AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Influenza fête son anniversaire !
N'hésitez pas à jeter un coup d'oeil à nos postes vacants

Nous sommes en août 2017. L'épidémie a commencé en octobre 2010. Plus d'information sur l'épidémie { + }

Découvrez la playlist officielle d'Influenza !

Partagez | .
 

 intrigue générale (15/02) - consideration

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Malini Kapoor
Riders + j'peux pas j'ai poney
avatar
Riders + j'peux pas j'ai poney


Hurlements : 529
survit depuis le : 26/10/2016
capsules de troc : 836
MessageSujet: intrigue générale (15/02) - consideration   Jeu 9 Mar - 16:22

consideration

Iris & Malini
Frenemy : an oxymoron and a portmanteau of "friend" and "enemy" that refers to "a person with whom one is friendly, despite a fundamental dislike or rivalry" or "a person who combines the characteristics of a friend and an enemy."

Deux jours dans l'environnement confiné de l'infirmerie ont suffi à donner une aura sombre – plus que d'habitude – à la recruteuse. Silas va mieux. Il n'est plus à l'article de la mort et les infirmières sont plutôt optimistes quant à son rétablissement. Quand il se réveille, il arrive à avoir des conversations avec la recruteuse et ce matin, il a même eu un trait d'humour. La maladie persiste mais elle n'est plus menaçante.
Pourtant, même le sourire de l'enfant n'arrive pas à déloger Malini de son nuage noir. Elle guette toujours et surtout, elle sent depuis quelques jours les regards pesants des Olympiens sur les riders. Les tensions montent peu à peu et il suffira de peu pour que tout explose. La recruteuse espère juste que d'ici-là, elle aura foutu le camp avec Silas. Lui plus que quiconque est une cible facile et précieuse, la plus efficace pour toucher Abel Rhodes et le secouer.
De plus, Olympia la met mal à l'aise. La façon dont ils s'accrochent désespérément à la civilisation lui arrache des frissons d'appréhension. Elle est trop habituée aux cabanons vétustes et à la bassesse d'esprit de leur génération de survivants. Elle est trop habituée aux pillages, à l'agressivité et à la solitude pour pouvoir vivre sereinement dans un endroit où on s'accroche encore à de vieilles habitudes. Elle se croirait dans une de ces banlieues riches d'autrefois où les voisins se disent bonjour quand ils sortent chercher le journal dans leur jardin, encore en pyjama. C'est un mode de vie qui la déstabilise, comme si elle était dans un vieux film d'horreur qui devenait réalité.
Pas étonnant que les cavaliers soient si brusques et que les Olympiens veuillent s'en débarrasser. Au ranch, on connaît plus toutes ces règles de politesse accablantes. Putain de civilisation.

Elle est encore enfoncée dans le fauteuil qui est devenu le sien, au chevet du petit Rhodes. Il vient de s'endormir et Malini referme le tome du Monde de Narnia qu'elle était en train de lui lire tout en    repensant à Nisha, qui elle-même était très friande de cette saga. Un soupir s'échappe de ses lèvres quand elle se dit qu'elle a échappé de peu à la tragédie cette fois. Ce qui voulait dire qu'elle avait également échappé de peu à la folie consumatrice qui menaçait de l'emporter à chaque fois qu'elle prenait un coup au moral.
De loin, elle jette un coup à Iris qui s'affère et n'arrête pas une seconde et qui depuis ce matin ne lui avait pas prêté attention. Une sensation étrange courait le long de la peau de la recruteuse. Elle savait suffisamment comment éviter les autres pour reconnaître quelqu'un qui le faisait aussi. Ce qui amenait alors une question : qu'est-ce que Malini avait bien pu faire pour s'attirer l'indifférence de l'infirmière ? Oh, bien sûr, elle était habituée à l'inimitié que la majorité de ses rencontres lui réservait, mais elle avait pris soin ici de bien se comporter avec la personne qui s'occupait de Silas.
Au début, l'Indienne avait balayé ça sur le compte de la mauvaise humeur, mais l'infirmière avait adressé des sourires à d'autres patients, à d'autres personnes qui s'aventuraient ici et rien à elle.
Je suis le problème.

Ses doigts tapotent l'accoudoir avant de se fermer en un poing serré. Silencieuse comme à son habitude, elle se lève, s'étire, quitte son coin d'exil pour s'approcher de l'infirmière. "Il s'est rendormi.Il a l'air de vraiment aller mieux. D'après toi, combien de temps encore avant qu'on puisse rentrer au ranch ?"
Une question innocente mais inquisitrice. Malini a son regard des bons jours, celui qui n'a pas l'air trop froid, celui qui cache sous couvert de gentillesse une machine à analyser les expressions et le ton de ses interlocuteurs.  
Made by Neon Demon
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iris C. Monroe
Olympians + le monde qui est le mien
avatar
Olympians + le monde qui est le mien


Hurlements : 219
survit depuis le : 10/11/2016
capsules de troc : 377
MessageSujet: Re: intrigue générale (15/02) - consideration   Mar 14 Mar - 16:02



Malini & Iris
Considération


La maladie qui secouait le Texas faisait travailler d’arrache-pied infirmières et médecins. Les patients se bousculaient à leur porte, parfois pour presque rien, un rhume, une toux passagères – mais il valait mieux prévenir que guérir – et d’autre fois pour des cas plus grave. La grippe. Un mal dont ils n’avaient pas besoin, une nouvelle épreuve de la nature. La sélection naturelle semblait frapper, fort, remettre un peu d’ordre dans une humanité qui avait sans doute trop déconné auparavant. Mais ils avaient déjà bien assez payé, survivre sur ces terres rongées par la mort n’était pas simple, pourquoi les accabler encore plus ? Iris soupira légèrement. Il y avait plus de cavaliers que n’importe qui d’autre (hormis les Olympiens, mais l’inverse aurait été inquiétant), et – en règle générale – cela ne la dérangeait pas. Elle était tolérante, indulgente, savait passer outre l’apparente absence de civilités des cavaliers du moment qu’ils l’écoutaient (qu’ils écoutaient l’infirmière) et ne mettait pas tout le monde inutilement en danger ou qu’ils ne dispersaient pas leurs microbes partout. Si elle avait eu le cœur à rire, elle aurait presque pu faire une petite comparaison entre leurs hôtes et des gueux. Mais ce n’était pas le moment.

Pourtant, aujourd’hui, si elle continuait à s’occuper normalement de ses patients, elle évitait avec application de s’approcher trop près de Malini. Pas qu’elle ne l’appréciait pas, au contraire, et c’était même ça le problème. Elle n’avait pas grand-chose à reprocher à la jeune femme, si ce n’était, peut-être, d’avoir eu la chance de se rapprocher de Bass comme elle n’aurait jamais la chance de s’en rapprocher. Elle avait aperçu, pas grand-chose, un geste tendre peut-être, l’échange d’un regard… Mais cela avait été suffisant pour faire comprendre à Iris que Malini ne faisaient pas partie de celles qui auraient droit à un « merci, bisous, salut », et sans qu’elle ne le veuille vraiment, son cœur semblait s’écraser au fond de sa poitrine. Alors, pour ne pas montrer sa blessure, peut-être, elle évitait Malini. Ce n’était pas à la jeune femme qu’elle en voulait, au fond, mais à Bass. Bass qui avait mangé le respect tout cru au point non seulement de la renvoyer de la pire des manières qui soit mais, en plus, de ne pas lui avoir dit qu’il… avait quelqu’un. Peut-être tout cela n’était-il pas officiel, peut-être n’y avait-il rien encore, mais elle avait bien compris qu’elle avait continué à espérer quelque chose, pour rien. Et si elle avait réussi à passer outre ce qu’il s’était passé quelques mois plus tôt, tout venait de remonter à la surface.

Iris sursauta légèrement lorsqu’elle entendit les paroles de Malini, adressée à elle. L’infirmière avait tout fait pour éviter une confrontation avec la jeune femme. Pas d’échange de regard, de sourires, de paroles, rien. Ses efforts pour faire comme si tout allait bien venaient d’être détruit par cette intervention qu’elle ne pouvait décemment pas ignorer, une fois de plus. Prenant sur elle pour ne pas paraître aigrie ou quoi que ce soit, elle releva enfin le visage vers l’indienne avec un léger sourire, avant de lancer un regard à Silas, réfléchissant quelques instants. « C’est vrai que son état s’est nettement amélioré. D’ici deux, trois jours, il devrait être remis sur pied. » Désirer leur départ prompt et rapide n’allait pas de pair avec son travaille d’infirmière. Et puis, cela ne changerait rien aux sentiments que Bass avait (ou n’avait pas) à son égard, alors elle reprit : « Mais il serait tout de même plus prudent d’attendre une petite semaine avant de reprendre la route avec lui, je pense. Il a besoin de repos pour ne pas risquer de retomber malade. »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Malini Kapoor
Riders + j'peux pas j'ai poney
avatar
Riders + j'peux pas j'ai poney


Hurlements : 529
survit depuis le : 26/10/2016
capsules de troc : 836
MessageSujet: Re: intrigue générale (15/02) - consideration   Mar 18 Avr - 12:54

consideration

Iris & Malini
Frenemy : an oxymoron and a portmanteau of "friend" and "enemy" that refers to "a person with whom one is friendly, despite a fundamental dislike or rivalry" or "a person who combines the characteristics of a friend and an enemy."

Le regard fuyant, un maigre sourire aux lèvres, Iris n'avait rien de l'infirmière rencontrée deux jours plus tôt. La certitude rampait dans l'esprit de la recruteuse : Malini était le problème. Qu'avait-elle bien pu faire ? Sous entendu : cette fois. Elle avait parfaitement conscience qu'elle n'était pas la personne la plus agréable au monde et que souvent, son caractère buté et ses regards avaient tendance à lui attirer de l'antipathie. Elle n'était pas femme à se mêler au milieu de la foule... Elle ne l'était plus, du moins. L'ancienne Malini, elle avait cet éclat dans le regard et ce sourire naturel qui la rendait rayonnante. Avant, elle était le genre de personne qu'on voulait connaître. C'est fou comme un seul événement peut radicalement changer une personne.
"Super ! C'est une bonne nouvelle. Même si j'aurais été contente de pouvoir me tirer plus tôt. Les riders n'ont pas l'air d'être vos personnes préférées..."

C'était peut-être ça qui avait autant refroidi Iris ? Les cavaliers se traînaient une réputation de pire en pire dans le coin et les altercations se multipliaient. Un conflit se cristallisait peu à peu au-dessus de leur tête et rester dans l'oeil du cyclone sonnait comme une très mauvaise idée à l'oreille de la recruteuse. Il fallait le dire, elle protégeait une cible privilégiée. Silas était vulnérable, moins à même de se défendre si les choses débordaient. Et elle aussi, par extension, était facilement à atteindre. Proche des Rhodes, responsable des recrutements et occupant une place de choix sans vraiment le vouloir, Malini n'était pas non plus un butin négligeable en cas de conflit. En plus, c'était assez simple de la faire disparaître. Il suffisait de la pousser dans un ravin et prétendre qu'elle avait disparu en recrutement. Cette pensée ne lui arrache pourtant aucun frisson, ou du moins, pas autant que la pensée de perdre Silas. Ça, c'est sa véritable peur viscérale.
"Tu connais les Olympiens mieux que moi, tu crois que ça pourrait partir en vrille ?"
Une véritable question posée par curiosité et pas juste pour faire la conversation. Si son instinct la pousse autant à se barrer d'ici, c'est pour une raison. Malini, elle flaire le danger comme les animaux et quand ce dernier arrive, elle est déjà à des kilomètres... Ou alors en plein milieu, tout dépend des enjeux.

"Bon okay, pas besoin de se lancer dans les small talks, je vois bien qu'il y a un truc qui te dérange. J'ai fait quelque chose ? J'ai dit quelque chose ? Je sais que je suis pas du genre à parler avec beaucoup de tact, mais je t'assure que je pense pas à mal... J'essaie vraiment d'être réglo avec toi." Ne pas passer par quatre chemins, une marque de fabrique de la recruteuse. Elle préférait aplanir les situations le plus tôt possible. Si elle devait passait toute une semaine à l'infirmerie, autant rester dans les bonnes grâces de l'infirmière.  
Made by Neon Demon
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iris C. Monroe
Olympians + le monde qui est le mien
avatar
Olympians + le monde qui est le mien


Hurlements : 219
survit depuis le : 10/11/2016
capsules de troc : 377
MessageSujet: Re: intrigue générale (15/02) - consideration   Dim 13 Aoû - 23:06



Malini & Iris
Considération


Il était quasiment évident que Malini allait remarquer qu’Iris n’était pas comme d’habitude. Qu’il y avait un problème quelque part, qu’elle avait un problème avec elle, si elle ne parvenait pas à reprendre contenance et à passer outre ces pensées indésirables qui fusaient dans son esprit. Calme-toi, Iris. Ça ne vaut pas la peine de s’énerver pour ça, ou de le ressasser sans cesse : elle était pourtant bien plus douée à ça qu’elle ne voulait se l’avouer. Ressasser. Repenser, encore et encore, parfois même s’attarder sur des détails que les autres personnes concernées avaient – généralement – déjà oublié. Elle grimaça légèrement aux paroles de Malini, avant d’hausser légèrement une épaule : « Oh, je n’ai rien contre le Riders, ils restent des êtres humains comme nous, et s’ils ont besoin d’un peu d’aide, je ne vois pas pourquoi on la leur refuserait, tant qu’il n’y a pas de problèmes. » Elle était sincère, évidemment. Pour elle, peu importe que ses patients soient des cavaliers ou des olympiens : seul les Jackals la ferait un peu grincer des dents, mais…

Les relations entre les deux camps n’étaient cependant pas au beau fixe, en ce moment, et les tensions étaient de plus en plus palpables. Ils étaient plusieurs, encore certainement les plus naïf, à ne pas être tendu en présence de leurs sauveurs / occupants selon la personne à qui vous le demandez. La question de Malini la met d’ailleurs légèrement plus mal à l’aise : parce qu’elle n’en savait fichtrement rien. Elle n’était plus sûr que tout se passe aussi bien qu’avant, maintenant qu’ils avaient subi les pires affronts en se pensant invulnérable entre leurs murs. Cette épreuves, et celles qui suivraient, avaient changé la mentalité de plusieurs de ses compagnons, évidemment. Et Malini, comme Silas, étaient des otages de choix si soulèvement des Olymiens il y avait. « Honnêtement, je ne sais pas. J’ai envie de croire que non, et je pense que pour le moment la situation est assez stable, mais… » elle eut un sourire désolé « Il paraît que je suis un peu trop naïve. Cependant, je ne m’inquiète pas, pour le moment. »

Elle haussa une épaule, décidée à reprendre ses activités, mais Malini ne lui en laissa pas le temps. Alors qu’elle allait se détourner, la jeune femme se lance, de but en blanc. Ne pas tourner autour du pot pouvait être une qualité. Pouvait. Iris serra légèrement les dents, parce qu’elle avait voulu éviter cette confrontation, la recruteuse du ranch n’y étant après tout pour rien. « Tu n’as rien fait, ce n’est pas toi, je t’assure. » Le ton de l’infirmière avait été un peu sec, et elle s’en voulu. Elle s’en voulait, parce qu’elle n’aimait pas réagir comme ça, avoir les nerfs à fleur de peau et les mêmes réactions (ou presque les mêmes) qu’elle avait pu avoir au lycée lorsqu’il y avait des histoires de garçons. Elle était adulte, merde, et même si elle avait été blessée, elle devait passer outre. « C’est Bass… Mais, c’est rien. » Elle se força à sourire, avec l’impression d’être ridicule. Elle pensait avoir dépassé tout ça, mais se rendre compte de la complicité qui unissait les deux recruteurs avait rouvert la vieille blessure de la manière dont Bass l’avait rejeté. Et ça faisait mal plus qu’elle ne l’aurait pensé.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Malini Kapoor
Riders + j'peux pas j'ai poney
avatar
Riders + j'peux pas j'ai poney


Hurlements : 529
survit depuis le : 26/10/2016
capsules de troc : 836
MessageSujet: Re: intrigue générale (15/02) - consideration   Mer 16 Aoû - 19:26

consideration

Iris & Malini
Frenemy : an oxymoron and a portmanteau of "friend" and "enemy" that refers to "a person with whom one is friendly, despite a fundamental dislike or rivalry" or "a person who combines the characteristics of a friend and an enemy."

Elle est naïve, selon ses propres mots. Mais Malini voit bien qu'au-delà d'une simple affirmation, c'est une vérité qui se dégage de l'attitude de l'infirmière. Ça s'entend à la façon dont elle parle et ça se voit à la façon dont son regard parfois se perd dans le vide. Est-elle naïve au point d'être aveugle ? La réponse est beaucoup moins certaine. Le danger de cette situation n'a certainement pas échappé à Iris, elle a conscience que quelque chose ne va pas, autrement elle aurait sûrement tenu un discours plus rassurant. Pour la recruteuse, c'est suffisant : ça va dégénérer, c'est sûr.
Elle est naïve, et ça ferait presque sourire l'Indienne. L'époque où elle-même se qualifiait ainsi remonte à si longtemps qu'elle n'est même plus sûre que ça ait vraiment existé. Une Malini naïve, ça ressemble même à un mythe qu'on raconterait pour adoucir une situation.

Mais toute cette discussion n'est que diversion. Le véritable noeud du problème, la recruteuse l'a touché, au vu du brusque changement de ton et de la soudaine sècheresse de la part d'Iris. Alors comme ça, elle était capable d'autre chose que de douceur ? Mais déjà, l'air farouche disparaît aussitôt avec une attitude beaucoup plus concernée. Ce n'est de sa faute, qu'elle dit. C'est Bass. "Bass ?" Malini répète en écho, troublée l'espace de quelques secondes que ce nom tombe dans la conversation. "Qu'est-ce qu'il vient faire là-dedans ?" Les fils mettent du temps à se connecter. Malini, elle n'est pas du coin. Elle ne connaît pas les gens d'Olympia, elle ne connaît pas les liens qu'ils entretiennent et encore moins, elle ne connaît pas encore assez bien Bass à Olympia. Elle connaît le recruteur taquin qui court les sentiers pour la devancer dans le recrutement, elle connaît l'homme qui lui dessine des lèvres de sang, mais elle ne connaît le grand protecteur de ces dames d'Olympia. Pourtant c'est évident n'est-ce pas ? Ce n'est même pas une question qu'elle pose. "Tu es amoureuse de lui."
Ça fait comme un choc à Malini, elle fait un pas en arrière, à la recherche d'un endroit où se retrancher pour analyser cette information. Évidemment. Bass est un bel homme, il est fort, intéressant, drôle et il a cette aura réconfortante qui vous met en sécurité. Elle est bien placée pour le savoir, la Malini, elle s'est blottie tout contre cette aura l'avant-veille encore, alors qu'elle lui avait ouvert son coeur. Elle se sent presque bête aussi. Bien sûr qu'il avait des histoires ici également, des femmes qui lui couraient après ou lui qui couraient après des femmes...

Un coup d'oeil derrière elle permet à la recruteuse de recentrer ses priorités et de mieux organiser ses pensées. Elle n'est pas venue à Olympia pour parler de Bass Ferguson toute la journée. "Je crois que je commence à comprendre. Quoi que tu aies vu, ce n'est absolument pas ce que tu penses. On est amis." Mais ce mot paraît bizarre dans sa bouche, jusqu'à engourdir sa langue. Malgré un air plus ou moins neutre, on sent bien qu'elle se force. "Justes amis.
Made by Neon Demon
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iris C. Monroe
Olympians + le monde qui est le mien
avatar
Olympians + le monde qui est le mien


Hurlements : 219
survit depuis le : 10/11/2016
capsules de troc : 377
MessageSujet: Re: intrigue générale (15/02) - consideration   Hier à 23:45



Malini & Iris
Considération


Elle sait qu’un moment, ça va forcément péter, mais elle prie pour que tout se passe bien. La rancœur et la lassitude pouvaient pousser les Olympiens à faire un pas de travers, mais les habitants du ranch ayant pris leur quartier à Olympia pour plus ou moins longtemps n’étaient pas des anges non plus. Personne n’était à l’abri d’une erreur, et la moindre étincelle pouvait provoquer un feu de forêt : elle en avait conscience. Iris était-elle réellement naïve, parce qu’elle pensait, espérait, voulait que tout se passe bien ? C’était certainement à débattre, car elle n’était pas inconsciente. Mais elle savait que cela ne ferait que repousser le véritable but de leur discussion, à savoir… Pourquoi l’infirmière semblait-elle soudainement distante, pourquoi cet air aigri, presque rancunier ? Et Iris souhaitait éviter cette confrontation, le plus possible. Parce qu’elle se trouvait ridicule de ressentir tout cela à nouveau, soudainement. Parce qu’elle trouvait ses réactions idiotes. Parce qu’elle ne parvenait pas à faire le vide dans son esprit, à ranger tout ça dans des boîtes, à passer à autre chose. Elle avait cru avancer, faire son deuil après la réaction du grand gaillard à son baiser, et pourtant elle en était encore là, perdue, en colère, peinée, emprisonnée dans un mélange de sentiments qui lui retournait le cerveau et dont elle voulait désespérément se débarrasser. Elle n’avait finalement fait que fermer les yeux sur le problème pour l’oublier, plutôt que de le traiter.

« Non ! » Elle s’était défendue un peu trop vivement pour que cela soit réellement crédible. Elle n’était pas amoureuse de lui, n’est-ce pas ? Elle l’aimait… Pas comme ça. Sachant qu’elle n’aurait sans doute jamais sa chance avec lui, elle ne voulait pas mettre des mots sur ce qui faisait battre son cœur d’un léger stresse, froncer ses sourcils d’agacements. Traiter le mal par le mal n’était pas toujours la meilleure des solutions. Iris n’est pas la seule retournée par leur discussion, apparemment, car le choc de la réalisation fait reculer Malini – pourtant, elle continuera de nier. Elle ne peut pas l’avouer, ni à elle-même, et surtout pas à la jeune femme face à elle. Iris a eu le temps d’observer Bass, lorsqu’ils passaient du temps ensemble, lorsqu’il avait été cloué à l’infirmerie. Elle savait ce qu’elle avait vu, et l’affirmation de Malini ne pouvait pas la rassurer ; peut-être n’étaient-ils qu’amis pour la jeune femme, mais la tendresse qu’elle avait vu dans le regard de Bass était plus que de l’amitié. « Ce n’est pas grave. » Elle était un peu amère, mais ne voulait pas le laisser paraître. Toutes ses émotions la prenaient à la gorge et elle se concentra pour parvenir à articuler : « Ce n’est pas à moi de choisir quoi que ce soit pour lui. Et si vous êtes… Amis, tant mieux, mais ça n’a pas l’air de… » Elle se coupa au milieu de sa phrase, trouvant malvenu d’énoncer quoi que ce soit alors qu’elle-même n’osait regarder ses sentiments en face. « Disons que ça ne s’est pas très bien passé. Ce n’est pas de ta faute, et je suis désolée que ça te retombe dessus, ça devrait rester entre lui et moi. » Elle ne voulait pas en parler, elle voulait oublier, elle voulait s’échapper sans un regard en arrière, s’enfermer, et ne ressortir que lorsque Malini ne serait plus là. Pourtant, elle ne fit rien, et devrait composer avec tout ça, ne quittant pas la recruteuse du regard en essayant de s’adoucir un peu.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: intrigue générale (15/02) - consideration   

Revenir en haut Aller en bas
 

intrigue générale (15/02) - consideration

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Intrigue générale (Septembre 2011)
» [INTRIGUE GÉNÉRALE] Le défilé (explosif) des Champs-Élysées
» [INTRIGUE GÉNÉRALE] Des bulles et du jazz chez Dédé La Truffe !
» [INTRIGUE GÉNÉRALE] Petite sauterie à l'ambassade de Vichy
» Intrigue générale n°2 : Are you sure you wanna stay ? - Chapitre Premier

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Influenza :: Survivors' last haven :: Olympia Town :: Infirmerie-