AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 
Bienvenue sur Influenza, faites attention à vos fesses, les rôdeurs sont affamés !
N'hésitez pas à jeter un coup d'oeil à nos postes vacants

Nous sommes en décembre 2017. L'épidémie a commencé en octobre 2010. Plus d'information sur l'épidémie { + }

Découvrez la playlist officielle d'Influenza !

Partagez | 
 

 i got guns in my head (nathan)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Miners + on pioche tic toc
avatar
Miners + on pioche tic toc
Hurlements : 872
survit depuis le : 04/08/2016
capsules de troc : 1570

MessageSujet: i got guns in my head (nathan)   Ven 24 Mar - 9:50




nathan & billie
« i got guns in my head »


Ils sortent, enfin, du bureau de Peyton Yates, leader d'Olympia qui vient de les sermonner, de leur expliquer toutes les règles en vigueur dans sa joyeuse petite ville. Clay et Billie viennent surtout de passer un sale quart d'heure à être examiné sur toutes les coutures. La méfiance dans le regard de Peyton ne s'apaisera pas si facilement. Elle a exposé son argumentaire, lui a donné des faits, menti sur certains points. Un mal nécessaire. Elle ne s'est pas laissé démonté, n'a même pas laissé la surprise l'emporter en voyant Nathan trôner comme conseiller. Elle a suivi sa route comme prévu. Débarrassés de toutes leurs armes, le contraire aurait été étonnant, les voilà plus ou moins libres de circuler dans la ville. Sous étroite surveillance, Billie va devoir établir le contact avec Harrison d'une manière ou d'une autre. Pas le temps d'imaginer un plan dans la minute. Elle a réussi à s'infiltrer en ville. Un premier point à consolider. Elle a d'autres soucis en tête. Comme la présence des Riders. L'épidémie les a sans doute frappé plus dure et Olympia bénéficie de soins plus élaborés qu'ailleurs. Sauf à la mine peut-être. En quittant le bâtiment, elle respire à pleins poumons, son regard se baladant sur les quelques habitants qui passent par là. Elle les analyse presque autant qu'elle analyse les environs, les bâtiments, leurs positions, leurs fonctions. Tout y passe. Sa concentration est momentanément interrompue par Clayton à ses côtés qui renifle bruyamment, visiblement pas satisfait par la situation. Elle n'a pas le temps de s'occuper de son ego ou de ses problèmes existentiels. « Pourquoi tu n'irai pas faire un tour avec Paul et voir sa charmante maison qu'il accepte gentiment de partager ? » Elle est fausse, sachant pertinemment qu'on l'observe, que le fameux Paul se tient tout près, disposé à les emmener chez lui pour une surveillance rapprochée. Clay acquiesce, non sans un regard exaspéré en sa direction. Elle n'y fait même pas attention. La personne qu'elle attendait sort enfin et... ne vient pas vers elle. Merde ! Elle soupire plus bruyamment qu'elle le voulait. « Je te rejoins plus tard. » Et elle se dirige vers Nathan à grandes enjambées, certaine de le rattraper en quelques secondes.

« Tu vas vraiment m'ignorer ? » Elle essaie de paraître plus désinvolte qu'elle ne l'est. La vérité c'est qu'elle n'est pas sûre de qui se tient devant elle. Certainement pas le Nathan qu'elle a connu il y a si longtemps. Elle-même n'était plus cette Billie. Peut-être qu'ensemble ils pourraient retrouver un petit bout de ces personnalités perdues. Quand leurs regards se croisent, elle est certaine que ce ne sera pas possible. Elle réalise alors qu'elle n'a aucune idée de ce qu'il a pu vivre durant son apocalypse. Elle ignore qui il a perdu en chemin mais est certaine qu'il a perdu gros. Elle connaît ce regard. Son attaque attendra. Si elle veut réussir, elle va devoir jouer sur le long terme. Un jeu qu'elle n'est pas certaine de gagner à la longue. Un jeu pénible et éreintant. Un jeu qui commençait dès maintenant, tandis que leurs regards s'accrochaient l'un à l'autre.


● ● ● ● ●

dying
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

MessageSujet: Re: i got guns in my head (nathan)   Mar 2 Mai - 21:27




nathan & billie
« i got guns in my head »


Depuis la mort de sa protégée, Nath n'était plus le même ; on ne pouvait même pas dire qu'il n'était plus que l'ombre de lui-même. C'était faux. C'était un homme totalement différent. Détaché. Froid. Efficace. Il n'avait plus qu'un but, c'était sa fonction. Ou plutôt ses fonctions, dans lesquelles il se donnait corps et âme. Elles étaient ses raisons de vivre, ses uniques préoccupations qu'il gardait constamment à l'esprit pour se protéger des spectres de son passé. Un passé de plus en plus lourd, un fardeau devenu écrasant et que peu de personnes auraient pu supporté. En quelques instants, le monde qu'il avait pris six ans à construire avait été démonté, et plus jamais il ne se donnera la peine d'en construire un. Il s'était résigné à contribuer à la construction et à la protection de ceux des autres, de manière égoïstement altruiste. Il ne le faisait pas par compassion, il le faisait parce qu'il restait un soldat et qu'il avait une mission.
C'était son raisonnement alors qu'il accompagnait Peyton dans l'intégration de nouveaux arrivants visiblement ; mais, plongé dans ses pensées, il ne sembla même pas remarqué le regard insistant de la femme. Quand après un bref entretien avec sa chef il quitta le bâtiment, il se mit directement en route vers l'armurerie, vidée depuis le passage des jackals, pour s'équiper plus dignement que les deux pistolets qu'il gardait maintenant constamment sur lui, afin de partir en patrouille.
Fallait croire que la vie était une pute pour Nathan, parce que les spectres de son passé étaient décidément les plus tenaces de ce putain de monde. Une voix étrangement familière lui posant une question ôta le militaire de ses pensées, et il tourna la tête pour voir la femme qu'ils venaient d'intégrer. Il la jaugea rapidement du regard ; ou du moins, c'est ce qu'il se pensait. Une chaîne, des plaques d'identification militaire. Il cligna des yeux, puis secoua la tête et leva les yeux.
Autour de lui, le bar de la garnison était plutôt agité, comme d'habitude. Il profitait de sa permission, et il parlait à « B. TRAGER », une caporal franchement bien foutue qui lui tapait dans l’œil depuis quelques temps. Il ne se souvenait plus quel était l'objet de la discussion. Elle lui demanda alors :
«  T'as perdu ta langue ? »
Il esquissa un sourire, avant de lui répondre :
« Non, juste un pari »
à ce moment là, il tourna la tête pour regarder son escouade de cowboys des forces spéciales, installée dans un coin du bar. Il voulait capter leurs regards furtifs ; et notamment ceux de Tommy, son meilleur ami et instigateur du pari qu'il venait de perdre. L'objet de celui-ci était évident maintenant. Était. Il tourna à nouveau la tête vers la femme qu'il devait conquérir, et il n'était plus dans un bar, mais dans la rue, seul avec elle. Elle qui fronça les sourcils, alors que, confus, il peinait à comprendre ce qu'il se passait. Son passé se mélangeait au présent ; et il venait de lui répondre la même chose, à la même question qu'elle lui avait posé quelques années plus tôt. Sauf qu'ils avaient changés. Visiblement. Tous les deux. Il ne l'avait même pas reconnu ; mais surtout parce qu'il était dérangé. Il reprit donc, d'un ton étrangement doux :
« Billie. »
En même temps, revoir Tommy lui rappela la triste vérité qui le frappa de plein fouet. Quelques semaines plus tôt, sa fille qu'il avait juré de protéger à son ami mourant, avait été emportée par la grippe sans qu'il ne puisse rien faire. Son regard, dorénavant constamment sombre, était maintenant complètement noir et vide ; il était évident que quelque chose chez Nath clochait.

Revenir en haut Aller en bas
Miners + on pioche tic toc
avatar
Miners + on pioche tic toc
Hurlements : 872
survit depuis le : 04/08/2016
capsules de troc : 1570

MessageSujet: Re: i got guns in my head (nathan)   Sam 6 Mai - 10:59




nathan & billie
« i got guns in my head »


Elle perd de sa splendeur en à peine une seconde. Plus si sûre d'elle, l'arrogance dans sa voix perdue, le regard plus doux. Dans l'incompréhension totale, un peu perdue, elle contemple son vieil ami avec nostalgie et crainte. Il est clair que Nathan n'est plus le même. Son regard vide en témoigne et la voix qui s'échappe de sa gorge la fait frissonner. Elle réalise qu'elle s'était attendu à trouver un Nathan presque inchangé. Erreur de débutant. Après toutes ces années de galères, sur les routes, de campements en campements. Après tous ces morts et les horreurs, qui pourrait réussir l'exploit d'être la personne d'avant ? Elle voudrait bien trouver quelqu'un comme ça. Juste pour voir. Ça tiendrait du miracle. Et les miracles ça n'existaient déjà pas avant alors en trouver un aujourd'hui relève de l'impossible. Sourcils froncés, bras croisés sous sa poitrine, elle attend une réaction de la part de l'ancien militaire. Billie ne s'attendait certainement pas à ce bout de phrase lancée dans les airs, vide de sens. Elle ne comprend rien. Quel est donc ce fameux pari qu'il mentionne nonchalamment ? Elle fouille sa mémoire, en vain. Nathan a l'air perdu, dans un autre temps. Comment avait-il pu en arriver là ? Elle se souvient d'un homme joviale, toujours un sourire sur les lèvres, toujours le mot pour rire, détendre l'atmosphère. A l'époque, lors de leur première rencontre, elle s'était promis de ne pas craquer, se pensant plus forte, capable de résister au charme ravageur de ce beau brun. Elle ne voulait pas passer pour une fille facile. Encore moins pour une nana incapable d'évoluer dans le corps des Marines sans un coup de pouce d'un homme. Elle n'avait eu besoin de personne pour arriver jusque là. Elle ne doit sa réussite qu'à ses propres ressources. Mais Nathan avait réussi à la faire plier. Aucun regret, juste de bons souvenirs. Elle ne peut pas regretter une si belle aventure. Retrouver Nathan, c'est une petite bouffée d'oxygène, une lumière d'espoir dans des ténèbres épaisses qui l'emprisonne un peu plus chaque jour. Malheureusement, il semble que ces mêmes ténèbres ont réussi à rattraper l'homme qui se trouve en face d'elle. « Tout va bien ? » Question idiote. Mais c'est tout ce qu'elle trouve à dire sur le moment. Déboussolée, un peu inquiète aussi. « Qu'est-ce qu'il t'es arrivé ? » Encore une question idiote. Surtout quand on sait que toute la merde du monde nous est tombé dessus. Elle est complètement perdue, perd un peu ses moyens face à cet homme qu'elle ne reconnaît plus. Comme si cette constante dans sa vie venait de s'écrouler. Elle n'a pas vu Nathan depuis ce qui semble être une éternité. Elle gardait vivant dans sa tête, le souvenir d'un homme qui n'a rien à voir avec celui qui se tient devant elle. Et elle ? Qu'en dirait-il ? Billie avait changé de la même manière. Comme tout le monde. Elle essayait de garder en vie une image d'elle détruite depuis longtemps. Pour seul témoin de ce passé oublié, ses plaques militaires qui pendent autour de son cou. Elle s'approche un peu, pas certaine qu'il apprécie ce mouvement. Elle laisse retomber ses bras le long de son corps dans un geste las, comme vaincue par la vie.

Spoiler:
 


● ● ● ● ●

dying
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

MessageSujet: Re: i got guns in my head (nathan)   Ven 26 Mai - 15:56




nathan & billie
« i got guns in my head »


Le militaire resta encore perdu dans ses pensées quelques instants. Sa question le surprit une nouvelle fois. Il se ressaisit ; il avait été vulnérable, il avait baissé ses défenses l'espace d'un instant, alors qu'il s'était juré de ne plus le faire. Mais ses spectres du passé étaient là, face à lui, incarné dans une femme qui à elle seule représentait une partie de sa vie, qui avait était à la fois la meilleure et la plus dure. Il lui répondit alors, en toute franchise et simplement :
« Non » avec un ton pour clore la discussion sur ce sujet. Il n'avait pas envie d'étaler ses sentiments et son ressenti. De toute façon, même lui ne saurait mettre des mots sur ses sentiments et les émotions qu'il ressentait. Sa question suivante le fit pouffer ; et il répondit en s'étalant cette fois-ci un petit peu plus :
« Depuis que j'me suis fais virer ou que les morts ont commencé à se relever ? Un sacré merdier, pour résumer le tout »
Il avait posé la question en regardant la brune droit dans les yeux, mais après celle-ci, il parcourut la rue du regard en réfléchissant lorsqu'il énonça sa deuxième phrase. Sans lui laisser le temps de répondre, il ajouta :
« Si tu veux bien m'accompagner ; je suppose qu'on a pas mal de choses à se raconter, autant le faire quelque part de plus confortable que dehors »
Il l'invita donc à se mettre en marche ; mais il ne se dirigea pas vers sa maison, dans laquelle il n'allait même plus, en fait. Il habitait maintenant plus ou moins dans l'armurerie, dans le poste de garde de celle-ci, dormant sur un lit de camp installé là bas quand il était en ville. Il se remit à parler alors qu'ils marchaient, comme pour détourner la conversation :
« Et toi ? Qu'est-ce que tu deviens du coup ? À part le fait que t'as pris quelques rides » tenta-t-il, afin de voir si c'était toujours la Trager qu'il avait connu. Probablement pas, mais le fait qu'il allait être tapé ou non allait en dire long sur qui elle était devenue et où en était leur relation. Sa pique n'était aucunement fondé, et les années l'avaient plus épargné elle que lui ; ou du moins, physiquement. C'était probablement normal, parce que d'après ses souvenirs, elle était plus jeune. Son flashback lui avait clairement embrouillé l'esprit, et lui, ne savait pas où ils en étaient, alors il attendait simplement de voir, marchant d'un pas peut être un peu trop hâtif à côté de cette femme qui lui évoquait tant.

Revenir en haut Aller en bas
Miners + on pioche tic toc
avatar
Miners + on pioche tic toc
Hurlements : 872
survit depuis le : 04/08/2016
capsules de troc : 1570

MessageSujet: Re: i got guns in my head (nathan)   Dim 4 Juin - 11:34




nathan & billie
« i got guns in my head »

Elle est figée, dans l'attente de voir apparaître l'homme qu'elle avait connu. Elle peut attendre. Il ne reviendra pas. Pas plus que la femme en uniforme qu'elle était, droite, la tête pleine d'espoir et une foi inébranlable dans le cœur. Elle a perdu ses idéaux, le feu dans son cœur finalement éteint, une épaisse fumée l'aveuglant, l'empêchant parfois d'avancer. Aujourd'hui, elle n'est plus sûre de croire en quoique ce soit. Dieu n'est plus. L'Amérique est tombée. Big Brother est mort. On avance à tâtons, on ne peut croire qu'en ses propres forces. A supposer que celles-ci ne nous abandonnent pas, ne nous mentent pas. Sa réponse, sèche, concise, claque dans les airs, lui arrache un frisson. Elle ne s'attendait pas à un exposé de la situation mais certainement pas à ce non lourd de sens, trop amer à son goût, glacial. Le Nathan souriant à la voix presque chantante a disparu et elle ne sait pas qui se tient devant elle. Le constat la laisse sans voix alors que son regard analyse le visage de son ami perdu. Elle est sans voix Billie, incapable de trouver les mots. Sa répartie lui glisse dans la gorge. Elle espère que ses yeux transmettent quelque chose, une forme d'excuses, une petite étincelle d'humanité.

Pas le temps de s'attarder. Elle acquiesce d'un mouvement de tête, le suit sans broncher, marche à ses côtés. C'est finalement mieux comme ça. Le silence entre eux n'a rien de pesant, il est presque reposant, un vieil ami posé qui vient compléter leur drôle de duo. Elle marche d'un pas lent, essayant d'anticiper les pas de Nathan, la direction qu'il prend. Elle essaie de mémoriser tout ce qu'elle voit, les rues, les intersections, les bâtiments. Et les gens. La population d'Olympia qu'elle devra, tôt ou tard, se mettre dans la poche. Sa voix claque à nouveau dans l'air, moins dure, moins râpeuse. Elle s'accorde un instant pour sourire et lui taper dans le bras. « Tu peux parler. » A moitié amusée, elle tente de distraire Nathan, de lui faire croire à quelque chose qui n'est plus là. La Billie Trager blagueuse n'est plus. Son regard vissé sur la route, elle se souvient du visage de Nathan avant et de celui qu'elle vient de voir. Au delà des rides qu'ils avaient tous les deux pris, c'est la fatigue qu'elle a lu sur son visage qui l'inquiète et cet air déconnecté de la réalité. « C'est toute cette course pour rester en vie qui me tue. » C'est de là qu'elle tire ses supposés rides et son air abattu qu'elle dissimule si bien. Elle hausse les épaules, soupire en portant la main à son étui désormais vide. Ça l'agace d'avoir dû abandonner ses armes. « Rien n'a vraiment changé tu sais. Démobilisée tout ça pour reprendre les armes quelques mois plus tard. » Elle ne s'en plaint pas. Sa démobilisation avait failli la tuer. Elle n'est pas faite pour la vie normale, jouer à la femme parfaite qui reste bien au chaud chez elle. Pourtant, aujourd'hui, elle est prête à avouer qu'elle donnerait cher pour un peu de tranquillité.


● ● ● ● ●

dying
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

MessageSujet: Re: i got guns in my head (nathan)   Mer 14 Juin - 12:16




nathan & billie
« i got guns in my head »

En marchant, il écouta attentivement la réponse de Billie. Sa démarche n'était pas aussi rapide que d'habitude, il ralentissait exprès afin de pouvoir écouter son ancienne camarade dans des conditions décentes. Il esquissa un micro-sourire quand la militaire lui répondit ; d'une simple et très courte tirade qui lui évoqua la Billie qu'il avait connu. Tant mieux, pensa-t-il. C'était une femme qu'il avait vraiment apprécié ; mais les deux à l'époque étaient tous les deux militaires et n'avaient probablement pas le temps ni l'un ni l'autre de faire quelque chose d'autre à côté. Sa phrase suivante le laissa perpexle, et il répondit simplement par un : « Ah ? » sincère et intéressé. Il remarqua son mouvement, et il écouta sa remarque en arquant un sourcil. Il lui annonça ensuite, alors qu'ils arrivaient devant le bâtiment de l'armurerie :
« Mouais. Les choses ont quand même changé, nan ? Maintenant, tout le monde est dans la même merde. Le pire, quand j'étais encore sous les ordres, c'était de savoir que ces gosses qu'on voyait en opération extérieure allait mener une existence de merde ; jusqu'à ce qu'elle se termine parce qu'ils finissent par être enfant soldat, ou qu'ils pètent sur une mine. Au moins, maintenant, on est tous dans la même merde ; civil comme militaire, américain comme irakien » il se tut quelques instants, songeant à son passé ; aux gens qu'il avait tué, alors que l'influenza n'était même pas encore arrivée. La pudeur d'un militaire, et un code tacite voulait qu'ils n'abordaient jamais le sujet, mais c'était le cas. Nathan savait qu'il été un meurtrier avant que tout ça commence ; et il savait qu'il avait au moins abattu un gosse de 13 ou 14 ans, et y repenser le laissa figé quelques instants, alors qu'il cherchait sa clef de l'armurerie dans sa poche.
Puis, brusquement, il revint à la réalité pour refermer sa main sur le trousseau et le sortir. Il reprit étrangement la conversation où il l'avait laissé, n'étant même pas sûr si elle lui avait parlé entre temps :
« M'enfin. Démobilisée pour quoi ? J'suppose que t'as entendu parler de pourquoi je l'ai été ; un sacré bordel » après avoir fini, il ouvrit la porte et l'invita à rentrer. N'était-il pas en train de commettre une immense erreur ? Il invitait une nouvelle venue à se rendre dans ce bastion qu'était l'armurerie. Il n'y pensait pas ; n'imaginant pas un seul instant que l'ancienne marines pouvait avoir de mauvaises intentions. Non, en rentrant, il lui indiquant la pièce qu'il occupait, avant d'aller faire un tour dans le stockage d'arme et de revenir, deux fusils en main. Il entra dans la pièce qui lui servait de chambre, ne prêtant pas directement attention à Billie, mais en posant les deux armes sur la table. Il s'y assit, et ramassa au passage le kit de nettoyage posé contre l'un des piliers du meuble qui trônait au milieu de la pièce, entre son lit de camp et la porte. Il chercha ensuite Billie du regard, l'invita à s'asseoir :
« Tu vas pouvoir m'aider. Y'a quelques militaires ici, mais pas assez de marines. Et dieu sait que c'est les meilleurs pour récurer les armes et les chiottes » il ouvra le kit, poussa légèrement l'arme qu'elle pouvait nettoyer si elle le souhaiter et se lança dans l'activité qui lui occupait maintenant ses journées à Olympia. En dévissant la culasse, il se souvint qu'il tenait une conversation, et leva la tête pour lui demander :
« Pardon ; tu disais ? » avant de se remettre à travailler.

Revenir en haut Aller en bas
Miners + on pioche tic toc
avatar
Miners + on pioche tic toc
Hurlements : 872
survit depuis le : 04/08/2016
capsules de troc : 1570

MessageSujet: Re: i got guns in my head (nathan)   Sam 1 Juil - 14:41




nathan & billie
« i got guns in my head »

Elle le suit sans faiblir, marche à ses côtés sans difficulté puisqu'il prend le temps de l'écouter. Elle aussi. Elle ne cherche pas à l'interrompre. D'abord parce qu'elle est d'accord avec ce qu'il dit, ensuite parce qu'elle est justement là pour écouter, laisser ses oreilles traînées. En plus de Nathan, elle fait attention à son environnement direct, aux quelques personnes qu'ils croisent et qui échangent quelques mots. Ses yeux aussi se baladent et elle prend des notes mentales de tout ce qu'elle voit et entend. « C'est pas faux. » lâche-t-elle avec un soupir. C'est même plutôt vrai. Tout le monde vivait dans ce merdier. Plus de différence. Ou du moins c'est ce qu'on se disait. Depuis que les communications avaient été coupé, il était impossible d'affirmer avec certitude quoique ce soit. Peut-être que quelque part la situation s'était arrangé. Sans doute pas puisque personne n'était venu les sauver depuis toutes ces années. Désormais, l'ennemi avait le même visage partout. Elle frissonna en pensant à ces soldats coincés en territoires ennemis quand ce merdier a explosé. Eux n'ont pas dû avoir beaucoup de chance. Elle se stoppe juste derrière lui, attendant qu'il ouvre la mystérieuse porte. Elle fronce les sourcils en l'observant et en profite pour détailler l'immeuble et ses alentours. L'armurerie, comme indique le petit panneau accolé au bâtiment. Elle n'est pas sûre d'avoir l'autorisation d'entrer là-dedans mais si Nathan est avec elle... Elle n'aura qu'à prétexter avoir suivi sans broncher. Elle jouera aux idiotes. Ca marche toujours. « Ouais, j'ai entendu ton histoire. » La porte s'ouvre enfin et après une hésitation, Nathan avance. Billie, elle, n'hésite pas à le suivre, continuant leur petite conversation afin que tout reste naturel. Ils sont dans une bonne dynamique et mieux vaut pour elle de ne pas la casser. « Moi j'ai pu supporté. PTSD. » Elle aurait pu en dire plus. Elle aurait pu tout lui expliquer. Qui elle avait perdu, comment, pourquoi. Pourquoi elle avait péter les plombs. Pourquoi ils avaient préférés la renvoyer alors qu'elle se croyait encore invincible. A quoi bon ? C'était loin tout ça.

Elle jette un coup d’œil circulaire au lieu pensant immédiatement qu'Olympia était encore bien fourni. Pas aussi bien qu'avant sans doute, mais c'était encore pas mal. Elle ne s'attendait pas à y trouver un lit de camp, une petite chambre pour un homme solitaire, troublé. Elle reste debout, bras croisés, se demandant pourquoi il s'infligeait tout ça. Elle l'observe revenir avec deux fusils et comprend sans difficulté qu'ils comptent les nettoyer. Elle s'assoit face à lui, un sourire aux coins des lèvres et entreprend de démonter, nettoyer l'arme. Des mouvements fluides qu'elle connaît par cœur, qui l'apaise. Finalement, c'est comme si la confiance entre eux n'avait jamais disparu et elle est reconnaissante à Dieu, ou à elle ne sait quoi, pour ça. « Faut dire qu'on est une espèce rare. » Elle plaisante, se croit presque revenu dans le passé tant c'est agréable. « Tu trouveras pas meilleur soldat qu'un Marine. » C'est tristement vrai. Et combien d'entre eux sont encore en vie ? Elle l'ignore et ça la désole. Elle voudrait bien les retrouver, ces hommes et ces femmes avec qui elle a tout vécu, le meilleur comme le pire. Elle soupire et lève les yeux vers Nathan qui semble se réveiller d'un rêve lointain. « J'disais qu'il n'y a pas meilleur que les Marines. » Ces hommes et ces femmes qui se sont débrouillés presque tout seul pendant presque toutes leurs vies. Sourcils froncés, elle interrompt son travail pour observer Nathan qui ne relève pas les yeux. « Tu te sens bien ? T'as l'air ailleurs. »


● ● ● ● ●

dying
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: i got guns in my head (nathan)   

Revenir en haut Aller en bas
 
i got guns in my head (nathan)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» I got guns in my head and they won't go • elio
» DART to Haiti - Words of Thanks to Canadian Head of State
» Les gros bras(Sybille et Nathan)
» Nathan et Sybille (Pv : Syb' <3)
» Sybille a besoin de se défouler {Nathan

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Influenza ::  :: Archives d'Influenza :: RP Archivés-
Sauter vers: