AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Influenza a maintenant dix mois !
N'hésitez pas à jeter un coup d'oeil à nos postes vacants

Nous sommes en juin 2017. L'épidémie a commencé en octobre 2010. Plus d'information sur l'épidémie { + }

Découvrez la playlist officielle d'Influenza !

Partagez | .
 

 Nicolas Greenwald

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
Invité


MessageSujet: Nicolas Greenwald   Sam 13 Mai - 21:07

+ Nicolas Greenwald
citation, citation, jolie citation



+ Je m'appelle Nicolas Greenwald, cependant la plupart des personnes qui m'entourent, me surnomme Nicky et j'ai 26 ans. Avant l'épidémie Une femme heureuse peu de temps avant l'épidémie, une femme fiancée heureuse. Mais j'étais également heureuse dans le métier que j'avais, autrement dit, comportementaliste pour chiens militaires.  Maintenant, je suis une STONEBRIAR'S JACKALS En six ans, j'ai descendu Une dizaine de rôdeurs sans doute, si ce n'est un peu plus. Mais souvent c'était mon frère qui le faisait a ma placeet j'ai tué  je n'en ai pas tué beaucoup de mes propres mains. Peut-être trois ou quatres, déjà tué des rôdeurs a toujours étaient quelques choses de compliqué pour moi, mais tuer des êtres humains ? Avec le temps, je sais qu'il s'agit simplement de ma survie.
Mais si je peux je l'évites. Du moins pas toujours. Mes armes de prédilection sont les armes blanches. Plus discrètes, moins bruyante et il n'y a pas besoin de munition. Je portes aussi un grand intérêt pour les armes type batte de Baseball, barre de fer. Vous l'aurez compris, les armes a feux très peu pour moi, de toute façon je ne sais pas m'en servir et ça ne m'intéresse pas de savoir le faireet on dit que j'ai du talent pour Une autorité naturelle, une facilité à mentir et à berner les autres. Jouer de mes charmes sans aucune pitié.

— profil psychologique


• D'une nature explosive. Tu tiens ça sans doute de ton père qui était militaire. Dans la marine plus exactement, tu n'avais pas beaucoup d'occasions de le voir, pourtant, il était un modèle à tes yeux. Tu rêvais de devenir comme lui. Ne pas avoir peur du danger, être au service de son pays et des habitants. Tu tiens de lui ta loyauté, ton impulsivité, mais également ta témérité. Tu n'as pas peur de grand chose, le danger ne te fait pas reculer, loin de là. L'apocalypse n'y a rien changé d'ailleurs, même si tu sais que ce n'est pas un jeu, tu prends cet endroit comme un terrain de chasse où tu peux exercer tes différents nouveaux talents. Si tu ne l'étais pas il y a sept ans, tu t'es découvert des traits de caractère nouveau. Si déjà avant tu n'étais pas la personne la plus douce, tu avais parfois ce semblant de générosité, mais le léger
aspect humain de ta personnalité fut lourdement piétiné par une cruauté sans faille. Chose que tu ne te connaissais pas. Mais pour ta survie, elle était nécessaire. Il fallait choisir, la vie des autres ou alors la tienne, tu n'as pas hésité une seule seconde. Même si pour ça, tu te devais éliminer et faire gicler le sang des autres.

• Lorsque tu étais adolescente, tu ne portais pas beaucoup d'attentions aux autres, l'humain en lui-même ne t’intéressa pas. Tu as toujours trouvé ta propre espèce d'imbéciles sans fin qui ne méritait pas les choses dues de la nature. Pourtant, à l'âge de dix-sept ans, tu tombas sur une personne encore plus arrogante que toi. Tu ne le pensais pas possible, toi qui étais principalement vue comme une fille sans cœur. Il fut le seul à découvrir la personne que tu tenais tant a cacher. Une jeune femme d'apparence froide et dure, qui en réalité faisait preuve d'une grande douceur. Il était ton premier amour, mais également le seul. Séparez par l'épidémie, toi miraculée, lui rôdeurs. D'un goût amer, tu fais désormais preuve d'une grande méfiance et n'apprécies tout simplement pas la compagnie des hommes. Bien que ça ne soit pas de sa faute, tu ressens encore, après sept ans, le sentiment d'abandon. Cependant, tu as appris une chose essentielle. Malgré que tu n'apprécies pas les hommes, ils sont d'excellent cobaye pour augmenter tes compétences de charmeuse et de menteuse. Dans ce nouveau monde il faut être plus malin que les autres. C'est donc sans aucune pitié que tu as fait tourner les hommes en rond, maintenant, tu sais parfaitement le ton ou l'expression à prendre pour faire tomber quelqu'un entre tes griffes.

• Tu as toujours été très proche de la faune et de la flore. Tu partais souvent avec ton père faire des explorations en forêt lorsqu'il était présent au foyer, tu aimais découvrir avec lui les beautés de la nature. Tout naturellement en grandissant, tu t'es orienté dans un métier animal, si au début, tu pensais être vétérinaire, un autre job trouva rapidement grâce à tes yeux. Comportementaliste, ou dresseuse. Tu étais jeune, mais avec l'appuies de ton père, tu fis plusieurs stages, tu travaillas bénévolement avec eux. Puis voilà qu'à dix-neuf ans, peu de temps avant l'épidémie, tu devins une véritable icône dans les rangs militaires. Peu ont cette chance, tu en avais conscience, tu ne comptais pas cette opportunité filer de si vite. On te confia alors ton premier chien, un chiot berger allemand agressif qui ne cessait de refuser les ordres. Bien qu'il te fallût quelques mois, tu fis preuve d'une patience exceptionnelle. Chose qui ne te ressemblais pas vraiment. Aujourd'hui, tu tires encore profit de tout cela, tu as développé ton autorité. Tu n'as pas peur des autres, c'est une certitude, mais tu sais surtout te faire craindre par ton apparence, mais également par la façon de t'exprimer. Certains disent de toi que tu pourrais être une leadeuse, mais tu ne veux pas de se titre. Des responsabilités ? Très peu pour toi.





— i wanna be in the room where it happened
PRÉNOM &/OU PSEUDO : Sur le web on me connaît sous le pseudo de Peterpan, mais sinon vous pouvez m'appelez par mon prénom Caroline ou Caro tout simplement ! ÂGE : Je viens de fêter mes vingt-ans la semaine dernière PAYS : France OÙ AS TU TROUVÉ LE FORUM ? Sur bazzart, tout en ayant marre des forums réels city un peu trop simple,
je me suis dis que j'allais essayer autre chose, je dois dire que c'est une grande nouveauté pour moi les forums post-apo/zombies ! MOT DE FIN : malgré que je ne connaisse pas grand chose de cet univers, j'espère pouvoir m'intégrer facilement ♥
AVATAR : Margot Robbie
LE PERSONNAGE EST UN inventé
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Nicolas Greenwald   Sam 13 Mai - 21:07

— history has its eyes on you

+ there's before ...

• Ta vie n'était pas parfaite, mais c'est justement ça que tu aimais. Vivre dans une famille parfaite, mais quel ennui ! Mais il n'y a pas non plus de fait marquant dans ton histoire, rien que des petits drames familiaux par-ci par-là, rien de dramatique non plus. Tu n'as jamais rien eu à envier les autres, même si tout fait banal chez toi. Ton enfance l'était, elle n'avait rien d'exceptionnel. Ou peut être que si et tu ne t'en ais jamais rendus compte ? Vivant dans une petite maison de banlieue avec ta mère pharmacienne dans le centre de la ville, et ton père militaire, engagé dans la marine que tu voyais assez peu. Pourtant, il était pour toi un véritable modèle, tu voulais devenir comme lui un jour. Pourquoi pas rentrer à ton tour une fois adulte, chez les militaires ? Mais personne n'a jamais vraiment cru en tes compétences, ils te voyaient tous comme une petite fille sage qui deviendrait sans doute comme sa mère. Une femme sans grand intérêt. Oui, tu n'as jamais porté ta mère dans ton cœur, tu ne pourrais pas dire pourquoi exactement, elle avait pourtant tout, ou presque pour être une mère parfaite. Douce, attentive, tendre, mais strict. Mais non-rien à faire, au fur et à mesure que tu grandissais, tu la trouvais ennuyante. Tu n'as eu d'yeux que pour ton père, qui pour toi était un héros.

• D'une vie solitaire exceptionnellement satisfaisante pour toi, tu avais un grand frère, de quatre ans ton aînée. Si au début, tu te fichais pas mal de sa présence, en grandissant tu nourris une jalousie à ce dernier. Il était un homme. Celui en qui tout le monde portait la confiance et le respect, ils avaient tous l'image d'un petit con qui suivrait les traces de ton père. Tu vivais dans l'ombre de ton grand-frère. Pourtant, il n'en était rien ! Du nom de Jonathan, il se pavanait comme un paon, fier. Il jouait de son image devant les autres, mais avec toi ce n'était pas pareil. Vous aviez l'un et l'autre une haine indescriptible, vous ne vous êtes jamais entendus. Devant ses amis, il te surnommer la ratée, ou l'erreur. Il ne t'aimait pas et tu le lui rendais bien. Toi qui n'avais pas d'amis, tu l'enviais parfois, mais tu ne réjouissais également de ses malheurs. Si ce n'était pas triste pour une gamine de ton âge. Car toi, tu étais peut-être seule, mais lui n'était entouré que de pauvres oiseaux mal honnêtes, hypocrites. Puis tu n'as jamais eu besoin de personnes, tu faisais ta petite vie de ton côté, préférant l'air frais et pur d'une nature abandonné, que les fumés épais et étouffants de la ville. C'est simple, tu détestais ton environnement de vie et tu te promettais de partir un jour le plus loin possible de cet endroit. Côtoyer ses gens était pour toi une fatigue morale.

• Tu as toujours était très débrouillarde. Déjà plus petite, tu fuguais de chez tes parents pour te rendre au plus proche de la nature, que ce soit une forêt ou un cours d'eau. Tu as toujours apprécié ses moments de liberté et de calme. Aux yeux de ta famille, c'était tout simplement dangereux, mais justement, tu aimais ça encore plus. Puis ton père, militaire et donc habitué, t'emmena à plusieurs reprises plus loin pour des ballades au milieu de cette faune et de cette flore parfois hostile. Tu construis une relation forte avec ton paternel. Tu avais l'impression qu'il était le seul à te comprendre, mais peut-être que tu fermais les yeux et que tu tournais le dos aux autres un peu trop vite parfois ? C'est lorsque tu avais dix-sept ans que tu fis une rencontre qui bouleversa littéralement ta façon de penser et de voir les choses. Tu ignorais tous des sentiments possibles et tu ne voulais pas en savoir d'avantage. Pourtant, lui, Mikey un jeune homme de dix-neuf ans. Fils du chef de ton père. Tu le fréquentais de plus en plus, il venait souvent chez toi lors des réunions professionnel entres vos pères. Immédiatement, tu lui partageas tes passions et ton amour pour la nature. À son tour, il te fit découvrir beaucoup de choses. Il aimait la nature également, mais était principalement passionné par les sports extrêmes. Au fil du temps, tu tombas amoureuse de lui, le premier et le dernier. Tu ne sais plus exactement comment ni pourquoi s'est arrivé, mais bizarrement, tu te sentais heureuse à ses côtés.

• Deux ans. Deux ans d'une belle relation. Mais également deux ans d'études, de boulot intensif pour devenir comportementaliste aux prêts des militaires. La seconde famille de ton père. Tout semblait te sourire enfin ! Tu prouvais enfin que tu valais quelques choses, tu travaillais au milieu de tes repères, en compagnie des animaux, puis ton frère. Ton cher frère. Tombant dans la délinquance et la drogue, devenant la honte de la famille. Puis fiancé à cet homme que tu aimes depuis déjà deux ans. Pourtant, tu es encore jeune à ce moment-là, tu as encore plein de choses à vivre, du moins c'est ce que tu pensais.

+ and then there's today :

• Puis tout bascule. Le monde s'ombre dans la folie et la maladie. Tu n'aurais jamais cru à ce scénario possible, pour une fois, tu as peur. Tu ne sais plus qui tu es et tu ne sais plus quoi faire. Les informations rapportent rapidement la gravité des choses, mais tu ne veux y croire. Mais ça ne tarde pas jusqu'ici, le tonnerre gronde menaçant, mais ce qui les attend dehors l'est encore plus. Enfermé dans une pièce du sous-sol tremblante de peur, les mains ensanglantées, une barre de fer entre les mains, ton chien grondant de colère vers cette porte qui tremble prête a exploser dans un millier de petits morceaux. Tu inspires et expires difficilement cet air devenu aussi pourri que ses infectés. Tu as vu de tes yeux ta mère s'effondrer au sol avant de finalement être à nouveau sur ses pieds. Elle était devenue comme eux. Paralysé pour les premières secondes, ton compagnon a quatre pattes ton ramener à la raison en aboyant. D’instinct, tu as voulu fuir, mais tu ne savais où allait. Prenant la direction du garage dans le sous-sol, fouillant en laissant les choses voler sur le sol, tu as attrapé la première chose qui te tombe entre les ongles. Une barre de fer, tu as tout juste le temps de te retourner, qu'elle te saute dessus. Tu réussis à la garder hors de porter de ta peau, ton chien bondit et la fait rouler sur le côté. C'était le moment. Quelle force, ou quel courage, tu ne sais pas, mais oui tu l'as fait. Frappant encore et encore jusqu'à ce que le sang te gicle sur le visage, coule sur tes mains, tu tombes au sol en regardant le cadavre. Ton hurlement de terreur déchirant le cœur de cette nuit-là. C'est là que tu as trouvé refuge dans le sous-sol, tu ne voulais plus en sortir. Tu avais peur de cette affreuse vérité, d'une réalité horrifique. Ton père n'était plus là, il était parti avec les autres militaires. Tu te doutais tristement que jamais tu n'aurais la chance de le revoir un jour. Cependant, tu n'avais aucune idée de l'état de ton frère ou de ton fiancé. Tu t'inquiétais pour les deux hommes, oui. Même pour Jonathan. C'est au petit matin que ce dernier a pointé le bout de son nez, mais pas dans un meilleur état que le tien. Ton premier mouvement fut de sauter dans ses bras, pleurant a chaud de larmes. Tu lui posais des questions en espérant qu'il puisse t'apporter les réponses dont tu avais terriblement besoin, il n'en avait cependant aucune. Il tentait de te réconforter, de t'apaiser du mieux possible. Mais était-ce seulement possible ? Il ne posa aucune question sur ton état ou celui du cadavre explosé sur le sol dans le garage. Il t'attrapa par la main, tout en t'ordonnant de garder cette barre en métal qui vous sera grandement utile. Il avait déjà rassemblé quelques vivres dans un sac, à tes pieds ton chien suivant la marche, vous étiez parti. Abandonnant tout ce que vous connaissiez. Le premier objectif était de retrouver Mickey, malgré les protestations de ton aîné. Cet homme était trop important pour que tu ne puisses l'abandonner. Le paysage, le décor de la ville était chaotique. Des corps jonchant les sols, le sang glissant et inondant les allés. Tu te sentais faible et inutile face à la catastrophe et tu doutais de tes capacités à survivre.

• Plusieurs jours de recherches, plusieurs jours de marches. Mais également plusieurs jours de combats et de survie ne suffisaient pas à trouver la trace de ton fiancé. Ton frère a tenté de te raisonner, mais toute raison semblait t'avoir quitté depuis. Tu devais te faire une raison. Mickey était mort, ou partit. Ou infecté. Tu ne pouvais pas prendre le risque de le retrouver, ni exposer ton frère à un tel danger, vous installant dans une ancienne station service, c'est ici que vous passiez votre dernière nuit. Dans cet endroit qui fut votre terrain de jeux il n'y a de ça peu de temps. Ton frère a tenté de te raisonner, mais toute raison semblait t'avoir quitté depuis. Tu t'étais refermé rapidement, puis tu n'inspirais qu'à survivre. Mais également protégés, ton frère et ton chien, les dernières choses qui te restaient de ton ancienne vie. Sans savoir pourquoi tu vouais une rancune à celui que tu avais aimé autre fois, il t'avait semble-t-il abandonner. Tu n'étais pas prête à le lui pardonner un jour, oh que non. Si les premiers jours, les premières semaines et les premiers mois s’écoulèrent difficilement, ce fut les années qui finirent par défiler sans que tu n'y prêtes grande attention. Le temps eut également gain sur ta raison. Si tu étais déjà une jeune femme refermée sans grande douceur envers les autres, tu n'étais désormais plus rien d'autre qu'une poupée de chiffon sans pitié. Tu tuais sans aucun remords. Parce que toi, tu voulais vivre. Cependant, tu pouvais toujours trouver un appui sur Jonathan qui plus d'une nuit pouvait entendre tes sanglots. Mais vint le jour où a son tour, il t'abandonna à ton triste sort. Attaquer par des rôdeurs, simplement et faiblement armés, il t'ordonna de fuir. Tu ne voulais pas le laisser, mais tu le fis malgré tout. C'est son hurlement de douleur qui te terrifia, tu étais désormais complètement seule. Ton chien âgé de neuf ans, lui également fatigué, mais miraculeusement debout. Une année s'écoula de nouveau, tu parcourais les taire désolés et abandonné seul. Mais tu avais conscience que ça ne pouvait décidément plus durer, tout cela était bien trop dangereux. Tu intégras des petits clans, des regroupements de personnes sans jamais réellement te faire une place parmi eux. Puis vint le tour des chacals. Tu te trouvas rapidement une place parmi eux. Ils étaient peut-être fous, violents, cruels et sans pitié, néanmoins, tu leur ressemblais plus que tu ne voulais le croire. C'est à leurs côtés qu'un nouveau chapitre de ton histoire s'écrit.
Revenir en haut Aller en bas
Stanley Carpenter
Riders + j'peux pas j'ai poney
avatar
Riders + j'peux pas j'ai poney


Hurlements : 43
survit depuis le : 28/04/2017
capsules de troc : 98
MessageSujet: Re: Nicolas Greenwald   Sam 13 Mai - 21:10

Hello beauté fatale

Bon courage pour ta fiche mademoiselle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Winona Jackson
Riders + j'peux pas j'ai poney
avatar
Riders + j'peux pas j'ai poney


Hurlements : 107
survit depuis le : 20/04/2017
capsules de troc : 203
MessageSujet: Re: Nicolas Greenwald   Sam 13 Mai - 22:53

Bienvenue parmi nous, hâte d'en lire d'avantage sur cette demoiselle !
C'est très vide, y en a qui vont te tomber dessus n'aie pas peur !

Si tu as des questions, n'hésite pas à contacter le staff (Peyton, Archer, Gabriel ou moi-même)

● ● ● ● ●

cold hearted they said.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Casey Redfield
Miners + on pioche tic toc
avatar
Miners + on pioche tic toc


Hurlements : 1279
survit depuis le : 10/10/2016
capsules de troc : 1892
MessageSujet: Re: Nicolas Greenwald   Sam 13 Mai - 23:04

VIDEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEUH


Bienvenue
Va nous rédiger une belle histoire

Enjoy

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abel Rhodes
Riders + j'peux pas j'ai poney
avatar
Riders + j'peux pas j'ai poney


Hurlements : 2166
survit depuis le : 06/08/2016
capsules de troc : 3295
MessageSujet: Re: Nicolas Greenwald   Sam 13 Mai - 23:14

Vide.













Bienvenue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jack Werner
Jackals + soyez prêtes pour la chance
avatar
Jackals + soyez prêtes pour la chance


Hurlements : 618
survit depuis le : 04/08/2016
capsules de troc : 1028
MessageSujet: Re: Nicolas Greenwald   Dim 14 Mai - 0:47

J'ai vu le pseudo, et je m'attendais pas à cet avatar.
J'ai très hâte de voir ce que tu vas faire. Bonne fiche !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Beckett Wills
Riders + j'peux pas j'ai poney
avatar
Riders + j'peux pas j'ai poney


Hurlements : 230
survit depuis le : 18/02/2017
capsules de troc : 371
MessageSujet: Re: Nicolas Greenwald   Dim 14 Mai - 22:30

J'aurais voulu écrire une déclaration d'amour mais cette fiche est trop vide pour que je trouve l'inspiration Mais avec ce pseudo et cet avatar, tu ne perds rien pour attendre
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bass Ferguson
Olympians + le monde qui est le mien
avatar
Olympians + le monde qui est le mien


Hurlements : 875
survit depuis le : 14/10/2016
capsules de troc : 1144
MessageSujet: Re: Nicolas Greenwald   Lun 15 Mai - 9:49

J'aime bien le combo avatar et pseudo Mais comme c'est la seule chose écrite, j'peux pas aimer autre chose
Bon courage pour ta fiche, écris ça vite qu'on puisse te faire des bisous
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Nicolas Greenwald   Lun 15 Mai - 13:31

Merci beaucoup tout le monde pour l'accueil, mais ne vous inquiétez pas, ma fiche elle arrive doucement, mais sûrement et j'ai hâte de vous faire découvrir la blondinette
Revenir en haut Aller en bas
Gabriel Rosario
Jackals + soyez prêtes pour la chance
avatar
Jackals + soyez prêtes pour la chance


Hurlements : 973
survit depuis le : 24/07/2016
capsules de troc : 1252
MessageSujet: Re: Nicolas Greenwald   Lun 15 Mai - 13:56

Vide, d'accord. Mais Margot.

Bienvenue parmi nous !

● ● ● ● ●

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Nicolas Greenwald   Lun 15 Mai - 14:48

C'est bon elle est moins vide maintenant y a le caractère
Merci a toi
Revenir en haut Aller en bas
Arte P. McMahon
Riders + j'peux pas j'ai poney
avatar
Riders + j'peux pas j'ai poney


Hurlements : 893
survit depuis le : 21/10/2016
capsules de troc : 1250
MessageSujet: Re: Nicolas Greenwald   Lun 15 Mai - 18:03

C'est bien rempli tout ça Bon travail jeune recrue.

Et un bienvenue officiel, un !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elanor Barnes
Olympians + le monde qui est le mien
avatar
Olympians + le monde qui est le mien


Hurlements : 309
survit depuis le : 04/11/2016
capsules de troc : 499
MessageSujet: Re: Nicolas Greenwald   Lun 15 Mai - 18:46

Bon jeu sur Influenza !
Félicitations. Tu vas bientôt toucher le fond, c'est bien.



une blonde chez les chacals ! J'ai hâte de voir ce que ça donne en rp ! Fais gaff à ton chien

Et te voilà officiellement validé/e ! Pour commencer, il te faut recenser ton avatar. On t'invite ensuite à revendiquer ton titre tes responsabilités, si tu en as. Et, si ce n'est pas déjà fait, pense à remplir ton profil.

Pour bien démarrer, tu peux poster une fiche de liens (en pensant bien à la tenir à jour) et en demander aux autres, créer un scénario si tu as des besoins précis ou un pré-lien s'ils le sont moins. On rappelle qu'il faut impérativement poster un sujet d'activité et que les Wanderers doivent intégrer un groupe dans le mois qui suit leur validation.

Tu peux maintenant librement flooder et surtout RP.

Et tout le staff d'Influenza te souhaite un bon jeu.

INFLUENZA


● ● ● ● ●

I have never wanted something more than to look into your eyes and to be right by your side. we can lose all track of time and I'd let your hands warm mine And I'll listen to your voice. All i feel is how fast my heart beats whenever i'm with you.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Nicolas Greenwald   

Revenir en haut Aller en bas
 

Nicolas Greenwald

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Lettre ouverte au président Nicolas Sarkozy
» Yann décide de se ranger(Florian et Nicolas)
» Plizyè Depite Chanm bas la se gason makomè selon depite Nicolas Descotes
» pour Nicolas
» Jour de fête et petit nicolas

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Influenza :: The kids' playground :: archives d'influenza-