AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Influenza a maintenant onze mois !
N'hésitez pas à jeter un coup d'oeil à nos postes vacants

Nous sommes en juillet2017. L'épidémie a commencé en octobre 2010. Plus d'information sur l'épidémie { + }

Découvrez la playlist officielle d'Influenza !

Partagez | .
 

 dogs of war and men of hate

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Abel Rhodes
Riders + j'peux pas j'ai poney
avatar
Riders + j'peux pas j'ai poney


Hurlements : 2248
survit depuis le : 06/08/2016
capsules de troc : 3417
MessageSujet: dogs of war and men of hate   Dim 25 Juin - 20:56



Malini & Abel
« dogs of war and men of hate


(debut mai)

Plus les jours passaient et moins les choses s’arrangeaient. Non contents de continuer à traîner à droite et à gauche dans le campement du ranch, il fallait en plus que les problèmes s’invitent jusque sous le toit familial : entre Jenna et Malini, Abel ne savait plus sur quel pied danser. les deux femmes, incapable de se supporter, ne semblaient même pas foutue de se trouver un no man’s land à l’intérieur de la demeure des Rhodes et lui ne supportait absolument plus toute cette tension qui investissait jusqu’au moindre recoin de la maison en attendant d’éclater. Quoique cela avait fini par arriver, à priori, s’il en croyait l’ultimatum que sa sœur avait fini par lui lancer après même pas un mois de cette cohabitation. En toute honnêteté, Abel ne se trouvait pas spécialement malheureux de ne pas avoir assisté à ce qui avait bien pu se passer entre elles deux : depuis le début, il n’avait pas voulu prendre parti entre elles deux, avait choisi à la place de les laisser régler leurs comptes sans s’en mêler en espérant que tout finisse par se tasser ensuite. Et, puisque ce n’était pas les occupations qui lui manquaient ici, il ne lui avait pas été si difficile que ça d’éviter l’une ou l’autre la plupart du temps, restant imperméable à toute tentative d’amorce du sujet et refusant obstinément de se mêler à ce problème. Après tout, il avait déjà suffisamment de raison d’être de mauvaise humeur avec les soucis inhérents à la gestion du ranch pour accepter la couche supplémentaire de ceux qui se déroulaient sous son propre toit.
Il semblait néanmoins qu’il n’avait plus guère ce choix aujourd’hui. L’absence de Malini, partie plusieurs jours en recrutement, lui avait permis de réfléchir un peu à la question, d’allier l’utile aux désagréments, d’élaborer les esquisses d’une idée qui lui tournait déjà dans la tête depuis quelque temps sans qu’il sache réellement comment la concrétiser. Abel savait qu’elle ne serait pas spécialement contente de ce qu’il avait à lui dire, mais il y voyait tout de même une opportunité qui pourrait prendre tout son intérêt dans un futur plus ou moins proche. Ne restait qu’à trouver la forme, la manière dont il allait amorcer le sujet avec elle. Mais, de toute manière, ils avaient des choses à se dire, même en dehors de tout ça. Légèrement en froid depuis cette espèce d’altercation qu’ils avaient quelques semaines plus tôt ils ne s’étaient plus guère parlé ensuite, sinon pour les formalités usuelles. Les embrouilles avec sa sœur n’avaient certes pas arrangé leurs affaires.

Abel était parti à la rencontre de Malini dès lors qu’il avait eu les échos de son retour sur les terres de la Crimson Valley. Sa volonté de l’intercepter avant qu’elle n’ai posé ne serait-ce qu’un pied dans la bâtisse était évidente : il ne voulait pas courir le risque que Jenna se mêle à la conversation. Peu lui importait, dès lors, que Malini soit fatiguée, ou qu’elle ne soit pas d’humeur à supporter sa présence : il faudrait bien qu’elle fasse avec.
Il ne lui fallut pas longtemps pour la trouver, l’alpaguer et lui faire signe de le suivre en un coin un peu plus tranquille. Elle avait l’air exténué, Malini, mais elle avait tout de même obéit sans rechigner. « Tu as trouvé quelque chose d’intéressant ? » La question avait fusé de ses lèvres dès lors qu’ils s’étaient retrouvés un peu à l’écart et qu’il s’était enfin tourné vers elle pour la jauger d’un regard appuyé. Quelque chose, quelqu’un, il savait qu’elle était partie aussi bien en quête d’informations relatives à Caden que pour son boulot de recruteuse, quoiqu’il n’ait eu aucun retour de sa part jusqu’à présent. A croire qu’elle avait fait chou blanc dans son entreprise, à l’image de son chef. Ou du moins, c’était vrai jusqu’à la veille mais ça, elle ne pouvait pas le savoir, elle n’était pas là.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Malini Kapoor
Riders + j'peux pas j'ai poney
avatar
Riders + j'peux pas j'ai poney


Hurlements : 483
survit depuis le : 26/10/2016
capsules de troc : 750
MessageSujet: Re: dogs of war and men of hate   Dim 9 Juil - 0:29



Malini & Abel
« dogs of war and men of hate


(debut mai)

Le temps s'égrène avec une lenteur effrayante et chaque seconde pèse sur elle et s'enfonce un peu plus dans les sillons de colère qui marquent son esprit. Pour une personne dont on vante le sang froid, Malini est plutôt énervée ces derniers temps. Tout s'accumule sur ses épaules et elle est à fleur de peau depuis plusieurs semaines, prête à mordre la première personne qui lui ferait une remarque. L'objet de sa colère ? C'est une multitude de facteurs : la disparition de Caden, les histoires avec Bass et Beckett, le silence pesant d'Abel et enfin et surtout, les crises de Jenna. Depuis que la jeune Rhodes avait fait son retour au ranch, elle n'avait pas épargné Malini en remarques désobligeantes et en piques acérées, provoquant des confrontations qui ont fait trembler les murs de la demeure. Les mêmes arguments tournaient en boucle, mais elles étaient deux fauves en colère, sourdes à ce que pouvait dire l'autre en face. Le plan de Jenna était simple et efficace : éloigner Silas et Chloé de l'Indienne, soit le moyen le plus sûr pour plonger Malini dans une rage pure. C'est également le moyen le plus sûr pour la pousser au-delà des précipices de son esprit. Chaque jour qui passe, elle s'approche des zones d'ombre.
La campagne de recrutement était tombée à pic, plus ou moins. Arpenter les bois seule, pister les vagabonds et les observer de loin avait réussi à lui enlever pas mal de sombres pensées de la tête. La chasse aux informations avait aussi occupé beaucoup de son temps. Et elle était plongée corps et âme dans la recherche de Caden. Avec un but en tête, un chemin à suivre, les problèmes semblaient s'éloigner. L'esprit moins encombré lui permettait aussi de mieux se contrôler, de ne pas céder à ses pulsions qui parfois lui murmurent qu'elle devrait abandonner tout ça et reprendre la route en solitaire, jusqu'en Alabama, où le fantôme d'une ancienne famille pourrait toujours se trouver. Son moyen de s'endormir la nuit ? S'imaginer la main de sa mère qui caresse ses cheveux pour l'apaiser, comme lorsqu'elle était encore enfant et qu'elle grimpait dans le lit de ses parents après un mauvais cauchemar. Sept ans d'apocalypse ne tiendraient pas face aux murmures maternels bienveillants de Sana Kapoor.

Et puis il y a eu le chemin du retour. Long et pesant. Et chaque pas qui la rapprochait du ranch était un pas de plus vers sa situation catastrophique. Si bien qu'une fois le ranch atteint, la fatigue lui retomba dessus comme une chape de plomb et elle n'avait qu'une envie, s'enfermer dans sa chambre et se rouler en boule en espérant éloigner les démons qui lui rongeaient l'estomac.
Mais à peine a-t-elle commencé à traîner sa carcasse usée vers la batisse qu'Abel l'interpelle et fait signe de le suivre. Elle retient un soupir agacé pour suivre l'aîné dans un coin avec moins de passage. Épuisée, elle laisse tomber son sac à dos et laisse ses yeux vagabonder autour d'elle pour s'assurer que personne ne fait attention à eux. "J'ai rien trouvé. J'ai parlé à tous ceux que je connais. Mine, Carrière, Olympia, personne ne l'a vu." L'échec vibre dans sa voix et elle doit se racler la gorge pour se redonner un peu de contenance. "Il a peut-être quitté la région." Pour une fois, ses épaules ne s'affaissent pas sous le sentiment de résignation, elle parvient à garder une posture presque digne. "On aurait pu en parler à l'intérieur, qu'est-ce qui est si pressé ?" Malini est certes fatiguée, mais elle remarque encore ce genre de détails. Dehors, ils sont exposés à la curiosité des autres, si Abel voulait vraiment aborder ce sujet, ils auraient très bien pu le faire dans son bureau ou dans la chambre de Malini, là où elle aurait pu au moins s'avachir proprement. S'il insistait pour la rencontrer en dehors de la demeure, c'est qu'il souhaitait plutôt se cacher des oreilles qu'il y avait à l'intérieur. Alors la méfiance lui fait retrousser les lèvres et croiser les bras contre sa poitrine. "Y a un problème ?"



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abel Rhodes
Riders + j'peux pas j'ai poney
avatar
Riders + j'peux pas j'ai poney


Hurlements : 2248
survit depuis le : 06/08/2016
capsules de troc : 3417
MessageSujet: Re: dogs of war and men of hate   Lun 17 Juil - 23:35



Malini & Abel
« dogs of war and men of hate


Evidemment qu’il y avait un problème. Il y en avait toujours, ici, à croire qu’on ne pouvait pas s’en passer sous peine de courir le risque de s’ennuyer, voire de se laisser aller à profiter un peu trop de ses journées. La question était rhétorique, sûrement – Malini n’était pas stupide –, aussi Abel y répondit par l’affirmative d’abord d’un simple hochement de tête. Puis compléta : « Ma sœur. » Les deux mots étaient tombés après quelques secondes de silence. Ma sœur et toi, complétait le regard qu’il appuyait sur elle. « Et je crois que tu as des choses à me dire. » Mais pas tout de suite, pas dès les premières minutes : il ne voulait pas qu’elle se braque d’emblée, Malini, et aborder aussi vite les plans qu’il avait bien été forcé de tirer à son insu auraient forcément cet effet. Après tout, leur entente n’était plus si bonne ces derniers temps et il savait que ses projets seraient loin de lui plaire. « Mais j’ai aussi quelque chose pour toi. » Peut-être qu’il cherchait d’abord à l’adoucir, oui, à l’appâter avec une friandise pour la laisser plus ouverte à la suite, moins prompte à l’hostilité. Mais ça n’importait que très peu : s’il partageait avec elle les nouvelles qu’il avait eu concernant Caden, c’était parce qu’il lui devait bien ça, c’était parce que c’était la moindre des choses qu’il pouvait faire pour elle vis-à-vis de tout ce qu’elle avait déjà fait pour lui. Il aurait très bien pu être égoïste, tout garder pour lui jusqu’à tant qu’il ait eu droit à cette confrontation qu’il attendait et espérait avec son frère, mais Malini méritait de savoir. Même à Jenna, il n’en avait pas encore touché mot, il le ferait, bien sûr, mais pour l’instant il n’avait pas su comment aborder le sujet avec elle. Un mois qu’elle était de retour au ranch et il peinait encore pour trouver le moyen de lui parler, avait plus tendance à l’éviter qu’à chercher à passer du temps avec elle. Le regard qu’elle posait sur lui, son ventre qui s’arrondissait de jour en jour, tout lui rappelait ce qu’il avait fait, cette relation qu’il avait entaché et pour quoi ? Rien. Une alliance partie en un coup de vent.
« On dirait que j’ai eu plus de chance que toi dans mes recherches. » Puisque c’était bien de chance dont il s’agissait ici : un garde un peu trop suspicieux qui s’était alerté d’une silhouette discrète. Le leader du ranch n’avait pas le moindre mérite dans ce qu’il avait découvert, sinon sa simple initiative de choisir un pisteur qui ne s’était pas fait repérer de la cible. « Je sais où il est, Malini. Et comme on le pensait, il est resté dans les parages. » Sa main récupéra dans la poche intérieure de sa veste un paquet dont il extirpa une roulée qu’il eut tôt fait de porter à ses lèvres et d’allumer. Il en tira une longue bouffée, pour continuer ensuite : « Au final, chercher en dehors du ranch servait à rien. Son aide, elle venait d’ici. Sa bouffe aussi. Tout. Il n’a même pas quitté les terres de la Crimson Valley. » Il avait juste utilisé sa connaissance du terrain à bon escient pour leur échapper, à tous. Et bien leur rire au nez, sûrement : que valaient-ils, pour ne pas avoir été capable de mettre la main sur un homme seul, un qui n’était même pas du genre à se traîner trop longtemps hors des quatre murs de l’écurie, qui savait tout juste se battre, ou se débrouiller seul dans la nature ? Probablement qu’il avait sous estimé Caden, aussi. Mais ça ne comptait plus, plus maintenant que sa planque n’était plus secrète.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: dogs of war and men of hate   

Revenir en haut Aller en bas
 

dogs of war and men of hate

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Love me now or hate me forever!
» Laissons les statistiques au mangeur de hot-dogs. Aristide et Obama, deux grands
» Sometimes I hate you so much [pv Lysandre]
» [Terminé] You hate me, I know ... [Nathan]
» i hate shonda rhimes, i hate everything. - sweva

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Influenza :: Survivors' last haven :: Crimson Valley-