AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 
Bienvenue sur Influenza, faites attention à vos fesses, les rôdeurs sont affamés !
N'hésitez pas à jeter un coup d'oeil à nos postes vacants

Nous sommes en octobre 2017. L'épidémie a commencé en octobre 2010. Plus d'information sur l'épidémie { + }

Découvrez la playlist officielle d'Influenza !

Partagez | 
 

 (II) Lost boy | Vladimir & Bass

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Olympians + le monde qui est le mien
avatar
Olympians + le monde qui est le mien
Hurlements : 1200
survit depuis le : 14/10/2016
capsules de troc : 1540

MessageSujet: (II) Lost boy | Vladimir & Bass    Dim 21 Mai - 0:38

Vladimir & Bass
« And at the time I didn't know, just how hard the wind could blow
Towards disaster, and the things that I would see

L’air ne passait plus dans ses poumons, râpeux dans sa gorge, lourd dans le goulot d’étranglement qu’étaient devenue sa cage thoracique. C’était la faute de tous ces goulots d’étranglement – et leurs échelles, les tunnels, les couloirs éclairés à la lampe tempête, le sol, le plafond, toujours visible. Toute la journée, cela s’était amoncelé dans sa poitrine, insidieusement. Depuis qu’il était descendu de voiture, avait dit au revoir au ciel bleu, au chant des oiseaux, et avait du donner ses armes à feu. Il avait fait bonne figure, restant la voix calme et posée face à Anita, face aux mineurs, même si parfois son sourire partait de sarcastique pour terminer directement au vitriol, amer, cynique, et même si la lueur dans ses yeux vacillait, trop forte, trop faible, une dynamo qui pète. Casey, Casey.. avait été une bonne surprise, et il aurait pu, il aurait du pouvoir se rappeler à la chaleur de sa peau, de son étreinte, se remémorer la force de ses jambes autour de sa taille pour pouvoir oublier la pesanteur impassible et impossible du plafond. Sauf que tout était parti de travers – y compris avec Casey.
Il n’avait que peu d’espoir d’arriver à une alliance véritable, il s’agissait plutôt de mesurer à quel point la pente était glissante. Puis, il y avait eu Maxine, Elias, Arte… pour un dédale souterrain, la mine s’était peuplée de fantômes, d’ombres filantes, trop vives pour être attrapées, aperçues même. La moitié de son corps lui faisait encore mal des dernières bastons, son entrejambe n’était apparemment plus opérationnelle et son vague à l’âme s’était transformée en nausée émotionnelle lorsque tout ce qu’il ne pouvait plus supporter à Olympia semblait être pire ici, sous terre.
Et il n’y avait pas d’échappatoire.
Cela lui rappelait beaucoup trop la taule, bien que Bass refuse de regarder en arrière, de l’exprimer à voix haute. Et cela l’épuisait, le mettait sur les nerfs jusqu’à ne plus laisser de Bass que l’homme presque animal farouche qui s’était enfuit de l’enfer à barreaux à l’enfer de neige et de walkers. Pas de ciel, pas de fenêtres, juste le plafond et quatre murs, partout où le regard portait. Facile de s’égarer, tout le monde ne cessait de le répéter d’un air presque malveillant. Se sentir observé, en permanence, ne pas comprendre les règles qui régissaient l’endroit. Vivre en collectivité. Il avait déjà mis deux ans à accepter Vladimir et sa fille, alors un dortoir…

Bass s’appuya à la porte du petit dortoir où ils avaient réussi à se faire accepter pour la nuit. Porte – le chambranle, le pan de mur qui encadrait la porte, qui ouvrait faire la pénombre relative des quelques lits abandonnés pour l’heure. Il était encore tôt et ô comme Bass pouvait comprendre qu’on ne désire pas se foutre dans une niche obscure où les murs étaient encore plus étroits qu’ailleurs. Il n’était pas claustrophobe en prison, mais aujourd’hui, après avoir vécu des années dehors, et presque trois ans dans une maison assez grande pour mettre trois fois la vieille baraque familiale…  Olympia lui manquait à en pleurer.  Il savait qu’il était prêt à crever pour sa famille, son foyer, mais jusqu’à présent il n’avait jamais eu « le mal du pays ». Ou alors ce n’était pas que l’endroit, c’était tout, les emmerdes qui s’empilaient plus haut qu’une pile de rôdeurs durant une migration.
Il était fatigué. Fatigué de ne plus savoir qui croire, pour qui, pour quoi se battre – il croyait en Olympia, dans les secondes chances, dans sa famille, adoptive et de sang. Mais l’illusion s’effritait, et il ne savait plus… peut-être que tout cela était mutuellement exclusif, et peut-être, qu’il ferait mieux d’aller mourir au fond des bois en fermant fort les paupières pour ne pas entendre ceux qu’il aimait mourir. Avec un soupire, Bass se décolla de la roche pour s’approcher du lit occupé de la pièce. Vladimir. Il avait accepté de l’accompagner jusqu’à la mine, et Bass lui était reconnaissant. Plus que les mots ne sauraient dire. C’était un ami. Et l’une des rares personnes en qui il avait conscience, l’une des rares personnes qui parvenaient à calmer les terreurs et le brouillard au fond de son crâne. Une des rares personnes qui n’essayaient pas de parler pour remplir le vide dont tous semblaient avoir si peur.

Sans un mot, Bass vient se poser sur le lit à côté de lui, s’allumant une cigarette machinalement. Il avait essayé de faire durer celles trouver en raid, ces derniers mois, mais au fil des émotions, elles s’étaient envolées. Parce qu’ils étaient encore vivants et que des clopes serviraient à rien si les jackals les pendaient. Parce qu’une fois que l’on a traversé l’enfer, on ne parle plus beaucoup et que rien ne semble plus déranger les survivant qui se contentent de porter la nicotine à leurs lèvres fendues, assis sur un lit-dortoir, au fond d’une grotte, côte à côte dans la solitude. Le recruteur tendit la clope à Vladimir sans même le regarder avant de se laisser tomber en travers du lit avec un long soupire. Les deux pieds ancrés dans le sol, le corps installé dans le sens de la largueur et sa main frottant son front.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Olympians + le monde qui est le mien
avatar
Olympians + le monde qui est le mien
Hurlements : 188
survit depuis le : 02/11/2016
capsules de troc : 423

MessageSujet: Re: (II) Lost boy | Vladimir & Bass    Mar 23 Mai - 13:43

Bass & Vladimir
∞ One of the most beautiful qualities of true friendship is to understand and to be understood. ∞

Vladimir ne savait pas vraiment à quoi s’attendre lorsqu’il avait franchi les portes de la mine. Allaient-ils trouver Arte ? Bass lui avait glissé cette information officieuse sur le chemin en direction des souterrains, Billie un peu plus en arrière (ou en avant, il ne savait plus très bien) ne pouvant pas entendre leur messe basse. Officiellement, c’était surtout pour venir sentir la température qu’il existait entre les deux camps de survivants. Voir si tout était « safe » pour eux. Puis, finalement, ils avaient été emmenés jusqu’à Anita. Première fois qu’il rencontrait la cheffe des Miners. Et à la surprise -surtout de Bass- Arte n’était plus parmi eux. Elle était partie, il y a quelque temps. Leur mission officieuse venait d’être tuée dans l’œuf. Vladimir eut un sourire à la fois las et fatigué. De toute manière, ils n’auraient eu aucune garantie qu’elle veuille revenir. Et le blond n’était pas du genre à traîner les gens par les cheveux. Il ne connaissait pas cette Arte, mais si elle avait décidé de partir c’est que quelque chose n’allait pas avec Olympia. Ou tout simplement qu’elle ne pouvait plus y rester pour des raisons un peu plus obscures. Ils ne pouvaient plus rien y faire. Pas pour le moment en tout cas.

Après cette première mésaventure, ils se séparèrent tranquillement. Chacun allant de son côté. Ils étaient convenus de se retrouver un peu plus tard dans les dortoirs de la Mine. Il hochait doucement la tête à la proposition de Bass, avant d’aller se promener dans les galeries sombres et étouffantes. Après un petit moment, il s’était retrouvé dans une immense salle et avait fait la connaissance de Casey. Ils n’avaient pas été présentés, mais il l’avait aperçu lorsqu’ils étaient arrivés. Billie ou Bass lui avait glissé son prénom à l’oreille. Elle semblait méfiante depuis l’instant où ils avaient passé la porte d’entrée. Attitude normale en apprenant un peu plus tard par Ses propres lèvres qu’elle était en charge de la sécurité ici. Ils avaient même échangé un verre ou deux ensembles, comme quoi, on pouvait tirer la gueule et avoir un peu de sympathie même avec les étrangers. Même si celle-ci n’avait pas loupé de souligner le fait qu’il était de l’Est et que donc forcément il aimait boire. Il en avait même roulé des yeux pour le coup. Mais ce n’était pas faux. Il aimait l’alcool et il le tenait plutôt bien généralement. Vladimir se félicitait toujours de n’être jamais tombé dans les travers de cette addiction étant donné le métier qu’il pratiquait avant tout ça.

Après cette drôle de rencontre, le Serbe avait trouvé son chemin en direction des dortoirs. Il avait mal dans les pattes. Rien de bien grave, mais il voulait bien s’autoriser une petite sieste ou tout du moins un moment de calme. Personne ici. Il n’était même pas sûr que des gens y dorment en fait. Ils devaient attendre des nouveaux survivants pour pouvoir le remplir. Il posait tranquillement son sac au pied sur lit avant de s’asseoir sur le lit. Il se frottait tranquillement les yeux. Jézabel lui manquait. Il espérait que tout irait bien… S’il se passait quoi que ce soit pendant qu’il n’était pas là… Vladimir ne se le pardonnerait jamais. Il chassait ses pensées négatives en essayant de relativiser avant de sentir un regard dans sa nuque. Il n’avait pas besoin de se retourner pour deviner que c’était Bass qui venait de le rejoindre. Et bon dieu quand il passait à côté de lui, l’angle de son visage… Il semblait encore plus déprimé qu’à leur arrivée. Certes l’absence d’Arte devait y être pour quelque chose, mais ses traits semblaient s’être encore creusés.

L’odeur vint caresser doucement les sens de Vladimir. Qu’est-ce qu’il ne donnerait pas pour dévaliser un hangar à cigarettes. On pouvait toujours rêver non ? En tout cas, Bass toujours silencieux comme une tombe en face de lui tirait tranquillement sous ses yeux avant de lui tendre. Vladimir restait silencieux avant de jouer avec sa bague et finalement, attraper le bâton de poison et le porter à ces lèvres. Il fermait les yeux quelques secondes en inspirant. Avant d’expirer le plus lentement possible. Laissant la cendre tomber lentement à leurs pieds. Il balayait lentement de son propre pied avant de poser finalement son regard sur Bass allongé en travers sur le lit. Non, ça n’allait vraiment pas. « Je te force à rien, mais tu veux en parler ? » demandait doucement le Serbe, d’une voix calme et posée. Il ne le forcerait à rien. Il proposait, l’autre barbu déciderait. Il savait bien que son colocataire pouvait comprendre son besoin de ne pas parler. Sinon, ils resteraient juste là tous les deux. Vladimir espérant que sa présence suffirait à le calmer un peu. C’était son job après tout.
⇜ code by bat'phanie ⇝
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Olympians + le monde qui est le mien
avatar
Olympians + le monde qui est le mien
Hurlements : 1200
survit depuis le : 14/10/2016
capsules de troc : 1540

MessageSujet: Re: (II) Lost boy | Vladimir & Bass    Dim 11 Juin - 21:04

Vladimir & Bass
« And at the time I didn't know, just how hard the wind could blow
Towards disaster, and the things that I would see

Etre immobile, allongé, fixant le plafond creusé à la va-vite dans la roche, sur un lit dont il sent le matelas usé contre sa colonne, et le sol sous ses semelles presque inexistantes au rythme où il arpente la vallée texane. Et pourtant tout semblait tourner, creuser dans le sol avec une vitesse folle pour que le recruteur se sent aspiré par un puit sans fond. Ou pire. Il s’en fichait, c’était la pensée qui perdurait, alors qu’il se passait la langue sur les lèvres, goûtant encore peu la précieuse nicotine, qui se consumait entre ses doigts, hors de son champ de vision, vers Vladimir. L’impression qu’il pourrait bien crevé, allongé au milieu de l’asphalte à attendre qu’un rôdeur dévore sa chair, et que tout lui était indifférent. C’était un jeu auquel il s’était essayé, quand il était seul. Ce n’était pas dur, de se traîner sur la route, avec un gémissement de douleur quand tout ce que vous aviez vous a été arraché. Vos frères et sœurs disparus. Votre mère, un pieu dans le crâne, un rictus défigurant le visage pour qui vous étiez prêt à mourir ou à crever au boulot. La solitude et le silence à vous rendre fou, le froid et la puanteur qui ne partent jamais vraiment, chaque plaie qui brûle et qui suinte. Plus rien n’a d’importance. Puis, la chair décomposé touche la votre, encore chaude, vivante et l’instinct du survie fonctionne et vous rappelle que vivre comme un chien, comme un fantôme c’est toujours un degré supérieur à vivre comme un rôdeur. Il paraît parce que même s’il est heureux de savoir Elias, Maxine en vie, cette joie lui apparait soudain distante par rapport au poids dans sa poitrine qui le coule et lui fait baiser le sol.

Vladimir met un temps infini à répondre à l’invitation muette, et Bass expire, lentement la fumée qui s’envole droit vers un ciel bouché. Jusqu’à ne plus avoir d’air dans les poumons et une toux lancinante qui menace d’exploser comme une tumeur, comme des larmes ou un cri vers l’absurdité du karma. Lorsqu’il sent les doigts du serbe récupérer la cigarette, Bass s’autorise à respirer, à inspirer un soulagement dont il n’avait pas confiance. Au moins n’avait-il pas ce problème. « - Je crois que c’est pour ça que… » Il hausse les épaules toujours allongé. Sa voix est atone, malgré l’hésitation d’un sourire en coin, fausse joie sur ses lèvres. Je crois que c’est pour ça que je t’ai proposé d’emménager chez moi, que je t’ai demandé de venir ici. Je crois que c’est pour ça que je t’aime bien Il jette un coup d’œil dans la pénombre à l’homme assis à côté de lui. Une grande carcasse silencieuse, mais dont il sait, physiquement qu’il peut avoir une confiance absolue. « - Tu es le seul qui force à rien. » Il confesse dans un murmure. Et la chaleur du serbe à portée de doigt, le timbre de sa voix agissent, souvent, comme une berceuse contre ses démons. Pas cette fois.
Bass passe ses mains sur son visage. Reste avec nous Bass. Relève toi, ne fais pas l’enfant. Il en était incapable, il était juste… tellement fatigué. Les cernes de son existence à batailler pour survivre avait laisser place à une ombre plus immense sous ses joues. Il avait eu du mal à se remettre de l’assaut donné contre Olympia en novembre, de l’horreur, même s’il faisait bonne figure pour Jezabel. Mais ces derniers temps, c’était pire, et il ne savait juste… pas quoi faire. Comment faire. Il en était incapable.

Il grimace, un peu trop fort, un peu trop cyniquement, comme un gamin qui fait une grimace, mais l’homme est absent derrière ses yeux trop pâles. « - Rien à dire. » Le fait qu’il parle, à la place du silence qui lui sert d’animal familier est évocateur. Il esquisse un sourire pincé, et détourne les yeux vers le plafond, comme si de rien n’était. L’oppression, de nouveau. Bass ferme les yeux pour oublier, et invoquer les rues, larges et bordées d’arbres d’Olympia. La suite passe ses lèvres sans qu’il y pense :  « - Tu as déjà fait de la prison ? » La question danse sur ses lèvres comme de la nicotine, dont il inspire l’odeur à plein poumon. Entêtant.  Cette question-là lui permet de fuir celles qu’il n’a pas le courage d’aborder – Malini et le pouvoir qu’elle a sur lui, Maxine, qui le renvoie à son adolescence et à ses erreurs, Elias qui le brise en tout petits morceaux de ne pas pouvoir le ramener avec lui. Olympia. Peyton. Elanor. La longue liste de ses foirages et des cailloux jetés depuis le bord de la route. La prison. Elle lui colle aux basques ces dernières semaines. Les premiers temps, il n’y pensait que terrifié d’y retourner et parce que sa survie, il la doit à ce qu’il a appris entre les barreaux. Maintenant… Il a les yeux clos, et une larme qui s’attarde à ses cils.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Olympians + le monde qui est le mien
avatar
Olympians + le monde qui est le mien
Hurlements : 188
survit depuis le : 02/11/2016
capsules de troc : 423

MessageSujet: Re: (II) Lost boy | Vladimir & Bass    Jeu 13 Juil - 15:07

Bass & Vladimir
∞ One of the most beautiful qualities of true friendship is to understand and to be understood. ∞

Il portait une nouvelle fois la cigarette à ces lèvres un peu asséchées par l’alcool ingéré avec Casey et la fraîcheur inhabituelle de la mine. Dans cet endroit, il trouvait une certaine forme d’humour : les hommes avaient évolué pour sortir des grottes, vivre du feu et construire des villages. Des milliers d’années plus tard, une certaine partie de la population venait clairement de retourner aux origines du monde. Comme quoi, tout finissait par revenir à un point de son histoire, une boucle se répétait une fois encore. Il voyait bien que son interlocuteur n’avait rien à craindre venant de sa part. En fait depuis qu’ils vivaient sous le même toit, il avait eu l’occasion plusieurs fois de juger que Vladimir, ce n’était pas le mec qui viendrait le faire chier s’il n’a pas envie de parler de ces soucis. Le Serbe se montrait certainement beaucoup plus convaincant concernant les enfants, s’approchant assez de leur limite pour qu’ils lui parlent, mais jamais assez pour qu’ils se renferment totalement comme des huîtres. Bass n’avait rien d’un enfant, mais il y avait certaines fragilités présentes chez lui qui donnait cette impression à Vladimir. Il tapotait la cendre jusqu’à ses pieds pour les dégager d’un léger coup de pied, il n’allait pas se mettre Casey sur le dos maintenant en disant qu’il était sale.

Il haussait simplement les épaules en écoutant Bass. « Hm. Y’a pas que moi. Je m’occupe de mes affaires et je ne fais pas chier. ». Il posait quelque chose sur la table des propositions : une oreille attentive. Et puis par la suite, c’était à Bass de choisir s’il voulait saisir ou non ce qu’il lui donnait à prendre. Lorsqu’il le voit penser dans son coin, il finit par lui tendre la cigarette dans le même silence dans laquelle ils se confortaient tous les deux. Puisqu’il n’avait rien à dire, Vladimir non plus. Ce qui était débile quand on y repensait. La Serbe préférait qu’on lui parle des problèmes que les autres avaient plutôt que de parler des siens : la fragilité d’Olympia, ses nouveaux amis d’Olympia pour la moitié tous à moitié brisés, sa fille qui avait grandi un petit peu trop vite, Wyatt qui avait disparu comme un voleur peu de temps avec l’apocalypse et dont il n’avait plus retrouvé la trace avant de fuir la grande ville avec d’autres, sa peur incommensurable de fuir de nouveau son nouveau foyer depuis deux ans maintenant… Ce genre de choses quoi. Tous ici se traînaient un sacré bagage de névroses et de peurs. Et personne n’était en reste.

Lui tendant toujours la même cigarette qui se consumer lentement entre ses doigts, il relevait des yeux surpris sur Bass à une question à laquelle il ne s’attendait pas vraiment. Il lui donnait la cigarette avant d’ouvrir de nouveau la bouche. « C’était mon boulot de mettre les gens en prison. » Il se souvenait comme si c’était hier du fameux coup de filet au côté de Wyatt. À cet instant, sans vraiment s’en rendre compte, il portait ses doigts vers son torse pour caresser le collier qu’il gardait jalousement sous ses vêtements. Il remarque alors le visage fermé de Bass et de son émotion face à ses propres souvenirs. Vladimir plissait un peu les lèvres. « Je m’occupais des familles. La brigade des mineurs si tu veux. Les violences, les abandons, les trafics… C’était mon quotidien. » Il croisait les doigts devant lui, sans le regarder pendant quelques secondes avant de continuer. « Je ne sais pas ce que tu as fait pour y aller, mais on fait tous des erreurs. Ça ne veut pas dire que je suis ancien flic que je vais me méfier de toi. Appelle ça un sixième sens si tu veux, mais j’ai le truc pour savoir quand j’ai affaire à un mec qui s’en prend à des gosses ou quoi que ce soit qui s’en rapproche. Alors… T’inquiète pas. »

Les trafiquants, les petites frappes, ce n'était pas vraiment son domaine. Ou plutôt ça l’avait été malgré lui. Venant dans un pays où toutes les couches de la politique et de la police sont infiltrées par des vendus à la mafia, on apprend vite à savoir faire confiance aux bonnes personnes. Mais à l’époque à laquelle ils vivaient, certaines de ces lois étaient complètement caduques. Malgré le passif, ils faisaient tous « peau neuve » pour devenir quelqu’un de nouveau et prêt à survivre. «J’en dirai rien aux autres. Cela ne regarde personne. »
⇜ code by bat'phanie ⇝
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Olympians + le monde qui est le mien
avatar
Olympians + le monde qui est le mien
Hurlements : 1200
survit depuis le : 14/10/2016
capsules de troc : 1540

MessageSujet: Re: (II) Lost boy | Vladimir & Bass    Jeu 13 Juil - 16:54

Vladimir & Bass
« And at the time I didn't know, just how hard the wind could blow
Towards disaster, and the things that I would see

A quoi s’attendait Bass en jetant ça sur le tapis était une question fourbe. Aucune idée, mais l’ancien dealer n’était pas connu pour sa clarté d’esprit et la fermeté de ses décisions. Pour un type qui n’avait jamais consommé, son esprit était un brouillard marécageux dans lequel même lui ne se sentait pas à sa place. Le seul moment où il arrêtait de fuir, c’était pour foncer la tête la première dans les ennuis. Pour la bonne cause, il jure en feulant presque. Il n’était jamais très curieux du passé de ses compagnons de galère. On s’en fout aujourd’hui. Et son passé à lui, c’était loin. Une autre vie. Et il avait besoin de vider son sac, d’arrêter de penser au béton qui l’oppresse.
La quinte de toux déchire ses poumons comme une brûlure à l’acide. T’as l’air con, félicitations mon vieux. Il s’esquinte sur la bouffée de fumée qu’il venait d’inspirer lorsque Vladimir insinuait en lui la bonne vieille sueur froide, la peur qui serre son cœur et l’oppresse. Rien de plus qu’un réflexe, les morts sur ses mains menacent sa conscience et son sommeil et pas sa place à Olympia, encore moins son droit de survivre libre dans ce monde à chier. Il porte son poing à ses lèvres, serrant toujours sa cigarette à l’écraser entre ses doigts. Respirer, calmement, dissimuler. Mourir ou tout comme. Il se rallonge, lentement, de marbre. Ou de glace – les traits d’une statue, inexpressifs au possible, et la respiration trop silencieuse, inexistante pour ne pas déceler en lui l’angoisse du dealer fouillé par les flics mais trop familiarisé à l’exercice du mensonge pour se faire remarquer. De glace parce que ses extrémités et organes internes ont été rejetés dans un seau de glace pillé, sous les douches glaciales de la taule.

Bass lui jette enfin un regard, vif comme l’éclair. « - J’ai jamais dit… » Réflexe. Le blond se mord l’intérieur de la joue et se distrait du goût du sang. Comme s’il était pas crédible. Déjà au quotidien, son comportement le dénonce plus qu’un avis de recherche placardé. L’ombre dans les yeux, l’habitude de frôler les murs et de garder la tête baissée pendant qu’on entend des hurlements et des types se faire taillader dans l’indifférence totale. Bass ne l’avouerait pas, mais c’était l’une des choses qu’il appréciait dans Olympia – et leur faiblesse, son pragmatisme de survivant et de taulard rétorquait. L’idée qu’on ne doit pas regarder quelqu’un se faire massacrer au-delà de l’humain sans remarquer sa présence à un mètre de sa propre peau. Et même si Vladimir n’avait deviné, sa terreur mêlée de retenue depuis dix secondes l’auraient balancée. L’allure d’un animal sauvage qui vient d’apercevoir le chasseur, sans être encore persuadé du bien-fondé de la fuite versus l’attaque. Il se redresse en position assise, lui tendant le cul de la clope sans oser le regarder.
Des erreurs. Il en avait fait plein. Sa vie est une colossale suite d’erreurs, jusqu’à Olympia. Ses doigts étaient gelé et il les plie et les déplie machinalement. Avant de sursauter. « - Je toucherais jamais à un gosse. » Son regard s’est assombri soudainement, raidit. Il avait tout fait pour empêcher les ados de lui acheter, les esquivant autant qu’il pouvait. Et le reste ? Il avait fini en taule pour massacrer un violeur contre un mur.

« - Je sais que tu diras rien. Certains savent. » Il grimace et rit un peu, sardonique. « - Trop. »  Elijah, qui connaissait tous ses crimes. Elias, Jamie, Ada, sa famille. Maxine – il ne pourrait plus la regarder dans les yeux. Avalon son ancienne cliente. Il l’avait vu dans un sale état, une épave. Mieux que quiconque Bass connaissait les ravages de la drogue et à quel point il fallait se méfier d’un camé en manque, prêt à vous bouffer pour avoir sa dose. Mais… « - Olympia croit aux secondes chances de toute façon. »  
Il se calme et respire plus calmement, passant dans son esprit les paroles de Vladimir, maintenant que ses nerfs lui laissent l’opportunité de penser. Brigade des mineurs. Le dégout lui tord l’estomac et pour une fois, il n’est pas adresse à sa propre personne, mais à tous ces enculés que Vladimir avait du croiser. Ses doigts tremblent et il tend sa main ouverte à Vladimir, demande muette de cigarette. « - Meurtre. Il avait voulu violer ma sœur. » Encore aujourd’hui, la fureur incontrôlable brûle. Sa petite sœur, son bébé, son adorable tempétueuse peste à l’esprit bien trempé. Il n’a pas besoin de se justifier, il le sait, il veut… juste clarifier. Qu’il soit un salaud, un pauvre type, Bass en a une conscience assez forte. Mais il n’est pas comme ça. Plus un paumé qu’un enfoiré. La drogue, cela pèse sur sa conscience. Il ruinait leur vie, même s’ils le demandaient…Mais il le méritait et il se force à ajouter, à confesser ses crimes. « - Trafics. Pour l’argent. » Un type plus intelligent argumenterait que la société l’y avait poussé. Pas de père, pas de contraception maternelle, pas d’études, trop instable pour l’armée ou un job tout court. Nah. « - Je le méritai. Mais tu peux me faire confiance. » Il lui jette un regard, esquisse un sourire amical, venant tapoter son genou doucement avant de relâcher avec un soupire, alors qu’il se frotte les yeux. « - Je déteste juste être ici. Enfermé avec des fantômes. »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Olympians + le monde qui est le mien
avatar
Olympians + le monde qui est le mien
Hurlements : 188
survit depuis le : 02/11/2016
capsules de troc : 423

MessageSujet: Re: (II) Lost boy | Vladimir & Bass    Jeu 13 Juil - 19:24

Bass & Vladimir
∞ One of the most beautiful qualities of true friendship is to understand and to be understood. ∞

Bass n’avait pas besoin de dire quoique ce soit dans tous les cas. Il le savait, il l’avait su… peut-être au bout de deux semaines d’analyse voulue et non voulue de sa part pour arriver à cerner qui était Bass, son colocataire et chez qui il dormait. Pouvait-il être un danger potentiel ? Certainement. Pour lui et sa fille ? Visiblement non, mais il lui avait fallu bien plusieurs semaines encore pour se sentir tout à fait rassurer à ses côtés et pour le laisser parler sans être dans le coin avec Jézabel. L’enfant n’était pas vraiment plus « bavarde » que Vladimir sans compter son infirmité vocale. Mais elle avait un tout aussi bon sens de l’analyse que son père des gens, alors elle aussi, elle avait accepté de laisser l’homme instable rentrer dans sa vie et jouer avec. Maintenant, il était rare de voir la plus jeune de la maison ne pas se retrouver à un moment ou un autre dans les jambes de Bass pour un tour de magie, un jeu ou juste entrain de comploter pour de faux avec elle. Ce qui a tendance maintenant à décrocher un petit sourire tendre se promener sur les lèvres de Vladimir lorsqu’ils les observent.

« Je sais Bass. » exprime faiblement le blond alors qu’il tirait de nouveau sur la cigarette qu’il lui rendait. Il ne restait presque plus rien à fumer. Hormis le filtre peut-être. Mais il le faisait lui-même alors ça ne le dérangeait pas vraiment d’avoir le cul de clope. Il observait le plafond de la mine sans expression particulière, laissant son interlocuteur avaler la pilule sans un mot. On ne lui avait jamais vraiment posé la question, enfin Bass en tout cas. Donc il n’avait pas abordé le sujet de lui-même étant donné que ça ne lui semblait pas si intéressant que ça au final à leur époque. Mais il répondait toujours sans détour si on lui posait la question. « Tu crois vraiment que je te laisserai t’occuper de Jézabel sans que je sois derrière sinon ? » Il arque un sourcil à moitié amusé, à moitié provocateur. Avant d’hausser simplement les épaules en l’écoutant sur les secondes chances. « Te concernant je n’en doute pas. Mais les personnes que je mettais en taule, c’étaient des engins que je ne voulais surtout pas les voir sortir et encore moins qu’ils aient une deuxième chance. » Plutôt crever que de voir une de ces enflures mener une vie tranquille. Il n’y croyait pas. Ce n’était pas possible. Ils finiraient par recommencer à coup sûr.

Il ne voyait pas Wyatt être du même avis. Mais c’était son domaine après tout. Sans attendre longtemps, il lui donne le millimètre de cigarette encore fumable possible avant qu’ils ne la jettent dans un coin. Il ramenait ses mains sur ses cuisses. Tuer un violeur, vendre de la drogue. C’est sûr que sur un curriculum vitae ça ne faisait pas très joli pour un futur employeur. Mais au moins Bass ne se trouvait pas des excuses bancales. La société avait bon dos pour beaucoup de personnes. Ouais elle était imparfaite, mais avec un peu de volonté et d’envie de bouffer la vie on pouvait s’en sortir. Bass avait merdé, il ne pouvait s’en prendre qu’à lui-même. Mais ce n’était pas pour autant qu’il détestât les gens comme lui. Il fallait regarder où ils en étaient après tout. Un ancien flic et un ancien taulard colocataire et amis. C’était beau comme monde non ? Si on enlevait les quatre-vingt-dix-huit pourcents de la population disparue et les bouffeurs de chairs humaines, tout allait bien dans le meilleur des mondes. Continuons à cultiver notre jardin dans notre coin à Olympia.

Ses yeux clairs suivent le mouvement de la main de Bass pour le regarder tapoter son genou amicalement, il lui rend par un petit sourire complice avant de se masser un peu la nuque. « Puis tu sais… Il y a certains trucs en tant que flic… Je n’en suis pas forcément fier. Mais je ne regrette pas pour autant. » Oups. La caméra n’a rien vu monsieur. Vous êtes rentrez avec le nez cassé dans le rapport, on ne peut pas être tenu responsable. Vive la police serbe. Il haussait finalement les épaules en le regardant. « On dort ici et on repart dès demain matin. Arte n’est pas ici, on a une bonne relation avec la mine, on peut partir. Je sais que tu tiens à trouver le docteur et je comprends pourquoi d’un point de vue vitale… Donc autant ne pas perdre plus notre temps sous terre. On becte, on va dormir et on repart à la première heure. » Plan simple et efficace, pas la peine de réfléchir des heures dessus. Visiblement cette femme traînait un peu partout et nulle part à la fois, cherchant sa place dans ce vaste monde où l’humanité avait presque disparu. « Qu’est-ce que tu en penses ? ».
⇜ code by bat'phanie ⇝
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Olympians + le monde qui est le mien
avatar
Olympians + le monde qui est le mien
Hurlements : 1200
survit depuis le : 14/10/2016
capsules de troc : 1540

MessageSujet: Re: (II) Lost boy | Vladimir & Bass    Mar 18 Juil - 16:49

Vladimir & Bass
« And at the time I didn't know, just how hard the wind could blow
Towards disaster, and the things that I would see

Cela rampait sous son épiderme, la sensation à peine perceptible d’être dévisagé et observé. Analysé. Décortiqué pour mettre à nu ses faiblesses et culpabilités. C’était un sentiment que Bass avait appris à ignorer tant il lui était permanent. Depuis la prison, il ne se sentait jamais véritablement en sécurité, détendu, seul. Toujours observé, toujours une proie sur un terrain de jeu qui s’était étendu à l’intégralité du Texas. Le retour à la civilisation avait empiré les prémices de sa paranoïa, et Bass préférait souvent la sensation de trop grand isolement des bois et des plaines dévastées. Mais cela faisait longtemps qu’il n’avait pas senti la chair de poule marbré sa vue sous l’œil d’un ami. D’ordinaire, il parvenait à ignorer la sensation, à persuader son esprit malade que ce n’était rien. Maintenant, c’était pire, merci Vladimir – mais Bass plaidait coupable. Il n’osait pas le regarder, se laissant examiner. Cela mettrait du temps à disparaître, la sensation qu’il était jugé pour chacun de ses faits et gestes. Surtout autour de Jézabel.
L’argument « tu pourrais être un père de merde » se voit dans la manière dont il hausse les épaules mais l’insulte (car c’est en est une, elle serait entendue comme telle) ne franchit pas ses lèvres. Bass n’est pas le benêt auquel ses silences et études académiques pourraient faire penser : ses silences lui font écouter et comprendre autrui, même s’il n’en dit pas grand-chose. Vladimir est un bon père, et Bass éprouve autant d’admiration, de respect que de jalousie. Jézabel a de la chance, alors même qu’elle grandit comme une herbe folle dans l’apocalypse – un père qui l’aime, la protège et l’éduque. Et un genre de tonton un peu instable qui n’aimait rien de plus que faire sourire la gamine et qui pourrait rester la journée assis sur le tapis à ignorer le reste. Le monde trop bruyant.
Le sourire de Vladimir est un baume, une ancre à laquelle se raccrocher à ce monde qui part en couille. Bass esquisse un sourire en réponse – il est… heureux, de savoir que Vladimir peut lui pardonner. Il n’en est pas sûr – il ne se pardonne pas, et il est sans doute le juge le plus sévère envers lui-même. Prison à vie. Il écrase leur mégot sous sa botte, dans la pierre de la mine. Un nouvel échec, sa bouche se tort – Arte n’était pas ici, et ils n’obtiendraient rien d’Anita. C’était amer pour Bass de revenir à Olympia les mains vides. « - J’en pense que je ne veux pas rester ici. Je sais même pas si… dormir enfermé, je sais pas si j’y arriverais encore. » Il acquiesce, bien que son ton soit amer, un peu creux. Non, il ne veut pas, il étouffe, et cela le rend fou à petit feu. Mais, ce n’est pas comme s’il avait le choix. Bass plie et déplie ses doigts, les observant plutôt qu’il regarde Vladimir quand il soupire. « - Je ne peux pas. » L’oppression de sa poitrine, l’impression d’être enterré vivant, cela ne tenait pas qu’au tombeau de la mine. Il perdait le contrôle de son existence, la maigre impression de seconde chance qu’il avait eu… tout cela lui filait entre les doigts. Il avait terriblement peur de tout faire foirer, pire que tout disparaisse à nouveau. Olympia lui manquait – plus encore, l’espoir que lui donnait autrefois Olympia lui manquait.

Il se redresse sur le lit, et amène un peu plus sa jambe dessus pour faire face à Vladimir assis à côté de lui. Bass s’y remet à plusieurs fois, avalant sa salive pour finir par lâcher d’une voix ferme, trop calme. « - Mon frère est ici, le plus petit, Elias. » Il a un rire étranglé, sans joie et noir. Il fait un peu craquer sa nuque, tendant d’alléger ses pensées, sa poitrine et la panique qui s’y niche. « - Et… Maxine. » Techniquement, le terme d’ex pourrait la désigner, mais le mot tourne court. Elle n’est pas juste une petite amie, une copine de lycée. Amour de jeunesse, amie d’enfance – Bass n’est pas sûr d’être capable d’employer des mots aussi profonds à voix haute, mais c’est le sentiment qui bat dans son cœur. « - C’est devenu si compliqué, très vite, je… c’est trop d’un coup. » Il se coupe, et inspire profondément, les lèvres agitées d’une grimace. Non. Il n’a pas le droit de pleurer – lorsqu’on s’occupe de trouver de quoi manger à une fratrie et à remplacer un père absent, on apprend à ne plus pleurer et à tout garder en soi, jusqu’à ce que les larmes contenues créent des fêlures dans votre crâne, assez pour faire pénétrer les doutes et les fantômes. Bass ne se lamente pas, Bass ne se plaint pas. Même avec sa famille passée pour morte, son père un enfoiré, des dettes à la banque et à des types pas recommandables. Il y a toujours pire que lui, à ses yeux. Il n’a pas le droit de craquer. Les plaintes et les larmes n’ont jamais sortis quiconque des emmerdes et Bass préfère les actions aux mots – mais il ne sait pas quoi faire.

Il veut s’en aller, rentrer. De quoi, et pour aller où, cela n’a pas de réponse adéquate. A Olympia, où il doit soutenir le regard déçu d’Elanor, de Peyton, d’Elijah… Nathan qui lui fait peur, parce qu’il a peur pour l’un des premiers amis qu’il ait jamais eu, dont il ait jamais été fier. Si Nathan se perd, comment Bass peut-il tenir ? Il se sent devenir fou, et tout s’accélère dans son esprit. Bass fixe le vide, l’air hagard – fou. Il ne s’entend plus parler alors qu’il murmure, précipitamment. « - Peut-être que je suis juste fou. Comme prévu. » Comme prévu, incapable de tenir ses promesses, instable, dangereux. Les docteurs avaient raison, et Vladimir tort. Sa poitrine se gonfle pour chercher de l’air qu’il n’obtient pas – la vengeance dont il rêve à crever, sentir l’odeur du sang sur la peau satinée de Malini, pourquoi aime-t-il cela tant ? Pourquoi est-il ballotté sans cesse entre leurs regards, à se noyer sous leurs yeux ? Il prend une brève inspiration, une bouffée d’air pour un noyer qui n’atteint pas vraiment ses poumons quand il rouvre des yeux qu’il n’avait pas sensation d’avoir clos et laisse tomber : « - Tu devrais rentrer à Olympia. Jézabel t'attend. »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Olympians + le monde qui est le mien
avatar
Olympians + le monde qui est le mien
Hurlements : 188
survit depuis le : 02/11/2016
capsules de troc : 423

MessageSujet: Re: (II) Lost boy | Vladimir & Bass    Mer 9 Aoû - 16:22

Bass & Vladimir
∞ One of the most beautiful qualities of true friendship is to understand and to be understood. ∞

Plus Vladimir observait son compagnon, plus il le voyait suffoquer, plus cela lui brisait un peu plus le cœur. Dommage qu’ils eussent terminé la cigarette. Ils auraient pu continuer à tirer ensemble pendant une infinité d’après le serbe. Laissant simplement le silence parler pour eux.  Il ne pensait pas être le meilleur père au monde. Loin de là même. Il pouvait être assez raide sur les bords lorsqu’il s’y mettait. Mais Jézabel était assez vieille maintenant pour lui faire comprendre quand elle trouvait quelque chose d’injuste. Il soupirait un peu, se passant une main sur le visage. Il ne faisait pas ce qu’il voulait avec elle. Mais simplement ce qu’il pouvait. De la manière qui lui semblait être la meilleure. Chacun éduquait son enfant comme il le désirait. Ce n’était pas à Vladimir d’en juger. Mais non, il n’avait jamais eu très peur de laisser Jézabel avec Bass. Il le sentait comme ça. Le genre de gars à se jeter dans une horde de morts vivants pour servir de repas pour laisser tous les autres survivants prendre leurs jambes à leurs cous et se tailler fissa. C’était le genre de gars qu’était Bass. Se croyant si mauvais qu’il ne pensait pas avoir droit à une seconde chance.

Elias, Maxine… Le premier prénom parlait à Vladimir. Il était certain d’avoir entendu ce prénom de la bouche de Bass. Le prénom féminin ne lui disait rien du tout. Une petite sœur ? Une amie ? Bass avait la voix ferme, mais il pouvait y déceler une certaine fragilité, une mélancolie singulière se cachant derrière ce prénom. Un soupire passait les lèvres du blond tout en observant l’homme à côté de lui. Par tous les saints -s’ils existaient, ce dont douter Vladimir- pourquoi Bass pensait-il qu’il devait porter toute la peine du monde sur ces épaules ? C’était à en devenir dingue. Cela lui donnait envie d’attraper Bass par le col et le secouer un peu pour lui ouvrir les yeux. Mais ce ne serait pas une solution sur le long terme. Il risquait plus de voir son ami se renfermer d’autant plus sur lui-même et se sentir coupable de faire sortir Vladimir de ces gongs. Il approche finalement son bras de lui, venant la poser sur l’épaule de Bass dans un geste réconfortant. « Je ne connais pas ton histoire… Mais ça fait aussi du bien de se lâcher. Tu es humain, tu as le droit comme n’importe qui de craquer. »

Il cherchait dans ses poches intérieures, avant de glisser un regard interrogatif vers Bass. De quoi parlait-il maintenant ? Un sourire en coin passait sur son visage malgré lui. Qui pouvait vraiment mesurer la folie dans un monde tel que celui-là ? Il y en avait très certainement. Et certains étaient prêts à faire des choses horribles pour survivre. Et puis il y avait les autres. Les Jackals par exemple, s’apprêtant à tout pour détruire les autres formes de civilisations et les asservir à leur guise. Bass avait-il peut-être la psyché plus fragile que d’autres, il est vrai. Mais ce n’est pas pour autant qu’il fallait le rejeter. Le soutenir était la meilleure des solutions. Il tique finalement avant de serrer le haut de son ami qu’il tenait toujours fermement entre ces doigts. « La ferme Bass. » Sans attendre une réponse ou une protestation, il saisit Bass avec assez de force pour le faire lever et sortir du dortoir dans lequel ils étaient. Vladimir ignorait autant les regards surpris et intrigués des mineurs qu’ils pouvaient rencontrer. Tout comme les plaintes de Bass dans son dos. Il n’en démordait pas, se montrant silencieux comme une tombe.

Il n’avait pas un mauvais sens de l’orientation et il avait une assez bonne mémoire des chemins empruntés. Les gardes à l’entrée de la mine les fixèrent étrangement avant que Vladimir n’ouvre la bouche. « On va prendre l’air dans la cour. » Après deux murmures échangés ils les laissèrent passer et ce n’est qu’une fois dehors qu’il relâchait Bass. Il se retournait vers lui, les bras croisés sur sa poitrine. Finalement un silence, et puis un sourire sincère apparaît sur les lèvres du grand blond. Avant de relever les yeux vers les étoiles tout juste au-dessus d’eux. « Jézabel va bien, je le sais. Et je ne rentre pas sans toi. On rentrera ensemble, demain, à la première lueur du jour. Le temps de dire merci pour l’accueil. » Il décroisait les bras pour enfoncer ses mains nonchalamment dans les poches de son jean, arquant un sourcil en le regardant. « On peut rester ici si tu veux. Ça ne me dérange pas. » Bass avait besoin de respirer. Il n’allait le laisser suffoquer quelques heures de plus dans cet endroit. D’un coup d’œil rapide, il fit signe vers quelques rochers sur lesquels ils pouvaient s’asseoir.

De nouveau, Vladimir fouillait dans les poches intérieures de sa veste avant d’en sortir une cigarette. Il la tassait un peu, avant de l’allumer tranquillement. Tirant quelques secondes dessus avant de recracher lentement la fumée vers les étoiles. « Jézabel me tuerait si je rentrais sans toi je crois. ».

⇜ code by bat'phanie ⇝
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Olympians + le monde qui est le mien
avatar
Olympians + le monde qui est le mien
Hurlements : 1200
survit depuis le : 14/10/2016
capsules de troc : 1540

MessageSujet: Re: (II) Lost boy | Vladimir & Bass    Sam 30 Sep - 13:52

Vladimir & Bass
« And at the time I didn't know, just how hard the wind could blow
Towards disaster, and the things that I would see

Pourquoi s’était-il mis à parler ? Le silence, l’obscurité, la respiration calme de Vladimir et l’odeur familière de la nicotine artisanale. Voilà de quoi l’ancrer dans la réalité, lui faire passer la nuit, la poitrine lourde et oppressée, les mains croisées sur sa poitrine comme s’il était dans un tombeau. Une tombe de l’homme déjà mort. C’était pour cela qu’il était silencieusement venu se glisser sur la couche du dortoir, fuyant ses ombres personnelles. Il aurait dû. Mais le chat était sorti de sa gorge et il ne s’arrêtait plus de parler. Une parole pour quinze pensées. Il ne dit pas la moitié de ce qu’il ressent de ce qu’il pense et pourtant les mots s’affolent passé sa bouche. Cela n’a pas de sens, pas de suite, pas de fin, parce que leur locuteur est pris de vertige, seul dans son crâne. Ou pas assez seul. Il essayait de se refermer, de se taire, juste de se taire mais la confession amorcée ne lui appartenait plus et il s’en voulait de chacun des mots prononcés. Vladimir écoutait, Vladimir ne le forçait pas à parler et Bass le forçait à écouter.
Bass secoue la tête, laissant ses mèches devenues un peu trop longues retomber sur son visage, alors que Vladimir lui parlait doucement. Se lâcher – il se lâchait, contre des rôdeurs, avec un cri sauvage et l’impression de massacrer un visage autre, dans ses rêves contre les jackals. Il était trop craquelé pour craquer. Syndrome du grand frère que d’encaisser toute sa vie, serrer les dents et dissimulé derrière son côté asocial à quel point il ne tenait plus debout. Il a les yeux clos, et perd pied. Pourtant les mots qu’il a prononcés sont sincères – demande, décision qui brûle ses lèvres comme du sel sur une plaie, lui arrache les poumons et lui retourne les tripes. Chose qu’il n’aurait jamais envisagé de demander. Ne pas rentrer à Olympia. Parce qu’il est dangereux et qu’il a honte, et que le chien dort aux pieds de son maître avec l’estomac creux. Rentre à Olympia. Rentre, rentre, rentre, les mots brûlent son crâne à l’acide, et il oscille un peu.

Jusqu’à ce que Vladimir le remette sur pieds, le traîne dehors. Il tique violemment en s’entendant dire de la fermer. Souffle coupé, il plisse les yeux, cherchant à comprendre, à se la fermer – demander de la fermer à un asocial quasiment muet n’était pas une méthode excitant les confessions et Bass se prend l’équivalent d’un coup de poing dans l’estomac. Puis, l’instinct prend le dessus, il attrape le poignet de Vladimir, serre, les jointures blanches. Il resiste de tout son poids, un mauvais sentiment entre les côtes. Le slave le domine de sa silhouette, et sa force contraste avec la fragilité mentale de Bass à cet instant. Bass n’a pas l’habitude d’être dominé par quiconque, encore moins lorsque il vacille sur ses jambes et que les couloirs de la mine lui donnent le vertige et l’impression d’être dans un cauchemar, une fuite sans fin. « - Vladimir. » C’est un crachat presque, un feulement menaçant et sauvage.
Il titube lorsque Vladimir le relâche. Dehors, il fait quelques pas chancelants sous la lumière des étoiles. Il reprend son souffle, reprend un rythme lent à sa respiration. Inspirer, expirer, son torse oscillant légèrement, ses bras ballants le long de son cœur. Bass ferme les yeux et expose son visage à l’air frais de la nuit, soulagement face à la chaleur du printemps texan, à l’étouffement de l’intérieur. Un, deux, reprendre sa respiration. Les cauchemars étaient moins étouffants à l’air libre. Il lui porte un regard perplexe, surpris, destabilisé et répond avec douceur. « - Tu n’as pas à faire ça. » Sans réfléchir, il le suit et laisse ses jambes céder sous lui. Il s’avachit brusquement au sol, pour s’asseoir les jambes croisées, le dos contre le rocher où s’appuie le slave. « - Tu n’as pas à faire ça. » Il tire un peu sur son col tiré par Vladimir, dévoilant la légère rougeur des ongles de Vladimir sur sa peau, indifférent. Invoquer Jézabel est bas, et un sourire qui ressemble à une grimace apparaît sur le visage de Bass alors qu’il se rappelle la gamine. Elle arrive à toujours à le faire sourire, même si parfois il y a de la tristesse dans ses sourires, de la mélancolie. Il pense à d’autres enfants, morts, grandis, détruis. Il pense à ce qu’il voudrait faire pour la protéger et à la place qu’il n’aura jamais.

Il sort machinalement de la poche interne de sa veste un morceau de papier coloré, qu’il commence à plier avec soin, les jambes repliées contre son torse, et lentement les mots reprennent vie, plus mesurés, plus lents. « - Les responsabilités. L’attachement. Cela… j’aimerais tout oublier. Le silence et la paix. Je suis sérieux. J’aimerais… pouvoir ne pas rentrer. » La trahison demande une force qu’il n’a pas. Pour les protéger, il pense souvent qu’il devrait partir, mais sa ville lui manque, et la mine lui rappelle à quel point il ne peut pas vivre autre part, à quel point il s’écorche contre les autres humains. Il secoue lentement la tête, expire longuement, le dragon prenant forme sous ses doigts abîmés. Il se frotte doucement les yeux, abandonnant la créature en papier en équilibre sur ses genoux et après un long moment reprend dans un souffle à peine audible – sans timidité, sans gêne, mais qui pose la question, précise, sourde de crainte. « - Tu crois vraiment qu’elle m’attend ? » Il savait ce que c’était pour un enfant, d’attendre et ne pas voir l’adulte revenir. L’abandon et la solitude, le monde qui crie qu’il est injuste. Jézabel aimait Vladimir. Jézabel attendait Vladimir. Mais lui ? Il a un nœud dans la gorge – si Jézabel l’attendait, il reviendrai toujours. Mais il ne demande pas tant, éternel étranger.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Olympians + le monde qui est le mien
avatar
Olympians + le monde qui est le mien
Hurlements : 188
survit depuis le : 02/11/2016
capsules de troc : 423

MessageSujet: Re: (II) Lost boy | Vladimir & Bass    Dim 22 Oct - 21:31

Bass & Vladimir
∞ One of the most beautiful qualities of true friendship is to understand and to be understood. ∞

Il se fiche bien de la résistance que Bass peut lui imposer. À vrai dire, son ami n’est pas en reste en force, mais peut-être que la détermination du serbe est un peu plus tenace que celle de son ami sur l’instant présent. En tout cas, en un clin d’œil, il se retrouve dehors très rapidement, sans avoir fait attention au monde autour de lui. En tout cas, au bout d’un moment, son ami semble enfin réagir et crache son nom alors qu’ils atteignent l’extérieur. Bien, enfin une réaction. Il n’aimait pas vraiment parler comme ça à l’autre blond. Mais il s’excuserait plus tard. Il voulait simplement le voir reprendre de l’air pur, reprendre des couleurs malgré le froid de la nuit venant mordre leurs peaux. Alors qu’il est assis nonchalamment sur les pierres, il l’écoute. « Pourquoi pas ? C’est ce qu’on fait entre amis je crois. On prend soin de ses amis. » Il le dit avec une franchise qui lui est propre et qui ne laisse pas vraiment le choix à Bass que d’accepter ses sentiments sur le sujet. Il protégeait Bass à sa manière. Il ne pouvait certainement pas faire plus, mais il ne ferait pas moins.

Mais lorsqu’il voit une grimace ressemblant à un sourire s’inscrire sur le visage de l’autre, il se détend très légèrement. Quelque chose semble éclairer un peu sa nuit et la respiration lui est plus facile. En tout cas, cela permet à Vladimir de se détendre tout à côté de lui. Il tire une nouvelle fois sur sa cigarette avant de tousser un peu. Il devait arrêter cette merde. Mais bon ce n’était pas comme si la peur de se donner des chances face à une maladie lui passait vraiment par le crâne. Encore une fois, il reste silencieux tout en écoutant les mots de Bass. Surprit ? Oui et non à la fois. N’être avec personne, c’est ne s’occuper que de soi-même. Ne pas risquer la trahison ou la perte d’un être à laquelle on tient. Il pouvait le comprendre. Mais, malheureusement, dans cette situation, on ne pouvait vraiment pas rester seul. C’était signé son arrêt de mort sur le long terme pour sûr. Il se frottait un peu le visage, repensant à ces mois d’errances dans les bois et les routes avec une gosse sur le dos. Tous les deux épuisés jusqu’à l’os. Capable de mettre un pas devant l’autre juste pour continuer d’entendre la respiration de Jézabel contre lui.

« Je sais Bass… Je sais. » Mais ils n’avaient nulle part où aller. Ses yeux se perdent sur la créature de papiers sur les genoux de son maître. Ce n’était pas la première fois qu’il faisait ça. Parfois, il voyait Jézabel et lui s’amuser à en faire pour s’occuper les mains. Pendant que Vladimir essayait de piquer une petite sieste sur le canapé pour reposer sa tête et son corps. Il approchait sa main, venant tapoter doucement ses doigts pour porter sous ces yeux la cigarette. Il le laisse prendre, sans répondre immédiatement en jetant un regard aux étoiles. S’appuyant sur ses bras pour se tenir légèrement en arrière. « Oui… Elle t’aime beaucoup. N’en doute pas. » C’est vrai, il parlait pour elle et ce n’était pas bien. Mais il était sûr de ces mots. Il ne se voyait pas rentrer tout seul à Olympia. Comment pourrait-il sans affronter le regard de Iris ? Celui de sa fille ? Il approchait sa main, venant serrer l’épaule de Bass avec une force douce. « And… You’re my friend. »

Le lendemain

Il n’aurait pu dire combien de temps, ils étaient restés ici. Ensemble, à prendre le temps d’écouter le silence et à parler du vide. De Olympia. De la mine. Parfois le Serbe se perdait, racontant une anecdote ou deux sur sa vie en Serbie ou bien quand il travaillait en Amérique. Il s’ouvrait un peu à lui, même si c’était difficile. Il n’était pas prêt -pas à ce moment-là- à s’ouvrir à tous en tout cas. Mais Bass… Il savait qu’il ne dirait rien de tout ce qu’il avait puis lui raconter. Cela resterait simplement entre eux. Quand les premières lueurs du jour apparurent au loin, ils se levèrent ensemble et se plongèrent de nouveau dans les entrailles de la terre pour récupérer leurs affaires, des vivres pour les quelques jours de marche qu’ils avaient. Ils remercièrent les principaux intéressés pour l’accueil qu’ils avaient reçu avant de se laisser guider jusqu’à la sortie. Une fois les portes closes derrière eux, ils s’observèrent quelques longues secondes avant de s’enfoncer dans les arbres et la nature asséchée par la chaleur du Texas.
Ils rentraient chez eux à présent.

⇜ code by bat'phanie ⇝
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: (II) Lost boy | Vladimir & Bass    

Revenir en haut Aller en bas
 
(II) Lost boy | Vladimir & Bass
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le modèle du président Vladimir Poutine pour Haiti !
» LOST LE RPG
» Signature de contrat - Vladimir Zharkov
» Alice always lost... [Validée]
» Why the U.N. Lost credibility in Haiti

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Influenza :: The kids' playground :: Archives d'Influenza :: RP Archivés-
Sauter vers: