AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 
Bienvenue sur Influenza, faites attention à vos fesses, les rôdeurs sont affamés !
N'hésitez pas à jeter un coup d'oeil à nos postes vacants

Nous sommes en octobre 2017. L'épidémie a commencé en octobre 2010. Plus d'information sur l'épidémie { + }

Découvrez la playlist officielle d'Influenza !

Partagez | 
 

 Keep calm and cuddle my dog | ft. Elanor Barnes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité

MessageSujet: Keep calm and cuddle my dog | ft. Elanor Barnes   Lun 15 Mai - 14:42



Elanor & Elias
Keep calm and cuddle my dog


Elias devait confesser n’avoir jamais été à Olympia. Il n’y avait pas de raisons particulières à cela. En fait, quand il y pensait, il ne savait pas vraiment pourquoi il n’était jamais (pour ainsi dire) sorti de la mine. Bon, ce n’est pas tout à fait vrai si on considère que la carrière et la mine sont deux lieux bien distinct, et il lui est déjà arrivé de galoper jusqu’au ranch, rarement, et quoi que ce fut certainement l’endroit le plus éloigné de la mine qu’il ait « visité » depuis son installation là-bas. S’il avait su que Bass se trouvait à Olympia, et qu’il s’agissait bien de « son » Bass, nul doute qu’il s’y serait rendu bien plus tôt. Il y avait eu un mélange de surprise et de joie dans ses retrouvailles avec son aîné. Un peu de méfiance, aussi : comment être certain que le plus vieux de la fratrie Ferguson ne lui en veuille pas alors qu’il semblait avoir abandonné sa famille ? Peut-être que la situation malgré tout précaire de leur survie – à tous – avait changé les mentalités. Peut-être que l’apocalypse avait exacerbé les tendances humaines au pardon, ou à la rancune. A l’indulgence ou à l’esprit de vengeance. Voilà un bon sujet sur lequel méditer, lorsqu’il en aurait le temps.

Car pour le moment, Elias avait suivi son frère jusqu’à Olympia. Par curiosité, par envie de renouer avec ce bout de famille depuis trop longtemps perdu de vue – il n’était pas comme ça, il ne paraissait pas l’être, mais il y avait un cœur qui battait dans la poitrine de cet homme impassible, plus sensible qu’il ne le montrerait peut-être jamais. Et pour apporter son aide. Si on lui avait dit, lorsqu’il avait fait ses études et était devenu architecte, que cela lui servirait quelques années plus tard, et bien plus que cela ne lui aurait servi si aucune catastrophe mondiale n’avait eu lieu, il ne l’aurait certainement pas cru. Mais il avait entendu parler de l’attaque des Jackals sur Olympia – évidemment – ainsi que le léger problème « interne » de rôdeurs qu’ils avaient pu avoir, et s’il pouvait apporter son aide alors… Il le ferait. Elias se trouvait néanmoins honteusement égoïste. Serait-il allé à Olympia s’il n’avait pas retrouvé Bass, si son frère ne l’avait pas informé plus en détail de la situation ? Avait-il envie d’aider la ville pour ce qu’elle était, ou uniquement pour cette famille perdue, mais chérie, et retrouvée ?

Son séjour à Olympia allait certainement changer sa vision des choses. Hagen, qui l’avait bien évidemment suivi, était comme un fou, ici, à l’air libre, et sans avoir besoin d’être porté par son maître pour aller et venir dans et hors de la mine. Les escaliers, s’il y en avait, ne lui posaient pas de problème, et il pouvait galoper à travers les rues en sentant l’air frais, quoi qu’il ne s’éloignait jamais trop de son maître. Celui-ci s’était d’ailleurs éloigné tandis qu’Elias semblait errer dans Olympia. En réalité, il observait de son œil d’ancien professionnel de l’architecture celle de la ville. Il cherchait les failles, détaillait les bâtiments en reconstruction, pensait à comment possiblement les améliorer, eux et la sécurité des Olympiens, et comment pourrait être agencé ou ré-agencé les bâtisses à venir. Il ne se rendit pas immédiatement compte que le chien n’était plus à ses côtés. Passant une main sur son visage, il se mit à la recherche de son ami canidé. Il ne mit pas longtemps à le retrouver, cependant : Hagen était en train – Elias hésitait sur ce qu’il faisait, en réalité – d’embêter une jeune femme qu’il avait déjà aperçu aux alentours de l’infirmerie. A moins qu’il ne lui fasse les yeux doux et le beau pour recevoir de l’attention. Avec un imperceptible soupire, il les rejoignit d’une petite foulée en appelant le chien ;

« Hagen ! » il releva un regard désolé vers la demoiselle en passant une main sur sa nuque. « Je suis désolé s’il vous a... Dérangé. »
Revenir en haut Aller en bas
Olympians + le monde qui est le mien
avatar
Olympians + le monde qui est le mien
Hurlements : 481
survit depuis le : 04/11/2016
capsules de troc : 718

MessageSujet: Re: Keep calm and cuddle my dog | ft. Elanor Barnes   Mar 16 Mai - 9:47



Elias & Elanor
« keep calm and cuddle my dog


La vie à Olympia n'est plus aussi tranquille qu'avant et si Elanor prend sur elle, il faut bien admettre que ça devient compliqué d'oublier les récents événements. Les Cavaliers qui stationnent en ville lui rappelle constamment ce qu'elle a laissé derrière elle. Sans parler de la mauvaise humeur générale qui s'empare de tous les habitants. Elanor n'espère rien de cette entente qu'on ne peut même plus qualifier de cordiale. On n'échappe jamais vraiment aux Crimson Riders. Victime malheureuse de leurs quolibets, elle ne s'est jamais vraiment débarrassée de ces moments qui hantent sa mémoire. Ceux qui ne connaissent rien du passé liant Elanor aux Cavaliers, ne pourraient rien deviner. Sauf en s'y attardant, en approfondissant la question. Elle les évite autant que possible, ne croise même pas leurs regards. La plupart l'ignore et c'est mieux comme ça. Elle n'a pas la force de se battre, ne l'a jamais vraiment eut. Elle se laisse porter par le vent, par les événements malheureux qui se succèdent comme si le soleil ne brillera plus jamais sur leurs petites vies devenues misérables. C'est pour ça qu'elle sourit, rayonne où qu'elle aille, a toujours cet air si candide accroché au visage et des yeux brillant d'espoir. Elle rêve Elanor. Elle rêve pour tout ceux qui ne le peuvent plus. Elle se fait un devoir d'être souriante, rassurante, toujours pleine d'espoir. Un fardeau qu'elle accepte de plein gré, un fardeau toujours plus lourd à porter et dont on ne la déleste pas. Elle ne reçoit pas d'aide parce qu'elle la refuse, éloigne ceux susceptibles de lui faire ressentir autre chose que ces faux sentiments. Animal blessé, effrayé par le souffle du vent. Elle avance à tâtons dans ce monde à la fois si familier et si étranger. Il y a chez elle trop de contradictions s'affrontant dans un combat silencieux qui ne prend fin qu'une fois la nuit venu. Alors, dans l'obscurité de sa chambre, recroquevillée sur son lit, elle peut laisser tomber son fardeau et n'être rien de plus qu'une gamine effrayée, une coquille vide.

Elle marche d'un pas lent, la tête dans les nuages, le cœur serré par mille sentiments qui l'accablent. Elle profite des rayons du soleil pas encore assez chaud pour lui faire perdre la tête. Ses longs cheveux attachés en une queue de cheval rapide, imparfaite. Elle flâne dans les rues d'Olympia devenue sa petite ville. Elle salue les quelques habitants sur son passage. Pas de Cavaliers. Elle espère pouvoir passer un moment tranquille, aller jusqu'à la bibliothèque pour emprunter un livre qui lui fera oublier son triste quotidien, seul moyen de s'évader de cette prison dorée. Elle n'a pas le temps d'y parvenir qu'un drôle de compagnon s'aventure vers elle et l'oblige à s'arrêter. Obliger n'est pas le mot. Les bêtes à quatre pattes ont toujours eu ses faveurs. Elle s'agenouille à son niveau et déjà l'animal, pas farouche, vient quémander quelques caresses qu'elle lui offre de bon cœur, sourire aux lèvres. Elle lui parle comme on parle tous à son animal de compagnie. Le cœur soudainement léger, l'âme en paix. L'animal réagit à un appel proche et Elanor lève les yeux pour rencontrer un homme qu'elle ne connaît pas. Pas un Olympia. Sur la défensive, elle fronce les sourcils. « Oh non non. Hagen et moi faisions connaissance. » Elle se relève en lui offrant un sourire timide. « Il a l'air d'apprécier le quartier. » Le brave Hagen remue de la queue, visiblement très content de son coup, comme si il avait cherché à réunir ces deux là sous son regard bienveillant.


● ● ● ● ●


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Keep calm and cuddle my dog | ft. Elanor Barnes   Ven 14 Juil - 12:59



Elanor & Elias
Keep calm and cuddle my dog


Elias avait un statut peut-être légèrement privilégié – ou inversement – en tant que Miner « invité » à Olympia. Il avait eu vent de ce qu'il aurait pu qualifier « d'occupation » Rider à Olympia, mais ne saurait dire si les visages fermés qu'il croisait venait du fait qu'il était un étranger, que les cavaliers surveillaient les Olympiens ou s'il s'agissait de la conséquences de tout ce que les pauvres gens d'ici avaient vécu. Peut-être bien un mélange des trois. Il s'en moquait un peu, à vrai dire, tant qu'une rixe n'éclatait pas en pleine rue, et qu'il n'était pas pris à partie. Pas qu'il ne viendrait pas aider à calmer la situation, mais il avait plus l'habitude d'éviter ce genre de confrontation (surtout s'il n'y avait aucunement sa place) plutôt que d'y participer de quelque manière que ce soit... Mais il n'était pas sans cœur ni totalement antipathique non plus, et il éviterait de laisser deux personnes se déchirer, surtout ici, s'il pouvait aider à arrêter ça. Néanmoins, il espérait que ce genre de situation ne se produirait pas, ou pas en sa présence. Il n'était pas certain qu'on voit son intervention d'un très bon œil, et il ne voulait pas vraiment qu'on mange son chien – n'y voyez là aucun affront ni aucune faiblesse de sa part, personne n'aimerait qu'on mange son meilleur ami.

La réaction de la jeune femme vers laquelle est allée Hagen lui tire un léger sourire. Embêter n'était certainement pas le bon terme, mais il n'en avait pas vraiment d'autre pour qualifier le fait que son compagnon à fourrure soit aller quémander de l'attention à la jeune blonde – et il la rejoignit rapidement en s'excusant, passant une main gênée sur sa nuque. Elle n'avait pas semblé le moins du monde agacée par le chien, même tout au contraire. Quelque part, cela rassure l'homme, même si la jeune femme est sur la défensive lorsqu'elle lui répond avant de lui offrir un léger sourire. Elias hoche légèrement la tête en balayant les alentours du regard. Dire le contraire serait mentir, Hagen se sentait certainement mieux ici qu'à la mine, même s'il savait qu'il ne quitterait son maître pour rien au monde. « C'est vrai que c'est agréable, surtout pour lui. » La situation lui rappela brièvement un dessin animé comme les 101 Dalmatiens, mais sans doute se trompait-il. Il n'avait pas les souvenirs très clair de ce genre de film. « Il ne peut pas vagabonder aussi librement à l'intérieur de la mine. » Ce fut à son tour de sourire timidement. Il n'était pas dans ses intentions de se faire passer pour un Olympien ou un Rider, ni de cacher être un Miner. Ou de prétendre quoi que ce soit qui soit faux. « Je m'appelle Elias. » se présenta-t-il timidement en tendant la main, hésitant – est-ce qu'on tendait la main à une demoiselle ?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Keep calm and cuddle my dog | ft. Elanor Barnes   

Revenir en haut Aller en bas
 
Keep calm and cuddle my dog | ft. Elanor Barnes
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» KEEP CALM AND KILL ZOMBIES ✗ le 21/02 vers trois heures du matin
» Keep calm and pass your way ♙ Saewald [TERMINEE]
» Hey guys, keep calm ! ☮
» Jon Wolfe | Ben Barnes
» Keep Calm And Carry Swords

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Influenza :: The kids' playground :: Archives d'Influenza :: RP Archivés-
Sauter vers: