AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Influenza a maintenant onze mois !
N'hésitez pas à jeter un coup d'oeil à nos postes vacants

Nous sommes en juillet2017. L'épidémie a commencé en octobre 2010. Plus d'information sur l'épidémie { + }

Découvrez la playlist officielle d'Influenza !

Partagez | .
 

 ruelle des morts

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Archibald Flanegan
Jackals + soyez prêtes pour la chance
avatar
Jackals + soyez prêtes pour la chance


Hurlements : 635
survit depuis le : 28/09/2016
capsules de troc : 953
MessageSujet: ruelle des morts   Dim 2 Juil - 16:11



Kz& & Archimou-du-bulbe
» ruelle des morts

31 mai 2017,
bourgade déserte quelque part à mi-chemin entre Mahony et la mine d’Hamilton


Au moins se seraient-ils divertis pour quelques minutes, il se disait tandis que la milice de Mahony dispersait la foule autour de l’estrade désormais vidée de ses alpagueurs. Guère plus que des charlatans, si on lui avait demandé son avis (mais personne ne l’avait fait), quoiqu’Archibald n’était pas non plus entièrement convaincu de la bêtise de ce qu’ils venaient d’entendre : disons qu’il subsistait, quelque part, une petite parcelle d’espoir qu’il n’avait pas entièrement enseveli sous le triste réalisme de leur vie actuelle, et que celle-ci entretenait sa curiosité à l’égard de ce prétendu Lazare. S’il n’allait pas se lancer à corps perdu vers Houston et son prétendu remède miracle, il continuerait néanmoins de tendre l’oreille dans les environs, voir si le trio continuait à faire parler de lui, et les propos qui se transmettraient de bouche à oreille.
En attendant, ils n’étaient pas venus ici pour enfiler des perles. Et, tandis que Maxine et Anaiah faisaient le tour des différends vagabonds qui venaient étaler ici les quelques trésors récupérés à droite à gauche qu’ils étaient prêts à échanger contre d’autres denrées, Archibald n’avait pas pu manquer d’apercevoir du coin de l’œil une silhouette bien connue qui l’avait fait se couper net dans quelques propos qu’il était en train de tenir à Felix. Casey, qu’il lui avait dit, l’autre taré qui lui avait foutu une de ses raclées les plus humiliantes depuis longtemps. Casey. Il avait gravé le nom dans sa mémoire et l’avait soigneusement rangé dans un coin en attendant des circonstances plus favorables pour mettre au point sa vengeance – vengeance, soit dit en passant, qu’il aurait probablement fini par oublier s’il n’y avait pas eu cet homme sorti de nulle part pour le passer à tabac au nom de celle qui avait été, jadis, sa proie l’espace de quelques minutes.
Au moins ne l’avait-il pas tué, comme il l’avait fait pour ses “camarades” en la compagnie desquels il s’en était pris à la blonde.
Quoiqu’il en soit, le hasard faisait bien les choses, et s’il n’avait guère eu l’occasion de repenser à elle ces derniers temps, un petit jeu de coïncidences s’était chargé de la remettre sur son chemin au bon endroit au bon moment. Conscient de ce que ni l’un ni l’autre ne pouvaient intervenir ici en raison de la milice qui se chargerait vite de mettre un terme à n’importe quel début d’affrontement, le chacal s’était contenté d’un grand geste de la main qui pouvait passer pour un salut amical à l’égard de la jeune femme qui se trouvait à une bonne quinzaine de mètres d’eux et dont le regard semblait aussi chaleureux qu’un bloc de glace. Le reste du temps qu’ils avaient passé ici s’était poursuivi sans incident notable.

« Continuez sans moi, je vous rejoindrai après. » Bien avancé sur le chemin du retour en direction de la carrière, Archibald s’était arrêté alors qu’ils traversaient un petit village désert et vidé de ses occupants, vivants ou non, depuis un sacré bout de temps. « Mauvaise digestion », il se justifia dans la foulée avec un regard entendu afin de couper court à toute tentative de discussion, pour ensuite se désolidariser du groupe et s’engager dans une petite ruelle perpendiculaire à la route sur laquelle ils progressaient actuellement. Il pénétra dans la première maison dont la porte défoncée lui permettait le passage, la lame de son couteau mise au clair dès lors qu’il s’était trouvé hors de vue du trio des carriéristes et, sans se départir de sa vigilance, se hâta de monter silencieusement à l’étage afin d’avoir une bonne vue sur l’avenue.
Elle les avait suivi, comme il s’en était douté, et les fréquents regards jetés en arrière durant le cheminement jusqu’au camp de survivants s’étaient chargés de confirmer qu’elle ne lâchait pas le morceau. L’occasion, enfin, d’avoir une petite “conversation” entre quatre yeux ? Sage et patient, Archibald avait attendu ce qui lui avait semblé être quelques interminables minutes avant que la silhouette solitaire se dessine à l’orée de son champ de vision. Probablement trop loin pour l’avoir vu quitter le groupe (quoi qu’il ne pouvait pas l’affirmer à 100%), elle ne devait pas se savoir guettée ; il se recula précautionneusement pour revenir sur ses pas, quitter sa planque et se fondre dans l’ombre de la ruelle qui faisait l’angle de l’artère principale. Caché à la vue de quiconque ne regardait pas spécifiquement dans sa direction, il éleva la voix sur un ton tranquille qui allait de pair avec sa posture nonchalante, adossé contre le mur à se curer un ongle à l’aide de la pointe de sa lame, alors qu’elle le dépassait sans le voir : « Eh bien, tu ne viens plus saluer les vieilles connaissances ? » Il ne fallait pas s’y leurrer néanmoins : tous ses muscles tendus, Archibald était à l’affût, prêt à bondir vers elle au premier geste qu’elle ferait en direction de l’arme à feu qu’elle arborait à son flanc. Bravache certes, mais pas au point de lui laisser l’opportunité de lui coller une balle entre les deux yeux (ou n’importe où ailleurs, pour ce que ça valait).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Casey Redfield
Miners + on pioche tic toc
avatar
Miners + on pioche tic toc


Hurlements : 1356
survit depuis le : 10/10/2016
capsules de troc : 1988
MessageSujet: Re: ruelle des morts   Dim 16 Juil - 17:26

Archibald Casey
Ruelle des morts


L’autre l’avait vu et sur le coup, Casey ne fut pas sûre qu’il la reconnaisse. Pourtant, quelque chose dans son regard lui disait que oui, a contrario de son attitude. Effectivement, l’homme avait préféré prendre le cap du retour vers les camps plutôt que d’un affrontement public. Quelque part, ça arrangeait bien la femme.  Moins il y aurait de témoin et moins il y aurait d’obstacle à ce règlement de comptes qui attendait depuis bien trop longtemps. Travaillant sa patience en attendant que le groupe se décide à bouger, elle s’imaginait déjà avoir cette conversation avec son agresseur mais aussi avec Maxine. Néanmoins, une chose à la fois. Premièrement, s’occuper du Jackal en suite, s’occuper de la Miners. Cette dernière avait beau l’agacer, elle n’arrivait pas à trouver de connexions logiques dans les fréquentations qu’elle avait. Une Miner et un Jackal et puis quoi encore ?
La marche fut longue, Casey n’était pas formée pour traquer les individus et elle devait les garder à portée de vue pendant un temps. Assez pour être sûre qu’ils se dirigeaient tous vers le même endroit. Heureusement, d’autres quidam avaient décidé de prendre le même chemin pour rentrer à la carrière ou ailleurs. Cependant, pas assez pour qu’elle puisse se mêler à une foule.
Voilà qu’elle traversait un village désert. Un sourire sur les lèvres, elle sentit qu’on l’observait mais elle était incapable de dire d’où. Préférant laisser une distance entre les personnes qui faisaient le même chemin qu’elle, elle ralentit. Des secondes ou des minutes passèrent avant qu’une voix se fit entendre. Avec, presque, un sourire carnassier aux lèvres, Casey se tourna vers la direction d’où venait les paroles. C’était bien lui.  "Parce que tu m’as fait le plaisir de me saluer la première fois qu’on s’est croisé peut-être ?" Malgré le sourire aux lèvres, son regard était dur et il ne faisait aucun doute que les images de leur première rencontre remontaient la surface. Du moins, le peu dont elle se rappelait. L’homme et ses compagnons l’avaient laissé dans un trop sale état pour que ses souvenirs soient précis. Son regard se posa sur le couteau qui lui servait à sa manucure improvisée et elle arqua un sourcil, portant ses mains sur ses hanches. Son propre couteau était à proximité de sa main et ça la rassurait. Peut-être qu’elle aurait eu le temps de prendre son flingue et de tirer mais il n’y avait aucun plaisir là-dedans. Si Casey souhaitait une chose, c’était la vengeance et elle comptait bien lui en faire baver, non pas écouter ses souffrances. "Je me rappelais pas que t’avais une aussi sale gueule. T’as du mal à survivre depuis que t’as plus de petits copains avec qui chasser ?" Certes, ce n’était pas elle qui s’était occupé de tuer les autres Jackals mais elle appréciait tout de même le résultat offert par Nathan. Sa main saisit le manche de son couteau de combat et sortit lentement l’arme de son fourreau. Aucune discrétion là-dedans mais à partir du moment où Casey avait réussi à empoigner l’arme, il était déjà trop tard pour intervenir. Par ailleurs, ça mettait juste les chances à égalité. Principe qui n’était sûrement pas partagé par son adversaire. "Avant qu’on commence, autant que je sache quel est ton nom…" Oui parce que lui comme elle savaient qu’ils n’échapperaient pas à une confrontation. De plus, Casey voulait savoir le nom de la personne à qui elle en voulait depuis des mois, et qu’elle n’avait jamais réussi à retrouver.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
 

ruelle des morts

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Chronologie explicant le massacre de la Ruelle Vaillant
» C'était il y a 20 ans; massacre à la ruelle Vaillant!
» Une ruelle sombre
» Tuto pour peindre les morts.
» [morts vivants] WIP de fond de tiroir

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Influenza :: Let's wander the woods :: Zones urbaines désaffectées-