AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Influenza a maintenant onze mois !
N'hésitez pas à jeter un coup d'oeil à nos postes vacants

Nous sommes en juillet2017. L'épidémie a commencé en octobre 2010. Plus d'information sur l'épidémie { + }

Découvrez la playlist officielle d'Influenza !

Partagez | .
 

 Candice ♦ La survie n'est pas une question de beauté

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
Invité


MessageSujet: Candice ♦ La survie n'est pas une question de beauté   Sam 27 Mai - 23:08

+ Candice Lynch
Vivre ou survivre ? Là est la question!



+ Je m'appelle Candice Lynch et j'ai 28 ans Avant l'épidémie Avant que tout cela ne vienne à survenir j'avais, si l'on peut dire, deux métiers. J'étais apprentie infirmière, un beau métier s'il en est, mais cela c'était avant que mes amies ne m'inscrivent au concours de Miss Etats Unis pour rire et que, comme pour rire, je me suis retrouvée Miss Etats Unis Maintenant, je suis membre du groupe de MinersEn six ans, j'ai descendu un certain nombre de rôdeurs, je n'ai pas tenue de comptes,
bien plus interessée par la survie qu'autre chose.et j'ai tué 2 humains.
Un homme qui a tenté de violer ma soeur en s'imposant comme notre protecteur et une femme, mordue, qui m'as demandé de la tuer avant qu'elle ne devienne rodeuse.Mes armes de prédilection sont Le smith& wesson 36 et la faucille sont mes amies.et on dit que j'ai du talent pour Ecouter les autres, je suis une bonne oreille, une bonne confidente. Je suis aussi une bonne enseignante grace à ma patience. Quant au reste, disons que je pourrais être une bonne maitresse de maison.

— profil psychologique
Candice est une empathique, une rêveuse. Proche de tous, elle est très sensible et portée sur ce qu'elle peut ressentir, mais surtout ce que peuvent ressentir les autres. Avec une certaine tendance à materner son entourage, on peut la croire un peu niaise ou trop protectrice, mais il est important à ses yeux de se préoccuper de ceux qui restent.
Rêveuse de nature, elle aime parfois, à se perdre dans la contemplation d'un paysage, dans un livre qui la ferait voyager en terres inconnues, dans la silhouette d'une personne qu'elle pourrait désirer sans jamais oser l'approcher pour le lui avouer.
Malgré son ancien statut de Miss, elle n'aime pas se sentir évaluée ou dévalorisée. Elle est comme tout le monde, elle a ses points forts et ses points faibles. Une comparaison n'est qu'un jugement de valeur qui l'agace et la met mal à l'aise.
Surtout qu'elle n'a pas besoin des autres pour cela. D'une grande timidité au naturel, elle une tendance à l’auto dévalorisation des plus importantes, refusant de reconnaître certains de ses points forts. Elle voit bien sur cela comme la vérité ou une sorte d'humilité qui n'est qu'un reflet de son manque de confiance en elle et en ce qu'elle peut accomplir.
Candice est donc très sensible à la personnalisation du contact et sera rarement portée sur l'action, mais plutôt sur l'expression de ses émotions afin d'établir une relation chaleureuse et bienveillante avec autrui. Elle perçoit les gens et les situations au travers d'analyses personnelles de ses sentiments et de ses ressentis.

Elle n'est pas du genre à parler d'elle, il faudra gagner sa confiance pour cela, et partager. Bonne confidente, on peut se tourner facilement vers elle pour trouver une oreille attentive.

Romantique éperdue, elle aime à rêver d'un retour du monde à la normale, d'un chevalier en armure venant la sauver de ce monde en perdition, lui annonçant que plus aucun mort ne se relèvera, que la vie peut simplement reprendre son cours, que ce soit dans cette ville ou partout dans le monde. Elle est assez réaliste sur la situation pourtant, n'oubliant jamais ce qui se cache derrière les murs de la ville, s'inquiétant toujours du jour où ils tomberont pour les laisser aux mains des non-vivants.

D'une grande douceur, la demoiselle cherche à s'impliquer dans sa communauté, porter sa pierre à l'édifice. Elle est courageuse dans le travail et l'effort, ne se plains pas, car se plaindre ne sert à rien. Il faut savoir serrer les dents, avancer, se dire que demain sera un jour meilleur. Impliquée auprès des enfants de la ville, elle cherche à les aider et les éduquer sur tous les sujets possibles que ce soit sur les matières habituelles ou sur le monde qui les entourent et comment y vivre ou y survivre. Elle a vu trop d'enfants disparaître sous les dents de leurs parents pour penser qu'il faut les préserver de tout cela. Ils ont besoin d'apprendre, même s'il faut le faire en douceur et avec tact.

Elle extrêmement sincère dans ses paroles, ses sentiments et ses actes. Et sans parler de rancune, elle ne sait pardonner totalement. Elle gardera toujours en elle le souvenir de la trahison et sa confiance en restera ébranlée. C'est une chose difficile à gagner que la confiance de la demoiselle et la trahir est un simple allé sans retour.


— i wanna be in the room where it happened
PRÉNOM &/OU PSEUDO : Lykath ÂGE : 28 ans PAYS : France/ Bretagne OÙ AS TU TROUVÉ LE FORUM ? Des sirènes m'y ont conduit!MOT DE FIN : Je pourrais faire commande d'une camisole tout de suite ou pas ?
AVATAR : Déborah Ann Woll
LE PERSONNAGE EST UN inventé
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Candice ♦ La survie n'est pas une question de beauté   Sam 27 Mai - 23:08

— history has its eyes on you

+ there's before ...

La vie de Candice est une vie simple. Une vie loin de toutes paillettes, de tout malheur, de toute gloire. Une vie, comme il y en a tant d'autres en ce monde, comme il y en avait tant d'autres devrait-on peut être dire ? Parfois, la simplicité à du bon. Parfois, la vie, telle qu'elle est, telle qu'elle vient, est bien plus intéressante et belle à vivre que celles de ces stars que l'on envie chaque jour pour leurs voix, leur corps, leurs réussites. Personne ne sait de quoi est pavé leur chemin, personne ne sais ce qui se cache derrière les sourires, tandis qu'une vie, une vie banale, tout le monde sait ce qui se cache derrière.
Il y a toujours eu de l'amour autour de Candice. Beaucoup d'amour, de chaleur, de douceur. Elle est l'aînée, la grande sœur, celle qui répare les bobos et surveille les plus petits lorsque le moment est venu pour les parents de se retrouver. Elle est celle en qui l'on a confiance, celle que l'on voit avec un destin extra-ordinaire, une réussite sans commune mesure et pourtant... Aînée de six filles la vie n'a pas toujours était simple pour la jeune demoiselle qui s'est vite vu reléguer du rang d'enfants à celui de sœur, de responsable. L'enfance est faite pour l'insouciance, les rires, les courses et les bêtises. Mais quant à l'âge de quatre ans, on devient la grande sœur, celle qui doit partager, donner, assumer, surveiller. Où est la part d'insouciance ? Bien sûr, les parents sont là, mais les enfants ne sont pas toujours avec leurs parents et dans ces cas-là ? Pourtant, elle a aimé ce rôle. Mon dieu qu'il était fabuleux d'être une sœur, d'avoir du pouvoir, de l'amour, créer une relation de complicité avec celle qui est née après vous.

Mais les années ont passé. Et des sœurs sont encore nées. À l'âge de douze ans, la demoiselle était sœur cinq fois avec les responsabilités que cela entraîne. Être assez grande pour aider, faire le linge, le ménage, un peu de cuisines. Une éducation de future mère, de femme au foyer. Elle le voyait un peu comme cela après sa journée de cours et ses devoirs. Mais elle ne s'en est jamais plaint, bien trop heureuse que ses parents lui accordent une telle confiance. Le lycée arrivé, elle s'est conformée à cette petite vie d'américaine standard. Les amies, les sorties. Elle est entrée dans le groupe des pom-pom girl de son lycée, à eu une relation semi-platonique avec un joueur de basket, comme ont aurai pu l'attendre d'elle. Puis les bals de promo, les robes de princesse et finalement, la couronne en dernière année.

Les relations avec ses sœurs durant ce temps se sont quelque peu détériorées. Elle souhaitait de la liberté, de la tranquillité, mais à la maison, c'était difficile. Les plus jeunes voulaient lui ressembler, lui emprunter sans demander des vêtements, du maquillage, ce qu'elle ne voyait bien sur, pas comme un honneur d'être l'exemple à suivre, mais comme du vol. Alors il y a eu des disputes et des cris. La demande d'un verrou à la porte de sa chambre qui lui fut refusé. Une crise d'adolescence comme tant d'autres, la banalité d'une vie d'américain moyen en somme. Rien d'extravagant à lui offrir. Et puis la fac est arrivée. Une petite fac de l'état du Texas, les parents ne pouvaient pas payer mieux. Des études pour devenir institutrice, une liberté certaine avec une chambre étudiante, un petit emploi à la bibliothèque pour aider à payer les études et puis le challenge.

C'est ainsi qu'il fut pris. Une bonne blague, un challenge. Chaque année Candice ne ratait pas l'émission de Miss Etats-Unis, votant frénétiquement pour sa favorite, au point que ses amies, pour l'amusement, ont fini par l'inscrire au concours en commençant par miss Texas. Tout s'est enchainé de là. Les défilés, les robes, les coiffures et alors qu'elle n'y croyait pas, son nom fut celui que l'on appela pour porter l'écharpe de l'Etat. Un rêve devenue réalité, peut être le seul moment vraiment hors norme de sa vie. Et vint le concours pour Miss Etats-Unis. Pas un instant, elle n'a cru en ses chances, pensant simplement à la chance de participer. D'apprendre les chorégraphies, de porter des robes de créateur, d'avoir ce petit quelque chose rien qu'à elle, ce petit quelque chose qu'aucune de ses sœurs ne pourrait lui enlever. Et puis la soirée d'élection passa, de nouveau des défilés, des danses, une présentation de talent qu'elle porta sur une chorégraphie de danse apprise auprès des pom-pom girl, un questionnaire sur elle, sa personnalité, et finalement le final. Cinq jeunes femmes cotes à cotes, attendants, fébriles. Puis les noms qui défilent. Alabama, Mississippi, Ohio... Plus que deux en liste. Et l'on annonce la Miss de cette année. Texas. Des rires, des larmes, un choc, des salutations, une couronne.

La suite, on la connaît, retour au pays, une fête grandiose pour sa victoire, une famille réjouis, rien ne pouvait mal tourner n'est-ce pas... ?

+ and then there's today :

Comment cela a-t-il commencé réellement ? Le saura-t-on un jour ? Aurons-nous une réponse à cela ? Je me souviens des informations, des cas de grippes en Asie qui inquiétaient le monde entier par sa férocité et sa mortalité. Pourtant, cette grippe était lointaine, on n'y pensait pas, on l'oubliait même. Et pourtant, quelques semaines après, les premiers cas étaient recensés aux États-Unis, les morts se comptaient par nombres, dans tous les états et puis... C'est arrivé. Les morts qui se relèvent. Nous avons cru à une farce de base, une mauvaise blague faite par des adolescents ou que sais-je. Mais la douloureuse vérité était là.
Rapidement, le monde sembla partir en guerre. Les vivants contre les morts. Les enfants contre leurs parents et vice-versa. Je me souviens de la panique dans les rues, des morts déambulant pour attraper ceux qui étaient trop insouciants pour se préoccuper de cette épidémie mortelle. J'étais pour ma part avec mon équipe de Miss. Nous nous préparions pour la passation de couronne qui devait avoir lieu en décembre et j'étais présente à Houston pour le couronnement de la nouvelle Miss Texas. Malheureusement, nous ne la vîmes jamais.
Tous, nous avons souhaité retrouver nos familles, moi comme tout autre, mais ce que j'ai trouvé... Je ne m'y attendais pas. Mes parents avaient contracté la maladie et étaient partis pour l’hôpital, d’où ils n'étaient jamais revenu. Je n'ai pas eu grand besoin de confirmation pour comprendre qu'ils avaient succombé et que mes sœurs étaient livrées à elle-même. Je prie donc le relais, reprenant mon rôle de petite mère qui soulagea bien ma sœur de dix-sept ans. Rapidement, on nous déplaça vers une zone de quarantaine avec bon nombre de nos voisins
Et c'est ainsi que la vie se recréa. Des militaires partout, des baraquements, des coupons de rationnements. Mais nous vivions, nous étions en sécurité et c'était tout ce qui comptait. Bien sûr, nous avons beaucoup pleuré nos parents avec mes sœurs, mais, il fallait continuer à vivre non ? Alors nous avons continué notre vie, nous avons suivi les ordres des militaires, j'avais un minimum de célébrité grâce à mon titre de Miss, cela permettait parfois de gagner un coupon de plus. Puis viens le vaccin. J'obligeais mes sœurs à toutes y passer ! Je voulais m'assurer qu'elles ne viennent pas à décédé et se relever.
Et puis, la chose est arrivée. Une vieille dame est décédée de mort naturelle et s'est... Réveillé pour dévorer son pauvre époux. Je revois la crainte dans les yeux de tous, les cris, alors que les militaires accouraient pour mettre fin au supplice des deux vieux et de ceux qu'ils ont réussi à mordre. Comment cela avait-il pu arriver ? Comment notre monde en était arrivé là ? A part ce lieu où nous avons survécu, j'ai l'impression qu'il ne reste plus trace d'humanité aux Etats-Unis, comme si les morts avaient tout conquis. Moi qui n'avais jamais voulu être une Miss, voilà que j'étais la dernière qui serait jamais élue... Comique non ?

Puis le grand malheur arriva. Une guerre civile ? Il y avait donc d'autres survivants ? Mais pour quoi ? Quel but avait cette guerre ? Le gouvernement fut dissipé, l'armée quitta la zone de quarantaine, nous abandonnant à notre sort. Il ne fallut que peu de temps avant que les personnes de notre zone de survie tentent de s'enfuir, que les morts n'arrivent, que le chaos et le carnage ne nous submerge. En tant que Texane pure souche, j'avais quelques notions de tir et parvenais, avec une arme volée à l'un des militaires à défendre quelque peu mes sœurs durant notre fuite, mais je n'étais pas assez forte pour cela, pas assez instruite sur les armes et la défense. Alors bien sûr, ce qui devait arriver, arriva. Mes sœurs tombèrent sous les dents des morts, quoique je puisse faire pour les sauver. Et quand ce n'était pas les morts, c'était la maladie. À croire que j'étais maudite, que je ne pouvais les sauver.

Combien de temps avons nous passé ainsi sur les routes ? Combien de temps à me battre contre les morts, à économiser les balles à apprendre le maniement des armes blanches seules, à entraîner mes sœurs comme je le pouvais ? Il était loin, le temps où j'étais belle et regardable. J'étais devenue cette bête malingre, aux cheveux hirsutes attachés à la va-vite, survivant de boites de conserve, légumes, fruits, pâté pour animaux. Tout était bon pour survivre. J'ai offert mon corps à des hommes de passage contre un peu de nourriture, quelques médicaments pour les petites. Je devais le faire, pour elle, même si je ne suis plus apte à m'observer dans un miroir désormais.

Et puis, est venu ce jour où nous avons rencontré cet homme qui nous a conduit à un lieu ou tout un groupe d'humains vivait et travaillait. Une carrière ? Une mine ? Les deux se jouxté, mais je ne sais pourquoi, les deux groupes semblaient ne pas s'apprécier. J'ai passé du temps à montrer mes intentions amicale, à faire en sorte que l'on nous accueille, que l'on nous protège et finalement, alors que certains membres des mineurs retournaient chez eux, nous avons été invité à les suivres.

Dans cette mine, nous avions une alcôve, ma sœur et moi. La seule toujours en vie, la seule que j'ai su protéger contre vent et marée. J'avais quelque chose à offrir à ma jeune sœur, un avenir, un espoir. Et je m'y accrocherais quoi qu'il m'en coûte. Mettant mes anciennes études au service de la mine à moins qu'ils n'aient un autre emploi à m'offrir. C'était en Septembre 2016. J'avais donc passé cinq années dans le monde à me battre. Je n'avais pas vu le temps passé.

Puis la vie à repris son cours, j'ai dû me faire des connaissances, apprendre à vivre dans cette mine, aider, me réadapter à la vie en communauté, protéger ma sœur. Puis je suis devenue une part de la communauté. J'ai suivi les aventures entre la mine et la carrière, comprenant le point de vue des hommes des carrières, mais je devais penser à ma soeur et suivre la mine.

L'année vint à finir et une nouvelle commença. La survie avant tout. La vie avant tout. Du moins, je ne pouvais que l'espérer, jusqu'à ce que la grippe frappe. Combien de temps passé au chevet des malades. Au chevet de ma sœur. J'ai bien cru qu'elle allait me quitter elle aussi, mais heureusement, elle se remit sur pied, nous liant un peu plus aux mineurs que j'avais tant soigné. C'est notre maison maintenant, c'est là où nous vivons et vivrons un long moment, jusqu'à ce que le monde, redevienne monde, ou qu'un nouveau naisse des cendres fumantes de l'ancien.
Revenir en haut Aller en bas
Bass Ferguson
Olympians + le monde qui est le mien
avatar
Olympians + le monde qui est le mien


Hurlements : 938
survit depuis le : 14/10/2016
capsules de troc : 1227
MessageSujet: Re: Candice ♦ La survie n'est pas une question de beauté   Sam 27 Mai - 23:09

FICHE VIDE

Bienvenue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Casey Redfield
Miners + on pioche tic toc
avatar
Miners + on pioche tic toc


Hurlements : 1366
survit depuis le : 10/10/2016
capsules de troc : 2001
MessageSujet: Re: Candice ♦ La survie n'est pas une question de beauté   Sam 27 Mai - 23:10

VIDEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEUH

Shame on you


Bienvenue tout de même petite-future-jaune-on-sait-pas-en-fait
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abel Rhodes
Riders + j'peux pas j'ai poney
avatar
Riders + j'peux pas j'ai poney


Hurlements : 2254
survit depuis le : 06/08/2016
capsules de troc : 3428
MessageSujet: Re: Candice ♦ La survie n'est pas une question de beauté   Dim 28 Mai - 1:50

C'est quand même bien vide, tout ça.
Bienvenue à toi, même si à priori t'aimes que les blonds barbus. Bonne rédac' !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Felix Álvarez
Quarries + rois d'la décharge publique
avatar
Quarries + rois d'la décharge publique


Hurlements : 161
survit depuis le : 23/05/2017
capsules de troc : 260
MessageSujet: Re: Candice ♦ La survie n'est pas une question de beauté   Dim 28 Mai - 3:57

Bienvenue ♥

Deborah Ann Woll, c'est un choix badass d'avatar, j'adore
Bon courage pour remplir cette fiche, on veut lire la suite What a Face
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Peyton Yates
Olympians + le monde qui est le mien
avatar
Olympians + le monde qui est le mien


Hurlements : 572
survit depuis le : 28/09/2016
capsules de troc : 1085
MessageSujet: Re: Candice ♦ La survie n'est pas une question de beauté   Dim 28 Mai - 10:29

@Abel Rhodes a écrit:
C'est quand même bien vide, tout ça.
Bienvenue à toi, même si à priori t'aimes que les blonds barbus. Bonne rédac' !

De la concurrence en moins, en plus une rousse, moi ça me convient tout à fait

Bienvenue sur Influe, j'adore le choix d'avatar I love you
Bon courage pour la rédaction de cette fiche (vide), en cas de questions, le staff est à ta disposition

● ● ● ● ●

You step outside, you risk your life. You take a drink of water, you risk your life. Nowadays you breath and you risk your life. Every moment now, you don’t have a choice. The only thing you can choose is what you’re risking it for. —
every moment matters.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Candice ♦ La survie n'est pas une question de beauté   Dim 28 Mai - 11:39

Merci pour l'accueil Messieurs Dames!


Et la fiche elle est plus vide! c'juste que pour poster rapidement c'plus simple de la mettre comme ça et d'éditer ensuite (enfin je trouve XD)

Et j'aime pas que les blond barbus, j'aime bien les non barbus aussi...et les roux...et les chatains...et plein de gens en fait!
Revenir en haut Aller en bas
Zed G. Hendrix
Quarries + rois d'la décharge publique
avatar
Quarries + rois d'la décharge publique


Hurlements : 120
survit depuis le : 21/12/2016
capsules de troc : 216
MessageSujet: Re: Candice ♦ La survie n'est pas une question de beauté   Dim 28 Mai - 12:13

Debbie

Bienvenue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Malini Kapoor
Riders + j'peux pas j'ai poney
avatar
Riders + j'peux pas j'ai poney


Hurlements : 484
survit depuis le : 26/10/2016
capsules de troc : 751
MessageSujet: Re: Candice ♦ La survie n'est pas une question de beauté   Dim 28 Mai - 13:30

Comme quoi, les ex-miss ont un gène de la survie.

Bienvenue par ici ! Si tu veux, on pourra former un club des anciennes reines de beauté badass !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rory Wheeler
Miners + on pioche tic toc
avatar
Miners + on pioche tic toc


Hurlements : 406
survit depuis le : 31/07/2016
capsules de troc : 673
MessageSujet: Re: Candice ♦ La survie n'est pas une question de beauté   Dim 28 Mai - 19:13

Bon jeu sur Influenza !
Félicitations. Tu vas bientôt toucher le fond, c'est bien.



Je te valide, en espérant que tu te plaises dans le coin ! Have fun !

Et te voilà officiellement validé/e ! Pour commencer, il te faut recenser ton avatar. On t'invite ensuite à revendiquer ton titre tes responsabilités, si tu en as. Et, si ce n'est pas déjà fait, pense à remplir ton profil.

Pour bien démarrer, tu peux poster une fiche de liens (en pensant bien à la tenir à jour) et en demander aux autres, créer un scénario si tu as des besoins précis ou un pré-lien s'ils le sont moins. On rappelle qu'il faut impérativement poster un sujet d'activité et que les Wanderers doivent intégrer un groupe dans le mois qui suit leur validation.

Tu peux maintenant librement flooder et surtout RP.

Et tout le staff d'Influenza te souhaite un bon jeu.

INFLUENZA


● ● ● ● ●

poor little thing.
There... Poor little things. You see them? Standing with their numbers on their blank, indifferent faces, Nuremberg in miniature, the ranks of painted wooden men... Poor dominoes. Your pretty empire took so long to build, now, with a snap of history's fingers down it goes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabriel Rosario
Jackals + soyez prêtes pour la chance
avatar
Jackals + soyez prêtes pour la chance


Hurlements : 1009
survit depuis le : 24/07/2016
capsules de troc : 1295
MessageSujet: Re: Candice ♦ La survie n'est pas une question de beauté   Mer 31 Mai - 17:11

Ce titre. Je crois que ça va me faire la journée...
Bienvenue parmi nous, et chez les mineurs (c'est Harrison en moi qui cause).

● ● ● ● ●

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maxyme Vane
Olympians + le monde qui est le mien
avatar
Olympians + le monde qui est le mien


Hurlements : 45
survit depuis le : 07/05/2017
capsules de troc : 88
MessageSujet: Re: Candice ♦ La survie n'est pas une question de beauté   Mer 31 Mai - 18:48

Comme ti es belle, Bienvenue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Candice ♦ La survie n'est pas une question de beauté   

Revenir en haut Aller en bas
 

Candice ♦ La survie n'est pas une question de beauté

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Candice "Douce-lame" [chasseuse de primes][En cours de mise à jour]
» Candice Michelle Vs Lacey
» Maryse Vs Lacey Vs Candice Vs Chrissie Vs Ravenya Simone
» Candice La Flèche
» Le petit guide de survie d'Enzo P. Hisachi

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Influenza :: The kids' playground :: archives d'influenza-