AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 
Bienvenue sur Influenza, faites attention à vos fesses, les rôdeurs sont affamés !
N'hésitez pas à jeter un coup d'oeil à nos postes vacants

Nous sommes en octobre 2017. L'épidémie a commencé en octobre 2010. Plus d'information sur l'épidémie { + }

Découvrez la playlist officielle d'Influenza !

Partagez | 
 

 (II) Je vous emmerde avec le cœur + winona

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Olympians + le monde qui est le mien
avatar
Olympians + le monde qui est le mien
Hurlements : 725
survit depuis le : 28/09/2016
capsules de troc : 1365

MessageSujet: (II) Je vous emmerde avec le cœur + winona    Jeu 1 Juin - 13:48

Winona & Peyton
« Je vous emmerde avec le cœur.
Tout est prêt, rien n’est laissé à l’improviste. Hors de question. La livraison est compactée, mise en évidence, sur le point d’être chargée, il ne leur reste qu’à y jeter un coup d’œil et constater. Pas de place pour le spectacle, quelques Olympiens sont présents, ceux qui comptent, des gardes, pas de place aux autres. Elle compte optimiser son temps, Peyton, ne rien laisser passer. Au fond, elle espère que ce ne soit pas Winona, derrière cette porte, sur le point de débarquer tout feu tout flamme, sourire faux rivé au visage et remarques déplacées prêtes à franchir la barrière de ses lèvres. Peut-être qu’Abel n’a pas joué au con, peut-être qu’il l’a écoutée, pour une fois, peu importe que leur dernière entrevue ait pris fin avec fracas et froideur. Peut-être qu’il a pensé à elle, peut-être qu’il a décidé d’éviter les conflits superflus. Beaucoup de peut-être. On parle d’Abel Rhodes, après tout, il ne songe qu’à lui-même en règle générale. Et, elle le sait, elle en a conscience, mais elle peut toujours rêver, non ?
Ils sont en retard. Elle soupire. Ils savent se faire désirer, ces cavaliers, c’est un fait incontestable. La matinée doit être une notion révolue pour eux. Elle jette un coup d’œil à Nathan, surveillant l’horizon. Un signe négatif de la tête lui indique que le temps d’attente n’est pas encore sur le point d’expirer. Elle est nerveuse, Peyton, taraudée par quelque chose qu’elle ne saurait expliquer, un nœud à l’estomac. Pourquoi ? Aucune idée. Dans le fond, elle a bien une hypothèse. Elle doute d’elle-même, pas bien certaine de pouvoir conserver son contrôle, étant donné leur dernière rencontre. Il s’en est fallu de peu, de très peu. Bien qu’au final, son comportement ait plutôt été bien perçu par les siens. Comme quoi, les Olympiens ne sont pas épargnés par la violence, qu’elle soit verbale ou physique. Mais, elle, elle sait que ça n’arrange rien, pas dans ce cas-ci, c’est tout le contraire, ça la fait jubiler, Winona Jackson. Loin d’elle l’envie de lui accorder cette faveur, ce petit plaisir.

La tension grimpe d’un cran, tandis que le regroupement de cavaliers se décide à faire acte de présence. Enfin. Elle campe près de l’entrée, cette fois-ci, on ne lui reprochera pas son manque d’accueil, ni même son manque d’implication ou de bonne foi. D’un geste de la main, elle ordonne qu’on ouvre les portes sur-le-champ. Elle l’entraperçoit déjà, la silhouette de la blonde, trônant fièrement sur son destrier, c’est elle, aucun doute. Elle serre la mâchoire, réflexe comme un autre. Pas de peut-être donc. Elle est déçue, mais elle s’y attendait. Oui, Abel Rhodes ne pense bel et bien qu’à lui-même et ses propres intérêts, songe-t-elle, lassée. Il n’y a plus que ça, pour l’instant, la lassitude, la fatigue, rien d’autre. Elle s’écarte de quelques pas, se faisait violence afin de contenir une remarque désobligeante du style "pas trop tôt". Elle se sait de mauvaise foi et elle sait aussi que la présence de Jackson y est pour beaucoup. « Tout est prêt. Le compte y est, comme la dernière fois. » Qu’elle déclare immédiatement, indiquant d’un mouvement de menton le chargement. « Je vous en laisse juger par vous-mêmes. » Ses prunelles on ne peut plus glaciales se plantent dans celles de la cavalière sur le point de poser pied-à-terre. C’est trop facile. Elle ne se débarrassera pas de cette dernière avec ces simples mots. Elle le voit déjà, dans le regard de Winona, qu’elle a envie de jouer, de s’exhiber encore une fois, d’imposer sa présence. Et, quelle meilleure partenaire de jeu que Peyton Yates ?


● ● ● ● ●

You step outside, you risk your life. You take a drink of water, you risk your life. Nowadays you breath and you risk your life. Every moment now, you don’t have a choice. The only thing you can choose is what you’re risking it for. —
every moment matters.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Riders + j'peux pas j'ai poney
avatar
Riders + j'peux pas j'ai poney
Hurlements : 264
survit depuis le : 20/04/2017
capsules de troc : 430

MessageSujet: Re: (II) Je vous emmerde avec le cœur + winona    Jeu 8 Juin - 19:40





peyton & winona
« je vous emmerde avec le cœur »

Elle est prête Winona. Prête à se pavaner dans les rues d'Olympia sous les yeux électriques de Peyton Yates. Prête à lancer des piques, à jouer à la vipère, a asséner un coup fatal à sa proie. Un jeu d'enfant. Elle a déjà tout prévu. Elle sait ce qui fera perdre tout contrôle à Peyton. Elle sait comment effacer son air suffisant, son sourire aussi. C'est mesquin, elles ont l'air de deux adolescentes en rûte, jalouses l'une de l'autre d'un homme qui ne les mérite sans doute pas. Elles pourraient faire de grandes choses ensemble, Peyton et Winona. Presque invincibles, deux forces de la nature. Au lieu de penser à l'avenir, de s'entraider, elles se tirent dans les pattes, décident de se détester cordialement. Dommage. Mais c'est trop tard. Winona prend place sur sa monture, le dos droit, le regard rivé sur l'horizon. Prête à mener sa bataille. Elle mène ses enfants, en tête de colonne, un sourire imperceptible flottant sur ses lèvres. Elle le sait. Ils sont en retard. Du moins c'est ce que dis le soleil dans son dos. Peu importe. La cargaison les attends. Peyton aussi. Elle l'espère. Elle n'attend que ça, de voir le visage fermé de Peyton, de croiser son regard courroucé. Quoique, ça lui ferait drôlement plaisir de devoir la faire appeler et de la voir rappliquer, furieuse. Une pensée franchement jouissive. Et c'est en chevauchant qu'elle continue d'y penser, imagine déjà le visage de Peyton et espère qu'il y aura un public sympathique.

Enfin Olympia se profile devant eux. Bientôt, ils franchiraient ses portes et se heurteraient aux regards hostiles des habitants. Quel plaisir ! Elle reste bien droite sur sa monture tandis que les portes pivotent, s'ouvrent. La voie est libre. Elle entre dans Olympia de la même manière que la dernière fois : dignement, comme si l'endroit lui appartenait. Et elle le fait en sachant que Peyton l'observe. Ça la fait sourire. Elle n'a pas le temps de poser pied à terre que déjà la voix de la rouquine claque dans les airs. Bien. Le ton est donné. Winona, elle, prend le temps de descendre de sa monture, de lui flatter l'encolure. Elle jette un œil à ses hommes, leur donne le feu vert d'un geste du menton. « Bonjour à toi aussi. » Lance-t-elle, sourire aux lèvres, la voix claire, forte. Elle ne va pas partir de si tôt. Pas question. Elle veut s'amuser un peu avant. « Tu ne nous en voudra pas de vérifier. » Clin d’œil à l'appuie, elle croise les bras sur sa poitrine, observe Peyton sans prendre en compte les quelques badauds autour. Rien ne compte plus que la rouquine et cet apparent calme qui la possède. « Comment ça va Peyton ? » Fausse, elle attend que la leader d'Olympia perde les pédales. Voilà qui serait amusant.


● ● ● ● ●
IN HER DREAMS SHE IS FREE.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Olympians + le monde qui est le mien
avatar
Olympians + le monde qui est le mien
Hurlements : 725
survit depuis le : 28/09/2016
capsules de troc : 1365

MessageSujet: Re: (II) Je vous emmerde avec le cœur + winona    Ven 23 Juin - 13:48

Winona & Peyton
« Je vous emmerde avec le cœur.
C’est fou à quel point un évènement, une personne, peut enlaidir, anéantir, une journée pourtant classique, tout à fait normale. Comme quoi, tout ne tient qu’à un seul et unique fil. Elle admire les talents d’actrice de Winona, c’est certain. Tout est dans le détail, l’orchestration jusqu’au bout des ongles. Elle ne se presse pas, la blonde, loin de là, elle jubile même, s’obstine à interpréter chaque geste avec lenteur et dédain. Elle rumine, Peyton, elle rumine intérieurement, le visage fermé, la bouche scellée, les nerfs à vif. Elle patiente simplement, s’abstenant de tout commentaire désobligeant, parce qu’elle ne veut pas entrer dans la danse, jouer le jeu. Pas cette fois, ni les autres. Elle n’a pas envie de lui accorder de l’importance, à la cavalière, ni même de son temps ou de ses mots. Trop d’énergie dépensée pour peu de chose. Parce que, Winona est insignifiante, épineuse, toxique, pas vraiment le genre de personne qui mérite un effort, ne serait-ce qu’un léger, non. Elle ne veut pas d’elle dans sa vie, ni à Olympia. Déjà, ces poignées de minutes en sa présence sont de trop. Des minutes gâchées.

Elle observe les riders s’exécuter, se dirigeant à grands pas vers la réserve, sans même répondre aux pincettes ironiques de Winona. Non, elle ne s’encombre plus de courtoisie, ni même de formules de politesse dépassées et malvenues. Elles n’en sont plus réellement à ce stade, elle ne compte pas se montrer fausse, pas plus que nécessaire, ce n’est pas son style, enfin, tout dépend des occasions, de la situation. Mais là, ce qu’elle souhaite plus que tout, n’est autre que d’expédier l’entrevue qu’elle sait d’avance chaotique.  « Vous êtes là pour ça, a priori, pour vérifier, alors non, faites donc. » Elle hausse les épaules, l’agacement palpable, le regard vissé à celui de son interlocutrice transpirant l’assurance. Quelque chose se trame, c’est indéniable. Elle a les prunelles pétillantes, le sourire encore plus surjoué et taquin qu’autrefois, ce n’est certainement pas un bon présage. Du moins, pas pour elle. Dieu sait qu’elle risque de pendre son pied, la blonde, elle n’en doute pas le moins du monde. De son côté, elle est lasse d’avance, fatiguée. Elle n’en demande pas beaucoup, pourtant. Tout ce qu’elle veut, c’est préserver l’entente fragile avec le ranch, que tout se déroule sans accrochages. Trop beau, trop facile, trop évident. Un rêve, un mirage. « Bien. » Bref et concis. Elle va bien, jusqu’à présent. Elle compte sur la cavalière pour inverser la donne, il s’agit de son grand talent. « La routine. » L’habitude de devoir supporter sa présence, l’habitude qu’Abel ne prenne pas en considération ses remarques, l’habitude d’encaisser en somme. Elle ne se laisse plus avoir, elle n’est plus désabusée, désillusionnée. C’était prévisible, trop prévisible. Elle aurait aimé être surprise, pour une fois, mais c’est tout bonnement inenvisageable, elle est constamment déçue, de toute manière. À croire qu’elle n’a le droit qu’à ça, des déceptions en chaîne, une accumulation d’échecs. C’est devenu son quotidien. Elle ne lui retourne pas la question, à Winona, ne bouge pas d’un pouce, se contente de la jauger avec froideur. Qu’elle se porte bien ou mal lui importe peu, pas du tout en fait. Et puis, elle a pertinemment conscience qu’elle n’a nullement besoin qu’on lui tende une perche pour rétorquer avec candeur, cracher son venin. Elle pourrait tenir une conversation à elle toute seule que ça ne l’étonnerait pas. Elle est unique, Winona, unique et sacrément horripilante.


● ● ● ● ●

You step outside, you risk your life. You take a drink of water, you risk your life. Nowadays you breath and you risk your life. Every moment now, you don’t have a choice. The only thing you can choose is what you’re risking it for. —
every moment matters.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Riders + j'peux pas j'ai poney
avatar
Riders + j'peux pas j'ai poney
Hurlements : 264
survit depuis le : 20/04/2017
capsules de troc : 430

MessageSujet: Re: (II) Je vous emmerde avec le cœur + winona    Mar 18 Juil - 14:46





peyton & winona
« je vous emmerde avec le cœur »

Winona a envie de jouer, de venir titiller sa rousse préférée de sa langue épineuse. Elle n'est là que pour ça. Pour se pavaner, sourire avec malice et jouer une mélodie de mots assassins. Tout ça rien que pour avoir le plaisir de voir Peyton serrer les dents, lancer des regards noirs dans sa direction et ravaler sa méchanceté. Pas de doute possible : elle retient son venin la rousse. Par pudeur peut-être. Parce qu'on l'observe, que ses habitants l'attend au détour, qu'elle risque peut-être gros à s'emporter trop vite, trop fort. C'est bon pour Winona ça. Elle peut s'en servir, aller jusqu'au bout, toujours plus loin. Elle ne va pas se gêner pour frapper encore et encore jusqu'à ce que Peyton lâche prise et frappe à son tour. Elle garde son sourire carnassier scotché au visage et ses yeux détaillent Peyton, cette façon qu'elle a de se retenir de lui sauter à la gorge. Ce qu'elle fera tôt ou tard, Winona le sait. Elle a toutes les cartes en mains. « Allez-y. » dit-elle simplement à ses hommes qui ne perdent pas une minute pour détailler toute la cargaison. Elle ne quitte pas du regard la belle rouquine, s'amuse de ce petit combat silencieux qui les anime. Elle finit par soupirer, presque déçue de la réponse qui lui est faite. Ces mono-syllabes sont symptomatiques. Peyton veut en finir et vite. Winona non. Même si cette petite mission de routine ne prendra pas plus d'une dizaine de minutes. Elle a un tout autre programme en tête. « Que c'est triste. » lance-t-elle en s'étirant. « C'est d'un ennui la routine. » Elle sourit du coin des lèvres, déjà prête pour sa prochaine réplique croustillante. Une réplique qui ne ratera pas sa cible. « Pas étonnant qu'Abel revienne à ses vielles habitudes. » BOUM. Burnt. Voilà qui devrait débrider Peyton et lui faire sortir les griffes. Elle ne doute pas non plus que quelques oreilles indiscrètes, et bien tendues, ont capté ces quelques mots. Tant mieux. Tant pis. Peu importe. Elle n'a rien à caché. Il est peut-être vrai qu'Abel n'appréciera pas sa franchise, encore moins le fait qu'elle balance leur vie sexuelle commune sur la place publique. Encore moins qu'elle balance tout ça à la tête de Peyton. Mais bon, ça l'amuse Winona. Elle en assumera les éventuelles conséquences sans broncher. Ou presque. Elle s'en contrefout. Sur le moment, tout ce qu'elle souhaite, c'est faire enrager Peyton. Elle veut la voir tomber, se fouler la cheville en bas de son piédestal. Elle n'attend que ça, de la voir perdre son sang froid (encore) devant les siens. Tôt ou tard, Peyton Yates ne sera rien d'autre qu'un mauvais souvenir pour la ville d'Olympia. Et Winona se félicitera d'avoir contribué à sa destitution.


● ● ● ● ●
IN HER DREAMS SHE IS FREE.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Olympians + le monde qui est le mien
avatar
Olympians + le monde qui est le mien
Hurlements : 725
survit depuis le : 28/09/2016
capsules de troc : 1365

MessageSujet: Re: (II) Je vous emmerde avec le cœur + winona    Lun 7 Aoû - 22:43

Winona & Peyton
« Je vous emmerde avec le cœur.
Peyton ne veut pas s’étaler. Perte de temps. Elle se contente de quelques mots, des phrases brèves qui n’en disent pas beaucoup. Winona n’a rien besoin de savoir. Elle pourrait se mettre à sa hauteur, rétorquer avec fausseté, feindre. Mais, elle ne se prétend pas comédienne, l’Olympienne, elle n’aime pas la théâtralité. C’est bien trop fatigant, beaucoup trop usant. Alors, oui, elle est fidèle à ses monosyllabes, pour l’instant en tout cas. C’est facile, parce qu’elle ne la touche pas, pas encore du moins. Elle ne sait pas qu’elle est sur le point de tomber de haut, de heurter le sol avec fracas, se prenant la réalité en pleine face. En même temps, comment pourrait-elle parvenir à la toucher ? C’est insensé. Pour ce faire, il faudrait déjà qu’elle la connaisse, qu’elle connaisse ses points faibles. Willa en est un, le plus important, mais il lui est impossible qu’elle l’atteigne par ce front. Tout comme Iris. Ou encore Bass. Des faiblesses qu’elle garde bien au chaud au sein de l’enceinte d’Olympia.

Quelques secondes défilent dans un silence presque mortuaire, sans qu’aucune émotion ne parvienne à teinter son visage fendu d’une neutralité déconcertante. Elle encaisse le coup, saisissant le double sens, l’allusion voilée. La mâchoire se contracte, le myocarde s’emballe alors qu’elle tente, avec une difficulté certaine, de ne pas se noyer dans le flot d’émotions qui s’emparent de son être. Jalousie, colère, rancœur, doutes. Jalousie envers la blonde. Colère envers elle-même. Rancœur envers Abel. Doutes envers tout. Mais, tout ce qu’elle arrive à exprimer à cet instant précis n’est autre que de la froideur, rien de plus. Ce n’est pas plus mal d’ailleurs. En réalité, peut-être qu’elle encaisse cette nouvelle fatalité sautant aux yeux : lui aussi, il représente une faiblesse. Winona l’a deviné avant elle. « Ses vieilles habitudes ? » Elle préfère jouer à l’autruche, bien qu’elle ne soit pas dupe. Pour gagner du temps, pour refréner ses envies de meurtre aussi. « C’est-à-dire ? Je t’ai connue plus claire, Winona. » Peut-être qu’elle a besoin de l’entendre. Peut-être qu’une infime partie d’elle espère encore qu’elle se trompe, qu’elle a mal saisi, mal compris. Elle sait que c’est faux. On parle d’Abel. Encore une fois, elle s’attendait à quoi au juste ? Rien n’est clair entre eux, rien n’est défini. Parce qu’il ne veut pas. Il ne veut pas faire l’effort d’en discuter, il ne veut pas admettre qu’il s’enlise avec elle dans quelque chose qu’il n’a pas souhaité. Pourtant, elle s’imaginait que certaines choses n’avaient pas besoin d’être dites pour être comprises. Elle imagine trop. Bien sûr, que ça lui fait de mal de savoir qu’elle n’est pas la seule, mais est-elle réellement surprise ? Elle a presque l’impression qu’il s’agit d’une vengeance mesquine de la part de Rhodes. Parce qu’elle va à contresens, parce qu’elle ne l’écoute pas, parce qu’elle sait se montrer odieuse avec lui, parce que ses mots le blessent. Il est trop fier pour rester assis comme un con et ruminer son passage. Non, il faut qu’il rumine dans les bras d’une autre, il faut qu’elle souffre elle aussi par la même occasion. Peut-être qu’il n’a même pas idée de ce que ça lui fait, cet acte. Il est trop égoïste pour songer aux autres de toute manière, trop égoïste pour réfléchir plus de deux secondes aux conséquences qu’ont ses gestes. Il fallait qu’il choisisse Winona de surcroît. Pas que l’identité change grand-chose aux faits, c’est surtout qu’avec une autre, elle n’aurait surement pas dû subir une imminente humiliation publique. Une fois de plus, elle ne se voile pas la face, c’est ce qui va se produire. Elle a le sourire vainqueur Winona, mais peu importe, elle risque de le perdre dans cette confrontation.


● ● ● ● ●

You step outside, you risk your life. You take a drink of water, you risk your life. Nowadays you breath and you risk your life. Every moment now, you don’t have a choice. The only thing you can choose is what you’re risking it for. —
every moment matters.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Riders + j'peux pas j'ai poney
avatar
Riders + j'peux pas j'ai poney
Hurlements : 264
survit depuis le : 20/04/2017
capsules de troc : 430

MessageSujet: Re: (II) Je vous emmerde avec le cœur + winona    Jeu 24 Aoû - 10:39





peyton & winona
« je vous emmerde avec le cœur »

Son gros problème à Winona c'est qu'elle ne réfléchit pas vraiment là. Elle qui, d'habitude, calcule tout dans les détails, s'arrange pour toujours gagner (ou presque). Elle est dans l'action, lancée sur une pente glissante difficile à contrôler. Personne ne contrôle Peyton Yates. Pour autant, elle ne perd pas complètement les pédales. Winona garde quelques cartes dans sa manche. Elle est bel et bien venu ici dans le but de faire souffrir Peyton, de la voir sortir de ses gonds une fois pour toute. Risque calculé. Un minimum. Combat de félins. Des bras enfermés dans des gants de velours. Peyton et Winona sont finalement similaires. Pas complètement, pas de là à être sœurs, mais elles ont des points communs. En plus d'Abel. Peyton vous dira que non mais c'est simplement parce qu'elle en a conscience et que ça lui fout la trouille de sa vie. Tout comme les propos de Winona atteignent finalement son but et viennent foutre en rogne la belle rouquine. Elle est assez intelligente pour qu'on ne le voit pas mais Winona sait. Les femmes savent ces choses et, par dessus tout, Winona est observatrice. Elle reconnaît les signes chez son adversaire. Les mots ont touché sa cible. La graine est plantée. Ne reste plus qu'à lever le rideau et à asséner le coup fatal. Rien de bien compliqué. C'est presque trop facile. Elle apprécie ce self-control dont fait preuve Peyton. Elle pourrait presque applaudir. Au lieu de ça, c'est son sourire qui s'élargit et ses yeux qui pétillent. « Tu as déjà calculé un plus un Peyton, jle vois bien. » Elle pique Winona, s'amuse avec sa nourriture. Quoi de plus normal quand on sait qu'elle adore voir sa rivale perdre patience ? Elle veut la voir perdre toute crédibilité auprès des siens. C'est en bonne route. « Bon, si t'insistes, je vais être claire. » Et ça ne va pas lui plaire à la rouquine. Elle va perdre tous ses moyens. Elle va devenir le monstre qu'elle déteste tant. Ce même monstre que Winona est devenu il y a bien longtemps. Le meilleur dans tout ça c'est que sa précieuse petite ville et ses habitants chéris vont assister à toute la scène. On en parlera longtemps du jour où Peyton Yates a perdu les pédales pour une histoire de fesses. « Tu suffit pu ma grande. » Elle sourit, les bras toujours croisés sous sa poitrine, le regard vissé dans celui de Peyton, y décelant le moindre changement, s'amusant de son expression. « En fait, jpense juste que ton cul l'ennuie. » On y est. Peyton ne peut plus se cacher. Tout son corps la trahie et Winona, elle, jubile dans son coin. Elle ose s'approcher, comme si elle souhaitait que la suite reste entre elles. Faux. Elle s'approche simplement pour la narguer de plus près, pour la regarder encore plus droit dans les yeux. Le débit de sa voix ne change pas. Elle sera ravie si on l'entend aux alentours. « Du coup il a de nouveau goûter à Winnie. » Le coup fatal. Et le sourire de Winona s'étire en une expression victorieuse.



● ● ● ● ●
IN HER DREAMS SHE IS FREE.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Olympians + le monde qui est le mien
avatar
Olympians + le monde qui est le mien
Hurlements : 725
survit depuis le : 28/09/2016
capsules de troc : 1365

MessageSujet: Re: (II) Je vous emmerde avec le cœur + winona    Jeu 7 Sep - 20:55

Winona & Peyton
« Je vous emmerde avec le cœur.
Winona et ses airs victorieux, Winona et ses mots déplacés, Winona et ses sourires de façade, Winona et sa voix mielleuse. Elle déteste cette femme, purement et simplement. Si, elle n’en était pas encore complètement convaincue, il n’y a désormais plus de place aux doutes, c’est viscéral. Elle se moleste mentalement pour sa bêtise. L’erreur est humaine certes mais tout de même. Elle n’aurait pas dû demander des éclaircissements, elle lui a tendu une perche, une perche pour la battre en public. Pour ce qui est du public, c’est certain qu’il est attentif, aux aguets, ne loupant guère une miette du spectacle se jouant sous ses yeux ébahis. Foutu espoir à la con, aussi minime soit-il, elle souhaitait encore se tromper, se voiler la face. Douche froide, pour ne pas dire glaciale. Deuxième gifle en moins de quelques minutes seulement. La puérilité des propos tenus par la cavalière lui va droit au cœur. Elle a le sentiment d’être au bord de l’implosion. Elle sent les regards lourds posés sur elle, braqués vers elle. Elle est littéralement sous le feu des projecteurs. Elle déteste être le centre de l’attention, du moins dans le domaine du privé. Personne n’a besoin d’assister au fiasco colossal qu’est sa vie sentimentale. Malheureusement, la cavalière n’est pas de cet avis. Quelle vipère, songe-t-elle, excédée, l’intérieur de la joue en sang à force d’y planter ses dents. Son self-control légendaire lui glisse entre les doigts, elle le sait, elle a cette boule qui lui noue la gorge et l’estomac, l’impression de suffoquer sous le poids de la révélation, c’est comme un coup de poing dans le ventre. Autrement dit, douloureux et imprévisible. « Très classe, Winona, vraiment. » Elle a presque envie d’applaudir, elle s’abstient de justesse. Le ton est tranchant, âpre et acéré. En réalité, elle a envie d’hurler, de cracher ses poumons. Tu ne peux pas, tu dois montrer l’exemple, garde ton calme et ton sang-froid, s’intime-t-elle malgré un manque de convictions certain. Elle en a plus qu’assez de devoir se montrer irréprochable, elle est humaine après tout ! Quelle femme ne réagirait pas à de tels propos au juste ? Aucune, à moins qu’elle ne soit partisane du concept de polygamie, ce qui n’est certainement pas son cas. La jalousie, c’est moche, elle le sait, en même temps elle est justifiée. « Tu dépasses toutes les limites de la bienséance à ce que je vois. » Manque de respect. Vantardise. Coup bas. Démonstration en public. Elle a le chic pour initier les conflits et raviver la discorde entre cavaliers et olympiens. Qu’est-ce qu’elle peut bien chercher, quel est le but ? C’est la question du jour. Elle est presque sûre que la réponse ne lui plairait pas. Elle ne comprend pas Abel, la confiance qu’il peut placer en Winona, c’est insensé, il joue avec le feu. Ça se voit comme le nez au milieu de la figure qu’elle n’a rien de fiable, qu’elle n’est pas clean. Parlant de nez… Elle ouvre la bouche, scelle ses lèvres sans attendre. Rien ne sort, à quoi bon user de mots ? Instinctivement, le poing se referme à en blanchir les jointures de ses doigts. Trop c’est trop. Elle est en colère, blessée, l’ego en miettes. L’acte qui s’ensuit n’a rien de réfléchi, au contraire, il est impulsif à souhait, dicté par la rancœur. Le poing vient soigneusement s’écraser en plein milieu du visage de la blonde, lui effaçant instantanément son sourire triomphant. Elle vacille soudainement, la cavalière, probablement surprise par ce déferlement imprévu de violence. Bon sang, qu’est-ce que ça fait un bien fou, lui susurre une petite voix intérieure on ne peut plus véridique.


● ● ● ● ●

You step outside, you risk your life. You take a drink of water, you risk your life. Nowadays you breath and you risk your life. Every moment now, you don’t have a choice. The only thing you can choose is what you’re risking it for. —
every moment matters.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Riders + j'peux pas j'ai poney
avatar
Riders + j'peux pas j'ai poney
Hurlements : 264
survit depuis le : 20/04/2017
capsules de troc : 430

MessageSujet: Re: (II) Je vous emmerde avec le cœur + winona    Lun 2 Oct - 17:09





peyton & winona
« je vous emmerde avec le cœur »

Sur ce coup c'est vrai que peut-être elle avait crié victoire trop vite. Peut-être. Mais rien qu'à voir la tête de Peyton, ça en valait bien la peine. Elle sent que tout son self-control lui échappe, qu'elle ne contrôle plus grand chose et que très bientôt elle ne contrôlera plus rien du tout. Ce n'est qu'une question de secondes. C'est ça qui fait autant jubiler Winona. C'est ça qui l'a fait sourire sans interruption. C'est puéril. Toute cette situation l'est. Elles ne sont plus des femmes réfléchies mais ni plus, ni moins, que des adolescentes en rutes. Deux jeunes filles qui crèvent de jalousie, cherchent à se faire du mal tout ça pour les beaux yeux d'un garçon. Et le plus amusant dans cette histoire, c'est que Winona n'en veut pas de ce fameux garçon. Il n'est qu'un jouet dans un plan beaucoup plus ambitieux. Tout comme Peyton. C'est trop facile. Elle baisse sa garde, si sûre d'avoir remportée cette manche quand en réalité rien n'est fait. Ce n'est qu'un round parmi d'autres. Et elle n'a rien gagné du tout. Peyton le lui prouve en une fraction de seconde. Elle a encore des tripes la rouquine. « Oh si on peut plus rire de rien ! » Elle hausse simplement les épaules, se trouvant particulièrement drôle. Ce n'est clairement pas au goût de Peyton qui ne rit pas du tout. Et bientôt Winona ne sourira plus. Elle n'a pas le temps de réagir. Elle est trop occupée à savourer sa pseudo victoire, à regarder le visage de sa némésis changer. Elle ne voit rien mais elle sent très vite la douleur lui écraser le visage, se répandre dans tout son corps. Elle vascille sur ses jambes, sans pour autant perdre totalement son équilibre. Elle ne tombe pas et c'est une bonne nouvelle en soi. Elle voit rouge. Littéralement. Elle voit le sang s'écouler de son nez, tomber en grosses gouttes sur le sol, inonder le bas de son visage. Elle entend distinctement ses hommes dégainer leurs armes et elle rage. Elle lève une main pour les arrêter et crache au sol. « Bougez pas ! » dit-elle, la voix cassée par la douleur. Son nez lui fait vivr eun véritable enfer. Elle est presque sûre qu'il est cassé mais ne le saura qu'une fois de retour au ranch, auprès du médecin. Elle crache encore au sol, grimace, de douleur mais aussi parce qu'une bonne partie de son sang se répand sur le sol. Son regard rencontre finalement celui de Peyton qui jubile à son tour. Elle a de quoi. « Bien envoyé Yates. » Elle ne réplique pas. Ce n'est pas l'envie qui lui en manque, seulement la situation est assez compromise comme ça. Enfin, tous les Olympiens vont voir leur leader pour ce qu'elle est vraiment : une fraude. Elle ne sourit plus. C'est pas l'envie qui lui manque. Mais elle a trop mal pour envisager de sourire. Elle se croit encore vainqueur. « Vous avez tout ? » lance-t-elle à ses hommes. La réponse ne se fait pas attendre. « On dégage alors. » Elle reste à l'écart, à bonne distance de Peyton qui pourrait très bien lui envoyer un second coup. Elle avise les Olympiens autour, à moitié choqué par la scène, à moitié ravi. Pour sûr que la leader devra des explications à sa bande de hippies. « On se retrouvera Yates. Et là tu pourras pas compter sur ta putain d'ville pour te sauver. » Elle attrape un bout de tissu qu'on lui tend et s'essuie le visage avant de récupérer la bride de son cheval, de s'y hisser et de toiser Peyton. Elle ne se gêne pas pour approcher son cheval au plus près de la leader, rien que pour palper sa crainte. Et, sans rien attendre de plus, elle repart par là où elle est arrivée. Moins sûre d'elle, plus énervée mais toujours avec cette même envie de tuer Peyton Yates.


● ● ● ● ●
IN HER DREAMS SHE IS FREE.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: (II) Je vous emmerde avec le cœur + winona    

Revenir en haut Aller en bas
 
(II) Je vous emmerde avec le cœur + winona
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» # 14. Voulez-vous coucher avec moi, ce soir ? ○ Endy&Olympe [HOT]
» Venez vous amuser avec moi !!
» voulez vous coucher avec moi, ce soir ? + poppy jeffrey
» Les seuls beaux yeux sont ceux qui vous regardent avec tendresse.
» Les seuls beaux yeux sont ceux qui vous regardent avec tendresse.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Influenza :: The kids' playground :: Archives d'Influenza :: RP Archivés-
Sauter vers: