AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 
Bienvenue sur Influenza, faites attention à vos fesses, les rôdeurs sont affamés !
N'hésitez pas à jeter un coup d'oeil à nos postes vacants

Nous sommes en octobre 2017. L'épidémie a commencé en octobre 2010. Plus d'information sur l'épidémie { + }

Découvrez la playlist officielle d'Influenza !

Partagez | 
 

 only miss the sun when it starts to snow ~ (ren' diggs)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité

MessageSujet: only miss the sun when it starts to snow ~ (ren' diggs)    Dim 28 Mai - 2:03

+ Aaren Parker Diggs
you see her when you close your eyes



+ Je m'appelle Aaren Parker Diggs mais c'est Ren pour les intimes. De plus, c'est facile à retenir. et j'ai quarante sept années dans la peau, c'est vrai que je ne fais pas mon âge. Avant l'épidémie j'étais barman dans un coin miteux, laissant penser à la clientèle que j'étais heureux de réaliser une tâche aussi méprisante. J'étais également organisateur de combat clandestin, afin de mettre du beurre dans les épinards, la vie n'a pas de sens ni même la trajectoire rectiligne que j'avais fixé. Maintenant, je suis le roi de la carrière, celui qui juge lorsque l'anarchie n'a plus d'emprise sur le commun des mortels. En six ans, j'ai descendu une immense poignée de rôdeurs, j'ai arrêté de compter lorsque la centaine pointa le bout de sa caboche. et j'ai tué quatre personnes. Une erreur que je compte payer jusqu'à la fin, comme une punition que je m'inflige en silence. C'était au début de l'épidémie et je ne souhaite pas en parler. mes armes de prédilection sont la batte de baseball et le colt python 357 magnumet on dit que j'ai du talent pour rassembler, diriger et écouter. Trois grandes qualités que je porte dans mon coeur depuis de nombreuses années déjà. C'est le minimum que je puisse faire pour assurer la survie des miens, de mon groupe et de ma famille.

— profil psychologique
Aaren, c'est avant tout une étiquette qu'on lui colle volontiers à la peau. Une caboche lui donnant le beau rôle du mauvais garçon alors que ce n'est pas du tout le cas. Un charisme pouvant orienter les plus faibles, briser les plus forts. Une âme extravertie, fanfaronnant ses émotions à droite et à gauche, surtout lorsqu'elles étaient mauvaises. Ren est un roi incontesté, aimé des siens et craint des autres. Pour être franc, personne ne voit une autre personne prendre sa place, c'est un personnage haut en couleur que la carrière à la chance d'avoir, dernier rempart contre l'apocalypse. Le quadragénaire n'a pas plusieurs visages, ce n'est pas quelqu'un qui aime la triche. C'est un protagoniste qui impressionne beaucoup, une sorte d'épine qui disparaît, mais qui laisse une douleur atroce, comme une aura pouvant bluffer les uns et faire trébucher le reste. C'est un véritable alpha avec ses enfants, avec les siens. Sa meute est bien plus importante que sa propre petite personne, le second coeur de son corps titanesque. Le roi de la carrière est un personnage authentique, très influant et capable de bouleverser le plus mauvais des adversaires. Une capacité d'élocution intense, objectif d'un homme voulant privilégier le dialogue avant l'or pourpre. Médiateur dans un premier temps entre ses propres enfants, c'est également celui qu'on appelle pour faire appliquer l'ordre ainsi que la justice. Une personne impartiale et très soucieuse de sa communauté. Aaren n'est pas de nature jalouse, cependant c'est un homme rancunier et têtu. Le torchon brûle toujours entre la carrière et la mine, la source du conflit est un poison qui tâche son âme et contraint le roi de changer son fusil d'épaule. Ren est un personnage intelligent, capable de sublimer ses compagnons, on pourrait presque penser que dans une autre vie il était le chef des armées. Sociable de nature grâce à son ancien boulot de barman, il ne semble cependant pas très accueillant la première fois. Toujours cette étiquette méprisante lui collant à la peau, alors qu'il n'a rien d'un tyran, bien au contraire. L'anarchie qui règne sur le camp est une parfaite représentation de son dirigeant, laissant une liberté immense à ses semblables, moralisant lorsque les brebis quittaient le chemin et frappant lorsqu'il venait d'exploiter toutes les solutions qu'il présentait dans sa manche. Débrouillard et à l'écoute des autres, Aaren ne laisse jamais un conflit s'envenimer et essaye au maximum d'anticiper les conflits avant que la goutte d'eau ne vienne faire déborder le vase. Leader rustre parfois, c'est un homme juste et droit dans ses bottes, ayant pour objectif premier de récupérer la forteresse que représente la mine, cité imprenable qui le fait rêver. Amoureux des femmes, il reste cependant distant avec ces dernières afin de ne pas jouer avec le feu, une brûlure reste tout de même, une plaie béante à jamais gravée dans l'âme.


— i wanna be in the room where it happened
PRÉNOM &/OU PSEUDO : Benjamin/UchihaÂGE : 23 ans PAYS : France OÙ AS TU TROUVÉ LE FORUM ? Bazzart MOT DE FIN :      
AVATAR : Jeffrey Dean Morgan
LE PERSONNAGE EST UN poste vacant
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: only miss the sun when it starts to snow ~ (ren' diggs)    Dim 28 Mai - 2:03

— history has its eyes on you

+ there's before ...




Elle était ton soleil. Un rayon, puis un autre. Comme une éclaircie après la tempête, elle se tenait là, devant ta caboche fatiguée. Lorsque ton regard venait rencontrer le sien, une symbiose se formait, paradis aux mille fleurs. L'éclosion prématurée de ton coeur que tu avais fermé en franchissant les portes du bar dans lequel tu gagnais honnêtement ton pain. Cette femme était tienne, ta déesse, ton monde. Ton univers. Tu ne pouvais t'empêcher de sourire lorsque tu voyais ne serait-ce que sa silhouette, un brin de sa chevelure flamboyante dans le vent. Elle était ta préférence, ton évidence. Une poupée articulée que tu gardais jalousement contre ton poitrail, que tu laissais volontiers loin de toute cette merde dans laquelle tu trempais tes pieds chaque jour. Un mot, un seul. Tu t'offrais à elle, parce qu'elle était ta moitié, tes poumons et tes jambes. Une motivation supplémentaire pour supporter le bar miteux dans lequel tu venais de poser tes valises. Le résultat de ton amour se dessinait jours après jours dans son ventre, altérant ses émotions parfois, mais tu t'en moquais, car tu l'aimais bien plus que ta propre personne. Elle était la femme de ta vie, la femme de tes nuits et de tes songes. Celle dont tu as toujours rêvé secrètement, la princesse logeant dans une tour bien plus imposante que ta carrure. Tu avais l'impression de vivre pour elle, grâce à ses qualités et ses défauts, que tu étais le fruit de son expérience scientifique. Tu ne semblais pas humain à côté d'elle qui caressait la perfection du bout de ses doigts. Mais qu'est-ce que tu l'aimais. Bien plus qu'une cigarette accrochée à tes lippes après le boulot, bien plus qu'une mauvaise drogue. Si l'aimer était un crime, alors tu voulais bien céder à la tentation et prendre le costume de l'ennemi public numéro un. Tu voulais bien avoir toute la justice aux fesses rien que pour passer la main dans ses cheveux, caresser du bout de tes doigts la douceur de sa peau et sentir l'héritage de son parfum dans le creux de son cou. Elle était ta raison de vivre et bientôt, tu allais pouvoir devenir son égal lorsqu'elle laisserait le fruit de votre amour quitter son être pour venir entre tes rustres articulations. Archer, Archer Diggs. Ton seul et unique fils, ta plus belle réussite après la naissance de tes deux autres nébuleuses, Alice & Arianna. Tu étais heureux, fier et au bord des larmes lorsque la petite créature venait au monde. Tu ne voulais même pas le prendre dans tes bras, par peur de le briser en mille morceaux, par peur d'être bien trop maladroit pour pouvoir approcher ton fils, ton sang.

Deux mois. Deux putain de mois après la naissance de ton dernier enfant, ta vie prenait une tournure différente. Un acharnement que tu ne pouvais plus supporter, comme si le coup de poker était une manière de t'atteindre, une manière de te faire perdre pied pour toujours. « Diggs, un autre verre putain, deux fois que j'te demande.» lâchait l'alcoolique entre deux postillons, salissant le bois ténébreux de ton bar que tu astiquais machinalement en prenant soin de ne pas répondre. Tu étais silencieux depuis ce triste jour, comme si tu étais enfermés dans une spirale négative, prisonnier d'un cercle vicieux qui ne voulait pas te laisser tranquille. La paix semblait être bien trop cher pour toi, simple mortel. Soudain, tu te souviens de tes larmes ruisselant le long de tes joues, de son corps blanchâtre que tu serrais contre ton torse parce que la douleur était intense, l'impression que ta poitrine allait exploser. Son regard n'avait plus le moindre signe de vie et la tristesse te laissait seul dans cette merde sans le moindre nom. Trois enfants dans les pattes, tu n'étais pas réellement prêt à réaliser un exploit pareil. « Diggs, bordel de merde » lâchait-il encore avec son claque merde suintant l'alcool. Ta main droite venait saisir sa nuque, avant de propulser sa caboche contre le bois ténébreux qui composait ton bar, brisant une rangée de dent au passage. « Tu m'emmerdes, comme vous tous d'ailleurs.» hûrlais-tu en regardant les insectes miteux autour de ton être, de la poudre à canon à la place du regard. La colère s'emparait petit à petit de ton organisme, mais tu n'avais aucune raison de le devenir. Tu étais simplement triste, dévasté par la mort de ton épouse, ta seule et unique épaule lorsque tu broyais du noir. Une bête sauvage blessée, tu soufflais comme un boeuf après cette confrontation, avant de balancer un verre dans le fond du bar. « Barrez-vous tous ou j'sors le pompe putain.» sifflais-tu avant de poser la main sous le comptoir, regardant tes opposants comme durant une putain de guerre. La pièce devenait vide suite à une violente bourrasque, laissant ainsi le lieu désert. Une intimité silencieuse entre toi et la bouteille de whisky, un simple verre symbolisant une barrière de fortune. Tu ne pouvais pas te permettre d'afficher des faiblesses, de ne pas être à la hauteur pour l'éducation et le bonheur de tes enfants. La main venait apporter ta substance alcoolique aux babines, buvant sans le moindre ménagement avant de balancer le verre dans le fond de la pièce. Tu fermais les rideaux, tournant la pancarte pour signaler que le lieu était clos, avant de saisir un balai et de nettoyer tes conneries. Tu prenais ensuite un torchon, pour venir essuyer le sang de l'ivrogne que tu avais assommé contre le bois, avant de fumer une cigarette.

Le combat clandestin, c'était un poison qui dévorait ton être sans arrêt. Tu avais décidé de ne pas établir de limite, de rester sur un même chemin. Tu ne devais pas t'écarter de ta route sous peine de ne plus pouvoir revenir en arrière. La voie était un sacrifice pour tes gosses, pour que tu puisses mettre un peu de beurre dans les épinards, pouvoir rendre les tiens heureux. Tu n'es pas un héros, mais un papa et c'est bien plus stressant que cela, bien plus difficile qu'il n'y paraît. Tu venais de voir le bout du tunnel, alors tu jugeais bon de sacrifier ta vie plutôt que celle des autres. Six mois après le décès soudain de ta femme, tu restais toujours avec cette plaie béante impossible à cicatriser, comme si tu ne voulais pas d'aide, comme si tu pouvais t'en sortir seul, loup solitaire que tu étais à cette époque.



+ and then there's today :





« Fiston, là, dans la voiture.» lâchais-tu en fuyant le visage de ton fils pour masquer ta peur de trouver un démon de plus à l'intérieur de cette caisse, encerclée par un cercle imposant de rôdeur. Trois jours. Trois jours que tu étais sur les routes en compagnie de ton fils à la recherche de ta dernière fille, Arianna. Alicia venait de perdre la vie, à cause de ton manque de vigilance, à cause d'un rien. Le temps d'une seconde, tu préfères oublier cet instant où tu logeais une balle dans le crâne de ton enfant, emmenant avec elle une partie de ton âme pour que jamais tu n'oublis son visage, sa soif de sang. Les yeux rougeâtres à cause des nombreuses larmes de la nuit, tu évitais le contact avec ton fils afin de ne pas montrer tes faiblesses, pour protéger le dernier trésor encore en vie que tu possèdes. Tu ressentais la peur de ta fille à l'intérieur de ce tas de ferraille, tu ne pouvais pas passer ton chemin, tu devais y aller. « Reste là, je m'en occupe.» La batte de baseball dans la main, tu te diriges vers le petit groupe, doucement. Les caboches tombées, tu te penchais en arrière avant de venir briser la vitre avec ton coude enroulé dans un torchon usagé. Arianna hurlait, avant de reconnaître ton visage et te saisir entre ses bras, elle t'attendait, tu étais là, en chair et en os. « C'est fini, on va rentrer à la maison maintenant.» disais-tu sans vraiment savoir la route que tu allais emprunter dans une heure. Tu étais soulagé de retrouver ton enfant, tu semblais si heureux que tu en as même lâché une petite larme, tombant ainsi le masque de l'homme insensible. Tu partageais un moment intime avec ta progéniture, avant de te mettre en route pour trouver un abri, le coeur toujours aussi lourd, mais soulagé dans un sens. Tu venais de retrouver une partie des tiens, mais tu ressentais toujours l'absence d'Alicia, tu t'en voulais de n'avoir eu aucun pouvoir pour lui apporter ton aide, tu étais son père après tout, un héros à ses yeux, capable de vaincre le meilleur des ennemis, la plus virulente des épidémies. Tu étais malheureux, mais pour le bien des autres, tu te devais de reprendre tes esprits et remonter sur ton fidèle destrier pour continuer, porter le vestige de ton clan tant que tu le pouvais encore, pour toujours et à jamais.
Cela faisait environ deux mois que tu marchais dans une direction inconnue, en compagnie de tes deux enfants, Arianna et Archer. Franchissant l'entrée d'une carrière, tu sentais le vent tourner en ta faveur, comme un signe de dieu. Une lumière venant te brûler l'iris, mais tu t'en moquais, tu étais heureux comme la première fois que tu venais de croiser le regard de ton épouse, tu n'avais que dix-sept ans. Après deux longues années à déambuler sur les routes, tu trouvais enfin ton havre de paix : La mine de charbon, la mine d'Hamilton.

« Putain de merde.» sifflais-tu alors que tu voyais le corps de Boris figé sur place, le sang venait de parcourir une bonne zone sur le tissu de ses habits, le temps pressait. Tu voyais Archer, les genoux au sol, en train de se décomposer alors qu'il venait de sauver sa soeur d'un acte bien plus atroce pour une femme qu'un simple assassinat. Tu devais agir vite et bien, ni une, ni deux, tu posais la main sur l'épaule de ton fils avant de t'enduire les mains de sang, tu voulais être le coupable idéal. « Donne-moi ton arme Archer.» laissais-tu échapper d'une voix rauque avant d'imbiber le manche du couteau, devenant pourpre une fois entre tes minettes. « Arianna, va chercher Anita. C'est notre secret les enfants, d'accord ? Je suis coupable, point.» insistais-tu avant de bousculer ta fille pour qu'elle prévienne la maîtresse des lieux, espérant qu'elle soit tout de même clémente avec ta personne, toi qui étais un membre à part entière de son cercle privé. Tu ne pouvais pas laisser ton fils comme ça, tu ne pouvais pas le laisser dans une merde sans nom. Tu n'as jamais été présent avant l'épidémie, sans arrêt au travail pour faire survivre les tiens. Aujourd'hui, ton rôle est légèrement différent, en plus de faire survivre tu dois également veiller sur eux et une nouvelle fois te sacrifier, sans aucun geste en retour, parce qu'ils étaient ta chaire et ton sang.
A l'arrivée d'Anita, tu baissais les yeux,  car tu ne savais pas mentir. Elle prenait sans doute cela pour de la honte ou du regret, mais toi tu préférais fuir son regard pour payer à la place de ton bambin, comme un père exemplaire. Le corps de Boris gisait au sol, tu lui jetais un regard de haine avant de croiser celui de la femme à la crinière ténébreuse en face de ta caboche. « Boris ... je... Il allait violer ma fille, merde.» hurlais-tu au bord des larmes, avant de fixer le sol comme un misérable. « Je .. Fait ce qu'il te plaît après tout. Mais laisse mes enfants en dehors de cette histoire, je t'en conjure.» implorais-tu avant de laisser ta caboche flirter avec la pierre, comme pour appuyer tes dires. Finalement, tu te retrouvais en exil dans la carrière, retrouvant une solitude que tu connaissais par coeur, elle était une amie de longue date. Une sensation que tu ne voulais plus ressentir, mais tu avais l'esprit tranquille, ta progéniture était encore à l'intérieur et en sécurité, comme tu le voulais depuis le début.

L'amertume au bout des lèvres, tu contemples l'entrée de la mine, une clope entre tes lippes. La fumée venait masquer l'horizon que tu regardes, un dessin merveilleux qui te fascine et te répugne à la fois, comme le goût amer d'un café corsé. Tu voulais plus qu'avoir cette décharge pour maison, oui tu le voulais. Comme un venin parcourant tes veines, tu cherchais un moyen de fouler à nouveau le sol rocailleux de la mine de charbon en tant que roi incontesté. Tu voulais détruire Anita Jones, malgré la passion dévorante et le respect mutuel que tu avais pour cette dernière, tu ne voulais pas sacrifier le bien-être de tes enfants pour un simple sentiment, foutaise de l'homme. Tandis que le tabac à l'état de fumée circulait dans ton organisme, tu ne pouvais t'empêcher de te dégourdir les jambes pour réfléchir à une option. La mine était une citée imprenable, elle était une forteresse qui offrait une sécurité optimum et une simple bande ne pouvait pas en prendre le contrôle. Une alliance devait être de mise, de toute évidence cela semblait être la seule solution à trouver grâce à tes yeux. Un accord simple, clair et précis. Les riders seraient sans doute le meilleur camp capable de t'aider à en finir une bonne fois pour toute avec cette putain de mine à charbon, tu voulais cette forteresse sous ton contrôle, quitte à braver quelques interdits.
« Ce n'est pas la fin du voyage Archer, c'est le principe de notre accord, tu ne seras jamais en danger tant que je serai encore capable d'utiliser mes poumons. Je te le promet.» sifflais-tu tandis que ton fils se tenait là, devant toi. La tête baissée, les larmes ruisselant le long de ses joues sans la moindre fin. Ta main droite venait ébouriffer sa crinière, tandis que tu regardais autour de toi, regardant tes hommes silencieux montant la garde, en arc de cercle derrière ton corps de quadragénaire. « S'il te plaît, fais-moi confiance. C'est en quelques sortes un juste retour des choses.» murmurais-tu à son oreille comme pour le faire plier. Légèrement maladroit avec les mots, cette tirade ne semblait pas être ta meilleure, mais bon tu voulais également présenter un masque froid afin de ne pas présenter la moindre faiblesse devant des inconnus. Tu venais serrer ton fils contre ta poitrine, comme lorsque tu découvrais le corps inerte de ton épouse, quelques jours après la naissance d'Archer. Tu ne voulais pas le quitter, tu ne voulais pas le céder, mais il le fallait, il fallait conclure l'échange pour conquérir la mine et vivre enfin une vie tranquille, il fallait que tu acceptes le choix suprême. Tu voyais la silhouette de ton fils s'éloigner, gardant une main dans les poches, l'autre sur ta batte de baseball, contemplant la jeune demoiselle venir en échange. Tu ne disais rien, laissant simplement tes doigts se poser sur son épaule, avant de s'en aller. Jenna Rhodes allait devenir une épine dans ton pied, un venin bien plus coriace que l'amour, bien plus virulent que la haine. Archer allait devenir un prisonnier, plus jamais tu ne feras confiance aux riders, plus jamais.


Aujourd'hui, le soleil se lève et Archer n'est toujours pas là. Tu espérais le rassurer en comptant une tirade de la sorte, mais tu n'as fais que lui mentir. Lorsque la cigarette prononce le chant des braises, tu demandes encore si ce dernier pense à toi, s'il va bien surtout. Ta haine dévore ton être petit à petit, s'attaquant maintenant à tes songes, comme une peste dont tu n'avais pas le vaccin. Tu étais à deux de traiter avec les jackals, une bande de sauvage que tu ne pouvais pas contrôler, que tu ne pouvais pas influencer à ton bon vouloir. Tu voulais cette mine bien plus que tout, mais l'appel du pouvoir attire les ténèbres et tu t'éloignes dangereusement de ta trajectoire. Olympia est une solution également, mais aujourd'hui, tu laisses l'alcool venir brouiller ta caboche, tu ne veux plus penser à rien. Tu veux oublier un court instant que tu es le roi de la carrière.

Merci de développer votre histoire sur l'avant & l'après épidémie sur 500 mots minimum en tout. Rappel : l'épidémie a démarré en 2010.
Revenir en haut Aller en bas
Riders + j'peux pas j'ai poney
avatar
Riders + j'peux pas j'ai poney
Hurlements : 645
survit depuis le : 14/12/2016
capsules de troc : 967

MessageSujet: Re: only miss the sun when it starts to snow ~ (ren' diggs)    Dim 28 Mai - 2:26

Bienvenue monsieur vous êtes bien beau

MAIS C'EST VIIIIIIDE ON EN VEUT PLUS !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

MessageSujet: Re: only miss the sun when it starts to snow ~ (ren' diggs)    Dim 28 Mai - 3:53

Bienvenue à toi! ♥️

Excellent choix de scénario (et Jeffrey Dean Morgan quoi ), le Big Bad Wolf de la carrière en plus, ça va absolument nous prendre un lien What a Face
Bon courage pour nous remplir ta fiche, j'ai hâte de lire ça
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: only miss the sun when it starts to snow ~ (ren' diggs)    Dim 28 Mai - 9:45

@Mallory Cox a écrit:
Bienvenue monsieur vous êtes bien beau

MAIS C'EST VIIIIIIDE ON EN VEUT PLUS !

merci jeune poulette, au plaisir.

Felix Álvarez a écrit:
Bienvenue à toi! ♥️

Excellent choix de scénario (et Jeffrey Dean Morgan quoi   ), le Big Bad Wolf de la carrière en plus, ça va absolument nous prendre un lien What a Face
Bon courage pour nous remplir ta fiche, j'ai hâte de lire ça

merci beaucoup, au plaisir tout de même.
entre membres de la carrière, bien sûr.
Revenir en haut Aller en bas
Riders + j'peux pas j'ai poney
avatar
Riders + j'peux pas j'ai poney
Hurlements : 2738
survit depuis le : 06/08/2016
capsules de troc : 4390

MessageSujet: Re: only miss the sun when it starts to snow ~ (ren' diggs)    Dim 28 Mai - 9:53

Ravi de voir que tu le tente tout de même au final !
Du coup bienvenue ici et bonne rédaction (c'est trop vide ). Hâte d'en lire plus !

● ● ● ● ●

Je garde les pieds sur terre, Je garde la tête froide ; Je garde un revolver, Jusque dans ma baignoire ; Je garde un œil ouvert, Quand je suis dans mon lit ; Je garde le buste droit, La tête sur les épaules

Et pour tout l'univers
Rien que de la méfiance
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Riders + j'peux pas j'ai poney
avatar
Riders + j'peux pas j'ai poney
Hurlements : 961
survit depuis le : 15/04/2016
capsules de troc : 1401

MessageSujet: Re: only miss the sun when it starts to snow ~ (ren' diggs)    Dim 28 Mai - 10:21

REN Contente que tu tentes tout de même, vu que tu lorgnais le personnage, alors ça aurait été dommage !
Je suis impatiente d'en découvrir plus maintenant, en tout cas tu fais des heureuses en cas de questions, n'hésites pas à mpotter Archer et moi-même
Puis, bienvenue sur Influe (et désolée d'avoir fait de la vie de Aaren une véritable pagaille dernièrement Arrow )

edit: j'ai besoin de toi sous pey pour me débarrasser des riders aussi, alors heureusement que t'es enfin là, j'allais désespérer!

● ● ● ● ●

❝ one day or day one. you decide. ❞ Always go with the choice that scares you the most, because that's the one that is going to require the most from you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Olympians + le monde qui est le mien
avatar
Olympians + le monde qui est le mien
Hurlements : 1204
survit depuis le : 14/10/2016
capsules de troc : 1552

MessageSujet: Re: only miss the sun when it starts to snow ~ (ren' diggs)    Dim 28 Mai - 10:26

AAAArreeen Tu vas faire des heureux Excellent choix de scénario avec une bonne tête de badass Bienvenue parmi nous
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

MessageSujet: Re: only miss the sun when it starts to snow ~ (ren' diggs)    Dim 28 Mai - 10:31

@Abel Rhodes a écrit:
Ravi de voir que tu le tente tout de même au final !
Du coup bienvenue ici et bonne rédaction (c'est trop vide ). Hâte d'en lire plus !

Après tout, je fais sans arrêt des concessions, mais là, je ne peux pas, j'adore trop le personnage.
Merci beaucoup, au plaisir et je viens de remplir le caractère, j'arrive, j'arrive.

@Jenna Rhodes a écrit:
REN Contente que tu tentes tout de même, vu que tu lorgnais le personnage, alors ça aurait été dommage !
Je suis impatiente d'en découvrir plus maintenant, en tout cas tu fais des heureuses en cas de questions, n'hésites pas à mpotter Archer et moi-même
Puis, bienvenue sur Influe (et désolée d'avoir fait de la vie de Aaren une véritable pagaille dernièrement Arrow )

Je te pardonne pour l'explosion sentimentale que tu as fais vivre à Aaren, c'est un plus pour moi d'ailleurs, je peux exploiter d'autres sentiers.
Merci beaucoup, j'espère vous retrouvez très vite.

@Bass Ferguson a écrit:
AAAArreeen  Tu vas faire des heureux  Excellent choix de scénario avec une bonne tête de badass  Bienvenue parmi nous

Merci beaucoup Ragnar, au plaisir.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: only miss the sun when it starts to snow ~ (ren' diggs)    Dim 28 Mai - 11:59

Boss... Enfin. Bienvenue parmi nous !
Même si j'crois du coup tu vas pas trop m'aimer toi.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: only miss the sun when it starts to snow ~ (ren' diggs)    Dim 28 Mai - 12:05

Zed G. Hendrix a écrit:
Boss... Enfin. Bienvenue parmi nous !
Même si j'crois du coup tu vas pas trop m'aimer toi.


au plaisir.
Revenir en haut Aller en bas
Riders + j'peux pas j'ai poney
avatar
Riders + j'peux pas j'ai poney
Hurlements : 729
survit depuis le : 26/10/2016
capsules de troc : 1215

MessageSujet: Re: only miss the sun when it starts to snow ~ (ren' diggs)    Dim 28 Mai - 13:36

Aaren

Bienvenue par ici, tu fais un très bon choix !
& le début de ta fiche met en appétit, vivement la suite !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wanderers + j'suis seul au monde
avatar
Wanderers + j'suis seul au monde
Hurlements : 1877
survit depuis le : 10/10/2016
capsules de troc : 2842

MessageSujet: Re: only miss the sun when it starts to snow ~ (ren' diggs)    Dim 28 Mai - 14:25

Ren
Bienvenue
A bientôt dans la carrière en cendres
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

MessageSujet: Re: only miss the sun when it starts to snow ~ (ren' diggs)    Dim 28 Mai - 18:08

au plaisir mes loups.
Revenir en haut Aller en bas
Quarries + le club des clochards
avatar
Quarries + le club des clochards
Hurlements : 578
survit depuis le : 04/12/2016
capsules de troc : 810

MessageSujet: Re: only miss the sun when it starts to snow ~ (ren' diggs)    Dim 28 Mai - 22:01

Bon jeu sur Influenza !
Félicitations. Tu vas bientôt toucher le fond, c'est bien.



Je suis TELLEMENT en joie Ton interprétation de Ren est parfaite et avec la longueur du pv c'était certainement pas facile ! Et puis j'ai une bonne nouvelle, Ari est allée chercher Arch au Ranch (sans rien demander à personne parce que c'est Ari) et ils sont revenus à la Carrière la semaine dernière après un certain temps passé dans les bois :marisa: pls nous tape pas J'suis en amour sur ta fiche putain ! Bienvenue sur influenza

Et te voilà officiellement validé/e ! Pour commencer, il te faut recenser ton avatar. On t'invite ensuite à revendiquer ton titre tes responsabilités, si tu en as. Et, si ce n'est pas déjà fait, pense à remplir ton profil.

Pour bien démarrer, tu peux poster une fiche de liens (en pensant bien à la tenir à jour) et en demander aux autres, créer un scénario si tu as des besoins précis ou un pré-lien s'ils le sont moins. On rappelle qu'il faut impérativement poster un sujet d'activité et que les Wanderers doivent intégrer un groupe dans le mois qui suit leur validation.

Tu peux maintenant librement flooder et surtout RP.

Et tout le staff d'Influenza te souhaite un bon jeu.

INFLUENZA

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

MessageSujet: Re: only miss the sun when it starts to snow ~ (ren' diggs)    Dim 28 Mai - 22:07

merci du compliment et je suis très heureux que cette interprétation soit correct.
encore un stresse de plus mon cher Archer, tu vas morfler, mais je t'aime quand même.
Revenir en haut Aller en bas
Quarries + le club des clochards
avatar
Quarries + le club des clochards
Hurlements : 578
survit depuis le : 04/12/2016
capsules de troc : 810

MessageSujet: Re: only miss the sun when it starts to snow ~ (ren' diggs)    Dim 28 Mai - 22:13

alors j'suis toujours en joie, mais je vais aller me cacher et pleurer dans un coin quand même un petit peu
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

MessageSujet: Re: only miss the sun when it starts to snow ~ (ren' diggs)    Mer 31 Mai - 17:12

TOI. On va faire de grandes choses, ensemble... Je finis mes trucs de staffien et je viens dans ta fiche de lien. Bienvenue parmi nous !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: only miss the sun when it starts to snow ~ (ren' diggs)    Mer 31 Mai - 18:47

JFD excellent choix, bienvenue
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: only miss the sun when it starts to snow ~ (ren' diggs)    

Revenir en haut Aller en bas
 
only miss the sun when it starts to snow ~ (ren' diggs)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» aurore | only miss the sun when it starts to snow
» AUGUSTINE ✎ Only miss the sun when it starts to snow
» only miss the sun when it starts to snow + AEDAN
» miss petite bergere pot de colle ( evreux 27)
» Haïti Couronne une Nouvelle Miss

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Influenza :: The kids' playground :: Archives d'Influenza-
Sauter vers: