AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 
Bienvenue sur Influenza, faites attention à vos fesses, les rôdeurs sont affamés !
N'hésitez pas à jeter un coup d'oeil à nos postes vacants

Nous sommes en octobre 2017. L'épidémie a commencé en octobre 2010. Plus d'information sur l'épidémie { + }

Découvrez la playlist officielle d'Influenza !

Partagez | 
 

 When God is gone and the Devil takes hold ▬ Ryan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité

MessageSujet: When God is gone and the Devil takes hold ▬ Ryan   Jeu 6 Juil - 4:25

Felix Alvarez & Ryan Havener
« When God is gone and the Devil takes hold, who will have mercy on your soul?


Felix dépose une pomme sur le pas de la porte d'Anaiah, remonte la sangle d'un de ses lourds sacs de fourrure sur son épaule puis tourne les talons pour s'éloigner des petites habitations de taule. La jeune femme est déjà partie travailler et elle la verra surement en rentrant plus tard. Cela, bien sûr, si aucun enfant gourmand ne passe par là pour la lui voler avant. Bha. Dans les deux cas, elle ne sera pas perdue, c'est l'important.

▬ Vamos, Zia. 

L'homme pousse un petit sifflement bref et aigu, et la chienne au long pelage noir qui s'était aventuré un peu plus loin pour sentir les différentes odeurs que la zone de l'Auspex de la Carrière avait à lui offrir revient vers lui en courant. Il l’accueille avec une caresse entre les deux oreilles puis, langue pendante, la chienne se met à trotter à côté de lui.

Alors même qu'il prend la direction de la sortie de la carrière, ses trois lourds sacs sur le dos et à la main, Felix doute que ce voyage soit une bonne idée. Des collègues vendeurs de la Carrière lui ont conseillé de faire affaire avec un convoi, question d'être mieux protégé, pour effectuer sa livraison jusqu'à Olympia. Les avantages des groupes nombreux sont sans conteste la plus grande protection, surtout avec d'aussi encombrants sacs à porter et avec la bonne distance qu'il a à parcourir, mais Felix préfère travailler seul. Il n'apprécie pas la proximité des autres depuis longtemps.

Déjà qu'il a manqué de peu de laisser tomber son client lorsque celui-ci lui a demandé de livrer sa marchandise directement à Olympia - apparemment, l'homme voulait se refaire une literie entièrement faite de fourrures, allez savoir - disons que l'idée du voyage en groupe, ne le réconcilie pas vraiment avec sa décision de livrer la marchandise. Il faut dire que la promesse de paiement en nourriture franche, notamment pain et légumes, à peser lourd dans la balance. Au moins, le voyage ne devrait pas être trop long.

Puisqu'il est assez tôt, il y a encore peu d'activité à la carrière et Felix ne croise pratiquement personne sur son passage. Il arrive rapidement à la sortie du bidonville et y retrouve les quelques marchands déjà rassemblés et prêts pour le départ. Felix reconnait un vieil homme avec qui il fait souvent affaire depuis les derniers mois et parvient à échanger la promesse de lui offrir sa prochaine prise de volaille sauvage contre de la place pour ses sacs dans sa petite charrette. Ainsi débarrassé de sa charge encombrante, le Mexicain attrape son arbalète et prépare son arme. Il préfère de loin avoir celle-ci en main lorsqu'il sort de l'enceinte de la carrière.

Il en est à vérifier le mécanisme de déclenchement de ses carreaux lorsque le responsable de leur convoi pointe le bout de son nez. À peine les yeux de Felix se sont-ils posés sur lui qu'il serre les dents et sa prise sur son arme.

▬ Hijo de puta. Tienes que estar bromeando ?

De son côté, Zia a remarqué le changement d'attitude de son maitre et, tout en couchant les oreilles sur sa tête, grogne légèrement, incertaine de l'origine de la menace. Pour une fois, Felix ne fait rien pour la calmer.

Entre l'idée de pointer son arbalète entre les deux yeux de cet enfoiré blond et celle de prendre ses affaires et foutre le camp, Felix ne saurait dire laquelle est la plus forte. Certainement un beau mélange des deux. Heureusement, pour l'instant, il réussit à se maîtriser suffisamment pour se contenter de fusiller Ryan des yeux avec mépris et dégoût.



Traduction:
 
Revenir en haut Aller en bas
Olympians + le monde qui est le mien
avatar
Olympians + le monde qui est le mien
Hurlements : 277
survit depuis le : 27/05/2017
capsules de troc : 524

MessageSujet: Re: When God is gone and the Devil takes hold ▬ Ryan   Ven 7 Juil - 18:30


✰ ✰ ✰
- Ryan Havener & Felix Alvarez-

Ca y est. On y était. La première vraie affaire de Ryan. Il avait enfin réussi à décrocher son deal avec un certain Dunphy. Cela faisait des mois que Ryan targuait l’homme de la carrière pour espérer pouvoir protéger quelques-uns de ses convois en l’échange de vivres et de bonnes relations pour la suite. Ryan était ravi. Cela sonnait le début d’une collaboration qu’il espérait longue et fructueuse. Il avait tout intérêt à ce que cela se passe bien, car celui lui permettrait d’acquérir une bonne richesse personnelle mais surtout de se faire un beau nom au sein de la carrière, ce qui n’était pas négligeable en ces temps troubles où toute relation de confiance était bonne à prendre. Visiblement, ce même Dunphy était en charge de plusieurs convois dirigés par plusieurs de ces hommes. Ryan, de son côté, avait réussi à convaincre un jackal plutôt débrouillard et avec le cerveau pas trop déglingué de l’accompagner, pour le reste, il y avait aussi évidemment quelques marchands de la carrière, afin de s’assurer que Ryan n’irait pas piller le convoi en question ou autres. Toutefois, Ryan connaissait mieux les environs et était certainement plus doué qu’eux au combat, donc disons qu’il gérait cette petite équipe mixte jusqu’à preuve du contraire. Ryan espérait que les choses allaient bien se passer, auquel cas son business à la carrière serait fichu ou en très mauvaise posture pour la suite. Toutefois, la route qu’ils allaient prendre semblait plutôt sûre, la marchandise transportée, des fourrures selon les informations reçues, ne risqueraient pas de faire mille envieux et potentiels pillards, et la probabilité qu’ils tombent sur une horde de rôdeurs était quand même infime. Toutes les conditions étaient réunis pour que ce transport et cette protection de convoi se passe bien et dans les règles de l’art. C’était ce que Ryan se disait lorsqu’il se rendit au point de départ du convoi, accompagné de son acolyte William, jeune arrivé dans la bande jackal qu’il avait pris sous son aile, y voyant du potentiel et surtout une main-d’oeuvre gratuite et de confiance. Les quatre autres hommes de la carrière sont déjà présents sur place, un troisième homme à l’écart du groupe, armé d’un chien et d’une arbalète pose alors son regard sur le blond. Eh merde. Fallait qu’il tombe sur ce mec-là pour son premier trajet. Ryan entend son juron mexicain et parfaitement bilingue esquisse un léger sourire à la compréhension. Le chien lui aussi émet un espèce de grognement et Ryan se dit qu’il n’aime définitivement pas les chiens. Sa machette dans une main, il la porte à l’épaule avant de venir serrer la main des deux autres hommes de la carrière puis de s’approcher de Félix, la main tendue :  « Eh bien, cabrón, je crois qu’on va devoir faire équipe sur ce coup toi et moi, je suis en charge de ce convoi, si t’es pas content, toi et ton clebs vous pouvez retourner de là ou vous êtes venus, je suis sûr qu’on se débrouillera très bien sans toi. » Il pouvait bien voir la haine dans le regard de son interlocuteur et il espérait ne pas se reprendre un poing dans la gueule en guise de salutations. Ce serait mal venu pour Ryan, mais aussi probablement pour le mexicain face à ses collègues de travail qui pourraient le juger impropre à la tâche demandée. Ryan jeta un oeil à la petite carriole qui est censée transporter les fourrures récoltées. Il en teste sa solidité. « Vous êtes sûrs que cela tiendra le poids de toutes les fourrures ? Si vous devez courir par exemple avec un rôdeur à vos trousses, la carriole va suivre ? J’évoque le pire évidemment mais il faut être prêt à toutes sorte de situations. » Ryan n’espérait évidemment pas qu’on en arriverait là, mais il fallait que les marchands pensent aussi à ça avant de s’aventurer loin de leur carrière. Ryan finit par poser ses mains sur ses hanches, toujours sa machette dans une main, avant de s’exclamer pour que tout le monde l’écoute : « Bon écoutez les gars, moi c’est Ryan, je suis le responsable de votre convoi pour aujourd’hui, ça c’est mon acolyte William, on va veiller sur vous pendant le trajet pour vous accompagner à bon port et faire en sorte que vous fassiez votre business tranquille, mais il faudra m’écouter, pas s’éparpiller car on sait jamais ce qui peut arriver, mais si vous suivez mes ordres, on aura pas de problèmes. » Ryan espérait avoir été clair, ça lui rappelait son ancien groupe, quand il parlait avec charisme et que tout le monde l’écoutait au doigt et à l’oeil. Evidemment, il savait que le plus récalcitrant de ces marchands, Felix, risquait d’être une autre paire de manches…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

MessageSujet: Re: When God is gone and the Devil takes hold ▬ Ryan   Mar 1 Aoû - 21:39

Felix Alvarez & Ryan Havener
« When God is gone and the Devil takes hold, who will have mercy on your soul?


Ryan tend sa main au mexicain, mais Felix garde la sienne sur son arbalète. Ce n'est pas très poli, certes, mais il n'a pas encore essayé de lui tirer dessus, c'est déjà ça. Il se contente de le dévisager pendant sa tirade, à l'écho des grognements de Zia, peu impressionné. Un faible sourire sarcastique s'affiche sur son visage lorsque l'autre à terminé et Felix penche la tête de coté pour répliquer.

▬ Tú deseas. 

Comme s'il allait faire quoi que ce soit que ce type lui dise de faire. C'est beau à voir, autant d'espoir naïf. Non, franchement, déjà qu'il n'a plus rien à perdre, il ne va pas lui donner cette satisfaction. Felix pose néanmoins une main sur la tête de Zia pour la calmer un peu. Plusieurs personnes du convoi ont remarqué la tension entre les deux hommes, mais personne ne fait la moindre remarque. Seul l'homme qu'il commence à bien connaitre et à qui il a marchandé une place dans sa charrette s'approche et le questionne du regard. Felix serre les dents et secoue la tête pour lui dire de laisser tomber. La Mexicaine ne peut néanmoins rester silencieuse lorsque Ryan pose ses questions sur la carriole.

▬ Si c'était pour aller vendre uniquement ce qui n'est pas encombrant et compliqué, tu  ne servirais pas à grand-chose, non, Havener? 

Non pas que Felix croit que Ryan leur sera réellement utile, encore moins à lui en particulier, mais difficile de ne pas prendre la porte de la vanne qu'il venait de lui ouvrir en grand. Quelques rires s'élèvent, mais pas celui du brun, qui se contente plutôt de se redresser, réajuster son fusil de chasse sur son épaule et, arbalète en main, s’apprêter à partir. C'était sans compter le monologue du blond.

À l'écart des autres, Felix marmonne entre ses dents, à l'intention de sa chienne :

▬ Lui faire confiance pour protéger un groupe? Et puis quoi d'autre comme conneries encore? Il a un remède à l'influenza caché derrière l'oreille, peut-être? 

Aux oreilles de Felix, tout ce que déblatère le blond n'est qu'un ramassis de mensonges particulièrement ironiques. Car si Ryan compte protéger le convoi aussi bien qu'il l'a fait avec la famille qu'il a laissé mourir dans le désert à la frontière mexicaine, il y a plus de 10 ans, alors aussi bien compter sur les rôdeurs pour devenir végétariens. Felix, rancunier? Certainement. Mais ce n'est pas comme s'il était ici question d'une simple erreur de la part du blond. Des proches de sa famille étaient morts à cause de lui, car il les avait abandonnés, fuyant à la première menace comme le rat lâche qu'il est. Une famille complète, avec de jeunes enfants. Alors non, Felix ne lui a pas pardonné malgré les années. Il ne croit pas pouvoir le faire un jour et n'en a de toute façon aucune envie.

Au moins, après son monologue, le convoi se met en route. Felix laisse le temps aux quelques charrettes de marchandises diverses de passé devant, question d'avancer à l'arrière complètement. Il ne fait aucunement confiance en Ryan et son partenaire pour assurer une surveillance efficace de leurs arrières et puisqu'on est jamais aussi bien servi que par soi même, il prend la charge silencieuse de le faire. Pas besoin de confronter le blond sur le sujet ou alarmer les autres commerçant, il lui suffit d'être prudent. Et de toute façon, tout le monde le trouve déjà étrange, ce simple positionnement ne devrait donc attirer l'attention de personne. Sans parler que la solitude de l'arrière garde lui sied amplement plus qu'être au centre du groupe.




traduction:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: When God is gone and the Devil takes hold ▬ Ryan   

Revenir en haut Aller en bas
 
When God is gone and the Devil takes hold ▬ Ryan
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» The Sacrifice of Haiti "Pact with the Devil"
» Alignement NewJersey Devil
» Supernatural;; Sympathy For The Devil
» The winner takes it all
» [Defense Devil] Présentation

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Influenza :: The kids' playground :: Archives d'Influenza :: RP Archivés-
Sauter vers: