AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Influenza fête son anniversaire !
N'hésitez pas à jeter un coup d'oeil à nos postes vacants

Nous sommes en août 2017. L'épidémie a commencé en octobre 2010. Plus d'information sur l'épidémie { + }

Découvrez la playlist officielle d'Influenza !

Partagez | .
 

 (I) rox & rouky + elanor

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Elsie Ferguson
Riders + j'peux pas j'ai poney
avatar
Riders + j'peux pas j'ai poney


Hurlements : 91
survit depuis le : 31/01/2017
capsules de troc : 183
MessageSujet: (I) rox & rouky + elanor   Lun 22 Mai - 15:59

elanor & ada
« I am not a little sparrow,
I am just the broken dream.
Ne pas avoir le choix, pas réellement, c’est monnaie courante par les temps qui courent. On s’y fait, à force, on se plie aux règles. Le changement, ça ne peut pas faire de mal, n’est-ce pas ? Elle est plutôt polyvalente, comme personne, ça ne devrait pas lui poser tant de problèmes que ça. Le point positif, est qu’Olympia est une ville relativement sereine et calme, du moins, quand ses comparses ne se décident pas à y foutre la pagaille, elle pourra s’y octroyer un peu de repos, tout en gardant l’œil ouvert et l’oreille tendue concernant les livraisons dues au ranch. Le second point positif est qu’elle n’est pas seule. Retrouver Elanor, retrouver sa douceur si caractéristique et sa bienveillance innée, ça ne peut que l’apaiser. Dieu sait qu’elle a besoin de tranquillité, d’échapper aux tensions omniprésentes ayant désormais envahi Crimson Valley. Ça la bouffe, de ne dormir que d’une oreille, de ne plus pouvoir faire confiance aux siens. S’éloigner de cette ambiance, c’est comme se départir d’un poids oppressant sa poitrine, respirer à nouveau à pleins poumons. Mais, évidemment, avec le positif vient le négatif. Il se résume à essentiellement une seule et unique personne : Bass Ferguson. Ils n’ont que des dialogues de sourd depuis leurs retrouvailles. Sa faute à elle, elle l’accorde, c’est voulu. Elle n’a pas vraiment envie de renouer avec son ancienne vie, ça inclut donc ses frères. Peut-être qu’elle est trop rancunière, mais de toute évidence, elle n’a pas besoin d’eux. Elle respire, elle survit, elle vit. Ce n’est pas grâce à eux, loin de là. Leur présence ne lui est que peu nécessaire. C’est odieux, dit comme ça, triste aussi, mais c’est la réalité.

Lorsqu’elle foule le béton d’Olympia, les épaules harassées par le poids de son sac à dos rempli à ras bord, elle est plutôt satisfaite de ne se voir poser aucune question, peut-être son arrivée a-t-elle été prévenue, tant mieux en tout cas. Elle salue les quelques gardes d’un signe de tête, autant instaurer de bonnes bases sans tarder. Après tout, elle n’est pas là pour chercher misère, bien au contraire, elle n’est pas de ceux qui s’obstinent à entretenir la rancœur et le conflit (du moins, quand il ne s’agit pas de sa famille). Ses pas la guident vers une demeure qu’elle ne connait que trop bien, mais ses pas se font également discrets, parce qu’attirer l’attention de Bass n’est pas l’effet escompté. Elle n’est pas prête pour une confrontation, pas maintenant en tout cas. Elle veut voir Elanor, elle veut lui parler, s'imprégner de son humanité. Pas que, malheureusement. Parce qu’elle a certaines choses à avouer, des choses qu’elle ne peut pas, qu’elle ne peut plus, garder pour elle. Des choses qui concernent la jeune femme. Elle aime beaucoup Beckett, Malini également, elle est prise entre plusieurs feux, mais sa loyauté va à Elanor. Campée devant la porte, peut-être un peu hésitante en sachant qu’elle risque tôt ou tard de lui briser le cœur, elle inspire un bon coup, fermant les yeux. Son poing cogne maladroitement contre le bois, attendant patiemment une réponse, réponse qui ne tarde pas. Les lèvres s’étirent, le visage se fend d’un sourire incontrôlable, sourire que peu de monde a le plaisir de découvrir. « Je crois, que j’ai besoin d’un endroit où crécher pendant quelque temps. Je me suis dit, elle me semble bien, cette maison. » Elle fait glisser son sac le long de son dos, ce dernier percutant le sol sans ménagement, tandis qu’elle écarte les bras, accueillant l’étreinte de son amie de longue date. « Puis, faut dire que je suis grandement intéressée par votre système de douche. » Elle serre un peu plus la jeune femme, laissant échapper quelques rires. En présence d’Elanor, elle se sent presque humaine, comme avant, maladroite et insouciante.


● ● ● ● ●

i know it sucks and it's scary but it's time to be brave + The human life is made up of choices. Yes or no? In or out? Up or down? And then there are the choices that matter: to love or hate, to be a hero or to be a coward, to fight or to give in, to live or die... Live or die? That's the important choice —
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elanor Barnes
Olympians + le monde qui est le mien
avatar
Olympians + le monde qui est le mien


Hurlements : 335
survit depuis le : 04/11/2016
capsules de troc : 536
MessageSujet: Re: (I) rox & rouky + elanor   Ven 26 Mai - 13:20


ada & elanor
« i am not a little sparrow,
i am just the broken dream.

Elle plane Elanor. La tête ailleurs, plus sûre de rien, le cœur en miettes et l'âme torturée. Rien de nouveau ou presque. On la renvoyait de l'infirmerie où elle ne servait à rien. Pas dans cet état second qui l'empêche de se concentrer. Elle sera mieux chez elle. Un peu de repos ne lui fera pas de mal. Elle dort mal, prétend que tout va bien, évite d'inquiéter sa sœur, étouffe ses pleurs dans l'oreiller imbibé de ses larmes salées. Elle ment, tout simplement. Un sourire figé sur les lèvres, des yeux inexpressifs, perdus dans un tourbillon de vide. Simple fantôme invisible, elle continue d'avancer avec cette sensation désagréable de ne pas exister. Comme un robot qui se lève tous les matins sans savoir pourquoi. Les automatismes dans le sang, elle boit son verre d'eau, grignote sans conviction. Elle fait tourner son monde, persuade son entourage que tout va bien. Elanor ne va jamais mal. Les oiseaux chantent, le soleil brille et avec lui Elanor sourit, se réjouit d'être en vie. Mensonges. Petit animal blessé, elle ne demande pas d'aide, refuse qu'on la voit pour ce qu'elle est vraiment. On compte trop sur elle. Elle n'a pas le droit de tout laisser tomber pour un stupide mal de cœur. Ça ne lui ressemble pas. Elle va de l'avant, toujours. Pas un regard en arrière, pas une larme. A trop s'enterrer dans des souvenirs flous, on en perd de vue la réalité. Et cette réalité, c'est Olympia et ses habitants. Ce sont ses patients qui comptent sur elle et ces gens qu'elle a perdu, pour qui elle se lève chaque matin. Ses forces la quitte peu à peu, coquille presque vide qui déambule comme ces chairs pourries dehors. Elle ne doit son salut qu'à ses proches, ceux qui veillent encore sur elle d'un œil pas toujours assidu, persuadés que rien ne peut atteindre Elanor, que la gamine aux cheveux d'or va bien. C'est une constante. Ce serait trop difficile de regarder vraiment et de déceler tout le désespoir qui transpire derrière ses yeux brillant d'espoir. Ce serait trop douloureux, pour eux comme pour elle.

Assise sur un tabouret haut de la cuisine, elle fixe un point imaginaire, inconsciente au monde autour, l'esprit qui divague. C'est à peine si elle entend les quelques coups frappés à la porte d'entrée. Comme dans un demi rêve, Elanor se lève et va, machinalement, ouvrir. Elle n'en croit pas ses yeux et son visage s'illumine, ses lèvres s'étirent en un sourire sincère, soulagé. Elle attire son amie de toujours dans ses bras, serrant de toutes ses maigres forces. « Tu as frappé à la bonne porte ! » Elle est douée, comme si mentir fait parti d'elle, comme si c'est un acte aussi simple que celui de respirer. Elle refoule ses sentiments négatifs, sincèrement heureuse de voir Ada débarquer sans prévenir, consciente qu'il s'agit là d'une visite prolongée, à en juger par le lourd sac qu'elle vient de laisser tomber sur le sol. Elle la regarde, l'examine d'un rapide coup d’œil comme pour vérifier l'état de santé immédiat d'Ada. « Viens, entre. » Elle s'écarte de la porte pour laisser son amie passer, sourire aux lèvres. « C'est une surprise à laquelle je ne m'attendais pas ! Une bonne surprise, évidemment. » La meilleure qui soit. Ada vient illuminer ses ténèbres. « Tu peux rester aussi longtemps que tu le veux tu sais ? » Si Peyton Yates accepte. Elle sait que les Cavaliers ne sont pas les bienvenus mais Elanor ne considère pas Ada comme tel. C'est une personne à part, la seule venant du ranch qui a su gagner son cœur, s'y installer et y rester. La seconde personne, elle n'en parle jamais. N'en parlera plus pour ne pas en mourir.


● ● ● ● ●


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elsie Ferguson
Riders + j'peux pas j'ai poney
avatar
Riders + j'peux pas j'ai poney


Hurlements : 91
survit depuis le : 31/01/2017
capsules de troc : 183
MessageSujet: Re: (I) rox & rouky + elanor   Mar 6 Juin - 16:34

elanor & ada
« I am not a little sparrow,
I am just the broken dream.
Ça lui fait du bien. De changer d’air. Elanor. Cette maison. Olympia. C’est réconfortant, comme endroit, apaisant. Elle attrape son sac à dos et pénètre dans la demeure sans demander son reste. Parfois, elle a l’impression qu’elle n’est pas réelle, cette ville, ni même les habitants qu’elle abrite. Trop beau pour être vrai. Même si, elle a pertinemment conscience que tout endroit à son lot de problèmes et que celui-ci n’en est pas le moins du monde dépourvu. La quiétude sereine, elle est relative, une image, une apparence. Tout comme Elanor. Elle a l’air… vide, creuse. Oh, elle ne doute pas de ses bons sentiments envers elle, eux, ils sont vrais, mais elle n’est pas comme d’habitude, elle n’est pas celle dont les yeux brillent de joie et dont le sourire illumine une pièce, un cœur. Elle est différente. Ada n’est pas dupe, elle-même comédienne hors pair, elle sait différencier le vrai du faux. Un talent qui ne la quitte plus depuis les premières heures sombres de ce monde. « J’y compte bien. » Elle esquisse un sourire ravi, enthousiaste, un sourire dont on n’imagine même pas qu’il puisse orner le visage d’Ada Ferguson. « Etant donné que la plupart des cavaliers ont vidé les lieux, j’ai été désignée pour surveiller les prochaines livraisons. Parait que je suis une personne de confiance. » Qu’elle déclare, haussant les épaules. Elle est franche, parce qu’elle n’a pas envie de mentir à son amie et puis, de toute façon, elle doit bien se douter qu’elle n’arpente pas la ville par simple envie. Même si cette dernière est présente, forcément. Pourtant, l’envie n’apaise pas son appréhension ni même le poids sur ses épaules concernant sa nouvelle mission. Elle espère sincèrement que tout se déroulera sans embûche, elle n’est pas là pour jouer au petit chef, encore moins pour tirer dans les pattes des Olympiens.

Elle jette un regard circulaire au lieu, surprise, par le confort, par la taille, par… tout. « C’est… comme avant. » Tout est comme avant, dernier relent de civilisation. Elle pourrait presque y croire. Mais, est-ce qu’elle aimerait réellement revenir en arrière, remonter le temps ? Sa vie était déjà une épave. Y’a pire, c’est sûr, y’a beaucoup mieux, surtout. Alors, ça ne sert à rien de regretter. De toute façon, rien ne sera plus jamais véritablement comme avant. Elle se tourne à nouveau vers Elanor, ses prunelles cherchant elle ne sait quoi dans le regard de la blonde. « Toi, tu ne vas pas bien. » Elle attrape les mains de la principale concernée, l’attirant dans un des vieux canapés dont elle a repéré bien vite la présence. Elle n’a pas le droit d’aller mal, Elanor, pas elle. « Tu as parlé avec Beckett, c’est ça ? » Elle cherche confirmation, même si dans le fond, elle connait déjà la réponse à cette question. Qui d’autre aurait bien pu blesser l’Olympienne ? Elle lui en veut, à Beckett, à cet abruti de première. Elle lui en veut pour avoir heurté son amie, elle lui en veut pour être l’initiateur d’une pagaille monstre. Maintenant, elle est au milieu du chaos, au milieu d’Elanor et de Malini. C’est l’enfer, comme situation, même si ce n’est rien, par rapport à ce qu’Ela pour bien ressentir. « Les hommes sont cons, tu sais, incapables de ne pas nous décevoir. » Elle est bien placée pour le savoir, étant donné le désastre et désormais le néant, qu’est sa vie sentimentale. Mais, Ada, elle est endurcie, contrairement à l’Olympienne. Elle est trop fragile, trop naïve, elle aurait aimé pouvoir la protéger, l’épargner. Mais, elle n’était pas là. Et puis, de toute façon, elle n’est pas en mesure de contrôler Beckett, ni même de la préserver contre vents et marées.


● ● ● ● ●

i know it sucks and it's scary but it's time to be brave + The human life is made up of choices. Yes or no? In or out? Up or down? And then there are the choices that matter: to love or hate, to be a hero or to be a coward, to fight or to give in, to live or die... Live or die? That's the important choice —
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elanor Barnes
Olympians + le monde qui est le mien
avatar
Olympians + le monde qui est le mien


Hurlements : 335
survit depuis le : 04/11/2016
capsules de troc : 536
MessageSujet: Re: (I) rox & rouky + elanor   Mar 27 Juin - 12:18


ada & elanor
« i am not a little sparrow,
i am just the broken dream.

Ce n'est qu'un pâle sourire qui illumine son visage. Une copie mal dessinée de ce petit bout d'espoir qui fait rayonner les cœurs. Ombre parmi les ombres, elle n'a pas l'air réelle, pas l'air si vivante que ça. Ceux qui ne la connaisse pas ne verront aucun changement chez elle. La tête toujours levée, les yeux brillants et ce petit sourire caractéristique. Rien n'a changé. Et pour les autres, pour Ada, Elanor est différente. Quelque chose en elle s'est brisé. Un quelque chose d'invisible qui la blesse, rend son sourire moins sincère, plus triste. Même la lueur d'espoir dans ses yeux vacille, se remplie de ténèbres. C'est la voix de son amie qui la réveille, lui maintient la tête hors de l'eau. Chaleur inespérée dans son monde devenu glacé. « C'est une bonne chose. Je n'aimais pas beaucoup l'air qu'avait cette grande femme blonde avant toi. » Elle n'a pas retenu son nom, ne s'était pas attardé longtemps lors des livraisons, n'y avait assisté qu'une seule fois. Ensuite, on lui avait rapporté les détails des événements. Elle y avait porté un intérêt tout relatif, préférant écouter de loin. Plus encline à ne pas se mêler de ces histoires. Elle reste aussi loin que possible des Cavaliers et de leur comportement nocif. Rien de bon ne sortira de tout ça. Elle le sait. Ce n'est pas une impression mais une certitude. Elle a vu de ses yeux, expérimentée la vie au ranch et vécu le pire. Il y a chez eux quelque chose d'impur, un air pollué, saturé de mauvais sentiments. Malgré tout, certaines personnes valent la peine de s'y accrocher. Comme Ada, Caden ou même Jamie. Elle ne parle pas des Ferguson, ne mentionne même pas Bass, consciente que les relations familiales qu'ils entretiennent sont compliquées. Elle ne doute pas que, tôt ou tard, Ada devra faire face à son frère.

Elle sourit vaguement à la réflexion de son amie. Elle pourrait rougir de tout ce confort, de cette façon ridicule qu'elle a de garder vivant un passé qui ne peut plus exister. Elle a besoin de tout ça Elanor, de sentir que la vie ne lui échappe pas complètement. Semblant de contrôle, impression que rien n'a jamais bougé. Des mensonges qui apaisent son âme tourmentée. Entraînée vers un canapé, elle s'assoit lourdement, hausse les épaules et s'enfonce dans le moelleux des coussins. Sa gorge se noue et ses yeux se voilent. Elle baisse la tête, trop honteuse de se montrer si faible, ridicule. Tout ça pour un homme qui n'a jamais été sien, ne le sera jamais. Elle hoche faiblement de la tête avant de soupirer et d'oser regarder Ada. Elle voudrait dire qu'elle sait, qu'elle en a l'habitude, qu'elle en a connu des hommes. Elle voudrait vraiment être aussi sûre qu'Ada, aussi confiante. Mais elle ne peut pas Elanor. Parce que des hommes il n'y en a que deux qui aient réellement compté et le second elle n'en prend conscience que petit à petit depuis peu. Pas encore certaine de ce qu'elle ressent, trop naïve, le cœur trop fermé à cette idée, à ces sentiments qui la dévore. Elle chasse de son esprit ce qui l'embrouille, essaie de garder les idées claires et le regard sec. « Je suppose que c'est encore un tour de mon infaillible espoir. » Elle sourit faiblement, consciente qu'elle doit avoir l'air bien stupide. Ses mains serrent celles de son amie, geste inconscient qui la rassure. « Ce n'est pas grave. Je n'attendais rien. C'est juste que... » Elle se mord l'intérieur de la joue, pas bien certaine de ce qu'elle va dire et du sens que ces mots ont. « Malini. Je ne pensais pas ça d'elle. » Elle a cru voir une alliée en Malini, quelqu'un de bien. Elle a cru à tord aux paroles prononcées par la belle brune. Elanor devrait le savoir : la vie n'est qu'un vaste mensonge et les humains en sont le point culminant.


● ● ● ● ●


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: (I) rox & rouky + elanor   

Revenir en haut Aller en bas
 

(I) rox & rouky + elanor

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» (rox et rouky ► spirit)
» ROUKY CANICHE ABRICOT M 8 ANS ASSO UN COEUR SUR PATTES (25)
» R O X ϟ I WANT MY ROUKY.
» Emma w'Rouky
» (Rouky) + Hold you

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Influenza :: The kids' playground :: archives d'influenza :: RP ARCHIVÉS-