AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 
Bienvenue sur Influenza, faites attention à vos fesses, les rôdeurs sont affamés !
N'hésitez pas à jeter un coup d'oeil à nos postes vacants

Nous sommes en octobre 2017. L'épidémie a commencé en octobre 2010. Plus d'information sur l'épidémie { + }

Découvrez la playlist officielle d'Influenza !

Partagez | 
 

 got well soon (archie)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Miners + on pioche tic toc
avatar
Miners + on pioche tic toc
Hurlements : 243
survit depuis le : 04/03/2017
capsules de troc : 370

MessageSujet: got well soon (archie)    Ven 28 Avr - 20:56

Maxine & Archie
❝ Got well soon


La Mine est de nouveau ouverte, et Maxine reprend tranquillement ses habitudes. Les premiers jours, on l’a regardé de travers : où était-elle, pendant tout ce temps ? Réfugiée derrière les murailles impénétrables de la Mine, bien à l’abri de la maladie, abandonnant ses « patients » qui n’avaient pas la chance de vivre sous terre ? On lui en veut. De prime abord, on refuse d’aller la voir. Qu’à cela ne tienne. Elle en a, du temps, Maxine, et refuse de retourner s’enfermer tout de suite. Elle soutient les regards noirs, explique d’un ton irrité qu’elle ne prend pas toutes les décisions, et qu’un médecin mort ou trop malade pour travailler est inutile. Elle continue ses rondes sans se décourager, se chamaillant parfois brutalement avec des Carrière rancuniers. Peu à peu, certains se calment. Les autres l’ignorent. S’ils veulent voir leurs plaies s’infecter ou mal cicatriser, Maxine se dit que c’est leur affaire.

Environ un mois après l’ouverture de la Mine, elle peut se permettre de circuler librement sans se faire interpeler. Alors, souvent, après avoir fermé boutique, elle se dirige vers le caveau, anciennement partie prenante de la Mine, récupérée par les Carrières lors de l’effondrement du tunnel. Lorsqu’elle y va, elle s’y fait discrète. Elle préfère y boire plutôt qu’avec les Miners, dont la plupart ne l’apprécient pas plus que ça –avec raison. Ici, chacun s’occupe de ses affaires, et elle paie largement pour ce qu’elle consomme. L’ambiance est bon enfant, et on la laisse tranquille. Elle s’approche du bar, son sac de premiers soins frappant sa hanche en rythme, et n’en repart que lorsque sa chope en acier galvanisé (qui a définitivement connu de meilleurs jours) est remplie à ras-bord d’un affreux tord-boyaux, qu’elle compte bien écluser d’ici la fin de la soirée. Un examen attentif de la salle pour repérer une place où s’installer, à l’écart, révèle un visage familier, qu’elle replace après quelques trop longues secondes. Il a l’air mal en point : des ecchymoses s’effacent tranquillement de son visage, bleues et jaunes là où elles ont presque disparu. Posant sa chope pleine à ses côtés sans se préoccuper de le déranger ou pas, elle pose ses fesses sur le banc inégal. « Ça fait longtemps » elle commente simplement, sans s’encombrer de politesses d’usage. Les manières, c'est pas trop son truc et elle est certaine qu'Archie ne s'en formalisera pas. « Qu'est-ce que tu deviens ? » Une autre façon de lui demander comment ça va.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Quarries + le club des clochards
avatar
Quarries + le club des clochards
Hurlements : 810
survit depuis le : 28/09/2016
capsules de troc : 1263

MessageSujet: Re: got well soon (archie)    Dim 30 Avr - 11:31



Maxine & Archibald

« got well soon »


La carrière était indiscutablement un de ses lieux de désœuvrement préférés. Oh bien sûr, il n’avait rien contre ses “frères d’armes”, il ne continuerait pas à traîner ses grolles avec les chacals de Stonebriar sinon mais, parfois, on pouvait apprécier de ne pas avoir l’impression que chaque personne à qui vous tourniez le dos allait en profiter pour vous piquer une lame entre les omoplates. Les joies de la civilisation, cette contrée lointaine que de plus en plus de gens tendaient à oublier… Archibald, donc, une fois rendu à la carrière, avait aussitôt filé vers son morceau de civilisation favori autrement dit : le bar et ses quelques alcools sur lesquels personne ne crachait quand, après sept ans d’apocalypse, on ne se souvenait plus vraiment quel goût était supposé avoir un véritable cocktail. Il traînait avec lui un vieux sac militaire contenant le butin de ces derniers jours qui lui servirait de monnaie de troc, certaines pièces de ce trésor de bric et de broc ironiquement “emprunté” aux habitants de cette même carrière lors de quelques rencontres infortunées en dehors de ce no man’s land ouvert aux survivants de tous les horizons. Fermement décidé à se bourrer la gueule, il avait commandé un verre de ce que le barman improvisé avait de plus fort, sorte de breuvage pour lequel “infâme” était encore une définition faible et dont il pouvait sentir la progression de chaque gorgée à l’intérieur de son organisme tellement le liquide lui décapait les tuyaux. Et c’était, bien évidemment, de manière parfaitement volontaire qu’il avait choisi d’ignorer les effets inconditionnellement nocifs qu’une telle entreprise allait avoir sur son corps, alors qu’il arborait à son bras droit une plaie profonde et encore bien fraîche dont les lèvres en étaient maintenues serrées l’une contre l’autre par un morceau de chiffon dont il valait mieux ignorer la provenance. Un souvenir charmant d’une échappée de justesse qui lui avait valu un passage à travers une vitre brisée, le bras en avant afin de se protéger le visage des échardes tranchantes et d’éviter le plus gros des dégâts. De toute évidence, la manœuvre n’avait pas été un total succès.
Archibald se tourna vers Maxine, leva son verre en guise de réponse et salut avant de s’en envoyer une nouvelle giclée derrière la cravate. « Bof, le train train quotidien », il haussa les épaules, l’air nonchalant, pour reprendre ensuite : « Je survis, comme tout le monde ici, et je viens faire les yeux doux à un médecin entre deux embûches foireuses afin de pas mourir prématurément. » Et c’est vrai qu’il avait bien sale mine, le bougre, entre les traces qu’il arborait encore de sa confrontation catastrophique avec l’olympien et celles, plus récentes, qu’il avait récolté en embrassant un carreau de verre ébréché. « Et toi, t’es enfin sortie de ta niche, ça y est ? » Question purement rhétorique, vu qu’elle se tenait à ses côtés. Mais tout de même, il s’était demandé si la Mine n’avait pas eu l’intention de se fermer définitivement à la lumière du jour. Il tenta d’étouffer une grimace de douleur alors qu’il reposait son alcool sur la table et que le geste lui arrachait quelques élancements bien loin d’être agréables. Un coup d’oeil rapide au bandage de fortune lui apprit que le sang n’avait pas encore percé à travers les quelques couches de tissu. Le contenu du verre qu’il avait commandé serait certainement mieux à sa place sur la blessure que dans son estomac.

● ● ● ● ●

Faudrait que le chien en moi s'arrête de grogner, qu'il rampe se couche transi de peur de se faire cogner. Faudrait qu'il fasse le beau pour un morceau de sucre, qu'il lève la patte quand on lui demande sans montrer les crocs. Erreur de formatage le mien refuse le dressage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Miners + on pioche tic toc
avatar
Miners + on pioche tic toc
Hurlements : 243
survit depuis le : 04/03/2017
capsules de troc : 370

MessageSujet: Re: got well soon (archie)    Dim 21 Mai - 23:39

Maxine & Archie
❝ Got well soon


D’un geste machinal, elle se balance de gauche à droite, faisant basculer le banc d’un côté et de l’autre. Les pattes inégales font un bruit mat en frappant le sol, qui se perd dans le brouhaha ambiant. L’endroit est, comme toujours, plutôt fréquenté. L'endroit parfait pour retrouver des camarades, se bourrer la gueule proprement et rouler sous la table tranquille. « C’est ça que t’appelles les yeux doux ? » elle hausse les sourcils, dubitative. « J’espère que t’es en bons termes avec le dit médecin, parce que tu vas convaincre personne comme ça… » Portant la tasse à ses lèvres, elle prend une longue gorgée d’alcool, qu’elle évite de laisser traîner trop longtemps sur la langue. Le goût est infâme, tellement fort qu’elle en aurait presque les larmes aux yeux. Mais la bouffée de chaleur qui suit lui fait échapper un soupir de satisfaction. Dans quelques gorgées, avant même d’avoir atteint le fond de la chope, elle ne marchera plus très droit – c’est précisément le but de sa visite. « Enfin, ouais. » Rien qu’au souvenir de ces longs mois passés sous terre, sans la possibilité de sortir, elle frissonne. Il ne faut pas se méprendre; Maxine est tout à fait satisfaite de sa situation. Elle est sous l’autorité d’une leader qu’elle respecte, et a toute la liberté de soigner qui elle veut, quand elle veut, sans qu’on vienne se mêler de ses affaires. Mais être sous terre ne lui plaît pas, et ne lui plaira jamais – les nombreuses années de vie à la Mine n’y changent rien. « J’ai cru devenir dingue. » Tous des cons, qu’elle a envie d’ajouter. Entre la paranoïa de certains Miners et les blessures apportées par l’inattention et la stupidité, elle a rapidement perdu patience.

« T'as vraiment une sale gueule. » Les sourcils légèrement froncés, elle parcourt le visage tuméfié des yeux, jusqu'à ce que son regard s'échoue sur le bandage qui lui entoure le bras, fixé là grossièrement. Elle arrive sans peine à imaginer de quoi il avait l'air lorsque les contusions étaient fraîches - ça ne devait pas être du joli. « T'as vexé qui, cette fois ? » elle s'enquiert, retournant à son verre d'alcool. Ça n'est pas la première fois, et certainement pas la dernière qu'Archibald se met quelqu'un à dos. De toute façon, dans le grand dehors sauvage, les conflits sont bien plus brutaux et sanglants que ce qu'on peut voir de façon régulière dans les communautés de survivants. Dehors, c'est chacun pour soi, et tant pis pour les autres. « Fais voir. » Sans vraiment attendre son avis, elle défait le pansement improvisé pour regarder ce qui se cache dessous. La plaie est vilaine, demande à être nettoyée et recousue. Replaçant le bandage après son bref examen, cette fois plus proprement, elle hausse les épaules. « Y'a pas assez de lumière, ici. Et tout à l'heure, j'serai bourrée. Tu préfères quoi ? » Ses lèvres s'étirent en un sourire narquois, alors qu'elle plonge de nouveau le nez dans son verre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Quarries + le club des clochards
avatar
Quarries + le club des clochards
Hurlements : 810
survit depuis le : 28/09/2016
capsules de troc : 1263

MessageSujet: Re: got well soon (archie)    Jeu 25 Mai - 21:14



Maxine & Archibald

« got well soon »


« C'est-à-dire que j'ai perdu la main et l'opportunité de m'exercer pendant que mon doc était parti s'enterrer six pieds sous terre. » Le coin de rictus qui ponctua ses paroles, trop grivois pour passer inaperçu, se laissa noyer dans une nouvelle gorgée qui le transforma en mimique de dégoût. Même après sept ans, Archibald continuait de regretter les alcools de bonne qualité qu'il avait pu goûter en quelques occasions et dont le goût persistait à camper dans ses souvenirs sinon dans son palais. Même la bière low cost, qu'il avait toujours traditionnellement qualifié de pisse, paraissait (s'il demandait l'avis à ses papilles gustatives) être une meilleure alternative à ce qui traînait encore dans son verre.
Il avait une sale gueule, ouais, c'était un fait qu'il était bien loin d'ignorer. Même s'il n'avait plus guère eut l'occasion de se renvoyer un clin d'œil dans un miroir depuis belle lurette (il laissait à Octavie le soin de lui racler les quelques poils de barbe épars qui lui mangeaient les joues et le menton de temps à autre lorsqu'ils trouvaient le temps de le faire), il savait à sa peau sensible et aux contusions qu'il devinait sans peine que son visage devait former un portrait coloré digne d'une peinture d'enfant à l'esprit plus créatif que réaliste. « Une vitre », il répondit sur un trait d'humour passable. « Une vitre et un connard de fils de pute qui s'est cru le droit de me considérer comme son punching ball personnel. » Et il n'était pas prêt de l'oublier, celui-là, ruminant des idées de vengeance sans jamais rien trouver qui lui paraisse réalisable. Il voulait lui faire payer son humiliation, certes, mais pas au point d'y laisser également la vie, à laquelle il tenait encore un peu tout de même.
Maxine lui attrapa le bras et il laissa faire malgré la vague de douleur qui se propagea aussitôt, crispant son autre main autour de sa choppe comme s'il voulait y planter ses ongles. C'était pour ça qu'il était venu alors, se défiler aurait semblé stupide. « Quoi tu laisserais un peu de cette merde altérer tes compétences ? Tu m'déçois, Max. » Un mince rictus lui fit écho alors qu'il envoyait les dernières gorgées gicler au fond de son gosier. « Si tu dois me recoudre à vif ce truc, j'ai bien l'intention de me cuiter comme il faut avant. » Ça lui épargnerait, au moins, d'avoir à gueuler comme un goret pendant que l'aiguille traverserait la peau, point par point, sur toute la longueur de l'avant bras. En l'absence d'anesthésiant, et puisqu'il n'était pas spécialement une force de la nature capable d'encaisser le désagrément d'un tel raccommodage, il préférait autant se mettre bien jusqu'à manquer de rouler sous la table avant qu'elle envisage de s'atteler à la tâche. « Enfin, je ne t'empêche pas d'aller attendre dehors si t'as pas les couilles de me suivre », il reprit avec un petit air provocateur guère dissimulé. «  Je boirais à ta santé pendant que t'iras faire ton bon samaritain ailleurs, ça me cause pas de souci. Faudra juste pas que t'oublie de repasser dans le coin un jour ou l'autre pour récupérer ma carcasse. » Mais elle partirait pas, il en aurait mis sa main à couper. Ou presque. Et, attendant sa réponse, demanda à ce qu'on leur remplisse à nouveau les verres de ce poison.

● ● ● ● ●

Faudrait que le chien en moi s'arrête de grogner, qu'il rampe se couche transi de peur de se faire cogner. Faudrait qu'il fasse le beau pour un morceau de sucre, qu'il lève la patte quand on lui demande sans montrer les crocs. Erreur de formatage le mien refuse le dressage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Miners + on pioche tic toc
avatar
Miners + on pioche tic toc
Hurlements : 243
survit depuis le : 04/03/2017
capsules de troc : 370

MessageSujet: Re: got well soon (archie)    Dim 11 Juin - 19:15

Maxine & Archie
❝ Got well soon


« Me dit pas que t'es fidèle » elle minaude, battant exagérément des cils. « Comme c'est mignon. » Elle ne doute pas un instant qu'il y ait d'autres médecins et infirmiers compétents à la Carrière, et elle est tombée sur lui complètement par hasard, mais ça lui fait plaisir de le voir - même si elle aurait aimé ne pas avoir à le recoudre, pour une fois. Mais Archibald partage avec Maxine un don tout particulier: celui de faire enrager les autres. Au point de se prendre une putain de raclée, apparemment. Elle se contente de hocher la tête, pas particulièrement étonnée ou choquée par son explication. Ça n'est pas la première fois qu'elle le raccommode, et ça n'est fort probablement pas la dernière.

« Bourrée, donc. » Elle ne mettrait jamais Archie en danger – peut-être oublieront-ils le but de sa visite, s’ils n’arrivent plus à marcher droit. Elle se dit qu’elle pourra le faire le lendemain si sa vision est trop embrouillée pour travailler correctement, mais une petite voix un peu plus réaliste songe qu’Archibald n’est pas du genre peureux, et qu’il serait très capable de l’embarquer dans une connerie. « Ton bras, ta décision » déclare-t-elle en haussant les épaules, sourire narquois au coin de la bouche. Elle tend son verre sans hésitation pour qu’il soit de nouveau rempli. Elle avait prévu de se mettre une mine pas possible, et le projet n’a pas changé, qu’Archie soit là ou pas. Amusée, elle hoche négativement de la tête : il pense vraiment qu’elle irait chercher d’autres patients ? « À vrai dire je pensais boire ici pendant que tu te trouves un autre bon samaritain. » Elle n’avait pas spécialement envie de remettre son masque de médecin, même si, au fond, Maxine sait pertinemment qu’elle est incapable de dire non à quelqu’un dans le besoin. Malgré tous ses défauts et son manque incroyable de tact et de délicatesse, son boulot, c’est sa vie. Même si on ne la paye plus vraiment pour ses services. « Qu’est-ce que tu veux que j’en fasse, de ta carcasse ? » elle demande, sourcil haussé. C’est pas comme si ta dépouille allait m’être utile. Décollant les fesses de son tabouret, elle se lève, en équilibre précaire, pour héler le tenancier de l'endroit et lui demander qu'il lui emporte la bouteille. À deux, ils auront tôt fait de vider leurs verres respectifs, Maxine ne se fait aucune illusion. Mais avant qu'ils n'aillent plus loin...  « Tu sais que je vais te saigner comme un porc, si tu continues à boire avant ? » elle s’enquiert d’un sourire aimable, tirant la chope de son interlocuteur vers elle du bout des doigts, juste assez pour la placer hors de la portée de ce dernier. « Je te dis ça, tu sais, c’est toi qui décide… Mais faut que t'aies les couilles pour le supporter. » Avalant la moitié de sa tasse d'une seule gorgée, elle observe le bras d'Archie plusieurs secondes, avant de planter son regard dans le sien, brillant d'une lueur taquine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Quarries + le club des clochards
avatar
Quarries + le club des clochards
Hurlements : 810
survit depuis le : 28/09/2016
capsules de troc : 1263

MessageSujet: Re: got well soon (archie)    Jeu 22 Juin - 18:02



Maxine & Archibald

« got well soon »


Fidèle, Archibald. Drôle de concept pour un bonhomme comme lui, quel que soit le sujet auquel on s’intéresse le concernant. Mais il n’en restait pas moins vrai qu’en temps d’apocalypse, un doc qu’on savait fiable on tenait plutôt à le garder, pas franchement à aller voir ailleurs si le voisin d’en face était foutu de faire la même chose : impossible de savoir sur quoi on allait tomber.

Elle avait de la répartie, Maxine. Et elle était rentrée tout de suite dans le petit jeu de son partenaire, lequel s’en trouvait parfaitement ravi : la soirée promettait de ne pas être ennuyeuse au moins le temps que durerait cette entrevue, et il comptait bien faire en sorte qu’elle s’allonge le plus possible : boire à deux, c’était tout de même beaucoup plus sympa que tout seul (et puis, avec un peu de chance, il parviendrait à lui soustraire la faveur de se faire payer une partie des consommations qu’il avait déjà commandées, ou comptait le faire). « Quoi, tu voudrais me priver d’un de mes seuls plaisirs de ce bas monde ? » Les yeux dans les yeux, il se leva, fit un pas dans la direction de la jeune femme et accrocha deux doigts de sa main valide contre le rebord de la chope, qu’il refit ensuite glisser de nouveau dans sa direction après quelques secondes de latence. « Tu m’as pris pour une fiotte, à croire que je pourrais pas supporter ça ? Tu crois que j’vais aller pleurer dans les jupes de ma daronne juste parce que ça pisse un peu plus le sang que d’habitude ? » Comme s’il allait changer d’avis juste parce qu’on lui signalait un fait dont il était, de toute façon, déjà au courant ! Il était con, Archibald. Aussi stupide qu’entêté : il savait pertinemment que Max avait raison. Ça ne l’empêcherait quand même pas d’aller contre son avis, ça ne changeait rien à son plan originel dans lequel il avait prévu de se mettre une race, puis de partir à sa recherche dans l’idée d’implorer ses bonnes faveurs pourvu que l’alcool lui permette encore de se déplacer sur deux pattes et formuler en enchaînement de mots à peu près cohérent. Et ce en partant du principe qu’elle ne serait alors pas déjà retournée se mettre au frais dans la mine pour la nuit. Au final, ça arrangeait donc pas mal ses affaires qu’elle ait eu la bonne idée de se trouver au bon endroit au bon moment. « Cet enculé de morceau de verre m’a déjà saigné comme un porc. Et, comme tu peux le voir, j’suis encore vivant. » Désespérément vivant, même : contre toute attente, il s’accrochait à la vie depuis sept ans comme un bon cafard refusant de crever quelques que soient les moyens radicaux que l’on pouvait bien employer à son égard. C’étaient certainement pas une plaie ouverte sur quelques bons centimètres ni un surplus de verres d’alcool imbuvable qui allaient venir à bout de cette attitude maintenant.
Toujours debout à côté d’elle, s’amusant à exagérer cette proximité qui n’avait guère lieu d’être, il termina le fond de son gobelet et attrapa la bouteille qu’elle avait demandée un peu plus tôt afin de les resservir tous les deux, mettant ainsi un point final à cette pseudo-tentative de dissuasion qui n’avait, de toute façon, jamais eu une seule chance de réussir.


● ● ● ● ●

Faudrait que le chien en moi s'arrête de grogner, qu'il rampe se couche transi de peur de se faire cogner. Faudrait qu'il fasse le beau pour un morceau de sucre, qu'il lève la patte quand on lui demande sans montrer les crocs. Erreur de formatage le mien refuse le dressage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Miners + on pioche tic toc
avatar
Miners + on pioche tic toc
Hurlements : 243
survit depuis le : 04/03/2017
capsules de troc : 370

MessageSujet: Re: got well soon (archie)    Dim 13 Aoû - 20:19

Maxine & Archie
❝ Got well soon


Bien plus amusée qu’inquiète, elle soutient son regard, détachant les doigts de la chope alors qu’il la refait glisser de son côté de la table. « J’essaie juste de m’assurer que tu puisses encore en profiter. » Haussant les épaules, elle n’ajoute rien de plus. Le bras lui appartient, le reste aussi, et Maxine n’a pas la prétention de prendre des décisions pour lui. En toute honnêteté, elle ne devrait peut-être pas procéder sachant qu’ils seront tous les deux ivres dans peu de temps, mais les années où la pratique de la médecine était bien encadrée sont révolues. Elle a fait bien pire, avec bien moins de moyens. Et puis de toute façon, Archie est à peu près aussi facile à tuer qu’une blatte; peu importe le nombre de coups de bottes, il finit toujours par se relever. Ça doit être incroyablement agaçant pour ceux qui tentent de lui faire bouffer les pissenlits par la racine; pour Maxine, ça signifie juste un peu plus de boulot lorsqu’elle croise son chemin. Il a au moins l’avantage de la faire rire, ce qui n’est pas le cas de tout le monde. « Tu pleures dans les jupes de qui tu veux, Archie. Tant que c’est pas les miennes. » Elle a franchement autre chose à faire que de s’occuper d’un con qui n’a pas su écouter ses recommandations – étrangement, elle passe pourtant le plus clair de son temps à faire exactement ça. À croire que tout le monde s’empresse de faire exactement le contraire de ce qu’elle leur répète obstinément. « J’pensais pas que tu voudrais recommencer l’expérience si tôt » elle lâche en ricanant. À croire qu’Archibald aime souffrir. Oh, elle juge pas Maxine, chacun son truc après tout. Si ce qui le fait vibrer c’est de pisser le sang, qui est-elle pour lui dire que c’est particulièrement tordu ?

Elle attend qu'il remplisse de nouveau les verres avant de se retourner vers lui, sans bouger, bien décidée à ne pas lui donner la satisfaction d'esquisser un mouvement de recul. Maxine est d'humeur joueuse; heureuse de ne plus être six pieds sous terre, enfin en face de quelqu'un qui ne lui donne pas envie de se planter un scalpel dans l'oeil pour mettre fin à la torture, surtout. « Et tu comptes me payer comment ? » Elle le fixe d'un air impassible, de longues secondes. « Tu pensais pas que t'allais t'en sortir gratuitement, quand même ? » Laissant échapper un sourire compatissant, elle lui tapote la joue comme on le ferait à un enfant naïf. Elle ne blague qu'à demi: si elle a le devoir d'aider les autres, sans rien demander en retour, il reste que le monde à présent est bien différent de celui d'avant et qu'elle a, comme tout le monde, besoin de monnaie d'échange pour plusieurs choses, notamment le matériel médical - et la binouze. Et puis, il s'agit simplement d'un échange de bons procédés: elle lui rend service, il est équitable qu'il en fasse de même. Reste à voir ce qu'il va lui proposer. Comme elle le connaît, il promettra probablement un truc quelconque avant de se défiler et/ou de se barrer comme un voleur une fois sa plaie pansée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Quarries + le club des clochards
avatar
Quarries + le club des clochards
Hurlements : 810
survit depuis le : 28/09/2016
capsules de troc : 1263

MessageSujet: Re: got well soon (archie)    Mar 15 Aoû - 17:30



Maxine & Archibald

« got well soon »


A peine un verre vidé et, déjà, le sujet désagréable posé sur la table entre eux deux. « Qu’est-ce que tu peux être terre à terre » qu’il grimaça, le nez déjà dans sa chope alors qu’il lui lançait par dessus un regard faussement réprobateur. Une gorgée, deux gorgées, puis : « Le paiement, le paiement… t’as que ça à la bouche ou quoi ? » A ce rythme, il serait capable de ne plus tirer la gueule à chaque à chaque fois qu’il avalait ce liquide infect avant même d’avoir fini ce verre là. Evidemment, Maxine ne les connaissait que trop bien, ses sales manies de partir sans payer ses dettes. Archibald n’était ni un homme honorable, ni une personne de confiance. S’il avait un moyen d’arnaquer qui que ce soit, pote ou pas, il ne se gênait pas pour le faire, et la docteur faisait également partie de ces victimes. Oh, en toute connaissance de cause, bien sûr : sinon pourquoi expliquer qu’elle ait continué à s’occuper de lui après la première fois qu’il lui ait fait le coup ? Et ce fut d’ailleurs exactement parce qu’elle savait déjà à quoi s’attendre de sa part, que le chacal ne se gêna pas pour lui balancer son honnêteté en pleine face : « A vrai dire, j’avais bon espoir que tu oublies ce léger détail une fois que tu serais ronde comme une queue de pelle. » Léger, ouais… certainement pas pour tout le monde. Maxine, à l’instar de la plupart des habitants de la carrière, de la mine ou de la plupart des autres campements, ne roulait certainement pas sur l’or (ou, en langage post-apocalyptique, sur des vivres infinies) et, en toute théorie, ne pouvait donc pas se permettre ce genre de consultations gratuites. Il fallait bien qu’elle vive, elle aussi. Qu’elle mange. Entre autres choses. « De toute façon, il reprit, vu que tu va saloper le travail comme une malpropre parce que t’auras trop bu, tu devrais m’en faire cadeau, et t’estimer heureuse si je reviens pas d’ici deux semaines en te demandant de m’amputer un avant-bras nécrosé. » Et ça le faisait marrer en plus, cette idée. Comme la probabilité que cela puisse arriver pour de vrai ne le dérangeait pas plus que ça alors qu’on savait très bien que c’était faux, et que ce n’était vraiment pas le moment idéal pour décider qu’on n’avait pas besoin de deux bras pour vivre. « Ou alors on dit que je te paie… mais plus tard, hmm ? Quand je serai guéri, enfin, au moins en bonne voie ? » Plus tard, en langage Archibald, équivalait à un jamais, mais enrobé d’un joli sourire. Ils en étaient tous deux parfaitement conscient, tandis que sa main venait s’appuyer sur le poignet de Maxine, en un pauvre simulacre de supplique qui n’avait pas le moindre brin d’honnêteté. « T’oserais quand même pas me laisser dans cet état ?! » C’était bien du Archibald tout craché, tiens, compter sur le bon fond d’autrui alors qu’à la place de sa compagne, il aurait tourné les talons sans l’ombre d’un remord face à l’impossibilité d’avoir un paiement en bonne et due forme.

● ● ● ● ●

Faudrait que le chien en moi s'arrête de grogner, qu'il rampe se couche transi de peur de se faire cogner. Faudrait qu'il fasse le beau pour un morceau de sucre, qu'il lève la patte quand on lui demande sans montrer les crocs. Erreur de formatage le mien refuse le dressage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Miners + on pioche tic toc
avatar
Miners + on pioche tic toc
Hurlements : 243
survit depuis le : 04/03/2017
capsules de troc : 370

MessageSujet: Re: got well soon (archie)    Dim 3 Sep - 18:39

Maxine & Archie
❝ Got well soon


Au regard qu’il lui lance, c’est un sourire moqueur qui fleurit sur le visage de Maxine. Elle se doit d’aider les autres, oui. Mais pas au détriment de sa propre personne et de sa sécurité. Elle doit manger, doit payer l’alcool qu’elle consomme à la Carrière. Elle doit aussi se procurer des plantes médicinales et autre matériel médical qu’elle utilise hors de la Mine. Anita ne la laisserait certainement pas utiliser les ressources qui se raréfient  pour aider ses adversaires. Malgré que ce ne soit pas une guerre ouverte, les tensions sont palpables et ne cessent d’augmenter. Maxine ne peut cependant pas se résoudre à les abandonner. Les Quarries sont nombreux, et beaucoup d’entre eux n’ont rien demandé; ils veulent simplement que leurs enfants soient en sécurité, et en santé. Et ça, elle ne se sent pas le cœur de leur refuser. Ses fournisseurs n’ont pas autant de scrupules, cependant. Pas de paiement, pas de marchandise. Bien évidemment, Archie est au-dessus de ces considérations – si ça ne lui profite pas directement, il n’en a rien à faire.

Elle l’écoute baratiner avec le sourire. « Je t’ampute tout de suite si tu veux, ce sera plus simple. » Ça la fait rire de voir comme il change son discours pour que la situation aille dans son sens : plus tôt, il disait avoir complètement confiance en ses capacités, même bourrée, et à présent prétend le contraire pour se défaire de l’obligation de payer. Et pourtant elle est encore là, le sourire à la tronche, à l’écouter débiter des conneries auxquelles elle ne croit pas une seconde. Elle fixe quelques secondes la main posée sur son poignet avant de s’approcher, abandonnant sa chope pour poser les doigts sur ceux d’Archie. « T’en mettrais ta main à couper ? » Ricanant à sa propre blague, elle remplit de nouveau les verres, fermement déterminée à camper sur ses positions, pour une fois. Elle a un bon fond Maxine, en dépit de ses manières. Il faut savoir comment lui parler, et Archie réussit définitivement à s’attirer ses bonnes grâces, par elle ne sait quelle magie noire. Il est malhonnête, menteur et profondément égoïste – il sait aussi se montrer d’agréable compagnie et, contrairement à beaucoup dans la Mine, possède un sens de l'humour. Et puis surtout, elle ne lui doit rien, et il ne se sent certainement pas redevable non plus. « J'ai une meilleure idée. Si tu te procures le matériel dont j'ai besoin, j'arrête de parler de paiement. » Ça lui semble plutôt équitable, à elle. Si elle n'a pas à débourser pour le faire, donner un peu de son temps la dérange beaucoup moins. De toute façon, elle n'a que ça à offrir Maxine. Du temps et des remarques désobligeantes. « Ou tu peux commencer par me payer à boire, déjà. » Ce serait la moindre des choses, non ? « Parce que franchement, les yeux doux ça te réussit pas du tout. » Il réussit aussi bien à l'attendrir qu'une porte de prison.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Quarries + le club des clochards
avatar
Quarries + le club des clochards
Hurlements : 810
survit depuis le : 28/09/2016
capsules de troc : 1263

MessageSujet: Re: got well soon (archie)    Mer 6 Sep - 20:03



Maxine & Archibald

« got well soon »


Il faisait de son mieux, Archibald ; un argument par-ci, un argument par-là en révisant au passage son mode d’approche… mais non, rien à faire, Maxine ne semblait pas prête à lui céder tout de suite. Qu’à cela ne tienne, il avait aucune intention de lâcher déjà le morceau, le chacal, mais le temps ne pressait pas et rien ne l’empêchait de continuer à boire tandis que les répliques de sa compagne de beuverie ne lui décollait pas le sourire gouaillard qu’il avait imprimé sur la gueule. « Ouais, on me l’a déjà dit, mais je me disais qu’à force d’essayer ça finirait par passer… » Ou pas ? Vu la tronche qu’il se payait, s’essayer à ce genre d’exercice devait rendre ses expressions faciales plus effrayantes qu’autre chose. Pas comme si ça lui importait outre mesure, notez. « Tu connais ce gars là-bas ? » Changeant à priori de sujet, il désigna un homme attablé, visiblement tout seul et qui n’avait pas l’air d’attendre qui que ce soit. La réponse négative de Maxine ne fit qu’élargir davantage le rictus dénonçant ses mauvaises idées et il enchaîna, reposant sur le comptoir sa chope d’un air tout à fait satisfait. « Très bien ! Le tenancier t’connait assez bien pour nous faire une ardoise, non ? Pas que je veuille te traiter de pochtronne, hein… » Mais bon, sûrement que si. Lui et la délicatesse, de toute manière, ça n’avait jamais bien marché. « On va se faire un pote avant la fin de la soirée et c’est bon, tu les auras, tes consos gratos. » Pas besoin de creuser bien longtemps pour comprendre ce qu’Archie avait en tête : faire ami-ami avec le solitaire suffisamment longtemps pour que le barman les voie ensemble, et se casser comme des lâches en laissant le malheureux payer pour tout le monde. Si celui-là connaissait suffisamment bien la docteur, il ferait sûrement confiance à son honnêteté et, pour ce qui était du pigeon qu’Archibald avait en ligne de mire, il n’aurait sans doute guère le temps de comprendre ce qui lui tombait dessus si on prenait bien soin de le beurrer comme un coing avant de filer à l’anglaise.
C’était, évidemment, un plan bourré de failles et avec une marge de réussite ne dépassant pas les 40% si on alignait côte à côte tous les “si” desquels dépendaient le bon fonctionnement de son idée mesquine. Mais eh, quoi ? Fallait bien s’amuser un peu aussi.
« Ceci étant décidé, il reprit avec un air faussement sérieux, t’as besoin de quoi au juste ? » A part d’y voir suffisamment clair pour ne pas devoir lui amputer le bras tout de suite. « Non parce que je veux bien être un bon gars et me procurer tout ce que tu veux mais… hé ! T’étouffe pas comme ça ! » Sûrement que l’idée du “bon gars” qui ne passait pas très bien, Maxine sachant pertinemment que s’il devait lui filer son matos, c’est qu’il l’aurait volé à quelqu’un d’autre du coin qui en avait tout autant besoin qu’elle. « Enfin bref, continua-t-il, affectant un air vexé. Il commence à se faire tard et j’vois mal où je pourrais te dénicher ton bordel. » Surtout qu’il avait pas envie de bouger son cul de là, ouais, et que lorsqu’il déciderait finalement de s’extirper hors du caveau ce serait sans doute dans un état qui l’empêcherait de marcher droit. Alors pour ce qui était de la discrétion et des “emprunts”...

● ● ● ● ●

Faudrait que le chien en moi s'arrête de grogner, qu'il rampe se couche transi de peur de se faire cogner. Faudrait qu'il fasse le beau pour un morceau de sucre, qu'il lève la patte quand on lui demande sans montrer les crocs. Erreur de formatage le mien refuse le dressage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Miners + on pioche tic toc
avatar
Miners + on pioche tic toc
Hurlements : 243
survit depuis le : 04/03/2017
capsules de troc : 370

MessageSujet: Re: got well soon (archie)    Dim 8 Oct - 20:26

Maxine & Archie
❝ Got well soon


Elle le regarde d’un air dubitatif, tandis qu’il expose son plan foireux, rien que pour ne pas avoir à se délester de quelques ressources. Ça n’étonne pas vraiment Maxine, ou du moins, pas trop; elle arrive toujours un peu à oublier à quel point il peut être radin. Ou égoïste. Ou les deux. Mais bon, elle n’a jamais apprécié la compagnie d’Archibald parce qu’il est généreux. Il est profondément centré sur sa petite personne, et c’est souvent ce qui le rend incroyablement marrant ou impossiblement chiant. « Ouais, non, j’préfère pas. » Ne manquerait plus qu’elle se mette le tenancier à dos. Un peu trop droite dans ses bottes, et surtout étant Miner, elle préfère se tenir à carreau pour ne pas raviver les tensions, ou pire, se faire expulser du bar. Il y a peu d’endroits où elle peut s’oublier dans le brouhaha des conversations, au milieu d’une majorité d’inconnus, et Maxine ne tient pas spécialement à être exilée de ce drôle de havre de paix. Oubliant donc l’idée de gagner cette bataille, résignée à payer la tournée, elle zieute la bouteille en se demandant s’il est acceptable de boire pour volontairement oublier qu’elle se fait avoir –encore.

Évidemment, Archie lui sort une connerie pas possible –un bon gars, quelle bonne blague- pendant qu’elle boit, et la médecin s’étouffe avec l’alcool immonde. Engloutissant le reste de son verre en trop peu de gorgées en espérant faire passer la toux, elle grimace de douleur en remplissant de nouveau la tasse de métal. « De tout. Des pansements, des aiguilles, du fil. » Elle n’a pas toujours l’occasion de réutiliser, même si elle tente par tous les moyens d’être économe. Après sept ans, les ressources médicales se font de plus en plus rares, et de plus en plus précieuses. « J'sais pas, tu baroudes partout, si tu trébuches sur de l'équipement, j'en cherche. » Elle hausse les épaules. « J'devrais en avoir assez pour m'occuper de ton cas. Et au pire, une scie, un pied de biche et un feu devraient faire l'affaire... »

***

Elle se laisse glisser du tabouret, atterrissant au sol un peu de travers, obligée de s'accrocher à la table. La pièce tangue un peu trop, et Maxine doit se concentrer pour rester droite. Elle marche jusqu'au bar d'un pas un peu trop lent, qui trahit la quantité d'alcool qu'elle vient d'ingérer. « Tu rajoutes ça à ce que je te dois ? Tu passes me voir quand tu veux. » Elle attend à peine un signe d'approbation de l'homme derrière le bar avant de rebrousser chemin, mais puisque personne ne l'empêche de passer ou n'essaie de la retenir, elle trace sa route jusqu'à Archibald, dont elle agrippe le bras (le bon). « C'est l'heure. T'es assez beurré, et moi aussi. Emmène la bouteille, mais la vide pas, j'vais en avoir besoin. » Elle l'entraîne hors du Caveau, zigzaguant entre les tentes jusqu'à atteindre l'espace qu'elle emprunte à Ana lorsqu'elle séjourne à la Carrière pour lui apporter son aide. C'est minuscule. Il n'y a qu'une table, deux chaises et une vieille lampe à l'huile, mais ça fera l'affaire. Désignant une chaise d'un geste vague de la main pour qu'Archie s'y pose, elle récupère sa trousse de premiers soins, dissimulée dans un coin, et s'installe sur la table, près de la lumière. Déroulant le bandage de nouveau, elle expose la blessure de nouveau, l'examinant quelques secondes avant de prendre la bouteille et de lui faire face avec un sourire moqueur. « Ça va piquer. » Et puis elle déverse le contenu de la bouteille sur son bras.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Quarries + le club des clochards
avatar
Quarries + le club des clochards
Hurlements : 810
survit depuis le : 28/09/2016
capsules de troc : 1263

MessageSujet: Re: got well soon (archie)    Dim 15 Oct - 14:20



Maxine & Archibald

« got well soon »


Assez beurré, assez beurré… il n’était pas impossible qu’il y ait une petite divergence d’opinion à ce sujet, après tout ce n’était pas parce que Max y voyait triple et qu’elle semblait avoir oublié les bases du déplacement en ligne droite qu’il était, fatalement, logé à la même enseigne ! Du point de vue d’Archibald, du moment qu’il était capable d’aligner deux pensées cohérentes et de se mettre en station debout sans éprouver la désagréable impression de se retrouver sur le pont d’un navire au cœur de la tourmente, alors c’est qu’il n’y avait pas encore assez d’alcool dans son sang. Mais qu’à cela ne tienne ! Il se laissa entraîner sans la moindre protestation par un doc’ visiblement bien décidée à quitter les lieux, déjà tout satisfait en son for intérieur d’avoir réussi la première partie de son entreprise – a.k.a. boire à l’œil en comptant sur la générosité d’autrui pour réussir à se foutre dans un état d’ébriété parfaitement reprochable. Bien agrippé au goulot de la bouteille, il ne se gêna pas durant le trajet pour en prendre quelques lampées supplémentaires tandis que sa compagne le guidait à travers un dédale de tentes et de cabanons en tous genres. Si le chemin avait été plus long de quelques minutes, par sûr que Maxine aurait pu trouver suffisamment d’alcool au fond du contenant malgré son ordre de ne pas la vider.

Bien assis au fond de sa chaise, le regard moqueur qu’elle posa sur lui suscita de sa part un petit rire de gorge, et puis le contenu de la bouteille se déversant sur sa plaie le réduisit au silence. Momentanément. « Va falloir réviser tes avertissements », il glissa dès lors qu’elle la reposa sur la table, ses lèvres toujours étirées sur un demi sourire. S’il avait bien quelque chose pour lui, Archibald, c’était son excellente résistance à la douleur. Et, en même temps, quand on connaissait un minimum son parcours – ce qui n’était pas le cas de sa partenaire de beuverie – ça n’avait rien de franchement étonnant. Alors, ajouté au fait qu’il était actuellement rond comme une barrique et exsudait probablement l’alcool par tous les pores de sa peau, il ne risquait pas de gueuler pour un peu de “désinfectant maison” versé sur sa chair à vif.
La suture, d’ailleurs, ne sembla pas lui poser plus de problème. Désagréable, certes, et fortement irritante, mais le chacal fut capable d’encaisser pratiquement en silence durant tout le temps que Maxine mit à la tâche alors qu’il pataugeait dans ce coton épais qui endormait ses sens et le privait du moindre de ses réflexes. Encore parfaitement conscient mais guère plus vaillant qu’un ivrogne en sortie de bar, les gestes de la médecin, les maigres réactions de son corps, tout cela lui provenait comme à travers un mur de brouillard brouillard, comme si son bras s’était dissocié du reste de son corps et qu’il se contentait de regarder une opération en tant que simple témoin, la douleur parvenant jusqu’à son centre nerveux étant un simple mécanisme instinctif face à l’aiguille qu’il observait percer la chair à répétition alors que le sang continuait de pisser.
Il fallait bien reconnaître à Maxine sa vaillance, en ce qu’elle s’appliquait tout de même à l’oeuvre malgré son état lamentable. Archibald en ce qui le concernait, et puisqu’il n’était guère sollicité, se retrouvait à cuver son alcool comme un bon gros porcs. Au moins, une fois n’est pas coutume, ne la dérangeait-il pas de ses blagues incessantes et toujours plus vaseuses les unes que les autres. Lorsqu’elle redressa finalement le nez de son boulot, il s’ébroua et leva légèrement son avant-bras à la lumière de la lampe à huile pour observer le résultat. « Bah putain » qu’il jura après avoir de nouveau laissé filer un nouveau rire. « On peut au moins dire que c’est… original. T’as raté ta vocation d’artiste, doc'. » Oh bien sûr, Archibald ne s’offusquait de rien du tout, savait qu’il l’avait cherché et était de toute manière dans un état où il trouvait tout drôle. Les regrets viendraient avec le réveil au matin et la gueule de bois… ou pas. « Si je survis à ça tu m’apprendras, la prochaine fois ? Avec un peu d’effort, j’suis sûr que même moi je sais arriver à un résultat pareil. » Pas sûr que ce soit une bonne idée de continuait de la charrier tandis qu’elle s’occupait de lui faire un bandage un peu plus sain mais bon, on savait très bien que de toute manière Archibald à sa place, n’aurait même pas été foutu de réussir ne serait-ce que le premier point de suture sans se charcuter encore plus que ce qu’il ne l’était déjà. Le regard qu’elle lui jeta le fit ricaner et, finalement, il sembla piocher tout au fond de lui un vague relent de gratitude alors que son regard perdait un peu de son éclat moqueur et que son sourire se faisait un peu mieux sincère. « Merci, Max. J’te proposerai bien de boire à ton exploit mais dans la mesure où t’es djà ronde comme une queue de pelle… » Il pouvait bien causer, lui.

● ● ● ● ●

Faudrait que le chien en moi s'arrête de grogner, qu'il rampe se couche transi de peur de se faire cogner. Faudrait qu'il fasse le beau pour un morceau de sucre, qu'il lève la patte quand on lui demande sans montrer les crocs. Erreur de formatage le mien refuse le dressage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: got well soon (archie)    

Revenir en haut Aller en bas
 
got well soon (archie)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 1.05 : Fantômaton
» L'inspecteur entre en scène.
» archie + j'ai des questions à toutes vos réponses
» come back and haunt me (archie)
» MAKE IT RAIN - archie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Influenza :: Survivors' last haven :: Hamilton's Quarry :: Caveau-
Sauter vers: