AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 
Bienvenue sur Influenza, faites attention à vos fesses, les rôdeurs sont affamés !
N'hésitez pas à jeter un coup d'oeil à nos postes vacants

Nous sommes en octobre 2017. L'épidémie a commencé en octobre 2010. Plus d'information sur l'épidémie { + }

Découvrez la playlist officielle d'Influenza !

Partagez | 
 

 (II) long time no see

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Quarries + le club des clochards
avatar
Quarries + le club des clochards
Hurlements : 810
survit depuis le : 28/09/2016
capsules de troc : 1263

MessageSujet: (II) long time no see   Dim 13 Aoû - 16:59



Rory & Archibald

« long time no see »


Sans grande surprise, cela n’avait pas été bien dur pour Archibald de se faire à l’idée que la carrière serait désormais son chez-lui (jusqu’à la prochaine merde), pas plus que cela n’avait été compliqué pour lui d’y prendre ses marques. D’abord parce qu’il connaissait déjà plusieurs personnes du coin, vu le temps qu’il avait passé dans le marché ensuite parce que, globalement, tout le monde s’en foutait. En toute honnêteté, la seule chose qu’il regrettait du mall était le concret de ses murs solides : ici, ils avaient réussi avec Octavie à se bricoler un cabanon fait de vieille tôles, de bric et de broc qui ne détonnait pas du tout dans ce bidonville ouvert aux quatre vents, mais son confort était encore plus relatif que ce qu’ils avaient eu à Stonebriar. Enfin au moins arrêtait-il presque toute l’eau par jours de pluie, et coupait-il presque tous les courants d’air par jours de vents. Mais mieux ne valait pas trop songer aux chaudes journées d’été qui transformaient l’intérieur en véritable fournaise. Enfin, cela valait mieux que rien du tout et puis au moins le chacal n’avait-il pas à se soucier d’où crécher ou de comment rentrer lorsqu’il se torchait trop méchamment la gueule au caveau.
Archibald, donc, ne se plaignait guère trop de ce revirement de situation, surtout que l’attaque l’avait complètement épargné grâce au coup de pouce de Félix, et qu’il n’en avait gardé aucune séquelle. Du reste, la perte de ce qui lui avait servi de foyer pendant si longtemps ne lui faisait ni chaud ni froid : déjà bien à son aise ici, il ne lui avait guère fallu longtemps pour qu’il se fasse ses habitudes, repère les pigeons idéaux sur qui s’exercer régulièrement afin de ne pas perdre la main, se trouve des “”amis”” à entuber gaiement avec le sourire… pas bien malheureux, donc, et d’ailleurs il n’avait pratiquement pas éprouvé le besoin de s’en aller voir ailleurs si l’herbe était plus verte depuis qu’il s’était installé ici. Oh cela viendrait, sans aucun doute, mais pas tout de suite. Dans l’immédiat, la seule ombre au tableau était la présence de Casey, qu’il savait toute proche puisqu’elle vivait à la Mine, et qui lui intimait de ne jamais baisser sa garde au cas où elle se trouve dans les parages. Fort heureusement, aucune rencontre fortuite ne s’était encore produite depuis qu’il vivait juste sous son nez, et Archibald entendait bien veiller à ce que cela continue de la sorte tant qu’il n’aurait pas trouvé, d’une manière ou d’une autre, comment éliminer cette chienne.

Le caveau n’était guère trop rempli à cette heure-ci de la journée, se contentant simplement de la fréquentation de ses habitués et du brouhaha d’ambiance qui ne s’arrêtait jamais vraiment ici. Difficile, dès lors, de rater la crinière blonde bien connue quand il n’y avait personne d’autre pour lui gâcher la vue. Et la surprise de la trouver ici s’estompa bien vite, tandis qu’il abandonnait le comptoir dans l’instant, décidant d’aller s’inviter à ses côtés.
Elle ne l’avait pas vu, Rory, semblait perdue dans ses pensées, toute seule à sa table et lui tournant le dos. Sa chope heurta bruyamment le bois de la table devant elle, envoyant voler quelques gouttes de gnôle tandis qu’il se laissait tomber lourdement sur le banc qui lui faisait face. « J’savais bien que le destin finirait par te refoutre en travers de mon chemin ! Mais bon, ça faisait un bail. J’t’ai manqué, j’espère. » Il leva son verre à sa santé, se fichant bien de ce qu’elle pouvait être contente (ou non) de le trouver ici, et s’en envoya une bonne rasade. Toujours aussi infâme, mais ses papilles gustative avaient abandonné la partie depuis bien longtemps déjà… « Bon alors Blondie, qu’est-ce que tu fous si loin d’Olympia ? Tu t’plais dans ce genre de trou dégueu maintenant ? »

Spoiler:
 

● ● ● ● ●

Faudrait que le chien en moi s'arrête de grogner, qu'il rampe se couche transi de peur de se faire cogner. Faudrait qu'il fasse le beau pour un morceau de sucre, qu'il lève la patte quand on lui demande sans montrer les crocs. Erreur de formatage le mien refuse le dressage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Miners + on pioche tic toc
avatar
Miners + on pioche tic toc
Hurlements : 525
survit depuis le : 31/07/2016
capsules de troc : 986

MessageSujet: Re: (II) long time no see   Ven 8 Sep - 22:05



( Some people need a high five. In the face. With a chair. )

+++

Depuis quelque temps déjà, les jumeaux Wheeler ont pris pour habitude de se retrouver au caveau de manière hebdomadaire. Un rendez-vous attendu avec impatience malgré le nombre de manigances considérable que ce dernier inclut. Heureusement, cette fois-ci, il lui a suffi de soudoyer Harrison afin qu’elle puisse avoir accès à l’air –  pas – frais de la carrière. Elle a promis d’être prudente, de ne pas quitter l’enceinte de la carrière et de retrouver l’éclaireur deux heures plus tard à l’entrée la mine. Un compromis qui lui semble assez avantageux et surtout, sans prise de têtes. En règle générale, elle se voit dans l’obligation de batailler avec un garde quelconque. Et, si elle figure dans les petits papiers de certains, ce n’est pas le cas de tous. À croire que sa chevelure blonde et que ses grands yeux noisette ne suffisent pas à attendrir les plus coriaces. Au moins, s’est-elle cette fois-ci évité ce genre d’embarras on ne peut plus agaçant. Comme quoi, l’éclaireur peut se montrer utile.

Une fois au bar improvisé, elle se sent tout de suite plus légère, quoique cette notion de légèreté augmente au fur et à mesure qu’elle prend ses distances avec la mine d’Hamilton. Entre cette dernière et Olympia, elle ne saurait dire lequel des deux endroits l’exècre le plus. Chassant cette réflexion dans un coin de sa caboche, elle s’engouffre dans la cavité souterraine, empruntant les escaliers bancals. L’air est frais, forcément, tranchant sacrément avec la température extérieure actuelle – une véritable fournaise -, bien qu’elle y soit habituée, après tout, elle vit littéralement sous terre, elle ne craint plus le froid. Elle frissonne cependant, saluant Josh – le barman – d’un signe de tête avant de prendre place à sa table habituelle. Il la connait bien, Josh, il prend d’ailleurs un malin plaisir à l’affubler de surnoms tous plus ridicules les uns que les autres, probablement qu’il y est pour quelque chose si elle est connue sous le nom de Barbie au sein de la carrière. Tapotant des doigts sur le bout de bois défraîchi, elle s’impatiente déjà. Reese est toujours en avance, le premier arrivé généralement. « Spécialité maison ! » s’exclame Josh, lui déposant un verre sous le nez. Il est prévoyant, un bon point pour lui. La spécialité maison, autrement dit un savant cocktail amer et acidulé composé d’elle ne sait trop quoi – Dieu l’en garde, l’ignorance est surement préférable – est sa boisson fétiche depuis qu’elle a mis les pieds au caveau, bien qu'elle n'est pas certaine qu'elle lui soit conseillée étant donné sa condition. Tant pis. « Quel service ! » Même plus besoin de trainer sa carcasse fatiguée jusqu’au pseudo comptoir. Sans tarder, elle y trempe ses lèvres, grimaçant légèrement tandis qu’un intrus indésirable s’installe confortablement face à elle. Le regard qu’elle lui jette est on ne peut plus noir. Archibald. Elle l’imaginait mort pour tout avouer. Après tout, son trou à rats n’est plus. « Le destin semble donc avoir une dent contre moi. » Pour sûr, elle ne pensait pas retrouver Archie sur sa route. Elle roule des yeux, déjà agacée, ne lui offrant aucunement le plaisir de lever son verre à son tour. « Manquer, je ne suis pas certaine que ce soit le terme adéquat. » Pas du tout. Elle a apprécié l’ancien jackal, autrefois, bien qu’elle ne puisse toujours pas se vanter de le détester, pourtant elle devrait. « Ce n’est pas parce que je me plais désormais dans ce genre de trou dégueulasse, que je suis prête à supporter ta carcasse moisie. » Elle sourit, un grand sourire totalement faux, mais un sourire tout de même. Au fond, elle avait oublié à quel point elle apprécie donner le change à Archie. « Tu ne devrais pas croupir six pieds sous terre ? T’es plus tenace qu’une sangsue. » Véridique. Il a beau être bête comme ses pieds, il respire encore, ça relève du miracle !

egotrip



Spoiler:
 

● ● ● ● ●

poor little thing.
There... Poor little things. You see them? Standing with their numbers on their blank, indifferent faces, Nuremberg in miniature, the ranks of painted wooden men... Poor dominoes. Your pretty empire took so long to build, now, with a snap of history's fingers down it goes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Quarries + le club des clochards
avatar
Quarries + le club des clochards
Hurlements : 810
survit depuis le : 28/09/2016
capsules de troc : 1263

MessageSujet: Re: (II) long time no see   Mar 19 Sep - 0:13



Rory & Archibald

« long time no see »


Le destin il avait une dent contre tout le monde, il manqua de lui répondre, parce qu’autrement on en serait pas rendu à ça. A la place, il se contenta de hausser les épaules face à sa remarque, faussement fataliste, L’air presque désolé pour elle de devoir subir ça. Presque. Autrement dire, pas le moins du monde. « Va bien falloir que tu t’y fasses, pourtant. Ma carcasse moisie, elle a pas trop mal trouvé son confort ici et elle et moi on s'y plaît. » Sûr que si l’on passait outre le fait que sa nouvelle “maison” serait soufflée au premier vent un peu trop fort, la carrière lui offrait tout un tas d’avantage dont il n’avait jamais vu l’ombre de l’existence au mall. A commencer par ce caveau. Ici, au moins, il y avait encore peu de chance de se faire agresser juste parce qu’un quidam convoitait son verre ou sa bouteille.
Et Archibald, ainsi, redécouvrait cette notion de civilité dont il était si cruellement dépourvu.
« Eh, quoi, t’avais à ce point envie que je crève ? » Il laissa filer un ricanement, but à cette idée pour le moins incongrue – crever, s’entend, pas le fait qu’elle eût pu souhaiter sa mort – et continua, à priori pas vraiment offusqué qu’elle se soit attendue à le savoir en train de ronger les pissenlits par la racine. « Désolé d’te décevoir, Blondie. Me faudrait un peu plus qu’une bande de glandus pour me faire lâcher l’affaire. » C'est-à-dire qu'à partir du moment où la seule raison pour laquelle il s'était tiré de Stonebriar était qu'il avait reçu un coup de main précieux de Felix, aka l'un des fameux glandus sus-nommés, il pouvait bien se permettre, après coup, de se foutre de leur gueule. Clair que sur le moment il avait pas autant fait le malin ça, y avait pas vraimeent de doute à ce sujet. « Va bien falloir que tu me supporte encore un peu faut croire. » Pas comme si elle avait le choix, notez : qu’elle le veuille ou non, il avait la ferme intention de lui imposer sa présence et tant pis si ça l’emmerdait. Mais, de toute façon, elle ne manifestait pas la moindre envie de lui fausser compagnie dans l’immédiat, alors ce n’était certainement pas deux-trois tirades désagréables qui allaient lui donner envie de lui ficher la paix… bien au contraire. Et ça, elle en était très certainement avertie étant donné tout le temps qu’elle avait déjà passé en sa compagnie. « Donc, c’est quoi le délire ? T’as quitté ton bled de tantes et de couilles molles parce que tu t’emmerdais trop ? » Posant les coudes sur la table, il se pencha un peu vers elle au dessus de la vieille planche un tantinet vermoulue et attrapa le verre de Rory pour en examiner le contenu d’un air curieux. « Et me dis pas que c’est juste exceptionnel que tu t’sois trouvé ici en même temps que moi. Vu comme Josh te cause et se comporte avec toi, tu me feras pas croire que t’es pas une habituée des lieux. C’est pas dans sa nature d’être aussi sympa avec tout le monde, même si ta jolie gueule y est sûrement pas pour rien dans l’affaire. » Et puis avant qu’elle n’ait eu le temps de dire ou faire quoi que ce soit, ladite curiosité l’avait déjà poussé à tremper ses lèvres là-dedans et goûter sans la moindre gêne le breuvage de sa compagne de table. Il en prit bien deux ou trois bonnes lampées avant de reposer la boisson de sa camarade, l’air de rien, soit qu’il n’était aucunement conscient de ce que son comportement avait de déplacé, soit qu’il n’en avait tout simplement rien à faire. La seconde option étant, de toute évidence, certainement la seule valable quand on connaissait le larron.

Spoiler:
 

● ● ● ● ●

Faudrait que le chien en moi s'arrête de grogner, qu'il rampe se couche transi de peur de se faire cogner. Faudrait qu'il fasse le beau pour un morceau de sucre, qu'il lève la patte quand on lui demande sans montrer les crocs. Erreur de formatage le mien refuse le dressage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Miners + on pioche tic toc
avatar
Miners + on pioche tic toc
Hurlements : 525
survit depuis le : 31/07/2016
capsules de troc : 986

MessageSujet: Re: (II) long time no see   Jeu 5 Oct - 18:04



( Some people need a high five. In the face. With a chair. )

+++

Elle aimerait bien ressentir cette envie. L’envie de le voir crever. L’envie de le voir payer pour ses actes, pour ses atrocités, pour Reese, pour Mina. Elle ne peut que le prétendre, l’évoquer, mais ce n’est pas le cas. Elle est attachée à Archibald d’une quelconque manière, tout comme il l’est à elle, c’est évident. Elle ne sait pas pourquoi. Est-ce qu’elle veut réellement le savoir ? Non, peut-être que l’ignorance est la meilleure réponse à cette question. Certaines choses ne changent pas, jamais. Archibald ne change pas, ni même les sentiments mitigés qu’elle éprouve à son égard : rancune, nostalgie, affection. Parfois on s’attache aux mauvaises personnes, elle en a bien conscience, l’ancien jackal ne fait que confirmer ce fait. Alors, non, elle ne tient pas à ce point à ce qu’il crève, ce qui dépasse d’ailleurs tout entendement. « Une bande de glandus qui a pourtant délogé ou plutôt, tué, la plupart de tes petits copains. » Qu’elle rectifie immédiatement. Rory n’est pas une meurtrière, pour autant, elle ne regrette pas la mort de ces rats sans aucune once d’humanité. Qui les regrette ? Ils n’avaient rien d’innocent, ils ne méritaient rien d’autre que la mort. Un fléau en moins sur cette terre, c’est déjà ça de pris. À l’heure actuelle, on se contente de peu. « J’ai l’habitude de te supporter maintenant. » Elle hausse les épaules, faussement abattue par cette indéniable réalité. « Ou, je peux tout simplement t’ignorer à la place. » Plus facile à dire qu’à faire, surtout lorsque vous faites face à un énergumène de l’envergure d’Archibald. Donc, il ne s’agit pas vraiment d’une option, mais l’évoquer en pur signe de protestation lui semble judicieux. C’est leur façon bien à eux de communiquer. Les piques acides, les réparties piquantes, les insultes parfois, trois fonctions ancrées dans leur système d’échanges. Ils sont plutôt bien rodés à présent.

Son délire, à choisir, elle ne le qualifierait pas de la sorte, mais pourquoi pas après tout ? Un délire de liberté qui s’est manifestement soldé par un échec puisqu’elle croupit sous terre. Elle plisse le nez, subissant l’haleine pas forcément fraîche du carrière alors qu’il se penche vers elle, coudes sur la table. Elle n’est pas certaine de vouloir aborder le sujet qui fâche avec lui. Il n’a pas besoin de savoir ce qu’elle fout ici, ce n’est pas nécessaire. Mais, il est loin d’être bête Archie, même s’il se comporte souvent comme tel. Il a déjà deviné et déduit bien des choses rien qu’à son arrivée au sein du bar improvisé. Elle ne peut pas vraiment lui mentir. Elle fronce les sourcils tandis qu’il s’approche dangereusement de son verre, inspectant le liquide d’un air perplexe. Elle aurait pu prévoir le prochain geste. « Putain Archie ! Je n’ai pas envie d’échanger ma salive avec toi ! Dieu sait quels microbes germent dans ta bouche ! » Qu’elle s’exclame, roulant des yeux, mais rien n’y fait, ça ne l’empêche pas de s’approprier son verre l’espace de quelques secondes. Verre qu’elle récupère de "force", déversant ainsi une bonne moitié de son contenu sur la table. « Je vis ici, trouduc, dans la mine. Tu ne vois pas que je suis en carence de vitamine D ? » Le soleil, qu’il lui manque celui-là ! Dieu sait ô combien ça caille sous terre, elle en a ras-le-bol de l’humidité, du froid et cette foutue obscurité. Mais, qu’est-ce qu’elle peut bien faire d’autre à part subir, hein ? Repartir d’où elle vient ? Hors de question. « De temps en temps je viens copiner avec les carrières, voilà tout. »Un résumé pour le moins bref et concis. Elle n’allait tout de même pas s’étaler de toute façon. « Ce qui ne veut pas dire que je souhaite copiner avec toi par contre et encore moins échanger des fluides. » Parce qu’autant se le dire, Archibald n’est pas l’incarnation d’un esprit sain dans un corps sain.

egotrip



Spoiler:
 

● ● ● ● ●

poor little thing.
There... Poor little things. You see them? Standing with their numbers on their blank, indifferent faces, Nuremberg in miniature, the ranks of painted wooden men... Poor dominoes. Your pretty empire took so long to build, now, with a snap of history's fingers down it goes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Quarries + le club des clochards
avatar
Quarries + le club des clochards
Hurlements : 810
survit depuis le : 28/09/2016
capsules de troc : 1263

MessageSujet: Re: (II) long time no see   Ven 13 Oct - 18:51



Rory & Archibald

« long time no see »


Devant les réactions de Rory, Archibald ne put s’empêcher un rire franchement amusé alors que le verre se répandait à moitié sur la table qui en avait sûrement vu d’autres. « Fallait juste être plus réactive que ça barbie, c’est tout d’même pas ma faute si tu laisses traîner tes affaires à portée de main ! » Evidemment que si, c’était sa faute, mais il s’en fichait tout autant que de la pseudo offense concernant son hygiène dentaire. Elle lui en avait fait d’autre, des pires, et elle n’était certainement pas à la seule à s’attaquer régulièrement aux problèmes évidents de l’ancien chacal quant à la propreté et l’entretien de soi. « T’es en carence de beaucoup de choses, je crois, à commencer par la sympathie. » Bien entendu, les piques moqueuses n’oubliaient pas de fuser entre deux manifestations d’hilarité, alors qu’il était entre temps sagement retourné s’occuper de ses propres affaires a.k.a le qu’elle ne risquait, quant à elle, certainement pas de toucher s’il en croyait sa répulsion apparente à se faire attaquer par une toute une armée de microbes vindicatifs. « De temps en temps ? » Il releva, son foutu rictus toujours coincé au coin des lèvres, avec dans le regard entendu qu’il posait sur elle une traduction exacte de ses pensées, quelque chose du genre “meuf c’était peut-être pas la bonne chose à dire pour te débarrasser de moi”. « Que tu souhaites ou que tu souhaites pas, on dirait bien que tu vas pas avoir le choix pourtant ! Ou alors quoi, tu te sauves en courant ? T’appelle à l’aide ? Oh, je pense que si tu affirme avec assez de conviction qu’un des connards de Stonebriar est en train de te faire chier, tu te trouveras facilement une demi-douzaine de chevaliers blancs dans la seconde pour voler à ton secours. »
Si la plaisanterie était évidente, on pouvait deviner à l'entendre que ses propos ne se basaient pas que sur de la connerie pure et dure. Après tout, qu’Aaren Diggs ait ouvert les bras aux anciens chacals ne signifiait pas pour autant que tout le monde était heureux de leur présence ici. Même si la carrière avait toujours été un terrain neutre où ils étaient autant les bienvenus que les autres groupes à partir du moment où ils ne fichaient pas la merde, pas mal de survivants avaient une dent contre eux, que ce soit par principe, à cause des rumeurs, ou de leur vécu et de celui de leurs proches. Et qui auraient décemment pu leur en vouloir ? La sale réputation des squatteurs de l’ancien centre commercial n’était pas née de nulle part, ce n’était certainement pas lui qui allait affirmer l’inverse. En fait, ça tenait presque du miracle que tout le monde ait réussi à se comporter à peu près correctement jusque là, ou alors peut-être était-ce dû au fait que la perte de leur ancien camp avait mis un peu de plomb dans la tête des derniers arrivants. « Et puis si t’y mets du cœur tu sauras très bien faire la pauvre demoiselle en détresse ! T’as déjà le physique parfait. Manque plus que me virer ce regard noir là, et une petite expression un peu plus avenante sur ta tronche peut-être ? » Qu’elle boude donc si ça lui chantait, tiens, Archibald en tout cas était bien parti pour s’amuser à ses dépens. Son planning de ce qu’il allait faire au cours des prochaines heures venait de s’améliorer considérablement depuis que sa tête blonde favorite avait daigné lui accorder un peu de son temps. « Oh et au fait en attendant que tu te décides, pour les fluides, du coup, j’imagine que je peux reprendre ça ? » L’air faussement innocent, tandis qu’il faisait mine de récupérer son fond de verre.


Spoiler:
 

● ● ● ● ●

Faudrait que le chien en moi s'arrête de grogner, qu'il rampe se couche transi de peur de se faire cogner. Faudrait qu'il fasse le beau pour un morceau de sucre, qu'il lève la patte quand on lui demande sans montrer les crocs. Erreur de formatage le mien refuse le dressage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Miners + on pioche tic toc
avatar
Miners + on pioche tic toc
Hurlements : 525
survit depuis le : 31/07/2016
capsules de troc : 986

MessageSujet: Re: (II) long time no see   Mer 18 Oct - 19:40



( Some people need a high five. In the face. With a chair. )

+++

Elle roule des yeux, croise les bras contre sa poitrine en une parfaite attitude fermée et contrite. Il est incorrigible. Il se moque en plus ! Alors, elle prend la mouche ou elle fait mine de prendre la mouche plutôt. Elle en a vu d’autres en réalité, surtout venant de lui. Elle est habituée à ses farces et ses crises d’hilarité. « Ou alors, tu ne me rends pas sympathique. » Qu’elle rétorque du tac au tac, bien que la remarque lui passe instantanément au-dessus de la tête, il est bien trop occupé à se foutre d’elle pour y prêter la moindre attention. Peut-être devrait-elle suivre les conseils d’Archibald, envisager de se tirer sans détour ou d’hurler au loup, elle est persuadée que Josh se ferait un plaisir de s’improviser chevalier blanc. De toute façon, elle a pertinemment conscience qu’il se fiche bien, de ce qu’elle veut ou ne veut pas, nullement besoin de le préciser. Il n’a jamais pris en compte ses souhaits et ses envies. Enfin, en réalité, elle n’a pas en horreur sa compagnie, pas tant que ça, bien qu’elle le devrait. Dans la logique des choses, elle est supposée lui vouer une certaine haine. Elle se sent coupable vis-à-vis de Reese et Mina, de rester là, aux côtés de l’ancien chacal. Mais, ce qu’ils ne savent ne peut pas leur faire du mal, n’est-ce-pas ? On se donne bonne conscience comme on peut après tout. « Ne me tente pas, Archibald, je pourrais te mettre dans de beaux draps, en effet. Et, tu n’arranges pas ton cas pour l’instant. » La menace n’est qu’une parole en l’air. Parce qu’elle l’aime bien, dans la mesure où il est possible d’apprécier un être comme lui, elle n’a donc pas la foi d’être l’initiatrice d’un malheur à son égard. Pourtant, elle ne devrait pas se gêner.

Elle n’a aucune envie de lui accorder ne serait-ce qu’une esquisse de sourire, elle préfère largement faire la moue, d’ailleurs ça en devient presque son expression naturelle. Il faut bien avouer que presque rien ni personne ne lui donne envie de sourire au sein de la mine d’Hamilton, excepté Harrison et Reed éventuellement et encore, il faut qu’elle soit dans ses bons jours. Pas gagné donc. Elle a le sentiment de n’être bien… nulle part. Elle l’écoute sans piper mot, roulant des yeux au moins mille fois tout au long de sa petite tirade concernant les demoiselles en détresse. « Qu’est-ce que tu en sais ? Peut-être que les demoiselles en détresse post-apocalyptique tirent la gueule après tout ! D’ailleurs, elles auraient bien raison de le faire. » Alors, quand en plus, elles cumulent morts-vivants et diabète, elles ont doublement le droit de faire la tronche si vous voulez son avis. Conclusion, elle peut râler, elle est excusée. « Non, c’est encore mon verre. » Un regard on ne peut plus noir ponctue sa phrase, tandis qu’elle s’empare illico presto du breuvage, buvant d’une traite le fond de verre avant de reposer – non sans fracas – ce dernier sur la table. « Maintenant que j’ai terminé ma boisson et que tu m’y as si gentiment aidé, je te souhaite une agréable journée, j’espère que tu trouveras une autre victime innocente à emmerder. Enfin, je n’en doute même pas. » Elle sourit cette fois, un sourire exagérément faux, mais un sourire tout de même ! Elle ne tarde pas à sauter de sa chaise, pas de temps à perdre, avisant la sortie du regard. Elle a ce mauvais pressentiment, ce pressentiment qui vous susurre que c’est trop facile, que ça ne se passera pas comme ça. Pourtant, elle l’ignore, esquissant un pas affirmé dans la direction opposée à celle d’Archibald.  

egotrip



Spoiler:
 

● ● ● ● ●

poor little thing.
There... Poor little things. You see them? Standing with their numbers on their blank, indifferent faces, Nuremberg in miniature, the ranks of painted wooden men... Poor dominoes. Your pretty empire took so long to build, now, with a snap of history's fingers down it goes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Quarries + le club des clochards
avatar
Quarries + le club des clochards
Hurlements : 810
survit depuis le : 28/09/2016
capsules de troc : 1263

MessageSujet: Re: (II) long time no see   Lun 6 Nov - 4:57



Rory & Archibald

« long time no see »


Elle était sérieuse, Rory ? A essayer comme ça, en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire, de se casser ? Même pas eu le temps d’une petite conversation entre quatre yeux, et elle espérait vraiment, réellement qu’il allait la laisser filer sans mot dire ? Elle devait pourtant pertinemment savoir, depuis le temps qu’elle le fréquentait, que son obstination ne se satisfaisait pas d’un simple face-à-face sur deux minutes. Et puis, ça faisait trop longtemps qu’il ne l’avait pas vu, plusieurs mois sans avoir le loisir de la faire chier, ou de la tirer dans un de ses plans foireux ; il n’allait certes pas la laisser filer entre ses griffes maintenant.
La jeune femme se leva et, la seconde d’après, Archibald sautait à son tour à bas de son tabouret, prêt à tendre la main pour lui attraper le poignet bien qu’il fut pour l’instant encore sage, à garder ses distances avec elle. « Tu crois vraiment pouvoir léguer ton rôle de victime comme ça, à n’importe qui ? » Ses yeux un peu fou la dévisageaient, sourire tordu au coin des lèvres. « Enfin, Blondie, t’as si piètre estime de toi que tu crois que je vais te remplacer par le premier pécore venu ? Tu peux pas partir déjà, je suis sûr qu’on a des tas de trucs à se raconter depuis la dernière fois. Tu m’as toujours pas dit ce qui t’avais amené à larguer l’endroit le plus décent qu’il m’ait été donné de voir au cours des sept dernières années, pour aller toute bonnement vivre dans une putain de grotte. Et ton frangin d’ailleurs, tu l’as embarqué avec toi, ou abandonné derrière ? » Il s’amusait des réactions traversant le visage de son interlocutrice, s’amusait d’essayer de deviner à quel point ça la faisait chier, là maintenant tout de suite, d’avoir à le supporter. A ce stade, Rory devait avoir compris qu’il n’avait aucune intention de lui lâcher les basques aussi aisément, et ce qu’elle le veuille ou non ; elle n’aurait qu’à s’en mordre les doigts, de cette foutue coïncidence qui avait voulu qu’ils se retrouve tous les deux au même endroit, cet après-midi, alors que ça faisait déjà pratiquement un mois qu’il traînait sa carcasse dans le coin. « Tu peux bien rester et prendre un verre de plus, j’imagine que t’as rien d’urgent à faire ou alors tu serais pas venue ici en premier lieu. » Ouais, sauf qu’un verre, quand on acceptait la compagnie d’Archibald, c’était largement le début de la dégringolade. S’il arrivait à la faire flancher maintenant, il y parviendrait encore une fois d’ici une dizaine de minutes lorsqu’elle l’aurait terminé. Et une fois de plus ensuite, etc. Il serait foutu d’essayer de la faire rouler sous la table, rien que parce qu’il n’y avait jamais réussi à l’époque où il était venu s’incruster chez elle à Olympia, et pour le simple plaisir de voir sur cette tronche autre chose qu’une moue boudeuse et une regard assassin farouchement lancé dans sa direction. « Allez quoi, fais pas ta rabat-joie, profite un peu. Ou je vais finir par croire que tu t’es foutu un balais dans le cul à trop traîner avec la clique de Jones, à croire que c’est un truc contagieux chez les glandus de la mine. » Le caveau, c’était sans doute un des meilleurs endroit pour laisser traîner ses oreilles et écouter les carrières se plaindre de leurs voisins immédiat dès lors qu’ils forçaient un peu trop sur l’alcool. Jones était rarement la dernière à en prendre pour son grade, et Archibald se régalait des âneries qui se débitaient parfois avec cette assurance crâne typique de ceux qui forçaient un peu trop sur la boisson. Il ne désespérait pas, non plus, d’entendre quoi que ce soit d’utile qu’il lui serait possible d’user ensuite contre Redfield. Sur un malentendu...


Spoiler:
 

● ● ● ● ●

Faudrait que le chien en moi s'arrête de grogner, qu'il rampe se couche transi de peur de se faire cogner. Faudrait qu'il fasse le beau pour un morceau de sucre, qu'il lève la patte quand on lui demande sans montrer les crocs. Erreur de formatage le mien refuse le dressage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: (II) long time no see   

Revenir en haut Aller en bas
 
(II) long time no see
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Brazava ♦ Long time no see...
» long time no see. ➢ CRASHWOOD. {pv. crash}
» It's Been A Long Time [with Faith] (RP MIS EN PAUSE)
» MEGHAN ♔ Forever is an awfully long time
» Long time ago (Aloysia&Sebastian)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Influenza :: Survivors' last haven :: Hamilton's Quarry :: Caveau-
Sauter vers: