AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 
Bienvenue sur Influenza, faites attention à vos fesses, les rôdeurs sont affamés !
N'hésitez pas à jeter un coup d'oeil à nos postes vacants

Nous sommes en février 2018. L'épidémie a commencé en octobre 2010. Plus d'information sur l'épidémie { + }

Découvrez la playlist officielle d'Influenza !

Partagez | 
 

 Vous saviez très bien dans quel plat vous mettiez les pieds

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Olympians + le monde qui est le mien
avatar
Olympians + le monde qui est le mien
Hurlements : 428
crédit : /
survit depuis le : 24/07/2017
capsules de troc : 943

MessageSujet: Vous saviez très bien dans quel plat vous mettiez les pieds   Mer 30 Aoû 2017 - 14:32



Caden & Adam

« vous saviez très bien dans quel plat vous mettiez les pieds ;
vous connaissiez les termes du contrat que vous avez signé »


(mars 2013)

Ça lui plaisait mieux, cette isolation forcée des autres. Il avait essayé d’être sage, vraiment, mais la situation était insupportable. Revoir ses anciens camarades qui, baignés dans l’ignorance, ne lui adressaient que regards hostiles et insultes suintante de mépris. Il aurait préféré qu’on l’ignore mais, pour une poignée n’ayant rien à foutre de son existence il devinait la déception chez les autres, celle d’avoir fait confiance à un beau connard qui s’était empressé d’aller voir ailleurs dès qu’il avait flairé l’occasion.
Alors il aurait pu gueuler son innocence, ouais, clamer sa non-appartenance au petit groupe de prisonniers qui croupissaient ici au même titre que lui. Sauf que ceux-là aussi, il avait appris à les apprécier en trois mois de temps passés en leur compagnie. C’était pas un manipulateur Adam, il avait jamais su faire semblant : quand il appréciait quelqu’un, ce n’était rarement simulé, mission ou pas mission. Il ne voulait pas qu’eux, à leur tour, adoptent le même comportement. Quoi qu’on en dise, c’était blessant, et lui n’avait jamais affirmé être un dur à cuire.
Il avait préféré subir en silence, alors, mais il n’avait pas su tenir sur la distance. Et puis l’idée lui était venue qu’à vouloir absolument se faire remarquer, peut-être pourrait-il attirer l’attention de quelqu’un avec qui la discussion serait possible. Jouer au con n’était pas spécialement compliqué : il avait suffisamment de cartes en main pour mettre sur pieds une provocation efficace, à commencer par son statut de traître qui lui valait tout ce dédain. Le point de non retour avait été atteint quand il avait choisi de s’attaquer à celui venu leur apporter la bouffe. Les quatre prisonniers s’étaient montrés calmes depuis le début, exténués sans doute par ce qui s’était passé avant, ou résigné devant leur situation actuelle. Deux étaient salement blessés et s’étaient vu apporter des soins d’urgence, mais il était possible que l’un d’entre eux ne passe pas la nuit. Les autres, Adam compris, étaient restés groupés avec lui. Alors forcément, ils faisaient bien pâle figure face à leurs geôliers, ne semblaient pas représenter une grande menace. La vigilance avait un peu baissé parce qu’on savait qu’ils ne risquaient pas d’aller bien loin dans cet état. Et Mike c’était un bon gars, vraiment, mais il avait toujours été un peu benêt, il s’était laissé avoir trop facilement par les mauvaises paroles qu’Adam lui avait balancées au visage.
La lutte avait été brève, parce qu’on était rapidement venu à son secours, mais le résultat avait été concluant.
Et maintenant le cavalier avait tout le loisir de compter les fissures du mur face à lui alors que sa patience l’empêchait de péter un plomb. Installé dans un box inutilisé tout au fond de l’écurie, il n’avait rien d’autre à faire que se parler à lui-même mais ça ne le dérangeait pas plus que ça. Du moment que ça ne s’éternisait pas, en tout cas ; il n’avait jamais été très doué avec la gestion de la solitude sur le long terme. On l’avait roué de coups pour son insolence et il douillait encore, mais pires étaient les liens de ses poignets attachés serrés derrière son dos à un anneau solidement coincé dans le mur : sentir ses bras s’ankyloser de cet inconfort forcé et ne rien pouvoir y faire était sûrement ce qui jouait le plus sur ses nerfs. Ça et le fait de ne pas pouvoir s’asseoir, ne ne pratiquement pas pouvoir bouger. Les heures ne lui avaient jamais semblé aussi longues.
Il tourna la tête aux bruits de pas et ne tarda pas à reconnaître la silhouette qui s’avançait vers lui pour finalement s’arrêter à la porte de sa cellule improvisée. « Salut Caden, j’espérais que tu finirais par te manifester. » Pas le moins du monde surpris de trouver le cadet Rhodes face à lui, il lui décrocha un sourire sincère qui détonnait un peu dans son visage fraîchement amoché. Oh, il n’avait pas de blessures graves à proprement parler, mais le sang avait coulé sans personne pour l’essuyer et avait fini par sécher sur la peau, pris dans les ridules et les poils de sa barbe de quelques jours.  « J’nous ai même aménagé un peu de tranquillité, comme tu peux le voir. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Riders + j'peux pas j'ai poney
avatar
Riders + j'peux pas j'ai poney
Hurlements : 744
crédit : Jajou
survit depuis le : 21/08/2016
capsules de troc : 1221

MessageSujet: Re: Vous saviez très bien dans quel plat vous mettiez les pieds   Mar 7 Nov 2017 - 10:39

Caden ne savait pas mentir. C’était une chose dont on se rendait rapidement compte lorsqu’on passait du temps avec lui. Certes, il était faux-jeton et il vivait dans un déni colossal mais il ne savait pas mentir volontairement. Ça se lisait sur son visage, ça transpirait par tous les pores de sa peau. Alors du coup, ça se voyait vite quand il appréciait quelqu’un ou quand il faisait juste semblant de jouer les gros durs. Il n’était pas particulièrement bon à ça d’ailleurs. Le dur, le fort c’était son frère. Lui malheureusement pour lui, heureusement peut être pour le ranch, c’était le sensible, celui qui compatit et qui comprend. Celui qui jalouse et qui déteste en silence jusqu’à en crever. Il tourne la tête vers Adam dont il reconnait instantanément la voix. Ce n’est pas la première fois qu’il lui parle, loin de là, cela fait même un long moment qu’ils ont commencé à tisser des liens d’amitié d’une certaine manière. « Je vois que tu as encore fait dans la finesse. » dit-il avec un ton teinté d’ironie. « Pour un peu, on va finir par ressembler à Roméo et Juliette » A la réflexion, niveau drama il était certain de pouvoir tenir la distance dans un rôle aussi proche de son propre caractère. Force lui était de constater que depuis l’apocalypse les choses étaient devenues considérablement plus compliquées. Rien que d’expliquer sa situation familiale à un inconnu le ferait sans doute passer pour un fou, pour un névrosé, pour un ingrat, pour un jaloux et autres joyeusetés de la sorte. Adam ne l’avait jamais jugé, c’était sans doute pour cela qu’ils s’étaient retrouvés à être proches. Aujourd’hui cependant le temps n’était pas vraiment aux réjouissances car il allait devenir faire une chose en directe opposition avec son frère.

Caden allait devoir user de son non-talent pour mentir. Il fallait pourtant qu’il fasse quelque chose pour aider Adam car il avait confiance en lui. Son frère était sans doute gardé en vie par la puissance de sa paranoïa mais lui avait une légère tendance à faire plus confiance. Parfois sans doute à faire même trop confiance.  Il grimace quand il réalise l’état dans lequel est l’homme et le fait que la seule solution qu’il reste à présent, c’est de le faire s’enfuir à la faveur d’un moment d’inattention. Il rentre dans le box où Adam est enfermé.  « Qu’est-ce que c’est que ce bordel ? Qu’est-ce qu’il s’est passé à la mine ? Tu sais que je vais pas pouvoir plaider en ta faveur auprès d’Abel. Ce sera un miracle s’il te laisse en vie. »Il ne lui a pas encore dit qu’il comptait l’aider à se libérer, il n’était pas tout à fait décider, il veut se faire une idée avant de le laisser partir parce que s’il s’avère qu’il a mené ses troupes à la débandade, Caden ne pardonnera pas non plus. Même s’il apprécie son ami, le ranch ça reste tout ce qu’il a.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Olympians + le monde qui est le mien
avatar
Olympians + le monde qui est le mien
Hurlements : 428
crédit : /
survit depuis le : 24/07/2017
capsules de troc : 943

MessageSujet: Re: Vous saviez très bien dans quel plat vous mettiez les pieds   Mar 7 Nov 2017 - 18:40



Caden & Adam

« vous saviez très bien dans quel plat vous mettiez les pieds ;
vous connaissiez les termes du contrat que vous avez signé »


Adam eut un léger rire à la réflexion de Caden, bien qu’il regrettât bien vite ce laisser aller lorsque ses côtes douloureuses se rappelèrent à lui. « En ce qui me concerne, j’ai pas l’intention de crever pour tes beaux yeux. Et ce n’est pas non plus ce que j’avais dans l’idée de te demander. » Il avait pas l’intention de crever tout court en fait, le cavalier. Il ne l’avait jamais eue, et ce n’était certainement pas aujourd’hui qui allait faire une exception à la règle. S’il nourrissait l’espoir un peu fou de pouvoir encore se tirer de cette situation pour le moins épineuse, c’était à priori plutôt afin de pouvoir continuer à couler quelques jours tranquilles… du moins aussi tranquilles que possible vu la situation.

Son compagnon entra dans le box et le prisonnier ne put s’empêcher de jeter un regard inquiet vers ce qu’il voyait de l’entrée des écuries. Que quelqu’un les surprenne, là maintenant tout de suite, et tous les deux auraient des choses à répondre au propriétaire des lieux. Oh bien sûr, Caden pourrait sûrement s’en tirer sans trop de casse de par son statut mais lui… mais l’endroit était désert : à cette heure-ci, tous les chevaux étaient dans les pâturages et les box avaient déjà été faits bien des heures en amont. « La Mine était bien mieux préparée que ce que ton frère attendait venant d’eux. » Quoi de plus étonnant dans la mesure où le gros de la population, leur chef incluse, était des militaires en exil ? « Ils l’ont vu arriver avec suffisamment d’avance pour organiser un accueil digne de ce nom. » Anita Jones avait déjà pris bien avant ça tout le temps nécessaire pour étudier le terrain dans les alentours de son domaine et mettre au point des embuscades et des pièges prêts à être fonctionnels au premier problème. Une information dont Abel Rhodes et ses hommes n’avaient pas su tous les détails, pas avant qu’il ne soit trop tard et que la gueule du loup se referme sur eux.
S’appuyant contre la cloison bétonnée qui le retenait captif, Adam ferma un instant les yeux tandis qu’il essayait encore une fois, tant mieux que mal, de faire se mouvoir ses bras dans les entraves qui les bloquaient si désagréablement. « J’ai merdé, Caden. » L’aveu tomba dans un léger silence, et sur un ton beaucoup plus bas. Pire que tout, il ne voulait pas que ce qu’il s’apprêtait à admettre tombe dans une paire d’oreilles indiscrète. Mais il devait la vérité à son ami, au moins à lui : il ne pouvait pas lui demander de se mettre en porte à faux vis-à-vis du ranch, de son frère, s’il n’était pas d’abord entièrement sincère avec lui. « J’ai ma part de responsabilité dans ce qu’il s’est passé hier. Ce qui a dû arriver aujourd’hui. S'il l'apprend... » Il n’était pas seul coupable, évidemment : avec ou sans son intervention, Abel se serait cassé les dents sur la défense de ses nouveaux voisins. Et avec ou sans son intervention, Adam était pratiquement sûr que l’autre y serait allé dans tous les cas. Sauf qu’il avait eu une opportunité, lui, de faire en sorte de prévenir la casse, peut-être même de faire pencher la balance en la faveur des cavaliers, et qu’il ne l’avait pas saisie. Il avait eu entre les mains des informations d’une importance sans conteste, et il n’en avait transmis que la moitié. Bien sûr, on ne serait jamais en mesure de savoir ce qui serait réellement arrivé si sa fidélité n’avait pas failli mais, dans les faits, il les avait laissé courir droit dans le mur en toute connaissance de cause. L’incertitude perdurerait toujours, il était coupable et ça lui rognait les entrailles même s’il l’avait fait pour une bonne raison.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Riders + j'peux pas j'ai poney
avatar
Riders + j'peux pas j'ai poney
Hurlements : 744
crédit : Jajou
survit depuis le : 21/08/2016
capsules de troc : 1221

MessageSujet: Re: Vous saviez très bien dans quel plat vous mettiez les pieds   Lun 20 Nov 2017 - 17:08


Caden n’était pas complètement idiot mais il était excessivement bon à se mettre des œillères lorsqu’il appréciait les gens. C’était suffisamment rare pour qu’il veuille coûte que coûte conserver son amitié. Il avait toujours eu du mal à se lier aux autres et avait de plus une fâcheuse tendance à les mettre dans l’embarras d’une manière ou d’une autre. Il ne savait pas trop entretenir une relation la plupart du temps ça finissait en eau de boudin. Il y avait des tas d’exemple de cette triste constatation : Cirilla, Jenna et maintenant Adam. L’homme se trouvait effectivement en fâcheuse posture. « S’il l’apprend, il te tue. S’il l’apprend pas, il te tue. La situation est trop délicate pour ne pa trouver un souffre-douleur digne de ce nom. » Il préfère lui dire la vérité bien que ça soit un peu abrupte. Il ne veut pas lui mentir. Il connait son frère et il sait aussi que parfois pour garder le contrôle il faut faire des choix. Ces choix sont complexes et impliquent souvent des sacrifices que ça soit humain, moral, matériel ou parfois les trois à la fois. « C’est vrai que tu as merdé et tu pourras sans doute demander toute la pitié du monde que tu ne l’obtiendrais pas. » Il l’aurait certainement obtenu de Caden, mais c’était ce qui faisait que lui ne serait jamais le chef. Il était trop mou et trop indolent, trop de ceux qui peuvent pardonner parce qu’ils relient tout à l’affect. Ce genre de leader finissait par se faire poignarder par un de leurs plus proches conseillers. Abel était trop paranoïaque pour laisser ce genre de choses arriver. A juste titre parfois, souvent cela semblait un peu de l’excès de zèle. Toutefois, cela avait le mérite de faire de lui l’homme immortel qu’il était.

« Dis-moi ce que tu veux me demander, je ferais en sorte de t’arranger le coup. Je te dois bien ça. » Il lui devait cela en tant qu’ami. Du moins c’était ce qu’il pensait. Adam avait été une forme de pansement pour lui qui passait pas mal de temps, il fallait bien l’admettre, à broyer du noir dans son bureau quand il ne s’occupait pas des chevaux. Il végétait depuis bien longtemps dans sa place, il se trouvait toujours à vivre les mêmes dilemmes, répéter les mêmes erreurs et se plaindre que le résultat soit le même à chaque fois. Il parlait d’une voix assez basse parce qu’il n’avait pas envie de devoir s’expliquer à son frère sur ce qui était en train de se passer. Le vétérinaire avait l’impression que ce qu’on allait lui demander serait plus compliqué qu’un simple passe-moi le sel.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Olympians + le monde qui est le mien
avatar
Olympians + le monde qui est le mien
Hurlements : 428
crédit : /
survit depuis le : 24/07/2017
capsules de troc : 943

MessageSujet: Re: Vous saviez très bien dans quel plat vous mettiez les pieds   Mer 29 Nov 2017 - 0:06



Caden & Adam

« vous saviez très bien dans quel plat vous mettiez les pieds ;
vous connaissiez les termes du contrat que vous avez signé »


C’est vrai que tu as merdé. l’accusation tomba, tranchante comme un couperet, et le concerné ne put s’empêcher de tressaillir dans ses liens, crisper la mâchoire devant la franchise directe de Caden. Surpris, certes, il ne s’était pas attendu à ce ton aussi catégorique, aussi décisif, de la part de son ami ; le cavalier ne savait même pas ce qu’Adam avait fait, mais avait rebondi sur ses propos sans la moindre curiosité des détails, et acceptant derechef sa culpabilité à peine les mots avaient-ils franchi ses lèvres. Le prisonnier alors, ravala le secret qu’il s’était fait fort de garder trois mois durant et qu’il s’était préparé à donner au cadet des Rhodes en preuve de sa bonne foi, pour simplement se contenter de la vérité épurée que tout le monde savait déjà. Il avait merdé, d’accord, il en payait les conséquences à présent, d’accord. Au moins Caden ne semblait-il pas lui en vouloir alors qu’il aurait eu toute la légitimité de le faire en ce que le fiasco mené par son frère le toucherait, lui aussi, lorsque les raiders reviendrait au ranch amoindris, la queue entre les jambes et le fardeau de l’échec pour peser sur leurs épaules.

« Et qu’est-ce que tu crois que je vais te demander, à ton avis ? » Le dernier repas du condamné peut-être ? Sans façon, Adam ne regretterait pas de devoir s’épargner une conserve supplémentaire ou un quignon de pain daté d’au moins trois jours. « Je te dirais bien que j’ai les couilles qui me grattent, mais je crois que je vais plutôt employer ta proposition à meilleur escient. » Piètre humour mais, au vu des circonstances, il fallait bien admettre qu’il éprouvait quelques difficultés à rire de son état. La perspective d’une mort prochaine ne le réjouissait, de toute évidence, pas le moins du monde, qui aurait pu le blâmer pour ça ? « J’veux pas rester là comme un mouton qu’on amène se faire égorger, Caden. J’veux pas crever comme ça. » Le ton était redevenu sérieux, le rictus brièvement apparu déjà effacé au profit d’une mine bien plus grave. Les plaisanteries allaient bien un temps, mais Caden n’était certainement pas venu ici pour échanger quelques boutades autour d’une tasse de thé et, de plus, les minutes leur étaient comptées. Chaque instant que le cavalier passait ici était une opportunité supplémentaire pour qu’on les surprenne sur le fait, pris en flagrant délit de complot. « Je te demande pas de me ménager une porte de sortie, ni de m’y escorter, je veux pas que tu risques quoi que ce soit par ma faute. Juste détacher mes liens à un moment opportun, me laisser au moins le droit de choisir de ce que je veux faire avant qu’il ne revienne ici. » La liberté de ses mouvements, il ne désirait vraiment que ça au final, suffisamment conscient qu’il ne pouvait pas exiger de Caden une implication trop prononcée. S’il acceptait, déjà, de prendre cette responsabilité, la dette qu’Adam aurait à son égard serait inestimable.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Riders + j'peux pas j'ai poney
avatar
Riders + j'peux pas j'ai poney
Hurlements : 744
crédit : Jajou
survit depuis le : 21/08/2016
capsules de troc : 1221

MessageSujet: Re: Vous saviez très bien dans quel plat vous mettiez les pieds   Mar 5 Déc 2017 - 9:28

Si caden s’était permis de dire à Adam qu’il avait merdé aussi froidement c’était parce qu’il était encore un peu échauffé par toutes les pertes et par la débandade que ça avait été. C’était facile de choisir un responsable même si dans le fond il savait que les délires de son frère avaient très certainement un rapport là-dedans. Il ne voulait pas non plus s’énerver sur Adam car il avait acquis la certitude que ce dernier ne le ferait pas volontairement. Il appréciait le jeune homme suffisamment pour avoir cette impression confuse, et un peu fausse probablement, qu’il le connaissait un minimum. Il resta silencieux laissant le temps à Adam de lui expliquer ce qu’il avait en tête. Il avait déjà pensé à l’aider d’une manière ou d’une autre. Cependant, plutôt mauvais pour tous les plans qui devaient se faire dans le dos de son frère, il n’avait pas réussi à en tracer les grandes lignes. Caden aurait pu hésiter un long moment, il était plutôt fort à cela, s’il n’avait pas eu la sensation que c’était la bonne chose à faire. Il s’approcha finalement se penchant pour se trouver exactement au même niveau d’Adam et parlant à voix basse, il finit par lui dire : « Quand ? ». Il n’avait pas besoin de beaucoup plus d’informations que celle-ci enfin de compte, il lui resterait à s’arranger ensuite pour se trouver au bon endroit au bon moment. Il sentait déjà son cœur vrombir d’excitation dans la poitrine à l’idée de faire quelque chose d’interdit. Pas certain qu’il aurait de nouveau l’occasion de parler avec Adam, il se décida à s’ouvrir un peu et à dire ce qu’il ressentait. Bien sûr, ça ne serait pas une longue tirade ni une tirade faite avec des jolis mots bien ordonnés mais ça aurait le mérite d’avoir été prononcé. Il n’avait pas envie de laisser Adam partir sur cette impression qu’il le détestait. « Tu as été un véritable ami pour moi. » Par bien des aspects, il s’était montré un peu meilleur que son frère aussi mais il ne pouvait pas lui dire cela sans admettre une chose qu’il ne serait pas prêt à admettre de suite : que son frère et lui avaient quelques problèmes relationnels dont il faudrait parler à l’occasion. « J’en ai pas eu beaucoup alors je te remercie. » C’est ainsi que se terminait la séquence émotion alors que Caden attendait sagement de savoir comment se passerait la folle échappée de l’homme devenu persona non grata.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Olympians + le monde qui est le mien
avatar
Olympians + le monde qui est le mien
Hurlements : 428
crédit : /
survit depuis le : 24/07/2017
capsules de troc : 943

MessageSujet: Re: Vous saviez très bien dans quel plat vous mettiez les pieds   Lun 11 Déc 2017 - 23:20



Caden & Adam

« vous saviez très bien dans quel plat vous mettiez les pieds ;
vous connaissiez les termes du contrat que vous avez signé »


« Moment adéquat pour les déclarations, hein ? » La moquerie n’était pas franchement méchante, mais Adam n’avait pas pu l’empêcher de franchir ses lèvres, accompagnée d’un mince sourire. Les mots l’avaient touchés, pourtant, en ce qu’on avait pas tous les jours droit à ce genre de choses, et Caden avait été un ami pour lui aussi évidemment, un des premiers qu’il s’était fait en arrivant ici et sûrement un des meilleurs ; ce qu’il s’apprêtait d’ailleurs à faire pour lui aujourd’hui ne faisant qu’augmenter sa valeur aux yeux du prisonnier. « Garde tes remerciements, c’est plutôt moi qui t’en devrait si t’arrives à me faire sortir de là. » Et l’idée, déjà, de pouvoir respirer autre chose que les senteurs de merde et d’animaux qui imprégnaient l’écurie, suffisait à redorer sa patience. Bientôt, s’il était sage, si Caden était sincère, si personne n’intervenait d’abord entre temps. Quelle tristesse, en soit, quand on savait qu’Adam s’était allié deux des trois Rhodes mais que même la combinaison de ces deux-là ne suffirait pas à le sauver du dernier s’il voulait rester ici, continuer à évoluer parmi les cavaliers de la Crimson Valley. « Je ne peux pas te dire quand précisément, je n’ai aucune idée des tours de gardes ni de ce qu’il se passe à l’extérieur du bâtiment… mais j’imagine, déjà, qu’à la nuit tombée ça sera plus simple pour tout le monde. Moins d’agitation, ou de vigilance. » Moins de visibilité, surtout, ce qui jouerait aussi bien en la faveur de Caden que d’Adam : moins il y avait de personnes pour remarquer le premier et moins les soupçons se porteraient sur lui quand on chercherait le coupable de son évasion (il espérait, d’ailleurs, que personne ne prendrait le blâme pour sa fuite mais, c’était sans doute un espoir vain, et il tenait trop à sa vie pour s’attarder sur cette éventualité). « Le reste, je peux pas le décider pour toi : tu seras le seul à même de juger quel moment te semblera le plus adéquat, ou si t’as besoin d’une diversion. Tout ce que je te demande, c’est que ce soit ce soir. » Pour des raisons évidentes qu’on ne savait pas trop quand est-ce qu’Abel allait revenir au ranch, ou si on n’allait pas finir par le sortir de son isolation au bout d’un certain temps. Il y avait tellement de variables, qu’il n’y avait rien à quoi l’on pouvait réellement se fier. Alors, le plus tôt serait le mieux, non ? « Enfin… » L’hésitation le rattrapa, est-ce que ce serait abuser que d’attendre encore autre chose de lui ? Il sembla délibérer quelques secondes avec lui-même, avant de finalement se décider : au pire, Caden refuserait mais, dans tous les cas, ça ne lui coûtait rien d’essayer de toute façon. « Y a un autre service que j’aimerais te demander. Si t’arrives à me faire sortir ce soir. » Et s’il n’y avait pas de problème, ni d’alarme, bref un scénario parfait sur lequel mieux valait ne pas trop compter mais, eh, ne disait-on pas que l’espoir fait vivre ? « Je voudrais voir Jenna avant de partir. » La demande lui semblerait peut-être incongrue, ou peut-être pas. A vrai dire, Adam ignorait totalement si Caden était au courant de quoi que ce soit à leur sujet. Lui, en tout cas, n’en avait jamais pipé mot, pas plus qu’il ne s’était ouvertement affiché avec elle, mais le cadet des Rhodes était bien plus observateur que ce que l’on pouvait penser quand on ne le connaissait qu’à peine. Aujourd’hui néanmoins, cela n’avait plus la moindre importance et si le cavalier était en mesure de leur arranger un dernier face à face alors le prisonnier lui dirait ce qu’il voudrait entendre, quoi que cela puisse être.  


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Riders + j'peux pas j'ai poney
avatar
Riders + j'peux pas j'ai poney
Hurlements : 744
crédit : Jajou
survit depuis le : 21/08/2016
capsules de troc : 1221

MessageSujet: Re: Vous saviez très bien dans quel plat vous mettiez les pieds   Dim 4 Fév 2018 - 13:58

Caden ne répondit pas, il avait une grande habitude des remarques sarcastiques de son vis-à-vis et de son humour pas toujours approprié. On avait tous nos manière de s’adapter dans ce monde merdique. Pour certains, c’était par l’humour, pour d’autres c’était en se montrant plus cruel que le monde lui-même. Il ne jugeait pas. A la place d’Adam, il n’était pas certain qu’il adapté la même stratégie de comportement mais il n’avait pas eu la « chance » que cela lui arrive. Les conditions demandées par l’homme ne lui semblaient pas outre mesure difficiles à remplir sauf peut être lorsqu’il formula la dernière. Rien de ce qu’il lui avait dit auparavant ne lui paraissait complètement déconnant. D’un certain point de vue, cela restait cohérent. Il ne se serait pas vu partir en pleine journée avec Adam bras dessus bras dessous comme les meilleurs amis du monde.  Le vétérinaire avait au moins cet avantage de connaître les heures de garde et même chacun des gardes. Suffisamment en tous les cas pour savoir que Willis avait une légère tendance à piquer des roupillons pendant son service parfois. Chose qu’il n’avait pas jugé utile de mentionner à Abel parce que sincèrement il ne connaissait pas un garde à ne pas s’être endormi au poste au moins une fois. Il avait ce défaut qui aurait fait de lui un mauvais leader, il avait trop d’empathie, il pardonnait assez facilement pour peu qu’on lui explique. Cette tolérance l’aurait certainement fait tuer assez rapidement dans un monde aussi impardonnable que celui dans lequel il vivait à présent.

La surprise se lut sur son visage alors qu’il observait Adam. « Je pense pas que ça va poser de problèmes mais pourquoi tu veux voir Jenna ? » A sa connaissance, en tous les cas, les deux n’avaient jamais partagés des moments particuliers. Il fronça les sourcils un instant, il avait largement moins de mal à comprendre les animaux que les humains. Une petite lumière s’alluma dans son regard alors qu’il avait décidé qu’il était temps pour Adam de mettre carte sur table à ce sujet. Un demi-sourire se dessina sur ses lèvres alors qu’il posait sa petite question. « Qu’est-ce que tu peux bien vouloir lui dire à Jenna, hein ? » Il n’était pas de ces gens extrêmement taquins surtout dans les situations d’urgence mais si Adam se permettait de demander des faveurs, il pouvait au moins avoir la décence de les mériter un peu en répondant honnêtement à son interrogation.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Vous saviez très bien dans quel plat vous mettiez les pieds   

Revenir en haut Aller en bas
 
Vous saviez très bien dans quel plat vous mettiez les pieds
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Hector de Valois, oserez-vous pénétrer dans l'antre du diable ?
» Je vous ai entendu...[Livre 1 - Terminé]
» L'Oréal, parce que vous le valez bien [PV Jack]
» Un jeu très bien =D
» Je ne me sens pas très bien [TERMINÉ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Influenza :: let's wander the woods :: Flashback-
Sauter vers: