AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Influenza a maintenant dix mois !
N'hésitez pas à jeter un coup d'oeil à nos postes vacants

Nous sommes en juin 2017. L'épidémie a commencé en octobre 2010. Plus d'information sur l'épidémie { + }

Découvrez la playlist officielle d'Influenza !

Partagez | .
 

 maybe all is not lost (jenna)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Zed G. Hendrix
Quarries + rois d'la décharge publique
avatar
Quarries + rois d'la décharge publique


Hurlements : 118
survit depuis le : 21/12/2016
capsules de troc : 213
MessageSujet: maybe all is not lost (jenna)   Dim 14 Mai - 15:32


maybe all is not lost
jenna & zed

Depuis plusieurs semaines dans la Carrière le bruit avait couru que l'homme était en phase de devenir le père qu'il avait toujours rêvé d'être. Les murmures traçaient entre les tentes et les stands du bidonville ; ils disaient que la cadette des Rhodes attendait un enfant, mais surtout qu'elle attendait un enfant de lui. Certains se moquaient, d'autres le regardaient en coin quand il effectuait ses allées et venues dans la zone. L'atmosphère avait changé pour lui. Personne n'osait le dire, mais le regard qu'on lui portait était sensiblement différent.

On le jugeait. On le jugeait d'avoir engrossé une bonne femme au sale caractère comme Jenna. Les accusations étaient presque surréalistes. Ce qui, en théorie, ne regardait absolument personne, s'était transformé en débat en quelques tours de bras. La question de savoir si cette grossesse était bon présage pour les rapports entre la Carrière et le Ranch se retrouvait dans toutes les bouches. On se demandait aussi s'il était bien raisonnable de devenir parent à cette époque, avec les dangers qui rôdaient.

Zed aussi se posait des questions. Quant à l'environnement, à la promesse d'avenir que l'on pouvait faire à un nouveau-né, à l'éducation qu'un enfant du nouveau monde pouvait recevoir. Il se les était déjà posées, ces questions. Quelques années plus tôt, quand Kace était tombée enceinte. Ses inquiétudes s'étaient confirmées quand une arme avait réduit à néant ses espoirs de famille. Jusqu'à aujourd'hui. Jusqu'à ce que quelques fake news ne viennent chambouler le quotidien monotone et morose d'un survivant célibataire et dépressif, jusqu'à ce qu'on ne vienne par erreur le désigner comme le futur père d'un enfant à naître, le compagnon d'une nuit (peut-être plus) d'une femme qu'il n'avait jamais touchée. Il avait pris le rôle sans se soucier de sa véracité ni des conséquences qu'il impliquait ; pas une seule fois le blond n'avait voulu démentir l'information. Il aimait trop le mensonge pour le détruire, aimait trop l'idée d'avoir un but dans la vie pour l'anéantir.

Ce jour-là, il a fait marcher quelques relations pour progresser dans le territoire du ranch. Et il s'est planté devant la porte de la demeure familiale, son sac à dos jeté sur une épaule... et un bouquet de fleurs sauvages pressé dans le creux de sa paume. Il le destine bien évidemment à la jeune femme qu'il espère trouver derrière la porte, non pas pour la charmer, mais peut-être pour l'amadouer. Zed n'espère pas grand chose. Tout ce qu'il attend, ce sont des explications sur le rôle qu'il a à jouer dans cette terrible mascarade dont il est malgré lui au coeur depuis plusieurs semaines.


Spoiler:
 
egotrip




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jenna Rhodes
Riders + j'peux pas j'ai poney
avatar
Riders + j'peux pas j'ai poney


Hurlements : 757
survit depuis le : 15/04/2016
capsules de troc : 1037
MessageSujet: Re: maybe all is not lost (jenna)   Sam 20 Mai - 21:47

zed & jenna
«  maybe all is not lost.
La vie reprend son cours, comme tout. Ce n’est pas facile, loin de là. Elle a peur, Jenna, elle n’est pas à l’aise. Les tensions sont à leur paroxysme, elle craint pour elle, pour son futur enfant à naître, pour ses frères, pour ses neveux, pour tout le monde. Elle a trop à perdre, elle déteste cette fragilité, cette sensation de faiblesse constante. Elle tient bon, pourtant. Elle ne peut pas vraiment se permettre de se laisser totalement gagner par l’appréhension, l’angoisse. Mais, en réalité, elle ne sait pas quoi faire, si ce n’est attendre que l’orage finisse par passer. Elle a le sentiment qu’il risque de perdurer encore tout un temps, ce n’est pas pour la rassurer. Peut-être qu’elle est pessimiste ou simplement réaliste, elle ne saurait dire. Elle se méfie de tout, de tout le monde, constamment. Elle n’a plus aucune confiance en personne, excepté son cercle familial. Paranoïaque. Elle se transforme en une réplique fidèle d’Abel Rhodes, sans le chercher, sans le vouloir. Elle est obligée, d’être sur ses gardes. Elle n’en dort presque plus, elle peine à tenir debout, la grossesse et le manque de sommeil n’aidant pas. Elle attend que le calvaire prenne fin, elle espère qu’il prenne fin, rien n’est moins sûr.

Avec tout ça, elle en oublie presque tout le reste. Aaren Diggs, le traité rompu, les mensonges. Il doit lui en vouloir, c’est un fait. Il n’est même pas au courant de sa nouvelle paternité à venir. Qu’est-ce qu’il doit être furieux, qu’elle ait brisé l’accord, qu’elle l’ait trahi avec un autre. Le dernier point est faux, mais ça, il n’est pas supposé le deviner. Tout ce qu’il sait, c’est qu’elle est enceinte, ni plus ni moins. Surement qu’il n’envisage même pas la possibilité d’être le père de cet enfant. Plus que surement d’ailleurs, puisque de façon plus ou moins officielle, ce dernier n’est autre que Zed Hendrix. Elle s’en veut, sincèrement. Pour tout. Mais, elle n’est pas encore certaine que révéler la vérité soit la bonne solution. C’est cruel, il a le droit de savoir après tout, tout comme Zed a le droit d’être libéré de ce fardeau que lui incombe son mensonge. Elle préfère se montrer égoïste, pour l’instant du moins. Ce n’est pas le moment pour les grandes révélations.

Lorsqu’elle ouvre, mains tremblantes, la porte de la demeure familiale, elle s’attend à un accueil glacial, un regard désapprobateur, peut-être même un flot d’insultes, mais il n’en est rien. Ses pupilles se perdent un instant sur les fleurs maladroitement tendues, la culpabilité la gagnant aussitôt. Ça aurait été plus simple, qu’il lui crie dessus, qu’il se révèle être un connard fini, une mauvaise personne. Rien n’est jamais facile cependant. « Toi, ici. Soit tu es suicidaire, soit tu es… suicidaire. » Il n’a pas froid aux yeux. Les carrières ne sont plus les bienvenus au ranch, plus depuis le traité raté, encore moins depuis la tentative d’assassinat visant directement son aîné. Il a de la ressource en tout cas, c’est le moins que l’on puisse dire. « Je suis désolée. » Pour avoir délibérément fui. Pour l’avoir mis en mauvaise posture. Pour avoir brimé son autorité. Pour avoir menti à son sujet. Pour tout. Elle est sincère, complètement sincère. « Entre. » Une discussion s’impose, forcément. Elle lui doit des explications, elle lui doit beaucoup. Il a joué le jeu, il continue encore de jouer le jeu et pour ça, elle lui est reconnaissante. Elle se décale d’un pas, dégageant l’entrée. Heureusement, Abel est de sortie, mais autant éviter de rester à découvert, les rumeurs se répandent comme la peste. La présence de Zed ne risquant pas d’être bien perçue, autant éviter un drame supplémentaire.

● ● ● ● ●

one day this pain will make sense to you.
It's okay to be sad. It's okay to cry. Just don't let the sadness take over your life. You will be smiling soon. I know it. ~ wild heart.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zed G. Hendrix
Quarries + rois d'la décharge publique
avatar
Quarries + rois d'la décharge publique


Hurlements : 118
survit depuis le : 21/12/2016
capsules de troc : 213
MessageSujet: Re: maybe all is not lost (jenna)   Lun 22 Mai - 0:07


maybe all is not lost
jenna & zed

La porte s'ouvre sur la brune, et tout de suite Zed guette une réaction de sa part. « Toi, ici. Soit tu es suicidaire, soit tu es… suicidaire. » Pour sûr, elle ne l'attendait pas là, et il en a bien conscience. « Ça s'imposait, tu ne crois pas ? » marmonne l'homme alors que son regard tombe sur le ventre rebondi qu'il remarque pour la toute première fois. Il s'arrête une seconde, l'observe sans un sourire et dévisage ensuite la cavalière. Son regard à elle qui s'attarde sur le bouquet lui fait froncer les sourcils, sans qu'il ne comprenne où sont ses préoccupations quand il insiste avec ses misérables pâquerettes et autres fleurs des champs. Il ne décèle pas tout de suite la culpabilité qui la ronge ; il n'est même pas sûr de lui en vouloir pour les torts qu'elle se reproche, du moins pas quand il lui fait face, pas quand il la voit toute vulnérable dans l'encadrement de la porte. « Je suis désolée. » Il se sent comme un con, surtout, à vouloir demander des comptes à une femme enceinte : ça ne lui parait pas bien, à lui qui s'efforce depuis toujours d'être quelqu'un de bien. Zed soupire longuement, déjà il ne sait plus quoi dire ou faire. D'habitude son système neuronal ne le lâche pas aussi tôt dans la conversation. Il  piétine le paillasson avec son hésitation, s'avance sans conviction dans la demeure familiale. Son attention ne se porte même pas sur le décor qu'il découvre tout juste : elle est toujours focalisée sur Jenna. Ses épaules s'affaissent tandis que la porte se referme derrière lui. Il n'a plus vraiment l'air de chercher ses mots : sans doute que les connexions se sont faites dans sa tête. « Ne sois pas désolée, d'accord ? J'ai vraiment l'air d'un idiot maintenant, mais... » C'est vrai. Elle n'a pas fait beaucoup de bien à son image, déjà ternie dans la carrière par quelques excès dont il préférerait dire qu'ils appartiennent au passé. Il souffle, presque tout à coup amusé de sa mauvaise fortune. Dans la lumière matinale, le rictus qui agite sa bouche ressemble à un sourire qui se veut rassurant. « Je pense que tu avais tes raisons, pour faire ce que tu as fait. Et pour dire ce que tu as dit, j'imagine. » Il s'entend parler et se trouve trop clément, mais la vision de Jenna rend sa colère timide. Il ne peut pas lui répéter ce qu'il pensait lui dire en arrivant aux abords du ranch, la mettre en face de ses erreurs, la faire culpabiliser davantage. Elle le mériterait pourtant, mais il n'est pas un monstre - il ne veut pas en être un, plutôt. Encore, le blond la dévisage et laisse un court silence s'installer entre eux. Son visage se durcit. « Je veux les connaître, ces raisons, » il pose calmement mais fermement cette fois, parce qu'il est hors de question qu'il quitte ce maudit ranch sans savoir au nom de quoi il accepte qu'on le ridiculise. « Tu penses que tu pourrais me les expliquer ? » Il tend le menton vers la brune dont il s'est distancé de quelques pas ; pour en fait tirer une des chaises de la table. D'un geste de la main il invite la jeune femme à venir s'asseoir. Il ne veut pas trop la brusquer, mais les minutes qu'ils pourront passer en tête à tête sont probablement comptées, et il faut le dire, s'il n'en a pas trop l'air, Zed est plutôt avide de réponses.

egotrip




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jenna Rhodes
Riders + j'peux pas j'ai poney
avatar
Riders + j'peux pas j'ai poney


Hurlements : 757
survit depuis le : 15/04/2016
capsules de troc : 1037
MessageSujet: Re: maybe all is not lost (jenna)   Ven 26 Mai - 16:23

zed & jenna
«  maybe all is not lost.
Bien évidemment, que ça s’impose. Elle ne rétorque pas, hochant simplement la tête, s’excusant, tandis qu’il pénètre les lieux. Elle est nerveuse à vrai dire. Il a le droit à des explications, c’est certain. Elle ne sait simplement pas par où commencer, ce qu’elle peut lui dire, ce qu’elle compte lui dire. Pour l’instant, Arianna Diggs est l’unique personne au courant de toute l’histoire, la vraie histoire, celle sans mensonge, sans aucun filtre. Elle a confiance en cette dernière, elle ne trahira pas sa parole, elle lui est beaucoup trop fidèle pour ça. Bien sûr qu’elle aime son père, mais la relation qu’elles entretiennent est au-delà du simple lien de parenté. Avec Zed, c’est différent, ou simplement plus compliqué. Il est – était surement – le bras droit de Ren. Forcément, elle doute. Ça lui semble légitime qu’il ait l’envie d’aller tout divulguer à son chef, chef qu’il respecte. C’est un type droit, Zed, il fait ce qu’il faut, ce qui doit être fait. En même temps, est-ce qu’elle peut réellement continuer à lui cacher certaines vérités ? De toute façon, ça se saura, un jour ou l’autre, la supercherie sera révélée, quelqu’un lâchera morceau, si ce n’est pas lui, ce sera un autre.

Il est trop clément, le carrière, trop gentil. Ça alourdit le poids qu’elle porte sur ses épaules depuis si longtemps. Ils se regardent, les bras ballants, la gêne omniprésente, le sourire timide. Elle l’écoute, sans aucune interruption, pas qu’elle ne veut pas éclairer ses lanternes, juste, elle ne sait pas comment démêler cette histoire. Par le commencement, éventuellement. Tout le monde a ses raisons. Des bonnes. Des mauvaises. Elle n’est pas persuadée que les siennes soient bonnes ni même mauvaises, elle ne sait pas. Elle croit préserver la paix fragile, ne pas envenimer le conflit, mais, est-ce qu’il n’est déjà pas trop tard pour limiter les dégâts ? « Tu n’es pas idiot. C’est moi qui suis… compliquée. » Elle ne trouve pas de terme adéquat visant à se définir elle-même. Elle l’observe brièvement, le remerciant d’un sourire discret, tandis qu’elle prend place sur la chaise tirée à son intention. Définitivement trop clément. « J’ai eu peur, je m’excuse, je ne voulais pas te causer de problèmes. » Mais, le mal est fait. Elle aimerait cracher le morceau, mais sa gorge est sèche et nouée. Encore une fois, elle a peur.  « Quand, j’ai appris pour la grossesse, le climat à la carrière était particulièrement difficile, avec la grippe, les hordes. Je me savais plus en sûreté à la mine, alors j’ai échappé à ta surveillance. » Parce que, pour ça aussi, elle se doit de s’excuser, de s’expliquer. C’est le point de départ de tous ses soucis. « Si, j’ai menti concernant la paternité de ce bébé, c’est parce que je ne souhaitais pas envenimer encore plus la situation de la carrière, ou le conflit avec le ranch. » Elle se pince les lèvres, bien consciente qu’elle ne pourra pas rester vague indéfiniment. De toute manière, avec un peu de jugeote, le sous-entendu est plus ou moins clair. « Alors, j’ai donné le premier nom qui m’est venu à l’esprit, le tien. Parce que tu étais mon échappatoire sur le coup et même maintenant. » Elle ne veut pas que ça se sache déjà, le climat est trop fragile, que ce soit au ranch ou à la carrière. Ren et Abel ont d’autres chats à fouetter, des problèmes plus importants à gérer, sans que sa grossesse ne revienne tout compliquer une fois de plus. Elle a la sensation de n’être qu’un élément perturbateur, que tout le monde se porterait mieux sans elle. Peut-être parce que ce serait surement le cas.  

● ● ● ● ●

one day this pain will make sense to you.
It's okay to be sad. It's okay to cry. Just don't let the sadness take over your life. You will be smiling soon. I know it. ~ wild heart.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zed G. Hendrix
Quarries + rois d'la décharge publique
avatar
Quarries + rois d'la décharge publique


Hurlements : 118
survit depuis le : 21/12/2016
capsules de troc : 213
MessageSujet: Re: maybe all is not lost (jenna)   Dim 28 Mai - 16:20


maybe all is not lost
jenna & zed

L'homme s'éloigne de quelques pas, traîne des pieds. Il tourne quelques secondes autour de l'assise en face de Jenna, et décide finalement de rester debout. Il la regarde, cette petite (pas tellement) brune, la dévisage longuement. Elle lui arrache un demi-sourire quand elle lui dit qu'il n'est pas idiot : parfois il a des doutes. « Compliquée, uh ? » il relève presque dans un murmure, les bras croisés sur son torse. Il ne trouve pas Jenna compliquée, ou pas plus que ça. Quand il l'écoute, il se rend compte qu'elle a raison. La Mine était effectivement plus sûre à l'époque que la Carrière ne pouvait l'être, avec toutes ses brèches et ses germes. Mais l'aveux le blesse tout de même. Il hoche la tête avec cette grimace qu'il dissimule dans sa barbe, dans sa main. Il fait quelques pas en arrière, sans trop se soucier de savoir ce sur quoi il finit par s'appuyer. Un buffet, un plan de travail, peu importe. « Tu aurais pu m'en parler, » le blond marmonne une première fois. Puis il cherche de son regard celui de la cavalière. « Tu aurais m'en parler. Je t'aurais accompagnée, j'aurais peut-être même pu t'aider à négocier avec Anita. Je sais faire la part des choses, et si j'avais su que tu étais enceinte... » Son regard tombe encore sur le ventre rebondi que la table cache à moitié. L'homme secoue la tête. Il ne veut pas s'énerver contre elle, mais il doit tout de même mettre quelques choses au clair. C'est plus pour son ego que pour autre chose. Il n'aime pas avoir le mauvais rôle. « Tu me prends pour qui, Jenna ? » soupire le blond dont les yeux s'agrandissent. « Tu penses que j'aurais risqué ta vie et celle de ton bébé pour un des caprices d'Aaren ? » Il ne sait plus vraiment si sa loyauté est au roi de la carrière ou simplement à la promesse de faire ce qui est bon : fidèle à Aaren depuis de longues années, Zed se rend silencieusement compte qu'il n'aurait pas hésité une seule seconde à mettre leur amitié en péril si la vie de Jenna, la vie de son enfant, avait été sur la ligne. Et ça lui semble évident. Encore maintenant, alors qu'il est en face du problème, en face d'un secret qu'on lui impose malgré lui, c'est quelque chose qui pour lui tombe sous le sens. « C'est lui le père, pas vrai ? » Il ne le sait pas - il sait juste qu'il n'a pas couché avec Jenna et qu'il faut bien un coupable dans cette affaire. Les engueulades qu'elle avait pu avoir avec le brun lors de son séjour à la Carrière l'avait mis sur la piste, une des pistes plutôt. Il n'est toujours pas convaincu de sa conclusion, mais il lui semble qu'Aaren est le seul carrière avec qui la brune avait eu autant de contacts... Ce doit être lui. Même si ça n'a pas la moindre importance, en fin de compte. Zed soupire, se frotte les yeux, se pince l'arête du nez, tandis qu'il revient vers la cavalière. Cette fois il s’assoit, il pose les coudes sur la table. Timidement, sa main calleuse vient chercher celle de la jeune femme. « Je suis de ton côté. » Il serre doucement ses doigts entre les siens, avant de ne lâcher tout aussi doucement prise. « Dis-moi juste ce que je dois faire. »

egotrip




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jenna Rhodes
Riders + j'peux pas j'ai poney
avatar
Riders + j'peux pas j'ai poney


Hurlements : 757
survit depuis le : 15/04/2016
capsules de troc : 1037
MessageSujet: Re: maybe all is not lost (jenna)   Dim 11 Juin - 22:31

zed & jenna
«  maybe all is not lost.
Elle est un peu décontenancée, Jenna, entre ce qu’elle peut et ne peut pas dire, ou plutôt, entre ce qu’elle veut et ne veut pas dire. C’est délicat, toute cette histoire, compliqué. Elle ne souhaite pas le blesser, le carrière, encore moins l’enfoncer dans une histoire qui n’est pas la sienne. Pourtant, elle ne voit aucune autre solution, pas pour l’instant en tout cas. C’est surtout qu’elle a peur, elle est effrayée comme jamais. Elle ne se souvient plus exactement de la dernière fois où elle s’est sentie aussi démunie et faible. C’est trop lointain. Elle sait pertinemment qu’elle aurait lui en parler, qu’elle aurait pu tout lui déballer. C’est un bon gars, Zed, et par les temps qui courent, c’est plutôt rare et presque inespéré. C’est vrai qu’elle ne le connait pas réellement, pas plus que ça, mais ça se sent, qu’il est concerné, attentif aux autres, qu’il est doté d’un bon fond. C’est rare, inattendu. Il est son échappatoire provisoire.
Elle pose une main sur son ventre rebondi, esquissant quelques mouvements circulaires, le regard dans le vide, les remords calés au fond de la gorge, lui coupant momentanément la parole. Elle ne sait plus exactement où elle en est. Il soupire, il s’offusque. Il a raison, c’est bien normal, elle ne lui en veut pas, ce serait le comble, l’hôpital qui se fout de la charité. Il doit être paumé, tout aussi paumé qu’elle. Tout est entièrement de sa faute, pour ne pas changer. À croire qu’elle ne peut s’empêcher d’encombrer la vie, le quotidien, de chaque personne qu’elle peut bien croiser, rencontrer. « Non, bien sûr que non. J’ai conscience que tu n’aurais pas risqué nos vies mais par les temps qui courent, il est difficile d’accorder sa confiance. J’étais complètement tétanisée, angoissée, j’ai pris cette décision sur un coup de tête. » Même si, elle ne regrette pas cette dernière, ils ont été en sécurité, elle et le bébé, ils ont évité la maladie, les hordes. Elle est reconnaissante envers Anita, elle le sera toujours. « Je suis désolée. » Elle a l’impression de se confondre en excuses, fait peu commun. Elle ne sait pas quoi dire d’autre, elle est à court de mots. Pas Zed. Elle relève le menton, croisant le regard interrogateur du carrière. Elle hoche la tête en guise de réponse. Simple et efficace. Oui, il est le père, Aaren Diggs en personne, roi du chaos ambulant que représente son royaume. Elle s’attend à tout, Jenna, à tout sauf à ça. Elle pensait devoir mettre un terme immédiat à cette mascarade, à cette supercherie. Pourtant, il n’en est rien. Elle fronce les sourcils, perplexe. Pourquoi ? Pourquoi est-ce qu’il est si conciliant ? Pourquoi est-ce qu’il est si gentil ? Elle n’y est plus habituée, à tout ça. « Je ne sais pas vraiment. » La lèvre inférieure pincée, elle cogite à toute vitesse, réfléchissant à ses options, leurs options. « La situation au ranch est compliquée, tout comme celle à la carrière, tout comme celle entre mon frère et Ren. Je ne veux pas être un nouveau problème à leurs yeux. » Elle le sera, tôt ou tard, en attendant, elle n’est pas certaine de vouloir assumer, pas dans l’immédiat, elle n’est pas prête. « Je pensais continuer comme ça, ne rien dire, jusqu’à la naissance du moins. Je pensais aviser par la suite, plus tard. Mais, j’ai bien conscience que c’est beaucoup trop demander. » Elle ne s’attend pas à ce qu’il accepte. Elle a juste besoin de quelques semaines supplémentaires, que les soucis se tassent, qu’elle trouve le courage de crever l’abcès, de tout révéler. Elle n’en a pas la force, pas maintenant. Elle a peur de la réaction d’Aaren, de celle de son frère, des impacts qui s’ensuivront. Non, elle n’est pas disposée à franchir ce cap, c’est beaucoup trop angoissant.    

● ● ● ● ●

one day this pain will make sense to you.
It's okay to be sad. It's okay to cry. Just don't let the sadness take over your life. You will be smiling soon. I know it. ~ wild heart.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: maybe all is not lost (jenna)   

Revenir en haut Aller en bas
 

maybe all is not lost (jenna)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» LOST LE RPG
» Alice always lost... [Validée]
» Why the U.N. Lost credibility in Haiti
» Lost in blue
» « I've lost myself in all these fights, I've lost my sense of wrong and right » Ҩ CAT&KATH

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Influenza :: Survivors' last haven :: Crimson Valley :: Demeure familiale-