AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 
Bienvenue sur Influenza, faites attention à vos fesses, les rôdeurs sont affamés !
N'hésitez pas à jeter un coup d'oeil à nos postes vacants

Nous sommes en octobre 2017. L'épidémie a commencé en octobre 2010. Plus d'information sur l'épidémie { + }

Découvrez la playlist officielle d'Influenza !

Partagez | 
 

 (II) broken spirits, lost souls + reese.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Miners + on pioche tic toc
avatar
Miners + on pioche tic toc
Hurlements : 525
survit depuis le : 31/07/2016
capsules de troc : 986

MessageSujet: (II) broken spirits, lost souls + reese.   Mer 4 Jan - 23:35

Reese & Rory
« broken spirits, lost souls.
Les jours défilent, les mois même, pourtant l’attaque contre Olympia reste toujours aussi vive, aussi présente dans les mémoires. Il leur faudra un certain temps pour oublier, pour tourner la page. Rory se sent tellement coupable en réalité. Elle n’a perdu aucun être cher, subi aucun sévices particuliers, elle a juste passé la soirée cloitrée chez elle, étrangement maintenue à distance des Rosario par Archibald. Elle n’y est pour rien, pourtant la culpabilité et les regrets sont particulièrement présents, ça la ronge de l’intérieur, ça l’empêche d’avancer. Elle ne dévoile rien de tout ça bien sûr que non, elle cache bien son jeu comme toujours. Elle ne peut tout simplement pas se permettre de flancher, elle doit garder la tête froide, se montrer forte pour Reese, pour Noah, pour Mina, pour ses proches. Parce qu’ils ont manifestement besoin d’elle, qu’ils le veuillent ou non. Reese n’a plus entraperçu la lumière du jour depuis des lustres, Mina est plus en colère que jamais, Noah est au fond du gouffre. Elle aussi est différente, elle a changé, évolué, comme tout le monde. Moins souriante, plus grave, le regard empreint d’une certaine nostalgie. Elle fait moins la maligne. Clairement, l’ancienne Rory a beaucoup à envier à sa nouvelle version nettement plus fade. Elle reste cependant une excellente comédienne, elle mériterait un Oscar.
Heureusement, la montée de Peyton au pouvoir et l’arrivée des riders il y a de cela un long moment, s’est révélé être comme un second souffle. C’est tout Olympia qui évolue à l’unisson. Ils ne sont plus aussi utopistes, plus aussi idéalistes. Désormais plus fatalistes et méfiants, ils n’ont plus le même mode de vie. Si, la politique s’est durcie, Rory le vit pourtant assez bien. Ils ne pouvaient pas continuer à se voiler la face de toute manière. Elle espère pouvoir désormais contribuer plus concrètement à la vie en communauté de la ville, elle souhaite se montrer utile. Qui vivra verra cependant, le regard des autres n’a pas vraiment changé. Elle reste à jamais la fille malade. La fille fragile et diabétique qui a pourtant survécu à l’attaque dévastatrice des jackals. Ça en devient ridiculement lassant. Elle laisse couler, comme à chaque fois, en espérant prouver un jour ou l’autre son utilité. En attendant, elle préfère se focaliser sur ce qui compte, à sa savoir sa famille, ses amis. Rien d’autre n’importe pour l’instant, pas même ce qu’elle désire réellement.
Comme chaque matin depuis presque deux mois maintenant, ses pas la guident jusqu’au cimetière, c’est son rituel quotidien. Elle va fleurir les tombes à l’insu d’un grand nombre de personnes, dans l’idéal elle n’a pas envie qu’on apprenne que la personne fleurissant les tombes des défunts n’est autre que la fille malade, ça risquerait d’en décevoir plus d’un. Après tout, ils la pensent tous égoïste, égocentrique et insignifiante. Du moins, c’est ce qu’elle ressent. Ça casserait donc son image. Discrètement, elle s’élance vers la parcelle de terre abritant les morts, un panier débordant de fleurs en tous genres à la main. Elle pourrait presque se comparer à Laura Ingalls de la petite maison dans la prairie si l’ambiance était moins… lourde. Elle se ravise un moment en apercevant la tignasse blonde de son jumeau errant dans le cimetière de fortune. « Tu es sorti. » constate-t-elle finalement. Son timbre de voix est doux bien qu’étonné. Enfin, il  s’extirpe de son mutisme ou en tout cas de sa chambre. « C’est… la troisième en partant de la gauche. » indique-t-elle avant de venir se placer à côté de la tombe d’Izzie, échangeant au passage le bouquet fané contre un neuf. « Comment tu vas ? » La question peut paraitre anodine, pourtant elle a l’impression d’être face à un inconnu, elle n’arrive plus vraiment à le déchiffrer comme autrefois. Elle vient finalement poser une main rassurante sur son épaule, ultime geste de réconfort.

 


● ● ● ● ●

poor little thing.
There... Poor little things. You see them? Standing with their numbers on their blank, indifferent faces, Nuremberg in miniature, the ranks of painted wooden men... Poor dominoes. Your pretty empire took so long to build, now, with a snap of history's fingers down it goes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Olympians + le monde qui est le mien
avatar
Olympians + le monde qui est le mien
Hurlements : 520
survit depuis le : 27/06/2016
capsules de troc : 699

MessageSujet: Re: (II) broken spirits, lost souls + reese.   Jeu 5 Jan - 2:47

Rory & Reese
« broken spirits, lost souls.
Deux mois. Au début Reese était persuadé que ça ne partirait jamais. Cette douleur dans son ventre, dans ses poumons, dans sa tête. Il était sain et sauf. À part quelques bleus et des petites coupures, il n’était pas blessé, mais rester en vie lui semblait être la chose la plus difficile au monde. Au début, il avait pleuré, beaucoup. Rien à foutre qu’on l’entende ou qu’on le voit. C’est pas comme si Olympia respirait la joie de vivre ces temps-ci. Et puis avec le temps, tout est devenu silencieux. Il ne pensait plus à rien. Il était capable de rien. Il mangeait quand Rory lui apportait quelque chose et encore, pas toujours. Il quittait rarement son lit, quand il le faisait, c’était pour aller s’asseoir sous la fenêtre, les volets toujours fermés. Son camarade de chambre avait préféré migrer sur le canapé du salon plutôt que de rester avec lui. Reese ne lui en voulait pas, il aurait fait pareil. Il aurait bien aimé être capable de se relever, de redevenir le Reese que tout le monde aimait à Olympia (oui, tout le monde sans exception), mais il avait l’impression que ce Reese était mort. S’il avait survécu à la Renaissance, la mort d’Izzie avait été la goûte de trop. Pas la goutte qui avait fait déborder le vase non, celle qui l’avait fait tomber par terre et exploser en mille morceaux. Il pouvait le voir sur le visage de Rory, celui de Mina, il n’était pas le seul à souffrir. Peut-être pas pour les mêmes raisons, mais les faits étaient là. Même si Olympia tenait toujours debout, les Chacals avaient réussi leur coup. L’esprit d’Olympia était mort. Le Reese d’avant aurait été là pour ses proches. Il aurait trouvé le moyen de les faire rire, de leur faire voir le bon côté des choses. Mais il avait eu beau chercher, il n’y avait aucun bon côté à ce qui s’était passé le soir d’Halloween.

Reese ne sait pas exactement ce qui a changé, mais l’atmosphère de sa chambre est devenu bien trop pesante. Il a besoin d’air. Il a besoin de parler à Izzie. Il a envie de la prendre dans ses bras, de lui dire qu’il est amoureux d’elle depuis le début, mais qu’il avait peur. Qu’il a fait des choses qu’il regrette tellement. Qu’il ne voulait pas l’ajouter à la liste des gens qu’il a blessés. Qu’il est désolé et qu’il aurait dû l’embrasser, vraiment, toutes ces fois où elle avait essayé de le faire. Il y a tant de choses qu’il aurait dû faire et dire, il ne sait pas par où commencer. S’habiller, peut-être. Il attrape un pantalon au pied de son lit et un t-shirt sur une chaise. Arrivé devant la porte, il perd un peu de sa détermination et se rappelle qu’il doit mettre des chaussures s’il veut sortir. Avec la même vivacité qu’un rôdeur, Reese va s’installer sur la chaise et enfile ses baskets l’une après l’autre. Ça fait, il prend la direction du cimetière.

Sur son chemin, il croise quelques Olympiens qui lui lancent des regards pleins de pitié. Il les ignore. Une fois au cimetière, il reconnaît la silhouette fluette de sa sœur. Il essaye de sourire en voyant les fleurs dans ses bras, sans succès. « Tu es sorti. » Visiblement, elle est aussi étonnée que lui. Reese n’a pas besoin de demander, Rory lui indique tout de suite la tombe d’Izzie, une petite motte de terre avec un simple bout de bois planté dedans. Il se laisse tomber devant et soupire. Maintenant qu’il est là, il ne sait plus trop quoi faire. « Comment tu vas ? » Demande Rory qui l’a rejoint. Sans la regarder, il prononce ses premiers mots depuis des jours. « J’ai pensé à Papa et Maman ce matin. Ça aurait été bien de les enterrer. » Il marque une pause. « Tu crois que... » Reese déglutis, il n’a jamais cru en ce genre de trucs, mais il a besoin de poser la question. « Qu’ils sont quelque part ? Qu’ils veillent sur nous ? »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Miners + on pioche tic toc
avatar
Miners + on pioche tic toc
Hurlements : 525
survit depuis le : 31/07/2016
capsules de troc : 986

MessageSujet: Re: (II) broken spirits, lost souls + reese.   Jeu 5 Jan - 14:52

Reese & Rory
« broken spirits, lost souls.
Ça lui fait mal de le voir comme ça, aussi démuni, aussi nostalgique. C’est comme se ramasser un coup de poing dans l’estomac, c’est douloureux, à la limite du supportable. Elle a toujours eu l’habitude de sa bonne humeur communicative, de ses sourires chaleureux, de ses blagues légères. Bien sûr, ils ont traversé des mauvais moments, l’image de la secte à laquelle ils ont échappé s’impose ainsi dans l’esprit de la jeune femme, mais ils ont su se relever, en ressortir plus fort. Personne ne peut s’imaginer cela quand on pose les yeux sur les jumeaux Wheeler, ils se cachent derrière de grands masques dissimulant parfaitement la vérité à leur sujet. Ce sont des battants, pas des incapables. Pourtant, elle a l’horrible pressentiment qu’il s’agit  de l’évènement de trop, celui qui a le potentiel pour les achever une bonne fois pour toutes. Ils ne le vivent pas de la même manière, pourtant ils souffrent tout autant l’un que l’autre. Plus elle le voit s’enfoncer, plus son être tout entier se brise un peu plus, volant en mille éclats. Il ne peut pas abandonner, ils ne peuvent pas. Ils doivent surmonter toute cette histoire, parce que ça ne leur ressemble tout simplement pas de baisser les bras, de rester à terre.
Rory se laisse tomber à même le sol, aux côtés de son frère, passant un bras autour de ses épaules avant de venir poser doucement sa tête sur l’une de ces dernières. Elle a besoin de lui, c’est indéniable. Elle se sent vivante à ses côtés, elle a besoin de le voir, de le prendre dans ses bras, d’entendre sa voix. Il est sa moitié après tout, il le sera toujours. Il s’agit là d’une constante qui ne changera jamais. « J’ai pensé à Papa et Maman ce matin. Ça aurait été bien de les enterrer. » Son cœur se serre instantanément. Le poids de leurs morts, le poids de la culpabilité, n’a de cesse de grandir de jour en jour. Elle ne pourra jamais oublier cet instant où tout a basculé, où ils ont sombré lentement mais surement. Plus le temps s’écoule et plus leurs expressions s’effacent, leurs timbres de voix, leurs sourires réconfortants. Elle les oublie et ça aussi, ça la ronge. Aucun moyen de se les remémorer, si ce n’est en jetant un œil sur Reese. Il a les mimiques de leur mère, la dégaine de leur père. Il est son unique souvenir d’eux.  « Tu crois que... Qu’ils sont quelque part ? Qu’ils veillent sur nous ? » Elle ose l’espérer. Elle n’a jamais vraiment été portée là-dessus. En réalité, elle en a beaucoup voulu à ce prétendu Dieu qui a ainsi décidé qu’elle serait malade, qu’elle dépendrait toujours de quelque chose. Sa mère, plus croyante qu’elle, lui disait souvent que tout arrive pour quelque chose, il y a forcément une raison. Force est de constater que cette phrase est généralement utilisée afin d’expliquer de beaux malheurs. « En réalité, je n’y avais jamais vraiment songé auparavant, puis après la mort de papa et maman, je me suis mise à croire sincèrement à un après, un monde meilleur. » Un monde où peut-être, ils pourraient enfin avoir la paix, ne plus devoir se battre au quotidien, survivre. Elle en a plus que marre de juste survivre, elle veut vivre, profiter. « Enfin de toute façon, je suis certaine qu’ils veillent sur nous, comment penses-tu que j’aurais survécu à toutes ces tragédies aussi longtemps autrement ? » Une chance incroyable, un frère aimant prêt à donner sa vie pour elle, des raiders dévoués lui dénichant de l’insuline. Il doit forcément y avoir une histoire d’ange gardien derrière tout ça, du moins c’est ce qu’elle aime imaginer, ça a un côté rassurant. « Bien que toi tu n’aies besoin de personne, Reese. » Il est le plus fort d’entre eux, elle le sait. Même s’il se sent au plus bas, six pieds sous terre, il lui suffit simplement de se relever, de faire face et tout s’arrangera pour lui. Il est plus solide qu’il ne le pense, il ne s’en rend pas compte, c’est tout.

 


● ● ● ● ●

poor little thing.
There... Poor little things. You see them? Standing with their numbers on their blank, indifferent faces, Nuremberg in miniature, the ranks of painted wooden men... Poor dominoes. Your pretty empire took so long to build, now, with a snap of history's fingers down it goes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Olympians + le monde qui est le mien
avatar
Olympians + le monde qui est le mien
Hurlements : 520
survit depuis le : 27/06/2016
capsules de troc : 699

MessageSujet: Re: (II) broken spirits, lost souls + reese.   Jeu 5 Jan - 22:37

Rory & Reese
« broken spirits, lost souls.
Reese accueille le bras de Rory avec plaisir. Il a l’impression d’être tellement seul en ce moment, que c’est agréable de sentir physiquement que quelqu’un est là pour lui. Et puis il est heureux que ce soit Rory. Il n’ose même pas imaginer ce qu’il aurait fait s’il l’avait perdu elle aussi, il y a deux mois. Mieux vaut ne pas y penser. Il ne sait pas vraiment comment elle fait, mais ça a toujours été comme ça, les paroles de sa sœur le réconfortent un peu. Ou est-ce peut-être juste le son de sa voix ? C'est bien possible. Quoi qu’il en soit, il pose sa tête au-dessus de la sienne et ferme les yeux. Il l’écoute parler en essayant de ne pas pleurer. Un monde meilleur. C’est une jolie idée. Reese en a lu des contes, des mythes et des légendes sur un paradis, un endroit où les justes se retrouvent après leur mort. Si ça existe, il n’est pas sûr qu’il y aurait droit, mais Rory, et leurs parents, si. Il les imagine se prendre dans les bras, tous en bonne santé, tous souriant. Peut-être qu’Izzie est là aussi quelque part avec sa famille. Si un paradis existe, elle ne peut pas avoir atterri autre part. « Enfin de toute façon, je suis certaine qu’ils veillent sur nous, comment penses-tu que j’aurais survécu à toutes ces tragédies aussi longtemps autrement ? » Reese ne comprend pas vraiment ce que sa sœur est en train de dire. Rory est une battante, elle n’a peur de rien. Elle est peut-être malade, mais elle a toujours su tenir bon, continuer d’avancer. Presque comme si de rien n’était. Comme si une fille comme Rory avait besoin qu’on veille sur elle. La force qu’il y a en elle a toujours fasciné Reese. Il a toujours pris exemple sur elle. D'eux deux, c’est Rory la plus forte, ça ne fait aucun doute.

Il lève la tête pour mieux regarder sa sœur. Il veut lui dire tout ça, toutes ces choses qu’il ne lui a en fin de compte jamais dites, mais elle ne lui laisse pas le temps. « Bien que toi, tu n’aies besoin de personne, Reese. » Alors celle-là c’est la meilleure. Pour la première fois depuis des semaines, un petit rire s’échappe d’entre les lèvres de Reese. Un rire amer certes, mais un rire quand même. Comment est-ce qu’elle peut penser ça ? C’est juste… Il n’a pas les mots et expliquer à Rory à quel point elle se trompe, à quel point il n’est rien sans les autres, prendrait trop de temps. Alors Reese repose doucement sa tête sur celle de Rory et il attrape sa main. Il la serre fort et se contente de répondre en espérant que ça suffise. « Si, j’ai besoin de toi. » Le silence qui règne ensuite sur le cimetière n’est pas gênant, du moins pas pour Reese, mais il dure un peu trop longtemps à son goût. Il remarque le pendentif d’Izzie, pendu au bout de bois qui sert de tombe et sa chambre lui manque tout à coup. Il prend une grande inspiration et tente de rester immobile. Rien n’a de sens. Quand il tombait malade enfant ou quand il était vraiment triste, sa mère allait toujours lui acheter un comics à la librairie pendant que son père lui préparait un chocolat chaud avec de la crème chantilly. Ce n'était pas un remède miracle, mais l'amour de sa famille et la chaleur de sa maison (et du chocolat chaud) l'aidaient à reprendre des forces. Seulement quand il était enfant, ses parents étaient encore en vie, il n'avait tué personne, le monde tenait encore debout et puis il n'était jamais tombé amoureux. « Je sais pas ce que je ferais sans toi Ror. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Miners + on pioche tic toc
avatar
Miners + on pioche tic toc
Hurlements : 525
survit depuis le : 31/07/2016
capsules de troc : 986

MessageSujet: Re: (II) broken spirits, lost souls + reese.   Jeu 12 Jan - 14:53

Reese & Rory
« broken spirits, lost souls.
Le silence qui règne sur le cimetière n’est pas gênant, bien qu’empreint d’une nostalgie intense et d’une profonde tristesse. J’ai besoin de toi. Ces mots résonnent dans son esprit fatigué et lasse, soudainement son cœur se serre. Elle ne lui a pas encore parlé de son " projet ". L’occasion ne s’est jamais réellement présentée et elle a ce fâcheux pressentiment que ce ne sera jamais le bon moment pour lui parler de son futur départ. Elle ne s’attend pas à ce qu’il la suive, elle ne veut pas qu’il la suive. Il est épanoui à Olympia, pas elle. Elle ne veut pas le priver de quoi que ce soit, par contre, elle a besoin d’air, d’espace. Elle ne peut pas continuer comme ça sous peine de devenir complètement cinglée. Ici, elle n’est rien si ce n’est la jumelle de Reese, celle qui s’occupe des enfants, celle qui est malade et pas utile. Un poids, un fardeau. Elle sait que son comportement parfois enfantin et spontané ne plait pas. Elle reconnait ses maladresses et ses éclats de voix, pourtant elle est sous-estimée ici. Depuis l’attaque, elle relativise beaucoup. Elle n’a pas envie de continuer à vivre de cette façon, elle veut se montrer à la hauteur de ce monde affreux et angoissant, elle le peut, elle le sait. Mais pas à Olympia, parce que personne ne la voit réellement, personne ne passe outre les apparences. Pourtant, trois années de pharmaco, ce n’est pas rien. Elle veut être visible, pas importante spécialement, mais perçue d’une manière qui ne fait pas d’elle une personne impotente et sans intérêt. Elle doit partir. Ce ne sera pas facile de tout abandonner bien sûr que non, mais elle veut utiliser le temps qu’il lui reste à vivre de la meilleure manière, elle ne veut plus le gâcher. Or, tout le monde sait que l’insuline finira un jour ou l’autre par se révéler introuvable. Ce jour-là, elle veut se dire : je me suis rendue utile, je n’ai pas gaspillé mon temps à sauter par-dessus les grilles d’Olympia. En attendant, elle compte bien se montrer à la hauteur.

Elle repousse ses pensées d’évasion dans un coin de sa tête, reportant son attention sur Reese, fermant les yeux et se laissant bercer par leurs respirations. Ce n’est pas encore le moment de le laisser seul. Elle attendra le temps qu’il faut, cependant il faudra bien qu’elle amorce le sujet à un moment ou un autre. La dernière chose qu’elle souhaite c’est qu’il soit en colère contre elle parce qu’elle lui a caché quelque chose d’aussi important. Il est son frère, elle l’aimera toujours et il est évident qu’elle ne l’abandonnera pas alors qu’il a besoin d’elle. Il faut qu’il reprenne du poil de la bête, il le fera, parce que ce n’est pas son genre de ne pas remonter la pente. « Je sais pas ce que je ferais sans toi Ror. » Et voilà que son cœur se brise désormais. Il ne se rend pas compte de sa force de caractère. Il est la force tranquille, elle est telle la tornade emportant tout sur son passage. « Tu te sous-estimes beaucoup trop Reese. » Elle relève soudainement la tête, croisant par la même occasion ses prunelles noisette semblables aux siennes, prenant son visage entre ses mains. « Tu vas surmonter tout ça, même si tu as l’impression d’être au fond du gouffre. Avec ou sans moi, tu vas faire face à la situation. » Elle est plus que sérieuse. Il se doit d’envisager un monde sans elle parce que ça arrivera forcément, qu’il le veuille ou non. La vie se résume à trois choses : l’amour, le temps, la mort. Son temps à elle est compté, pas le sien. « Tu sais un jour je ne serai plus là et ce jour-là, je veux que tu me promettes de ne pas abandonner. » Jamais. Il se doit de survivre pour lui, pour eux, pour les autres. Parce qu’il arrive toujours à faire ressortir le meilleur des autres, peu importe la personne. Ça, c’est un sacré don. « Dans le cas contraire, je reviendrai d’entre les morts te botter les fesses. » Et Dieu sait à quel point elle peut se montrer tenace.
Spoiler:
 

● ● ● ● ●

poor little thing.
There... Poor little things. You see them? Standing with their numbers on their blank, indifferent faces, Nuremberg in miniature, the ranks of painted wooden men... Poor dominoes. Your pretty empire took so long to build, now, with a snap of history's fingers down it goes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Olympians + le monde qui est le mien
avatar
Olympians + le monde qui est le mien
Hurlements : 520
survit depuis le : 27/06/2016
capsules de troc : 699

MessageSujet: Re: (II) broken spirits, lost souls + reese.   Ven 10 Fév - 12:58

Rory & Reese
« broken spirits, lost souls.
Après quelques mois à la Renaissance, la combativité de Reese s’était presque totalement fait la malle. Il n’était bien sûr pas converti aux idéaux de la secte, mais à quoi bon continuer quand on a aucune chance de gagner ? L’influence qu’avait Balthazar sur lui grandissait un peu plus chaque jour et pourtant, à l’époque, Reese ne se sentait pas aussi misérable qu’aujourd’hui. Il y a cinq ans, il avait avec lui cette petite chose qui vous ferait bouger des montagnes : l’espoir. L’espoir d’un avenir plus heureux pour lui et Rory, loin du manoir, loin de la Renaisse. Parfois avant de dormir, ils s’imaginaient rentrer chez eux. Leurs parents dans la cuisine seraient en train de préparer le dîner. Le soleil de la fin de l’été se coucherait quelque part au loin et rien ne viendrait déranger la quiétude qui règne dans le foyer des Wheeler. Évidemment, ils finissaient par s’endormir et au petit matin, la Renaissance était toujours là, Balthazar aussi. Leurs rêves n’étaient que ça des rêves, une utopie lointaine, mais ce qui est bien avec les rêves, c’est que parfois, ils se réalisent. Par les temps qui courent, cinq ans d’utopie, c’est énorme. Cinq ans à ne pas s’inquiéter pour les médicaments de Rory. Cinq ans à ne pas s’inquiéter pour la nourriture. Cinq ans avec un toit au-dessus de leurs têtes. « Tu te sous-estimes beaucoup trop Reese. » Rory a la voix de leur mère. Elle prend le visage de Reese dans ses mains et il ferme les yeux. Ses paupières le piquent à cause d’avoir trop pleuré. « Tu vas surmonter tout ça, même si tu as l’impression d’être au fond du gouffre. Avec ou sans moi, tu vas faire face à la situation. » Sous ses paroles réconfortantes, il y a un message caché, un message que Reese refuse d’entendre. Depuis sa naissance, Rory vit avec une épée de Damoclès au-dessus de la tête, elle semble avoir fini par apprivoiser cette ennemie et la traiter comme une vieille amie. Reese, lui, ne serra jamais capable d’autant de maturité. Il craint le jour où il devra se débrouiller sans Rory plus que n’importe quel autre. « Tu sais un jour, je ne serai plus là et ce jour-là, je veux que tu me promettes de ne pas abandonner. » Voilà. Ce n’est même plus un message caché. Elle l’a dit. Elle a utilisé ces mots qui tranchent Reese pour un million d’aiguilles, que dis-je, des dagues acérées. Si c’est difficile pour lui, il n’ose pas imaginer ce qu’elle doit ressentir. « Dans le cas contraire, je reviendrai d’entre les morts te botter les fesses. » La capacité de toujours tout transformer en blague est certainement de famille. Malgré tout ce qui leur est arrivé, ou peut-être justement à cause de tout ce qui leur est arrivé, rien n’est jamais vraiment sérieux aux yeux des Wheeler. Mais depuis Izzie, Reese n’y arrive plus. À côté de sa sœur, il est parfaitement immobile excepter le léger gonflement et dégonflement de sa poitrine. C’est à peu près tout ce dont il est capable dernièrement : inspirer, expirer, et on recommence. Les mots lui manquent, il a l’impression de ramer dans son propre cerveau pour trouver quelque chose à dire. Il n’a pas envie de s’apitoyer sur son propre sort alors que lui est en bonne santé. À leur naissance, les jumeaux ont eut une chance sur deux. Reese a tiré la bonne pioche. Pas Rory. Ne cherchez aucune logique là-dedans, il n’y en a pas. « Je suis obligé de promettre ? » Lance-t-il dans une tentative de blague. Une ombre de sourire au coin des lèvres et un soupçon de malice dans les yeux. Rory lui lance un regard. Ce regard qui veut dire fais pas le malin toi. « Je promets. Mais toi aussi alors. On y arrive mieux ensemble Rory, jure que tu vas rien lâcher. » Il ravale un début de sanglot. Ce n’est pas le moment. « Y a que comme ça qu’on y arrivera. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Miners + on pioche tic toc
avatar
Miners + on pioche tic toc
Hurlements : 525
survit depuis le : 31/07/2016
capsules de troc : 986

MessageSujet: Re: (II) broken spirits, lost souls + reese.   Lun 13 Fév - 15:03

Reese & Rory
« broken spirits, lost souls.
Les Wheeler. C’est le genre de duo qu’on a généralement du mal à dissocier. Deux personnes, une seule et unique entité. Pourtant, le reste du monde a bien souvent tendance à oublier qu’il y a Rory et Reese, deux êtres humains, deux êtres différents. Alors oui, ils semblent plus fort à deux, parce qu’ils le sont tout simplement, c’est un fait. Cependant, aucun d’eux ne manque de ressources, malgré l’image qu’ils renvoient, ce sont des survivants. C’est, entre autres, une des raisons poussant la jeune femme à vouloir s’éloigner, elle a besoin de se retrouver, de ne plus être un simple " jumeau Wheeler ". Juste Rory. Ils en ont besoin tous les deux. Prendre de la distance, se séparer, vivre leurs propres aventures. C’est ce que leurs parents auraient souhaité, déjà lorsqu’ils n’étaient que des gosses, ils étaient poussés à exercer des activités différentes, à prendre leurs distances. Aujourd’hui, une pause s’impose. Ils doivent se retrouver, chacun à leur manière, chacun de leur côté. Ce n’est pas de gaieté de cœur qu’elle compte lui tourner le dos, surement pas. Elle ne peut juste pas continuer de la sorte. Bien sûr, elle ne l’abandonne pas, jamais, ils se retrouveront, parce qu’ils finiront toujours par se retrouver, c’est indéniable, il est sa moitié après tout. De toute façon, il n’est pas seul, il y a Mina, Josh et les autres. Il n’est pas démuni. Elle ne voit pas ce qu’elle peut faire de plus pour le sortir de cette souffrance, c’est à lui de faire le premier pas, de reprendre sa vie en mains. Alors oui, elle sait que ses mots apaisent, que sa présence réconforte, mais elle ne peut plus continuer à être cette personne passive, cette bouée de sauvetage à laquelle on s’agrippe. Non.

Elle lui jette le regard, son fameux regard, tandis qu’il tente d’échapper à sa promesse. Il n’a pas le droit, elle veut l’entendre de sa bouche, elle veut l’entendre maintenant. « Je promets. Mais toi aussi alors. On y arrive mieux ensemble Rory, jure que tu vas rien lâcher. » Ensemble, c’est justement le problème. Elle déglutit difficilement, son cœur se serre et elle sait, elle sait parfaitement, qu’elle risque peut-être de briser quelque chose entre eux. Leur lien n’est pas indestructible, rien n’est indestructible. « Y a que comme ça qu’on y arrivera. » Elle esquisse un faible sourire, un sourire triste, amer. Ils ne sont plus sur la même longueur d’onde depuis cette nuit du trente et un octobre. Elle a besoin d’espace, il a besoin d’elle. Deux choses incompatibles. Peut-être qu’elle devrait lui dire, maintenant. Ce n’est pas le moment, non, mais quand est-ce que ce présumé " bon moment " se présentera ? Peut-être jamais, il y a toujours une bonne excuse. « Je ne lâcherai jamais rien, pas mon genre de renoncer, tu le sais bien. » Dégonflée, songe-t-elle. Il a ce regard de chien battu, cette mine accablée, comment est-ce qu’elle pourrait ? Plus elle attend, plus ce sera douloureux, elle en a conscience. Il vaut souvent mieux arracher le pansement d’un coup sec, à la place de prendre constamment des gants. « Il faut que je te dise quelque chose. » Elle expire avec force, le regard obstinément fixé sur ses mains désormais parcourues de tremblements incontrôlables. Pourquoi est-ce que rien n’est jamais évident dans la vie ? « J’aimerais que tu évites de flipper, ça ne servira à rien. » Parce que de toute façon sa décision est prise, elle est assez grande pour se débrouiller. « Je vais partir. Pas maintenant, pas tout de suite, mais je vais partir. J’ai besoin d’espace, de changer d’air. Toi, tu vas rester ici, parce qu’au fond tu te plais ici, tu t’épanouis, malgré toutes ces choses horribles qui viennent de t’arriver. C’est ton chez toi. » L’information est claire, elle ne veut pas qu’il la suive, qu’il s’arrête de vivre pour elle, loin de là. Elle veut qu’il se retrouve, qu’il s’épanouisse sans elle.
Spoiler:
 

● ● ● ● ●

poor little thing.
There... Poor little things. You see them? Standing with their numbers on their blank, indifferent faces, Nuremberg in miniature, the ranks of painted wooden men... Poor dominoes. Your pretty empire took so long to build, now, with a snap of history's fingers down it goes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Olympians + le monde qui est le mien
avatar
Olympians + le monde qui est le mien
Hurlements : 520
survit depuis le : 27/06/2016
capsules de troc : 699

MessageSujet: Re: (II) broken spirits, lost souls + reese.   Lun 20 Mar - 11:37

Rory & Reese
« broken spirits, lost souls.
Chacun des mots qui passent les lèvres de Rory, individuellement, veulent dire quelque chose. Reese les comprend. Ce qu’ils forment ensemble par contre, cette phrase, ce message. Sous cette forme ils n’ont tout simplement aucun sens. Partir ? Partir où ? Partir pourquoi ? Et quand ? Si ces questions restent sans réponse pour l’instant, une vérité apparaît. Partir sans toi. Les sourcils de Reese se froncent. Il a du mal à avaler sa salive. Il lève les yeux vers Rory. S’éloigne un peu d’elle pour mieux l’observer, pour comprendre ce qu’elle est en train de dire. « Quoi ? » Il murmure. Il supplie ? Il ne s’attendait pas à ça. Tout sauf à ça. Rory est la seule constante dans sa vie, son pilier. Pourquoi maintenant ? Quand tout est en train de s'écrouler autour de lui ? Il passe une main un peu tremblante dans ses cheveux. « Je… Tu veux partir ? » Reese est blessé. C’est évident. Ça s’entend dans sa voix, ça se voit dans ses yeux. Il aurait presque envie de s’énerver, pas contre Rory, mais contre lui-même. Parce qu’il est trop con pour comprendre. Trop con pour garder sa sœur près de lui. Sans trop y penser, il laisse tomber ses mains sur la tombe d’Izzie. Des doigts frôlent la terre retournée et l’herbe qui commence à pousser timidement. Il aimerait pouvoir dire qu’il a l’impression qu’elle est là avec lui, mais non. Il n’y personne. Reese est seul comme jamais il ne l’a été auparavant. « Je croyais que tu étais bien ici. » Ce n’est pas une question. Juste une simple affirmation. Une pensée dite à haute voix. Il le pensait sincèrement. Oui Rory s’était plaint d’Olympia. Comme elle se plaignait de tout le reste. Elle aimait l’aventure, le changement. La petite ville n’était pas un endroit fait pour elle, mais elle y avait une maison, de la nourriture, des amis, elle l’avait lui. C’est égoïste et injuste, Rory a certainement de très bonnes raisons pour vouloir partir, mais Reese ne peut pas s’empêcher de penser qu’il n’a pas mérité ça. Cela étant dit, Rory mérite bien mieux qu’Olympia, alors peut-il vraiment la blâmer ? Il a toujours été un poids pour elle. Déjà enfant, elle s'occupait de lui alors que ça aurait dû être l'inverse. Il n'était pas malade. Il aurait pu se débrouiller tout seul ! Rory avec son caractère bien trempée, sa détermination à toute épreuve, avait prit les devants, était devenu la porte parole de leur duo et Reese, c'était complu dans ce rôle de second où il n'avait au final pas grand chose à faire. Rory aurait dû avoir envie de partir bien plus tôt et Reese devrait déjà être content d'avoir pu passer vingt-sept ans avec elle pour le chouchouter. Alors oui, il a le droit d'être aussi triste qu'il veut, mais il n'a pas le droit de la retenir. Rory, et il ne souhaite même pas le contraire, ne lui appartient pas. Rory est un électron libre. Mais à fleur de peau, la simple idée de ne pas la voir tous les jours lui donne envie de pleurer.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Miners + on pioche tic toc
avatar
Miners + on pioche tic toc
Hurlements : 525
survit depuis le : 31/07/2016
capsules de troc : 986

MessageSujet: Re: (II) broken spirits, lost souls + reese.   Ven 24 Mar - 18:00

Reese & Rory
« broken spirits, lost souls.
Elle détourne le regard, Rory, elle n’ose pas croiser celui de son frère. Pas par peur de renoncer, non, elle est bien campée sur ses positions. Ce n’est pas son genre, de revenir en arrière, de revenir sur ses décisions. Surtout que la dernière en date n’a pas été prise à la légère. Longuement, elle a pesé le pour et le contre. Elle a songé à tout ce qu’elle quittait, tout ce qu’elle laissait derrière elle. Mais le bilan reste inchangé, malgré tous les côtés négatifs, tous les effets néfastes que sa décision inclut, elle doit le faire pour elle, pour son propre bien, arrêter de se préoccuper des autres. Depuis l’attaque, elle est tout le temps en colère contre elle-même ou alors, elle s’inquiète sans arrêt, pas pour elle non, pour tout le monde excepté sa petite personne. Elle a besoin de se recentrer, de songer à elle et à elle seule, sinon tout ça, ça va finir par la bouffer, la détruire. Elle a besoin de se montrer égoïste. Venant de la part de Rory Wheeler, qu’on juge déjà bien assez individualiste comme ça, c’est plutôt risible. Seulement, les autres, les Olympiens, ils ne la connaissent pas. Elle va partir, pas sans peine, pas sans regret, mais elle se doit bien ça. Après cinq ans, presque six maintenant, la coupe est pleine. Elle n’arrive plus à faire semblant.

La voix de Reese se brise, il est blessé, elle le comprend. Elle le serait aussi à sa place. D’ailleurs, à sa place, elle n’aurait pas accepté. Elle aurait probablement élevé la voix, crié, puis lui aurait tourné le dos sans plus de cérémonie. Oui, assurément. « Oui, je le veux. Je n’en peux plus d’Olympia, j’ai besoin de penser à moi, de m’éloigner un peu. » Partir. Son cœur se serre. Elle le veut plus que quiconque, même si le fait de laisser Reese derrière elle l’assaille de remords. Mais il fallait que ça sorte, il fallait qu’elle le dise. Lui cacher ça, cet énorme secret, elle n’y arrivait plus, c’était trop lourd pour sa conscience. Et puis, il a besoin de s’y préparer, d’envisager, de concevoir, sa vie, son monde, sans elle et sa sale humeur si caractéristique. C’est certain, ce ne sera pas pareil sans lui pour égayer son quotidien, mais il le faut, c’est tout. De toute manière, elle ne compte pas se faire la malle à l’autre bout du monde. Peut-être qu’elle va traîner un moment du côté de la carrière, elle n’en sait trop rien. La mine, elle l’a aussi envisagée, mais depuis son froid avec Harrison, elle se doute qu’il ne pourra plus servir de monnaie d’entrée. Au fond, passer ses journées cloîtrée, sans lumière du jour, elle n’est pas sûre d’y arriver, pas sans mal. Elle verra, elle avisera au moment venu, en fonction des occasions et des opportunités. « J’étais bien, au début du moins, au tout début. Puis, je me suis sentie suffoquer. Alors, j’ai bravé les murs en tôle, jour après jour, c’était mon seul exutoire. Mais là, franchement, je me vois mal continuer de la sorte, ça ne me suffit plus. » Plus du tout. Elle va crever à coup d’ennui et de lassitude. Elle ne peut plus supporter la ville et ses habitants, c’est plus fort qu’elle, la limite est atteinte. « J’ai besoin de trouver un sens à tout ça, besoin de me montrer utile, de ne plus être invisible, de ne plus être la potiche diabétique. » Alors oui, elle le sait, cette image de la jolie diabétique en sursis lui collera toujours à la peau, elle ne pourra pas s’en défaire, mais ici, à Olympia, elle n’arrive plus à l’assumer. Pourtant, auparavant, elle n’a jamais eu honte de ce qu’elle était. « Je suis désolée, Reese. » Elle hésite à se lever, partir, lui laisser digérer la nouvelle, elle s’abstient cependant. Elle ne veut pas le planter là. « Tu veux que je te laisse seul ? » La question s’échappe de ses lèvres dans un souffle à peine audible, à peine décelable. Ça lui fait mal, ça la blesse, de ressentir toute cette tristesse, sa tristesse à lui. Elle ne peut plus continuer de la sorte.
Spoiler:
 

● ● ● ● ●

poor little thing.
There... Poor little things. You see them? Standing with their numbers on their blank, indifferent faces, Nuremberg in miniature, the ranks of painted wooden men... Poor dominoes. Your pretty empire took so long to build, now, with a snap of history's fingers down it goes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Olympians + le monde qui est le mien
avatar
Olympians + le monde qui est le mien
Hurlements : 520
survit depuis le : 27/06/2016
capsules de troc : 699

MessageSujet: Re: (II) broken spirits, lost souls + reese.   Sam 5 Aoû - 17:47

Rory & Reese
« broken spirits, lost souls.
Reese ne se reconnaît pas. Parfois, il a l’impression qu’il est hors de son corps. Il se regarde là, de là haut et se demande comment cette marionnette sans vie peut vraiment être lui. Qu’est-ce qui s’est passé ? Pourquoi n’a-t-il pas été capable de surmonter l’attaque d’Halloween comme toutes les autres avant elle ? Oh il connaît la réponse, il ne veut juste pas la dire. C’est encore trop douloureux. Pourtant dernièrement ça va mieux. Même si mieux, quand on est au fond du trou n’est pas exceptionnel. Il essaye d’avancer, mais c’est difficile, il dépense tellement d’énergie rien que pour sortir de son lit le matin qu’il se sent encore plus vulnérable dans la journée. Ses colocataires font ce qu’ils peuvent pour le soutenir, mais eux aussi ont souffert, il ne faut pas l’oublier. Reese a le sentiment d’être tellement égoïste à ne penser qu’à lui. Et puis voilà, Rory s’en va. Comme ça. Il se demande si c’est de sa faute. Il sait que c’est de sa faute. Mais il comprend. « J’ai besoin de trouver un sens à tout ça, besoin de me montrer utile, de ne plus être invisible, de ne plus être la potiche diabétique. » Il la comprend trop bien. Il sourit franchement, mais le reste de son visage est si pathétique que son sourire n’a pas vraiment l’effet escompté. Il a envie de lui dire qu’elle est utile pour lui. Que sans elle, c’est sa vie qui n’a pas de sens, mais il n’a pas envie de lui mettre ça sur les épaules. Pas d’avantage en tout cas. Elle s’excuse. « Non, non, je comprends Rory. Je sais que tu es capable de tellement de choses. C’est moi qui suis désolé. J’aurais dû être là pour toi ces derniers temps et peut-être… » Il marque une pause, pense à avant Halloween, à leur relation. Reese a toujours couvé sa sœur, comme elle le couvait lui. Depuis qu’ils sont enfants, c’est comme ça et avec l’apocalypse, les choses avaient peu de chances de changer. « Et peut-être un peu moins avant. » Mais il faut voir les choses en face, malgré leurs efforts, les Wheeler ne sont plus des enfants. Ils ont peut-être besoin d’avancer en solo quelques temps, pour trouver qui ils sont indépendamment de l’autre. Reese n’est pas certain de vouloir connaître la réponse. Il a peur. Peur de lui-même. « Tu veux que je te laisse seul ? » Rory a dû voir le monologue intérieur que vient d’avoir son frère. Sa voix est douce et si Reese ne veut pas qu’elle quitte Olympia, dans l’immédiat, il n’aurait rien contre quelques minutes ou plutôt quelques heures de solitude pour penser à tout ça. Il hoche de la tête. « Tu manges à la maison ce soir ? » Il demande, comme pour s’assurer qu’elle ne se faufilera pas hors de la ville pendant sa crise existentielle dans le cimetière.

Une fois seul, Reese reste là longtemps. Il rumine, il pense, il imagine. Son monde tout entier est en train de changer et il craint de ne pas être assez rapide pour changer avec lui. Il ne peut plus rester bien au chaud à la bibliothèque avec tout ce qui se passe. Il doit faire quelque chose. Comme Rory, il faut qu’il trouve un sens à sa vie. Une semaine plus tard, il n’est pas prêt, mais ça ne l’empêche pas de proposer ses services en tant que raider. Il n’a pas encore la carrure, mais Olympia ne peut jouer les fines bouches. Quelques jours plus tard, Reese sort d’Olympia sans Rory pour la première fois depuis son arrivé il y a cinq ans. Une nouvelle page commence.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: (II) broken spirits, lost souls + reese.   

Revenir en haut Aller en bas
 
(II) broken spirits, lost souls + reese.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Apollon Σ Revenge arm for the lost souls
» LOST LE RPG
» Alice always lost... [Validée]
» Why the U.N. Lost credibility in Haiti
» Lost in blue

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Influenza :: The kids' playground :: Archives d'Influenza :: RP Archivés-
Sauter vers: