AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Influenza a maintenant dix mois !
N'hésitez pas à jeter un coup d'oeil à nos postes vacants

Nous sommes en juin 2017. L'épidémie a commencé en octobre 2010. Plus d'information sur l'épidémie { + }

Découvrez la playlist officielle d'Influenza !

Partagez | .
 

 baby i got a plan runaway fast as you can (casey & ryan)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Ryan Havener
Jackals + soyez prêtes pour la chance
avatar
Jackals + soyez prêtes pour la chance


Hurlements : 41
survit depuis le : 27/05/2017
capsules de troc : 93
MessageSujet: baby i got a plan runaway fast as you can (casey & ryan)   Dim 4 Juin - 17:52

ft. Ryan Havener & Casey Redfield


« J’ai rendez-vous avec Dunphy, pas la peine de me chercher les noises Thompson, je viens pas foutre le bordel. » Ryan avait le sourire malicieux, comme à son habitude. C’était probablement la troisième fois qu’il venait dans la carrière de la semaine, même si la notion du temps était désormais très relative depuis l’épidémie. Forcément, pour un jackal comme lui, c’était louche. Un des chargés de la sécurité, dénommé Thompson, était donc venu à sa rencontre après avoir probablement donné un avis de surveillance à son égard. Pourtant, les venues successives de Ryan étaient purement professionnels. Il venait négocier avec un certain Dunphy un éventuel échange de bons procédés : sa force de protection et son sens de la survie contre des vivres pour son clan et plus personnellement pour lui. Seulement, ce fameux Dunphy était assez exigeant. Il voulait s’assurer des bonnes intentions de Ryan, être certain qu’il n’allait pas lui mettre à l’envers. Certes, son statut de Jackal n’aidait certainement pas à la tâche. En revanche, Ryan était purement opportuniste et savait parfaitement qu’il avait tout intérêt à ce que ce deal se passe bien. Dunphy représenterait son premier client, et ce bon deal lui permettrait d’étendre son réseau par la suite et compter une bonne base clientèle, très utile pour la suite. Thompson lui constituait donc une épine dans le pied. Ce dernier hésitait à le laisser rentrer. « Mais enfin Thompson, je suis tout seul, tu me vois débarquer avec toute mon armée derrière moi ? On sait très bien tout les deux que ces rendez-vous sont une bonne chose pour chacun de nos clans, donc cessons de nous mettre des bâtons dans les roues et soyons civilisés. » Thompson laissa échapper un rire sarcastique. Il est vrai que le mot était de plus longtemps oublié et laissé de côté. Surtout pour un Jackal comme lui. Toutefois, Thompson lui jeta un dernier regard noir et le laissa rentrer dans l’enceinte. Ryan se rendit alors directement au grand marché, ou il avait rendez-vous avec Dunphy. Le marché était comme à son habitude rempli de petites échoppes et stands vendant diverses babioles et vivres. « Mr. Dunphy, veuillez m’excuser du retard, j’ai été pris par un de vos chargés de sécurité. » Oui, Ryan vouvoyait l’homme un peu plus âgé que lui, les bonnes manières ne se perdaient pas, même lorsqu’on avait tué 47 êtres vivants dans sa vie. Dunphy accepta son retard et commença à lui montrer à son stand les différentes vivres et provisions qu’il souhaitait ramener ici au marché, en gros ce que Ryan devait protéger. C’est en levant les yeux de l’étalage que son regard croisa celui de Casey. Casey. On se dit qu’après tout ce temps, il aurait presque pu l’oublier vu son regard accidentel vers elle. Impossible. Elle lui restait en travers de la gorge comme une arête. Il maintenait son regard vers elle, ancré sur elle, pendant que Dunphy continuait de parler de ses différentes provisions auxquelles Ryan accordait bien peu d’importance désormais. Il attendait de voir sa réaction, comme un fauve, prêt à bondir dès que son regard se détacherait du sien. Alors Casey, tu vas encore t’enfuir ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Casey Redfield
Miners + on pioche tic toc
avatar
Miners + on pioche tic toc


Hurlements : 1279
survit depuis le : 10/10/2016
capsules de troc : 1892
MessageSujet: Re: baby i got a plan runaway fast as you can (casey & ryan)   Dim 4 Juin - 22:52

Ryan Casey
Baby I got a plan runaway fast as you can


Et une prise de bec, une ! Rien d’anormal mais c’était toujours aussi rageant surtout depuis qu’elle ne se servait plus de ses points pour mettre fin au conflit. Encore un raideur qui l’avait chauffé de trop près pour une histoire d’ordres et voilà qu’elle était directement partie sur ses grands chevaux. Rien à dire, c’était bien les hommes de Billie, aussi chiants qu’elle ! Faute de se réfugier dans l’alcool, elle préféra aller faire un tour à la carrière, même s’il y avait de grandes chances que ça finisse par un verre ou deux. On ne pouvait pas s’améliorer sur tout : arrêter de frapper tout ce qui bouge et arrêter de boire – totalement.
Au moins, elle n’était pas de garde et n’était pas forcée de rester à la mine, prendre l’air était donc la meilleure option, même si c’était parmi les pouilleux de la carrière. Si jamais quelque chose arrivait, elle n’aurait pas à se retenir, peut-être même qu’elle trouverait un défouloir intéressant dans ce lieu pourri. Ses pas la menèrent à travers les habitations, slalomant entre les Quarries comme s’ils n’étaient que des ombres à ses réflexions intérieures. Non, elle ne se remettait pas en question, elle cherchait le calme dans des souvenirs. Hélas, et comme d’habitude, rien ne semblait l’apaiser réellement. C’est son propre soupir agacé qui la fit se rendre compte qu’elle avait atterrit au marché. Ses yeux se posèrent sur les marchandises mais rien ne l’intéressait vraiment, la blonde préféra continuer d’errer à travers les étals tout en regardant les gens s’afférer à leurs activités quotidiennes. C’est là que son regard se posa sur un individu, un individu bien particulier. Ses jambes s’arrêtèrent net. Sa première réaction fut de croire qu’encore une fois, elle le voyait, lui, sur les traits de quelqu’un d’autre, qu’elle s’imaginait qu’il était là alors que c’était impossible. Pourtant les secondes défilèrent et les traits de l’homme ne changèrent pas. Leurs regards se croisèrent et le doute ne fut plus possible : Ryan. Son corps entier se tétanisa, ses muscles se crispèrent, ses pensées lui échappèrent et… rien, c’était le vide total. Sans savoir combien de secondes ou minutes s’écoulèrent, Casey redevint enfin maîtresse d’elle-même et tous ses mauvais souvenirs s’écroulèrent sur elle, anéantissant les barrières protectrices qui s’étaient érigées depuis son arrivée à la mine. Elle récupéra les commandes de son corps et réalisa que sa main était crispée sur le manche du couteau à sa ceinture. Un choix devait être pris : se jeter sur lui pour en finir, fuir, faire semblant. La dernière option n’était pas envisageable, le regard de Ryan était assez explicite. Ses yeux quittèrent les siens pour parcourir la foule à la recherche d’une solution mais il n’y en avait pas. Détachant sa main de son couteau, elle jeta un regard noir à Ryan avant de s’éloigner dans la foule. C’était trop tard, il l’avait vu, il savait qu’elle était ici… Et les Miners, eux, ne savaient rien… Elle aurait peut-être dû dire la vérité à Anita. Encore une fois : trop tard. Tandis qu’elle cherchait à se mélanger aux Quarries pour que son démon personnel perde sa trace, elle croisa Leigh, une chef de zone de la carrière. "Y a un gars qui vole près des étals au sud, un grand blond aux yeux clairs, un étranger. Je suis plus en service donc démerdez vous." Dit-elle, espérant ralentir sérieusement sa vieille connaissance. Pas besoin de se retourner pour savoir qu’il était sur ses talons, elle le connaissait assez bien pour savoir qu’il irait jusqu’à creuser un trou dans la mine pour la choper. Sans attendre une réelle réponse de Leigh, elle continua son chemin, s’aventurant dans les recoins du marché. La blonde était partagée entre courir rentrer à la mine et prendre le risque de divulguer cette information à son ancien chef ou … bordel, elle n’en savait strictement rien. Elle n’avait pas ressenti la peur depuis tellement longtemps… Et là tous les souvenirs qui la gardaient éveillée la nuit venait de se matérialiser sous la forme d’un homme : Ryan. Casey s’arrêta dans un coin, à l’écart de la foule, essoufflée comme si son corps venait de parcourir dix kilomètres au pas de course. La panique était sa pire ennemie, elle devait se reprendre, se calmer et réfléchir. "Putain, putain, putain, calme toi!"

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ryan Havener
Jackals + soyez prêtes pour la chance
avatar
Jackals + soyez prêtes pour la chance


Hurlements : 41
survit depuis le : 27/05/2017
capsules de troc : 93
MessageSujet: Re: baby i got a plan runaway fast as you can (casey & ryan)   Mar 20 Juin - 21:58

ft. Ryan Havener & Casey Redfield


Dunphy continuait à parler mais Ryan ne l'écoutait plus. Il était concentré sur son objectif, son duel : Casey. Elle était là, toujours rayonnante, impossible à rater finalement avec l'aura qu'elle dégageait.  L'aura qu'il lui avait donné. Avant lui, elle n'était rien. Personne. Une fille apeurée parmi tant d'autres. Il avait le narcissisme de croire qu'il l'avait rendu plus forte, plus fière et surtout plus charismatique. Cela n'empêchait pas le jeune blond de voir dans la peur dans son regard. Il se nourrissait à vrai dire de cette peur. De son regard un peu paniqué vers la foule, probablement à la recherche d'une solution provisoire.  Les pieds en avant, prêt à bondir, il lança une brève excuse à Dunphy avant de marcher rapidement dans la direction de la blonde lorsqu'elle s'éloigna de lui. Se faufilant à travers les personnes présentes, il crut voir la blonde s'arrêter brièvement pour aborder quelqu'un mais il n'en avait pas la certitude. Suivant la tête blonde, il tomba nez-à-nez avec une jeune femme qui pointait un couteau droit sur lui. Elle l'accusait de vol, commençait à le fouiller. Rapidement cerné par un autre homme qui le prit par les deux bras derrière lui, Ryan n'était pas trop sûr de comprendre. « De quoi m'accusez-vous au juste ? J'étais en rendez-vous avec Mr. Dunphy, l'un des vôtres qui est un peu plus loin, allez-le voir, il vous confirmera. J'ai rien volé bordel,  j'ai l'air d'un clochard ?! » Certes, il était jackal, ce qui faisait techniquement et par défaut de lui un clochard et vautour aux yeux des autres groupes, mais Ryan savait rester étonnamment propre et distingué pour un jackal. Il avait appris que le bon-paraître était tout pour inspirer la confiance, même en ces temps apocalyptique. La femme en face commençait lui dire avoir des informations qui prouvait le contraire, ou plutôt un informateur l'accusant de vol. « Mais enfin c'est ridicule, j'étais en chemin pour aller voir une vieille connaissance, Casey, Casey Redfied, ça vous parle peut-être ? je suis clean putain vous voyez-bien lâchez-moi.» Après coup, il se demandait si c'était peut-être pas elle qui l'avait stoppé de cette façon. Son interrogatrice semblait touchée par la mention de Casey, comme si elle la connaissait, qu'elle en savait quelque chose. Toujours est-il que Ryan se fit expulser du marché à l'écart de la foule. Lançant un regard sombre à ses deux pourfendeurs, il commença à faire le tour du marché, à la recherche d'un petit coin pour se réintroduire. Il n'avait aucune idée d'ou était Casey, mais peut-être pouvait-il reprendre contact avec Dunphy probablement encore à l'intérieur pour sauver sa peau. Trouvant une casquette en mauvais état qui traînait près d'une poubelle de fortune, il l'attacha autour de ses cheveux pour se couvrir, enfila ses lunettes de soleil et commença à avancer de pas prudents à travers les échoppes les plus écartées du marché. C'est alors un peu par hasard qu'il tomba sur la crinière blonde qu'il recherchait tant. Méthodique, il s'avança doucement derrière elle. Lorsqu'il fut à sa portée, il prépara sa phrase d'accroche, histoire de faire une belle entrée de matière après cette petite course-poursuite. Alors que la jeune femme lui faisait encore dos, il lança alors dans son accent du sud diaboliquement charmant.  « Tu sais, si tu voulais te débarrasser de moi, c'est pas une donzelle armée d'un couteau et un mince garde  qui feront l'affaire, c'est mal me connaître, Casey. » Lorsqu'elle se retourna il l'empoigna d'une main à la gorge et la poussa dans ce qui semblait être une réserve à étalages, pour l'instant vide. « Si tu cries, je te couperais la respiration si vite que t'auras pas le temps de me dire au revoir.   »    grinça-t-il d'un ton imposant comme il savait le faire. Vu qu'elle semblait avoir compris le message, il desserra sa poigne sans pour autant lâcher son emprise sur elle et poursuivit de façon bipolaire sur un ton beaucoup plus sympathique : « Je te regarde et tu t'enfuis.... tu m'as fait de la peine, Casey. Chez moi, quand on voit des vieux amis, on les embrasse, on les étreint et on les invite à boire quelque chose. Ta mère ne t'as pas appris les bonnes manières ? »  Son visage était près de celui de Casey, légèrement inclinée, toujours avec sa main sur sa gorge, au cas ou elle tenterait une nouvelle fuite. Une fois, puis deux, mais Ryan ne se ferait certainement pas avoir trois fois.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Casey Redfield
Miners + on pioche tic toc
avatar
Miners + on pioche tic toc


Hurlements : 1279
survit depuis le : 10/10/2016
capsules de troc : 1892
MessageSujet: Re: baby i got a plan runaway fast as you can (casey & ryan)   Sam 24 Juin - 17:43

Ryan Casey
Baby I got a plan runaway fast as you can


Les secondes s’écoulèrent et le calme relatif revenait peu à peu dans son esprit. Cependant, elle n’arrivait toujours pas à réaliser ce qu’il se passait. Comment Ryan avait bien pu atterrir à la carrière et surtout pourquoi ? Après tant de temps, ce n’était quand même pas pour elle ? Quoi que Ryan était tout aussi rancunier qu’elle si ce n’était pas plus, sans parler qu’il était beaucoup moins stable psychologiquement. Pour ne pas dire qu’il avait des airs de sociopathe par moment. Inspirant une grande goulée d’air, elle décida qu’il était temps de s’éloigner de son mur protecteur pour retourner à la mine. Endroit imprenable où il ne pourrait pas avoir accès. Alors qu’elle se détachait et se décidait à repartir, elle fit face à son pire cauchemar. A peine le temps de poser la main sur l’arme dans son holster d’épaule que l’homme la bloquait déjà contre un obstacle, l’empêchant d’utiliser sa main droite où toute arme susceptible de la sortir du pétrin. L’espace d’un instant, elle se maudissait de n’avoir jamais pensé à laisser un couteau accessible pour sa main gauche. Le geste de l’homme ne lui arracha qu’un grognement. Le même grognement qu’aurait pu pousser un animal acculé devant un prédateur. La voix de Ryan raisonna dans sa tête comme un coup de marteau, c’était bien lui. Si elle avait eu l’espoir du doute jusqu’à présence, il n’était plus permis. La panique précédente fit place à la colère et la frustration d’être aussi impuissante. Bordel mais qu’est-ce qu’ils avaient foutu à la carrière, ils devaient l’arrêter, en faire quelque chose, l’éloigner d’elle mais non, ils avaient merdé, encore. Mais elle aussi avait merdé. Un autre grognement sortit avant qu’elle ne lui réponde : "Si tu crois que je te donner le plaisir de crier, c’est mal me connaître Ryan." Reprenant ses mots, le ton qu’elle employa était totalement différent, il n’avait jamais été aussi venimeux, autant chargé d’émotions. Du moins, pas depuis qu’elle avait quitté leur groupe. A croire que la simple présence de Ryan faisait ressurgir le pire qu’il y avait en elle. Casey aurait voulu lui arracher les yeux avec les dents si ça avait été possible. Son regard ne quittait pas celui de son démon, incapable de regarder ailleurs, d’évaluer l’environnement comme elle aurait pu le faire dans une situation identique avec quelqu’un d’autre. Non pas que le regard de Ryan soit hypnotique – et encore, juste qu’elle refusait de baisser les yeux devant lui, refusant tout geste qu’il aurait pu interpréter comme un indice de soumission. "Les vieux amis ne cherchent pas à te tuer ou à te choper dans un coin." Dit-elle avec un sourire acerbe. Dire que qu’aujourd’hui, c’était Casey qui faisait la leçon sur l’amitié alors qu’elle était sûrement une des plus mal placées pour le faire. Elle se dandina un peu pour essayer de mettre un peu d’espace entre leurs deux corps et alléger la prise de l’homme. L’option de dégainer son arme était au fond de la poubelle mais elle savait qu’en gagnant quelques secondes et surtout en trouvant le bon moment, une solution pourrait se manifester. Il lui fallait juste du temps pour réfléchir, pour se calmer. "Mais toi et moi on sait très bien que ta conception de l’amitié vaut autant qu’un putain de rôdeur en décomposition au soleil." Se calmer… C’était mal barré pour. Elle n’arrivait pas à contrôler toute la colère qui déferlait en elle et d’un côté, c’était peut-être mieux. Ce sentiment l’empêchait clairement de se remettre à paniquer et à faire n’importe quoi. La proximité de Ryan lui donnait envie de hurler et de vomir. Sa main libre tremblait mais elle ne savait pas si c'était la rage qui l'animait ou la peur qu'elle réprimait. Elle ne voulait pas le savoir. "Lâche-moi !" Cet ordre aurait très bien pu marcher sur quiconque ne la connaissait pas, le regard noir qu’elle lui lançait était assez menaçant pour donner des doutes à n’importe qui mais il n’était pas n’importe qui. "J’aurais dû te buter dans ton sommeil quand j’en avais l’occasion mais j’ai été bien trop conne pour le faire… ou trop gentille. " Une espèce de grimace qui se voulait être un sourire apparu sur son visage. La vraie raison était loin de ce qu’elle disait. Au moment où elle songeait à partir, elle ne supportait plus les bains de sang qu’ils avaient commis, ne supporter plus la mort ou du moins son stoïcisme face à celle-ci. Par ailleurs, tuer Ryan n’aurait fait que l’empêcher de s’échapper. Non seulement, la tâche n’aurait pas été facile mais les autres auraient pu lui tomber dessus. Bref trop d’obstacles pour si peu de satisfaction. "A croire que même les rôdeurs ont pas voulu te bouffer." Putain, ça lui apprendra à compter sur la chance. Il aurait pu partir à l’autre bout du pays, se faire tuer par un million de choses mais non, il était là, en face d’elle comme dans ses cauchemars mais sans aucun alcool pour le faire disparaitre.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ryan Havener
Jackals + soyez prêtes pour la chance
avatar
Jackals + soyez prêtes pour la chance


Hurlements : 41
survit depuis le : 27/05/2017
capsules de troc : 93
MessageSujet: Re: baby i got a plan runaway fast as you can (casey & ryan)   Dim 25 Juin - 17:26

ft. Ryan Havener & Casey Redfield


Ryan ne savait pas vraiment si quelque chose avait changé chez Casey ou non. Lorsqu’il plantait son regard dans le sien, il croyait toujours voir la petite boule de nerfs sur le point d’exploser qu’il aimait tant. Cette espèce de bombe à retardement qu’il avait toujours voulu faire exploser. Ou peut-être qu’il l’avait fait explosé par le passé. Aujourd’hui, il cherchait à réitérer l’expérience. Enfin, surtout à comprendre la raison de sa présence ici, sa fuite, tout comprendre en fait. Jetant un vif coup d’oeil autour de lui, il vit que l’endroit était assez écarté et avec peu de passage pour qu’ils soient tranquilles. Ils auraient tout le temps d’ici la fin du marché pour discuter de façon civilisé - ou non. « Tu as bien perdu tes réflexes d’antan ma chère Casey, il va falloir que je te remette en forme, ce n’est pas ainsi que j’ai éduqué les miens.  » Oui, dans son délire encore une fois un peu trop narcissique, Ryan se pensait le géniteur du groupe dont il avait pris la tête il y a quelques années. Certes, sans lui, les membres fondateurs seraient peut-être restés avec les autres, dans le groupe néo-nazi, qui aurait constitué leur perte. Mais le fait est que Casey s’était enfuie et qu’il avait fini attaché à un arbre, ce qui laissait penser que soit ses progénitures artificielles étaient ingrates, soit qu’il était un mauvais géniteur de substitution. Evidemment, Ryan gardait en tête seulement la première possibilité. « Il faut croire que le seul moyen d’avoir une conversation posée et raisonnable avec toi c’est d’employer la force. M’as-tu vraiment laissé le choix ? Je voulais simplement prendre de tes nouvelles, me croirais-tu si je te disais que tu m’avais manqué ? » Employant une voix légèrement mielleuse et faussement blessé, sa parole n’était qu’à moitié sincère. Il avait été certes attristé par son départ brusque, même si elle lui avait fait part de ses intentions auparavant, mais attristé non pas par sa personne, mais par le soutien stratégique et le pion qu’elle constituait à l’époque. Un soutien sans faille, prête à buter la rébellion sous ses ordres, prête-à-tout pour lui. C’était ça qu’il lui avait manqué, sa dévotion permanente. S’il n’espérait pas la récupérer désormais, il espérait néanmoins la troubler assez pour pouvoir lui retourner le cerveau. Il ignora la réflexion de la jeune femme sur l’amitié, lui lançant un sourire en coin en guise de réponse. Lorsqu’elle lui demanda de la lâcher, il posa un doigt sur la bouche de la jeune femme.  « Sssh sshh. Je ne voudrais pas que tes petits amis de pacotille reviennent, sinon je me verrais dans l’obligation de les tuer, tu veux plus de morts sur ta conscience peut-être ? » Il se doutait que si elle s’était barrée, c’est qu’elle devait en avoir assez des bains de sang, des meurtres d’innocents malheureux parfois, et c’était peut-être ça le mécanisme que Ryan devait employer pour la faire taire et surtout la faire obéir. Avant de lâcher son emprise sur elle, Ryan, qui n’était pas né de la dernière pluie, prit la peine de fouiller rapidement la jeune femme, découvrant une arme sur un de ses flanc. Prenant la peine d’étaler sa main sur sa côte de façon assez lente et sensuelle, il récupéra l’arme en chuchotant à son oreille :  « Toujours bien accompagnée à ce que je peux voir, si ça peut te rassurer, ta peau est toujours aussi douce et agréable. » Prenant l’arme, il lâcha son emprise sur la jeune femme en pointant le pistolet récupéré sur elle.  « Tu connais l’histoire : un geste, un cri et tu pourras me chauffer une place en Enfer. » Lui indiquant de se bouger vers le coin du cagibi, dans un coin ou elle serait bien coincée, il poursuivit avec son sourire toujours malin et sûr de lui : « Tu peux dire que tu m’aimais bien Casey, tu n’as pas besoin de le nier devant moi, je vais pas aller le crier sur tous les toits, on est plus en CP tu sais. Maintenant, tu peux me dire ce que tu fais ici ? » C’était à vrai dire ce qui l’intriguait le plus tout de suite, la raison de sa présence ici. Etait-elle à la carrière ? Cela expliquerait les gorilles envoyés par ses soins. Toutefois, cette possibilité risquait de lui poser une épine dans le pied vu le business qu’il essayait d’établir, et sa réponse lui pourrait tout à fait être funeste…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Casey Redfield
Miners + on pioche tic toc
avatar
Miners + on pioche tic toc


Hurlements : 1279
survit depuis le : 10/10/2016
capsules de troc : 1892
MessageSujet: Re: baby i got a plan runaway fast as you can (casey & ryan)   Dim 25 Juin - 20:44

Ryan Casey
Baby I got a plan runaway fast as you can


Clairement, elle avait perdu ses réflexes d’antan mais pas les mêmes que ceux dont Ryan parlait. Elle avait perdu le réflexe de tirer à la moindre menace, de tuer à la moindre menace quant au reste, ils étaient toujours présents. Ils avaient seulement été paralysés par sa foutue peur. Son estomac se serra lorsqu’elle fut assimilée à Ryan. Ça ne devait être qu’un mauvais rêve bordel, rien de tout ça n’était possible. Pourtant, elle avait beau fermer les yeux, lorsqu’elle les rouvrait, l’homme était toujours là, toujours trop proche d’elle. Son cerveau tournait à dix milles à l’heure, cherchant une échappatoire miraculeuse. La seule chose qui vint fut la nausée que lui incitaient les paroles de son interlocuteur. Si tous ses muscles n’étaient pas aussi tendus, elle aurait parié qu’elle aurait rendu son déjeuner et même celui de la vieille. "Non." Ce simple non répondait à toutes ses questions. Pas la peine d’élaborer, pas la peine d’envenimer la situation même si l’envie était bien présente. Comment pouvait-il croire un seul instant que son jeu marchait encore sur elle ? Comment avait-il fait pour marcher sur elle il y a plusieurs années ? De nombreuses fois, Casey s’était posée la question et avait mis ça sur le compte de la naïveté et de la jeunesse ainsi que du désespoir de survivre dans ce nouveau monde brisé. Voilà qu’il accentuait le contact en posant ses sales pattes sur sa bouche. La blonde ne pouvait pas reculer d’avantage la tête, obligée de supporter ce nouveau contact. Un semblant de sourire s’invita sur cette fameuse bouche alors qu’elle imaginait les deux carrières arrivaient à son secours. Si Ryan était bien une chose c’était irréaliste. Il ne pourrait pas contenir trois personnes… Quoi que…S’il était bien une autre chose, c’était un putain de parasite qui survivait à tout. Sa conscience pouvait bien supporter quelques morts de plus si ça voulait dire la fin de l’homme. Concrètement, ça ne représenterait qu’une gorgée de plus dans sa bouteille de l’oubli. Voyant qu’il s’employait à la désarmer, Cas’ se tortilla comme elle pouvait pour lui faire objection. Bien sûr, et encore une fois, le résultat ne fut pas franchement brillant. Sa seule victoire fut qu’il s’était enfin éloigné d’elle, la laissant respirer sous pratiquement tous les sens du terme. "J’espère que t’as bien profité parce que c’est bien la dernière fois que tu me touches." Alors qu’il ramenait en elle des souvenirs de coucherie, les pensées de Casey se détournèrent vers son imagination : de le tuer, d’en finir. Cette idée lui fit reprendre de la consistance. Reprenant son souffle et essayant de calmer tous les nerfs de son corps, elle se dirigea vers l’endroit indiqué par son agresseur. Son regard se fit inquisiteur, il n’avait pas tort, ça la dégoutait et elle ne pouvait rien y répondre. Vu ce qu’ils s’étaient passés entre eux, vu le temps qu’ils avaient passé ensemble, démentir qu’elle l’avait apprécié à un moment ou un autre ne serait que se ridiculiser. Par ailleurs, le voir avec son arme ne faisait que l’enfoncer plus profondément dans son enfer personnel. Ce pistolet auquel elle était s’était durement accroché depuis toutes ses années, le transformant en un souvenir et surtout comme un fardeau à portée, ce même fardeau responsable de la mort de tellement de personnes.  "Et toi Havener ? " Hors de question qu’elle lui balance sa vie, qu’elle avoue qu’elle vivait ici maintenant et encore moins son rôle à la mine. Non seulement, elle ne voulait pas donner un atout supplémentaire à Ryan mais en plus, elle ne voulait pas que les Miners apprennent – qu’Anita apprenne – qui elle avait été. Francesco avait déjà été un sacré obstacle à franchir pour maintenir le secret mais par rapport à Ryan, ce n’était qu’un muret face à une montagne. "Surtout que t’es tout seul, c’est plutôt étrange pour quelqu’un qui aime se trimballer en sécurité au milieu de sa cour." Un sourire réel apparu enfin sur son visage, du moins un sourire narquois mais ça changeait des semblants de grimace qu’elle émettait depuis leur rencontre. Ce sourire n’était que les préliminaires de ce qu’elle allait lui dire :"A moins que… ils aient fini par voir le pauvre type que tu étais et ont préféré te laisser dans un fossé ? Ça m’étonnerait pas trop." Les insultes ne marchaient pas avec Ryan mais elle savait que s’en prendre directement à sa personne et à cette royauté qu’il semblait vouloir garder pouvait être un point faible. Casey jouait avec le feu et elle le savait mais dans cette situation, arme à feu versus poings, il n’y avait aucun suspense quant aux chances qu’elle pouvait avoir. A quoi bon ? Autant laisser sa rancœur et sa colère prendre le dessus et arrêter de réfléchir à comment s’en sortir, ça ne serait pas possible, pas indemne. "Ce même pauvre type qui doit braquer une arme sur moi pour croire qu’il a le contrôle. Je suis ravie de voir que t’as pas changé. " Viens Ryan, viens. Son regard le défiait, Casey voulait le frapper, toutes les fibres de son corps n’attendaient que ça, quitte à se prendre une balle ou deux, lui aussi ne ressortirait pas indemne. Cette haine qu’elle avait eu tant de mal à faire partir était revenue aussi facilement que Ryan l’avait chopé. Les vieilles habitudes revenaient vite.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ryan Havener
Jackals + soyez prêtes pour la chance
avatar
Jackals + soyez prêtes pour la chance


Hurlements : 41
survit depuis le : 27/05/2017
capsules de troc : 93
MessageSujet: Re: baby i got a plan runaway fast as you can (casey & ryan)   Lun 26 Juin - 21:52

ft. Ryan Havener & Casey Redfield


Ryan fulminait. Il se demandait presque pourquoi il la gardait en vie. Peu importe la raison de sa présence, il aurait pu en finir là tout de suite, ici. Pas de problèmes, pas d’emmerdes à venir, et surtout pas de ripostes possibles. Il laisserait le corps ici, le sang et surtout la fin du marché finiraient par attirer du monde et elle serait découverte probablement d’ici quelques heures. D’ici-là, il aurait eu le temps de partir tranquillement sans attirer les suspicions, si ce n’est celles des gorilles envoyés plus tôt, mais qui n’auraient aucune preuve. Ryan pourrait sans tirer. Net. Sans bavures. Pourtant, quelque chose le retenait à Casey. La curiosité. Une fascination malsaine peut-être. Lui-même n’était pas sûr de bien le savoir lui-même. Casey était probablement le seul lien qu’il avait encore avec son passé sulfureux et controversé. L’infime lien qui le reliait encore à sa monstruosité d’auparavant. Pourquoi ne voulait-il pas le couper ? Peut-être parce qu’il aimait la façon dont il se comportait avec elle. Il aimait le côté malsain et un peu fou qu’elle lui apportait. Cela lui rappelait son plein-pouvoir et son insouciance d’antan. Cette époque révolue ou il pouvait tuer tout ce qu’il bougeait sans que personne ne sourcille et le remette en question. Au contraire, il fut un temps ou son groupe s’était lui aussi enivré de cette violence gratuite et sans-limites. Bien que jackal, et donc un peu libre de tuer, il y avait des règles. Ne pas tuer des gens importants. Ne pas foutre le bordel à la carrière. Le développement d’une nouvelle société. « Ne jamais dire jamais Casey, qui sait, peut-être que demain nous deviendrons amis, obligés de combattre l’un à côté de l’autre. Il n’est pas judicieux de se faire des ennemis comme moi, tu le sais bien. » Rappelle-toi ce qu’il est arrivé à celui qu’il avait osé me défier, tu l’as tué. Tu l’as tué. Pour moi. Voilà ce que Ryan avait presque envie de lui dire, qu’il était capable de retourner les cerveaux de certaines personnes en un claquement de doigts s’il le voulait. Elle ferait donc mieux de la jouer profil-bas sur les remarques pernicieuses qui faisaient fulminer Ryan, comme la plus récente sur son apparente allure de cavalier seul. Il grinçait des dents. La vue du sourire confiant de la jeune femme lui donnait la nausée et lui montait jusqu’au cerveau. Lorsqu’elle poursuivit sa phrase en évoquant un potentiel abandon par son groupe, sans réfléchir, il désactiva le loquet de sécurité de l’arme qu’il avait la main avant de la remettre en joue, comme avertissement.  « Si tu tiens ne serait-ce qu’un peu à ta vie pathétique, je te conseille d’arrêter de dire des conneries et à répondre à ma question. Tu n’as pas à savoir ce que je fais ici, c’est moi qui ait le flingue donc c’est moi qui pose les questions. » Pourtant, elle continuait à insulter son égo, sa fierté, à bafouiller tout ce qu’il a fait pour elle. Ryan serrait son poing libre. Il avait envie de la frapper. Il ne l’avait jamais frappée jusqu’à présent, mais ça allait inévitablement arriver désormais. Il avait envie de la tuer, puis de la frapper, puis de la re-tuer et la re-frapper. C’était étrange comme sensation, même pour lui. Tentant de maîtriser ses émotions ambivalentes et surtout sa main sur la gâchette, il finit par lancer un petit rire désappointé. « Tu es… parfaitement ingrate. C’est ça. Parfaitement ingrate. Tu te rends compte de tout ce que j’ai fait pour toi ? Sans moi, tu serais morte, rôdeuse ou le crâne explosé quelque part, tu n’aurais pas le privilège d’être ici, celui de respirer, celui de me regarder ou même de me dire des aussi grosses conneries. » Il s’approcha d’elle non sans trop baisser son arme du visage de la jeune blonde. Agacé, il tapa légèrement contre le bois du cagibi à quelque centimètres d’une des pommettes de la jeune femme.  « Sans moi, tu n’étais RIEN TU VAS TE LE RENTRER DANS TON CRÂNE ÉCERVELÉ  ? RIEN, POUSSIÈRES. » Il haussa le ton, il ne pouvait pas se l’en empêcher, il montrait presque les crocs comme un animal en rogne à sa proie à quelques centimètres de lui. Hors de lui, presque inhumain. Reprenant son souffle, il leva la tête quelques instants avant de poser son doigt sur une des joues de Casey pour le forcer à le regarder profond dans les yeux. « Alors, maintenant, tu vas faire preuve d’un peu de respect à mon égard et répondre à ma question : qu’est.ce.que.tu.fous.ici ?  » Comme un parent face à un gosse, Ryan commençait à sérieusement perdre patience, sauf que si elle continuait à faire l’insolente, c’était pas une claque sur les cuisses ou une baffe qu’elle allait se prendre, mais plutôt une balle dans le crâne.  

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: baby i got a plan runaway fast as you can (casey & ryan)   

Revenir en haut Aller en bas
 

baby i got a plan runaway fast as you can (casey & ryan)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» DREW ☈ baby runaway fast than you can.
» Go Habs Go - Simple Plan
» Le plan du Centre-ville de PAP devrait être confié à des Haitiens
» Haiti des années 60-70-80: Le pays était-il mieux sous Papa et Baby Doc ?
» Plan d'action: ministere des Affaires Sociales et du Travail

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Influenza :: Survivors' last haven :: Hamilton's Quarry :: grand marché-