AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 
Bienvenue sur Influenza, faites attention à vos fesses, les rôdeurs sont affamés !
N'hésitez pas à jeter un coup d'oeil à nos postes vacants

Nous sommes en septembre 2017. L'épidémie a commencé en octobre 2010. Plus d'information sur l'épidémie { + }

Découvrez la playlist officielle d'Influenza !

Partagez | 
 

 I will run to you ▬ Anaiah

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité

MessageSujet: I will run to you ▬ Anaiah   Mar 30 Mai - 22:54

Felix Alvarez & Anaiah Kholi
« I will run to you

Son violent sursaut fait tomber au sol le fusil de chasse posé comme à son habitude sur ce qui sert de matelas à Felix, réveillant du même coup la chienne qui dormait contre lui. Cette dernière, habitué à ces réveils brutaux, baille à s’en décrocher la mâchoire avant de venir lécher le visage trempé de sueurs froides de son maitre.

Tremblant et encore à moitié endormi, un pied dans son cauchemar, Felix met plusieurs secondes à réaliser qu’il s’est soudainement redressé en position assise et fixe la paroi de taule de sa cabane. La présence de Zia l’aide à reprendre pied avec la réalité et il finit par repousser doucement son museau avant de se passer les deux mains sur le visage. La chienne noire dépose sa tête sur ses genoux en battant faiblement de la queue pendant que Felix se prend plusieurs minutes dans ses pensées, les mains enfouies dans sa fourrure.

Les images de son cauchemar se mélangent avec ceux de ses souvenirs et Felix a du mal à respirer et à l’impression de tomber dans le vide, symptômes d’une crise de panique sur le point de se déclencher. Il s’efforce de faire la part des choses entre la réalité de ses souvenirs et les images d’horreur que son imagination lui a offertes pour combler les zones vides.

Sa petite sœur, hurlant son nom, emporté loin de lui par deux hommes trois fois plus grands et forts qu’elle. Vrai. Un homme, puis deux, ravageant le corps d’Alexa tour à tour alors qu’elle pleure, incapable de les repousser. Faux. Les magnifiques yeux bleus de l’amour de sa vie, de son bébé sœur qu’il a juré de protéger, vitreux et fixant le ciel à l’infini sans plus le voir. Vrai. Des rires d’hommes et leurs paroles à son intention, « regarde », « tu ne peux pas l’aider », « vois ce qu’on lui fait », alors qu’il ne peut détourner les yeux d’une scène qui lui fait monter les larmes aux yeux. Faux. La sensation de la peau d’Alexa, de plus en plus froide, alors qu’il la tient contre lui pendant une nuit entière, refusant de la lâcher ou de continuer sans elle. Vrai.

Felix parvient à faire cesser le tremblement de ses mains et à reprendre le contrôle de sa respiration. Il sait ce qu’ont fait ces hommes à sa sœur de par les marques sur son corps, mais il n’a rien vu. Aussi, il repousse ces faux souvenirs. Que la véritable scène se soit déroulée exactement comme son imagination le lui suggère ou non, cela ne change rien. Les repousser et les ignorer en se raccrochant uniquement aux faits observés est la seule chose qui lui permette de ne pas sombrer.

L’homme avale avec peine et lance un regard hésitant vers la vieille bâche qui lui sert de porte d’entrée. La lumière du soleil filtre au travers des trous de celle-ci bien que peu de bruit lui parvienne des allées étroites de l’Auspex. Il doit être encore tôt.

Felix ramasse son arme tombée au sol et l’appuie contre le mur de sa petite cabane de taule et de bois avant de repousser la couverture de laine qui lui recouvre toujours les jambes et sortir du lit. Lit est d’ailleurs un bien grand mot considérant qu’il s’agit de simples couvertures rembourrées de plumes de volaille sauvage et de vieux papiers journaux jaunis posés à même le sol terreux de sa cabane. Seul luxe, un vieil oreiller rembourré à de nombreuses reprises avec toutes sortes de mousses trouvées ici et là. Il pourrait probablement se permettre plus, avec la vente des produits de sa chasse au marché de la carrière, mais il n’y voit pas vraiment l’intérêt. Voilà des années que le confort a quitté sa vie et, d’une certaine façon, l’inconfort lui offre une ancre dans la réalité.

Il s’habille rapidement puis sort à l’extérieur. Il grimpe sur une vieille caisse de bois posée près de l’entrée et attrape la petite barrique de métal posée sur son toit et contenant les restes un peu trouble de l’eau recueillie lors de la dernière pluie. L’eau courante, ni même une source d’eau fraiche et potable ne sont pas des luxes que la carrière dispose. Felix s’en asperge le visage et se lave les mains rapidement avant de tenter sommairement de remettre un peu d’ordre dans ses mèches sombres, notant mentalement de passer par la rivière pour se laver correctement lors de sa sortie de chasse.

L’homme retourne ensuite brièvement à l’intérieur pour attraper quelques morceaux de viande séchée, qu’il lance à une Zia de plus en plus impatiente de toucher à son déjeuner, ainsi que deux petites pommes. Il prend ensuite la direction de la porte tout juste à côté de la sienne et n’est pas surpris de la trouver déjà ouverte malgré l’heure encore très matinale.

Buenos días, hermosa. Tu as bien dormi ?  

Felix glisse à l’intérieur de la petite habitation de son amie en lui lançant au passage l’une des deux pommes qu’il a dans les mains avec un vague sourire. Croquant dans la sienne, il pose les yeux sur Anaiah quelques instants, juste le temps qu’elle ne le regarde pas, de sorte qu’elle ne puisse le remarquer.

Car plus encore que la présence de Zia à ses côtés ou que l’inconfort forcé qu’il s’impose, c’est Ana qui l’empêche de devenir complètement fou. Sait-elle seulement à quel point il a besoin d’elle pour continuer à vivre ? Probablement pas. Il ne lui avouera pas non plus, cela dit. Felix a beaucoup trop peur de la perdre pour s’y risquer. Le peu qu’il lui a laissé entrevoir de ses sentiments à manquer de peu de l’éloigner de lui pour toujours, et maintenant qu’il l’a retrouvée, il se fou du reste. Amant ou ami, protecteur ou servant, il sera tout ce qu’elle voudra.

▬ Tu as besoin de moi ce matin ? Sinon je crois que je sortirais tôt. Tu me donneras ta dernière commande de plantes à cueillir, d’ailleurs.  
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: I will run to you ▬ Anaiah   Jeu 1 Juin - 22:01

« I will run to you


Les yeux fermés et le corps frissonnant, la jeune femme met quelques minutes avant de se rendre compte que la couverture a glissé et que ses jambes sont à découvert. Elle grogne un peu, ouvre un oeil lorsqu'un bruit suspect se fait entendre dans un coin de la cabane. Le son du riz qui dégringole la surprend et elle décide enfin de se relever, les sourcils froncés, afin de rejoindre l'endroit où elle entrepose la nourriture, en petites quantités. Mr. Gus, les incisives plantées dans le sac de riz, cesse tout mouvement et la regarde avec ses grands yeux globuleux, faussement innocent.

« Sérieusement ? »

Elle pousse un soupir, secoue légèrement la tête et récupère le rat qu'elle pose sur son épaule afin d'avoir le temps de réparer sa bêtise avec une aiguille et un bout de fil. L'animal couine et mordille doucement son oreille afin de l'amadouer, si bien qu'Ana' décide finalement de lui gratter un peu la tête avant de nettoyer rapidement son visage et son corps. Elle enfile la robe qu'elle a lavée le jour d'avant et qui a été rapiécée plusieurs fois déjà, ouvre la porte de la petite maison afin de laisser passer les rayons du soleil. Les journées sont de plus en plus longues et Ana' prend conscience de tout le travail supplémentaire qu'elle parvient à effectuer maintenant qu'elle peut profiter plus longuement de l'éclairage naturel du jour.

« Alors ! Qui doit-on voir aujourd'hui ? »

Anaiah observe le rongeur quelques secondes avant de s'asseoir à la petite table de fortune qui trône dans le coin de la pièce. Si la cabane possède deux compartiments, c'est bien parce que l'indienne en conserve un pour les patients qu'elle reçoit parfois directement chez elle et qu'elle a isolé grâce à une couverture de laine. Elle glisse un doigt sur le calendrier qu'elle a réalisé et qui lui permet de se rappeler ce qu'elle doit faire et qui elle doit voir, fronce légèrement les sourcils en donnant distraitement quelques morceaux de céréales au rat quémandeur. L'animal relève pourtant rapidement la tête lorsque la chienne entre dans l'habitation derrière son maître et Anaiah a tout juste le temps de relever les mains pour attraper la pomme que Felix vient de lui lancer, un léger sourire aux lèvres.

Mr. Gus s'est déjà glissé jusqu'au sol pour rejoindre la fourrure soyeuse de la chienne et y planter ses minuscules griffes afin de se hisser sur son dos, petite langue sortie qui s'évertue à lécher les oreilles canines avec entrain.

« Bon matin ! Bien dormi et toi ? »

Elle devine que son sommeil a encore été troublé par les cauchemars en voyant les cernes sous ses yeux, le remercie silencieusement pour la pomme alors qu'elle s'empresse d'en prendre une bouchée. Le couinement de Mr. Gus la fait soupirer et elle lui en donne un petit morceau, qu'il attrape entre ses pattes avant, bien installé sur le dos de sa meilleure amie.

« Attends, j'avais fait une liste. »

Elle se retourne afin de fouiller dans les dizaines de papiers qui jonchent la table minuscule, retrouve enfin les noms des plantes dont elle pourrait avoir besoin.

« Sureau, gingembre et arnica en priorité, si tu en trouves. Je peux t'en donner un échantillon pour que tu vois à quoi elles ressemblent. »

Alors qu'elle s'apprête à fouiller dans ses réserves personnelles de plantes, une femme fait irruption dans l'habitation, un enfant dans les bras.

« Vous devez m'aider ! Il ne respire plus, il va mourir ! Je vous en prie, vous devez faire quelque chose ! »

Anaiah s'approche rapidement, tente d'atteindre l'enfant, mais la mère paniquée referme ses bras sur le bambin de sept ou huit ans. L'enfant respire mal, cherche son air et semble à deux doigts de l'inconscience. Or, sa maman est trop anxieuse pour saisir l'importance de lui laisser de l'espace afin qu'il puisse retrouver une respiration un peu plus aisée.

« Il a été piqué ou bien ça s'est déclaré comme ça ? » demande-t-elle d'abord alors qu'elle ne voit pourtant aucun signe de gonflement au niveau du cou du gamin. « Madame, vous allez devoir vous calmer. Déposez-le ici. C'est important. » ajoute-t-elle simplement alors que la femme se met à tout raconter, sans prendre le temps de respirer.

Ana' jette un rapide coup d'oeil à Felix, lui demande silencieusement s'il peut prendre en charge l'enfant pendant quelques minutes, le temps qu'elle puisse tenter d'apaiser un peu la mère.

« Vous devez faire quelque chose ! Il va mourir ! »

Anaiah attrape les épaules de la mère afin de l'éloigner du petit garçon.

« Tu peux faire chauffer de l'eau s'il te plaît ? Il y a de la molène dans l'armoire. L'infusion devrait lui faire du bien. Venez, on va prendre un peu l'air. »

Elle oblige la mère à la suivre jusqu'à l'extérieur de l'habitation, pose une main sur son épaule afin de la calmer, mais également de la retenir. Lorsqu'elle revient dans la cabane, plusieurs minutes plus tard, persuadée que tout va bien à l'intérieur puisque Felix n'aurait pas hésité à venir la chercher, c'est pour retrouver le petit garçon assis sur l'un des vieux tabourets, une tasse à la main et le chasseur tout près de lui. Surprise par la complicité qui semble s'être tissée entre les deux en quelques minutes à peine, Anaiah demeure sur le pas de la porte de peur de les déranger. Un frisson lui parcourt l'échine alors qu'elle ne s'était pas attendue à ce genre de scène.
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: I will run to you ▬ Anaiah   Sam 3 Juin - 7:17

Felix Alvarez & Anaiah Kholi
« I will run to you

À la question sur son sommeil, Felix ne fait qu'hocher la tête sans rien ajouter de plus. Il ne lui mentira pas en lui disant qu'il a bien dormi, mais comme pour beaucoup de choses, même avec Anaiah, il ne souhaite pas entrer dans les détails de ce qui cloche avec lui.

Il la laisse donc retrouver la liste des plantes dont elle a besoin en silence, patient, et lance un regard en coin au duo que forme Zia et Mr Gus. Les deux bestioles s'adorent, littéralement. Étrange duo improbable et adorable dans ce monde de fous. Ils arrivent à lui arracher un nouveau sourire qui perdure lorsque la jeune femme revient vers lui pour lui passer commande. À sa proposition de lui donner des exemplaires des végétaux recherchés, Felix attrape sa main pour la retenir et secoue négativement la tête.

▬ Non, ça va aller. Je me souviens d'elles des dernières fois.

Ses doigts s'attardent un peu trop sur les siens, avec douceur, mais dès que le cœur de l'homme se met à battre plus rapidement, il rompt le contact et se détourne, faisant un pas en direction de la porte, prêt à prendre congé. Ce que son cœur désire n'est pas la même chose que ce que le sien souhaite, il le sait, maintenant. Elle le lui a fait comprendre. Aussi, il se refuse à se laisser aller à ces élans qui le poussent vers elle de cette façon.

L'arrivée subite d'une femme dans la petite demeure le coupe néanmoins dans son élan. Il hoche ensuite la tête aux directives de la médecin et alors qu'Anaiah entraine la femme à l'extérieur pour la calmer, Felix met un genou au sol pour être à la hauteur de l'enfant.

▬ Hey, cariño. Je m’appelle Felix, et elle Ana. C'est une médecin incroyable, tu n'as rien à craindre. Je vais avoir besoin de ton aide pour que tu ailles mieux maintenant, d'accord?  

Le garçon hoche la tête malgré qu'il chancelle de plus en plus sur ses pieds en se tenant douloureusement la poitrine, respirant avec difficulté. Felix lui offre un sourire aussi encourageant que reconnaissant pour son effort puis le prend dans ses bras pour l'emmener vers le petit feu dans le coin de la pièce. L'enfant n'oppose aucune résistance, s'appuyant même contre son épaule, probablement trop faible pour refuser le support.

Felix remplit rapidement un petit chaudron avec l'eau de la réserve d'Anaiah, le dépose sur le feu puis se tourne vers l'armoire de simples tout en expliquant ce qu'il fait au garçon toujours dans ses bras. Saisissant le contenant de molène, il la donne à ce dernier pour lui donner quelque chose à faire et sur quoi se concentrer. Attrapant également une vieille tasse à l'imprimé si usé qu'il est impossible de deviner ce qu'il a un jour été, il retourne près du feu et dépose l'enfant sur un tabouret.

En attendant que l'eau bouille, Felix continue de parler, reprenant comme s'il ne les avait jamais quittés ses habitudes de grand frère. Alexa, sa petite soeur, souffrait elle aussi de problèmes respiratoires. Asthmatique et prompte aux crises de paniques, ils avaient du se rabattre sur de nouvelles solutions avec la disparition progressive des médicaments, après 2010. Felix sait donc très bien que les infusions sont tout aussi importantes que de bonnes techniques de respirations. Empêcher l'enfant de paniquer et d'ainsi empirer sa crise est également essentiel.

▬ Es-tu capable de me dire ton nom ? Prend ton temps pour répondre, ne t'inquiète pas.

▬ Li... Liam.

▬ Très bien, Liam. Peux-tu me donner un nom qui débute avec la lettre A ?

L'interrogation et la surprise se lisent dans les yeux de l'enfant, mais devant le silence de Felix et son regard sérieux et encourageant, il finit par répondre à cette drôle de question.

▬ Ana ?

▬ Haha! Bien joué, excellent choix. Et un en B maintenant?  

Les unes après les autres, les lettres défilent et à mesure que les noms s’enchainent, le jeune garçon se prend au jeu et tente de trouver des réponses drôles ou originales. Au même rythme, sa respiration s'apaise. Elle reste laborieuse, mais occuper son esprit ailleurs l'aide visiblement à ne pas risquer de suffoquer à chaque inspiration. Pendant ce temps, l'eau s'est mise à bouillir et Felix a mis les feuilles à infuser dans la tasse. Il la donne ensuite au gamin, lui disant d'attendre un moment avant de la boire, question de ne pas se brûler, mais de tenter de respirer au-dessus de celle-ci.

Tout concentré qu'il est sur l'état de Liam, Felix ne remarque pas qu'Ana est entrée de nouveau dans la cabane. Comme à chaque fois qu'il aide la jeune femme à soigner un enfant, il s'est métamorphosé. L'homme distant et au sourire rare n'existe plus. Déjà, son visage s'est éclairci, illuminé par un sourire sincère et communicatif, et une étincelle dans ses yeux semble les faire revivre. Le changement reste néanmoins sa voix, enjouée et chaleureuse, voir même rieuse par moment. Felix n'est déjà pas le même avec Anaiah, qui n'est pas étrangère à cette facette de lui, mais même elle ne fait pas ressortir cet homme qu'il a été autrefois aussi bien.


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: I will run to you ▬ Anaiah   Lun 5 Juin - 5:39

« I will run to you


Anaiah sent la présence de la mère de l'enfant dans son dos et pourtant, elle ne s'en préoccupe pas vraiment, trop perturbée par l'attitude de Felix. Lorsqu'il se trouve en sa compagnie, Felix est différent. Plus doux, plus souriant, moins agressif aussi. Avec des enfants dans les parages néanmoins, il se métamorphose complètement et elle se rend compte de la facilité avec laquelle le chasseur réussit à interagir avec eux et à gagner leur confiance. Son attitude la surprend encore aujourd'hui alors qu'elle appuie son épaule contre le mur de la petite cabane pour les regarder, heureuse de voir le gamin en meilleure forme. L'idée des prénoms à nommer est excellente afin d'obliger l'enfant à penser à autre chose et elle se mordille légèrement la lèvre pour ne pas rire lorsque le petit garçon se met à réfléchir vigoureusement, la langue entre les lèvres.

Zia et Mr. Gus se trouvent toujours dans un coin de l'habitation, apparemment heureux de se retrouver et c'est l'enfant qui remarque en premier la présence de sa mère et de la soigneuse en relevant la tête après avoir bu une gorgée de l'infusion préparée par Felix. Il semble aller beaucoup mieux malgré une respiration encore difficile et Ana' s'approche doucement, un petit sourire au coin des lèvres, afin de l'examiner.

« Alors, mon grand, Felix s'est bien occupé de toi ? »

Son regard se tourne quelques secondes vers le chasseur afin de capturer ses iris et Anaiah se mordille discrètement la lèvre avant de reporter son attention sur le garçon.

« Oui. »

La mère de l'enfant s'approche à son tour, les bras tendus et Ana' doit se retourner vers elle afin de la retenir, un avertissement silencieux dans le sombre de ses prunelles. Puisque son petit garçon semble soudain hors de danger, l'anxiété de la mère diminue considérablement et elle décide plutôt de s'assoir non loin de son fils, sans le toucher.

« Comment tu te sens ? Le breuvage chaud te fait du bien ? »

Le matériel médical est assez limité, mais Anaiah possède toujours son vieux stéthoscope de médecine, si bien qu'elle peut écouter la respiration de l'enfant et s'assurer qu'il est tiré d'affaire.

« Ça va mieux. »

Le garçon demeure plutôt calme pendant qu'elle l'examine et l'indienne se relève finalement pour récupérer quelques feuilles de molène qu'elle dépose dans un nouveau contenant avant de le tendre à la mère.

« Je pense que votre fils est asthmatique. C'est important pour lui d'apprendre à gérer ses crises et vous devez rester calme afin de ne pas le faire paniquer. Elles surviendront probablement encore, que ce soit après l'effort ou même dans un moment de détente. Vous devez apprendre à garder votre calme et à rassurer votre enfant. Les infusions de molène peuvent aider à calmer les constrictions des bronches. »

Elle se tourne ensuite vers le petit garçon, lui donnes quelques exercices à faire afin de retrouver une respiration plus ou moins normale lorsqu'il sent qu'il manque d'air et qu'il étouffe. La maman semble à deux doigts de se remettre à angoisser, mais Ana' lui offre un sourire rassurant, demande à ce qu'ils restent quelques minutes supplémentaires afin de s'assurer que la crise est bel et bien passée. Ana' connait désormais le prénom de l'enfant et son âge, apprend également qu'il a deux petites soeurs

Lorsqu'ils quittent l'habitation, le calme revient rapidement et Ana' sourit en posant son regard dans le sombre des iris masculins.  

« Tu as un don, avec eux, tu sais ça ? »

Elle s'approche doucement, pose l'une de ses fesses sur le tabouret que vient de quitter Liam.

« Merci pour tout ce que tu fais. »

Hier, aujourd'hui, demain.

Elle se rappelle encore la sensation de ses doigts sur les siens lorsqu'il l'a attrapée par la main pour l'empêcher de se retourner, plusieurs minutes auparavant. Elle gère déjà mal ses propres émotions, gérer celles des autres s'avère particulièrement compliqué en ce moment et elle refuse de réfléchir aux paroles précédentes du chasseur, quelques mois plus tôt. Si son comportement avec Liam l'a séduite, elle doit reprendre le contrôle de sa tête et se relève finalement afin de remettre un peu d'ordre au sein de l'armoire de plantes médicinales et ainsi dissimuler son trouble.
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: I will run to you ▬ Anaiah   Lun 12 Juin - 3:51

Felix Alvarez & Anaiah Kholi
« I will run to you


Lorsque Felix entend Anaiah entrer de nouveau dans la pièce, Felix offre un sourire encourageant à Liam puis se retire. Reculant pour se faire discret au fond de la pièce afin de laisser toute la place à la soigneuse, il observe l’échange entre cette dernière, l’enfant et sa mère avec un demi-sourire.

La femme lui rappelle sa propre mère. Elle aussi s’inquiétait énormément pour sa fille et ses problèmes de santé et n’arrivait qu’à grande peine à rester calme chez le médecin. Felix, lui, avait toujours eu un don pour rester calme et en contrôle pendant ce genre de situations. Son père, prisonnier des longues heures de travail dans la petite épicerie familiale, ne pouvait pas accompagner sa femme et sa fille chez le médecin, aussi, c’était Felix qui l’accompagnait. D’aussi loin qu’il se souvienne, il a toujours pris soin d’Alexa, l’ayant pratiquement élevée jusqu’à ce qu’il doive quitter la maison familiale pour aller travailler au Big Bend National Parc.

La ressemblance s’arrête là néanmoins, cette femme étant grande et menue, blonde et très clairement américaine jusque dans ses ongles de pieds. La mère de Felix, elle, était toute petite avec des cheveux sombres, était plutôt ronde et, par-dessus tout, était incroyablement chaleureuse.

Le charme se rompt donc lorsque la mère de Liam se lève pour partir, s’attardant seulement quelques instants après avoir remercié Anaiah pour se tourner vers lui et le remercié à son tour d’un hochement de tête. Le sourire de Felix, bien qu’un peu coincé, s’élargir aux commissures pour toute réponse. Il regagne néanmoins en naturel lorsqu’il croise le regard de Liam qui lui envoie la main pour lui dire au revoir.

Il fait deux pas vers le centre de la pièce de nouveau calme et silencieuse avec l’étrange impression qu’un minuscule ouragan y est passé sans laisser d’autres traces qu’une petite tasse vide sur un tabouret.

▬ Tu as un don, avec eux, tu sais ça ?

Felix croise le regard d’Anaiah. Il met une pause avant de pencher la tête sur le côté et de hausser les épaules avec un petit sourire à la fois embarrassé et amusé, avec un petit quelque chose de triste derrière. Le charme ne s’étant pas encore complètement dissipé, il laisse sans trop y penser la porte s’entrouvrir sur son cœur et son passé.

▬ I guess. Mais je crois que ça doit surtout venir du fait que je suis l’ainé d’une famille de trois, et que j’ai pratiquement élevé ma petite sœur.

Il a déjà évoqué l’existence d’Alexa avec la jeune femme, mais jamais en détail ou plus qu’une allusion. Car même avec Anaiah, Felix ne s’ouvre normalement que très difficilement. Les souvenirs font trop mal et ils lui reviennent déjà assez la nuit ou en flashback traumatique incontrôlable. Ne pas en parler les isole dans un monde qu’il contrôle et peut étouffer. Les décrire en mots les rend beaucoup trop vrais et violents, les arrachant à son contrôle déjà précaire. Et, après tout, qui n’a pas de souvenirs lourds à porter, de nos jours? Qui n’a pas perdu la majorité sinon toutes les personnes qui leur étaient chères? Qui n’a pas vécu au moins une histoire d’horreur en ces temps d’apocalypse? Lui n’est pas différent. Il ne voit donc pas l’intérêt de partager ses propres malheurs avec ceux qui en ont déjà trop à porter.

▬ Merci pour tout ce que tu fais.

Son sourire disparait et Felix redevient sérieux. Il se perd quelques secondes dans les prunelles de son amie, y lisant ainsi son remerciement et tout ce qu’il implique avec plus d’efficacité que les mots.

▬ Ce n’est rien. C’est la moindre des choses, après tout.

Sa dette envers Anaiah, encore et toujours. Elle est plus grande qu’il ne croit pouvoir lui repayer un jour, et pas uniquement parce qu’elle lui a sauvé la vie, il y a plus d’un an. Car plus que de l’empêcher de mourir de sa blessure, elle l’a préservé et le préserve toujours de la folie.

▬ It feels right, you know? Il y a peu de choses qui le sont, de nos jours, alors…

L’homme secoue la tête pour effacer le sujet et esquisse un nouveau sourire, plus doux cette fois.

▬ Tu as un don toi aussi, j’espère que tu le sais. Tu fais le bien autour de toi, même en ces temps de fou, sans jamais douter de la bonne chose à faire. C’est un talent rare. Et il y a tellement de gens qui se reposent sur toi ici, qui seraient perdus si tu n’étais pas là.

« Moi le premier. » Mais ces mots, il les garde pour lui.


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: I will run to you ▬ Anaiah   Jeu 22 Juin - 5:23

« I will run to you


Après quelques recommandations, Anaiah laisse le petit garçon et sa mère quitter la cabane, sourit lorsque son regard croise finalement celui du chasseur. Elle a évidemment remarqué l'aisance avec laquelle il s'adressait au gamin, quelques minutes auparavant, et si cette attitude l'a d'abord séduite, ce n'est rien comparé au sourire qu'il lui offre ensuite. Elle devine une pointe d'amusement dans ses traits, mais le sent rapidement nostalgique lorsqu'il ouvre la bouche pour s'adresser à elle. Felix lui a déjà parlé de sa petite soeur, mais elle ne sait que très peu de choses sur elle en dehors du fait qu'elle est morte et qu'elle était plus jeune que lui. Elle aurait pu lui poser davantage de questions lorsqu'il abordait le sujet, mais elle avait préféré ne pas s’immiscer dans sa vie personnelle, persuadée qu'il lui en parlerait un jour s'il en ressentait le besoin.  

« Je comprends. »

Étant la cadette de sa fratrie, la soigneuse n'a jamais vraiment eu à veiller sur quelqu'un, mais le comportement de ses frères envers elle devait probablement ressembler à l'attitude de Felix lorsqu'il se trouvait encore en compagnie de sa soeur.

« Je t'imagine assez bien, en grand frère surprotecteur. »

Elle lui offre un sourire alors que ses iris ne quittent pas la silhouette masculine et qu'elle se rapproche un peu pour s'installer sur le tabouret. Pourtant, lorsqu'elle le remercie pour tout ce qu'il fait pour elle depuis son arrivée à la carrière, Anaiah se mordille la lèvre et se redresse afin de rompre le contact visuel. Elle se retourne pourtant vers lui lorsqu'il répond, ouvre la bouche pour lui assurer qu'il ne lui doit absolument rien avant de la refermer silencieusement. Elle le connait, Felix, et elle sait que ça ne vaut pas vraiment la peine de discuter, qu'elle ne parviendra jamais à le faire changer d'avis. Elle a fait son travail, bien sûr, lorsqu'elle l'a récupéré pour prendre soin de lui, mais si elle s'implique autant auprès de tous ses autres patients, Felix est bel et bien le seul avec qui l'indienne a tissé un fort lien d'amitié. Il a un petit quelque chose de plus qu'elle est bien incapable d'expliquer pour le moment.

L'explication qui suit lui soutire un petit sourire en coin alors qu'elle hoche la tête afin de lui signifier qu'elle est en effet d'accord avec lui. Il a raison et c'est probablement ce qui l'a poussée à rester à la carrière plutôt que de retourner à Olympia, quelques années auparavant. Les habitants avaient besoin d'elle et elle ne pouvait pas les abandonner comme ça.

« C'est dommage qu'il n'y ait pas suffisamment de gens comme toi.  »

Elle soupire, replace une herbe dans l'armoire avant de se retourner afin de lui faire face à nouveau lorsqu'il reprend la parole. Elle sent ses joues rougir légèrement à ses compliments, se mordille la lèvre en croisant doucement les bras, un peu distraite par le jeu du rat et de la chienne, non loin d'eux, qui semblent se poursuivre avec entrain.

« Tu exagères. Mais c'est gentil. Je fais de mon mieux, tu sais, même si ce n'est pas parfait. »

Elle ajoute ces quelques mots avec un sourire timide avant de faire tourner quelques branches de menthe entre ses doigts.

« C'est avec un début de journée comme celui-là que je regrette la disparition du café. »

Un rire quitte les lèvres de l'indienne et elle aperçoit Mr. Gus qui relève la tête pour la regarder de loin, sans prendre la peine de s'approcher. Si la chienne s'avère rapide, la petite taille du rongeur le rend particulièrement agile et difficile à attraper, d'autant plus qu'il peut se cacher au sein de minuscules espaces. Anaiah les observe quelques secondes supplémentaires avant de secouer légèrement la tête, amusée.

« Ce soir, je pourrais nous préparer un repas, si tu veux. En plus, si tu réussis à attraper quelque chose, ce sera encore mieux ! But no pressure, you know. »

Elle lui offre un sourire espiègle, appuie son dos contre le mur de la cabane sans le lâcher des yeux.

 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: I will run to you ▬ Anaiah   Jeu 22 Juin - 21:35

Felix Alvarez & Anaiah Kholi
« I will run to you


▬ Je t'imagine assez bien, en grand frère surprotecteur.

Felix sourit en détournant les yeux tout se passant une main dans les cheveux, mal à l'aise. Ses souvenirs se rappellent de plus en plus à lui et alors qu'il fixe le vide, les images d'Alexa, enfant , semblent danser devant ses yeux et le couper de la réalité.

▬ Yeah... je crois bien que j'étais ce genre-là. 

Il se racle finalement la gorge sans rien ajouter de plus, dans l'espoir de repousser ces images et d'éloigner le sujet.

Il aimerait pouvoir parler avec Anaiah de ce sujet, vraiment. Il aimerait pouvoir lui parler de tout, en fait, mais il a si peur de déraper qu'il n'ose pas. Il sait pourtant qu'elle l'écouterait, n'en doute pas une seconde, et elle est bien la seule personne vivante qui lui fait même songer à la possibilité de s'ouvrir. Mais il ne peut pas. Il ne peut physiquement pas le faire. Pas comme ça, pas maintenant, pas encore. Peut-être un jour, s'il survit jusque là.

▬ C'est dommage qu'il n'y ait pas suffisamment de gens comme toi.

L'homme grimace. Mhe. Ça, il en est franchement moins certain.

▬ I really don't know about that. 

Le monde contient déjà assez de cinglés à problèmes comme ça, et franchement, il ne souhaite à personne sa condition. Rien n'est facile pour qui que ce soit, à cette époque de fous furieux, mais beaucoup s'y  sont fait d'une manière ou d'une autre, ont trouvés des moyens de vivre et d'être heureux, plus que simplement survivre. Après la mort d'Alexa, Felix à perdu cette raison pour ne devenir d'une ombre de lui même. Il en a trouvé une nouvelle, en la personne d'Anaiah, et il s'y accroche maintenant avec prudence, de peur  de la briser entre ses mains ou de la faire fuir. Drôle de posture, pour être franc.

Néanmoins, malgré l'avis contraire que lui inspire le commentaire,le compliment implicite fait battre son cœur un peu plus rapidement. Il glisse un regard vers son amie qui lui fait alors dos pour ranger des herbes dans son armoire, et pour un bref instant, il se surprend à espérer. Son coeur accélère encore un peu lorsque le rose  monte aux joues de la jeune femme, à son compliment. Dios qu'elle est belle comme ça.

▬ C'est avec un début de journée comme celui-là que je regrette la disparition du café.

Felix rit avant de répondre :

▬ Je suis chanceux d'avoir toujours préféré le thé, je crois. D'accord, il n'y a plus de ceux que j'aimais le plus, mais je peux toujours m'en faire avec des plantes locales. Tu veux que j'ajoute ça à la liste d'ailleurs? Ça ne remplace pas un café, mais... 

Il hausse les épaules avant de faire un pas vers la porte. Zia relève alors la tête vers lui et saute sur ses pattes, abandonnant son jeu de cache-cache avec Monsieur Gus pour s'élancer joyeusement vers l'extérieur, reconnaissant les signes que la chasse allait bientôt commencer.

▬ Ce soir, je pourrais nous préparer un repas, si tu veux. En plus, si tu réussis à attraper quelque chose, ce sera encore mieux ! But no pressure, you know.

Nouveau sourire, amusé et étrangement doux pour lui qui est si souvent froid et distant. Il hoche la tête et rétorque :

▬ Compte sur moi. L'idée d'un repas cuisiné par quelqu'un d'autre que moi  et mes talents culinaires de merde est amplement suffisante comme motivation. 

En passant devant Anaiah, et comme à son habitude, Felix dépose un bref baiser  sur son front avant de disparaître à l'extérieur sans plus se retourner. Ce geste est en quelque sorte sa façon de lui dire tout ce qu'il ne peut exprimer en mots, dans l'éventualité où il ne reviendrait jamais de son expédition.

+++

Le soleil décline à l'horizon, allongeant les ombres et teintant tout d'une aura dorée lorsqu'il parvient enfin en vue de la carrière. Il a croisé peu d'animaux sauvages sur son passage, les animaux se réfugiant de plus en plus loin dans la forêt et le désert avec la présence humaine stable du secteur. Aussi, il n'a rien pu abattre de la journée. Il fut néanmoins plus chanceux avec ses collets, et c'est avec deux lièvres de bonne taille et une petite dinde sauvage balancés sur son épaule qu'il reprend le chemin d'Augures. Felix est particulièrement heureux de ces prises d'ailleurs, le lièvre étant l'une des viandes favorites d'Ana.

Il arrête en chemin au marché, ou quelques marchands sont encore présents pour vendre leurs produits aux derniers clients de la journée. Il y échange sa perdrix contre un panier de petites pommes de terre et de carottes, et parvient même à négocier pour ajouter une poignée de framboises sauvages au tout.

Lorsqu'il arrive devant chez Anaiah, il frappe à la porte avant de glisser un oeil à l'intérieur. Zia, elle, n'a pas attendu d'invitation avant de s'élancer à la course vers la petite cabane et disparaitre devant lui à l'intérieur.

▬ L'arnica et le gingembre, je t'en ai trouvé en quantité, mais je suis désolé, je vais devoir aller vers l'ancienne réserve pour le sureau, je crois. Et sinon j'ai ça pour me faire pardonner. 

Il montre le panier de fruits et légumes auquel il a accroché les deux lièvres, un petit sourire au coin des lèvres.


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: I will run to you ▬ Anaiah   Lun 17 Juil - 21:57

« I will run to you


Anaiah préfère ne pas intervenir lorsque le brun se perd dans ses pensées, se contente de hausser doucement les épaules afin de lui signifier subtilement qu'elle n'est pas forcément d'accord avec ses propos. Les temps sont durs pour tout le monde et forcément, c'est difficile de garder le moral, jour après jour, alors que les derniers membres restants de l'humanité doivent lutter pour leur survie. Lui aussi a perdu beaucoup de personnes importantes dans sa vie, tout comme elle, et elle sait que ce genre de départ ne se remplacera jamais vraiment, encore moins dans ces circonstances. Les cauchemars la guettent souvent, elle aussi, et même si elle tente de rester optimiste et positive malgré les catastrophes qui s'enchaînent, son coeur est lourd des disparitions qui la secouent encore.

Elle n'aurait pas dû parler de la soeur de Felix puisqu'elle sait à quel point ce sujet-là est sensible pour lui, c'est d'ailleurs la raison principale pour laquelle elle demeure silencieuse par la suite, tente finalement de changer de sujet en parlant du café et de sa disparition soudaine. Le café était nécessaire tout au long de ses études de médecine puisqu'elle n'aurait jamais su compétitionner avec les autres étudiants sans cette dose de caféine qui lui permettait de réviser deux ou trois heures de plus. Lorsque son ami propose de lui ramener des feuilles locales de thé afin d'en faire des infusions, ses lèvres s'étirent en un sourire et elle s'approche de lui pour glisser une main sur son avant-bras.  

« Si tu en trouves. Mais ne prends pas de risques inutiles, d'accord ? »

Elle retire rapidement sa main, un peu mal à l'aise tout à coup, poursuit en lui proposant de cuisiner un repas ce soir-là avec ce qu'il aura réussi à attraper. Elle baisse doucement les yeux pour accueillir ses lèvres sur son front, sent les battements de son coeur s'accélérer face à cette proximité pourtant habituelle. Elle le regarde s'éloigner, la chienne sur ses talons, récupère Mr. Gus qui s'apprête à les suivre, vif comme l'éclair.

« Toi, tu restes ici. »

Elle le glisse dans la poche de sa robe, se mordille légèrement la lèvre avant de préparer ce qu'il lui faut pour sa visite à Ebba. La jeune femme ne va pas mieux et Ana' aimerait bien pouvoir dire qu'elle s'en sortira, hors de tout doute. Or, cette perspective est de moins en moins certaine et l'indienne se contente de prendre soin d'elle et de la soigner de son mieux, sans réussir à la guérir.

***

De nombreuses heures plus tard, Anaiah rejoint sa cabane, fatiguée, mais satisfaite. L'état d'Ebba ne s'améliore pas, mais il ne semble pas se détériorer non plus, ce qui semble être plutôt bon signe dans les circonstances. Elle a aussi soigné une petite fille blessée à la jambe et deux adultes qui se sont mutuellement pris pour des rôdeurs (heureusement qu'aucun des deux ne savait véritablement viser, cela dit, puisque les conséquences auraient été bien plus terribles).

Lorsqu'elle retrouve la petite cabane, Ana' se laisse tomber sur le matelas de fortune qui lui sert de lit, ferme les yeux pendant une fraction de seconde. Ce sont les couinements de Mr. Gus qui la tirent brutalement du sommeil alors qu'il s'infiltre dans sa manche pour lui lécher le bras, visiblement surexcité. L'indienne s'assoit et se frotte un peu les yeux avant d'apercevoir deux ombres qui s'approchent rapidement. Felix et Zia. Elle soupire lorsque le rongeur mordille son pouce, le pousse vers la porte d'une légère pression sur les fesses.


« C'est bon, vas-y ! »

Mr. Gus ne se le fait pas dire deux fois et se met à courir en direction de la chienne qui l'accueille avec un coup de langue majestueux. Ana' secoue légèrement la tête, sourire aux lèvres, alors que Felix se trouve maintenant à ses côtés. Elle dépose un baiser sur sa joue, le décharge de son panier qu'elle dépose sur la petite table de la cuisine.

« Ce n'est pas grave, c'est déjà beaucoup. Merci. »

Elle jette un coup d'oeil aux proies qu'il a ramenées, salive déjà à l'idée de manger un bon repas. Elle est d'ailleurs particulièrement impressionnée qu'il ait pensé à ramener quelques légumes en guise d'accompagnement, ne peut pas s'empêcher de goûter à une framboise.

« C'est trop bon ! »

Elle en prend une autre qu'elle approche de la bouche de Felix afin de la lui déposer sur la langue, se retourne trop tard pour découvrir Mr. Gus sur la table, ses minuscules griffes refermées autour d'un petit fruit rouge. Elle récupère rapidement les framboises qu'elle dépose ailleurs afin qu'elles demeurent hors d'atteinte pour le rongeur, récupère un lièvre qu'elle s'empresse de dépouiller.

« Tu veux m'aider avec le deuxième ? »

Elle demande pendant qu'elle allume le feu et prépare la broche sur laquelle elle installera les lapins dépouillés et vidés. Elle coupe les légumes, les dépose dans une casserole avec quelques plantes comestibles qui lui servent d'assaisonnements. Elle en enrobe d'ailleurs les lièvres, mais doit pourtant attendre que le feu soit moins fort afin d'y installer le petit gibier.

« C'était tranquille aujourd'hui ? Tu as vu des rôdeurs ? »
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: I will run to you ▬ Anaiah   

Revenir en haut Aller en bas
 
I will run to you ▬ Anaiah
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Influenza :: The kids' playground :: Archives d'Influenza :: RP Archivés-
Sauter vers: