AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 
Bienvenue sur Influenza, faites attention à vos fesses, les rôdeurs sont affamés !
N'hésitez pas à jeter un coup d'oeil à nos postes vacants

Nous sommes en octobre 2017. L'épidémie a commencé en octobre 2010. Plus d'information sur l'épidémie { + }

Découvrez la playlist officielle d'Influenza !

Partagez | 
 

 The Shadow Of Myself - Noah Schuyler UC

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité

MessageSujet: The Shadow Of Myself - Noah Schuyler UC   Mer 26 Avr - 20:21

+Noah Schuyler
I'm nothing more



+ Je m'appelle Noah Schuyler, et j'ai 35 ans. Avant l'épidémie j'avais un très bel avenir dans le football américain, jusqu'à cet accident qui m'a non seulement coûté ma carrière mais aussi le reste de mon existence. Le fait d'apprendre que je ne pourrais plus jamais jouer en professionnel m'a achevé, par la suite, et pour gagner ma vie je suis allé de petit boulot en petit boulot, le dernier en date, capable de payer les abus me permettant d'accepter le sort qui était mien, mécanicien dans un garage de quartier. Maintenant, je suis un membre des Olympians. Autrefois responsable de la sécurité de la ville, on m'a évincé suite à l'attaque de Novembre 2016.En six ans, j'ai descendu une centaine de rôdeurs, et j'ai tué une douzaine d'humains. Concernant les morts ambullants, tout être normalement constitué en ferait de même, en revanche pour ce qui relève des Hommes, je n'ai fait que protéger les miens, la ville à laquelle je tiens, et ce en quoi je croyais encore.Mes armes de prédilection sont un glock 17, un marteau américain, les lames en tous genres. et on dit que j'ai du talent pour la mécanique.

— profil psychologique
Noah n'a jamais été un homme très loquasse, plutôt réservé de nature, plutôt enclin à sourire qu'à parler pour ne rien dire. De primes abords, on le trouvait plutôt accessible malgré la notoriété grandissante qui le poursuivait pour ses prouesses sportives, jamais froid, plutôt à l'écoute, c'était un jeune homme agréable à qui l'avenir souriait. Bienveillant et protecteur, il était très proche de sa famille, prêt à bien des choses pour les aider, les écouter, être cette épaule sur laquelle se pencher en cas de coup dur. Malgré son calme olympien, il n'en demeurait pas moins assez virulent lorsqu'on osait s'attaquer physiquement ou verbalement aux siens, à sa famille et plus encore à ses jeunes sœurs. Malgré tout, il parvenait encore à maîtriser ses actes et paroles, sachant parfaitement que la moindre éclaboussure nuirait à son futur de footballeur. Généralement les gens ne s'y frottaient pas, préférant passer leur chemin que d'asticoter le côté sombre que sa gueule d'ange dissimulait. Il n'était pas du genre à faire des histoires si on ne le cherchait pas, préférait rester dans les clous plutôt qu'en dehors comme tous ceux qui regardaient passer la vie sans la saisir au vol.

Son caractère n'aurait jamais du changer et, pourtant, l'accident lui ayant coûté sa carrière et réduit sa mobilité fut l'élément déclencheur d'une déchéance physique et morale. Dès lors les sourires furent plus rares, cédant leur place à la monotonie, la colère et le dégoût de soi. La douleur remplaça les rires, marquant son visage des ridules témoignant de la souffrance à laquelle il du faire face quotidiennement, puis peu à peu la noirceur l'emporta pour faire jaillir la part plus sombre de son être. Brutalité, arrogance, le calme s'était envolé pour laisser place à la nervosité maladive, l'impatience, la déprime... De fil en aiguille la drogue s'installa, des fréquentations peu recommandables s'y greffèrent, générant de plus en plus d’égoïsme de sa part, d'indifférence, de violence... Aujourd'hui, à des kilomètres de sa période "Junkie", Noah n'est néanmoins jamais redevenu celui qu'il était, surtout pas après avoir perdu sa famille, surtout pas après avoir été accusé de l'attaque de la ville. Il est plutôt froid, impulsif, rongé par la déprime, la souffrance mentale et physique ainsi que par l'alcool étant devenu ce palliatif à la douleur qui ne le quitte jamais.


— i wanna be in the room where it happened
PRÉNOM &/OU PSEUDO : Meli ÂGE : 27 ans PAYS : France OÙ AS TU TROUVÉ LE FORUM ? petite recherche sur l'annuaire de FA MOT DE FIN : chouette design, ça donne envie de s'investir. (En espérant faire une heureuse avec ce compte ;))
AVATAR : Ryan Gosling
LE PERSONNAGE EST UN scénario
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: The Shadow Of Myself - Noah Schuyler UC   Mer 26 Avr - 20:21

— history has its eyes on you

+ there's before ...
Les cris, la foule, l'herbe, la craie... Les yeux clos, Noah respirait l'air de son domaine, ce terrain gigantesque autour duquel étaient amassés des centaines de personnes. Pour la plupart, des étudiants, des parents, des frères et sœurs venus assister au match que jouaient leurs gosses. Le soleil tapait sur les casques blancs des joueurs, la sueur dégoulinait sur leurs traits impassibles, quasiment carnassiers tant la victoire leur tenait à cœur. Pour lui, tout cela n'était pas qu'un jeu ou un loisir comme il pouvait en être cas pour d'autres membres de l'équipe, non, c'était sa vie, son besoin, sa drogue et, sans elle il, en était sûr, il ne serait rien ni personne. Pour autant, embrassé par les bontés de l'existence, n'ayant jamais eu à se plaindre, ni même à envier d'autres familles que la sienne, Schuyer était sûr d'une chose : il ferait carrière, il deviendrait un grand athlète, peut-être même le meilleur qu'on ait jamais vu. Les fans s'amasseraient aux entrées des stades pour le voir marquer, on lui quémanderait des autographes, on l'adulerait mais... Au delà de tout ce bonus que pourrait lui apporter la notoriété du rang convoité, il vivrait de son hobby et sa vie prendrait tout le sens qu'il désirait lui donner. Là, sur le terrain, tandis qu'on allait siffler le coup d'envoie, le jeune homme observa les tribunes et y trouva le regard clair de celle pour qui son cœur battait. Billie était présente, elle lui souriait et d'un geste de paume, qu'elle seule connaissait, il lui dédia les prochains points qu'il mettrait dans la vue de l'équipe adverse.

[...]

La rupture fut aussi douloureuse qu'il l'avait parfois imaginé. Ce n'était pas par absence d'amour ou d'affection qu'ils s'étaient quitter, simplement car leurs aspirations n'étaient guère les mêmes. Lui désirait vivre de sa passion, devenir un grand joueur et la garder auprès de lui pour fonder une famille, quant à elle, Billie rêvait de servir sa patrie, d'être utile pour son pays et de rejoindre les rangs d'une armée qui ne ferait que l'éloigner de lui. Elle était son premier amour, la première à avoir eu toute sa confiance, la première à l'avoir aimé pour lui même et il ne l'oublierait jamais. Quand elle le quitta, la douleur fut si grande qu'il crut ne jamais pouvoir s'en relever mais, comme disait sa mère, le temps faisait bien les choses, ça pouvait être parfois court, parfois long, mais on finissait toujours par s'en remettre. Noah y avait cru, après tout sa mère, même si parfois les désaccord tenaient leur fratrie, était la première femme de son existence, il aspirait donc à se remettre mais la nostalgie le ramenait continuellement à celle dont le chemin s'était éloigné du sien et la descente aux enfers ne faisait que commençait. La tête dans le guidon concernant son désir de faire carrière, Noah n'en oubliait pas moins l'absence de celle qu'il imaginait à ses côtés pour l'ascension, elle était présente sans l'être, l'oublier ne semblait guère aussi aisé qu'on le disait et, lorsque le pire est arrivé, ce départ, ce manque, ne fut qu'une goutte de plus déversé dans un vase déjà quasiment plein.

[...]

Il n'entendait plus que ça, les bip du monitoring, captait presque l'écoulement de la perfusion et tentait de mettre un nom sur l'odeur acre qui le poussait douloureusement à ouvrir les yeux. De l'éther, c'était ça, l'unique odeur qui vous rappelle à son bon souvenir concernant les lieux où on la hume en espérant ne plus jamais en saisir les notes amères. Hôpitaux, cliniques, maison de repos, c'était dans ces endroits qu'on pouvait la sentir, et pour le peu de bons événements se déroulant dans ce type de lieux on ne retenait généralement que ceux dont le dénouement n'était en rien plaisant. Lentement, ses paupières papillonnèrent laissant son regard clair se réhabituer à la clarté trop vive d'un plafond immaculé. Le crâne martyrisé par une migraine atroce, Noah grimaça une seconde puis déporta les prunelles vers l'aiguille plantée dans son bras pour enfin comprendre ce qu'il faisait ici, dans un lit d'hôpital, alors que les minutes précédentes il était encore au volant de sa bagnole. Pinçant ses paupières à deux doigts, afin de chasser le voile opaque qui l'empêchait de distinguer parfaitement les choses, des flash lui revinrent. Il revit les phares l'aveugler, entendit de nouveau les échos d'un crissement de pneu, serra à nouveau les doigts contre un volant n'étant désormais plus devant lui puis, subitement, rouvrit les paupières lorsque la porte de sa chambre s'ouvrit sur sa mère.

"Tu es réveillée..." Souffla-t-elle plus soulagée qu'interrogative. Elle avait pleuré, c'était la première chose qu'il avait remarqué simplement car ses yeux étaient injectés de sang et ses joues aussi roses que ses lèvres. "Comment tu te sens mon chéri ?" Fronçant les sourcils, alors qu'elle s'approchait pour lui caresser la joue, Noah observa ses jambes, ses bras puis redressa les cils dans la direction de son regard. "J'ai l'impression d'être un hématome vivant." Plaisanta-t-il. Le rire étranglé qu'il lui arracha eut le mérite de lui en subtiliser un, cependant douloureux comme jamais il ne s'était senti étouffer par la douleur. Immédiatement, ses doigts glissèrent le long de sa hanche, recherchant le contact avec sa cuisse où le toucher lui arracha un râle de douleur. "Les médecins sont confiants, ton opération c'est très bien passée et ils disent qu'avec un peu de rééducation et de kinésithérapie tu t'en remettras très bien." Sourit-elle en lui empoignant une main qu'il retira aussi sec de la sienne. Son monde s'effondrait presque à l'entente de ces mots... Opération, Kiné, rééducation... "Maman depuis combien de temps j'suis là ?" L'observant avec attention, le jeune homme la fusilla subitement du regard et reprit face à l'absence de réponse. "COMBIEN DE TEMPS ?!!!" Face à autant de rage, n'ayant guère l'habitude de le voir dans cet état, sa mère sursauta avant de lui répondre et qu'il rejette la nuque d'en son oreiller en logeant l'avant bras contre ses paupières. "Putain, putain les sélections pour la fac c'était le dix, c'est foutu bordel, FOUTU !!!" Tâchant de reprendre le contrôle de ses émotions, Noah laissa retomber le bras contre la couche puis scruta le regard larmoyant de sa mère. "Noah.... Chéri, ils avaient l'intention de te le dire mais.... Ton accident et...." Les larmes ruisselèrent contre ses joues tandis qu'elle peinait à aligner les mots qu'il redoutait entendre. "Tu vas vivre avec des broches, et même si tu t'en sortiras, que désormais le plus mauvais est passé.... Ils disent que tu n'pourras plus jouer... Pas en tant que professionnel. Je suis désolée mon cœur."

[...]

Noah avait si bien commencé dans la vie, il était rapidement devenu un espoir pour le sport que des milliers d'Américains supportaient avec acharnement, il n'avait jamais eu à se plaindre de son enfance, de sa famille lui étant dévouée, de ses sœurs qu'il adorait, mais depuis l'accident quelque chose s'était brisé en lui. Les espoirs réduits à néant, concernant l'avenir tout tracé qu'il escomptait suivre, une certaine nostalgie et un grand mal être s'était emparé de lui. Ce fut de cette manière qu'il se constitua un entourage peu recommandable, faisant fie des conseils de ceux l'ayant toujours soutenu et épaulé, préférant la noirceur à la lumière que le monde avait encore à lui offrir. Il n'avait que dix neuf ans, demeurait influençable, plus encore depuis que la douleur ne lui offrait plus de répit, depuis que ses pires cauchemars l'avaient rattrapé. La drogue fut une échappatoire aux souffrances morales et physiques, de plus en plus consommée, systématiquement prise, ne laissant de lui qu'une âme errante sans but ni ambition. Cette expérience ne fut pourtant aucunement bénéfique, au contraire, le réveil allait être plus pénible encore lorsque, sans plus se soucier des injures et vociférations à leur encontre, ses parents l'enfermèrent de force dans un centre de désintox'. Là bas, des assemblés orales auprès de gens tous plus accrocs les uns que les autres, des entrevues forcées avec un psychologue et, le pire, un sevrage qu'il n'accepta guère au point de chercher une manière de se procurer d'autres substitues, et quand vint l'heure de quitter la clinique, Schuyler ne mit que peu de temps à retomber dans les travers l'ayant conduit dans cet endroit. Ce ne fut donc pas suffisant pour le ramener à la raison, mais pour autant désirait-il redevenir l'homme qu'il était autrefois ? Ses parents eux, tout comme ses sœurs, désiraient ce qu'il y avait de mieux pour lui ce qui les conduisit à reproduire cette expérience dans un centre différent et à perdre la confiance aveugle et tout le respect que leur portait encore leur fils.

[...]

Les années passèrent, néanmoins ce second séjour en centre spécialisé porta quelque peu ses fruits. N’éradiquant pourtant pas la totalité de ses addictions, l'expérience plus rude lui permit de s'éloigner des gens à problèmes l'ayant poussé sur les chemins tortueux des stupéfiants. Subsistait encore sa prise de comprimés quotidienne, dépassant parfois la dose prescrite par le spécialiste qu'il avait consulté au sujet de la raideur de sa jambe gauche. Il évitait désormais ses parents, ne prenait de nouvelles qu'auprès de ses sœurs et préférait leur épargner la pénibilité de sa présence. Allant de petit boulot en petit boulot, lui permettant de conserver ses droits pour se procurer les médocs dont il ne pouvait guère se passer, Noah termina par rejoindre un garage de quartier et à s'y faire une place grâce à la bonté du gérant. Ne restait rien du jeune homme ambitieux d'autrefois, Schuyler se contentait de faire son boulot sans parler, en souriant très rarement et en écoutant les anecdotes du vieux carrossier. N'imaginant guère tomber plus bas, et ne s'attendant plus à rien concernant la vie, ce fut pourtant là qu'il rencontra celle qui fut l'amour de sa vie. Elle était belle, plus jeune que lui de quelques petites années, et rapidement il retrouva dans les prunelles de cette adorable poupée l'envie de se battre pour une raison particulière : celle de lui plaire. Ils se virent et se revirent, créant ce lien qu'il n'imaginait plus tisser depuis le départ de Billie, cette proximité qu'il n'escomptait guère acquérir suite à l'accident l'ayant relégué au rang d'éclopé, il l'aima à s'en saigner les veines et malgré la douceur qu'elle lui apportait, malgré ces deux ans d'Idylle quasiment parfaite, la jalousie reprit le dessus et sa surprotection eut raison du couple en lequel il fondait tous ses espoirs... Elle quémanda un peu de temps, une légère distance afin de peser le pour et le contre concernant leur relation, mais lui promit qu'il ne s'agissait guère d'un point de non retour.... C'était quelques jours avant que la terre ne se dérobe sous les pieds de 'l'Homme, et que ce dernier devienne une proie pour les nouveaux prédateurs l'ayant remplacé sur l'échelle alimentaire....


+ and then there's today :
La première chose qu'il avait faite, en compagnie d'Allan, était de rassembler le strict minimum et de s'engouffrer dans la bagnole afin de rejoindre la demeure familiale. Là bas, uniquement deux de ses soeurs se terraient entre les murs rassurants de la maison. Concernant leur père et mère, ne subsistait aucune trace d'eux. La situation urgeait, les gens hurlaient dans les avenues, se hâtaient pour quitter au plus vite les logements qu'ils avaient cru capables de les épargner de leur propres proches. Une poignée des voisins n'étaient plus, ne restait d'eux que des âmes errantes, sans conscience, avides de la chair des personnes ayant le plus compté dans leur vie. Les radios précisaient aux citoyens de se trouver un endroit sûr et de ne sortir sous aucun prétexte, d'après les médias les choses se tasseraient et la situation serait sous contrôle dans les jours avenirs. Allan n'était pas de cet avis, tout comme Noah qui trouvait plus judicieux de s'éloigner des grandes villes et de rejoindre la campagne où il était moins fréquent de se retrouver face à des personnes porteuses du virus capable d'engendrer de plus en plus de créatures amatrices de chair humaine. Schuyler força ses soeurs à leur emboîter le pas et laissa un simple mot, une pauvre indication concernant leur destination prochaine, à la benjamine de la famille et à leurs parents, puis quitta les lieux pour se diriger droit vers l'appartement de sa petite amie.

[...]

Il ne l'avait pas trouvé chez elle et cette constation le hantait depuis que le monde s'était dirigé dans la bouche des enfers. Une fois encore son existence prenait un tournant plus sombre, le forçant à n'avoir d'yeux que pour celles qui comptaient sur lui. Ce fut pour cette raison qu'il rejoignit cette ville, qui d'après les publicités en ayant vanté les mérites, s'autosuffisait. Dès lors plus rien ne serait pareil, il fallait se serrer les coudes, avoir confiance en des gens qu'on ne connaissait guère, apprendre à travailler avec eux, main dans la main, afin de faire perdurer l'endroit qu'il imaginait capable de préserver sa famille du reste d'une civilisation devenue folle, monstrueuses et chaotique. Au grès des mois, et à force d'investissement, Noah devint une figure rassurante d'Olympia et fut proclamé chef de la sécurité. Ce rang lui offrit donc des avantages, tout comme le fait d'avoir accès à l'armement de la ville et aux réserves de médicaments dans lesquelles il se servit plus qu'à son tour. Tout se déroula pourtant bien malgré la découverte d'une des habitantes à son sujet jusqu'à l'arrivée d'une jeune femme qui lui rappela immédiatement celle qu'il croyait avoir perdu. Rory était agréable, souriante, un lien les unit rapidement sans que rien ne soit ambiguë mais ses travers le rattrapant, et imaginant réitérer les erreurs commises avec celle qu'il ne reverrait jamais, Noah préféra l'éloigner de lui sans lui offrir de raison valable. Les années filèrent et la pandémie ne s'évapora guère, bien au contraire, l'armée des morts vivants engendrait toujours plus de soldats et désormais l'existence, à l'extérieur d'Olympia, était bien plus rude. Les gens autrefois raisonnés perdaient leurs étiques, allaient jusqu'à tuer de nombreux innocents pour les dépouiller de leurs biens, étendant la loi du plus fort sur des kilomètres de terres autrefois luxuriantes et paisibles.

Bientôt, ces personnes prirent d'assaut la ville, par surprise et en traître, éliminant les citoyens à grands coups de barbarie, se fichant bien que ces derniers aient pu être aimés et attendus auprès d'autres, laissant dans leur sillage des dizaines de cadavres et des léchés de sang dont celui de deux des êtres auxquels Noah tenait le plus au monde... L'une mourut sur le coup, l'autre quelques jours plus tard suite à l'infection de ses blessures. Quant à celle qu'il avait eu la chance de retrouver quelques temps plus tôt, après des années de silence et d'espérance vaine, elle ne put jamais rejoindre la ville qu'il espérait la sécuriser du reste du monde. Ne lui restait plus qu'Allan, ce vieux garagiste de bons conseils, capable de le soutenir, de l'aider et dont les mots, pourtant salvateurs à leur époque, n'avaient quasiment plus d'effet sur lui. Quant à cette place qui lui avait doucement redonné goût à l'existence, ce poste lui ayant permis d'obtenir le respect et les sourires des Olympiens, elle lui fut retirée suite à des reproches et aux votes unanimes des habitants.

Aujourd'hui, alors que le monde est plus sombre encore qu'il y a sept ans, Noah n'est plus qu'une loque humaine, regardé de haut par ceux l'ayant placé sur un piédestal, méprisé par une grande partie des Olympiens, à nouveau livré à ses travers désormais bien plus puissants qu'ils ne l'étaient déjà lorsque la vie lui avait filé entre les doigts comme des grains de sable...
Revenir en haut Aller en bas
Miners + on pioche tic toc
avatar
Miners + on pioche tic toc
Hurlements : 734
survit depuis le : 04/08/2016
capsules de troc : 1144

MessageSujet: Re: The Shadow Of Myself - Noah Schuyler UC   Mer 26 Avr - 20:40

Ah tu as donc finalement craqué
On attendait tant ce scénario

Bienvenue donc, et bonne continuation avec ton écriture !

● ● ● ● ●


know what happens when you get out of the Marine Corps ? You get your brains back.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wanderers + j'suis seul au monde
avatar
Wanderers + j'suis seul au monde
Hurlements : 1812
survit depuis le : 10/10/2016
capsules de troc : 2617

MessageSujet: Re: The Shadow Of Myself - Noah Schuyler UC   Mer 26 Avr - 21:40

Noah, mon frère d'arme rejeté de la CB


Je te souhaite la bienvenue et ne ferai aucune réflexion sur le vide qui traine dans ta fiche (tu sais pas l'effort que ça demande )
Bon courage!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

MessageSujet: Re: The Shadow Of Myself - Noah Schuyler UC   Mer 26 Avr - 21:42

Mdr j'ai déjà trouvé une alliée, merci à toi et pour le vide, il sera comblé d'ici peu, j'attend juste des aiguillages de ma créatrice pour entamer tout ça lol
Revenir en haut Aller en bas
Riders + j'peux pas j'ai poney
avatar
Riders + j'peux pas j'ai poney
Hurlements : 2599
survit depuis le : 06/08/2016
capsules de troc : 4025

MessageSujet: Re: The Shadow Of Myself - Noah Schuyler UC   Mer 26 Avr - 21:48

Bienvenue officiellement même si déjà croisé sur la cb :marisa: Bon courage pour la rédaction de ta fiche !

● ● ● ● ●
Jenna.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Riders + j'peux pas j'ai poney
avatar
Riders + j'peux pas j'ai poney
Hurlements : 701
survit depuis le : 26/10/2016
capsules de troc : 1160

MessageSujet: Re: The Shadow Of Myself - Noah Schuyler UC   Jeu 27 Avr - 0:16

Bienvenue
Très bon choix de scénario et une fiche bien remplie déjà, tu nous fais plaisir !

Bonne continuation pour ta fiche !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Miners + on pioche tic toc
avatar
Miners + on pioche tic toc
Hurlements : 474
survit depuis le : 31/07/2016
capsules de troc : 777

MessageSujet: Re: The Shadow Of Myself - Noah Schuyler UC   Jeu 27 Avr - 0:29

Bonjour vous, bienvenue :marisa:
Comment t'es trop rapide, je suis consternée je continue ma lecture demain, parce que j'ai les yeux qui se ferment tout seuls là
Merci encore d'avoir cédé et puis, en cas de questions, tu connais déjà le chemin de ma boite à mp (même si je suis une phobique des mp en fait Arrow )

● ● ● ● ●

poor little thing.
There... Poor little things. You see them? Standing with their numbers on their blank, indifferent faces, Nuremberg in miniature, the ranks of painted wooden men... Poor dominoes. Your pretty empire took so long to build, now, with a snap of history's fingers down it goes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Olympians + le monde qui est le mien
avatar
Olympians + le monde qui est le mien
Hurlements : 1112
survit depuis le : 14/10/2016
capsules de troc : 1501

MessageSujet: Re: The Shadow Of Myself - Noah Schuyler UC   Jeu 27 Avr - 8:13

Excellent choix Bienvenue parmi nous :marisa:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

MessageSujet: Re: The Shadow Of Myself - Noah Schuyler UC   Jeu 27 Avr - 9:27

Merci pour l'accueil ;)
Revenir en haut Aller en bas
Miners + on pioche tic toc
avatar
Miners + on pioche tic toc
Hurlements : 474
survit depuis le : 31/07/2016
capsules de troc : 777

MessageSujet: Re: The Shadow Of Myself - Noah Schuyler UC   Jeu 27 Avr - 22:35

Bon jeu sur Influenza !
Félicitations. Tu vas bientôt toucher le fond, c'est bien.



La rapidité Pas vraiment grand-chose à redire pour le coup, si ce n'est qu'en fait, il a quand même eu une vie un peu merdique le Schuyler, je m'en rendais pas compte Arrow
Merci encore d'avoir craqué pour ce scénario en espérant te recroiser en rp sous peu :marisa:


Et te voilà officiellement validé/e ! Pour commencer, il te faut recenser ton avatar. On t'invite ensuite à revendiquer ton titre tes responsabilités, si tu en as. Et, si ce n'est pas déjà fait, pense à remplir ton profil.

Pour bien démarrer, tu peux poster une fiche de liens (en pensant bien à la tenir à jour) et en demander aux autres, créer un scénario si tu as des besoins précis ou un pré-lien s'ils le sont moins. On rappelle qu'il faut impérativement poster un sujet d'activité et que les Wanderers doivent intégrer un groupe dans le mois qui suit leur validation.

Tu peux maintenant librement flooder et surtout RP.

Et tout le staff d'Influenza te souhaite un bon jeu.

INFLUENZA


● ● ● ● ●

poor little thing.
There... Poor little things. You see them? Standing with their numbers on their blank, indifferent faces, Nuremberg in miniature, the ranks of painted wooden men... Poor dominoes. Your pretty empire took so long to build, now, with a snap of history's fingers down it goes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Riders + j'peux pas j'ai poney
avatar
Riders + j'peux pas j'ai poney
Hurlements : 389
survit depuis le : 18/02/2017
capsules de troc : 616

MessageSujet: Re: The Shadow Of Myself - Noah Schuyler UC   Jeu 27 Avr - 22:45

Quelle jolie petite fiche :marisa: !
Bienvenue parmi nous !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

MessageSujet: Re: The Shadow Of Myself - Noah Schuyler UC   Ven 28 Avr - 8:53

Merci Beckett, me voilà jaune donc ! lol
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: The Shadow Of Myself - Noah Schuyler UC   Sam 29 Avr - 13:18

T'es arrivé carrément vite, j'en ai pas eu le temps de te souhaiter la bienvenue.
Bravo pour la validation expresse, et puis bon jeu !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: The Shadow Of Myself - Noah Schuyler UC   

Revenir en haut Aller en bas
 
The Shadow Of Myself - Noah Schuyler UC
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Yannick Noah
» Recherche open : Fire & Shadow
» Shaiya Shadow
» Mystic Shadow'
» Noah n'a pas perdu son coup droit légendaire...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Influenza :: The kids' playground :: Archives d'Influenza-
Sauter vers: