AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 
Bienvenue sur Influenza, faites attention à vos fesses, les rôdeurs sont affamés !
N'hésitez pas à jeter un coup d'oeil à nos postes vacants

Nous sommes en juin 2018. L'épidémie a commencé en octobre 2010. Plus d'information sur l'épidémie { + }

Découvrez la playlist officielle d'Influenza !

Nous sommes actuellement en pénurie de Miners, merci de bien vouloir privilégier ce groupe { + }

Partagez | 
 

 Old Times

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Miners + on pioche tic toc
avatar
Miners + on pioche tic toc
Hurlements : 1930
visage : Sarah Carter
crédit : moa
survit depuis le : 10/10/2016
capsules de troc : 3022

MessageSujet: Old Times   Dim 1 Oct - 18:01

Bass Casey
Old Times


Qu’une chose, elle ne voulait qu’une chose, se rouler en boule dans un coin et ne plus ouvrir les yeux, oublier toute cette putain de journée ou pouvoir la recommencer demain. Revenir en arrière, refaire, changer mais c’était impossible. Ses pieds trainaient dans la direction de la maison de Nathan. C’était juste un ordre qu’elle s’était donné, elle se souvenait à peine pourquoi elle devait le voir. Même l’image d’Archibald n’arrivait pas à raviver sa colère habituelle. Pourtant dieu sait qu’il y a à peine quelques heures, son pas aurait été déterminé mais il y a à peine quelques heures, elle pensait que Ryan serait mort actuellement. Erreur. Sa main frappa sans force à la porte et elle attendit… Attendit… Un soupir las s’extirpa de ses lèvres avant qu’elle ne clenche la porte. Bien sûr c’était ouvert. A croire que les Olympiens se prenaient pour des Canadiens, portes ouvertes à toute heure de la journée. La blonde entra dans la maison et jeta un œil autour d’elle. Clairement, ça avait besoin d’un coup de ménage et d’une bonne aération."Nathan ?!" Pas la force de crier plus, Casey se dirigea vers la cuisine, jetant un œil dans le salon. Personne. Il restait le premier étage mais elle ne pouvait pas monter. Quelque chose dans son esprit lui interdit de franchir cette limite de l’intimité. Elle savait qu’il ne restait plus que Nathan dans cette maison mais n’empêche qu’elle ne pouvait pas. Abandonnant les cris et autres recherches, elle se dirigea vers le salon. C’est sûrement la poussière sur la table basse qui la fit réellement tilter. S’approchant du canapé, elle donna un coup de pied dedans et vu la poussière qui s’élevait du meuble, il ne restait plus aucun doute. Regardant son environnement d’un œil nouveau, elle surprit plein de détails qui faisait que confirmer l’absence d’une présence humaine depuis un moment. Super. Comme un cactus au milieu du désert attendant la pluie, elle resta debout dans le salon un moment. Journée de merde, journée de merde et journée de merde ! Casey alla s’affaler dans le même fauteuil que la dernière fois où elle était ici. La poussière dégringola sous le choc de son poids. Elle laissa retomber sa tête en arrière, essayant de faire le point sur sa journée et sur la journée de demain. Le plus gros problème finalement, ce n’était pas aujourd’hui mais demain. Elle était en vie mais seule, perdue dans une maison vide. Redressant la tête, elle regarda le canapé en face d’elle puis l’entrée du salon, elle revit un par un, toutes les personnes qui étaient présentes ce soir-là. Les souvenirs de cette soirée défilèrent devant elle alors qu’un sourire se formait sur son visage. Elle voyait Nathan sortir une autre bouteille, Rosa posait des questions et lire son livre, Arte faire la gueule et Bass faisant preuve d’un sarcasme calme. Son coude posé sur l’accoudoir du fauteuil, elle se frotta les yeux puis les ferma. Elle entendait à nouveau les discussions, ressentait à nouveau son malaise ou son amusement face aux questions ou aux piques lancés entre les autres présents.  "Bordel…" Cette soirée avait juste été si simple, si naturel, si « comme avant ». Casey ne s’était pas reconnue elle-même lors de cette soirée. Ni même lors de cette nuit. Se laissant aller à ses souvenirs réconfortants, elle s’autorisa quelques secondes pour ne penser qu’à ça. Ne pas penser au reste, à ces personnes qui étaient rentrées dans sa vie et avaient littéralement disparu. Le craquement du plancher se fit entendre et la blonde sursauta, prête à attraper son couteau – c’était sans compter sur l’accoudoir qui lui bloqua toute possibilité de le faire. Sa première pensée fut dirigée vers Ryan, elle n’avait pas fermé la porte, l’imbécile et il était venu achever leur conversation, ou elle. Mais lorsque la brume de ses yeux disparut, c’est Bass qui apparut dans l’encadrement de la porte. "Bass ?" Peut-être que ses yeux lui jouaient un tour ou que ses souvenirs étaient devenus si saillants qu’elle hallucinait. Ça ne coûtait rien de vérifier. Un léger sourire commençait à naître sur son visage, heureuse de revoir une de ces fameuses personnes mais le regard de l’homme lui rappela une chose. Ce regard, elle le connaissait et plutôt deux fois qu’une puisque quelqu’un d’autre avait le même. Avait. Elias. Aussitôt son regard s’attrista. La mort d’Elias l’avait touché mais elle n’avait pas pensé à quel point, elle avait pu toucher l’Olympien. En d’autres circonstances, Casey se serait levée et l’aurait pris dans ses bras, se foutant royalement de sa fierté mais aujourd’hui, elle était vidée émotionnellement et ne savait pas comment agir. "Je suis désolée." Sûrement des paroles communes et qu’il avait dû entendre à tour de bras mais Casey le pensait sincèrement. Elle avait douté un instant qu’il comprenne de quoi elle parlait mais vu le regard échangé, il souffrait encore de la perte de son frère et il ferait le lien rapidement. Vie de merde.


● ● ● ● ●

- Lost in the crowd -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Olympians + le monde qui est le mien
avatar
Olympians + le monde qui est le mien
Hurlements : 1593
visage : Travis Fimmel
crédit : Frimelda & Miss Pie & Eli & Pey
survit depuis le : 14/10/2016
capsules de troc : 2988

MessageSujet: Re: Old Times   Jeu 5 Oct - 15:45

egotrip



Old times & old friends
Bass & Kz

Septembre 2017
Rien ne change à Olympia. La communauté est figée dans un état d’avant-apocalypse, apocalypse globale et communautaire et personnelle. Réconfortant, il paraît. Cela avait choqué Bass, il y a plus de deux ans, lorsque plein de poussière et de sang, il était passé sans transition d’un quotidien de solitude et de survie à une vie en solitaire, dans une grande maison blanche, où rien n’avait bougé, si ce n’est le travail silencieux des araignées et des moutons de poussière pour décorer les lieux à leur guise. Cela ne le choquait plus non plus, il était trop … engourdi pour ça. En décalage avec le monde dans lequel il vivait autant qu’avec ce qu’il éprouvait.
Malini a quitté Olympia au matin, et Bass sent encore la caresse de ses lèvres sur les siennes, sur son crâne à demi rasé. Il n’a guère envie de retourner chez lui, où tout sentira la femme qu’il a aimé pendant quelques semaines volées au karma. Il n’a guère envie de retourner chez lui, parce que ce matin, il n’y aurait pas la jeune femme à retrouver des forces dans son lit, dans le fauteuil du salon, pendant que Vladimir et Jézabel mettaient la table. Chez lui, où il ne reste que ses idées noires et absence de courage. Il rentre lentement dans les rues de maisons en plastiques, qui semblent irréelles, en ce début d’automne. Hagen furète à droite et à gauche, au rythme du pas de l’un de ses nouveaux maîtres.

La maison de Nathan et d’Arte, colocataires devant l’éternel est toujours là. Monstrueuse, imposante de son vide glaçant. Cela faisait deux mois qu’elle prenait la poussière - un peu plus, en vrai car cela faisait longtemps que Nathan n’était plus qu’un fantôme incapable de meubler un foyer. Personne n’avait été logé dans la baraque - Nathan était censé revenir. Hannibal avait beau avoir surgi des buissons quelques jours auparavant, alors qu’il était moins doué pour survivre dans l’adversité, Bass ne croyait pas au retour de l’homme qui avait été son meilleur ami. Son premier ami - malgré sa douceur, et sa loyauté envers les siens, Bass n’était pas doué pour se lier. Son coeur s’arrête, loupe un battement lorsqu’il décide de montrer trop vite en pensée les escaliers du perron. La porte est entrouverte. La porte de la maison d’Arte ( partie il y a près d’un an, sans un salut bisous, forçant Bass à traîner sa patte folle derrière elle dans les bois, le coeur à crever ), et de Nathan ( parti, sans un regard en arrière, comme si ce n’était qu’un fantôme qui s’estompe ) et de Rosa ( morte, morte, morte, la fièvre, morte, ça tambourine les tempes de Bass à chaque fois qu’il voit la maison). Nathan ne pouvait pas être revenu - déjà parce que quelques soient les capacités militaires et de furtivité de l’ancien membre du conseil, sa venue risquait pas d’être ignorée.

Bass repousse la porte d’entrée, son couteau ayant retrouvé sa juste place dans sa paume et l’adrénaline dans ses veines. Instinct défensif - pas tant contre un intrus à Olympia, un rôdeur - mais parce que… c’était cette maison. A retard et à rebours, Bass se sent sur la défensive à l’idée quelqu’un prendre ses aises là-dedans. Avant que Vladimir n’arrive, il passait la majorité de son temps dans cette maison. Embêter Arte, jouer avec Rosa, échanger quelques mots avec Nathan, espionner, aussi un peu. Et des soirées agréables, Bass n’en a beaucoup dans sa mémoire. C’était il y a des années, il avait l’impression. Avant le carnage, avant la balle dans sa cuisse, avant la grippe, avant que tout ce qu’il croit lui soit enlevé et qu’il perde la moitié de ceux à qui il tenait.

Il plisse les yeux, un peu décontenancé par la personne qu’il voit sur le fauteuill, comme si mille ans n’avaient pas passés. “- Casey ?” Au sens de : tu es là ? Réelle ? Parce qu’elle est pâle dans la demi-pénombre, immobile, semblable à un souvenir et… elle ne peut pas être là. Si seulement ils étaient coincés éternellement dans cette soirée. Si seulement c’était aussi simple que de se glisser contre elle, retrouver l’apaisement qu’ils avaient éprouvés.

Désolée. Cela lui atterrit comme une vague furieuse en pleine gueule - dans le genre : je m’en prends une, j’ai envie de chanceler vers l’arrière, mais je n’ai pas le temps d’encaisser que cela me submerge. Et je coule, glou, glou, incapable de sortir la tête de l’eau, incapable de respirer. Bass reste un moment immobile. Sept ans à penser sa fratrie morte, et seule une sensation floue, toujours présente l’avait habité, marqueur qu’il était issu d’un lot éclaté. Maintenant ? De l’atroce agonie des premières semaines restaient les pics de douleur et de honte, implanté dans un vide émotionnel creusé à la petite cuillière. Bass se décolla du chambranle contre lequel il s’était appuyé sans s’en apercevoir. “- Je te dois toujours des excuses.” Sa voix est atone, son visage n’ose plus sourire, et ses yeux n’osent pas croiser le regard de Casey. Il est devenu doué à éviter de regarder les gens en face ces derniers temps. Il mélange le deuil de sa famille & le sexe dans un recoin, effort pour alléger l’atmosphère, retrouver les pièces du puzzle que constitue la photographie éliminée d’un moment. ”- Ca, tu n’attends pas pour me le dire, hein ?” Référence maladroite, où le sarcasme est innocent, au fait que Casey avait oublié de lui dire qu’il avait un frère ( trop occupée à défaire ses vêtements ). Mais tout avait bien fini - juste pas de manière permanente.

Il se rapproche d’elle, et passe la main sur le dos du canapé, faisant le tour, le corps frôlant le meuble, lentement. Cela pue le renfermé. La poussière. ”- Pourquoi ? Pourquoi venir ici ? A Olympia, d'accord. Ici ? Il y est resté quelques jours en juillet - pour se cacher du monde. Personne ne vient chercher personne ici, l'un des rares angles morts d'Olympia. Mais pour la chef de la sécurité de la mine ? Déjà Olympia... Mais ici par-dessus tout ? Il y a trop de souvenirs ici. Il s’appuie sur le canapé pour la regarder à nouveau, les coudes sur le dossier, restant derrière. Bassrelève lentement les yeux pour la fixer,profondément désolé, et las. Surtout las, malgré l’ombre de sourire qui vient tirer ses traits à revoir une femme à qui il tient. ”-Personne ne reviendra ici.” Maison hanté de souvenirs, apocalypse à domicile.



● ● ● ● ●


▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼
The woods are lovely, dark and deep, But I have promises to keep,And miles to go before I sleep, And miles to go before I go home.



Bonjour, je suis celui qui ken pas.:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Miners + on pioche tic toc
avatar
Miners + on pioche tic toc
Hurlements : 1930
visage : Sarah Carter
crédit : moa
survit depuis le : 10/10/2016
capsules de troc : 3022

MessageSujet: Re: Old Times   Dim 8 Oct - 14:04

Bass Casey
Old Times


Leur réaction était partagée, l’un comme l’autre ne s’attendait pas à se retrouver face à face aujourd’hui, dans ces lieux. Tout comme elle, ça devait lui rappeler de bons souvenirs mais aussi relancer de vieilles blessures. De ce qu’elle savait, le départ d’Arte avait été mal digéré par l’homme. Comme par elle. Décidément, Bass et elle se ressemblaient sur bien des points. Figée sur son fauteuil comme pour attendre un déclic, un mouvement ou une parole qui permettrait de changer l’atmosphère de cette pièce, l’homme ne mit que trop longtemps à répondre. C’était sorti tout seul, elle n’aurait peut-être pas dû faire mention d’Elias – même indirectement. Cette journée avait été bien trop compliquée pour qu’elle en ajoute une couche… Heureusement, Bass réagit enfin et d’une façon assez inattendue. Casey ne comprenait pas pourquoi il lui devait des excuses, elle avait beau fouiller dans sa mémoire, rien ne lui revenait et c’est à sa seconde phrase qu’elle comprit l’allusion. Un vague sourire étira ses lèvres alors que ce (trop bref) moment ensemble revenait à son esprit. A son tour, elle détourna le regard pour cacher sa gêne. C’est vrai qu’elle avait limite sauter sur Bass ce jour-là, faisant fi de tout le reste. Elle en avait eu besoin, eu besoin de se vider l’esprit, d’être avec quelqu’un juste pour le plaisir mais aussi quelqu’un avec qui elle se sentait en sécurité. Bass était là au moment idéal et elle en avait profité. Quelque part, elle avait profité de lui. Enfin profité… Son sourire s’élargit jusqu’à se rappeler qu’elle était dans le présent et qu’encore une fois, trop de choses avaient changé. Elle regrettait presque d’avoir privé Bass de la connaissance de son frère à la mine pendant la demi-heure où ils étaient ensemble.
Bass décide enfin de bouger et le corps de Casey se relâche, se laissant aller contre le fauteuil. Elle s’était raidit à sa présence dans l’expectative… l’expectative de quoi ? Elle-même ne le savait pas. Vint la grande question : pourquoi elle était là ? La blonde se frotta les yeux, cherchant à se réveiller, à réanimer le peu d’énergie qu’il y avait en elle et surtout se décider avec elle-même de ce qu’elle pourrait révéler à son interlocuteur. "Beaucoup de raisons." Par où commencer ? Sûrement pas par le début, par son passé avec Ryan et encore moins d’emblée. Ses derniers propos mis ses interrogations de côté et elle fronça les sourcils devant cette nouvelle. Nouvelle qui ne faisait qu’affirmer ses doutes. La poussière qui s’était accumulée ici n’avait fait que proposer des hypothèses à la femme mais Bass venait de les confirmer. Nathan n’habitait plus ici. Plus personne n’y habitait. Son regard chercha à démêler les traits sur le visage du blond, cherchant des réponses."On a apparemment pas mal de choses à se raconter." Quelques semaines plus tôt, elle aurait sûrement cherché une bouteille d’alcool pour agrémenter la discussion à venir. Aujourd’hui, elle y pensait seulement mais sa volonté repoussait cette idée. L’alcool n’aiderait pas. Enfin… Casey serra les dents devant son doute et préféra engager la conversation plutôt que de rester à débattre mentalement avec elle. "Je…" A nouveau, son regard se détacha de l’homme, cherchant un point à fixer pour se concentrer, pour ne pas subir le regard de l’autre. "J’étais venue régler des comptes avec quelqu'un à Olympia. Mais… Enfin disons que tout ne s"est pas tout à fait passé comme prévu." Sa mâchoire se contracta alors qu’elle reprenait une inspiration pour se calmer et se reconcentrer sur les raisons de sa visite. Remplaçant une addiction par une autre, elle sortit une cigarette pour l’allumer avant de poursuivre : "Et… je devais, je voulais voir Nathan. Apparemment, il aurait retrouvé le jackal qui a failli me buter en octobre et… je ne sais pas trop ce qu’il s’est passé entre eux mais, d’une certaine façon, ça m’est retombé sur la gueule. Je voulais des explications." Casey remit ses pieds sur la table basse alors qu’elle fixait ses mains où ses doigts jouaient avec ses ongles. On aurait presque dit une gamine qui avait fait une connerie. Et ce n’était pas très loin de la vérité. Elle n’avait pas la moindre idée de comment Bass pourrait réagir si elle lui annonçait la vérité pure et dure concernant le meurtre prémédité de Ryan. "Et je voulais aussi récupérer mon arme qui est dans votre armurerie. Encore. Ça devient presque une mauvaise habitude." Dit-elle avait un sourire amusé pour se détendre avant de regarder à nouveau Bass. "Beaucoup de choses comme tu peux le voir." Ça faisait beaucoup d’informations à ingérer mais aussi, vu l’abstraction de ses propos, ça pouvait aussi soulever beaucoup de questions. Elle laissait à Bass le soin de choisir. "Assis-toi s’il te plaît. Juste un instant, qu’on… je sais pas… je crois que j’ai envie juste de retrouver un bout de ce qu’on avait la dernière fois qu’on était ici." La voix de Casey se cassa à la fin de sa phrase, à sa propre surprise. Se raclant la gorge pour simuler un mauvais matou qui s’était incrusté dans son larynx, elle essaya d’assurer un sourire. Bass debout, prêt à partir ou à être inquisiteur la mettait mal à l’aise. Il était chez lui, à Olympia et il trouvait l’ex-miners au milieu d’un salon désert. Il était donc tout en droit de lui faire des reproches."Dis moi… Qu’est-ce qu’il s’est passé ?" Elle parlait principalement de Nathan mais le faciès de Bass indiquait qu’il avait bien d’autres choses sur la conscience. Elias devait en être la principale cause. Néanmoins, les deux n’avaient jamais eu l’occasion de parler, de parler réellement depuis la dernière fois qu’ils se trouvaient ici, seuls et alcoolisés.


● ● ● ● ●

- Lost in the crowd -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Olympians + le monde qui est le mien
avatar
Olympians + le monde qui est le mien
Hurlements : 1593
visage : Travis Fimmel
crédit : Frimelda & Miss Pie & Eli & Pey
survit depuis le : 14/10/2016
capsules de troc : 2988

MessageSujet: Re: Old Times   Sam 14 Oct - 16:32

egotrip



Old times & old friends
Bass & Kz

Septembre 2017

Elle ne semble pas posséder beaucoup plus de repères que lui-même. Le regard lent et patient de Bass lui légèrement dans la semi-pénombre, et observer son vis-à-vis. Passée l’indifférence profonde qui a son emprise sur son être depuis la mort d’Elias, sa curiosité se rallume, petit à petit qu’il détaille ses traits, la tension de son corps. Elle est toujours elle-même, mais il y a la même fatigue du monde sur ses épaules, la même solitude encrassée qui ne sait plus faire confiance, ne sait plus regarder. Bass fronce les sourcils et se redresse un peu, tendant ses bras droits, tout en restant les paumes appuyées au tissu usé du canapé. Circonspect, et légèrement mis en alerte par les propos de Casey, plus encore par ses mâchoires serrées, trahissant un sentiment inconnu dans le profil volontaire.
Ce n’est pas… à sa place, ni de bon augure, et le recruteur sent un malaise se former dans son ventre - elle est capable de se débrouiller seul, et il ne cherchera pas à creuser ses sentiments à la petite cuillère si elle n’a pas envie de lui parler. Mais cela ne l’empêche pas de froncer les sourcils : “- Des comptes envers un Olympien ? Ou un des… autres ?” C’était le terme le plus poli qui lui venait à l’esprit, parce qu’il ne parvenait à intégrer les quelques jackals qu’ils hébergeaient comme des Olympiens. Les Olympiens, il était prêt à mourir pour eux - les autres, les croiser lui donner envie de saisir son arme. Olympiens avaient le bénéfice du doute, et il avait été soigneusement endoctriné à les faire passer avant tout autre. Ceux du centre commercial ? Il n’avait pas besoin d’être du côté de Casey pour vouloir les voir dehors, et il voulait bien croire qu’elle avait un problème. Il était même prêt à faire diversions sans explications.

La douleur dans sa cuisse gauche se réveille et il déplace un peu son poids du corps sur sa bonne jambe, écoutant Casey avec attention. Il hoche lentement la tête, lissant les peluches du tissu du bout des doigts. Cela fait longtemps, hein ? Il esquisse en définitive un sourire amusé, qui n’avait aucune vocation d’être là, mais qui apparaît tout de même sur ses lèvres. ”- Depuis la dernière fois ?” La liste de ce qui s’était passé serait longue, et généralement triste. Il secoue la tête, il refuse d’en parler. Il ne peut pas, il commence seulement à retrouver comment fonctionner sans être vide de l’intérieur, sans bouillir de ressentir contre le monde et lui-même. Il vient s’asseoir sur la table basse devant Casey, ignorant le canapé couvert de poussière. Bass pose ses mains de part et d’autre de ses cuisses, sur le bois de la table, s'ancrent dans la réalité, refusant de partir dans les souvenirs qui hantent encore la pièce. “- Tu n’aurais pas tes explications, pas par Nathan.. Il est parti après l’assaut du centre. On ne sait pas où, mais… quoiqu’il se soit passé avec ton agresseur. Nathan était à côté de ses pompes depuis des mois. Rosa, et Arte. Si ça peut t’aider à comprendre.” Il explique calmement, hésitant entre culpabilité et amertume. C’était à son tour de baisser les yeux, pris en faute. Aurait-il pu aider Nathan ? Le garder près d’eux ? Mais par-dessus tout, un sale goût en bouche, une certaine aigreur.  C’était son ami. Bass l’a accompagné ce jour-là. Bass a perdu son frère pour ça.

“- Je peux te ravoir ton flingue par contre.” Il n’était même plus membre du conseil, simple chef des recruteurs, dont l’autorité venait surtout du fait qu’il était là depuis des plombes et qu’il avait ramené une partie des habitants. Sauf que Peyton lui en voulait, qu’il s’en voulait et que chacun de ses gestes étaient surveillés. Mais récupérer une arme devrait lui être possible - pour Casey en tous cas, il lui faisait confiance pour que ça soit vraiment la sienne. Confiance pour la lui redonner, aussi. Il penche la tête sur le côté, l’observant avec attention. ”- Si tu me dis ce qu’elle fout là en premier lieu, sans toi.” Il renverse la tête en arrière, expire, inspire, l’odeur de cigarette lui chatouillant les narines. Il esquisse un rire sans joie, et confie doucement. ”- J’aimerais aussi retrouver ça.” Il lui lance un regard, et secoue la tête, sans la lâcher des yeux. ”- Pas ça, ça.” Il ne voulait pas dire coucher avec elle là tout de suite. Il n’en avait même pas envie tout court. ”- Revenir en arrière. Tellement de choses sont arrivées. J’ai l’impression que c’était une autre vie, il y a des années.” Il mord l’intérieur de la joue, son regard devenant vague. Il avait l’impression qu’il était encore un enfant à l’époque - innocent, naïf, heureux, son monde avait une stabilité depuis révolue. ”- J’aurais pas pensé que cette époque me manquerait, tu vois.”



● ● ● ● ●


▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼
The woods are lovely, dark and deep, But I have promises to keep,And miles to go before I sleep, And miles to go before I go home.



Bonjour, je suis celui qui ken pas.:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Miners + on pioche tic toc
avatar
Miners + on pioche tic toc
Hurlements : 1930
visage : Sarah Carter
crédit : moa
survit depuis le : 10/10/2016
capsules de troc : 3022

MessageSujet: Re: Old Times   Mer 1 Nov - 14:20

Bass Casey
Old Times


Manifestement, Bass faisait bien la distinction entre les rescapés Jackals et le reste des Olympiens. Casey ne cachait pas sa satisfaction à cette distinction. Néanmoins, elle se demandait bien qui avait pu voter pour réunir les jackals dans la ville et les garder en vie. A la carrière, ça pouvait se comprendre, ils étaient paumés de la vie mais à Olympia… Surtout qu’il s’agissait d’une démocratie ou un semblant de démocratie… Peu importait, l’essentiel c’était que l’homme et elle semblaient partager le même avis sur la question. "Un des autres…" Sa mâchoire se serra alors que l’image de Ryan refaisait surface dans son esprit. Elle lui avait fait une pseudo-promesse concernant son silence sur le passé de l’homme. Mais sa parole envers lui comptait autant que le premier chewing-gum qu’elle avait mâchouillé. Si Bass, lui en demandait plus, elle n’hésiterait pas à balancer ce qu’elle savait. Du moins, en grande partie. Une petite voix dans sa tête lui rappelait que malgré sa fatigue, raconter son passé à son interlocuteur n’était pas sans risque. Un risque de jugement. Le sourire amusé de Bass la fit revenir à la réalité, une réalité beaucoup plus sympathique que ses souvenirs. Le suivant du regard, elle attend avec impatience que ses paroles, la compréhension plus éclairée qu’il peut lui apporter à cette situation. A cette poussière. C’était comme si l’air changeait de teneur, les propos de Bass n’allaient pas être légers. Son regard, sa position, les traits de son visage annonçaient une mauvaise nouvelle. Casey comprit rapidement… Laissant un silence  de quelques secondes s’installer alors qu’elle imaginait bien l’état de Nathan, elle finit par répondre :"J’ai entendu quelques trucs par ci et par là mais je m’y étais jamais réellement intéressée, pensant que c'était juste des rumeurs exagérées." Elle aurait peut-être dû. Enfin ce n’est pas comme si Casey était du genre à pouvoir apporter du réconfort. "Et il est parti sans rien te dire ?" Dans un coin de sa tête, elle se demandait ce qu’il avait bien pu faire subir à Joseph. Si Nathan avait réellement pété un câble, ce n’était pas difficile d’imaginer ce que le jackal avait pu subir. Loin de là, l’idée de le plaindre, bien au contraire mais c’était juste représentatif du fonctionnement mental de l’ex-olympien. Quel gâchis. D’autant plus, qu’elle n’aurait pas ses explications dans l’immédiat. Cette journée allait vraiment à l’encontre de toutes ses attentes. Casey poussa un long soupir pour accompagner sa réflexion puis tira sur sa cigarette. Un sourire ne coin apparaît à la commissure de ses lèvres. Retrouver son arme serait sûrement le bon point de cette journée. Enfin… Apparemment, ce n’était pas sans lui donner des explications en échange. Se renfrognant quelque peu, elle s’enfonça un peu plus dans son fauteuil, débattant avec elle-même des explications qu’elle pourrait lui fournir. Cependant, Bass réussit à la faire sourire dans la seconde qui suivit. Elle avait directement compris ce qu’il voulait dire mais l’insistance de sa précision ne put que l’amuser. "Je comprends." En partie, du moins. Peu de temps après le moment qu’ils avaient passés ensemble, il y avait eu l’attaque des jackals et la vie de Bass avait dû basculer vers une direction complètement imprévue. Casey était restée en retrait de cette histoire mais ça ne l’avait pas empêché de voir les cadavres et la destruction de la ville lorsqu’elle était venue aider. Dire que le mois prochain, ça ferait un an… Seulement un an. "Mais je suis contente de l’avoir eu et… " Un sourire sarcastique fendit son visage, la stoppant dans sa phrase. Non, se mentir à elle-même ne servirait à rien."J’allais te dire que c’était l’essentiel, valait mieux ça que de ne pas avoir des souvenirs de ce genre. Mais honnêtement avant que t’arrives, c’était ce à quoi j’étais en train de penser. "Casey haussa les épaules et passa sa main libre dans ses cheveux, retenant un soupir d’exaspération. "Enfin, il y a quand même de bonnes choses qui sont arrivées depuis." Lesquelles ? Valait mieux ne pas chercher à répondre à cette question. Comme pour chercher et/ou apporter du réconfort, la blonde se redresse pour poser sa main sur celle de Bass et exerce une légère pression.  "Pour mon flingue, si tu veux la version courte : j’ai revu une "vieille connaissance" à moi, ça a dégénéré et il s’est barré. Heureux hasard, cette connaissance se retrouve être à Olympia." Elle avait retiré sa main et son ton était devenu un peu plus froid. Casey voulait changer de sujet. Entre le désespoir/nostalgie et la colère, elle choisissait clairement la colère. Néanmoins, sa fatigue l’empêchait de l’exprimer explicitement, et même de la ressentir dans son entièreté.  "Capturé lors de l’attaque contre le Mall." Lâcha-t-elle, laissant le soin à Bass de faire ses propres interprétations.  "Je comprends pas ce qu’il s’est passé entre les clans pour qu’on décide de les laisser en vie…" Elle marmonna exposant cette interrogation qui trottait dans son esprit depuis la réunion qu’ils avaient eu à la mine sur le sujet.  "Et encore moins de les intégrer à la population. Comment tu fais ?" Pour supporter ça, pour vivre avec des personnes comme ça, pour savoir que l’une de ces personnes est peut-être l’assassin d’Elias, et que d’autres en ont tué beaucoup plus. Casey serait déjà partie ou aurait déjà réglé silencieusement le compte à certains… D’une certaine façon, c’est ce qui était arrivé, ironiquement.


● ● ● ● ●

- Lost in the crowd -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Olympians + le monde qui est le mien
avatar
Olympians + le monde qui est le mien
Hurlements : 1593
visage : Travis Fimmel
crédit : Frimelda & Miss Pie & Eli & Pey
survit depuis le : 14/10/2016
capsules de troc : 2988

MessageSujet: Re: Old Times   Lun 20 Nov - 12:26

egotrip



Old times & old friends
Bass & Kz

Septembre 2017
Un des autres. Bass hoche lentement la tête, ses dents venant grignoter l’intérieur de sa joue, assimilant la nouvelle. C’était en soi, une bonne nouvelle, pour lui, le recruteur d’Olympia, dont la responsabilité était de choisir les individus qui pouvaient s’intégrer dans leur communauté. Sans risquer de porter atteinte inutilement aux autres clans. A leurs alliés. A ses amis. Il était soulagé de ne pas avoir d’Olympien à blâmer, mais c’était tout de même frustrant, qu’une faute retombe sur eux à cause… d’un des autres. Un des autres. La sensation d’inutilité, d’impuissance rejaillit lentement dans ses tripes, retour à la case départ, loin du baume dont la présence de Malini l’avait enveloppé. La pénombre d’une maison abandonnée, sans surprise, convenait admirablement bien aux expressions durcies de leurs visage.  “- Sans rien.” convient Bass dans un soupire. Allez en enfer avec quelqu’un, et celui-ci repartira dans son purgatoire sans un regard pour vous. Nathan lui avait sauvé la vie, la cicatrice qui maculait sa cuisse le lui rappelait chaque jour. Nathan l’avait entraîné dans la plus grosse erreur dans sa vie, le laissant broyé, noyé par les conséquences et les idées noires. Etait-il un si mauvais amis ? Un manque de violer sa petite soeur, l’autre disparaît en pleine apocalypse, volontairement, consciemment, sans rien lui dire. Qu’arriverait-il de Vladimir ensuite ? “- Il disait plus grand chose, partait seul, souvent. Cette fois il n’est pas revenu.” L’inverse de Bass, lorsqu’il avait craqué, il s’était révélé incapable de quitter Olympia. Mais le recruteur refusait de s’attarder sur cette douleur, il avait réussit à l’éponger, la cacher, fonctionner avec. La réveiller l’ébranlerait à nouveau jusqu’aux fondations, et il était fatigué de souffrir.

Il se frotte machinalement la jambe, y repensant sans le vouloir, laissant ses pensées dériver contre son gré. Bass ne baisse pas les yeux, surpris, vers les doigts de Casey sur les siens. Tout au plus pivote-t-il son poignet pour venir saisir ses doigts entre les siens. Sans rajouter quoique ce soit. Dans le silence, il expire, avec une sorte d’humour tordu, écho des pensées de la jeune femme.  Bonnes choses ? Il avait retrouvé Elias, pour le voir mourir. Il avait retrouvé Jamie, et Elsie, mais ses rapports avec les deux étaient plus que compliqués. Il avait retrouvé Malini, et ressemblait à un couple dans ses bras, heureux, épanoui, mais dieu qu’ils étaient passés par l’enfer, s’étaient haïs entre temps. Il avait Olympia, encore debout, et les siens. Mais ils avaient soufferts, ville comme relations. Bass se redresse, piqué au vif, aussi soucieux que curieux à la suite. Disons qu’une connaissance à Casey capable de voler son flingue, et de dégénérer la situation ( face à une femme qu’il respectait, et dont il connaissait les capacités … simplement reconnaissant de ne jamais les avoir “de première main” autre part que sur ce même tapis ) se trouve à être à Olympia, être l’un des hommes et femmes dont il n’aimait pas la présence, ses tripes les rejetant au niveau instinctif. Yep. Le tempérament calme, laissant à autrui leurs secrets, prenait un coup. Le blond retient sa main dans la sienne, retient son attention. Non, il ne la laisserait pas changer de sujet, cette fois et son regard se pose sur elle, inquisiteur - mais dénué de jugement. Pour une fois, ce ne serait pas pour un prétendu olympien qu’il avait un jugement biaisé. Il lui faisait plus confiance à elle, contre toute attente.

Il écoute ses propres opinions sortir de la bouche de la mineuse, le visage fermé. Oh, ce sujet, il pouvait en parler. A Casey. Cela lui ferait du bien, car si Bass ne cachait pas son opinion, avait été véhément, sur l’attaque du mall et le sort qu’ils auraient du faire subir aux jackals, mais depuis … depuis sa disgrâce, il se tenait silencieux. Il ne voulait pas perturber plus les Olympiens, au contraire. Peyton avait pris une décision, et elle le faisait chier au plus profond de lui-même, mais c’était trop tard. Sa dissension n’avait apporté que la mort. ”- Ce n’est pas à moi qu’il faut demander ça.” Convient-il à mi-voix, désabusé. ”- Je ne comprends pas. Ce n’est pas ma décision… “ La sensation est âcre à ses lèvres, avouer cela à haute-voix… Il soupire, longuement, se laissant enfoncer dans les bras du fauteuil, qui eux au moins ne le jugeaient pas. “- Je fais pas.” Seul le fait que Malini ait passé les dernières semaines dans ses bras l’avait empêché de sombrer à nouveau. Son visage se plisse devant cette notion qu’il n’arrive pas à assimiler. ”- Le pire c’est qu’ils s’intègrent. Bien. Certains font des efforts, et ...on a tous fait des conneries, avant, cela ressemble à une simple seconde chance.” Tuer quelqu’un ne vous disqualifiait pas d’appartenir à Olympia - Bass en était une preuve vivante, et particulièrement bien intégrée. ”- Devrait, en théorie” il ajoute plus brusquement. ”- Parce que Ryan a beau avoir sauvé la vie de Malini, j’arrive pas à me détendre en sa présence.” Il les suivait, les gardait à l’oeil malgré lui, comptant les points dans sa tête, il ne pourrait jamais les considérer comme les siens. Bass penche légèrement la tête sur le côté, regardant Casey droit dans les yeux, sans jugement ni autre chose qu’un calme soucieux. “-Je vais pas te pousser à en parler, tu es assez forte pour savoir. Mais donne moi son nom.” Il n’était pas responsable de la sécurité de la ville à proprement parler, contrairement à Casey,  et il n’était pas son protecteur, mais il voulait savoir de qui se méfier encore plus. Ses doigts se crispent sur l’accoudoir, tandis qu’il grimace d’un lueur plus sombre, longtemps absente sur son visage, qui était ressurgit ces derniers mois, fréquente, mais pas moins inquiétante : ”- Je peux te le présenter dans un coin sombre, au besoin.”


● ● ● ● ●


▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼
The woods are lovely, dark and deep, But I have promises to keep,And miles to go before I sleep, And miles to go before I go home.



Bonjour, je suis celui qui ken pas.:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Miners + on pioche tic toc
avatar
Miners + on pioche tic toc
Hurlements : 1930
visage : Sarah Carter
crédit : moa
survit depuis le : 10/10/2016
capsules de troc : 3022

MessageSujet: Re: Old Times   Ven 5 Jan - 15:29

egotrip



Old times
Bass & Casey

Septembre 2017
Nathan avait vraiment viré mal. Plus que ça, il avait viré d’Olympia même. Casey devait se faire une raison, les explications qu’elle pouvait attendre concernant Joseph, ne viendraient jamais. Pire encore, une autre personne de ce groupe de 4 qu’ils étaient ce soir là, avait disparu de sa vie. Etrangement, ça lui faisait un pincement au cœur. Le passé comptait beaucoup plus qu’elle ne le pensait. C’était comme lui arracher un bout des seuls bons moments que la blonde avait eu depuis plusieurs années, comme si on la ramenait à cette réalité noire et crue qu’était la sienne avant d’arriver à la mine. D’un soupir, elle essaya d’évacuer ses pensées, de faire abstraction de toutes ces mauvaises nouvelles, mauvaises décisions qui s’étaient enchaînées en si peu de temps. Bien sûr qu’elle voulait lui demander s’il était parti à sa recherche mais vu les traits de Bass, la question ne franchirait pas ses lèvres. Tout comme sa main ne se libérerait pas de la sienne. Son interlocuteur ne lui laissait pas le choix, elle devait affronter son regard et son contact. Malgré tout, elle sentait que ce contact physique lui faisait du bien, réchauffer une partie d’elle qui était morte il y a plusieurs jours. Qui avait dû mourir en même temps que son départ de la mine.
La décision prise par les clans semblait tout aussi incompréhensible pour Bass, ce qui la rassurait. Ses paroles ne faisaient que lui montrer qu’elle n’était pas folle de penser qu’il aurait fallu faire autre chose d’eux… ou ne rien en faire… définitivement. Néanmoins, la rationalisation du blond fait écho en elle. Il avait raison sur un point, une seconde chance n’était pas superflue. Après tout, elle avait aussi eu la sienne et pourquoi pas les jackals ? Au nom de Ryan, sa main se crispa dans la sienne et tout avis objectif de la question s’estompa comme si rien ne s’était passé. Les deux se connaissaient donc. Le regard de Casey se fit noir, laissant une réminiscence de rage monter en elle avant de retourner s’endormir sous l’épuisement des derniers évènements.  "Ryan ne fait jamais rien sans s’assurer qu’il y est une contrepartie en sa faveur plus tard…" L’ex-miners baissa les yeux sur la cigarette qu’elle tenait dans l’autre main, perdant son regard dans la fumée qui s’évacuait.  "Manifestement, tu n’as pas besoin que je te donne son nom, tu le connais." Un soupir s’extirpa de ses lèvres alors qu’elle avait envie de tout déballer à Bass, se soulager de ce fardeau mais qu’est-ce qu’il pourrait bien penser d’elle ?  "Ryan et moi, on a passé plusieurs années ensemble. J’ai rejoints son groupe au début de ce gros bordel… " Ensemble… ce mot laissait planer le doute et tant mieux, elle ne voulait pas donner des détails sur ce que pouvait impliquer ce terme.  "Il était peut-être pire à l’époque qu’il ne l’est actuellement." Elle porta la cigarette à ses lèvres pour aspirer la fumer de la même façon qu’elle reprendrait de l’oxygène alors qu’elle étoufferait. Son regard ose enfin croiser celui de son ami et en dépit de ses peurs, elle sait qu’il comprendrait. Bass ne la jugerait pas… Du moins, pas tout de suite en tout cas. "On était pire. Ryan fait partie de ce bout de vie où… j’essayais de survivre…" Casey poussa un soupir agacé, crispa la mâchoire et reprit : "Non c’est faux, j’ai fait plus que survivre. On avait pas besoin de commettre toutes les horreurs qu’on a fait pour survivre, on avait pas besoin de tuer autant de gens… Ni laisser le sadisme de Ryan nous entraîner avec lui." Plus les mots franchissaient ses lèvres, plus sa honte et sa colère la poussaient à continuer. "S’il faut lui reconnaitre une chose, c’est son emprise sur les gens, il est plus habile que n’importe qui. Je ne reporte pas la faute sur lui – pas totalement, le sang que j’ai sur les mains restera sur mes mains mais... " La blonde termina sa cigarette et l’écrasa au sol, laissant le mégot gire à ses pieds. "J’ai essayé de le tuer, je suis venue pour ça, j’ai quitté la mine pour ça, j’ai sacrifié ce que j’avais pour ça… " Même en étant contre lui, Casey avait encore une fois perdue beaucoup à cause de Ryan. Une voix dans un coin de sa tête lui disait que ce n’était que partie remise mais une autre lui disait que tous ces sacrifices n’en valaient pas la peine. La femme se frotta les yeux, essayant d’enlever la tristesse qui franchissait la limite de ses paupières. Elle attira la main de Bass à ses lèvres comme pour y chercher du réconfort avant de la lâcher pour se lever et faire quelques pas. "Bref… tout ça pour dire que tu dois faire attention à lui et que cette Malini aussi… " La blonde lui tournait le dos alors qu’elle regardait par la fenêtre.  "Et que Ryan est à moi. J’ai eu ma seconde chance comme tu disais… et Ryan est revenue dans ma vie pour la broyer. J’ai besoin de lui actuellement mais ça ne durera pas éternellement." Son ton était froid et sans appel.  "Tu sais à peu près tout. Je veux que ça reste entre nous, je sais que tu fais partie du conseil d’Olympia mais … je te le demande comme un service." Après tout, elle était prête à tuer des olympiens à son arrivée ici, juste pour atteindre Ryan. Heureusement, les choses ne se sont pas déroulées de cette façon.



● ● ● ● ●

- Lost in the crowd -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Olympians + le monde qui est le mien
avatar
Olympians + le monde qui est le mien
Hurlements : 1593
visage : Travis Fimmel
crédit : Frimelda & Miss Pie & Eli & Pey
survit depuis le : 14/10/2016
capsules de troc : 2988

MessageSujet: Re: Old Times   Jeu 11 Jan - 14:55

egotrip



Old times & old friends
Bass & Kz

Septembre 2017
Ryan Havener. Sombre petite merde. Ce faux jeton de jackal pesait sur les nerfs de Bass depuis le premier jour - la partie rationnelle de Bass jusqu’alors s’était efforcée de réfréner sa haine et ses poings. D’assurer qu’il en était en partie responsable. Ses préjugés envers les jackals, l’effritement de sa foi envers Olympia, envers les secondes chances pour les minables, son désespoir à la mort de Elias, le besoin effréné d’avoir une raison pour vivre, ne pas juste se tirer une balle dans les bois … vérifier que les jackals recueillis ne leurs planter par un couteau dans le dos. Il avait veillé à l’infirmerie, en espérant qu’il meurt, en espérant qu’il tente quelque chose contre Iris et que toute la méfiance de Bass ait un sens qu’il ne soit pas en train de devenir fou. Ryan aurait pu être un ange déguisé en néo-nazi que Bass aurait refusé de le voir – il avait sauvé Malini, il se comportait comme un modèle, il avait pris des risques pour eux… Lentement, Bass remontait la pente, et lentement, il se forçait à baisser ses barrières et à faire confiance au blond.
Juste à temps pour se prendre l’équivalent métaphorique d’une chaise dans la gueule, et retour à la case départ. Ryan ne faisait rien sans attendre en retour. Ryan avait sauvé Malini, avait sauvé la femme dont, plutôt pathétiquement, Bass s’était avoué amoureux. Tout ça pour rien ? Pour les manipuler ? Cela faisait du mal à entendre. Encore trop naïf Ferguson.

Il la laisse broyer ses doigts sans autre réaction que la glaçure de son regard et un léger frémissement de sa lèvre supérieure, animal. L’olympien enregistre les informations, sur Casey, sur Ryan, sur eux. Bass avait changé, ou bien Bass montrait son plus mauvais côté à Casey - et vice-versa, mais le blond reste sombre, méfiant du monde.  « - On a presque tous été pires. » intervient Bass calmement alors que Casey s’emballe, s’énerve contre ce qu’elle était. Sadisme n’était pas un mot qui lui correspond à lui, mais violent, terriblement, oui. Laissant mourir de faim sans regarder en arrière, menaçant, pillant, solitaire. Du sang sur les mains, presque tous les survivants en avait, à l’exception de quelques protégés d’Olympia, que le blond protégeait comme la prunelle de ses yeux. Et non, ce n’est pas vraiment fini, même s’ils peuvent dormir tranquilles dans leurs communautés. Pourquoi ne jugeait-il pas Casey, pourquoi jugeait-il Ryan ? Parce qu’elle le disait habile à manipuler autrui ? Elle valait mieux que ça et disait elle-même qu’elle était responsable. Pourtant, Bass l’écoute, la douceur revenue dans ses yeux.  « - Tu as besoin de lui ? De ce type ? » Il fronce les sourcils dans le noir, clairement interloqué par la possibilité. D’autant plus en connaissant l’énergumène. Bass n’allait pas se flatter de comprendre toute l’histoire encore moins Casey, mais… « - Je sais comment on peut être quand on vous pousse à faire quelque chose… » Sa voix se fait basse et pleine de remords. Peut-être que c’était pour cela qu’il ne la jugeait pas. La grande carrure barbue qui donnait l’illusion de pouvoir vous soutenir lors de vos détresses sans peine était bien trop manipulable. Elijah ou des dealers, l’histoire se répétait pour lui.

Le ton froid n’appelle aucun réconfort, aucun mouvement pour réduire la distance entre eux et il reste immobile, glissant un peu plus dans le fauteuil, jambes écartées et se mordant la lèvre tandis qu’il fixe sa silhouette à la fenêtre. Bass expire lourdement. « - Je vais garder un œil sur lui. » Il ne pouvait pas faire grand-chose. Il n’était plus du conseil. Il n’était qu’un homme avec un nombre limité de poings à foutre en pleine gueule avant de a) être viré d’Olympia b) considéré comme juste cinglé. Il a un rire sans joie, un peu cinglé, comme pour coïncider avec ses pensées quand Casey s’inquiète de… mentir au conseil.  « - Yep, bien sûr, si c’était un problème actuellement. » Il acquiesce, moqueur et plein d’une ironie mordante avant d’expliquer.  « - Je ne suis plus au conseil. Je suis simplement le chef des recruteurs, et et je ne me suis pas posé garant de ce gars. Tu fais ce que tu veux – coin sombre ou détourner les yeux, ce n’est pas mes affaires. Bass se racle légèrement la gorge, sans dissimuler sa grimace.  « - Tu peux deviner pourquoi j’ai été viré. »

Désobéissance, rébellion, insubordination. Peyton avait dû utiliser de grands mots inintelligibles face au conseil diminué. Il avait perdu un frère, gagné des loups dans la bergerie. D’un geste lent et lourd, s’appuyant sur les accoudoirs, il se relève.   « - Tu es mon amie, je crois. » Il a une grimace qui se veut amusée, mais comme tout dans ce musée poussiéreux d’un temps passé, elle sonne creux. Il déteste ça, le sentiment est pourtant sincère. Il vient se placer derrière elle, assez pour que son torse effleure son dos, mais sans s’imposer.  « - Tu sais où tu vas ? » Elle a quitté la mine, alors qu’elle en était la chef de sécurité – tous les survivants ne sont pas aussi attachés à leur camp comme Bass l’est, Olympia étant sa colonne vertébrale et son cœur tout à la fois, mais cela dénotait quand même un certain engagement. Il se penche par-dessus son épaule, surplombant la blonde, son souffle effleurant sa joue tandis qu’il chuchote. « - Viens, on va récupérer ton flingue. »


● ● ● ● ●


▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼
The woods are lovely, dark and deep, But I have promises to keep,And miles to go before I sleep, And miles to go before I go home.



Bonjour, je suis celui qui ken pas.:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Old Times   

Revenir en haut Aller en bas
 
Old Times
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» PA GEN DYOL -NEW YORK TIMES LAN BOUNDA MARTELLY
» Yon ATIK ENTERESAN NEW YORK TIMES sou GUY PHILIPPE
» attentats du 11 septembre 2001 à New York : la Mossad Connexion
» Des nuages inhabituels précèdent le tremblement de terre en Chine: des preuves
» NY Times: The Woman Who Would Be Haiti's Next President

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Influenza :: survivors' last heaven :: Olympia Town :: Habitations-
Sauter vers: