AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 
Bienvenue sur Influenza, faites attention à vos fesses, les rôdeurs sont affamés !
N'hésitez pas à jeter un coup d'oeil à nos postes vacants

Nous sommes en octobre 2017. L'épidémie a commencé en octobre 2010. Plus d'information sur l'épidémie { + }

Découvrez la playlist officielle d'Influenza !

Partagez | 
 

 A lifeless face that you'll soon forget (Maxyme)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité

MessageSujet: A lifeless face that you'll soon forget (Maxyme)   Jeu 22 Juin - 21:04



A lifeless face that you'll soon forget Maxyme & Maxime

La terre volait sous les coups de sabots puissants de sa monture. Max ne se lasserait jamais de ces sorties à cheval. C'était comme goûter à nouveau à la liberté, oublier quelques instants que le monde s'était écroulé et que rien ne pourrait les protéger éternellement. L'homme adorait la sensation de vent sur son visage, faisant vibrer le tissu de ses vêtements et s'infiltrant dans ses cheveux courts. Son cheval galopait à toute vitesse, probablement peu rassuré par la présence de rôdeurs autour d'eux. Ceux-ci étaient à distance raisonnable, Maxime avait appris à se déplacer de façon intelligente entre les marcheurs. Ceux-ci avaient le gros point faible d'être d'une lenteur affligeante, jamais ils n'auraient pu rivaliser avec un cheval à la course. Le tout était de ne pas se laisser surprendre par un individu bien caché ou par un imprévu. Tout anticiper. et garder la tête froide, voilà les petits secrets de la survie.

Après avoir traversé diverses plaines verdoyantes où seuls les grognements presque bestiaux des rôdeurs se faisaient entendre, Max aperçut enfin Olympia. Le climat entre les riders et les olympiens étaient tendus. L'alliance qui les reliait n'était pas officiellement brisée mais beaucoup de riders s'étant installé auparavant à Olympia avaient fini par revenir au ranch. Max espérait que les choses ne prendraient pas une tournure dramatique entre les deux camps. Lui, il avait appris à connaître plusieurs personnes là-bas et serait très triste de les perdre à nouveau par souci de politiques divergentes.

Se présentant comme un rider, Maxime n'eut aucun mal à entrer dans la ville. A chaque fois qu'il mettait les pieds dans ce village, il avait cette même impression. Ici, c'était un peu comme si les ravages de l'apocalypse avaient été tenus à distance. Les gens continuaient à vivre, à rire, à se balader innocemment dans des rues propres. Max peinait à croire qu'un tel endroit puisse encore tenir debout. Et pourtant, par miracle, c'était le cas. Olympia, le rêve des tous les utopistes. Lui n'en faisait pas partie.

Le jeune homme avait une mission à remplir en venant ici, une livraison à faire à une certaine personne. Des médicaments à prendre, des informations à donner. Mais tout cela pourrait attendre car Maxime avait surtout envie de passer voir quelqu'un. Une personne toute particulière à ses yeux car elle avait ressurgi de son passé comme un fantôme reprenant tout à coup vie. Maxyme. Son amie du Texas, sa petite-amie à une époque. Max n'aurait jamais cru la revoir et pourtant, ils s'étaient croisés à Olympia et elle lui avait expliqué vivre là. L'homme avait donc décidé de venir lui dire bonjour au passage et prendre de ses nouvelleS. Elle était l'un de ses rares liens avec son passé, l'homme ayant retrouvé très peu de gens qu'il ait connu auparavant. Il se rendit donc vers l'habitation qu'il croyait être celle de la jeune femme et frappa plusieurs grands coups contre la porte de bois. Il s'appuya ensuite d'une main contre le chambranle de la porte et attendit que la porte s'ouvre pour déclarer en souriant de toutes ses dents :

- Salut. Je t'ai manqué ?

© YOU_COMPLETE_MESS
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: A lifeless face that you'll soon forget (Maxyme)   Ven 14 Juil - 23:12




A lifeless face that you will soon forget
Ft. Max & Max
 
Les rayons du soleil traversèrent la petite pièce dans laquelle Max dormait depuis plus d'un an maintenant et qui faisait partie de la petite demeure dans laquelle elle vivait depuis qu'elle était arrivée à Olympia. C'est ici qu'elle avait posé ses valises le plus longtemps, et désormais elle se sentait chez elle. Ce n'était qu'une habitation retapée mais elle s'en contentait très bien. Après ce qu'elle avait vécu dehors, elle ne pouvait pas rêver mieux, elle s'était faite des amis, elle avait appris à vivre en communauté et elle contribuait même au bon fonctionnement du camp en confectionnant toutes sortes de bombes et cocktails à base de produits chimiques. Son passé de chimiste et ses compétences dans les produits lui permettaient d'être encore plus créative qu'avant mais également de fournir de quoi repousser les rôdeurs et les intrus que la communauté venait à croiser. Elle avait du faire face et survivre, et elle comptait bien le faire encore longtemps.

Ses paupières s'ouvrirent lentement, elle profitait pleinement du meilleur moment de la journée, le plus paisible de tous, celui qui venait juste avant la cohue et le travail de la journée à venir.  Max sauta hors de son lit et alla se rafraîchir le visage avant de venir s’asseoir sur le sol froid au milieu de la pièce, en tailleur et elle ferma à nouveau les yeux. Elle ne faisait pas ça depuis très longtemps mais ça lui permettait de décompresser un bon coup, de souffler et d'oublier pendant un instant tout ce qui se passait autour d'eux. Elle détestait les rôdeurs, elle en avait longtemps eu peur et même si maintenant elle n'était pas encore tout à fait à l'aise à l'idée de leur faire face, elle arrivait à se défendre et elle avait la main beaucoup plus sûre qu'avant.  Elle vaqua ensuite à ses occupations avant de se rendre dans la ville, saluant les personnes qu'elle croisait au passage, elle récupéra divers produits et substances pour les ramener chez elle. Elle voulait bosser au calme aujourd'hui, et si jamais on avait besoin d'elle, elle n'était pas bien loin. Elle avait entendu parler de cette rumeur de vaccin et honnêtement elle était encore assez sceptique même si au fond, elle gardait espoir que tout ceci soit bien réel et qu'ils puissent enfin vivre sans la crainte constante de se transformer en monstres mangeurs de chair fraîche.

Elle se mit à l'aise comme à son habitude quand elle était chez elle, les cheveux relevés, des habits légers pour ne pas crever de chaud,elle ouvrit les fenêtres et elle allait commencer  à bosser quand une voix familière parvient à ses oreilles. Elle se dirigea vers la porte d'entrée et un sourire en coin, se retenant de rire, apparut sur ses lèvres. Maxime se tenait debout devant la porte d'en face. La vieille dame d'en face ne cacha pas sa surprise.

- T'essayes de te trouver un peu de compagnie Ashford?

Les mains sur les hanches, un sourire amusée sur les lèvres, elle attendit qu'il se retourne avant de faire un signe de main à sa voisine et de lui faire signe d'entrer, dans la bonne habitation cette fois.

- Qu'est ce qui t'amènes? Dis plutôt que c'est moi qui t'ai manqué ! 

Elle était ravie de le voir débarquer, Max était une personne de son passé et dans un sens elle se sentait rassurée de le savoir dans le coin. Elle se doutait qu'il devait être ici pour une mission, les riders faisaient souvent des allers retours entre Olympia & le ranch. Elle lui donna une petite tape dans le dos et l'invita à se mettre à l'aise pendant qu'elle allait chercher de quoi se rafraîchir.

© Belzébuth
Revenir en haut Aller en bas
 
A lifeless face that you'll soon forget (Maxyme)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Why Haiti Can't Forget Its Past
» A quand le reveil citoyen face a l'insecurite ?
» G20, des mesures adoptées pour faire face à la crise
» Maryse Narcisse aura sauvé la face , faute de sauver Fanmi Lavalas
» HAÏTI FACE À L'OBLIGATION DE L'ÉTAT

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Influenza :: The kids' playground :: Archives d'Influenza :: RP Archivés-
Sauter vers: