis le : 08/10/2017
capsules de troc : 1193

MessageSujet: Re: intrigue générale (12/17) : panique au ranch.   Mer 20 Déc - 3:55

Wyatt accepte sa proposition et Alexandra va donc se placer devant les autres, dont devant Winona qui se met à critiquer et à s'en prendre à elle avant qu'elle n'ait pu prononcer le moindre mot. Elle n'a pas plus le temps de répliquer que le chef de la sécurité intervient avant. Cela vaut mieux en réalité. Elle n'est pas là pour faire dégénérer le tout encore plus, ce qui ne l'empêche pas de jeter un regard noir à la blonde. Wyatt pense comme elle : se montrer utile serait plus utile que de rester à faire le piquet ici. Abel approche et dit presque la même chose. Elle ne voit pas en quoi c'est compliqué d'obéir à cela. C'est même plus sécuritaire pour les malades. Trop entourés, ceux qui s'en occupent risque de ne pas être capables d'aller vers eux au bon moment. Malheureusement, le message ne rentre pas dans la majorité des têtes. Cela devient de plus en plus pire alors que les questions et les réactions se font de plus en plus vives. La distance entre ceux d'en avant et la cabane se réduit de plus en plus, ça ne leur laisse pas un très grand jeu pour bouger.

Mercy les rejoint, dit à celui ayant voulu s'en prendre à Abel de se calmer. C'est de plus en plus violent, Winona a sorti son arme, ce qui est une bonne idée. Elle doit l'avouer, pas à voix haute. Ce qui semble calmer les cavaliers, un peu. Sauf un, qui en profite lorsqu'elle lance un regard à l'arme pour s'assurer qu'elle ne vise personne en particulier, qui se jette sur elle. Surprise, elle perd l'équilibre et percute un coin. Elle perd connaissance quelques secondes plus tard après avoir essayé de se relever.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
gotta catch them all
avatar
gotta catch them all
Hurlements : 1052
crédit : aerin.
survit depuis le : 15/04/2016
capsules de troc : 2270

MessageSujet: Re: intrigue générale (12/17) : panique au ranch.   Jeu 21 Déc - 18:52





Intrigue générale ;


panique au ranch.

« le début de la fin. »
Le vaccin, tout le monde n'a que ce mot à la bouche. Clef de la guérison ou arnaque foireuse ? La deuxième option semble pour l'instant primer. L'infirmerie sommaire regorge de malades aux symptômes divers et variés. Chaque patient est unique, personne ne semble assimiler et réagir à la vaccination de la même façon. C'est surement ce qui est le plus effrayant dans l'équation. La santé de beaucoup de survivants se détériorent au fil du temps et ce n'est que le commencement, sans parler des esprits qui s'échauffent.

(+) malgré les bonnes paroles d'Abel et Wyatt, une bagarre éclate. Première victime malheureuse, Alexandra s'écroule au sol, inconsciente et manque de se faire piétiner par le mouvement de foule qui suit. Des coup de feu sont tirés, simple sommation pour le moment. On retient les principaux agitateurs afin de les faire payer plus tard. Ou sur le champs.

(+) Dans la panique, personne ne semble avoir remarqué que du sang s'écoule du bras de Wyatt, blessé par une balle perdue tirée par un de ses co-équipiers.

(+) Alors que la pagaille règne en maître à l'extérieur, l'état d'Ivan Vaughn et Beckett Wills ne s'améliore guère. Ce dernier manque clairement d'air et l'aide de Malini ne suffit pas à calmer sa crise. Ivan, lui, est pris d'une violente nausée qui se transforme rapidement en vomi sanguinolent.

(+) Certains survivants sont autorisés à pénétrer au sein de la quarantaine afin d'aider Arte McMahon et Caden Rhodes clairement en sous-effectif.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Riders + j'peux pas j'ai poney
avatar
Riders + j'peux pas j'ai poney
Hurlements : 679
crédit : Avengedinchains & Frimelda
survit depuis le : 13/08/2017
capsules de troc : 1531

MessageSujet: Re: intrigue générale (12/17) : panique au ranch.   Dim 24 Déc - 11:51

Est-ce qu’ils pouvaient afficher sur la porte des écuries l’image du cavalier du mois ? S’il-vous-plaît ? Que Mercy soient de son côté et tente de ramener le calme était suffisamment notable pour que Wyatt soit prêt à la dessiner avec des jolis feutres et la scotché sous l’auvent de sa caravane. Autant pour la féliciter que pour inciter les autres à en prendre de la graine, car si Mercy Fisher était la personne la plus pacifique et raisonnable du ranch, on allait droit vers un problème. A sa demande, Wyatt roule des yeux mais émet un “hn-hn” négatif en secouant un peu la tête - tout surveillant les autres du coin de l’oeil. ”- On déconcentre pas les docs avec des cons, ils ont assez de boulot comme ça.” murmure-t-il entre ses dents à son amie. Parce que contrairement à ce que pense Winona il ne veut pas les laisser mourir - les sauver est juste hors des ses compétences.

Ramener le calme non. En théorie. La situation dégénère assez vite, et Wyatt comme d’autres sort son arme - sans tirer. Plus concerné par 1) garder Abel dans son champ de vision, près de lui, et non pas au coeur de la mêlée, là où il peut vérifier que personne n’en profite pour lui planter un poignard entre les côtes. Ou pire, dans la jambe. 2) empêcher l’émeute de dégénérer et ramener plus ou moins le calme. Lorsque la situation re-descend, Wyatt a son arme pointée vers Drake, le gardant à distance tandis qu’on encercle et écarte les plus agités. C’est à Abel de décider de leur sort, à Wyatt de faire obéir ses hommes et femmes, mais il les commande d’avance de quelques signes et murmures. Ils ne méritent pas de mourir, si ? Mais Wyatt se détourne et lâche un “- Merde.” ragueur en voyant que quelqu’un ne se relève pas - Alex inconsciente au sol. Il baisse son arme, lorsque ses yeux tombent enfin sur le sang qui imprègne sa chemise sur son bras armé. La douleur n’est pas très forte, mais lorsqu’il écarte le tissu déchiré, il y a bien une plaie qui saigne pas mal. Au moins il ne s'est pas pris une balle, c'est déjà ça. Il grimace alors que la douleur remonte enfin le long de son bras, et serre on avant-bras de son autre main, faisant un signe de tête, pour relier Alex et l’infirmerie - avant que des jaloux décident de se tirer volontairement dans le pied.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Riders + j'peux pas j'ai poney
avatar
Riders + j'peux pas j'ai poney
Hurlements : 968
crédit : faust (avatar) - ANESIDORA (signature)
survit depuis le : 26/10/2016
capsules de troc : 1639

MessageSujet: Re: intrigue générale (12/17) : panique au ranch.   Mer 27 Déc - 12:01

L'état du maréchal ferrant ne s'améliore pas miraculeusement, comme elle l'espérait. La recruteuse prend une profonde inspiration avant de relever Beckett et de se glisser derrière lui et de refermer les bras autour de son torse. Ses mains se joignent et se referment en un poing plutôt hasardeux et elle essaie de se rappeler tant bien que mal de ses connaissances rassemblées dans le stage de secouristes et dans les nombreux épisodes de Grey's Anatomy. L'important, c'est de ne pas céder à la panique, et ses pensées s'organisent clairement malgré la situation de crise. Après un décompte intérieur, elle tente la manœuvre de Heimlich et fait pression d'un coup sur la poitrine du cavalier.
"J'essaie du mieux que je peux, mais la dernière fois que j'ai fait ça, c'était pendant un stage Miss USA..." Elle ne sait pas pourquoi elle lui raconte tout ça. Pour rendre ce moment moins pénible ?
Pour qu'il ne vienne pas la hanter et lui pardonne si elle ratait son coup ? Plutôt pour se rassurer elle-même, pour se donner suffisamment de confiance pour mener à bien ses gestes. Mais elle n'est pas médecin Malini, elle ne sait même pas si elle l'aide vraiment. C'est pour ça que malgré ses efforts,
elle appelle : "ARTE ? CADEN ?" Peut-être que l'un des deux percevrait l'urgence dans son ton et viendrait sauver Beckett avec les bons gestes.

"Tiens-bon, tu vas t'en sortir... T'es pas assez vieux pour mourir, okay ?"
Elle se demandait ce qu'elle allait faire ensuite, si ça ne fonctionnait pas et s'il ne venait personne de plus qualifié à son secours. Il y avait bien ce truc qu'elle avait vu à la télé, qui consistait à planter un tube directement dans la cage thoracique pour faire passer l'air dans les poumons, mais ça faisait partie des choses dont elle s'en sentait incapable. Il y avait une différence entre Urgences et la vie réelle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Riders + j'peux pas j'ai poney
avatar
Riders + j'peux pas j'ai poney
Hurlements : 676
crédit : schizophrenic (avatar) selfservice (signature)
survit depuis le : 18/02/2017
capsules de troc : 1278

MessageSujet: Re: intrigue générale (12/17) : panique au ranch.   Ven 29 Déc - 15:30

Le monde commence à tanguer autour de lui, vision fiévreuse comme un voile délicatement soulevé par le vent de la mort à la place de ses pupilles. Il sent pourtant la chaleur de Malini se déplacer sur lui, comme s’il n’avait pas assez chaud, ses bras délicats qu’il a connu sous des lumières plus chaleureuses lui enserrer la poitrine alors qu’il manque d’air, laisse échapper un sourire qui ne ressemble pas à de la joie sur ses lèvres quand elle lui raconte des bêtises. Les tentatives de la recruteuse le font s’étouffer un peu plus, lui donne l’impression que ses côtes se cassent sous la pression de son corps avant de lui faire recracher un mélange de sang et de caillots difformes qui viennent tâcher sa chemise. Ses jambes tremblent jusqu’à défaillir, jusqu’à ce qu’il ne se laisse allez vers le sol, à peine retenu par son ancienne amante. « Ça va un peu mieux. » Il ment, il essaye de se convaincre lui-même pourtant il sait bien que ce n’est qu’un mensonge qu’il peut lancer sans personne pour l’attraper, pour y croire, il essaye tant bien que mal d’attraper le corps d’Ivan de ses yeux mais sa vision est encore brouillée. « T’imaginer défiler en maillot à Miss America ça requinque un homme. » Il s’étouffe sur le rire qui essaye de sortir de sa bouche, crache un peu plus de sang entre deux ricanements, essaye de retrouver des appuies sur ses jambes qui ne veulent pas lui obéir. Il n’entends pas les ballottages à l’extérieur, comme si les bisbilles étaient trop lointaines à sa condition pour qu’il se rende compte qu’elles pouvaient avoir lieu. Non, il n’entend pas, encore dans les bras de Malini qu’il ne se résout à quitter, il tends la main vers la porte, dans l’espoir vain de l’ouvrir, d’aller dehors. De ne pas crever enfermé. Mais bien vite son corps se relâche, sa main retombe, parce que la porte est trop loin, parce que si elle ne l’était pas, la poignée serait trop lourde pour ses forces envolées. « Tu crois qu’elle pense à moi ? » gémit-il à l’attention de Malini, comme s’il avait perdu l’espoir et la raison, pourtant il est persuadé que c’est la dernière pensée qu’il aura avant que son corps ne lâche.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Riders + j'peux pas j'ai poney
avatar
Riders + j'peux pas j'ai poney
Hurlements : 41
crédit : -
survit depuis le : 25/10/2017
capsules de troc : 116

MessageSujet: Re: intrigue générale (12/17) : panique au ranch.   Sam 30 Déc - 18:35

« Je ne veux pas mourir ». Cette pensée ne lui était pas étrangère. A vrai dire, elle avait sa compagne durant ses longues années d’exil dans son campus universitaire, lorsque ce maudit virus avait débuté son ravage. Cependant, depuis son arrivée au sein du Ranch, elle ne l’avait plus obnubilé. Ce monde, ces armes, ces pauvres barrières en bois, les surveillances, cette organisation… il s’était enfin cru en sécurité et il avait tout simplement mis à la porte cette pensée mortelle et morbide.

« Je ne veux pas mourir ». Ivan était de ceux qui souhaiteraient mourir vieux, dans un lit, au calme. Nullement en s’étranglant dans son propre vomi de sang. L’état de Beckett ne le rassurait pas et ne faisait qu’amplifier cette peur profonde d’une mort injuste et glauque. Incapable de supporter le spectacle qu’offrait son voisin de misère, le jeune adulte tourne son dos et pose son regard sur le sol, tentant d’ignorer les cris, les gémissements, les pleurs et les odeurs putrides des malades.

Il semblerait que regarder le sol ne soit pas une bonne idée. Voilà que le jeune homme était pris d’une nausée violente. Cependant, cette nausée ne ressemblait à aucune autre nausée. La bile avait bien un goût amer et chaud, mais il y avait également un arrière-goût intense de fer et surtout des sortes de caillots. Quoi que ce soit ; ce n’était pas une bonne chose.

« Je ne veux pas mourir ». A bas la virilité et l’honneur, il voulait hurler cette vérité haut et fort et sur tous les toits de ce monde dépravé. Malheureusement, il était réduit au silence contre son gré – du moins ce qu’il croit. En effet, il ne disait rien mais sa douleur s’exprimait malgré tout à travers des gémissements ou des grognements.

- Assommez-moi, finit-il par dire en rassemblant toutes ses forces.

Il était à bout. Il ne supportait plus de voir tous ces hommes et ces femmes souffrir ni ces mêmes murs qu’il voyait depuis quelques jours constamment. Tout ce qu’il désirait à cet instant était un semblant de paix et ce dernier ne pouvait s’obtenir qu’à travers deux choses : la mort ou l’inconscience. Si on ne lui offrait ni l’un, ni l’autre, il décidera de lui-même du sort. Oui, éclat de lucidité ou de clarté, il avait fait un choix.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Riders + j'peux pas j'ai poney
avatar
Riders + j'peux pas j'ai poney
Hurlements : 968
crédit : faust (avatar) - ANESIDORA (signature)
survit depuis le : 26/10/2016
capsules de troc : 1639

MessageSujet: Re: intrigue générale (12/17) : panique au ranch.   Mar 2 Jan - 11:04

Un soupir de soulagement lui échappe des lèvres quand la respiration de Beckett reprend, et elle parvient même à sourire en entendant son commentaire. Mais ils sont encore loin de pouvoir affirmer que le cavalier va mieux. Son front est toujours fiévreux et son teint pâle.
Elle ne répond pas immédiatement à sa question. Au lieu de cela, elle tend le bras pour attraper un seau d'eau et un chiffon et elle s'affaire à éponger son visage, à le garder du côté des conscients. "Tiens le coup et tu pourras lui demander toi-même." Peut-être que lui agiter l'espoir de revoir Elanor sous le nez lui redonnerait des forces, bien plus que de l'imaginer en maillot de bains en tout cas.

À côté d'eux, elle entend Ivan gémir et demander qu'on l'assomme. "Je crois pas que ça soit une bonne idée." Rassemblant ses forces, elle tente de remonter Beckett sur le lit et l'installe en position latérale de sécurité. "Reste comme ça pour l'instant", elle intime avec fermeté avant de se retourner vers le jeune sur son lit pour lui éponger le front également. "Ivan, est-ce que tu veux que j'appelle quelqu'un pour garder un oeil sur toi ?" C'est que Malini, elle n'était pas particulièrement proche de lui et elle était sûre que la compagnie de quelqu'un qu'il aimait bien lui serait bien plus agréable. Il fallait bien se l'avouer : agréable, ce n'était pas un adjectif pour qualifier la recruteuse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Riders + j'peux pas j'ai poney
avatar
Riders + j'peux pas j'ai poney
Hurlements : 355
crédit : idontgiveaf0x & asilversnake
survit depuis le : 08/10/2017
capsules de troc : 1193

MessageSujet: Re: intrigue générale (12/17) : panique au ranch.   Mar 2 Jan - 21:47

La sortie de l'inconscience d'Alexandra débute par un léger gémissement de douleur. Elle ouvre les yeux pour vite les refermer, la luminosité n'aidant en rien son mal de tête. Un mal de tête situé vers l'arrière de son crâne, une autre sorte de douleur que celle d'une migraine. Bien vite, aidée par le son ambiant, elle réalise ce qui est arrivé et elle se dit que de se lever serait une bonne idée. La situation ne semble pas s'être arrangée de ce qu'elle peut entendre. Bruit de foule plus atténué que précédemment, elle voit un toit au-dessus de sa tête. Elle est dans la cabane, elle a été amenée elle ne sait trop comment pendant qu'elle était évanouie. Il y a dû avoir un peu de magie, car la cabane n'est pas peuplée de proches voulant y entrer. Ce n'est pas non plus très important. Elle est plus préoccupée par son état. Elle a mal à une main qu'elle regarde, elle voit ce qui semble être une trace de souliers sur sa main. Elle a été piétinée en plus. Elle la bouge, ça fait mal, mais pas trop. Il ne doit rien y avoir de cassé. Elle entend des toux, des vomissements, des sons de suffocation, des cris demandant de l'aide, elle préfère être dehors avec la foule qu'avec ces vaccinés. Dehors, elle sait un peu plus quoi faire qu'ici.

Elle se relève doucement, la tête continuant de l'élancer, elle reconnait des voix et porte son regard, encore embrouillé, sur eux. « J'peux le surveiller. » dit-elle à Malini. Elle ne sait toujours pas où se situer par rapport à Ivan, mais il est dans la cabane, elle ne va pas faire sa capricieuse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
gotta catch them all
avatar
gotta catch them all
Hurlements : 1052
crédit : aerin.
survit depuis le : 15/04/2016
capsules de troc : 2270

MessageSujet: Re: intrigue générale (12/17) : panique au ranch.   Jeu 4 Jan - 19:44





Intrigue générale ;


panique au ranch.

« le début de la fin. »
Il est désormais clair que ce vaccin n'a rien de miraculeux. Arnaque foireuse, ses effets secondaires sont dévastateurs et menacent la vie des survivants vaccinés. Peut-être même celle des soigneurs ? Chaque patient est unique, personne ne réagit à la vaccination de la même façon. Pire, personne ne sait comment guérir les malades. Les survivants perdent finalement tout contrôle sur la situation.

(+) Alexandra est ramenée (plus ou moins) saine et sauve à l'intérieur de l'infirmerie de fortune. Sont état inquiète : non seulement sa main préalablement piétinée n'est plus vraiment dans son axe, mais en plus elle présente une commotion certaine dû à sa chute.
La crise de Beckett se calme enfin grâce aux soins constants de Malini. En revanche, l'état d'Ivan continue de se dégrader.

(+) Dans un coin, recroquevillée sur le sol Evana Miller se meurt lentement sans que personne ne le remarque franchement. La jeune femme n'ayant ressenti aucun symptômes extrêmes, s'était mise à l'écart des malades les plus difficiles et s'est finalement éteinte dans une brutale crise de spasmes. Profitant de l'inattention générale et de la porte ouverte, son cadavre réanimé se glisse hors de la cabane.

(+) A l'extérieur, l'émeute n'est pas terminée. Si Wyatt a momentanément réussi à calmer les esprits, son échappée vers l'infirmerie a permis aux assaillants de reprendre le dessus. Abel se retrouve au milieu du chaos et des tirs. Un homme s'écroule à côté de lui et Drake en profite pour récupérer l'arme d'un Rider peu attentif. Abel se retrouve mis en joug, à la merci de ses adversaires. Au-delà d'un coup d'état, c'est l'ignorance et l'incapacité à faire quelque chose qui rend fou les Riders.

(+) Personne ne remarque le cadavre qui rampe au sol, s'approche dangereusement de la foule et s'en vient croquer la jambe d'une jeune rider innocente. Evana Miller, de la bave et du sang coulant de ses lèvres, dévore toutes les chevilles sur son passage. L'émeute empêche de faire la différence entre cris de panique et cris de rage.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Riders + j'peux pas j'ai poney
avatar
Riders + j'peux pas j'ai poney
Hurlements : 968
crédit : faust (avatar) - ANESIDORA (signature)
survit depuis le : 26/10/2016
capsules de troc : 1639

MessageSujet: Re: intrigue générale (12/17) : panique au ranch.   Lun 8 Jan - 17:51

Malini relève à peine la tête vers Alexandra. Ses yeux louchent vers la main de la brune qui n'arbore plus la forme normale d'une main. "Je suis pas médecin Alex, mais je suis à peu près sûre que tu devrais plutôt te reposer." On l'avait rapportée inconsciente après une vilaine chute, et la recruteuse ne parvenait pas vraiment à masquer l'inquiétude qui assombrissait ses traits. Rien n'allait. Il n'y avait apparemment pas assez de malades, il fallait aussi amocher les personnes en bonne santé pour les envoyer surpeupler l'infirmerie. "Je vais aller te chercher de l'eau. Et quelqu'un pour examiner ta main."
Elle laisse Ivan à la surveillance de la blessée, laisse Beckett qui semble se porter un peu mieux et s'éloigner pour aller respirer un air plus frais. Elle aimerait sortir, mais les cris qui éclatent à l'extérieur l'en dissuadent immédiatement. La situation dégénère visiblement, mais peut-elle vraiment délaisser l'infirmerie ?

Dents serrés, elle remplit un verre avec de l'eau potable et approche de Wyatt qui lui tourne le dos. "Qu'est-ce qui se passe de..." Sa question reste en suspens quand elle aperçoit le sang au sol, le sang sur son bras et c'est trop. Elle craque. "Putain mais y a personne qui veut aller bien dans cet endroit ?" Lèvres pincées, muscles tendus, elle attrape d'autorité le bras du chef de la sécurité pour l'examiner. Mais il n'a pas l'air du même avis, ça se voyait à son expression. "Bordel Wyatt, me dis pas que tu veux ressortir." Bien sûr que si, il le veut. Elle aussi l'aurait fait, dans toute l'inconscience que lui confère l'action. "Laisse moi au moins nettoyer la plaie et panser ton bras. Après tu pourras aller faire l'imbécile autant que tu veux." Et elle s’exécute, commence à nettoyer avec un mélange désinfectant, comme elle le fait depuis qu'elle a posé les pieds à l'infirmerie : avec un certain mécanisme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: intrigue générale (12/17) : panique au ranch.   

Revenir en haut Aller en bas
 
intrigue générale (12/17) : panique au ranch.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Intrigue générale (Septembre 2011)
» [INTRIGUE GÉNÉRALE] Le défilé (explosif) des Champs-Élysées
» [INTRIGUE GÉNÉRALE] Des bulles et du jazz chez Dédé La Truffe !
» [INTRIGUE GÉNÉRALE] Petite sauterie à l'ambassade de Vichy
» [INTRIGUE GÉNÉRALE] Une nouvelle statue à Paris

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Influenza :: the kids' playground :: Archives d'Influenza :: MAJ d'Intrigue-
Sauter vers: