AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Influenza fête son anniversaire !
N'hésitez pas à jeter un coup d'oeil à nos postes vacants

Nous sommes en août 2017. L'épidémie a commencé en octobre 2010. Plus d'information sur l'épidémie { + }

Découvrez la playlist officielle d'Influenza !

Partagez | .
 

 Charlie | I'm wearing black space pants.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
Invité


MessageSujet: Charlie | I'm wearing black space pants.   Lun 13 Mar - 2:08

+CHARLIE WALSH
We don't ask for their love; only for their fear.



+ Je m'appelle Charlie Walsh ou ça pourrait être tout autre chose. J'pense pas qu'on va me demander mes papiers, que j'vais devoir justifier de mon existence pour une putain d'assurance. J'ai l'impression qu'on est plus rien maintenant et ça nous permet d'être tellement plus de choses qu'avant. et j'ai vingt-neuf ans. Presque la trentaine. Avant ça se fêtait, avant ça se craignait. Maintenant on s'en fout parce qu'on est déjà foutrement heureux de se réveiller le matin et de pas finir bouffé dans la journée. Avant l'épidémie J'adorais mon boulot, tranquille et plutôt libre. J'étais agent immobilier spécialisé dans les étudiants et les demandes urgentes. Toujours de nouvelles rencontres, de nouveaux appartements et petites maisons à faire visiter. Pas trop de routine en vrai.  Maintenant, je suis Un Crimson Riders. On peut pas dire que j'en sois une figure emblématique. C'était eux ou des autres, juste parce que l'occasion s'est présentée. J'fais pas trop de vague, j'essaie de me la jouer discret la plupart du temps. J'bosse surtout à la surveillance du camp et je participe parfois à des sorties. En six ans, j'ai descendu un tas de rôdeurs, de toute façon c'est eux ou moi et on peut pas dire qu'ils aient de conscience ou quoi que ce soit. et j'ai tué un humain. Un homme, une vie, des réussites et des échecs. J'ai pris tout ça d'un coup sans lui laisser le choix. J'y arrive pas, à me dire que c'est parce que le monde est en train de crever. J'ai pris une vie et elle a emporté une partie de la mienne, de ma raison, de mon humanité. Mes armes de prédilection sont les armes blanches principalement. Tout ce qui tranche bien et qui demande pas à réfléchir quand on donne un coup dans une gueule défoncée de ces dégénérés. et on dit que j'ai du talent pour faire rire même en cas de situation critique ? Non, même là mes blagues de merde font un flop. J'sais calmer par la parole, ça me plait bien, j'sais aussi analyser assez bien l'environnement pour tenter de m'en servir. Par contre j'supporte toujours pas l'odeur des rodeurs, de trop prêt ils me font tous gerber ces monstres.

— profil psychologique


(ORGUEILLEUX) La fierté un peu trop mal placé et l'égo bien développé. Parce qu'on a jamais cru en lui, parce qu'encore maintenant, il n'est pas le plus important. Charlie l'accepte mais il a cette flamme qui brûle en lui et qui lui ronge le sang et l'âme parce qu'il n'arrive pas à péter les plombs pour se faire entendre. Il se retient, encore et encore, explose en silence pour les autres, en tempête fracassante et presque meurtrière dans sa tête.
(BORNÉ) Parce que très peu aiment avoir tort ou l'avouer, Charlie préfèrera encore camper sur ses positions même en sachant qu'il raconte des conneries. Il ira se rectifier ensuite, à l'abri des regards mais surtout pas pour avouer des faiblesses qu'il aimerait tant savoir cacher plus facilement. C'est un homme de caractère qui n'aime pas qu'on tente de le soumettre, qui ne veut plus se faire soumettre plutôt. Charlie n'hésite pas à pester quand il le faut, à se faire entendre quand il sait que ça n'aura pas de grandes conséquences par la suite. Il est de ces hommes qui jaugent un minimum avant de l'ouvrir, qui se la ferme quand l'autorité en face est trop importante.
(VALEURS) Bien que que les Crimsons Riders ne soient pas un choix du cœur, Charlie leur est fidèle. Il ne conçoit pas l'appartenance à un groupe sans une certaine forme de dévotion, si minime soit-elle. Il a tendance à adhérer trop facilement aux idées de leur leader sans le remettre en cause alors qu'elle bafouent parfois ses propres principes. Il a encore cette peur de la mort propre au reste d'humain qu'il est, n'a pas envie de finir entre les crocs d'un rodeur et de sentir son âme se faire piéger à jamais. Charlie préfère obéir que subir, il est ce bon petit soldat qui lève parfois les yeux en l'air mais qui acquiesce sans broncher.
(DIRECT) Le neurone qui cesse parfois de fonctionner et la langue qui se met à fonctionner toute seule. Malgré ses bons sentiments et son envie de ne pas faire de vagues, Charlie se fout souvent dans des emmerdes impossibles parce qu'il ne parvient pas à retenir les quelques remarques acerbes qui lui brûlent la langue. Il a pris l'habitude de ce petit jeu grâce à la plus merveilleuse et épanouissante relation qui soit avec le plus agréable et courtois des hommes. Quand leurs joutes verbales étaient devenues quotidiennes et parfois trop présentes, l'homme en a gardé un usage un peu trop fréquent quand ses sens sont en émoi, quand son oreille repère une faute de langage.
(MODÉRÉ) Au final, et au gros de sa personnalité, Charlie est un homme modéré avec ses contradictions qui font de lui une personne intéressante à connaître. Il ne dévoile pas tout quand on ne peut plus croire en l'humanité quand le monde a décidé de la flinguer à coups de dégénérés.




— i wanna be in the room where it happened
PRÉNOM &/OU PSEUDO : Patate, c'est bon sous toutes ses formes et surtout quand c'est chaud. ÂGE : Avec la peau encore bien ferme et l’œil vif. PAYS : France, dans l'originalité la plus totale. OÙ AS TU TROUVÉ LE FORUM ? Y'a celui qui attend Godot qui m'a filé le lien en me disant de venir et comme je suis soumis comme Charlie, je suis venu. MOT DE FIN : Quand je fais de la purée Mousseline, je suis sûr que tout le monde en reprend ! Moi je fais une petit volcan pour mettre le jus dedans ! AVATAR : Noël Fisher LE PERSONNAGE EST UN scénario.
[/b][/b]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Charlie | I'm wearing black space pants.   Lun 13 Mar - 2:08

— history has its eyes on you

+ there's before ...

Ce n'est pas aux États-Unis mais en Hongrie que le petit János voit le jour, alors qu'il ne verra pas plus de quelques minutes une mère trop jeune et trop affolée pour vouloir de lui. Placé à l'adoption quelques jours après, il reste plusieurs mois à l'orphelinat avant de trouver une famille censée l'aimer pour la vie, une famille de l'autre bout du monde qui va lui prendre ses racines, ses origines et même son joli petit prénom un peu trop marqué.
L'enfant de l'Est devient l'enfant roi des Amériques où tout est possible, même le pire. Il grandit dans la banlieue de Seattle avec des parents exigeants qui misent tout sur ce petit être qu'ils n'ont pas pu concevoir mais qu'ils ont cherché à aimer de tout leur cœur. Charlie est un enfant épanoui, un peu trop gâté même qui ne se doute pas une seule seconde de venir de très loin quand son univers se cantonne à son petit quartier, sa maison, ses copains de l'école et ses folles escapades d'enfant aventurier. Les bois pour domaine de prédilections et quelques écorchures aux genoux comme dur apprentissage de la vie. Un début d'enfance heureuse parce que cruellement banale, des rires pour rien, des glaces à s'en faire mal au ventre dans le dos de ses parents. Des conneries à se faire confisquer sa super Nintendo.
Et l'improbable se produit au sein du trio familiale. Madame Carter tombe enceinte de Monsieur Carter alors que tout avait été peine perdu. Cet enfant devient plus important que le monde quand il ne fait pas encore quelques centimètres et que sa conscience n'est qu'un lointain concept encore. Mais déjà, il prend tellement de place dans des cœurs trop égoïstes de parents qui le voient comme une récompense du seigneur. Charlie devient alors un enfant de seconde zone. Il a tout juste huit ans quand il apprend qu'il n'a pas été couvé dans le ventre de Maman comme celui qui va bientôt naître, celui que l'on chérit parce qu'il est de cette chair et de ce sang qui manquent tant au petit garçon adopté. Ce n'est pas de sa faute mais le petit homme le prend comme tel, il bouillonne à l'intérieur, en vient à détester un nourrisson tellement adulé de tous quand lui se sent simplement comme une pièce importée. Alors il fait ce que font les petits garçons en colère. Charlie devient violent à l'école, ne travaille plus et répond dès qu'il le peut. Ses parents s'en détachent sans s'en rendre réellement compte et comment à faire d'effroyables recherches sur ce qui se passe parfois dans leur beau pays où les libertés sont trop importantes.
Il y a cette honte d'une grande nation qui court depuis des lustres. Personne n'en parle avec fierté, ou quelques illuminés surement, mais la loi est du côté de ces parents qui considèrent encore l'enfant comme un objet dont ils sont les possesseurs tout puissants. Enfants jetables, comme on peut les appeler parfois, Charlie est placé en photo, avec son petit dossier, pour lui trouver de nouveaux parents. Il a été adopté et c'est donc possible, aussi abjecte que l'idée puisse être pour beaucoup de pères et de mères à travers la planète bleue qui déraille un peu trop parfois. Il a dix ans quand le premier échange survient. On lui explique brièvement qu'il va changer de famille et d'univers tout entier, que ce n'est pas vraiment de sa faute mais qu'il doit rendre heureux pour l'être lui aussi. Charlie hurle dans la voiture qui l'emmène loin, trop loin en Californie quand il n'a presque pas quitté son petit quartier encore. Il change de nom de famille, d'habitude et de train de vie. Beaucoup plus modestes, les Blackson connaissent le principe de ré-adopter un enfant qui ne plait plus à sa première famille. Ils ont compris les failles et remplissent toutes les conditions pour faire de Charlie leur enfant comme les cinq autres avant lui. Et c'est aussi parce qu'ils ont besoin de mains d’œuvre gratuite sur leurs hectares qu'ils agissent de la sorte. Le petit déboussolé est déscolarisé pour suivre des cours à la maison quand il ne va pas travailler pour aider ses parents. Il n'est pas maltraité, pas mal nourri mais son enfance s'est envolée en partie. Il est difficile au début, s'habitue ensuite par la force des choses.
A ses quatorze ans, il est le bouc émissaire d'un machinerie d'un de ses grand frère qui a voulu forcer une de leurs sœurs à passer le pas, à donner sa plus strict intimité sans son consentement. Il est le coupable quand il crie qu'il est innocent, alors les Blackson décident eux aussi de se débarrasser de ce gamin trop malsain, sans passer par les autorités dont ils ne veulent pas sur leurs terres. Charlie sait maintenant ce qu'il va se passer, il est mis à l'écart les quelques mois que mettent ses seconds parents à en trouver des troisièmes.
La nouvelle famille sera la dernière de ce périple particulier et atroce pourtant connu de milliers d'autres petites âmes que l'on échange et donne comme des marchandises usagées. Charlie Blackson devient Charlie Walsh et n'est pas certain à quinze ans que ce sera la dernière fois qu'il change de nom de famille. Il est en colère, révolté, comme un défi pour la pieuse famille dans laquelle il atterrit au Texas, cette fois. Il est comme la croix que vont porter ces parents très croyants, pensant bien faire quand ils prennent sous leur aile un pauvre gamin un peu déboussolé dont on ne veut plus vraiment.
Le père surtout, est une figure paternelle forte et autoritaire. Il fait bien vite comprendre à Charlie que tout doit se faire avec son aval presque divin, qu'il doit lui obéir sous peine d'être sévèrement puni et réprimandé. Mais paradoxalement, c'est avec la droiture de cette famille-ci que l'adolescent retrouve le plus cet équilibre qui lui manquait tant depuis de trop nombreuses années. Il les appelle Papa et Maman au bout d'un an et commence à panser ses blessures à mesure où il idéalise l'homme qui devient un modèle un peu trop angoissant à ne pas devoir décevoir.

Le temps passe un peu et Charlie retrouve un semblant de vie normale. Après s'être détruit la confiance et n'avoir pas su se construire dans son fort intérieur parce qu'il n'a été que le jouet de caprices d'adultes débordants de plus de folie que d'amour. Il fait sa vie, quelques études et prend un boulot honnête pour une vie dont il veut la plus normale possible. Avec une femme, des enfants à aimer sans conditions surtout. Mais c'est le destin qui frappe encore une fois d'un coup d'épée dans le dos quand après différents essais entre les bras et les draps de jeunes demoiselles, Charlie se rend compte qu'elle ne le font pas vibrer, qu'il a toujours de sales images de corps plus virils et masculins qui se fracassent contre le sien pour l'aider à jouir de plaisir. Il ne veut pas, surtout pas quand la vingtaine pointe son nez et qu'il entend encore son seul vrai père depuis longtemps qu'il les déteste, ces homosexuels qui n'ont rien d'humain.

Charlie tente dans un premier temps de se soigner, en secret, sur internet avec un historique soigneusement effacé à chaque fois qu'il quitte l'ordinateur. Il finit par tomber sur une belle âme qui n'a pas le même avis, qui écume les serveurs de discussions pour essayer de convaincre les jeunes en mal d'être eux mêmes qu'ils n'ont rien à craindre, qu'ils sont aussi merveilleux avec leur sexualité qu'avec une autre. Sa patience et ses mots arrivent à toucher Charlie, toujours en recherche d'amour et de sécurité, de reconnaissance et ce besoin de valoir quelque chose dans le regard des autres, d'un autre en l’occurrence. Une histoire vite passée mais qui lui sert de belle leçon contre la vie et les préjugé de sa famille et de son père. Charlie décide de se cacher encore mais c'est cette fois pour vivre comme il le veut, sans devoir adopter des schéma à le rendre malheureux pour le bonheur des autres. Il le rencontre après et tout s'enchaine très vite. La drague, la passion et la destruction. Mais Charlie a besoin de cette relation qu'il sait malsaine et invivable. Il a besoin de sentir l'odeur d'Eliott contre lui, de savoir qu'il lui appartient un minimum même s'il se berce de cette illusion qui n'est valable que dans l'autre sens. Il accepte d'être de pantin tant qu'il a l'impression d'être aimé en retour, d'être quelqu'un pour l'homme qui l'humilie et y prend goût. C'est surement pour cela aussi que le couple fonctionne un temps avant de se déchirer, parce qu'avec tous leurs vices, ils acceptent de jouer le jeu, surtout Charlie qui se créé une dépendance à un corps et un esprit qui ne veulent pas vraiment de lui. Tout finit par péter, par s'envoler et par faire exploser la vie entière d'un garçon en mal de reconnaissance. C'est son père qui finit par le renier, par abimer un enfant qu'il a toujours voulu chérir à cause de ce qu'il a vécu. Charlie sombre, commence à boire mais n'a pas le temps de plonger que le monde le fait à sa place.


+ and then there's today :

Pas le temps de se complaire dans le malheur quand la mort et est présente à chaque recoin de couloir, chaque rue qui tourne quand on les entend se trainer la jambe pour chercher à nous dévorer les chairs.

Charlie a survécu. Il ne sait pas pour les autres de sa famille, pour ses amis. Sauf pour ceux qu'il a vu mourir de cette fièvre qui les rend dingue et les fait devenir des créatures du diable. Voire pire que ça. La peur de dormir, de même fermer les yeux plus de quelques secondes. Les rôdeurs sont pire que les anges pleureur que craignait Charlie dans l'une de ses séries favorites. Avant, quand il pouvait juste rester en caleçon chez lui et regarder la télévision en ne pensant jamais à sa survie. A faire attention à la moindre décision, à crever d'angoisse quand l'attente se fait trop longue et que l'on craint se faire retrouver par ces fichus monstres.

Il ère quelques temps avant de rejoindre ce clan qui semble tellement mieux organisé que lui tout seul. C'est pour lui sa seule chance de survie que d'être accepté par ceux qui semblent savoir se défendre ensemble. C'est aussi pour cela que Charlie ne dit jamais rien sur cette hiérarchie qu'on pourrait qualifier de dérangeante quand les droits de l'Homme valaient encore quelque chose. Mais il n'y a que la survie d'une espèce qui se meurent qui compte maintenant, plus cette égocentrisme exacerbé qui régnait à l'aube des années 2010.


Revenir en haut Aller en bas
Mallory Cox
Riders + j'peux pas j'ai poney
avatar
Riders + j'peux pas j'ai poney


Hurlements : 565
survit depuis le : 14/12/2016
capsules de troc : 861
MessageSujet: Re: Charlie | I'm wearing black space pants.   Lun 13 Mar - 2:13

Coucou mon bichon T'es tout beau, dis-moi
T'as choisi un super scénario ! Bienvenue à la maison, j'suis contente de te voir ici
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Harrison Roe
Miners + on pioche tic toc
avatar
Miners + on pioche tic toc


Hurlements : 158
survit depuis le : 08/03/2017
capsules de troc : 317
MessageSujet: Re: Charlie | I'm wearing black space pants.   Lun 13 Mar - 2:15

Je tiens déjà à dire que ton adresse mail m'a fait rire une bonne minute. Arrow

Ensuite, je te souhaite la bienvenue. C'est un chouette choix de scénario, j'suis personnellement assez fan du personnage... et j'ai hâte de voir ce qu'il va devenir, en fiche comme en rp. Je te souhaite donc bonne rédaction, et n'hésite pas à mp Archer, Jenna ou moi si tu as la moindre question. I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Beckett Wills
Riders + j'peux pas j'ai poney
avatar
Riders + j'peux pas j'ai poney


Hurlements : 267
survit depuis le : 18/02/2017
capsules de troc : 431
MessageSujet: Re: Charlie | I'm wearing black space pants.   Lun 13 Mar - 2:18

Quel homme tu es
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abel Rhodes
Riders + j'peux pas j'ai poney
avatar
Riders + j'peux pas j'ai poney


Hurlements : 2337
survit depuis le : 06/08/2016
capsules de troc : 3562
MessageSujet: Re: Charlie | I'm wearing black space pants.   Lun 13 Mar - 6:46

Patate.
Bienvenue dans le coin C'est vide Au boulot
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bass Ferguson
Olympians + le monde qui est le mien
avatar
Olympians + le monde qui est le mien


Hurlements : 975
survit depuis le : 14/10/2016
capsules de troc : 1266
MessageSujet: Re: Charlie | I'm wearing black space pants.   Lun 13 Mar - 8:55

Oooooowh Excellent choix de scénario, le personnage à l'air chouette et j'ai hâte de te lire !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Malini Kapoor
Riders + j'peux pas j'ai poney
avatar
Riders + j'peux pas j'ai poney


Hurlements : 536
survit depuis le : 26/10/2016
capsules de troc : 849
MessageSujet: Re: Charlie | I'm wearing black space pants.   Lun 13 Mar - 10:06

Un Charlie
Bienvenue par ici avec ce super scénario ! Hâte de voir ce que tu vas en faire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arte P. McMahon
Riders + j'peux pas j'ai poney
avatar
Riders + j'peux pas j'ai poney


Hurlements : 929
survit depuis le : 21/10/2016
capsules de troc : 1317
MessageSujet: Re: Charlie | I'm wearing black space pants.   Lun 13 Mar - 10:35

Charlie Walsh a écrit:
Y'a celui qui attend Godot qui m'a filé le lien
Pas mal

Bienvenue parmi nous petit bout Bon courage pour ta fiche !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Charlie | I'm wearing black space pants.   Lun 13 Mar - 20:33

Charlie Walsh a écrit:
et comme je suis soumis comme Charlie, je suis venu.
Excellent.   *se frotte les mains*
COMME T'ES BEAU. Bon, tu sais déjà que tu es à présent à mes yeux au rang de divinité. Merci mille fois d'avoir craqué sur mon baby Charlie, il va être tellement important pour Momo, ça me réjouit. Puis en plus tu as gardé Noel et il est juste asdfghjk
Enfin voilà, je suis amour, bienvenue par ici, Influenza c'est de la bombe, tu vas pas regretter ton choix.    (puis même si tu regrettes je te séquestre ici jusqu'à la fin des temps).
Ah, et ai-je mentionné que t'étais beau ?
Bon, je remets le masque de Momo parce que la faiblesse ça va bien deux secondes. Hâte de lire ta fiche et hâte qu'on se torture.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Charlie | I'm wearing black space pants.   Dim 19 Mar - 1:23

Je rattrape la faiblesse de Mo au passage pour te dire que j'suis en amouuuuuuuuur devant le scénario que ce trou de balle à constitué rien que pour toi et que tu m'as l'air d'avoir bien cerné le personnage. J'ai hâte d'en lire plus, vraiment ! Ce choix de scénario est le meilleur que tu puisses faire.

Bienvenue à toi !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Charlie | I'm wearing black space pants.   Mer 22 Mar - 13:16

Bienvenue à toi ! Moi j'ai bien ricané devant ta présentation de joueur... :smile:
Bon courage pour cette fin de fiche !
Revenir en haut Aller en bas
Peyton Yates
Olympians + le monde qui est le mien
avatar
Olympians + le monde qui est le mien


Hurlements : 619
survit depuis le : 28/09/2016
capsules de troc : 1164
MessageSujet: Re: Charlie | I'm wearing black space pants.   Mer 22 Mar - 13:32

Hey I love you
Ton délai ayant touché à sa fin, je déplace dans la section fiches en danger tu as trois jours pour te manifester sous peine de voir ton compte supprimé. N'hésite pas si tu as besoin d'un délai I love you

● ● ● ● ●

You step outside, you risk your life. You take a drink of water, you risk your life. Nowadays you breath and you risk your life. Every moment now, you don’t have a choice. The only thing you can choose is what you’re risking it for. —
every moment matters.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Charlie | I'm wearing black space pants.   Mer 22 Mar - 23:03

Merci à tous pour vos bienvenues et désolé pour le temps que j'ai mis à finir la fiche. Je suis pas bon pour les fiches, je mets toujours des siècles à les faire et puis y'a les siestes et le nouveau Zelda, c'est pas facile tout ça !

En tout cas tout est terminé ce soir, j'espère que ça plaira à Mo et que j'ai bien respecté son adorable Charlie !

J'attends le verdict et le passage des admins par la suite, merci encore !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Charlie | I'm wearing black space pants.   Mer 22 Mar - 23:19

C'est tout simplement parfait Tu as totalement compris le scénario et j'adore ce que tu en as fait. Merci mille fois d'avoir pris mon petit Charlie, j'ai vraiment hâte qu'on développe tout ça en rp
Revenir en haut Aller en bas
Reese Wheeler
Olympians + le monde qui est le mien
avatar
Olympians + le monde qui est le mien


Hurlements : 502
survit depuis le : 27/06/2016
capsules de troc : 677
MessageSujet: Re: Charlie | I'm wearing black space pants.   Dim 26 Mar - 14:25

Bon jeu sur Influenza !
Félicitations. Tu vas bientôt toucher le fond, c'est bien.



Désolée du temps d'attente, je suis une bolosse Oua j'adore Charlie, j'ai vraiment hâte de voir ce que vous allez nous faire avec Mo Tu es validé, bon jeu sur influe !

Et te voilà officiellement validé/e ! Pour commencer, il te faut recenser ton avatar. On t'invite ensuite à revendiquer ton titre tes responsabilités, si tu en as. Et, si ce n'est pas déjà fait, pense à remplir ton profil.

Pour bien démarrer, tu peux poster une fiche de liens (en pensant bien à la tenir à jour) et en demander aux autres, créer un scénario si tu as des besoins précis ou un pré-lien s'ils le sont moins. On rappelle qu'il faut impérativement poster un sujet d'activité et que les Wanderers doivent intégrer un groupe dans le mois qui suit leur validation.

Tu peux maintenant librement flooder et surtout RP.

Et tout le staff d'Influenza te souhaite un bon jeu.

INFLUENZA


● ● ● ● ●

And tomorrow's gonna be a brighter day There's gonna be some changes Tomorrow's gonna be a brighter day This time you can believe me No more cryin' in your lonely room And no more empty nights 'Cause tomorrow mornin' everything will turn out right —
Jim Croce
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Charlie | I'm wearing black space pants.   Dim 26 Mar - 21:00

Merci
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Charlie | I'm wearing black space pants.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Charlie | I'm wearing black space pants.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Maeko | When you love someone you do not make them tell war stories. A war story is a black space. On the one side is before, on the other side is after and what is inside belong only to the dead.
» New codex black templar
» Black immigrants see personal triumphs in Obama
» Nouveauté Forge World
» contenue de la boite :Battle for Black Reach.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Influenza :: The kids' playground :: archives d'influenza-