AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 
Bienvenue sur Influenza, faites attention à vos fesses, les rôdeurs sont affamés !
N'hésitez pas à jeter un coup d'oeil à nos postes vacants

Nous sommes en juin 2018. L'épidémie a commencé en octobre 2010. Plus d'information sur l'épidémie { + }

Découvrez la playlist officielle d'Influenza !

Nous sommes actuellement en pénurie de Miners, merci de bien vouloir privilégier ce groupe { + }

Partagez | 
 

 Recyclons les dégâts [Alex']

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Recyclons les dégâts [Alex']   Mer 1 Nov - 22:48

L’influenza avait réduit les hommes et les femmes de ce monde à des « poulets » en cage. Chacun tournait encore et encore, inlassablement et bêtement, dans un même pré-carré, attendant qu’un grand méchant loup finisse par les mettre sous la dent. Il n’y avait plus le moindre espoir de liberté, d’échappatoire ou de solitude. Ivan ne saurait décrire ce nouveau monde : un poulailler où les hommes tournaient en rond en attendant qu’un grand méchant loup les mange, un monde communiste où tout était à partager bon gré et mal gré ou un monde esclavagiste où le travail était rémunéré que par nature – repas, et logement modeste voire chaotique.

Pourtant, la nature humaine ne changeait pas. La paresse, l’orgueil, la gourmandise, la luxure, la colère… tant de péchés qui continuaient à tenter chacun. Ivan personnifiait la colère ces jours-ci. Les rumeurs courraient que Winona et Abel auraient été proches. Une proximité charnelle, à vrai dire. L’idée que cet homme ait pu toucher aux lèvres, et à ce corps qu’Ivan avait déjà caressé et aimé le rendait fou. Il voudrait prendre un de ces fameux revolvers – la fierté des Rhodes – et faire un trou entre les deux yeux. Mais il ne pouvait pas, car il ne savait pas faire ça. Ou plutôt, il hésitait à savoir s’il assumait ce désir meurtrier.

« Je dois sortir. Je dois partir ».

Cette pensée le hantait jour et nuit depuis qu’il avait eu vent des rumeurs, pour la première fois. Malheureusement, le monde n’était plus ce qu’il était. Impossible de s’isoler dans un coin de sa chambre, ou d’un jardin ou de sa bibliothèque avec de la musique aux oreilles. Impossible d’apprécier une bonne bière dans un bar.

Il était condamné à voir, et à revoir ces mêmes visages, à accomplir encore et encore les mêmes tâches pour un salaire en nature et enfin, et surtout, obéir toujours et éternellement jusqu’à ce qu’un zombie ou une bande de criminels ou les Rhodes ne viennent le tuer… La vie était-elle plus simple, ou non ? Il ne saurait dire.

« Ou la nature ».

A croire que l’être humain – vivant comme mort – n’était pas une plaie suffisante, il fallait également que la nature s’acharne. L’ouragan avait causé trop de dégâts. A une époque bénie où tout n’était question que de consommation, il était aisé de retrouver du matériel. Aujourd’hui, la donne était différente. Il fallait tout récupérer, même les déchets, afin de construire – ou reconstruire – une chose qui allait finir par être brisé sûrement.

Alors, sans rechigner, il a rejoint ce petit groupe pour retrouver des éléments. Il s’était mis en duo avec Alexandra, une femme qui l’avait sauvé d’une mort certaine et surtout d’une intense solitude. Il appréciait cette femme mais ces derniers temps, les avis différaient. Notamment en raison de Winona. Cette femme avait été son Ouragan, qui avait chamboulé et retourné son monde.

- Hey, Alex’. Comment vas-tu ? Es-tu blessée ?

Certaines personnes avaient été blessées durant cette catastrophe naturelle. Ivan avait été épargné, et heureusement. Ainsi, au lieu de se tourner les pouces, il pouvait bouger, travailler durement, s’occuper l’esprit, et ne pas penser à ces mille et une rumeurs.

- Je suis content de te revoir
, conclut-il, un peu plus timidement, avec ce sourire amical et gêné à la fois, lui donnant un petit air mignon. Un air d’un simple jeune homme perdu dans la folie de ce monde.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Recyclons les dégâts [Alex']   Dim 12 Nov - 5:07

Puisque la tempête a tout détruit sur son passage et qu'elle n'a pas ramassé en partant, il faut donc nettoyer. Nettoyer et ramasser pour reconstruire ce qui a été détruit. Il n'y a pas de repos, les tâches sont réparties autrement, le temps que tout ou presque soit arrangé. Alexandra aide donc à refaire des abris, à éviter des futures blessures en marchant sans le vouloir sur un morceau d'elle ne sait trop quoi. Se serait bête de se blesser de cette façon. Pour prévenir les accidents, il faut arranger le tout. Ils sont une dizaine à le faire aujourd'hui, se séparant une partie du terrain, deux par deux. Autant pour pouvoir soulever des objets un peu plus lourd qu'en cas d'attaques de rôdeurs. Deux personnes pour observer, c'est mieux que rien. Pour se couvrir l'un et l'autre aussi. Elle fait équipe avec Ivan, il s'est proposé. Elle n'est pas contre, elle se demande juste où cela va les mener. Il y a quelque temps, elle en aurait été contente. Là, depuis peu, ses sentiments sont mitigés au sujet du jeune homme. Il a changé, il se tient avec de drôles de personnes... une en particulier.

Lorsque les divers groupes commencent à s'éloigner afin de commencer à ramasser ce que la tempête a laissé sous son chemin, Ivan se met à lui parler. « Hey. » fit-elle, juste après lui. « Un peu, mais rien qui m'empêche de fonctionner. Toi ? » lui répond-t-elle. Une plus grosse blessure à la jambe, qui a donné une ecchymose tirant sur le mauve, qui commence peu à peu à prendre d'autres teintes donnant un résultat pas très beau à voir, mais sinon rien de très grave. Des égratignures, des écorchures, rien de cassé alors elle se porte très bien. Il semble aller bien, mais peut-être qu'il a reçu un détritus quelque part et qu'il a été hors jeu quelque temps. Elle aurait très bien pu ne pas être au courant, elle a été occupée dernièrement. Que ce soit en aidant à la reconstruction ou bien à aller voir l'état des alentours.

Il est content de la revoir, qu'il lui dit, accompagné d'un sourire. L'éclaireuse ne se laisse pas avoir par son sourire, ni par son comportement, ni par l'air que cela lui donne. Il commence à y avoir des cornes derrière ce sourire à l'air angélique. Tout le monde doit changer, tout le monde a dû s'adapter d'une manière ou d'une autre avec l'arrivée des rôdeurs. Il a le droit de le faire, mais il n'a pas choisi la bonne personne pour l'accompagner selon elle. « J'suis pas loin pourtant. » Qu'elle répond, tout simplement... si on ne connaît pas la relation entre les deux, si on ne connaît pas la relation entre Ivan et Wynona. Sinon, c'est bien moins simple. Ce qu'elle sous-entend est assez clair. Il a juste à passer moins de temps avec Wynona et ils vont pouvoir se voir un peu plus. Elle le dévisage, attendant sa réaction, lui offrant un visage neutre, ne voulant pas l'influencer. Elle lui a dit qu'elle n'était pas très loin, mais ça dépend de quand. Dernièrement, elle l'a été un peu, revenant dans le coin une fois ses observations faites, mais elle a été là aussi. Elle n'a pas évité le jeune homme, pas consciemment tout du moins, elle n'a pas eu le temps de vraiment d'entretenir sa vie sociale qu'elle n'a pas vraiment de toute façon.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Recyclons les dégâts [Alex']   Mer 29 Nov - 22:12

Malgré qu’Ivan ait été la source de déception de nombreuses personnes – à raison, ou à tort -, et qu’elles s’éloignent de lui, le garçon ne les oublie pas. Chacun garde une place chère dans son petit cœur de mousse – un bon cœur qui se fait tordre encore et encore, jusqu’à devenir qu’un nœud noueux et tortueux. Alexandra faisait de ces personnes privilégiées, ces personnes qu’il n’oubliera jamais et à qui il se sentait constamment redevable.

En effet, il avait eu une période « avant » Winona, une période où il a eu son propre et cruel baptême du Feu. Il ne saurait dire comment il a fait pour survivre tant d’années dans son université à moitié désert et pour garder un semblant de clarté dans cette solitude dont le silence est brisé tantôt par les morts, tantôt par les brigands.

Il ne saurait pas dire davantage quelle folie l’a pris pour quitter son havre de paix et illusoire et trainer sa carcasse dans le grand air. C’est durant cette folle pérégrination qu’il a rencontré Alexandra Wright, une brunette qui l’a recueilli, l’a aidé et l’a soutenu… Il n’oubliera jamais ses gestes bienveillants, cette main ouverte, ce charmant sourire ou encore ses bons conseils pour survivre.

Plus il y pense, et plus il se rend compte à quel point cette brunette l’avait manqué. La dernière phrase de cette dernière était le clou final, ce dernier clou qui annonçait la fin d’un travail et le début d’un fonctionnement. Etait-ce la fin d’une belle amitié, et le début d’une simple relation cordiale ? Cette idée ne lui plaisait et une grimace de mécontentement – et de désespoir – vint tordre son visage.

- Arrête…

Il savait bien que Winona attirait tantôt la sympathie, tantôt la haine. Le pire, dans cette affaire-ci, était qu’il comprenait et respectait le sentiment de chacun. A cet instant même, il était partagé entre ces deux sentiments contradictoires – ou devrions-nous dire complémentaires ? Un amour inconditionnel en raison de cette illusion qu’elle lui offrait et une haine irrationnelle en raison de ce sang qui lui colle aux mains dorénavant ou de ses aventures volages.

- Nous avons besoin de l’un et de l’autre, tu te souviens ? finit-il par avancer timidement, une phrase qu’il avait dit un jour quand ils voguaient vers le Ranch, quand il avait compris l’importance de faire partie d’un groupe et d’apporter sa pierre à l’édifice. Elle lui avait offert cette chance de ne pas finir fou à lier dans un bâtiment isolé et se donner volontairement en pâture à une bande de mort. Peut-être devrais-je venir plus souvent pour les sorties ?

Il tentait de détendre l’atmosphère, petit à petit, avec un ton un peu plus léger et un sourire timide toujours plus élargi. Pour ceux qui le connaissaient un tantinet, ils sauraient qu’Ivan n’était pas de ces hommes qui étaient particulièrement doués à combattre à mort, ou chercher à survivre à tout prix au dépend d’autrui. IL était bon bricoleur – personne ne pouvait démentir ce fait – mais voilà son seul et unique et précieux talent dans cet endroit. Un talent qui vaudrait presque l’or à l’heure actuelle, suite aux dégâts imposés par Mère Nature.

- Alors, Chef, quels sont vos ordres ?


Il restait un gamin de 25 ans. Certes, c’est un certain âge lorsqu’on y pense mais ça reste un jeune âge malgré tout.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Recyclons les dégâts [Alex']   Mar 19 Déc - 3:27

Alexandra n'est pas du genre à s'attacher. Lorsqu'elle le fait, cela prend toujours beaucoup de temps. Comme bien des comportements, des caractères, des façons d'êtres et bien plus, cela remonte à l'enfance. Dès qu'elle a commencé à être ballottée de maison d'accueil à maison d'accueil, elle s'est mise à changer. À se renfermer, à essayer de ne pas s'attacher. Ce qui a plutôt bien fonctionner au fil des années. Il y eu quelques petites exceptions, qu'elle a toujours regretté, dont sa colocataire qui s'est suicidée après une énième agression après le début de l'épidémie. Ce qui n'a fait que confirmer encore une fois que les sentiments, ça craint. Elle a donc été la première surprise lorsqu'elle a commencé à s'attacher à Ivan. Elle s'est arrêtée, a essayé de ne rien ressentir, d'essayer de comprendre pourquoi lui, soudainement. Rien d'amoureux, elle ne sait même pas si c'est de l'amitié ce début d'attachement. Peut-être parce qu'il est ce qu'elle n'a jamais pu être. N'empêche, elle se dit qu'elle a bien fait d'analyser et de contrôler cette étrange émotion. Elle aurait été vraiment déçue avec sa nouvelle relation, et elle est loin de savoir tout ce qu'il a pu faire. Là, elle est plus agacée qu'autre chose... et cela l'agace encore plus qu'elle le soit. Alors, elle ne se retient pas, ne prend pas des gants (de toute façon, elle n'en prend jamais) et se comporte avec lui comme elle le ferait avec n'importe qui.

Sans grande surprise, Ivan n'est pas fan de ce qu'elle a dit. C'est souvent ce que la vérité fait. Ce n'est pas de sa faute s'il trouve une autre personne vraiment très intéressante et qu'il passe une grande partie de son temps avec elle et qu'il oublie les autres qu'il connaissait avant. Il dit ensuite une phrase qu'il a prononcé. Elle hoche la tête, elle s'en souvient. « On dirait pas. » réplique-t-elle. Il n'y a aucun signe de ramollissement chez elle. Ont-ils besoin l'un de l'autre ? Elle ne sait pas, mais lui, il a trouvé quelqu'un d'autre, alors, elle pense que non. Elle ne va pas se laisser avoir par une phrase, un sourire, un air. C'est facile de faire cela. Montrer qu'il pense vraiment ce qu'il vient de redire risque de la faire plus réagir. « Bonne idée. » Comme ça il va rester moins longtemps avec Winona. C'est même une très bonne idée qu'il a eue. Il faut juste espérer que l'autre soit d'accord. Enfin, elle ne sait rien de leur relation, elle ne veut pas le savoir non plus, peut-être qu'il est libre de faire ce qu'il veut sans problème.

Le sujet du pourquoi ils sont ensemble est remis à jour, ramasser pour aider à réparer les dégâts. « Prends ce que tu penses être capable de bricoler ou qui pourrait être pratique. » répond-elle, tout simplement. Elle, elle compte ramener tout ce qu'elle voit, ou presque. Elle se dit que tout peut être utile. Elle n'est pas encore très douée pour faire des miracles avec tout ce qu'elle peut trouver. Elle peut parfois, ou non, en voir le potentiel. « Tu me diras si ce que je ramasse sert à rien. » Si c'est pour éviter d'avoir une grosse pile de choses à jeter, autant les prévenir tout de suite.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Recyclons les dégâts [Alex']   Sam 13 Jan - 23:59

L’attitude d’Alexandra désespérait Ivan. Il était divisé entre deux sentiments : d’une part il donnait raison à la brune, d’autre part il trouvait cela un tantinet injuste. Effectivement, il aurait dû continuer à entretenir les liens avec les différentes personnes rencontrées « avant » Winona, et non délaissé graduellement au profit unique de l’infidèle blonde – une évidence cuisante suite à l’infidélité de cette dernière. Cependant, est-ce ces personnes ne devraient pas également partager son « bonheur » - empoisonné certes – au lieu de le blâmer ? Il ne critiquait pas les aventures ratées des personnes, leurs choix désespérés ou crétins et tant d’autres choses. Il a toujours respecté la direction prise par chacun, alors pourquoi pas pour lui ?

« Car tu fais fausse route » lui susurré sa conscience coupable, tâchée par le crime.
« Car tu es faible, face à une pauvre femme » rétorquait cette part masculine de sa personne.

Tuer était mal, et c’était une évidence que le virus ne pouvait pas supprimer dans la morale des personnes équilibrées et saines d’esprit. Tuer n’était pas mal s’il est question de protection. Lui, il a tué pour protéger Winona. Il a tué pour « cacher » les plans de Winona. Est-ce que ce meurtre était toujours mal ? Il était déchiré, il était incertain, il était certain… Il ne pourrait le dire.

Tuer était mal, mais il n’avait même pas un semblant de récompense ou de confort. Qu’avait-il récolté pour le sacrifice de son âme ? L’infidélité de Winona. Il voudrait tant tuer Abel. Tuer Winona. Se tuer. Ou alors, tuer Abel, enfermer Winona et s’enfermer avec cette dernière. Les solutions étaient nombreuses et toutes plus folles les unes des autres et dès qu’il était pris dans cette spirale infernale, il s’immobilisait et montrait à tous à quel point il était perturbé, le regard fixant un point invisible furieusement.

Puis, soudainement – à un son ou à une pensée bien trop crue ou violente -, il retrouvait ses sens, son code moral douteux, ainsi que ses repères. Et il se remettait à sa tâche d’une humeur soudainement lugubre. Comment ne pas l’être, dans sa condition ? Aujourd’hui, il broyait davantage du noir aux côtés d’Alexandra car sa simple présence ne soulignait que davantage les conséquences de certains choix faits.

Il crevait d’envie d’en parler, avec elle ou Winona. Cependant, Alexandra ne ferait que condamner Winona – et par la même occasion lui-même – et Winona le traiterait comme un enfant – de jour – ou comme un simple objet – de nuit. Le pauvre garçon en concluait que les femmes étaient sacrément problématiques, et soulignait qu’il avait besoin d’une oreille masculine et non féminine. Un court instant, il pensa à Wyatt, mais il ne savait pas jusqu’où il pouvait faire confiance à cet homme.

- Et sinon. Les amis, les amours, tout ça ? demanda-t-il subitement, au bout d’une longue période de silence. Enfin .. Depuis que tu es au Ranch, évidemment. Ou que je suis au RAnch. Bref.
, conclut-il d'une façon fort maladroite.

Il se rendait qu’il meublait la conversation d’une façon stupide, mais il se devait de dire ou de faire quelque chose. Si ce silence se prolongeait, il allait avoir un nouveau un tête-à-tête avec lui-même et il n’avait nullement la force !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Recyclons les dégâts [Alex']   Mer 24 Jan - 2:57

Le silence se fait entre les deux, ce qui est normal dans son cas, mais moins dans celui d'Ivan. Tant pis. Elle ne pense pas avoir fait quelque chose de mal, il sait comment elle est. Alexandra se dit que s'il a abordé le sujet c'est parce qu'il avait besoin de se faire secouer un peu, car elle ne fait pas le contraire. Elle ne fait pas dans la dentelle, ni dans la subtilité, alors il devait le vouloir d'une manière ou d'une autre. Elle ne va pas lui demander, elle le laisse dans son silence, dans ses réflexions, à lui de voir ce qu'il peut en tirer. Cela peut s'avérer un peu plus compliqué s'il ne l'a pas fait de façon consciente, alors tant pis. Elle ne peut pas prendre ce genre de décision, de choix, à sa place, malheureusement. Alors, ils regardent autour d'eux pour essayer de trouver des objets divers utiles pour aider à la reconstruction du ranch.

Il se met à parler, lui posant un question, elle ne sait combien de temps plus tard et quelques trucs de ramassés. Elle se retourne vers lui, fronçant des sourcils, ne comprenant pas le but de ce qu'il vient de lui poser. « Rien. » Que ce soit avant sa venue ou depuis. Il doit assez la connaître pour savoir que son cœur n'est pas très doué pour les sentiments. Elle a déjà du mal à accepter qu'elle est attachée à lui. Il ne faut pas trop lui en demander. Surtout qu'elle ne comprend pas comment cela peut être possible en réalité. Dans tous les cas, elle ne comprend toujours pas pourquoi il lui a posé cela. Elle ne voit pas en quoi c'est un sujet important. Elle parle à des personnes, certaines qui l'énerve ou l'ennuie moins que d'autres, mais elle ne pense pas avoir des amis. Elle ne sait plus trop ce que cela veut dire en réalité. Elle en a peut-être sans le savoir. Elle n'a jamais été très portée sur l'amitié, et lorsque sa colocataire est morte, suicidée, quelques mois après le début de l'épidémie, elle s'est encore plus refermée ne voulant pas connaître encore une fois la peine qu'elle a ressenti en la perdant, la seule véritable amie qu'elle a eu. Alors, ce n'est pas très surprenant que niveau amour, ce soit rien aussi. Elle fait la différence entre amour et sexe, bien que l'amour soit inconnu pour elle. L'attirance lui suffit et même là, elle a été escorte, alors... mais aujourd'hui l'attirance est suffisante, tout comme avoir ce qu'elle veut aussi.

« Mais j'ai tué plein de rôdeurs. » dit-elle. Ça, c'est important. Elle aide à faire un peu monde un peu plus protégé et sûr, n'est-ce pas gentil de sa part ? Elle ne lui repose pas la question, elle sait déjà la réponse et elle n'a pas très envie de l'entendre. À la place, elle se remet à regarder autour et elle aperçoit un morceau de tôle pas très loin. Elle fait quelques pas pour aller le prendre. Il n'était pas enfoncé dans le sol comme elle l'a tout d'abord pensé, il est juste petit. Elle ne voit pas trop à quoi il pourrait servir. « Ça peut être utile ? » lui demande-t-elle, ce n'est pas elle l'experte. « Peut-être en le faisant fondre avec d'autres ? » Elle ne sait pas si cela en vaut la peine niveau temps et énergie, bien qu'elle sait que presque tout est bon à prendre, elle préfère demander.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Recyclons les dégâts [Alex']   Mer 31 Jan - 21:37

- Rien ? s’étonna-t-il. Encore aujourd’hui, il avait quelques difficultés à saisir le caractère particulier de la brune. Si Winona était cassante – voire manipulatrice -, elle avait au moins le mérite d’être expressive.

« Et nous ? »
pensa-t-il aussitôt, en lançant tantôt interrogateur, tantôt dépité à Alexandra. Ces deux sentiments s’accentuèrent davantage lorsqu’elle lui indiqua qu’elle avait tué beaucoup de rôdeurs, puis présenta ses petites trouvailles et les usages qui pouvaient être fait avec.

- Nous n’allons pas être efficaces si nous ramassons ensemble. Il faut organiser, classer, entasser proprement. Nous ramasserons ensemble dans un premier temps, puis tu continueras seule pendant que je me charge d’arranger selon mes besoins. Ainsi, nous pourrons ensuite mettre nos trouvailles dans une brouette ou remorque ou n’importe quel autre moyen de transports. Nous avons des chevaux, on pourrait en réquisitionner quelques-uns pour tirer le plus lourd,
proposa sérieusement Ivan, examinant du mieux qu’il pouvait l’ampleur de la tâche.

Il tentait toujours de la faire parler, même pour entendre un « oui » ou « non ». A sa façon, c’était ses petites victoires personnelles sur cette personnalité silencieuse et froide, une personnalité faite d’une carapace qu’il souhaiterait bien un jour briser.

Il prend le bout de tôles, et l’enfonce à même le sol.

- On va tout entasser ici, annonça-t-il. Puis, il continua ses recherches, non loin de la demoiselle, prêt à chercher à briser à nouveau cette carapace de pierre. Et donc, tu as tué beaucoup de rôdeurs ? Ils étaient près du Ranch, ou plutôt loin ? Et ils sont toujours les mêmes, sans aucun changement ? Demanda-t-il. A chaque fois, il espérait entendre une bonne nouvelle, comme la suivante : les rôdeurs sont de moins en moins cannibales, ou, les rôdeurs sont de plus en plus humains. En somme, « l’Influenza va bientôt prendre fin ».

Evidemment, il n’était pas si naïf : il savait bien qu’il n’allait jamais entendre une telle chose. La vie était ainsi faite, et il devait vivre ainsi dorénavant, soit comme des rats d’égouts qui se cachent encore et toujours des terribles chats.

- N’es-tu pas curieuse de savoir ce qu’il en est de mes amours ou encore amis ? Je sens que tu veux le savoir, alors je vais te le dire. Pour ma part, les amis, ça va pas fort. Je connais une amie à qui je dois beaucoup. On s’entendait bien jusqu’à ce que je me mette avec Winona. Soudainement, cette amie ne me parle plus. Que devrais-je faire à ton avis ? finit-il par demander, en fixant Alexandra droit dans les yeux.

Il savait qu’il forçait un tantinet trop sa chance à cet instant. Allait-elle se murer dans son éternel silence et indifférence ? Allait-elle lui cracher un quelconque venin sur la figure ? Allait-elle l’abandonner là, et ne plus jamais l’approcher ou l’écouter ? Ou, et il préférait cette solution aux mille autres, allait-elle lui donner un coup, cracher son venin puis, à nouveau, vouloir bien lui parler ? Si c’est pour crever un abcès, Ivan n’avait guère peur de souffrir.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Recyclons les dégâts [Alex']   Mer 14 Fév - 3:55

La réponse qu'elle donne à Ivan ne plaît pas à ce dernier. Elle ne voit pas en quoi c'est surprenant qu'elle réponde quelque chose comme ça, elle ne se confie pas. Alexandra ne sait pas trop comment le faire ou encore en quoi c'est utile, rien n'est changé ensuite. Puis bon, elle ne pense pas le faire auprès du jeune homme si cette envie, ou besoin, lui prend : ils n'ont plus la même relation qu'avant et elle ne sait pas si elle peut toujours lui faire confiance. Peut-être qu'il répète tout à Winona... elle préfère éviter. Alors, elle ne répond pas grand-chose, peu importe si une réponse plus longue aurait été souhaitable. « Rien. » qu'elle répète et qu'elle confirme. Elle ne voit pas en quoi c'est un mot compliqué à entendre et à comprendre. Quatre lettres, deux syllabes : court et simple. Elle n'en sait rien, elle a du mal à démêler tous ces imbroglios niveau liens entre humains. Elle n'en sait rien car elle ne s'y attarde pas trop. Elle n'en sais rien car c'est compliqué à entendre et à comprendre pour elle tout cela. Il se met ensuite à lui répondre, dans de longues explications, avec de longues phrases. Elle ne sait pas trop comment il fait, il doit sûrement venir d'en dire plus à cet instant qu'elle peut le faire en une journée. « Oui chef. » dit-elle, simplement. Elle ramasse et il s'occupe du reste. Pourquoi il n'a pas résumé ainsi ? Bref, elle sait quoi faire.

Elle continue donc d'observer les alentours, et elle se met à douter du fait qu'ils auraient besoin d'un cheval. Elle ne voit pas grand-chose dans le coin où ils sont présentement. Elle hoche ensuite la tête lorsqu'il plante le morceau de tôle dans le sol. Il s'agit juste d'en trouver d'autres, ou de trouver n'importe quoi d'autre. « Plusieurs, j'ai pas compté. » commence-t-elle à répondre ; elle ne fait pas de concours. Elle sait juste que plus elle en élimine, mieux c'est (même s'il continue toujours d'en arriver). « Ils étaient un peu partout et toujours les mêmes. » complète-t-elle sa réponse ensuite. Aucun changement. Ils sont toujours aussi lents, sans but outre la chair humaine et tant qu'ils ont un cerveau ils poursuivent leurs balades sans fin.

Tout comme Ivan avec ses longs dialogues. Pourquoi ? Alex soupire et lève les yeux dans les airs. Elle ne veut rien savoir de ses amours, elle en sait trop déjà. « Continuer de souffrir. » lâche-t-elle, rapidement. Qu'est-ce qu'elle peut répondre ? Elle n'en sait rien, pourquoi il lui pose ce genre de question ? Ce n'est pas comme si elle était douée là-dedans. C'est beaucoup trop compliqué pour elle. Il a été trompé, il continue de sortir avec elle, il doit aimer cela. Il a bien le droit (elle trouve cela stupide d'aimer souffrir à ce point mais que peut-elle y faire ?), elle ne peut pas décider à sa place. Ce qui est malheureux, elle le sait, ce serait beaucoup plus simple si elle pouvait le faire. « Pourquoi tu m'as dis ça ? » lui demande-t-elle, se retournant vers lui et le fixant. Elle ne comprend pas. Surtout qu'il devait déjà savoir quelle sorte de réponse elle pouvait lui faire : débrouille-toi.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Recyclons les dégâts [Alex']   

Revenir en haut Aller en bas
 
Recyclons les dégâts [Alex']
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Danse ta vie vie, danse [Alex]
» Aprés Michaelle Jean à Ottawa voila Carl-Alex Ridoré à Friboug
» Alex Larsen, nouvo minis Lasante fè bèl figi devan OAS.
» Les droits pour Alex Kovalev disponible
» Signature de contrat - Alex Kovalev

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Influenza :: the kids' playground :: Archives d'Influenza :: RP Archivés-
Sauter vers: