AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 
Bienvenue sur Influenza, faites attention à vos fesses, les rôdeurs sont affamés !
N'hésitez pas à jeter un coup d'oeil à nos postes vacants

Nous sommes en octobre 2018. L'épidémie a commencé en octobre 2010. Plus d'information sur l'épidémie { + }

Découvrez la playlist officielle d'Influenza !

Nous sommes actuellement en pénurie de Miners & Riders, merci de bien vouloir privilégier ces groupes { + }

Partagez | 
 

 L'imprévu, le coup du sort, faire valser le décor

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Riders + j'peux pas j'ai poney
avatar
Riders + j'peux pas j'ai poney
Hurlements : 3355
visage : Cillian Murphy.
crédit : ANESIDORA (signature).
survit depuis le : 06/08/2016
capsules de troc : 6210

MessageSujet: L'imprévu, le coup du sort, faire valser le décor   Jeu 21 Sep - 17:27



Carnet de voyage

« Urgent, crier. »

chronologie personnelle
en cours.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Riders + j'peux pas j'ai poney
avatar
Riders + j'peux pas j'ai poney
Hurlements : 3355
visage : Cillian Murphy.
crédit : ANESIDORA (signature).
survit depuis le : 06/08/2016
capsules de troc : 6210

MessageSujet: Re: L'imprévu, le coup du sort, faire valser le décor   Jeu 21 Sep - 17:29


Les PNJs



Fils unique,
la chair de sa chair
Fruit d'un bête accident, Silas est issu d'une grossesse non-désirée au sein d'un couple qui, sans lui, n'avait même pas la prétention de durer ; il n'en fut pas moins aimé, pourtant, et ce dès sa naissance une dizaine d'années plus tôt. Enfant qui a grandi trop vite au milieu d'un monde cruel et impitoyable, Silas est un gamin assez calme pour son âge et loin d'être stupide, comprenant déjà bien plus de choses que ce qu'il laisse transparaître. Abel tient à lui comme à la prunelle de ses yeux, férocement attaché à ce petit bout d'homme qu'il s'est efforcé de garder vivant tout au long de ces sept années d'enfer. Les deux ont d'ailleurs une complicité assez forte, quoique marquée de hauts et de bas comme toute chose subissant le lunatisme d'Abel. Mais, à les voir ensemble, on arrive parfois à se rappeler que le leader des cavaliers est encore humain. C'est, de ce fait, une de ses faiblesses les plus évidentes en ce qu'il ne tolérerait pas qu'il arrive la moindre chose à son fils. Mieux vaut ne pas penser à comment il réagirait si d'aventure il arrivait malheur au gosse, comme cela a bien failli arriver en hiver 2016 lorsqu'il a été touché par l'épidémie de grippe.

ft. Jackson Robert Scott
Silas Rhodes
Ex-femme, erreur de parcours
(présumée décédée) Elisa et Abel se rencontrent un peu par hasard au cours d'une petite soirée organisée par des amis en communs. Bien qu'issus d'univers radicalement différents (femme d'affaire, fermier), le courant passe contre toute attente plutôt bien entre eux deux. Ils se mettent ensemble, rien de bien sérieux franchement et aucun ne se voile d'ailleurs la face quant à ce passe temps agréable. Seulement, Elisa tombe enceinte. Si ni l'un ni l'autre n'avaient envisagé de fonder une famille ensemble, les voilà à se retrouver soudainement confrontés à cette éventualité et à un âge tout à fait opportun pour ce faire. Pourquoi pas ? Ils décident de se marier, Elisa vient s'installer avec lui au ranch, question de facilité et, pendant les premiers mois, on pourrait presque croire que tout va pour le mieux. Trop beau pour durer, néanmoins : une procédure de divorce est entamée quelque temps après la naissance de Silas et un nombre incommensurable de disputes sans cesse plus violentes. Véritable requin, elle déménage avec leur enfant et menace de parvenir à le dépouiller dans la manœuvre et... et survient l'apocalypse.
Elisa est la première victime d'Abel. Une querelle plus forte, un premier coup qui part. Ce n'est pas volontairement, bien sûr, qu'il l'a envoyé se cogner contre un élément du mobilier, mais il n'a pas fait non plus quoi que ce soit ensuite, se contentant de s'enfuir avec Silas en l'abandonnant à son sort. Et ce geste-là le hantera pour toutes les années à suivre même s'il n'en a jamais rien montré, plus que certaines atrocités bien pires commises ensuite. Il faut bien un début à tout...

ft. Aleksa Palladino
Elisa Rhodes


Amante bon gré mal gré, dommage collatéral
(décédée) Parce qu'elle est belle, parce que ses traits ne sont pas sans rappeler ceux d'une autre femme déjà trop présente dans la vie d'Abel, Janissa a la malchance de s'attirer l'attention du leader de son camp et la faiblesse de se laisser faire, de lui ouvrir la porte et de ne pas tout arrêter à une époque où cela lui aurait pourtant été simple. Seulement, leur relation a vite fait de basculer dans l'abus et bientôt l'infirmière finit par perdre son identité propre aux yeux du cavalier, qui vient la visiter lorsque qu'il est contrarié, frustré, simplement en manque de baise et pratiquement après chaque entrevue avec Peyton Yates. Peu importe qu'il prétende avoir de la considération pour elle, peu importe ce qu'il peut bien lui dire pour arriver à ses fins et peu importe comme il se voile la face sur les raisons qui le poussent à réitérer à chaque fois : elle n'est pour lui qu'un exutoire purement sexuel, trop effrayée par son propre passif et le caractère d'Abel pour oser se refuser à lui, fait dont il est pertinemment conscient et profite d'autant plus. Mais le pire reste encore à atteindre lorsqu'elle finit par tomber enceinte de lui ; mis dans la confidence, il l'oblige à avorter contre sa volonté (et pourtant au courant de la perte de sa fille quelques années plus tôt au sein même du campement), achève probablement de briser quelque chose en Janissa et cette dernière s'enfuit du ranch peu après. Tentative de se sortir de là ou geste suicidaire délibéré ? Elle mourra avant que quiconque ne puisse la retrouver, dévorée par des rôdeurs.

ft. Jessica Chastain
Janissa Haner
Figure paternelle, modèle à suivre
(décédé) Probablement la seule personne qu'il a jamais respectée même après l'épidémie et devant qui il a toujours fini par plier sans même chercher à élever la voix. Son père a toujours été un modèle pour Abel, celui qui lui a tout appris, celui qui a façonné une partie de l'homme qu'il est devenu en grandissant. Son autorité, son sens des responsabilités et la manière qu'il a de gérer ses hommes, ses terres, tout ou presque lui vient de lui, de ce qu'il a appris à ses côtés ou sous son influence. Et quand Abraham sombre peu à peu dans le mutisme et la lassitude suite au décès brutal de sa femme, quand Abel devient réellement le leader du ranch, il continue de chercher les conseils du patriarche, ou d'écouter son avis lorsqu'il daigne le donner.
L'épidémie de grippe début 2017, le manque de médicament, l'âge et tout simplement les conditions de vie actuelles finissent par avoir raison d'Abraham Rhodes qui se laisse emporter par la maladie dans l'indifférence générale à l'exception de ceux de ses proches encore présents. Sa mort est particulièrement dure à encaisser pour son fils aîné, perte injuste d'une figure symbolique qui l'avait jusqu'à présent accompagné depuis toujours.

ft. Anthony Hopkins
Abraham Rhodes

carnavage
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Riders + j'peux pas j'ai poney
avatar
Riders + j'peux pas j'ai poney
Hurlements : 3355
visage : Cillian Murphy.
crédit : ANESIDORA (signature).
survit depuis le : 06/08/2016
capsules de troc : 6210

MessageSujet: Re: L'imprévu, le coup du sort, faire valser le décor   Jeu 21 Sep - 17:30


Chronologie des rps




1996


juillet
ft. Peytonsomewhere in time
« A peine à moitié surpris qu’elle lui fasse déjà la gueule de bon matin – même lui n’était pas assez stupide pour nourrir l’espoir qu’elle n’ait pas une paire de reproches à lui faire concernant la soirée de la veille –, Abel se laissa entraîner à l’écart de sa bande de copine sans chercher à lui opposer la moindre résistance. « C’est bon, y a pas eu mort d’hommes » qu’il rétorqua en haussant les épaules, parfaitement conscience de l’intégralité de ses torts mais ignorant en revanche ceux dont elle avait pris connaissance, elle. »



2011


mars
ft. Cadena long time ago, we used to have a mother
« Et en quelques mots rapides, il résuma la situation [...]. Tout ça devait remonter tout au plus à deux heures et pourtant, déjà, elle ne semblait plus bien dans son assiette. Elle avait tenté de minimiser le problème, assurant que la blessure était superficielle, qu’elle ne risquait rien, mais son regard ne lui avait pas raconté tout à fait la même histoire. »


avril
ft. Cadenla complainte des loups solitaires
« Est-ce que c’était une bonne idée que d’aborder ce sujet délicat avec une personne qui somme toute n’avait de frère que le sang ? Ou Abel venait-il de se jeter dans une pente glissante ? Il n’avait personne à qui parler de ça hormis peut-être le pater et il eut été euphémique de croire que ce dernier était d’humeur à taper la causette à ce propos. Caden, lui, était là, et il l’avait trouvé dans un de ces moments où l’aîné était disposé à s’ouvrir. »


septembre
ft. Peyton  ∝ echoes of history
« La scène aurait dû virer à la boucherie en quelques instants, les riders étant en surnombre et bien armés, mais le cri de la fille avait tiré une sonnette quelque part dans une rue adjacente, et le premier coup de feu avait achevé de motiver les troupes d'affamés. Un premier cadavre ambulant se pointa, bientôt suivi de ses petits copains. Dès lors, il ne fut plus question de s'étriper entre survivants mais plutôt d'épauler afin de trouver une solution à ce qui s'annonçait comme étant une bonne masse de réanimés en manque crucial de repas. »



2013


mars
ft. Anitaplot twist & zombies nazis
« C’était non sans une certaine impatience qu’il avait attendu cette confrontation avec la dirigeante de la Mine, cette pauvre femme qui avait osé mettre en échec ses projets de conquête du monde – ou du moins, de conquête du Royaume des licornes constipées ce qui, dans une moindre mesure, revenait sensiblement à la même chose. »



2015


juillet
ft. Moready for the (fun)eral
« Un silence un peu bizarre plana entre eux alors qu’ils se jaugeaient mutuellement, mais il fut vite rompu, et d’une manière si peu conventionnelle qu’elle surprit le concerné et lui arracha un ricanement. Bon point pour l’étranger ? Non. « Ta gueule. » répliqua-t-il à la question, dédaignant la friandise offerte dans le creux de la paume. L’humour n’avait jamais été une forme d’approche très concluante avec l’aîné des Rhodes, et certainement pas quand elle émanait d’un individu débraillé qui avait en plus le défaut de lui faire obstacle. »


septembre
ft. Cirillalast night I did a thing I'm not proud of
« Abel caressa longuement l'idée de filer à l'anglaise sauf que l'évidence, terrible, ne tarda pas à s'imposer à lui : il n'y avait aucune échappatoire envisageable parce qu'ils se trouvaient dans sa chambre. Alors le rider fit la seule chose possible : il attrapa un verre qui traînait sur la table de chevet sans se demander si le liquide translucide était de l'eau ou de l'alcool et, avec un geste plein de tendresse, il le renversa lentement sur le visage de la belle au bois dormant. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Riders + j'peux pas j'ai poney
avatar
Riders + j'peux pas j'ai poney
Hurlements : 3355
visage : Cillian Murphy.
crédit : ANESIDORA (signature).
survit depuis le : 06/08/2016
capsules de troc : 6210

MessageSujet: Re: L'imprévu, le coup du sort, faire valser le décor   Jeu 21 Sep - 17:31


Chronologie des rps




2016


août
ft. Jennathey won't run away forever
« Néanmoins l'énervement dicte parfois des choix impulsifs et ce fut le cas lorsqu'il aperçut la silhouette de sa sœur à une vingtaine de mètres de là – cavalière aisément reconnaissable : c'était lui qui lui avait appris à monter après tout. « Jen ! » Il planta ses éperons dans les flancs de sa monture et se porta à sa hauteur. « Avec moi. Dépêche. » Le ton était clair et péremptoire : rien à foutre de ce que tu fais, tu ramènes ton derch illico. »

ft. Janissabe sure you put your feet in the right place
« Le cheminement en solitaire vit son esprit livré aux affres de la paranoïa : puisqu’elle n’avait à priori pas de raison valable pour se tirer du camp des Crimson, qu’est-ce qu’elle était allée foutre dehors, surtout sans rien dire à personne ? Il ne s’inquiétait pas pour sa survie, non, ça c’était pas son problème, il craignait plutôt qu’elle soit infidèle à ceux qui l’avaient recueilli avec sa gosse, il imaginait forcément tout ce qu’elle pourrait bien laisser tomber dans une oreille ennemie et puis, surtout, elle savait des choses sur lui. »


septembre
ft. Cirillafuck you very very much
« Cinq minutes. C'était à peu près ce qu'il lui avait fallu pour regretter son choix. Cinq. putain. de minutes. Elle traçait le chemin devant lui en bonne princesse hautaine qui ne voudrait surtout pas s'abaisser à respirer de trop près le même air que lui, mais ça ne l'empêchait visiblement pas d'ouvrir sa grande bouche pour lui faire part de la sympathie profonde qu'elle avait à son égard. Où était le vent quand on avait besoin de lui pour emporter ce genre de futilités loin de ses oreilles ? »

ft. Cadenin the middle of nowhere
« Abel comptait leur proposer un marché qui les avantageraient tous et surtout lui, ou bien s'emparer de ce qu'il voulait par la force, bien qu'il n'ait pas fait état de cette seconde solution à son frère : il savait pertinemment que ce dernier n'approuverait pas cette décision et chercherait à l'en dissuader par tous les moyens. Or, s'il y avait bien une chose qu'il ne souhaitait pas, c'était de se faire sermonner pendant toute la chevauchée qu'ils devaient se farcir. »

ft. RIDERSmini intrigue #1
« Si ça n'avait tenu qu'à lui, toute cette foutue histoire de négociation aurait très bien pu aller se faire voir ailleurs. La parlotte n'étant définitivement pas son truc, il ne voyait aucun problème dans le fait de s'inviter dans la cour avec quelques gus bien armés et de récupérer ce qui les intéressait. Après tout, pourquoi se fendre d'une monnaie d'échange pour récupérer quelque chose que ceux qui se terraient dans le collège n'utilisaient même pas ? »


octobre
ft. Idylwell that's not very kind of you
« Abel aurait presque pu se laisser séduire par cette idée inattendue qu'une expédition dans les zones urbaines pouvait se dérouler sans encombre. Après tout, le groupe avait trouvé ce qu'il était venu chercher sans franchement se heurter à un comportement hostile en face, ou en tout cas à rien qui ne représente une menace susceptible d'inquiéter une demi-douzaine de riders bien entraînés et armés. »

ft. Janissareborn
« Mais bien souvent lorsque son sommeil se montrait capricieux, Abel finissait par s'échapper de la demeure familiale pour s'adonner à d'autres occupations. Point de fugue hors campement, il n'était pas fou, il se contentait d'une visite en dehors des murs où logeait le reste de sa famille. Souvent la même tente, la même femme, mais pas par sentimentalisme : il était un homme d'habitudes. »

ft. Jamiewill things return to normal (pt.1)
« La voix avait un petit quelque chose qui le chiffonnait, bien qu'il n'arrivât pas à mettre le doigt dessus sure l'instant ; sourcils froncés, Abel s'agenouilla devant lui et lui releva la tête en plantant le canon de son pistolet juste sous son menton : clairement, son assurance lui déplaisait mais il y avait quelque chose. Il détailla quelques longues secondes durant les traits de ce visage pas si inconnu que ça et à un moment, quelque part entre la crasse et la barbe qui bouffait une bonne partie de sa figure, la lumière se fit. »

ft. RIDERS & MINERSmini intrigue #2
« Dans l'immédiat, son plan de la soirée consistait d'abord à se trouver un verre. Échec : dans la foule qui se pressait aux alentours de ce qui tenait lieu de bar, un mouvement plus brusque amena sa boisson à se renverser sur un hurluberlu costumé et Abel, déjà agacé, ne se gêna pas pour lui balancer le fond de sa pensée – bien que celle-ci fut vite emportée par le vacarme des rires et de la musique. Un deuxième verre plus tard, il filait se trouver un endroit plus au calme d'où il n'aurait pas à slalomer entre les fêtards. Une vieille souche d'arbre lui prodigua le siège dont il avait besoin et pour quelques instants au moins, il eut droit à un peu de tranquillité. »


novembre
ft. Aarenmini intrigue #2 (suite)
« Le rider rentra dans le vif du sujet sans s'embarrasser de gants. Pourquoi tourner autour du pot alors qu'il n'y avait personne dans les environs et que les bruits de la fête empêchait une oreille indiscrète d'épier quoi que ce soit ? [...] La manière dont Aaren avait formulé sa dernière réplique laissait sous-entendre qu'il avait une idée derrière la tête. Eh bien soit, le rider était toute ouïe, las de cette situation qui commençait à stagner un peu trop à son goût. »

ft. Jennathis is not gonna end well
« Pour avoir déjà à peu près une idée de comment ça allait se passer (mal) et de comment ça allait se terminer (encore plus mal), Abel avait déjà plusieurs fois repoussé la confrontation et la discussion pourtant inévitable qu'il devait avoir avec sa sœur. Savoir qu'ils allaient plus que probablement s'engueuler le fatiguait et le fichait de mauvaise humeur par anticipation mais, d'un autre côté, il avait tout intérêt à lui annoncer la nouvelle avant qu'elle ne l'apprenne d'une autre bouche que de la sienne. »

ft. Peytonquidlibet audendi potestas
« Le nombre de personnes susceptibles de pénétrer dans l'enceinte de la maison sans qu'on ne s'en alerte était remarquablement restreint. Mais la surprise put clairement se lire dans son regard tandis que la silhouette de Peyton s'encadrait sur le seuil de la pièce. « Déjà sur pied ? » La question fusa après quelques secondes durant lesquelles il l'avait dévisagée en silence. Comme si elle avait eu un autre choix. »

ft. Malinithe enemy of my enemy
« Abel acquiesça en silence à la requête de la recruteuse et son regard ne la quitta pas alors qu'elle s'avançait pour prendre place face à lui. Dans l'expectative de ce qu'elle pouvait bien avoir à lui dire, il ne prit pas l'initiative d'ouvrir le dialogue et se contenta d'un mutisme attentif. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Riders + j'peux pas j'ai poney
avatar
Riders + j'peux pas j'ai poney
Hurlements : 3355
visage : Cillian Murphy.
crédit : ANESIDORA (signature).
survit depuis le : 06/08/2016
capsules de troc : 6210

MessageSujet: Re: L'imprévu, le coup du sort, faire valser le décor   Jeu 21 Sep - 17:56


Chronologie des rps




2017


janvier
ft. Peytonand the wolf finally came
« L'interruption de Peyton dans la conversation houleuse mit fin à un débat qui menaçait salement de tourner au vinaigre. Sans mot dire, le rider la suivit jusqu'à la maison qu'elle occupait, abandonnant le bout de lard à ses deux interlocuteurs au profit du morceau autrement plus intéressant que représentait leur dirigeante. Son agacement pour son intrusion soudaine était cependant clairement visible bien qu'il n'en pipât mot, curieux de savoir ce dont elle pouvait bien vouloir lui parler. »

ft. Jamiewill things return to normal (pt.2)
« Il lui avait fallu pas mal de recul pour accepter la présence de Jamie sans que ses pensées ne se laissent ronger par le doute et la paranoïa qui, vicieuse, déformait la vision qu'il avait des autres. De tous les autres, exception faite peut-être de quelques personnes triées sur le volet et qui ne se comptaient même pas sur les doigts d'une seule main. Mais s'il ne traitait toujours pas le jeune homme comme l'ami qu'il était avant de partir en mission trois ans plus tôt, force était de constater qu'il s'était au moins quelque peu radouci depuis leur premier vis-à-vis.
« Jamie », salua-t-il tandis qu'il se rapprochait du cavalier. « Ça tombe bien que tu sois là, j'avais à te parler. » Il jeta un bref coup d’œil autour d'eux mais à priori, il n'y avait personne d'autre de présent à proximité immédiate d'eux. « En privé, de préférence. »

ft. Cadenthis ain't no place for no horse
« Le sujet s'arrêta là alors que le hongre pie d'Abel ratait encore une fois sa foulée, semblant faire preuve dans son comportement d'une négligence plus typique d'un vieux cheval à moitié aveugle que d'une bête encore dans la force de l'âge et certes pas usée par l'ennui d'exercices répétitifs. Cela faisait plusieurs mois que l'attitude de l'animal avait doucement changée et si son propriétaire avait misé sur un problème mineur, le fait que son frère relève ce qui venait de se passer confirmait quelques soupçons sur lesquels il avait toujours soigneusement fermé les yeux. »

ft. RIDERSwalkers
« Ce n’est un secret pour personne, l’hiver s’installant sur l’état texan n’a rien de rude, du moins contrairement à d’autres états. Une bénédiction a priori, les survivants ne sont pas prêts de perdre leurs orteils, bien que depuis quelques jours la chance semble tourner et prendre la forme d’un futur fléau aux allures menaçantes. Des hordes rôdent, s’accumulant de plus en plus. Le constat est simple : les rôdeurs migrent vers des contrées au climat plus clément. Si pour l’instant, la situation semble gérable, il ne suffirait que d’un pas pour qu’elle tourne incontestablement au cauchemar. »



février
ft. Peytontragic sense of life
« Ça faisait bien trois heures qu’il était arrivé et il n'avait pratiquement pas bougé de la chaise installée juste à côté du lit du convalescent. Trois heures que, plongé dans un mutisme duquel on avait vite renoncé à le tirer afin de lui indiquer la sortie de l’infirmerie, il n’avait rien fait sinon contempler son fils aux prises avec la maladie, présentement inconscient et terrassé par la fièvre. »

ft. Malinii'm counting on you
« Malini, il l’avait cherchée dès son retour au ranch, il fallait qu’il lui cause avant de s’autoriser enfin à penser à autre chose. D’abord parce qu’il savait son attachement pour Silas, il se doutait qu’elle devait s’inquiéter, elle les avait vu partir pour Olympia la veille et pas la moindre nouvelle n’avait filtré depuis. Ensuite et surtout parce qu’il avait quelque chose à lui demander, et elle dirait oui, il en était sûr, il ne lui permettrait de toute façon pas une autre réponse.  »

ft. Archeri have some bad news for you
« Entraînant Archer jusqu’à la demeure familiale, il ne desserra pas la mâchoire jusqu’à ce que la porte se fut refermée derrière eux. Là, il se tourna enfin vers lui et le jaugea sur quelques longues secondes avant de finalement reprendre la parole. « On dirait bien que ton père a fait de la merde alors j’espère que tu te plais ici, parce que t’es pas prêt de repartir. »

ft. Jennahappiest family meeting ever (guest starring Anita)
« J’imagine que tu as une raison tout à fait valable pour justifier ta présence ici ? Qu’est-ce que t’as foutu, Jen, sérieusement ? A quoi tu joues ? » Non, il n’avait pas spécialement l’air heureux de revoir sa sœur après cette séparation qu’il lui avait infligée. Visiblement pas décidé à se montrer agréable avec elle, il attaquait d’entrée de jeu dans le vif du sujet sans s’embarrasser d’un préambule hypocrite. Mais au moins, il était calme, alors ça aurait pu être pire.. »

ft. Anitapack leaders
« Il récupérait tout juste les rênes de sa monture quand l’apostrophe l’arrêta net dans son mouvement. Il se retourna vers Anita, darda sur elle une œillade oscillant entre la curiosité et la surprise alors qu’elle énonçait sa demande, puis acquiesça finalement d’un hochement de tête. Sentant peser sur lui le regard interrogatif d’un de ses raiders, il se contenta de leur ordonner d’attendre encore une poignée de minutes avant de rebrousser chemin pour se retrouver en quelques foulées face à la dirigeante de la mine. « Qu’est-ce que tu veux, Anita ? »

ft. Mercystayin' alive
« Mercy pourrait bien patienter cinq minutes de plus… ou dix, ou trente. Lorsqu’il grimpa finalement en selle et piqua des deux afin de hâter son cheval, il se demanda si elle n’aurait pas eu le culot de se tirer, lassée de l’attente.
Mais non, fidèle au poste, Mercy faisait le pied de grue sur son canasson et le gratifia d’un regard tout aussi expressif que n’importe quelle remarque quant à son retard, et auquel il répondit de la même manière alors qu’ils s’éloignaient aussitôt de la tour de guet. »



mars
ft. OLYMPIANSrôdeurs surprise
« Il fallait que ça arrive, forcément. La vigilance a beau être de mise, une erreur est vite arrivée. Un cri d'effroi brise le silence de cette pluvieuse nuit de mars. Les esprits sont en alerte. Le danger, au sein d'Olympia, encore. Pillards ? Jackals ? Simple conflit entre rider et olympien qui dérape ? Vous n'êtes au courant de rien. Vous n'avez pas encore conscience qu'en début de nuit un malchanceux atteint de la grippe a rendu l'âme. ça arrive tous les jours depuis un moment, certes, cependant le garde chargé de la surveillance loupe le réveil du mort. Grossière erreur. Le "mouroir" est laissé sans surveillance, d'autres cadavres reprennent vie, la mort se répand, mordant la chair et dévorant les pauvres survivants pris au dépourvu.  »

ft. Peytonit's funny how day by day nothing changes
« La voix de Peyton résonna dans son dos alors qu’il achevait de ranger le harnachement de son cheval et il ne se retourna pas tout de suite, réprimant à grand peine un soupir tandis qu’il se redressait. « Peyton. Quel bon vent t'amène ? » Mais ni l'attitude ni le phrasé un poil acide ne démontraient qu'il était content de la voir. Elle n’était certainement pas venue pour lui causer de la pluie et du beau temps, alors qu’est-ce qu’elle fichait là ? »

ft. RIDERSBagarre & chasse aux pillards
« Vous ne savez pas pourquoi ni comment, mais vous vous retrouvez embarqué dans une bagarre générale qui tourne au vinaigre. Ça crie, ça frappe, ça balance des objets dans le vide et bientôt, le chaos s'empare du campement. Les esprits sont échauffés à souhait, il faut dire que la tension régnant sur la Crimson Valley depuis déjà un moment devait bien éclater tôt ou tard. On profite de l'instant pour raviver des vieilles rancœurs futiles et vider son sac. Et même la possible présence du grand manitou des lieux ne semble pas le moins du monde calmer les nerfs.
Cependant, pendant que vous avez les yeux ailleurs, que vous réglez vos comptes, vous manquez l'arrivée d'un groupuscule de pillards mené par un ancien rider ayant pris ses jambes à son cou il y a de cela quelques semaines, sous peine de crever sous le courroux des Rhodes. »

ft. Beckettjust when i thought things couldn't get any worse
« Son père était mort. Victime supplémentaire de la maladie qui continuait ses ravages en laissant derrière elle des rangées de cadavres, le fait en lui-même n’avait rien de surprenant : affaibli, plus guère capable de grand chose depuis quelques années, il n’avait même pas lutté contre le virus qui l’avait emporté avec lui à l’issue d’une montée de fièvre particulièrement virulente. Mais tout de même, ça lui faisait drôle, à Abel : son père avait toujours un point d’ancrage dans sa vie, un modèle, un élément qui persistait à se tenir présent envers et contre tout. »

ft. Caden, Malini, Archerthis is (totally not) an awkward evening
« Repas, donc, qui n’allait certainement pas se préparer tout seul : image probablement difficilement concevable pour une vaste majorité des riders, les deux frères Rhodes et Malini se retrouvaient donc fort affairés à préparer avec les moyens du bord une pitance susceptible de bien coller à l’estomac. Manquaient encore à l’appel Archer et Silas, mais l’un des trois cavaliers (on vous laisse deviner lequel) n’eut que le temps de s’agacer de leur absence que la porte d’entrée claqua, annonçant leur retour. »

ft. Peytonand here we go (again) (guest starring Bass)
« Abel était déjà dehors, debout devant la baraque familiale lorsque le petit convoi débarqua à allure réduite pour finalement se stopper à quelques mètres. Impatient d'avoir le fin mot de l’histoire, il considéra les nouveaux arrivants sans chercher à masquer sa curiosité face à leur irruption dans ses terres et son regard s’attacha à Peyton alors qu’elle était la première à descendre d’un des véhicules. « J’imagine que vous n’êtes pas venus ici avec tout cet équipement pour proposer un pique-nique. » La remarque avait franchi ses lèvres avant n’importe quelle forme de politesse que l’on pouvait généralement imaginer plus aptes à débuter une conversation. »

ft. Cadenconversation entre quatre yeux
« Impatient, donc, de voir si le raid s’était avéré fructueux, le rider s’était avancé jusqu’à la cour où le groupe débarquait à peine, les chevaux encore énervés de la course du retour piétinant sur place dans un concert de bruits de sabots et d’éclats de voix. Il ne lui fallut pas deux secondes pour déceler la colère évidente du chef d’expédition, lequel l’alpagua aussitôt que leurs regards se croisèrent.  »

ft. Maliniempty house
« Malini était probablement dans sa chambre, avec Chloë, et c’est cette direction que ses pas amorcèrent une fois qu’il se retrouva sur le palier du premier. Le rai de lumière qui filtrait de sous la porte close trahissait sa présence et puis, il n’était pas tard de toute manière. Il cogna à la porte, attendit l’accord pour en pousser la poignée mais resta sur le seuil de la pièce, appuyé contre le chambranle. [...] « Dis-moi où il est. » La demande était simple, et à vrai dire il était persuadé qu’elle au moins était au courant de quelque chose. « Il peut pas se planquer éternellement, et moi j’en ai marre de cette situation. »

ft. Billiehell is empty and all the devils are here
« Bien que sachant la présence de Billie là-bas, il ne s’était guère préoccupé d’aller lui causer lors des rares fois où ils avaient été amenés à se croiser : perte de temps parfaitement inutile selon lui, ils ne s’étaient jamais entendu et c’était un état immuable qui ne risquait certainement pas de changer maintenant. Alors forcément, qu’elle cherche la conversation maintenant piquait tout de même sa curiosité : ou bien elle s’emmerdait et n’avait rien trouvé de mieux à faire que de le lui faire partager (or on savait très bien qu’il ne se priverait pas d’une opportunité de lui renvoyer la balle), ou bien elle avait une idée derrière la tête. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Riders + j'peux pas j'ai poney
avatar
Riders + j'peux pas j'ai poney
Hurlements : 3355
visage : Cillian Murphy.
crédit : ANESIDORA (signature).
survit depuis le : 06/08/2016
capsules de troc : 6210

MessageSujet: Re: L'imprévu, le coup du sort, faire valser le décor   Jeu 21 Sep - 18:09


Chronologie des rps




2017


avril
ft. Jennareality is not always probable, or likely
« Est-ce que tu peux m’expliquer comment ça se fait que personne ait jamais jugé utile de me mettre au courant de ce putain de détail ? » Dire qu’il était en colère serait exagéré mais le fait est qu'il était contrarié, non pas parce qu’il venait d’apprendre qu’il avait une nièce, mais plutôt de constater qu’on l’avait tenu écarté de ce genre de nouvelle. Que Jenna l’avait tenu écarté, une fois de plus, de quelque chose qu’il était en droit de savoir. »

ft. Artenot all those who wander, are lost
« McMahon ? » Qui d’autre ? Elle correspondait trait pour trait, en tout cas, à la description à laquelle ils avaient eu droit. Ça n’empêchait néanmoins pas le cavalier qui venait de prendre la parole de la tenir en joue, l’air aussi avenant qu’une porte de prison. « Viens avec moi. » Il ne semblait pas décidé à lui laisser le choix, de toute façon, alors mieux valait qu’elle coopère, tandis qu’il s’avançait vers elle et que sa main venait enserrer rudement son bras pour l’entraîner avec lui. »

ft. RIDERSla conjuration
« La rumeur se répand dès l'aube : Louis Bishop, un cultivateur, a tenté d'assassiner Abel Rhodes dans son sommeil. Si le leader a su neutraliser son assaillant, on raconte que Louis a tout de suite avoué qu'il n'agissait pas seul... Ils sont nombreux à avoir perdu des proches, à cause des walkers ou à cause de l'influenza, ils sont nombreux, comme lui, à douter de leur leader et à souhaiter autre chose. Reste à savoir s'il dit la vérité et, si oui, jusqu'où va la conspiration. »

ft. Beckettto feel that we exist, even in pain
« Nul sourire affable, nulle attitude agréable pour venir égayer l’attitude du leader tandis qu’il s’effaçait du seuil et signalait d’un geste à Beckett d’entrer – aucun besoin d’étaler ce qu’ils avaient à se dire au su et à la vue de tous. La porte claqua derrière lui tandis que l’atmosphère un peu oppressante de la maison familiale se refermait autour d’eux, mais aucun des deux n’eut à traîner dans le corridor puisqu’Abel, sur un ordre concis, signifia à l’autre de le suivre et s’en alla en direction du bureau où ils seraient plus à même de discuter au calme, pour peu que ce calme doive durer encore bien longtemps. »

ft. Jamiedon't let sleeping dogs lie
« Tandis que les préparations pour le convoi suivaient leur cours, il en avait profité pour discuter quelques minutes avec ses riders résidents dans la ville, jusqu’à tant que la silhouette de Jamie se profile dans son champ de vision. Il lui fit signe de le suivre tandis qu’il s’éloignait à l’écart du groupe, attendant qu’il le rejoigne pour finalement le saluer. A en juger par la tête que lui tirait le jeune homme, il devait probablement déjà être au courant. C’était pas plus mal, ça lui épargnerait la tâche d’avoir à le faire lui-même (quoique sa tronche amochée pouvait probablement se passer de mots) et faciliterait la transition vis-à-vis de ce qu’il avait à lui demander. »

ft. Peytonthere are two sides to every story
« L'envie, le besoin de la voir avait fini par passer outre sa détermination alors quitte à se trouver déjà sur place, il n’aurait qu’à simplement s’informer de son état avant de repartir pour le ranch, s’assurer qu’elle allait bien. Dommage que les révélations de l’autre rider se soient posées là – quoiqu’elles n’étaient pas forcément les malvenues, en ce que la contrariété qu’elles n’avaient pas manqué de faire naître chez Abel à l’égard de l’olympienne lui dicterait une ligne de comportement qu’il avait bien mieux l'habitude de suivre. »

ft. Anitavisite de courtoisie
« Si Abel s’était finalement résigné à contacter Anita, c’était contraint et forcé, mis au pied du mur face à l’évidence qu’il était bien en peine de gérer toutes ces emmerdes qui lui étaient simultanément tombées sur le coin de la gueule. Reconnaître qu’il avait besoin d’aide avait été une étape difficile pour lui, pour sa fierté et son ego, mais les faits étaient là : ses hommes avaient besoin de renfort, d’une main d’oeuvre plus fraîche qui ne sortirait pas épuisée par plusieurs semaines terribles de maladie et qui leur permettrait plus de repos, plus de temps pour récupérer. »

ft. Jamie, Mallorysearching for a traitor
« Les nerfs perpétuellement à fleur de peau, il avait déjà la main sur la crosse du pistolet lorsqu’il se retourna vers la source des bruits de pas, geste qui faisait désormais beaucoup trop partie de ses habitudes depuis ces derniers jours. Mais ce n’était que Jamie, auquel il faisait désormais face, et Abel força ses épaules à se détendre tandis qu’il laissait finalement l’arme bien tranquille dans son holster. « Alors ? » La question était simple et allait droit au but, il était inutile de s’embarrasser de fioritures puisque tous deux savaient très bien la raison de cette entrevue. »

ft. Winonanow with thoughts of death they held their breath
« Dans une période aussi trouble, Abel était soulagé de pouvoir avoir quelqu’un comme Winona à ses côtés. La jeune femme lui était une alliée fidèle et solide dont il ne remettait plus la loyauté en doute depuis suffisamment d’années pour pouvoir affirmer qu’il lui vouait pratiquement une confiance aveugle ; il la suivit du regard tandis qu’elle traversait la pièce pour venir s’installer face à lui, une cigarette achevant de se consumer entre ses lèvres. Non, il n’allait pas franchement bien, mais puisqu’il persistait à rester vivant il n’y avait pas vraiment de quoi se plaindre, hein ? »



mai
ft. Malinidogs of war and men of hate (guest starring Wyatt)
« Abel était parti à la rencontre de Malini dès lors qu’il avait eu les échos de son retour sur les terres de la Crimson Valley. Sa volonté de l’intercepter avant qu’elle n’ai posé ne serait-ce qu’un pied dans la bâtisse était évidente : il ne voulait pas courir le risque que Jenna se mêle à la conversation. Peu lui importait, dès lors, que Malini soit fatiguée, ou qu’elle ne soit pas d’humeur à supporter sa présence : il faudrait bien qu’elle fasse avec. »

ft. Peytoni've been wondering where we've gone
« Il y en avait au moins une sur les deux qui pouvait se targuer de ne pas tirer une tronche de six pieds de long. Mais le constat n’attendait pas de réplique, elle n’avait pas l’air portée sur les futilités aujourd’hui de toute façon. « Mais je suppose que t’as pas pris le temps de venir jusqu’ici juste pour t’entendre dire ça, je me trompe ? Je ne pensais pas que tu viendrais si rapidement. » Il se doutait bien que la raison de sa visite concernait Olympia, et l’éventualité du remaniement de leur alliance : avait-elle seulement une autre raison pour se pointer ici de toute manière ? »

ft. Winonalubies sentimentales
« Il n’avait pas prêté attention aux bruits de pas, Abel, occupé à finir de sangler la selle. Mais lorsqu’il s’était retourné, Winona lui faisait face, séparée de lui par la cloison du box. Un instant ils se considérèrent en silence, et puis il ne chercha pas à réprimer un soupir agacé  avant de finalement se décider à desserrer les lèvres. « Qu’est-ce que tu fais ici ? Il y a un problème ? » La mauvaise humeur transpirait de ses propos, bien sûr il n’avait rien contre elle (c'était bien une des rares à ne pas le contrarier ces derniers temps), mais il avait espéré ne pas être dérangé, il avait espéré qu’on lui foute la paix. »

ft. Cadenpuissent-ils se souvenir qu'ils sont frères
«Passé la surprise (forcément, en pratiquement deux mois dans la nature il y avait quelques différences physiques notables), sa main s’écarta de l’arme et il se permit enfin un léger, très léger sourire en coin tandis qu’il saluait le nouvel arrivant d’un simple hochement de tête. Il n’avait pas l’intention de se battre, Abel, peut-être cela changerait-il ensuite mais ce n’était pas dans cet optique qu’il avait fait le chemin jusqu’ici. Tous les deux, ils s’étaient déjà bien assez affrontés ces derniers temps. « Crois-le ou non, je suis tout de même heureux de te savoir bel et bien en vie. »

ft. Winonatempête de boulettes géantes
« Ce fut Winona qui, la première, brisa le silence d’une question face à laquelle il dut ravaler un ricanement sarcastique. Non, eut-il envie de répondre. Mais je me faisais chier, alors j’ai décidé de te faire venir histoire de tuer le temps à t’emmerder également. Sérieusement, c’était quoi cette question qu’ils se sentaient tous obligés de poser dès lors qu’ils se voyaient convoqués dans la demeure des Rhodes ? « A ton avis ? » laissa-t-il tomber finalement, désagréable d’entrée de jeu. Evidemment qu’il voulait la voir. Oh il aurait pu s’en passer, bien sûr, mais ce n’était pas vraiment comme s’il y avait eu un choix à faire sur ce sujet-là. »

ft. Peytonce que j'aime chez toi, c'est ta faculté à me décevoir
« Abel observa Iris jusqu’à ce qu’elle soit sortie de la pièce et la porte refermée derrière elle, puis retourna son attention vers Peyton. Pas un mot de politesse (elle n’en avait pas eu davantage pour lui de toute manière) ne franchit ses lèvres alors qu’il se contentait de la dévisager, coi – pour l’instant du moins. Et guère pour longtemps. Un rictus en coin s’installa sur ses lèvres, sarcastique, alors qu’il l’écoutait, mais son regard resta froid et aucune chaleur ne se dégageait de son attitude un peu raide. Forcément, il ne venait pas ici pour des bonnes nouvelles, ni même parce qu’il en avait eu envie. »



juin
ft. Peytonyou're my favorite waste of time (guest starring Willa)
« Quelles que soient les paroles désabusées qu’il avait bien pu lui balancer la dernière fois, il fallait qu’il la voit, Peyton, il refusait de rester encore à ruminer la conclusion amère qu’elle lui avait imposé. La possibilité qu’elle puisse avoir envie de continuer à lui faire payer son écart était une possibilité envisageable, certes, mais il avait décidé de s’en foutre : il n’avait, après tout, jamais été réputé pour sa patience. Alors il ne s’était pas attardé plus que ça sur les lieux du chargement, laissant les cavaliers et olympiens se débrouiller tous seuls comme ils avaient prouvé en être parfaitement capable les quelques dernières fois, pour s’engager dans la ville avec une destination bien précise en tête. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Riders + j'peux pas j'ai poney
avatar
Riders + j'peux pas j'ai poney
Hurlements : 3355
visage : Cillian Murphy.
crédit : ANESIDORA (signature).
survit depuis le : 06/08/2016
capsules de troc : 6210

MessageSujet: Re: L'imprévu, le coup du sort, faire valser le décor   Ven 22 Sep - 17:12


Chronologie des rps




2017


juillet
ft. Peytontake a breath
« Il n’allait pas céder déjà à ses avances, aussi tentant cela puisse-t-il être : le cavalier l’avait déjà eue pour lui durant la nuit qu’elle avait passée ici, il pouvait bien se tenir encore un peu. Il n’était plus de ces adolescents incapables d’attendre et qui avaient un besoin irrésistible de copuler dans le premier recoin venu. Ça ne l’empêcha pas, néanmoins, de rentrer dans son jeu, de s’écarter du cheval de quelques pas pour attraper Peyton par la taille et l’attirer vers lui. Mais si ses lèvres trouvèrent le chemin de son oreille, ce ne fut que pour leur lâcher quelques mots moqueurs. « Fais un effort, mes recruteurs seront sans doute probablement plus inclinés à te faire entrer dans les rangs si tu sais poser ton cul sur un foutu canasson. » Et de s’écarter, à nouveau, pour lui tendre les rênes dudit foutu canasson. »

ft. SUJET COMMUNCoalition contre Stonebriar
« Les leaders sont tous d'accord pour éradiquer cette menace qui leur a un jour causé du tord. Le plan est simple : trouver tous les Jackals, supprimer les récalcitrants et ramener en vie, les âmes désespérées rendant les armes, à l'entrée du Stonebriar Mall où ils seront pris en charge par les leaders. Le choix leur sera donné de se ranger et d'intégrer l'un des trois camps ou de fuir où bon leur semblera. Les éléments les plus contestataires seront faits prisonniers ou supprimés. »

ft. Peytonle tapage du silence
« Il lui fallut le contact de sa main contre son front pour le sortir un peu de ce brouillard pâteux dans lequel il surnageait difficilement. Une fois n’est pas coutume, Abel n’avait pas rechigné pour un sou face à l’aide qu’elle lui avait spontanément apporté.[...] L’eau fit un bien fou à son gosier desséché et il déglutit péniblement tandis qu’elle continuait sur sa lancée, visiblement peu impressionnée par sa tentative d’humour bien faiblarde. Cette balade, où ils avaient plaisanté aussi légèrement sur ce qui pourrait bien leur tomber sur le coin de la gueule lors de l’attaque, lui semblait à des années de tout ça. Pourtant, ce n’était arrivé qu’à peine quelques jours plus tôt et ils en étaient là à présent, victimes de cette mauvaise blague – lui principalement, mais elle n’était pas en reste non plus – qui tout d’un coup n’était vraiment plus si drôle que ça. »

ft. Bassil propose de lui prêter sa canne, ça tourne mal (explications)
« S’il n’entretenait aucune rancune particulière à l’égard de Bass (les deux hommes n’avaient jamais vraiment causés, encore moins cherché à sympathiser), ce n’était pas pour autant qu’il était ravi de le trouver ici. Et, plus particulièrement, il ne comprenait pas la raison de sa présence. « T’as pas autre chose à foutre que de venir m’emmerder ? » Au moins en étant désagréable d’emblée, le cavalier pouvait-il logiquement espérer que l’autre aille droit au but et débarrasse le plancher tout aussi vite. On pouvait toujours rêver... »

ft. Irisblessé, il risque de perdre sa jambe !! (véridique)
« Ses doigts se crispèrent sur les draps tandis qu’elle défaisait les bandages et exposait la blessure à l’air libre. Et la plaie à sa cuisse n’était pas belle à voir, non, loin de là même ; le cavalier avait été salement blessé et il était conscient qu’il pâtirait des séquelles pour encore un sacré bout de temps. « Je suis en pleine forme, merci, prêt à gambader hors de ce putain de lit dans la seconde. » Elle méritait pas ses sarcasmes et sa mauvaise humeur, Iris, mais il fallait bien que quelqu’un les subisse puisque c’était présentement sa seule manière d’extérioriser la frustration qui le rongeait. »

ft. Jennathere is always bitterness and grief
« Dans le silence revenu depuis peu, Abel se massait machinalement la main droite sérieusement mise à mal, pliant et dépliant les articulations de ses doigts pour y faire revenir un semblant de circulation sanguine. Son regard se porta sur Jenna et le braillard, les observa quelques longues secondes avec une expression indéfinissable sur les traits de son visage. « T’es vraiment une foutue tête de pioche, tu le sais Jen ? » La voix était bourrue, pas vraiment énervée mais pas agréable pour autant. Peut-être qu’ils s’étaient copieusement insultés quelques minutes plus tôt, mais un semblant de calme semblait être retombé à présent, et avec lui la possibilité d’avoir une conversation plus normale. »



août
ft. Malinilet the sky fall
« Il ne s’était pas précipité pour aller la voir, Abel, avait terminé sans se hâter ce qu’il était d’abord en train de faire et de fil en aiguille il s’était finalement écoulé au moins une bonne paire d’heure avant qu’il ne prenne le chemin de l’infirmerie de fortune dans laquelle McMahon charcutait les cavaliers qui ne rechignaient pas à se trouver face à elle.
L’accueil lui tira un rictus vaguement amusé mais il se contenta simplement de secouer la tête, refusant le “titre” qu’elle lui accordait, tout ironique qu’il soit. « Ouais enfin, t’as pas prévu de crever de suite j’espère, c’était pas la peine de revenir jusqu’ici sinon. On est déjà suffisamment occupé comme ça. »

ft. Wyattaccalmie
« Son regard croisa celui de Wyatt alors qu’il détournait la tête à l’entente d’une apostrophe. Ce qu’il y lut lui arracha un demi-rictus qu’il ne chercha même pas à lui camoufler avant de se détourner à nouveau de lui. C’est qu’il veillait au grain, son chef sécu. Pour un peu, Abel aurait été tenté de mettre un pied à l’étrier rien que pour voir sa réaction.
Après tout, on connaissait très bien la propension de l’aîné des Rhodes à jouer les têtes brûlées : il aurait été foutu, oui, de monter sur ce fichu canasson qui n’avait de cesse de se rebiffer contre son cavalier actuel. Il aurait été foutu, aussi, d’en profiter pour partir avec le reste de la joyeuse troupe en direction du mall ; même s’il n’en avait pas l’intention, même s’il ne s’en savait pas capable, il lui était déjà arrivé d’avoir ce genre de mauvaises idées et Wyatt, qui s’en était déjà sûrement arraché les cheveux plus d’une fois, était de fait en droit de redouter qu’il récidive aujourd’hui. »



septembre
ft. Peytonbut here's the truth about the truth : It hurts
« Pardon ? » Après un long blanc pesant, ce fut le seul mot d’abord capable de s’échapper d’entre ses lèvres pincées. La détente apparente, la bonne humeur dont il avait fait preuve jusqu’à présent, tout cela semblait s’être évaporé au profit d’une attitude raidie tandis qu’il encaissait difficilement la surprise – mauvaise à ses yeux, semblait-il. « Tu te fous de ma gueule ? » Yup, définitivement, Abel n’arborait aucun des signes de celui qui est heureux de s’entendre annoncer une paternité future. »

ft. RIDERSouragan
« Le vent a soufflé anormalement fort toute la journée. Certains survivants zélés ont semé le doute dans l'esprit collectif en parlant de tempête voire même, parfois, d'ouragan. Au ranch on y croit sans y croire mais toutes les précautions sont prises. Les animaux sont rentrés à l'abri et on barricade un maximum les portes branlantes. Au coucher du soleil, les Riders sont tous confinés dans leurs baraquements.
C'est au beau milieu de la nuit que la catastrophe a atteint son ampleur maximale. De violentes rafales de vent emportent tout sur leur passage. Des arbres sont tombés et des objets en tout genre volent au milieu des rues, sans parler de rôdeurs qui retombent violemment sur la terre ferme. La panique s'empare des Riders. Certains inconscients sortent, tandis que d'autres se cramponnent à tout et n'importe quoi et restent confinés à l'intérieur. »

ft. Peytonback to you
« Je vais aller droit au but » il commença d’entrée de jeu, se retournant vers elle après qu’elle eut refermé la porte. « Il me faut plus de main d’oeuvre pour aider à la reconstruction du campement. Donne-moi en et nous en auront fini avec tout ce merdier qui se traine depuis un an : je foutrais la paix à Olympia, définitivement. » Définitivement façon Abel Rhodes, disons qu’on ne pouvait jamais avoir de certitudes à son sujet. Mais leur pseudo “alliance”, au moins, serait brisée, et nul ne doutait qu’il faudrait bien du temps avant que le leader des cavaliers ne soit en mesure de remettre à l’ordre du jour ses désirs de conquête. »

ft. Jennaa time for confidence
« C’est fini, Jen. » Il ne disait pas spécialement ça avec tristesse, plutôt une forme de résignation frustrée entremêlée de rancœur et une once de colère dans le fond de ses paroles, quoiqu’on ne savait pas vraiment si elle était pour lui ou pour la concernée. « Quoi qu’il se soit passé c’est fini, d’accord ? » Ironique comme, lorsqu’ils s’étaient ouverts l’un à l’autre pour la dernière fois, il avait admis ne pas savoir ce qu’il était en train de foutre. Elle n’avait pas insisté à l’époque et, maintenant qu’elle semblait enfin y porter un peu d’intérêt, c’était un peu tard pour s’en soucier. »



octobre
ft. Mercyhoney, I'm home !
« Il s’assit en face d’elle, de l’autre côté de la table, étudiant longuement l’invitée du regard avant de lâcher une dernière remarque. « Je commençais à penser que tu reviendrais pas, Mercy. Quatre mois. » Pas exactement, si on voulait chipoter, mais il ne s’était pas non plus amusé à compter les jours depuis son départ. Et tout le monde n’était pas comme Jamie, à revenir comme une fleur une éternité plus tard une fois que tout le monde l’avait estimé mort. La plupart du temps, quand ses cavaliers partis en expédition tardaient trop à se manifester, c’est plutôt qu’ils étaient morts. Ou qu’ils avaient désertés. »



novembre
ft. Peytonyou get served what you deserve
« Abel observa de longues secondes de silence, le temps d’assimiler tout ce qu’elle venait de dire. Enceinte. Septembre. Oh, la belle ironie ! Un petit rire, finalement, s’échappa de sa gorge, moqueur, amer, dénué de la moindre joie tandis que ses yeux cherchaient – vainement – la moindre trace dans le regard de l’olympienne susceptible de dénoncer la vaste connerie de l’aveu. [...] « Sacré retour de bâton » se contenta-t-il d’abord d’observer, ironique. Il ne savait même pas comment prendre la nouvelle. »



décembre
ft. Peytonredéfinition
« Faible. Elle l’était, indéniablement. Lui aussi, au fait, première nouvelle ? Non, pas vraiment, puisqu’il avait toujours été comme ça quand il s’agissait d'elle, trop aisé de se laisser tenter, et en même temps c’était tellement facile… « J’ai rien à prouver. Pas avec toi. » Voix pleine d’assurance, il donnait à merveille cette impression de savoir parfaitement ce qu’il foutait alors que c'était globalement faux, qu’il improvisait au fur et mesure sans avoir la moindre ébauche d’idée derrière le crâne. Juste une certitude, tout petite, mais insistante (et peut-être inspirée uniquement par son égo démesuré, mais certitude tout de même hé), pour lui susurrer au creux de l’oreille que son joli oiseau ne s’échapperait pas si le cavalier persistait à grignoter davantage encore les décimètres qui les séparaient. »

ft. RIDERSintrigue générale, Lazare round two
« Les quelques survivants qui avaient accepté de se faire vacciner au mois de novembre par le groupe de scientifiques mené par Lazare, avaient été placé en isolation jusqu'à nouvel ordre. Aucun contact avec eux n'étaient autorisés, seuls les médecins du ranch étaient autorisés à les voir.
Malheureusement, depuis hier, certains patients sont atteints de divers symptômes allant des vertiges aux vomissements, en passant par des tremblements et des toux douloureuses. Aujourd'hui, la cabane isolée est remplie des vaccinés et de leurs proches inquiets. Parmi les malades, on compte Beckett Wills et Ivan Vaughn qui vomissent du sang. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Riders + j'peux pas j'ai poney
avatar
Riders + j'peux pas j'ai poney
Hurlements : 3355
visage : Cillian Murphy.
crédit : ANESIDORA (signature).
survit depuis le : 06/08/2016
capsules de troc : 6210

MessageSujet: Re: L'imprévu, le coup du sort, faire valser le décor   Ven 26 Jan - 23:59


Chronologie des rps




2018


JANVIER
ft. Maliniyou only hate the road when you're missing home
« Le silence s’installa et s’étira sur quelques secondes quand elle acheva enfin de dire tout ce qu’elle avait à dire alors qu’Abel se contentait de la considérer, elle et ses propos, dans un mutisme uniquement souligné par le regard fixe qu’il posait sur elle. Malini voulait partir. Bien, une chose au moins dont il n’était que très moyennement surpris. Au moins prenait-elle le temps de le mettre au courant, ce qui à défaut d’assurer une quelconque validité à sa promesse de retour, prouvait qu’elle avait encore un minimum de considération pour lui. »

ft. Jennainto the wild
« Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua. Ut enim ad minim veniam, quis nostrud exercitation ullamco laboris nisi ut aliquip ex ea commodo consequat. Duis aute irure dolor in reprehenderit in voluptate velit esse cillum dolore eu fugiat nulla pariatur. Excepteur sint occaecat cupidatat non proident, sunt in culpa qui officia deserunt mollit anim id est laborum. »

ft. Peytoni want to be with you it's as simple and as complicated as that
« Ses yeux restaient fixés sur elle, obstinés, tentant (vainement) de démêler le brouillard de l’alcool de ce qui se passait ici, trop à côté de la plaque sans doute pour s’énerver ou faire une scène – et quand on savait sa jalousie maladive, c’était mieux comme ça, parce qu’il y avait au moins une demi-douzaine de remarques sarcastiques qui se bousculaient actuellement dans sa caboche, adressées tout aussi bien à son frère qu’à elle, sauf qu’il avait plus envie de cuver tranquillement que de se prendre la tête. « Qu’est-ce que tu fiches ici, Peyton ? » Un peu soupçonneux, fatalement. « Toute seule, avec mon frère ? » Quelques mois plus tôt, il aurait pu penser qu’elle venait pour lui mais compte tenu des derniers événements… ou de la tronche qu’elle avait tiré en le reconnaissant dans l’embrasure de la porte, c’était plutôt difficile à concevoir. »


MARS
ft. Peytonwe expected something, something better than before
« Les minutes s’égrenèrent, terriblement lentes et à la fois tellement brèves, pour ce que chacune d’elles s’ajoutant au compteur était un pas de plus vers le glas. Le cavalier s’était refusé à jeter le moindre coup d’œil à sa montre, préférant laisser le temps passer à sa guise tandis qu’il faisait de son mieux pour l’occuper avec sa compagne. Tour à tour, ils avaient fait des efforts pour ne pas laisser le silence s’installer trop longtemps, cherchant dans leur cœur le courage de continuer à plaisanter, à ne pas se laisser trop consommer par l’inéluctabilité du sort qui les attendait, tous les trois, au bout du chemin. Mais ils n’avaient plus rien trouvé à se dire au bout d’un moment, et avaient fini par se contenter de cette étreinte communiquant le seul message ayant réellement de l’importance à cet instant précis. »

ft. Jennabroken pieces
« Qu’est-ce qui te fait dire que j’ai besoin de toi ? il répliqua, plein d’une amertume cinglante dirigée vers elle à défaut d’avoir une cible susceptible de mieux la mériter. C’est pas comme si t’étais en mesure de faire quoi que ce soit, de toute façon… » Mais il ne retira pas sa main, agissant à l’inverse de ses propos semblant vouloir la chasser tandis que ses doigts rendaient leur pression à ceux de Jenna. Après y avoir volé une nouvelle fois une gorgée, il tendit la bouteille tandis que ses yeux continuaient obstinément à se refuser de la regarder. De peur, peut-être, de voir en sa sœur l’autre femme qu’il venait d’abandonner sur une promesse bafouée. Mais, après huit ans passés à se dresser comme un roc face à toutes les saloperies que l’épidémie avait apporté sur le seuil de sa porte, après avoir encaissé la mort de sa mère et puis celle de son père, Abel se sentait tout bonnement incapable de faire face à cette nouvelle épreuve. »

ft. Malinibut i stayed down with my demons
« C’est toi qui as un souci. « Pardon ? » Abel se raidit, la bouche déjà pleine d’acide et les yeux prêts à jeter des éclairs, mais parce que c’était Malini il lui accorda le bénéfice du doute, se garda bien d’attaquer de suite et ravala sa contrariété. La justification de la dénonciation ne tarda pas à suivre, trois petits mots parfaitement abstraits pour qui ne savait pas mais tellement lourds pour lui, tellement imprégnés d’une dure signification. [...] Mais le ton employé, l’attitude de la recruteuse, ne suffisaient pas à voir son interlocuteur relâcher la pression qui nouait ses épaules, cesser d’être sur la défensive ou calmer l’orage de ses yeux. Quelles que soient les intentions qui l’avait amenée à se pointer dans les écuries à un moment où il était seul, il ne voulait pas de sa sympathie, ou quoi que ce soit d’autre susceptible d’avoir un rapport avec la mort d’Isaac. Que cela émane d’elle, ou de n’importe qui d’autre, il n’en voulait simplement pas. »

ft. Jenna & Aarenflower of the universe
« Lorsqu’un garde était venu comme ça, out of fucking nowhere, lui balancer que Diggs s’était ramené à la frontière de ses terres et braillait à qui mieux mieux son prénom et celui de sa sœur, sa mine s’était davantage allongée. Passée la surprise presque interloquée de se demander 1) ce que le foutu roi de la carrière fichait dans le coin et 2) si on lui avait asséné un sale coup derrière le crâne pour qu’il semble à ce point perdre la boule, Abel n’avait vu en cette présence inopinée que le sombre présage que sa journée s’annonçait merdique à souhait. »


AVRIL
ft. Meerai've got my eyes on you
« S’il fallait bien lui reconnaître quelque chose, à Meera, c’est qu’elle ne flanchait pas devant lui : si elle était coupable, et il était intimement convaincu que tel était le cas, au moins continuait-elle de se tenir les épaules droites et l’air prêt à assumer tout ce qui pouvait bien arriver. Elle semblait, déjà, bien avisée qu’il n’avait aucune demande particulière à lui faire, pas le moindre ordre de mission à lui communiquer malgré ce qu’il avait dit aux gardes supposés l’intercepter. Abel, de fait, ne chercha pas à s’embarrasser davantage là-dedans, préférant comme à son habitude jouer carte sur table. »

ft. Peytoni find myself losing control
« La porte se rouvrit sans qu’il n’y prête la moindre attention, sans doute Jenna ou Caden puisqu’il n’attendait personne, mais le bruit des pas le détrompa assez rapidement, quoiqu’il ne se retourna pas vers le seuil de la pièce tant qu’il n’eut pas l’impression de sentir un regard se visser à sa nuque. « Peyton. » Il aurait pu forcer un sourire sur ses lèvres, mais Abel n’était pas familier de ce genre d’hypocrisie quand son humeur, de toute évidence, ne s’y prêtait pas. « Tu devrais pas être ici. » Où alors ? Là où il l’avait abandonnée sur une promesse qu’il s’était trouvé incapable de tenir ? »

ft. Wyattlisten to me, cunt
« L’aveuglement de la colère qui obscurcissait tout bon sens, la raison tambourinant derrière une porte close tandis qu’il rivait son regard pâle de rage à celui de son interlocuteur, les visages si proches l’un de l’autre qu’il avait envie de lui cracher à la figure. A la place, ce fut son poing gauche, celui que l’on ne surveillait pas, qui remonta sans crier gare placer un uppercut étouffé par la proximité dans l’estomac de son agresseur. Pas de quoi sérieusement faire mal – pas la distance pour frapper assez fort, il l’aurait voulu sinon, il débordait de rage mal contenue –, mais suffisamment pour que sa main droite se trouve à nouveau libre de ses mouvements, libre de resserrer sa prise autour de la crosse et surtout, libre de coller le canon sous le menton de son interlocuteur dans un geste rapide, brutal, qui enfonça la gueule de l’arme avec force sous l’os de la mâchoire. Chien fou, enragé, il aurait parfaitement été capable de tirer à cet instant précis, le doigt sur la gâchette et prêt à commettre l’erreur irréparable au moindre tressaillement musculaire incontrôlé. Il ne se rendait même pas compte de ce qu’il était présentement en train de faire, même pas compte d’à quel point il était en train de perdre pied. »

ft. Anitablack crows circling up above
« Le nom d’Aaren fut balancé en travers de la table et le souvenir de cette rencontre se raviva dans la mémoire du cavalier ; il ferma les yeux, prit une inspiration profonde derrière ses lèvres pincées. Evidemment qu’elle venait pour ça. Putain. La fatigue, les divers problèmes – personnels, ou plus globaux – qu’il avait eu à traiter récemment lui avait sorti cette confrontation de l’esprit (ou bien s’y était-il tout particulièrement appliqué pour que cela arrive) jusqu’à ce moment précis où l’ancienne militaire la lui avait agité juste sous le nez. [...] « Puisque tu sembles avoir des sources si performantes, tu comprendras si je suis étonné qu’elles ne t’aient pas fourni le détail de sa visite. » Dans sa voix, l’ironie était mordante, mais le regard qu’il gardait rivé à elle restait froid et trahissait la contrariété plus grande qui s’agitait derrière la crispation de ses muscles et le pli agacé qu’avait adopté sa bouche. « Je suis pas ton putain de clébard, Jones, il continua tandis que sa main droite se levait brièvement pour ponctuer ses mots en la dénonçant du doigt, avant de retourner heurter sèchement la table. Tu ferais peut-être bien de t’en souvenir et de commencer par me causer autrement si tu veux tes réponses. »


MAI
ft. RIDERSmini intrigue, incendie
« C'est un peu avant l'aube que l'alerte a été donnée à travers le campement, sonnant derechef le branle-bas de combat. D'après le coursier essoufflé venu sonner l'alarme à grand renforts de cris, un début d'incendie aurait pris naissance dans la plaine. S'il se trouve à l'extérieur des zones clôturées et donc, du territoire, il n'en reste pas moins que sa position menace plusieurs points stratégiques du ranch puisqu'il se trouve à proximité des cultures et des pâturages.
Malgré le climat sec des dernières semaines, il apparaît comme une évidence que le feu est d'origine criminelle car il n'y a absolument aucune raison logique pour qu'il se soit simplement déclenché naturellement. Et puis, dans l'urgence, une question survole toutes les autres : pourquoi les gardes postés sur les tours de guet n'ont-ils pas signalé le problème plus tôt ?  
Il n'y a, néanmoins, guère le temps de lambiner : contenir et maîtriser le feu avant qu'il ne devienne trop important est pour l'instant la priorité numéro une. Évacuer les chevaux du pâturage, avant qu'ils ne paniquent, s'organiser de manière efficace et rapide, s'assurer que les cultures ne soient pas touchées... Fort heureusement il existe un point d'eau à proximité, néanmoins il va falloir abattre quelques clôtures afin d'accéder à l'incendie, autrement dit ce ne sera pas le seul danger risquant de représenter une menace au cours des heures futures. »


JUIN
ft. Cillianold man, look at my life
« La voix qui brisa ses rêveries éveillées le fit tressaillir et une moue contrariée commença de se peindre sur ses traits alors que la remarque lui était balancée sans la moindre gêne. « Ah bon ? » La voix cassante de cynisme, grinçante et tranchante. « Et est-ce que je t’ai demandé ton avis ? » Ça, il y avait bien longtemps qu’il ne s’embarrassait plus de le demander à qui que ce soit. Depuis la mort d’Abraham Rhodes, depuis que même Caden ne semblait même plus être en mesure de le raisonner… Il tourna son regard vers son comparse, le sondant d’un regard scrutateur où s’agitaient déjà les premiers signes d’un agacement naissant. « Mais, soit. Dis-moi alors, vu que t’as l’air d’avoir un avis éclairé sur le sujet. » Trop palpable pour qu’on passe à côté d’elle, l’ironie était comme un avertissement muet incitant Cillian à peser ses mots. Abel n’était pas ouvert à la discussion, encore moins à la critique et surtout si cela contestait certains de ses actes. Abel, après tout, était roi en son domaine et par définition, avait donc toujours raison dans tout ce qu’il entreprenait de faire, à moins qu’il reconnaisse de son propre chef une erreur. Il avait déjà Wyatt, pour ouvrir sa gueule contre lui à chaque fois qu’il l’estimait nécessaire, et cela lui était déjà bien assez suffisant. Cillian, tout proche qu’il fût de Silas, et donc de son père par extension, n’était pas près de toucher du doigt le privilège de ce genre de remarques. Pas sans subir les foudres immédiates de la personne qui les recevait. »

ft. Peytongive me real or give me space
« Il avait promis qu’il ferait des efforts. Et, à défaut de l’avoir dit à haute voix, il se l’était juré dans sa tête. Force était de constater qu’il était bien incapable de tenir sa propre parole. Une fois de plus. Les jours, semaines, passaient et il s’éloignait d’elle, inexorablement. Quelque chose qu’il ne s’expliquait même pas vraiment, un besoin de solitude dans laquelle Peyton n’avait plus de place, un désir de fuite vers l’avant auquel il ne parvenait pas à se soustraire. L’incessante litanie continuait de tourner en boucle dans sa tête, encore un jour de plus, ou deux, mais il n’arrêtait jamais. [...] Sans attendre la moindre invitation de la part de Peyton, le leader du ranch se tira une chaise face au bureau et s’y assit, s’invitant lui-même à s’installer plus confortablement ici et signe on ne pouvait plus clair qu’il n’avait pas l’intention de repartir de sitôt. « Ou tu me prends vraiment pour un con, ou c’est toi qui fait preuve d’un manque de réflexion affligeant. » Passif-agressif d’entrée de jeu, et guère décidé à tourner autour du pot ; si au moins on pouvait lui reconnaître une qualité, c’était bien celle consistant à ne pas se traîner avant d’attaquer le vif du sujet. »

ft. Meerai bring war without an end
« à venir. »


JUILLET
ft. Jennaà venir
(blblblbl)

ft. Peytonthe blinding power of denial
« Va te coucher, Silas. C’est pas le moment. » Mais la présence muette dans son dos ne sembla pas vouloir faire demi tour. Abel coupa l’eau et se retourna, nouvelle réprimande toute prête à tomber de ses lèvres… pour se figer net, et rester silencieux, tandis qu’il contemplait la silhouette de Peyton qui se dessinait dans l’embrasure de la porte. Sur son visage, le ressentiment chassa de son expression une partie de la fatigue qui y était gravée, et ses lèvres se tordirent sur une moue peu accueillante. « Qu’est-ce que tu fous encore là, il cracha, peu amène, tandis qu’il se rappelait en même temps qu’il parlait avoir potentiellement bousillé le moyen de locomotion de l’olympienne un peu plus tôt dans la journée. T’aurais pu te faire ramener. Caden se serait fait un plaisir, j’en doute pas un seul instant. Si t'as attendu pour ta caisse, t'as juste perdu ton temps pour rien. » La voix était acide et son regard vidé de la moindre trace de chaleur. Pourvu qu’elle dégage, et pourvu qu’elle le fasse vite. »


AOÛT
ft. Idyllong time no see
« Le paradoxe entre la posture de la jeune femme et sa tenue était risible et, si aucun commentaire ne fut formulé, ses yeux en disaient bien assez quant au fond de ses pensées ; la mémoire revenue comme par miracle à la vue de la concernée, le sourire s’évanouit cependant bien vite, éternel fugitif sur le faciès sévère, et le cavalier jeta un œil rapide à sa montre. « T’es en retard. Dépêche. » [...] Elle avait tout intérêt à avoir préparé son dossier mieux que sa présentation, parce que requérir un entretien avec lui pour l’oublier ensuite – au vu de sa tenue, elle ne trompait personne inutile de se leurrer – et s’y présenter à l’arrache la faisait d’emblée partir sur le mauvais pied. « Alors dis-moi, qu’est-ce que tu veux, Hawkins ? »

ft. Peytonwalk away now and you're gonna start a war
« Peyton était dans le salon, sans doute pas plus spécialement ravie de le trouver sur le pas de la pièce qu’il ne l’était, lui, d’avoir fait le chemin jusqu’ici. Il n’était pas venu pour elle, de toute façon, mais seulement pour ce qu’elle avait à lui offrir ; son regard sembla la traverser sans réellement la voir, tandis qu’il entendait dans son dos les pas de l’autre olympienne le rattraper après avoir claqué la porte d’entrée. « Silas est malade, il annonça sans détour avant même qu’elle n’ait le temps de dire quoi que ce soit. J’ai besoin de ton aide, je veux qu’il soit soigné ici. » Et cette aide, il était prêt à payer le prix qu’il faudrait pour l’obtenir, n'ayant pas l’intention de prendre en compte un refus. »


SEPTEMBRE
ft. Peytoneverything will be alright
(blblblbl)


OCTOBRE
ft. Ananegociación
(blblblbl)

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: L'imprévu, le coup du sort, faire valser le décor   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'imprévu, le coup du sort, faire valser le décor
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» S'envoler vers d'autres cieux [Elrond]
» La Lévitation
» Escadron d'assaut TIE + coup du sort
» [Terminé] Coup foireux [Brooke]
» Cap coup critique

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Influenza :: everybody wants to rule the world :: Story of Tonight :: Carnets de Voyage-
Sauter vers: